YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Sabrina Delannoy : La tête sur les épaules et le ballon vissé au coeur

Célian Ramis

À 19 ans, elle sort du Centre national de formation et d’entrainement de Clairefontaine et signe au Paris Saint Germain, là où elle fera toute sa carrière au poste de défenseuse mais aussi en tant que capitaine. Pareil en équipe de France. En 2017, elle raccroche les crampons mais reste fidèle à son club puisqu’elle est aujourd’hui la directrice adjointe de la fondation PSG.

Le 26 juin, au lendemain du match Pays Bas – Japon à Rennes qu’elle a commenté en direct sur TMC, Sabrina Delannoy intervenait à Askoria lors d’une conférence – table ronde organisée par l’association Des Elles, intitulée « Le mindset d’une sportive de haut niveau : inspiration pour le leadership au féminin », réunissant autour d’elle Gaëlle Baldassari, coach physio-comportementale et fondatrice du programme « Kiffe ton cycle » et Pierre-Hugues Igonin, préparateur physique des footballeuses du club de Saint-Etienne qui réalise actuellement une thèse sur l’influence des menstruations sur les performances des joueuses. Animant la table ronde ce soir-là, nous avons recueilli les propos de Sabrina Delannoy quant à son parcours. L’occasion de réaliser le quatrième volet de notre série sur la Coupe du monde féminine de football : une ancienne capitaine du PSG et de l’équipe de France. 

 

YEGG : Qu’est-ce qui vous a amenée au football et au football professionnel ?

Sabrina Delannoy : J’ai commencé le football à l’âge de 5 ans, je pense que c’est culturel on va dire car j’étais dans une famille dans laquelle le football prenait beaucoup de place. Et finalement, dès que j’ai marché, j’ai eu un ballon dans les pieds. Ça a commencé comme ça et mes parents m’ont inscrite dans un club de football, au début des années 90.

À cette époque, il n’y avait pas de club de filles donc jusqu’à 14 ans, j’ai joué avec les garçons. Ça m’a aussi aidée à me construire et à me forger un caractère pour la suite. Finalement, petit à petit, j’ai gravi les échelons jusqu’à m’emmener à une carrière professionnelle.

Pour moi, le football, c’était avant tout un moyen de prendre du plaisir, de retrouver mes ami-e-s, de pouvoir me sentir libre de faire ce que j’avais envie de faire. À 26 ans, j’ai pris cette professionnalisation, c’était en 2012, je l’ai prise comme une opportunité d’en faire un métier.

Je peux pas vous dire qu’à 5 ans je rêvais d’être footballeuse professionnelle parce que ce métier n’existait pas. En tout cas, c’est pas ça qui m’a animée ou qui m’a amenée à ce métier-là. Le travail, l’abnégation, un talent aussi forcément avec lequel je suis née, m’ont permis de franchir toutes les étapes.

 

Est-ce qu’il a fallu vous imposer ? On parle de la répartition genrée dans les cours d’école : Est-ce que vous avez vécu ça ? Comment l’avez-vous vécu ? 

Honnêtement, d’aussi loin que je me souvienne, j’ai jamais du me battre pour jouer dans la cour de récréation. Ce que je pense, c’est que c’est parce que je me débrouillais bien que j’étais acceptée. Peut-être que si je m’étais moins bien débrouillée, j’aurais pas été acceptée. Peut-être que ce n’est pas un bon critère pour juger si mon intégration a été bonne ou si on peut en faire une généralité.

J’ai joué de 5 à 14 ans avec le même groupe de garçons qui sont devenus mes copains, je faisais partie de la bande. Ce sont des amis maintenant pour moi. Je suis encore en contact avec eux, on a construit une amitié forte.

Ce qui était compliqué, c’est quand on se déplaçait, on rencontrait que des équipes avec des garçons. Donc là en terme de clichés, j’en ai connus beaucoup. Avant de commencer, il y avait beaucoup de moqueries. C’était il y a 20 ans certes mais c’est pas si vieux.

Ils disaient « Ah il y a une fille dans l’équipe, c’est sur qu’on va gagner. » ! Ça je l’ai entendu toute ma jeunesse. Je souhaite que ces choses changent. Là où j’ai réussi à m’imposer, c’est parce que je réussissais sur le terrain à être meilleure qu’eux ou au moins faire partie de cette équipe. La preuve de la légitimité…

 

Quelle a été la réaction quand vous avez annoncé que vous vouliez être footballeuse ? 

J’ai la chance d’avoir une famille qui a toujours été bienveillante avec moi et surtout qui m’a aidée. Il faut faire beaucoup de sacrifices à titre personnel et ça nécessite également que les parents en fassent aussi.

Au départ, je jouais dans un tout petit club dans le nord de la France et puis petit à petit j’ai été « détectée » au niveau départemental, régional, puis national… ça veut dire qu’il y a des entrainements, des tournois à faire et ça nécessite beaucoup de déplacements.

L’ensemble de ma famille était derrière moi et ils ont pris ça comme une fierté que quelqu’un de la famille aille un peu à l’encontre de tous les préjugés.

 

Quand vous étiez au PSG et en équipe de France, vous étiez défenseuse. En quoi consiste ce poste ?

Pour faire simple, c’est une position sur le terrain où tu dois empêcher les attaquantes de l’équipe adverse de marquer des buts. Il y a le ou la gardien-ne dans les cages qui lui peut utiliser les mains pour ça, nous, on n’a pas le droit. On joue à 4 défenseur-e-s en général dans une équipe. On est un peu le dernier rempart et c’est un peu pour moi les travailleurs de l’ombre.

 

Comment ça se passe quand vous intégrez une équipe pour définir votre position sur le terrain ? 

Je pense que ça se définit surtout par les caractéristiques techniques, athlétiques et un peu dans la personnalité du joueur ou de la joueuse. Si la personne, pour parler de manière globale, est douée dans la frappe, la technique, les dribles, on va plutôt la positionner sur un rôle offensif pour essayer de marquer des buts. J’avais moi des qualités plutôt athlétiques. J’ai pas forcément une technique spectaculaire, c’est pour ça qu’on m’a rapidement positionnée là.

 

Vous êtes rapidement devenue capitaine du PSG et de l’équipe de France. Dans quel état d’esprit vous étiez au moment où on vous a fait cette proposition ? Déjà est-ce que vous pouvez nous expliquer comment ça se passe quand une joueuse devient capitaine ? 

C’est un feeling avec le coach, le staff, qui doit s’appuyer sur une joueuse pour pouvoir être son relais, pour pouvoir faire passer les messages, incarner les valeurs qu’il a envie de faire passer au collectif et à l’équipe.

Donc, moi j’ai fait une saison au PSG, j’ai pris mes marques, je me suis glissée dans un collectif qui existait déjà donc il fallait se faire une petite place. Et puis l’année qui a suivi, le coach m’a demandée en début de saison si j’acceptais d’être la capitaine de l’équipe.

C’est comme ça que ça a commencé. J’étais le relais entre le staff et les joueuses. C’est un rôle qui n’est pas facile. Il faut jauger, savoir quelles informations tu vas récolter auprès des joueuses, ce que tu vas transmettre au coach…

Il faut toujours voir l’intérêt collectif avant ses propres intérêts. C’est une forme de sacrifice finalement mais c’est quelque chose qui m’a toujours animée et j’ai gardé ce brassard pendant plusieurs années.

 

Combien de saisons capitaine ? 

J’ai joué 12 ans au PSG et j’ai du faire 9 ans de capitanat. Il y a eu un moment où je n'étais plus en adéquation avec le coach et du coup ça me prenait beaucoup d’énergie car je n’étais pas tout à fait d’accord avec les messages qu'il voulait véhiculer aux joueuses.

J’essayais de partager ce que les joueuses voulaient partager au coach mais finalement lui, ne faisait pas la distinction entre mes revendications à moi et les revendications collectives. Ça m’a pris trop d’énergie.

J’avais presque 30 ans, j’avais beaucoup donné pour le groupe et je sentais que je n’étais plus la bonne personne pour endosser ce rôle donc j’ai demandé au coach de trouver un autre relais. J’ai estimé qu’à ce moment-là c’était le meilleur choix pour le groupe mais aussi pour moi.

 

Avec le recul, est-ce que vous arrivez à vous dire que vous avez été une bonne capitaine et selon vous, qu’est-ce qui fait une bonne capitaine ? Est-ce qu’il y a une bonne capitaine ? 

Je pense l’avoir été, en tout cas jusqu’à ce moment où je sentais que je ne pouvais pas accomplir pleinement ce rôle. Le fait que ça ait duré 9 ans, je pense que c’est un indicateur de réussite.

Je vais parler de ma personnalité et de la manière dont je me comportais en tant que capitaine… Il y a des choses qui sont indispensables selon moi quand on veut endosser ce rôle de capitaine.

La première qualité, la première valeur pour moi, c’est de montrer l’exemple à toute épreuve, toujours être exemplaire. La deuxième, c’est de faire preuve d’empathie et de bienveillance avec l’ensemble des joueuses.

Pour moi, c’était naturel d’avoir toujours un œil sur les joueuses. Le matin, j’arrivais, je scannais pour me dire si ça allait ou pas. Pour le bien du groupe, il fallait toujours qu’on se sente bien dans l’effectif pour être au top de la performance.

S’il y en avait une qui n’était pas bien, déjà pour moi ça n’allait pas, je savais qu’à terme, ça allait poser soucis pour le groupe et donc c’était un peu travail de l’ombre. J’avais pas la facette dans ma personnalité de la personne qui crie et rameute les troupes. En revanche, j’étais toujours là pour aider la joueuse qui en avait besoin.

Ça fait partie de ma nature de toujours vouloir aller aider l’autre et de toujours faire en sorte que chacun se sente bien. Si toutes les pièces du puzzle se sentent bien, ça contribue à la performance collective.

 

Est-ce que vous, vous vous autorisiez à aller moins bien ? Qui prenait soin de vous ? 

C’est une bonne question. C’est en fait aussi la raison qui m’a poussée à arrêter d’être capitaine. Je pense que j’étais arrivée au bout d’un système et je me suis rendue compte que ça avait ses limites de toujours vouloir donner aux autres.

J’ai eu tendance à ce moment-là de ma carrière à m’oublier, à oublier de m’occuper de moi. Et effectivement il y a eu des moments plus compliqués, où j’étais moins performante, où je prenais moins plaisir, j’étais susceptible, pas au top.

J’ai eu la chance d’être bien entourée à la maison, d’avoir des ami-e-s en dehors du foot, d’avoir un travail à côté et donc d’avoir les pieds sur terre. De me préoccuper d’autre chose que du football… tout ça a fait que j’ai toujours construit une forme d’équilibre.

Mais j’ai pris conscience qu’il fallait que je pense à moi. J’ai entamé à ce moment-là un travail de développement personnel.

 

Quel est le rôle du mental durant toutes ces années où vous vous occupez des autres et où vous êtes réputée pour votre endurance et vos qualités physiques ? Quel est le rôle du mental dans ce quotidien où vous devez jouer, vous n’avez pas le choix… ?

Ça je l’ai découvert aussi sur le tard parce que je ne me posais pas ces questions-là à 20 ans, je fonçais un peu tête baissée. Il y a vraiment eu une période à 28 – 29 ans qui m’a rattrapée et où je me suis dit que je faisais du foot, que j’en avais toujours rêvé, que j’étais dans un des plus grands clubs d’Europe et je prenais moins de plaisir…

Je me suis dit que quelque chose n’allait pas et donc j’ai pris beaucoup de recul. Je suis tombée assez bas niveau moral, niveau mental. Et quand on tombe, on se dit qu’on va arrêter la chute et qu’on va prendre du recul. C’est ce que j’ai réussi à faire.

J’ai été accompagnée par des coachs, des préparateurs mentaux, des psychologues, des thérapeutes qui m’ont aidée à me demander si j’avais vraiment envie de continuer. La réponse était évidemment oui.

Il fallait donc que je revienne aux bases : ce que j’aime. Et ce que j’aime, c’est taper dans un ballon avec mes copines. Ça m’a fait prendre conscience que c’est ça que j’aime. 

 

En parallèle, depuis 2008, vous travaillez à la fondation PSG. Quel était votre rôle à cette époque-là et comment vous en êtes arrivée à votre poste actuel, directrice adjointe de la fondation ?

J’étais animatrice, éducatrice, j’encadrais les séjours de vacances des petits qui ne partaient pas en vacances. On les emmenait en vacances, on leur faisait faire du foot. C’est un métier qui me plaisait bien.

À partir de 2009 – 2010, j’ai voulu terminer mon Master et je l’ai fait en alternance au sein de la fondation et là j’ai commencé à intégrer les bureaux, la phase administrative, l’événementiel.

Je suis devenue chargée de mission en 2010. Ça a duré 7 ans. Pendant cette période-là, il y a eu l’évolution de ma carrière de footballeuse et petit à petit j’avais de moins en moins de temps à accorder à cette partie-là de ma vie professionnelle.

En 2012, je suis devenue pro au niveau du foot. J’étais la seule joueuse à travailler en parallèle de ma carrière. Ça m’a permis d’être au top de mes performances. J’avais trouvé le bon équilibre dans l’évolution de ma carrière.

En 2017, j’ai décidé de mettre fin à ma carrière et avec les dirigeants du Paris Saint Germain, on a créé le poste de directrice adjointe pour que je puisse avoir une transition au sein du club.

 

Comment est-ce que vous transposez les qualités que vous avez et que vous avez eu en tant que footballeuse professionnelle dans votre nouveau poste ? Comment vous transposez les valeurs du sport dans les valeurs d’une organisation ? 

Pour moi, je m’appuie sur les mêmes valeurs, les mêmes critères, et je me sers beaucoup du côté collectif du football pour fédérer mon équipe. J’ai la chance d’être dans une entreprise dont l’activité a un sens et est utile au quotidien pour des enfants qui sont en souffrance. C’est déjà un moteur énorme pour fédérer et emmener ses équipes avec soi.

Ensuite, comme je le faisais quand j’étais capitaine, j’accorde beaucoup d’importance à la place que chacun va occuper dans l’organisation. Je fais en sorte que, peu importe l’organigramme, chacun comprenne qu’il a une utilité et que sans lui il va manquer un rouage dans l’organisation.

Je travaille beaucoup sur ces notions-là et je m’appuie aussi sur une formation que j’ai suivi qui m’aide beaucoup à comprendre les motivations de chaque collaborateur et à les sensibiliser à ces approches-là. Comprendre quelles sont les motivations pour mieux éveiller leurs talents.