YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Femmes "fières, solidaires et en colère" dans la rue !

Célian Ramis

Membres de l’Unef, de Solidaires Étudiant-e-s, du CNT, du Collectif Antifasciste Rennais et individues concernées étaient réunis, mercredi 11 mars dès 19h30 sur la place Hoche, pour une marche nocturne en non mixité conviant toutes les femmes. Dans la continuité du 8 mars, volontairement hors programme de la Ville de Rennes, elles ont défilé pour reprendre la rue et manifester leur présence dans l’espace public.

Ce mercredi 11 mars, à partir de 20h, elles ont arpenté les rues du centre ville, de la place Hoche au bar 1675, de la rue Legraverend, sous les yeux des passant-e-s curieux d’entendre ce groupe intégralement féminin vociférer. Car la marche nocturne était organisée en non mixité (lire notre décryptage sur la non mixité dans notre prochain numéro – YEGG#35, avril 2015). « La non mixité est un outils qui existe depuis longtemps. Au début, j’étais un peu perplexe, voire choquée. Mais en réalité aucun homme ne peut subir l’oppression comme nous la vivons. », explique Sophie, membre de l’organisation Solidaires Étudiant-e-s depuis 7 ans.

Toutefois, elles ne souhaitent pas se couper de la gent masculine, ni occulter leurs paroles : « Nous faisons d’autres événements avec eux comme lors de la semaine féministe de Rennes 2 (du 31 mars au 4 avril 2015, ndlr) et après la marche, on bouffe avec eux par exemple. Là, il s’agit de montrer que nous sommes capables d’agir de manière autonome. »

Depuis leur dernière marche nocturne en non mixité l’année précédente, le 18 mars 2014, peu de changements. Elles sont peu nombreuses, une cinquantaine de participantes environ, entament toujours l’Hymne des femmes (écrit par un groupe de femmes du Mouvement de Libération des Femmes, MLF) avant de débuter la marche, scandent les mêmes slogans – parmi les favoris : « Machos ! Machos ! Vous nous cassez le clito ! », « Non c’est non ! La prochaine fois ce sera un coup de couteau dans ta bite connard ! », « On est femmes, on est fières, solidaires et en colère » - et brandissent quasiment les mêmes pancartes cartonnées.

Pourquoi ? Parce que le harcèlement de rue sévit toujours. Que les femmes, quel que soit leur orientation sexuelle, leur sexe de naissance, leurs origines, leur milieu social, âge, etc., ne se sentent pas en sécurité dans l’espace public, en particulier la nuit. L’objectif de la marche est alors d’investir la rue, d’oser dénoncer la situation et chercher à éveiller les consciences.

« On sait bien qu’il y a peu d’échos à notre action. Mais au moins, on a tracté pendant quelques jours à la fac, on est vues ce soir dans la rue, l’info est donnée et on peut faire évoluer un petit peu les mentalités. Peu importe notre nombre, on est là »
précise Sophie, loin d’être découragée par les diverses réactions des passant-e-s.

Certains hommes jouent les provocateurs, se font gentiment invités à sortir, d’autres sourient en entendant les slogans, des femmes viennent grossir les rangs en cours de route. Entre indifférence, gronde, compréhension et soutien, le discours semble tout de même avoir un impact réduit sur la population. Peu importe, les marcheuses se disent fières, prêtes à défendre leurs intérêts et démontrent leur volonté de se réapproprier la rue, la nuit, sans peur d’être agressées, insultées, violées, jugées, etc. et ce, quel que soit la manière dont elles sont vêtues.

« Pour parler en slogan, cette marche c’est « Ne me libère pas, je m’en charge »», insiste Sophie. D’autres messages incisifs seront lancés en conclusion des diverses prises de paroles :

« Nous ne devons pas avoir peur, nous ne devons pas avoir besoin d’un homme pour nous sauver. Osons reprendre la rue ! Féministes tant qu’il le faudra ! »