YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

8 mars : Pour la visibilité des intersexes

Célian Ramis

« On ne vient pas de Mars, on fait partie de l’humanité. » Les personnes intersexes prennent la parole dans le documentaire de Régine Abadia, Entre deux sexes, diffusé aux Champs Libres, samedi 17 mars, dans le cadre des Documentaires au féminin, programmés par Comptoir du Doc. Le 27 octobre dernier, le collectif FéminismeS et Commune Vision organisaient une projection du film, à l’université Rennes 2.

« J’ai compris que je n’étais pas un garçon, ni une fille non plus mais quelque chose d’autre. » C’est avec le témoignage de Vincent Guillot que débute le documentaire Entre deux sexes, projeté sur le campus de Villejean, à l’occasion de la Quinzaine de la Visibilité Intersexe, en présence de la réalisatrice et de Luca, militant-e- du Collectif Intersexes et Allié-e-s.

C’est en rencontrant le co-fondateur de l’Organisation internationale des intersexes au festival de Douarnenez - et en le suivant à Stockholm au 2e Forum international intersexe en 2012 - que Régine Abadia décide de traiter un sujet encore très méconnu :

« Ça a été compliqué à financer, même la chaine Arte était frileuse. On a commencé à tourner sans argent et la chaine s’est réveillée quand la problématique des intersexes a commencé à être médiatisée. La condition sine qua non avec Vincent était de donner la parole uniquement aux intersexes, pas aux médecins, ni aux pseudo-expert-e-s. »

PRENDRE EN COMPTE LEURS PAROLES

Ce sont donc, à juste titre, les personnes concernées qui abordent leurs conditions de vie, à travers leurs vécus, ressentis, productions artistiques, réflexions collectives et individuelles et leurs actions au sein de la communauté.

Pour Luca, « c’est très important qu’il y ait des groupes de soutien où les personnes intersexes peuvent se rencontrer et échanger. Pendant longtemps, je me considérais comme illégitime à prendre la parole, pas assez intersexe. Et avoir rencontré d’autres gens m’a montré que c’est beaucoup plus commun que ce que l’on croit et ça m’a fait énormément de bien. »

Le Collectif Intersexe et Allié-e-s insiste : l’information et la médiatisation autour du sujet est primordiale pour libérer la parole et briser les tabous et stéréotypes. Leurs revendications doivent aujourd’hui être réellement prises en compte par la société et les politiques :

« Nous militons pour la fin des mutilations et des stérilisations, sans consentement libre, quel que soit l’âge. L’abandon du terme « trouble du développement sexuel », qui légitime ces mutilations et les traitements. La suppression de la mention du sexe à l’état civil. Mais également la pleine information et l’accès au dossier médical des personnes intersexes. » Parce que leurs corps leur appartiennent.

La communauté est présente sur les réseaux sociaux : page Collectif Intersexe et Allié-e-s / page Young & Intersex.

 

DOCUMENTAIRES AU FÉMININ – 15E ÉDITION :

• Vendredi 16 mars – 19h : On a grévé de Denis Geerbrant (projection au théâtre de la Parcheminerie).

• Samedi 17 mars – 14h30 : Regarde elle a les yeux grand ouverts de Yann Le Masson (projection aux Champs Libres).

• Samedi 17 mars – 16h30 : Entre deux sexes de Régine Abadia (projection aux Champs Libres).

• Dimanche 18 mars – 14h30 : Maman Colonelle de Dieudo Hamadi (projection aux Champs Libres).

• Dimanche 18 mars – 16h30 : Emporte mes amours de Arturo Gonzales Villasenor (projection aux Champs Libres).