YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Festival du film d'animation : un vent finlandais souffle sur Bruz

Le Festival national du film d’animation de Bruz a débuté le 9 décembre. Pour cette édition anniversaire – 20e édition pour 30 ans d’existence – la Finlande est l’invitée d’honneur. Hier soir, au Grand Logis de Bruz, était projetée une série de court-métrages réalisés par des étudiants en cinéma ou des professionnels finlandais. Voyage au cœur d’un univers qui met la Finlande sens dessus-dessous.

Cécile Noesser, coordinatrice de la programmation, nous avait prévenue, « les spectateurs risquent d’être surpris » lors des soirées finlandaises. « Ils ont un humour particulier », précise-t-elle. Mercredi soir, au Grand Logis, la surprise est de mise.

Treize court-métrages sont présentés aux festivaliers, peu nombreux pour l’occasion. Des films muets pour la plupart, une caractéristique redondante et importante dans le cinéma d’animation finlandais.

Les techniques sont cependant exploitées sous leurs formes diverses : le volume animé, les marionnettes, le dessin, la 2D. On découvre même un court-métrage filmé en décor naturel qui n’a de l’animation que certains effets réalisés à l’ordinateur et un personnage de poupée masculine (A finnish table, de Niina Suominen, 2011), racontant la vie d’un mannequin à la campagne. À la sauce absurde dont sont friands les finlandais et que l’on retrouvera également dans The Anchor, de Tommi Juutilainen (2007) qui nous propose des dessins plus travaillés, chargés et approfondis en terme de détails et de perspective que le reste des dessins animés programmés ce soir-là. En effet, on note une majorité de dessins aux traits basiques et primaires, donnant un style enfantin à l’ensemble de l’œuvre, dont les répétitions peuvent être lassantes.

D’autres genres sont développés à travers les films courts traitant, entre autre, du temps qui passe dans Suddenly last summer de Äkkiä Viime Kesänä (2010) qui utilise des acteurs botaniques pour servir son message poétique, inspiré de l’œuvre – du même nom – de Tennessee Williams, écrite en 1958. Mais aussi de la maladie et de la santé, proposée sous deux angles différents. Dans Benigni, de Elli Vuorinen, Jasmini Ottelin et Pinja Partanen (2009), le personnage principal, qui est joueur de xylophone, découvre une tumeur qui grandit sous son bras et avec laquelle il va apprendre à cohabiter.

Un regard imagé et lyrique qui nous rappelle légèrement le nénuphar-cancer de L’écume des jours de Boris Vian. Dans l’autre, Public health, de Piipa Toivonen (2001), c’est une fois encore l’humour absurde qui prime et qui devient le personnage central, sous des airs cyniques et moqueurs. On peut également citer le thème de la différence, un thème développé avec sensibilité et adresse dans le court-métrage The unplugged son, de Milla Nybondas (2008). À l’occasion de l’anniversaire de son papa, Adrian participe à un diner de famille. Autour de la table, le jeune garçon se sent différent, isolé, en marge de sa propre famille, dont chaque membre se branche à une prise secteur pour allumer une ampoule du lustre. Seule celle d’Adrian crépite. Il va pourtant trouver une solution moderne et originale pour s’intégrer parmi les siens.

La Finlande sens dessus-dessous nous permet de découvrir un cinéma d’animation méconnu du grand public français et qui apporte un éclairage ainsi qu’une ouverture d’esprit sur ce genre en général. Toutefois, il nous manque certaines clés de lecture qui pourraient nous aider à décrypter les court-métrages énigmatiques et parfois peu compréhensibles.

Prochaine séance : dimanche 15 décembre à 11h au Grand Logis de Bruz