YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Mythos 2016 : Coeur de Pirate, une pop plus voluptueuse

Célian Ramis

En 2015, Béatrice Martin alias Cœur de Pirate dévoilait son nouvel album, Roses, et c’est avec ce dernier, composé principalement de chansons en anglais, qu’elle est revenue, le 20 avril dernier, sur la scène du festival Mythos pour la 3e fois.

Pour ce nouvel opus, la chanteuse québécoise tire un trait sur son côté vengeresse et conte l’Amour, son thème de prédilection, avec plus de positivisme et de recul. Une distance qui s’opère grâce à une écriture désormais plus internationale, dans la langue de Shakespeare.

Elle entre dans une ère plus pop, qui se détache de la poésie enfantine qu’elle avait l’habitude de proposer, devenue sa marque de fabrique, et qui lui permet de prendre de la hauteur.

Une élévation qui s’accompagne d’une gestuelle chorégraphiée orientée danse contemporaine. Mais qui tourne vite à la répétition. Comme si elle ne savait pas comment placer son corps lorsqu’elle s’extirpe de devant son piano.

Alors qu’en 2013 elle proposait, sous le Magic Mirror également à l’occasion d’une édition de Mythos, un piano/voix très sobre pour présenter son album Blonde, elle revoit ici sa copie et dévoile une nouvelle formule live qui fonctionne mieux.

Entourée de 4 musiciens à la guitare, à la basse, à la batterie et au synthé - dont les arrangements ont été réalisés par le trio Bjorn Yttling (Lykke Li, Franz Ferdinand, The Hives), Ash Workman (Metronomy) et Robin Ellis (PJ Harvey) - l’ensemble sonne dorénavant plus pop rock et plus aérien.

Et le live donne de l’amplitude et de la volupté à sa musique. Elle n’en oublie pas les classiques comme « Golden baby », « Pour un infidèle », « Adieu » ou encore « Comme des enfants », dont le refrain est repris en chœur par le public lors du rappel.

La nouvelle esthétique, faite de sobriété et de projections d’ombres, silhouettes et formes sur le fond de la scène, leur donne une nouvelle dimension. Les rythmes sont plus rapides, l’énergie est boostée, la batterie plus puissante.

Cœur de Pirate explore une nouvelle facette de sa personnalité. Peut-être plus sombre, sans toutefois s’attarder à nous dévoiler tous les recoins tarabiscotés de son âme. Peut-être plus mystique, aussi, sans pourtant oser le lâcher prise libérateur et libertaire.

On ressent encore de la timidité, qui s’entend particulièrement dans sa voix après la soirée de la veille réunissant sous le chapiteau d’abord Mansfield.TYA puis Jeanne Added, dont les organes vocaux sont majestueux, magnifiés, bruts. On la sent encore coincée, Béatrice Martin, dans une pudeur et des complexes dont elle commence tout juste à se délivrer.

Le contraste avec les chansons écrites en français sur des mélodies plus naïves et des textes plus (trop) jeunes dans la réflexion aux relations amoureuses est grand.

Le pont entre les dynamiques électro-pop et les poésies candides noie l’émotion dans une confusion face à cette évolution peut-être mal construite dans le set. On est secoués entre le passé et le présent dans des fractures maladroites qui finissent par nous lasser.

L’instant partagé n’est pas désagréable mais manque de saveurs inoubliables. Elle commence par nous happer et nous séduire de par sa nouvelle fraicheur annonçant une noirceur intérieure plus authentique, apaisée et conscientisée.

Puis nous suspend au dessus d’un précipice de doutes et de fragilité plus très assumée. Elle nous frustre de ce désir de la voir exploser, de la voir se frotter aux épines qu’elle revendique dans les roses noires qui figurent sur la pochette de son album. Ça manque de piquant.