YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Rennes, meilleure élève pour l'égalité femmes-hommes au royaume des cancres

Célian Ramis

À l'occasion de son colloque sur « Le sexe de la ville » organisé à l'Hôtel de Ville de Paris ce samedi 7 mars, le journal d'informations en ligne Les Nouvelles News a dévoilé son palmarès sur les villes les plus engagées pour l'égalité femmes-hommes : Rennes figure à la première place. Au niveau national, la prise de conscience reste inexistante.

Mi janvier, l'équipe du média Les Nouvelles News a envoyé un questionnaire écrit aux 50 plus grandes villes de France, hors Paris. L'objectif : connaître les communes les plus en faveur de l'égalité femmes-hommes. Si le média parisien s'est penché sur ce sujet, ce n'est pas un hasard : « La ville, c'est la vie quotidienne et cela touche le plus directement les gens. C'est un sujet prioritaire peu traité dans les médias », explique Isabelle Germain, la fondatrice du site qui revendique une information paritaire.

« PALMARÈS EN CREUX »

Dans le classement dévoilé ce samedi 7 mars, Rennes arrive en tête, de loin. « C'est la seule ville qui a répondu une semaine après les avoir interrogés », relève Isabelle Germain lors de son introduction au colloque. Selon cette dernière, la raison est simple. Les villes qui ont donné suite au questionnaire, seulement 12 sur 50, sont celles les plus en avance sur le sujet.

« C'est un palmarès en creux, nous avons demandé aux municipalités de répondre à des questions qu'elles ne se posent pas souvent, constate-t-elle. Les absences de réponses en disent plus que les réponses elles-mêmes. »

Interrogée sur ce sujet la semaine dernière à l’occasion du 8 mars, la bretonne Annaick Morvan, déléguée régionale aux droits des femmes et à l’égalité, se réjouit de voir Rennes sur le podium mais reste modérée quant aux absentes : « Il ne faudrait pas considérer à la hâte que les autres villes, (celles qui n'ont pas répondu) n'ont point agi pour l'égalité femmes hommes. Elles ont probablement travaillé sur certains champs prévus par la Charte de l'égalité dans la vie locale. »

Pourtant, la Charte européenne pour l'égalité des femmes et des hommes dans la vie locale, lancée en 2006 par le Conseil des communes et régions d'Europe (CCRE), est à ce jour signée par 174 communes et agglomération de communes françaises, dont les 50 villes interrogées. Le questionnaire des Nouvelles News s'inspire en majeure partie des grandes lignes de cette Charte : « les discriminations multiples et les obstacles doivent être pris en compte », « la participation équilibrée des femmes et des hommes à la prise de décision », « l'élimination des stéréotypes sexués », « intégrer la dimension du genre dans toutes les activités des collectivités locales et régionales » et « des plans d'action et des programmes adéquatement financés ».

Signataire de la Charte depuis 2006, Rennes semble précurseure, comparé aux autres villes. Pas seulement dans les bonnes intentions, le chef-lieu breton a mis en place des actions concrètes en faveur de l'égalité femmes-hommes. Le 1er décembre 2014, par exemple, la Ville de Rennes a obtenu le label « égalité professionnelle » attribué par l'organisme de certification, Afnor ; la seule parmi les 50 grandes villes. Selon Isabelle Germain, cela montre une indifférence affichée des politiques pour ce sujet. 

VOLONTÉ POLITIQUE ET ASSOCIATIVE

Geneviève Letourneux, conseillère municipale déléguée aux droits des femmes et à l'égalité depuis 2014, explique la politique de Rennes en ce sens, lors de la première table ronde du colloque « Le sexe de la ville » : « Depuis plus de trente ans, la ville de Rennes a mené une politique volontariste. L'ancien maire Edmond Hervé a porté la question de l'égalité au plus haut niveau. Il y a également, Jocelyne Bougeard, qui, au début des années 2000, a pensé, mené et construit une politique structurée avec une ténacité extraordinaire. Anciennement adjointe en charge des temps de la ville, elle a amélioré le travail des agents d'entretien, majoritairement des femmes. Cela a transformé la vie de ces personnes, moins précaire.» En effet, la création d'un Bureau des temps en 2002 a permis de mieux appréhender les déplacements des usagers.

Un point sur lequel la rejoint Annaick Morvan, certaine que la volonté infaillible de Jocelyne Bougeard de promouvoir la Charte européenne, « en étant adjointe au maire de Rennes, tout en siégeant à la Commission pour l’égalité Femmes-Hommes du Conseil des Communes et régions d’Europe, a fait en sorte que sa ville soit exemplaire. » Convaincue également qu’il est important d’agir dès le plus jeune âge : « C'est tout l'enjeu du plan égalité de l'éducation nationale. Mais il n'a de sens que si nous travaillons avec les branches professionnelles et les syndicats pour rendre effective l'égalité professionnelle. »

Ce « volontarisme », Geneviève Letourneux le définit également par le « foisonnement associatif [rennais], sa diversité, sa vitalité et son pluralisme. »

« À Rennes, les associations font plus pression sur les politiques pour ces sujets »
estime Isabelle Germain, fondatrice des Nouvelles News.

Des éléments détaillés dans le questionnaire méritent aussi d'être soulignés : le budget de la Ville pour l'« égalité entre femmes et hommes », qui est appréhendé de façon globale, et le personnel de la Direction générale, section culture et emploi, formé aux stéréotypes de genre et à la répartition du budget selon le genre, appelé « gender budgeting. »

« PRENDRE LA PAROLE ET AGIR »

Actuellement, deux actions rennaises vont dans le sens de l'égalité femmes-hommes : 40 évènements en mars, mois qui prolonge la Journée internationale des droits des femmes, autour du slogan « Prendre la parole et agir » (Voir le Focus - YEGG#34 mars 2015) et l'expérimentation prochaine des marches exploratoires de femmes, mises en place par Pascale Boistard, la secrétaire d'Etat chargée des droits des femmes. Des marches dont on parle déjà depuis plusieurs mois à Rennes (lire Focus – YEGG#27 – Juillet/Août 2014) et qui ont déjà été mises en place au Québec depuis les années 90.  

Pour Pascale Boistard, venue rencontrer les actrices et acteurs de l’égalité à Rennes en novembre dernier, à l’occasion de la semaine de l’égalité professionnelle, « cela ne [l]'étonne pas » que Rennes figure en première position. « C'est une terre d'excellence en terme d'insertion et d'égalité professionnelle pour les femmes. Cela fait partie des convictions de la ville et cela se voit dans les politiques publiques qui s'adressent à toutes et à tous. Nathalie Appéré, la maire de Rennes, est une femme de convictions et je la félicite », rajoute-t-elle.

Pour autant, tout n'est pas rose. La Ville de Rennes ne possède aucun chiffre sur les fréquentations femmes-hommes dans de nombreux équipements culturels proposés dans le questionnaire : piscines municipales, salles de spectacles, salles d'exposition, maisons de quartier, zones commerciales et dans les rues. Le nombre de licencié-e-s dans les clubs sportifs et des associations culturelles subventionnées n'est pas non plus affiché. Des renseignements sont pourtant essentiels afin de mieux répartir le budget en fonction du genre.

Concernant l'espace public, 10% des rues rennaises portent le nom d'une femme. Depuis cinq ans, elles représentent 27, 59% de nouveaux noms des rues, soit 45,72% pour des noms de personnes. À relativiser toutefois car depuis 2003, les rues ornées de noms de femmes ne sont que 9,72% des 1039 personnages comparé à 90,28% pour les hommes. Des initiatives artistiques en prennent le contre-pied (http://yeggmag.fr/actualite-culture/femmes-envahissent-rues-rennes) pour sensibiliser les Rennais à cette problématique, emblématique de la mauvaise répartition de l’espace urbain entre les femmes et les hommes.

SILENCE RADIO DES MÉDIAS

Si le désintérêt politique est tel, c'est à cause du silence des médias sur la question de l'égalité femmes-hommes au niveau des villes, d'après Isabelle Germain.

« Si un sujet n'est pas payant médiatiquement, il n'est pas payant politiquement », regrette-t-elle.

Et les médias ont en effet brillé par leur absence lors de ce troisième colloque « Le sexe de la ville ».

Ce palmarès n'est qu'une première édition : « Il est perfectible », reconnaît la fondatrice des Nouvelles News. Tous les ans, les mêmes villes seront interrogées sur ces aspects pour en voir l'évolution. « C'est le but d'un palmarès que de classer et donner envie aux villes d'être dans les premières !, sourit Pascale Boistard. Je suis optimiste, c'est dans l'intérêt du bien vivre ensemble. » Pour donner plus de poids à son classement, Les Nouvelles News prévoit de travailler, dès l'an prochain, avec des universitaires, le Défenseur des droits Nathalie Bajos et le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes.