YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Marche républicaine à Rennes : citoyens debout et crayons en l’air

Célian Ramis

Ce dimanche 11 janvier, 115 000 Rennais-es étaient réuni-e-s dans le centre ville de la capitale bretonne. Entre émotions et solidarité, la marche silencieuse s’inscrit dans les esprits aux sons des applaudissements qui s’échappent de cette assemblée citoyenne.

La banderole noire préside le cortège avec ses lettres blanches désormais gravées dans notre Histoire : « Nous sommes tous Charlie ». Et juste derrière, les journalistes rennais. Ceux-là même qui d’habitude, lors des manifestations, marchent à reculons entre les forces de l’ordre et la tête du cortège, stylo dans une main, calepin dans l’autre / caméra à l’épaule / micro tendu en direction de la foule / appareil photo collé au visage.

Dimanche, à 15h, l’esplanade Charles de Gaulle et les rues avoisinantes sont envahies de citoyen-ne-s venu-e-s témoigner d’un hommage aux 17 victimes des attentats survenus entre le 7 et le 9 janvier 2015. Selon la Préfecture, 115 000 participant-e-s ont répondu présent-e-s à l’appel de cette marche républicaine.

MARCHE SILENCIEUSE

Ni chanson ni slogan ne sont scandés lors de cette marche citoyenne et apolitique. Seuls les applaudissements résonnent dans les rues de Rennes. Régulièrement, la foule amassée dans le cortège – suivie et encouragée par les nombreux-ses passant-e-s rangé-e-s sur les bords de la route - claque des mains, en hommage aux victimes. Un signe de soutien, de solidarité, une révérence à l’irrévérence.

Armés de crayons, de stylos et de pancartes, les un-e-s et les autres, seul-e-s, en famille, entre ami-e-s, entre collègues ou autre, expriment leurs émotions face aux événements qui ont bouleversé l’actualité la semaine passée. Avec humour, poésie ou émoi, chaque message affiché se veut fort et symbolique. Nul n’en revient de voir autant de monde défiler sur ce long trajet qui nous fera marcher de l’esplanade Charles de Gaulle à République, en passant par le pont de Strasbourg, à vitesse saccadée mais dynamique.

Aux alentours de 16h30, la foule est invitée à se disperser. Certains prennent le départ, d’autres restent profiter quelques instants de cette marée humaine à l’ampleur exceptionnelle. Le centre ville mettra plusieurs heures avant de retrouver son calme dominical, et nul doute que la population se souviendra longtemps de cette journée exaltante et riche en émotions si difficiles à décrire.