YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Sophie Pondjiclis chante pour la Traviata

Célian Ramis

Mardi 4 juin, à 20h, sera joué, à l’opéra de Rennes et retransmis en plein air, l’une des œuvres les plus populaires de Guiseppe Verdi : La Traviata. L’histoire d’un amour tragique, d’une demi-mondaine, Violetta, malade de la tuberculose qui sauve l’honneur de son amant Alfredo Germont, avant de mourir. Un personnage féminin, inspiré d’une pièce d’Alexandre Dumas, le fils, La Dame aux camélias. L’occasion pour YEGG de rencontrer l’une des chanteuses principales de ce spectacle, Sophie Pondjiclis, qui interprète le rôle de Flora Bervoix, une courtisane.

Sophie Pondjiclis est une grande dame de l’opéra. Diplômée du conservatoire national supérieur de musique de Paris à 22 ans, 1er prix au concours international de chant de Tréviso, cette mezzo-soprano côtoie très tôt le monde de la musique classique. « J’ai commencé le piano à 5 ans », explique-t-elle, avant de souligner : « J’avais déjà ma voix dès l’âge de 11 ans ». De là, elle intègre rapidement les plus grandes écoles de musique et devient l’une des plus jeunes élèves des établissements prestigieux qu’elle fréquente, au point de devoir falsifier son âge pour y entrer. Aujourd’hui, elle joue sur les plus grandes scènes européennes : la Scala de Milan, l’Opéra Garnier de Paris, le Grand théâtre de Genève, l’opéra de Zurich et prend les traits de différents personnages lyriques parmi les plus célèbres de ces derniers siècles, telle que Carmen, qui sera son premier rôle. Mardi prochain, c’est le personnage de Flora qu’elle interprètera, à l’opéra de Rennes. Une courtisane provocatrice, qui revisitée par le metteur en scène Jean-Romain Vesperini, se veut un brin jalouse et malveillante. Un rôle fort, en italien, que Sophie Pondjiclis connait bien puisqu’il fait parti de son répertoire. Pour cette française d’origine grecque, La Traviata une « histoire d’amour contrariée », qui décrit « un monde terriblement attaché aux apparences ».  Une œuvre qui inspire la quête « de l’instant présent » et dont elle se sent « privilégiée d’être partie prenante ».

Dans la troupe, l’ambiance est excellente. Elle connaît déjà certains artistes, tels que le baryton Marzio Giossi, qu’elle a côtoyé en jouant dans Otello, ainsi que le chef d’orchestre néerlandais, Antony Hermus. « C’est toujours un plaisir de retrouver ses confrères », déclare-t-elle. Ce n’est pas la première fois, qu’elle joue à l’opéra de Rennes et cette salle lui plaît. L’acoustique y est meilleure et « quelque soit la taille de l’opéra, l’émotion est grande et le trac toujours le même ». Elle soutient la volonté de la ville de Rennes d’ouvrir son art à tous les publics possibles. C’est, pour elle, un excellent moyen de le désacraliser et de dépasser les a-priori. Pourquoi aller au cinéma, lorsque le prix des billets est le même, qu’à l’opéra ? La question se pose et l’image de celui-ci doit évoluer… Elle-même a déjà accompli des missions éducatives auprès des enfants, pour éveiller leurs sens et les ouvrir à d’autre sensibilité musicale. « Je leur ai proposé un concert de 50 minutes, qui recouvrait du baroque jusqu’au 20ème siècle ». Ils ont appris par cœur « la garde montante », extrait de l’opéra Carmen, de Georges Bizet. Après avoir chanté pour eux, ils ont chanté pour elle et pris goût à ce genre. Vendredi dernier, c’est à la prison des femmes de Rennes que Sophie a chanté. Une rencontre qui lui tenait à cœur. « Je suis heureuse de leur apporter un moment de bonheur », précise la mezzo-soprano, qui ajoute qu’il s’agit d’« une forme d’évasion au travers de la musique ». Après son passage dans la capitale bretonne, Sophie Pondjiclis sera, le 14 juin prochain, au théâtre des champs Elysées, à Paris, dans Le barbier de Séville et le 20 juin prochain dans Pénélope, de Gabriel Fauré. D’autres représentations sont également prévues à l’opéra national du Rhin et à Marseille, où elle rejouera le rôle de Flora, dans La Traviata, mise en scène, cette fois-ci, par Renée Auphan. Un programme chargé, mais passionnant, pour cette mère de deux enfants, dont le dicton est « oser, doser ».

Infos pratiques : Demain, La Traviata sera jouée à l’opéra de Rennes et retransmise, à 20h, en direct ou en différé sur plusieurs écrans, place de la mairie à Rennes, à Betton, Bruz, Cesson Sévigné, Lorient, Saint-Malo, Dinard, Jersey (5 juin), à la télévision sur France 3, TV Rennes, Tébéo, Ty Télé, Armor TV et la radio sur France musique.