YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

8 mars : Histoire(s) de femmes

Célian Ramis

Journée de la femme : actions, détermination
Brigitte Rocher, directrice du Planning Familial 35

Depuis 1977, les Nations Unies reconnaissent officiellement la Journée internationale de la Femme. Célébrée le 8 mars dans plusieurs pays du monde, elle s’étend généralement sur plusieurs semaines à travers des événements organisés en l’honneur des femmes. L’occasion de revenir sur les luttes féministes à Rennes des années 70 à nos jours.

Lydie Porée et Patricia Godard ont décidé de faire revivre ce combat de grande ampleur à travers des visites guidées dans le Rennes féministe des années 70. « Nous étions toutes les deux militantes pour l’association Mix’Cité, créée en 2002 à Rennes. Et quand nous avons commencé, nous n’avions pas beaucoup d’informations sur cette partie de l’histoire… », explique Lydie.

Au fil des rencontres, des recherches dans les archives municipales et départementales, elles reconstituent et rassemblent les morceaux de cette époque. En montant l’association Histoire du féminisme à Rennes en 2012, les deux femmes ont décidé de mettre leur savoir au profit des curieux et curieuses, à travers une balade dans la capitale bretonne.

REVIVRE LE MOUVEMENT FÉMINISTE

Retour en arrière. Nous sommes dans les années 60. L’association Maternité heureuse existe depuis 4 ans à Paris et devient le Mouvement français pour le Planning Familial en 1960. Rennes accueille son antenne locale en 1965, rue Magenta, puis rue Thiers avant de s’installer au 9 place de Bretagne, en 1976. C’est à cet endroit que la visite guidée commence. Lydie plante le décor : « En 1920, une loi interdit l’avortement et l’information sur la contraception. La loi Neuwirth du 28 décembre 1967 vient abroger celle du début du siècle ».

La pilule est autorisée mais l’avortement, non. C’est à partir de là que la France va voir émerger le mouvement féministe : « Les femmes souffraient beaucoup des grossesses à répétition et voulaient avoir le choix ». En avril 1971, 343 femmes déclarent avoir avorté à travers un manifeste publié dans le Nouvel Observateur. « Certaines célébrités comme Simone de Beauvoir ou Catherine Deneuve ont pris part à cette action, protégeant ainsi les autres femmes », explique Lydie. L’année suivante, se crée la section locale de l’association Choisir, composée d’un certain nombre d’étudiants en médecine en faveur du droit à l’avortement.

Ces militants iront à Grenoble apprendre la méthode Karman : l’introduction d’un tube dans le col de l’utérus et l’aspiration de l’embryon à l’aide d’une seringue. « C’était plus simple et moins dangereux que les pratiques des faiseuses d’ange qui utilisaient des aiguilles à tricoter par exemple », confie Lydie dans une petite impasse perpendiculaire à la rue Saint-Michel, à l’endroit où siégeait Choisir.

Soit l’intervention était pratiquée clandestinement dans un appartement, soit les femmes souhaitant avorter recevaient une aide pour se rendre en Angleterre ou en Hollande, là où l’Interruption volontaire de grossesse (IVG) était déjà autorisée. Mais lorsqu’émerge le Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contraception (MLAC), en 1973, l’association Choisir disparaît, fatiguée par la lourdeur de sa mission.

En avril 1974, le MLAC, propose aux Rennais d’assister à la projection clandestine du film Histoires d’A, de Marielle Issartel et Charles Belmont, montrant un avortement selon la méthode Karman. Les Renseignements généraux sont présents mais n’interviendront pas. Ils laisseront même partir une militante avec les bobines. « À cette époque, le maire de Rennes Henri Fréville va voter pour la légalisation de l’avortement », précise Lydie Porée.

Et quelques mois plus tard, en janvier 1975, la loi Veil est promulguée, autorisant l’IVG. Pourtant, la lutte ne faiblit pas : « Elle était votée pour 5 ans et nous devions rester vigilantes », explique Brigitte Rocher, militante féministe, actuellement directrice du Planning Familial. Cette dernière, accompagnée du groupe L’Insoumise, ouvre un bar féministe mixte La Margelle, 9 rue Saint-Malo.

Nous sommes au début des années 80 et c’est ici que la visite s’arrête. « Nous proposons aux participants de venir prendre un verre pour prolonger les discussions », souligne la jeune militante d’aujourd’hui. Deux visites guidées sont organisées dans le cadre de la Journée internationale de la Femme, les 15 et 16 mars.

LES LUTTES ACTUELLES

Retour dans le présent. Quarante ans après la naissance du mouvement féministe, la lutte pour le droit des femmes est toujours d’actualité. Mais sous d’autres formes. Du 2 au 30 mars une série d’événements, sur le thème « Corps et identités », est organisée par la ville de Rennes. Pour Jocelyne Bougeard, adjointe au Maire, déléguée aux droits des femmes, il ne faut pas oublier que si la législation française est assez complète, il reste des lacunes : « la preuve avec la campagne de communication du Stade Rennais ».

Pas de mystère pour l’élue, nommée en janvier 2013 au Haut conseil de l’égalité entre les hommes et les femmes, il est primordial de privilégier la mixité et l’égalité professionnelle. « En tant que collectivité, nous sommes donneurs d’ordre. Nous nous devons de développer des actions avec des cycles de conférences, des campagnes de communication… », explique-t-elle.

Autre combat important : la prévention des violences sexuelles et sexistes. Un travail que réalise le Planning Familial 35. « Au delà de notre mission d’information, de consultation et d’orientation, nous travaillons en partenariat avec des réseaux comme le Centre d’Information sur le Droit des Femmes ou SOS Victimes par exemple », explique Brigitte Rocher, directrice du Planning Familial 35, implanté à Rennes et à Saint-Malo.

HORS HEXAGONE

Au cours du mois de mars, la Maison Internationale de Rennes accueille et organise des événements en lien avec la Journée des Femmes, parmi lesquels deux conférences ont particulièrement attiré notre attention. Le 13 mars, l’association France Palestine Solidarité propose une rencontre avec Hamdan Zouhr, une femme palestinienne, qui viendra parler de son emprisonnement qui a duré 6 ans. Elle témoigne de la condition des prisonniers et de la situation à Ghaza, « prison à ciel ouvert », comme l’explique Ghania Boucekkine, vice-présidente de la MIR.

Deux jours plus tard, les regards seront tournés vers le Mali avec la présentation de l’ouvrage L’Afrique mutilée, en présence d’une des auteures, Nathalie M’Dela Mounier. Pour Ghania, il était essentiel de se centrer sur ce pays « mutilé géographiquement mais aussi au niveau de ses ressources et de ses structures. Sans oublier que les femmes qui vivent là-bas sont les premières victimes de la guerre. Elles sont violées, esclaves sexuelles… ».

Que l’on soit femmes des années 70, d’aujourd’hui, de France ou d’ailleurs, les luttes sont loin d’être terminées et égales.

Infos pratiques : Infos sur www.metropole.rennes.fr 

Pour les visites guidées, s’inscrire sur histoire.feminisme.rennes@gmail.com

Des années 70 à aujourd’hui, Brigitte Rocher n’a jamais cessé de s’investir dans la lutte pour le droit des femmes. Portrait d’une directrice qui prône la sexualité libre et heureuse, pour tous.

À cette époque, elle est étudiante et est déjà très impliquée dans le mouvement féministe, prenant part au com­bat dans différentes associa­tions locales comme le Groupe de femmes de La Paillette, puis plus tard L’Insoumise. « Nous étions très engagées pour la loi sur l’IVG qui n’existait pas avant janvier 1975 (loi Veil, ndrl). Et aussi sur la loi Neuwirth de décembre 1967, qui autorisait la contraception, mais dont les nombreux décrets ont joué sur la lenteur de son application », explique Brigitte Rocher.

Elle a environ 22-23 ans lorsqu’elle décide avec un groupe de mili­tantes de créer une Maison des femmes. Si le mouvement a déjà pris de l’ampleur, le pro­jet ne voit pas le jour, faute de subventions suffisantes. Néan­moins, elles n’en restent pas là et lancent le café La Margelle, 9 rue Saint Malo à Rennes. L’objectif était « d’ouvrir un lieu convivial pour les femmes mais aussi pour les hommes ». Un endroit dynamique dans lequel étaient organisés des soirées, des concerts, des lectures… Nous sommes alors en 1980. Un an plus tard, La Margelle ferme : « Certaines étaient enceintes, d’autres partaient à l’étranger… C’est normal, nous avions 25-26 ans ! Mais nous étions satisfaites de ce que nous avions créé ».

LE COMBAT CONTINUE

En parallèle, Brigitte Rocher était adhérente puis membre du Conseil d’administration au Mouvement Français du Plan­ning Familial, qui prendra en­suite le nom qu’on lui connaît actuellement. « Je participais à un groupe de travail organisé là-bas. J’étais très intéressée par la problématique de la santé », explique-t-elle. En effet, après ses études de sociologie, elle entre à l’École nationale de la Santé publique et reste dans ce milieu pendant plus de quinze ans en tant que chargée de mis­sion puis responsable de ser­vice à la Caisse primaire d’as­surance maladie.

À presque 50 ans, on lui propose le poste de directrice du Planning Familial 35. Dix ans plus tard, ce travail représente toujours pour elle un pas de plus dans cet engagement auquel elle tient : « C’est toujours un travail militant qui a du sens. Nous sommes là pour aider les hommes et les femmes à choisir leur famille. Cela rejoint le slo­gan des féministes dans les an­nées 70 : « Un enfant, si je veux, quand je veux ». En résumé, nous prônons la liberté sexuelle ».

Une liberté sexuelle qui signifie d’avoir le choix de sa grossesse grâce à une contraception rem­boursée (par la Sécurité sociale pour les adultes, gratuite pour les mineurs). Une avancée due à la lutte des femmes avant la loi de 1967, qui a perduré dans le temps. Brigitte Rocher se souvient qu’à cette pé­riode, « nombreux étaient les hommes et les femmes qui vivaient dans de grandes souf­frances parce qu’ils avaient déjà 6 ou 7 enfants et craignaient d’en avoir d’autres ! ».

Encore marquée par ces années, elle déplore aujourd’hui « le manque de militantisme, d’adhérents au Planning, de moyens financiers ». En Ille-et-Vilaine, seulement une centaine d’adhérents, dont les 26 salariés et les 20 membres du Conseil d’administration. Pourtant, elle ne lâche pas, voyant que certaines causes mé­ritent d’être défendues, « comme la lutte pour le mariage pour tous, à laquelle nous avons pris part ».