YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Happening tout rose pour libérer Barbie ouvrière !

Le jeudi 12 décembre l’association Peuples Solidaires en collaboration avec China Labor Watch (CLW) a organisé un « happening » devant le centre commercial du Colombier à Rennes afin, à l’approche des fêtes de fin d’année, de dénoncer les conditions dans lesquelles sont fabriqués les jouets de la multinationale américaine Mattel en Chine.

Pour l’occasion, la marque a été rebaptisée « Mattée » et pose son logo sur une boite rose géante dans laquelle se tient une Barbie à taille humaine qui, au lieu de revêtir ses habituels escarpins et robes, porte pour l’occasion un bleu de travail accessoirisé d’une charmante chaine qui lui maintient les bras.

Il ne s’agit plus de Barbie vétérinaire ou bien Barbie reporter mais de « Barbie ouvrière » qui nous est exposée par une bonimenteuse nous vantant les mérites de ce produit « facilement manipulable et exploitable à souhait » et ce, depuis plus de quinze ans. Sur la boîte de la poupée américaine on peut lire « salaire de misère », « jusqu’à 13h de travail par jour » ou « rentabilité maximum ». « On voulait vraiment dénoncer le contraste qu’il peut y avoir entre l’image très glamour et très joyeuse de Barbie qui est le jouet préféré des petites filles depuis plusieurs années, et une réalité beaucoup moins joyeuse, celle des usines de jouet », explique Fanny Gallois, spécialiste de la dignité au travail notamment dans l’industrie du jouet et électronique et responsable des campagnes à Peuples Solidaires.

Cette association fondée en 1983 et rassemblant plus de soixante-cinq groupes locaux et deux nationaux dont un à Rennes, monte depuis plusieurs années des campagnes de sensibilisation destinées aux consommateurs et le mois de décembre est pour eux un moment de visibilité car comme l’explique Benjamin Lemesle, chargé de mobilisation pour l’association, « c’est une période pendant laquelle les ménages vont utiliser le maximum de leur budget pour les jouets ».

L’atmosphère est joyeuse, les intervenants souriants, ce qui paraît toucher les quelques passants qui affirment trouver ce genre d’action beaucoup plus ludique qu’un « happening » coup de poing classique. Après tout, on parle de jouets. Mais quelle réalité se cache derrière les millions de dollars engrangés chaque année par la vente de cette poupée ?

« Des conditions de travail absolument indignes »

Avec l’ONG China Labor Watch, Fanny Gallois a coordonné plusieurs enquêtes dont six cet été dans des usines sous-traitantes de Mattel en Chine ; « la situation de ces travailleurs est très précaire et très difficile et donc ils sont contraints d’accepter de travailler de nombreuses heures supplémentaires pour pouvoir atteindre des salaires à peu près dignes ».

Cette collaboration a donné fruit à de nombreuses statistiques et calculs. Selon eux, pour une poupée vendue 15€ en moyenne, un ouvrier de ce genre de manufacture reçoit 0,12€. « Il ne viendrait pas à l’idée d’une multinationale qui agit en France de dire « je vais faire des économies en payant mes salariés moins que le SMIC » », s’insurge-t-elle. Par la faiblesse des salaires, les ouvriers prennent, dans la plupart des cas, la décision, si elle en est une, de vivre dans des dortoirs bondés et insalubres.

Selon les chiffres fournis par Peuples Solidaires, 80% des salariés de l’industrie du jouet serait des femmes migrantes âgées de 15 à 30 ans. En dehors des coûts de production très avantageux pour ces industries en Chine, on peut compter de nombreux avantages à l’exploitation de ces femmes : l’abondance de la main-d’œuvre, l’absence de liberté syndicale et donc de revendications ; le seul syndicat reconnu et autorisé étant celui dépendant du Parti Communiste Chinois. Sans compter une possibilité de bafouer le droit national du travail et des réglementations environnementales douteuses.

Ce qui pose problème à Marie-Claude Hessler, actionnaire militante de Mattel, c’est que les choses n’avancent pas, « je suis devenue actionnaire en 1997 précisément pour essayer de faire améliorer les conditions de travail des ouvrières en Chine qui étaient déjà mauvaises à l’époque et qui le sont toujours, malgré un code de conduite qui a été adopté la même année par Mattel et qui n’a toujours pas été mis en application ». Monsieur Zhang* a fait le voyage depuis la Chine.

Ouvrier dans sa jeunesse « parmi tant d’autres » comme il l’explique, il a pu par la suite suivre des cours de droit et travaille désormais comme enquêteur. Pour témoigner des conditions de travail de ces ouvriers et ouvrières, il s’est fait passer pour l’un d’entre eux. Timide, presque effrayé, son passage à Paris et l’exposition médiatique que cela a impliqué l’inquiètent ainsi que les membres de Peuples Solidaires, qui redoutent les conséquences qu’impliquerait un dévoilement de son visage ici à son retour en Chine.

Selon Benjamin Lesmesle, « l’objectif est de faire en sorte que les consommateurs puissent signer notre Appel Urgent**, faire pression et demander des comptes à Mattel, ils sont finalement plus écoutés par la multinationale, parce que ce sont eux qui leur rapportent de l’argent contrairement à nous en tant qu’ONG ou association ». Il ne s’agit donc pas de boycotter ce genre de produits mais de consommer autrement et de sensibiliser toute la famille aux méthodes de production des jouets en question. Les Barbie seront-elles tout de même au rendez-vous au pied du sapin ?

 

*Nom modifié pour sa sécurité personnelle en Chine

** Plus d’informations sur cet appel sur www.liberons-barbie.org