YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Kaniwa tisse entre Rennes et le Mexique

Célian Ramis

Deux étudiantes rennaises ont monté un projet qui créé un pont de laine entre la capitale bretonne et le Mexique. Il s’agit de faire connaître des tisseuses mexicaines qui s’usent les mains sur des écharpes de laine dans un petit village de la région de Xalapa.

Alors qu’elles ne sont plus que quatre, âgées entre 75 et 85 ans, une étudiante en art est venue les déloger de leur atelier afin de proposer à des artistes mexicains, puis français de s’approprier les écharpes pour en faire des œuvres d’art.

À l’origine du projet il y a Chloé Aublet, étudiante en master d’art plastique, et très intéressée par le textile et la mode. Lors d’un voyage au Mexique, elle tombe un peu par hasard sur ces quatre tisseuses indigènes qui continuent de tisser selon une technique traditionnelle.

Très vite elle y retourne, une fois, deux fois… et c’est l’engrenage. Révoltée à l’idée que leur travail soit perdu puisque personne ne prend la suite et qu’elles sont déjà âgées, elle contacte des artistes mexicains. Elle leur propose de s’exprimer sur ces grandes écharpes de laine blanche qui offrent une surface de travail originale. « L’idée c’était aussi de mêler l’artisanat et le côté artistique », confie-t-elle. Ce sera le point de départ du projet. « Il y a un volet social important aussi, pour ces veuves, une écharpe que j’achète à 35 euros c’est un mois de salaire, elles n’ont rien d’autre… ». Huit écharpes forment une première collection réalisée par différents artistes mexicains. Elles ont déjà été exposées au Mexique et dans la galerie que Rennes 2 met à la disposition de certains étudiants.

Revenue à Rennes avec dans ses valises de nombreuses écharpes, Chloé veut poursuivre le projet. Grâce à ces réseaux dans le monde artistique, elle ne tarde pas à avoir de nouveaux artistes intéressés par l’idée de s’approprier une écharpe de laine venue de contrées lointaines. Cependant son projet manque d’un cadre plus administratif et institutionnel.

C’est sa rencontre avec Marie Zanoune, étudiante en communication, qui va permettre au projet de se doter d’un véritable cadre. Cela devient une association: Kaniwa, qui signifie « en tout lieu » en totanak, la langue locale. Elles obtiennent quelques subventions, et continuent les projets: après la diffusion d’un documentaire sur la fabrication des châles au bar le Papier Timbré; elles envisagent une exposition avec l’association Riposte au début de l’année 2014.

Le documentaire, réalisée par Chloé Aublet et un étudiant en cinéma mexicain, présente les tisseuses, quatre mamies, qui racontent leurs vies avec humour, dans le grand atelier vide qui leur sert de lieu de travail. On les voit tisser, se chamailler sur la technique de la teinture, mais aussi raconter la dureté des conditions de vie dans cette campagne isolée du Mexique.

Il sera possible de revoir ce film lors d’une autre exposition à Bayeux au printemps prochain. De nombreuses propositions viennent peu à peu se greffer sur leur projet: une scénographe, une graphiste, une menuisière… « C’est cela aussi que l’on cherche : englober tous les secteurs et impliquer le plus de personnes possibles » déclare Chloé Aublet. Elles considèrent Rennes « comme un laboratoire. Si ça marche on s’exportera ailleurs. ». Cela  promet de nouveaux voyages pour ces morceaux de laine qui ont déjà traversé l’Atlantique.