YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Festival du film d'animation : L'art rennais du volume animé

Célian Ramis

Sur le parvis du Grand Logis, à Bruz, plusieurs animations ont rythmé la vie du Festival national du film d’animation. Entre deux séances, professionnels et festivaliers ont pu échanger autour des techniques d’animation et découvrir ce qui existe dans le milieu rennais.

D’un côté, la Caravanim’, fidèle au poste depuis 3 ans. L’occasion de déambuler autour de la caravane et d’observer de près les marionnettes qui ont pris vie dans des productions rennaises comme Le Cid, d’Emmanuelle Gorgiard (2006, Vivement lundi !), Tati Ramitsu, de Victoria Vancells (2012, JPL Films) ou encore la future vedette Dimitri, de Agnès Lecreux et Jean-François Le Corre (2013, Vivement lundi !). L’intérieur est cosy et convivial, ambiance rétro. Maude Gallon est décoratrice et accessoiriste en stop motion depuis 7 ans.

« L’objectif est de rencontrer des réalisateurs, discuter autour d’un thé et d’échanger lors d’un instant convivial autour de nos créations », explique-t-elle. En effet, la Caravanim’ est née du regroupement d’une quinzaine de techniciens désireux de montrer leurs champs de compétences en volume animé, 2D ou encore 3D. « Nous sommes un vivier de professionnels à Rennes ou en Bretagne. L’idée est de montrer que l’on peut faire un film d’animation de A à Z », précise Anna Deschamps, fabricante de marionnettes et d’accessoires depuis 4 ans.  Au fil des passages au festival de Bruz et au festival d’Annecy, des liens se tissent et les rencontres débouchent, à long terme, sur des collaborations : « Des projets sont en cours de réalisation ou de concrétisation. Ça prend beaucoup de temps d’avoir des retours ».

D’un autre, une yourte dans laquelle les spectateurs peuvent s’initier aux techniques d’animation. Un atelier proposé par l’Arrosoir à Emile, une association qui existe depuis près de 15 ans à Rennes. Fanny Desaunay est étudiante en école d’art et est membre de l’association : « L’interaction et la manipulation des objets permettent une découverte ludique et nous évitent de rester collés aux écrans ».

Plusieurs jeux de décomposition des images à travers des miroirs et/ou des fentes sont en libre accès sous la yourte et invitent le visiteur à comprendre les bases de l’animation grâce à des objets datant du XIXe siècle. On peut alors manipuler la Toupie fantoche, le Zootrope, le Praxinoscope ou encore le Phénakirtiscope. Enfin, un dernier atelier permet de comprendre le principe du stop motion et chacun peut s’essayer à la création d’une séquence animée.

Avec une marionnette conçue par le créateur rennais David Thomas, les festivaliers prennent des photographies, reliées à un ordinateur et un logiciel d’animation, et font exécuter différentes actions au personnage robotique. « Un monsieur est resté une heure cet après-midi pour effectuer quelques secondes d’une séquence. C’est très long mais ça montre le procédé de stop motion qui agit image par image », explique Fanny.

Une manière ludique et interactive de sensibiliser les festivaliers à l’art de l’animation mais aussi aux différences compétences des techniciens bretons.