YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Les Féministes EnragéEs battent le pavé rennais

Célian Ramis

Mercredi 23 avril, une quarantaine de manifestants ont répondu présents à l’appel du collectif informel des Féministes EnragéEs qui organisait une marche pour l’autodéfense et la solidarité féministe.

C’est à 18h sous une pluie battante qu’une quarantaine de jeunes rennais se sont regroupés devant le Parlement de Bretagne. Un lieu symbolique pour débuter cette manifestation. Car c’est contre la justice qui « protège les machos », précise un de leurs slogans, que les Féministes EnragéEs se mobilisent en ce mercredi 23 avril.

Au départ de cette initiative, un jugement rendu par le TGI de Paris, le 8 avril dernier. « La justice a condamné une femme pour s’être défendue d’une agression violente commise à son encontre par un homme. Celui-ci était soutenu par d’autres hommes et s’en est pris à elle dans la rue, proférant des insultes sexistes et lesbophobes ainsi que des propos et menaces à caractère sexuel », explique le tract distribué devant le Parlement.

À la suite de ce jugement, plusieurs réactions, dont le rassemblement de Rennes, fustigent le système judiciaire qui défendrait la version de l’agresseur en condamnant la victime à 5 mois de prison avec sursis et à des dommages et intérêts jusqu’à 10 000 euros. La gronde s’élève alors envers le principe de « réponse proportionnée », défini par l’article 122-5 du Code pénal :

« N’est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d’elle-même ou d’autrui, sauf s’il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l’atteinte ».

Les manifestants, à Rennes comme au niveau national, en soutien à la jeune femme condamnée, exigent « la reconnaissance du principe de légitime défense pour les femmes et les LGBTQI (lesbiennes, gays, bi, trans, queers, intersexes) sans condition. La politique du « œil pour œil, dent pour dent » ?

Très peu friandes de la référence biblique qui conseille de tendre l’autre joue, les Féministes EnragéEs brandissent en tête de cortège une banderole indiquant le message suivant : « Agressions sexistes et homophobes : on rendra coup pour coup, un poing c’est tout ». De telles revendications et affirmations soulèvent alors plusieurs questions : aurait-on et devrait-on avoir alors le droit de recourir à tout type d’autodéfense, sous prétexte de son sexe ou de son orientation sexuelle ?

En passant outre la « réponse proportionnée » imposée par la définition de la légitime défense ne pourrait-on pas se retrouver victimes d’un tel système ?

Autodéfense féministe

Si au départ un cours d’autodéfense féministe – autogéré – devait être organisé avant de défiler dans les rues de Rennes, il sera finalement reporté à une date ultérieure et devrait être proposé en non-mixité. « Il s’agit d’apprendre et de développer des techniques aux femmes pour se défendre des agresseurs masculins. C’est mieux d’être entre nous pour ne pas les laisser voir nos stratégies de défense », nous explique Elisa, étudiante à Rennes 2, déjà présente lors de la marche féministe nocturne, qui avait lieu le 18 mars dans l’objectif de se réapproprier l’espace urbain – lire notre article Marche féministe à Rennes : « Machos ! Machos ! Vous nous cassez le clito ! ».

Savoir se protéger, se sentir en sécurité et ne plus être considérées comme des victimes, voilà ce que revendiquent les personnes présentes ce mercredi. Du Parlement à la place Sainte-Anne, en passant par la place de la Mairie et en remontant la rue Le Bastard, les militants – qui se font de moins en moins nombreux au fil de la marche en vue des conditions météorologiques peu clémentes ce jour-là – scandent en chœur des slogans dont certains ont déjà été entendus un mois plus tôt :

« Machos ! Machos ! Vous nous cassez le clito ! », « Y en a assez de cette société qui discrimine les femmes, les lesbiennes et les gays » ou encore « La justice protège les machos ».

Le dernier étant étroitement lié à l’affaire du 8 avril 2014, au TGI de Paris. Alors que le juge rendait son jugement, 18 féministes ont « manifesté pacifiquement leur désaccord. Elles ont été évacué-e-s avec force et violence de la salle, puis ont été reconduit-e-s vers la sortie », ajoute le tract. Sans remettre en cause la liberté de manifester dans la rue, en revanche s’exprimer à travers une banderole et en criant un slogan, on peut se demander s’il est judicieux de le faire dans un tribunal ?

Là encore, la version des opposantes au jugement suscite la curiosité et multiplie les interrogations puisqu’aucune source n’est citée dans les informations publiées sur divers sites Internet comme celui de Solidaires étudiant-e-s – qui mentionne que les manifestantes ont déroulé une banderole et ont crié un slogan dans la salle – d’Indymedia, de Paris luttes, de Rennes info, qui reprennent le même communiqué. Celui qui figure sur le site du Collectif du 8 avril, à l’initiative des actions de soutien, un collectif féministe en lutte contre les violences hétérosexistes – que nous avons contacté pour recevoir le jugement officiel ; une demande actuellement sans réponse.

Seul le site Yagg s’est appliqué, à juste titre, à prendre des pincettes en recueillant le témoignage de la dite victime.

Besoin de réagir

Elisa ressent un besoin de réagir à la condamnation de la jeune femme, aux poursuites engagées contre les manifestantes présentes au TGI – « certaines devraient être convoquées pour répondre aux accusations d’outrage à agent et de dégradation de matériel » – mais aussi et surtout à la recrudescence des actes de violence envers les femmes et les personnes LGBTQI : « Il y a de plus en plus d’agressions (selon un rapport publié par SOS Homophobie, ndlr) lesbophobes notamment. Je pense que la Manif pour tous a déclenché certaines réactions chez les gens… Un discours décomplexé en tout cas. »

En réponse à ces attaques, un message de menace pour prévenir les potentiels agresseurs à travers un slogan radical, qui dénote avec le discours « coup pour coup » dans le but de se protéger : « Non, c’est non. La prochaine fois, ce sera un coup de cutter dans ta bite connard ». Une manière de se faire justice soi-même ?

« Non pas du tout. Ce n’est pas une question de justice, c’est une question de protection. On rend les coups pour se défendre. », précise Elisa.

Les Féministes EnragéEs ne comptent pas en rester là. Organisation de concerts, de cours d’autodéfense en non-mixité… plusieurs événements devraient être proposés dans les semaines à venir – après les vacances universitaires – afin de sensibiliser les femmes, de les aider à se protéger mais aussi de récolter des fonds « pour une caisse de soutien pour les meufs qui ont plein de frais de justice à payer », lance une manifestante dans le mégaphone avant de s’engager dans le rue Le Bastard en direction de Sainte-Anne.

« On va monter à Sainte-Anne montrer que le féminisme est dans les rues de Rennes et marquer notre territoire », s’écrie un des participants féministes à la marche.