YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

8 mars : À chacun-e sa contraception

Célian Ramis

Le Planning familial d’Ille-et-Vilaine organisait samedi 10 mars une journée sur le thème de la contraception pour toutes et pour tous. À travers plusieurs ateliers, les Rennais.e.s découvrent ou redécouvrent toutes les méthodes pour des rapports sexuels protégés et sans tabou.

Boulevard Maréchal de Lattre de Tassigny, des flèches dessinées à la craie sur le sol et des ballons en préservatifs nous guident jusqu’au Planning Familial de Rennes. Le temps d’une après-midi, l'association féministe d’éducation populaire anime six ateliers sur le thème de la contraception pour toutes et tous.

L’objectif des bénévoles est de faire découvrir ou redécouvrir les méthodes de contraceptions féminines et masculines à travers des quizz, des échanges, des jeux et même de la couture. “Toutes les salles, ou presque, ont été transformées en ateliers imaginés par l’équipe”, explique Anne-Claire Bouscal, directrice du planning familial rennais.

POUR TOUTES LES ENVIES

Guirlande de préservatifs, clitoris en 3D en guise de décoration, autocollants “Ici vous êtes libres de vos choix” : l'ambiance est détendue, les discussions sont sans tabou et surtout sans préjugés. Derrière un rideau opaque noir se cache le “Cabinet des Curiosités”, plongé dans une lumière rouge intimiste.

La salle regorge d’informations pour les participant.e.s. Une frise chronologique rappelle quelques dates qui ont marquées l’histoire du sexe en France comme la fondation du Planning familial en 1960, ou encore la très récente loi Veil de 1975 qui autorise l’avortement.

Des illustrations sur le clitoris dévoilent ses incroyables pouvoirs sur l’orgasme féminin. Une affiche “Qui vivra JOUIRA” sur fond rouge supplante deux boîtes où l’on glisse les mains pour enfiler des préservatifs féminins et masculins à l’aveugle - sur des reproductions d’organes génitaux bien-sûr. 

Dans “l’atelier capote”,  toutes les contraceptions hormonales ou naturelles - pilules, préservatifs, diaphragme, stérilets, implant et même digue buccale qui permet un sexe oral protégé des maladies sexuellement transmissibles - sont à portée de main.

Bénévoles et participant.e.s échangent sur leurs expériences personnelles et sur l’efficacité des produits. Sans oublier les idées reçues qui volent en éclat notamment en ce qui concerne la contraception masculine. 

LA CONTRACEPTION MASCULINE EXISTE

Censurées ou simplement oubliées, les méthodes de contraception pour hommes sont pourtant multiples. Ce samedi 10 mars, l'association quimpéroise Thomas Bouloù a fait le déplacement pour présenter l’une d’entre elle : le remonte-couilles.

Ce sous-vêtement au nom amusant résulte de recherches scientifiques très sérieuses menées par le docteur Roger Mieusset à Toulouse dans les années 80. Reposant sur le principe de chaleur, le slip – ou string ou boxer - remonte les testicules afin de les maintenir à la température corporelle.

Cette dernière inhibe la création de spermatozoïdes au bout de trois mois. Pour retrouver sa fertilité, il suffit de revenir aux slips classiques et d’attendre trois autres mois pour que la production reprenne.

La fabrication est artisanale : chaque homme doit créer son slip en fonction de sa morphologie. C’est une méthode de contraception Do It Yourself - Fait le toi même - donc très peu chère. Et puis les hommes se retrouvent à coudre ensemble, à échanger sur la contraception et sur d’autres sujets que l’on aborde jamais entre nous généralement”, confie Aurélien Le Gall, membre de l’association. “C’est économique, écologique et ça existe depuis 30 ans. Mais personne n’en parle”.

Et ce n’est pas la seule méthode à être occultée. L’injection hormonale hebdomadaire ou la vasectomie, légalisée en France seulement en 2001, sonnent encore comme des crimes contre la virilité. Pourtant, l’intervention qui consiste en la section des canaux déférents n’est pas une fatalité. André, présent au planning familial, a eu recours à la vasectomie à 24 ans, dans les années 70.

C’était une évidence pour lui et sa femme : “A l’époque, c’était interdit en France. Mais en Angleterre, c’était une pratique couramment effectuée et légale. Ma femme et moi avions deux filles et nous ne voulions pas d'autres enfants. J’ai donc fait un aller-retour entre Paris et la clinique anglaise. Si je souhaite redevenir fertile, il suffit que je retourne là-bas.”  

Loin d’être acceptée dans les moeurs où la grossesse est encore trop souvent une préoccupation féminine et où le mythe de la virilité reste à déconstruire, la contraception masculine doit encore convaincre. Et c’est une des missions du planning Familial.

Cette association milite depuis près de 60 ans pour le droit à l’avortement, la reconnaissance de toutes les sexualités, l’accès à la contraception et lutte contre toutes les formes de violences et de discriminations. Autant de droits qui permettent à toutes et tous d’être libre de choisir.