YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Féminicides : Visibiliser les femmes tuées

Célian Ramis

Les mécanismes de la domination
Ne pas minimiser les violences
Marielle Franco, féminicide intersectionnel
Faut-il tout modifier ?

« Féminicides ? Mais c’est quoi ça encore ? » Les assassinats de femmes parce qu’elles sont femmes. « Ah bon ? Ça existe ? Mais c’est marrant y a pas la même chose pour les hommes… » Oui marrant, c’est le mot. Ou alors c’est inquiétant parce qu’on ne s’interroge pas sur le sens et la cause de ses meurtres.

Crime passionnel, drame familial, acte de jalousie… On peut aussi aller jusqu’à l’accident domestique, tiens ! Par le langage et le traitement des faits, on minimise, on refuse de voir la partie immergée de l’iceberg qu’est la domination masculine et son amas de violences contre les femmes et on invisibilise les victimes. Ce mois-ci, les militant-e-s féministes s’expriment sur le sujet. 

Elle est omniprésente, comme une insupportable ritournelle que l’on a en tête. La mécanique des violences sexistes poursuit son petit bonhomme de chemin en sifflotant gaiment, tuant des centaines de femmes chaque année en France. Pas parce qu’elles l’ont bien cherché. Non. Parce qu’elles sont femmes. Plus précisément parce qu’elles ont un sexe féminin.

Qu’en dit la société ? Pas grand chose. Peu utilisé, le terme « féminicide » est pourtant essentiel à la compréhension d’un problème systémique, valorisant le principe de virilité et tout ce qui l’accompagne, à savoir le contrôle, la domination, la possession… Enlever alors un des jouets au tout-puissant, c’est prendre le risque de se frotter à sa grosse colère et ce n’est pas une gueulante qui décoiffe à laquelle on s’expose. Non. Ni à la crise de larmes qui va finir par vous taper royalement sur le système. 

Mais c’est plutôt lui qui va finir par vous taper la tête contre les murs. L’image est exagérée ? Non. C’est violent ? Oui. Réalité brute, trop souvent banalisée, ramenée au rang de faits divers, rarement assimilée à sa vérité. Celle des féminicides. Décryptage.

Dans la nuit du 27 au 28 octobre, Alexia Daval est assassinée à Gray-la-Ville. Le scénario de la joggeuse assassinée par un prédateur qui rode dans les parages fait froid dans le dos. On compatit. Mais quand son mari, Jonathann Daval passe aux aveux quelques mois plus tard, confessant qu’en réalité c’est lui qui a tué son épouse, la machine s’emballe. « Étranglée par accident ».

L’avocat de Monsieur n’a peur de rien, allant jusqu’à dépeindre le portrait d’une femme qui écrase son conjoint, l’étouffe. La vilaine castratrice, en somme. Pourquoi la défense s’autorise-t-elle un coup si bas et mesquin ? Parce qu’elle sait qu’on minimisera les faits. Qu’on les banalisera et qu’on finira par compatir avec le meurtrier. Surtout en insistant bien, les semaines suivantes, sur l’état psychologique virevoltant de l’accusé depuis ses aveux et son incarcération.

En parallèle, l’idolâtré Johnny Hallyday décède. Médiatisation absolue, forcément. Des histoires passées ou en cours, qu’il s’agisse de gros sous ou de violences sexuelles, (re)surgissent. Que dit-on à ce moment-là ? Que l’on salit la mémoire du défunt. Que l’on pourrait au moins attendre quelques temps avant de (re)mettre tout ça sur le tapis, respecter un délai de courtoisie, en gros. On s’étonne que personne ne propose d’en faire de même avec les victime de féminicide…

Les victimes d’un système qui refuse de reconnaître les faits à la hauteur de leur gravité. Il ne s’agit pas d’un fait divers mais d’un fait de société. Une société sclérosée par la domination patriarcale qui légitime les violences par les stéréotypes de sexe et de genre.

LE SENS DU MOT

On distingue le féminicide de l’homicide. Le meurtre d’une femme n’est pas toujours associé à ce terme - qui pourrait avoir du sens en l’état – utilisé pour désigner « les crimes qui touchent spécifiquement les femmes, pour montrer qu’elles sont spécifiquement des cibles. »

Une manière de visibiliser les femmes tuées en raison de leur sexe, poursuit Laélia, membre des Effronté-e-s Rennes : « Ce n’est pas un fait divers, c’est un fait de société. C’est structurel. »

Pour beaucoup, la notion est floue. Parce qu’elle n’est pas évidente à déceler, en surface. Des meurtres comme ceux perpétrés en 1989 à l’École Polytechnique de Montréal – un homme de 25 ans, armé, avait, dans une classe, séparé les garçons et les filles et avait ouvert le feu sur ces dernières en criant « je hais les féministes » tuant six étudiantes et blessant trois autres – il n’y en a pas tous les jours à la Une. 

Souvent, ils ne démontrent pas nécessairement une haine aussi claire et limpide envers le sexe féminin. Mais la majorité de ces crimes se déroulent dans le cadre conjugal. Principalement dans le cas d’un séparation. « C’est vrai que ça peut arriver dans la rue mais c’est très rare. C’est plutôt lié en effet au couple car derrière les féminicides se jouent les mécanismes de la possession, de la domination. », commente Manuela Spinelli, présidente d’Osez Le Féminisme 35.

Le passage à l’acte est alors motivé, de manière inconsciente ou non, par le fait « que l’homme n’accepte pas la liberté de la femme. Il essaye de l’encadrer, il y a une volonté de contrôle. »

REPRÉSENTATION ERRONÉE…

En septembre 2017, le rapport de la délégation aux victimes – commune à la police et à la gendarmerie nationales, qui vise à recenser pour le ministère de l’Intérieur les morts violentes au sein du couple – révélait 123 meurtres de femmes, décédées sous les coups du conjoint, concubin, pacsé, ex, petit ami, amant ou autre statut figurant dans les catégories « couples officiels » et « couples non officiels ».

On parle de morts violentes, de décès sous les coups. C’est là que la représentation du féminicide est vicieuse. Car elle sous-entend dans l’imagerie populaire une violence préalable à l’action qui porte le coup final. Un constat établi par Alexia Delbreil, médecin légiste et psychiatre au CHU de Poitiers qui explique à Rue89 (propos repris dans L’Obs en date du 22 janvier 2018 « ‘Elle le quitte, il la tue’, scénario typique du féminicide ») :

« On dit ‘une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint’. Cela sous-entend des coups, une violence physique. »

On s’attend à ce que l’auteur des faits est une longue liste d’agressions morales et/ou physiques à son actif. Mais pour la professionnelle, qui a longuement analysé et étudié les cas d’homicides conjugaux, ajoute : « Dans mes dossiers, il y a peu de violence physique préalable au passage à l’acte. » C’est à ce moment-là que la frontière entre l’homicide et le féminicide se brouille.

Car on a tendance à minimiser et ne pas penser aux mécanismes de violences spécifiques à l’encontre des femmes. Jérôme Peltan, membre d’OLF 35, y voit là un message clair : « C’est important ce que ça dit de la société, quand on qualifie cela de « drame familial », de « crime passionnel », d’acte dû à la jalousie. On ne parle jamais de meurtre. Sans parler ensuite de comment on retourne ça contre la victime. Alexia Daval, au début, c’était la joggeuse qui a disparu. On était triste pour elle, on avait de l’empathie. Il s’avère qu’elle est morte assassinée par son mari. On dit qu’elle l’étouffait, lui marchait dessus. Ça devient une salope ! Marie Trintignant, c’était une alcoolique, une trainée, elle l’a bien cherché ! Et Cantat est un homme tourmenté. C’est terrible ! »

BANALISATION DES FAITS

On retrouve les mêmes ficelles que dans les plaintes pour harcèlement sexuel, agressions sexuelles et viols : la victime devient la coupable et une solidarité se crée avec l’agresseur. Le fait que ce soit un acte ponctuel d’extrême violence est réduit à un coup de sang, un coup de folie. Avant, ce n’était pas un homme violent. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Elle a dû le pousser à bout. Voilà le raisonnement simpliste qui en découle, soutenu par des médias qui minimisent, relayant l’information dans les faits divers.

« Le fait que ces crimes ne soient pas reconnus comme des meurtres mais des histoires de couples poussent à la déresponsabilisation de la personne. Du mari d’Alexia Daval par exemple. Alors qu’étrangler quelqu’un, a priori, c’est dur, et c’est long. Mais non, c’est un drame familial, on ne va pas plus loin. Les médias prennent souvent des détails sordides, voire parfois humoristiques pour parler de ça. Genre « elle faisait trop de bruit en faisant la vaisselle », non mais je vous jure, c’est scandaleux. Et on se met dans la logique de l’agresseur. On prend un prétexte qui redonne la logique que la faute vient de la victime. Ils excluent totalement les mécanismes de la violence conjugale. », scande Elodie, membre des Effronté-e-s Rennes.

À travers la banalisation des faits et la grande impunité des agresseurs, l’image renvoyée est celle de l’association amour/violence. Une relation peut mal tourner, c’est un risque à prendre. De qui se moque-t-on ?

« C’est vraiment dangereux cette idée de la relation entre un homme et une femme. Ce qui est dangereux là-dedans, ce sont les stéréotypes qu’on renvoie et qu’on entretient. Aux hommes, on inculque l’image de la virilité. Il y a être un homme et être un vrai homme. Un vrai homme, il contrôle, il travaille, il gère sa femme. C’est normal qu’il soit jaloux, il a le droit. Dans la virilité, il y a 3 piliers : le monde du travail, la reconnaissance de ses pairs et son rapport à sa femme. Si un ou deux maillons viennent à manquer, cela déclenche souvent une remise en question, une incapacité à gérer la déconstruction de sa virilité. »
explique Manuela.

Elle pointe là le dysfonctionnement du système dans son ensemble le plus large : le manque d’éducation à l’égalité, la reproduction de modèles anciens stéréotypés inconsciemment transmis dès le plus jeune âge des enfants et le manque de représentations fortes de la différence et de la diversité. Et regrette sincèrement le manque de travail de la part des intellectuels. En même temps, Jérôme soulève un point important :

« Le problème, c’est que les intellectuels reçus dans les médias, ce sont des hommes vieux, blancs, hétéros… que l’on autorise à cracher sur les gens et à juger tout le monde. En face, ils n’ont quasiment pas de contradicteurs. »

Si ce n’est des pointures du militantisme féministe comme Fatima Ezzahra Benomar ou Caroline de Haas, toutefois largement moins invitées (et plus intentionnellement décrédibilisées) que les Zemmour et autres fanfarons du patriarcat.

ANALYSE EN SURFACE…

Chacun-e y va de son commentaire et de son analyse, en oubliant précisément ce à quoi la militante fait référence : le pouvoir du patriarcat. Mi-mars, la magistrate Michèle Bernard-Requin publie sa réflexion autour des affaires Maëlys et Alexia Daval, « Au-delà des faits divers », dans un article du Point. Elle s’interroge : les médias accordent-ils trop d’importance aux affaires criminelles ?

« Les affaires se multiplient. Mais il faut savoir raison garder. Il y aura toujours hélas d’innocentes victimes et des prédateurs en liberté. », énonce-t-elle. Il est surprenant de parler de prédateur, alors que l’on sait que la plupart de ces agresseurs et meurtriers sont des personnes de l’entourage.

« Aujourd’hui, deux affaires sont en pleine lumière : une petite fille qui n’avait pas encore dix ans fut tuée dans des circonstances encore mal connues, et une jeune femme au joli sourire est morte elle aussi brutalement du fait de son mari. Dans les deux cas, pour l’instant, les auteurs mis en examen évoquent, semble-t-il, soit un accident, soit une atteinte involontaire, sans jusqu’ici avoir pu dire exactement comment selon eux les choses se sont passées. », poursuit-elle.

On ne sait pas ce que le joli sourire d’Alexia vient faire là mais on continue de suivre la pensée de la magistrate qui défend l’idée que dans un pays où la parole est libre, il est important et même bon que les avocats « osent s’exprimer, voire se combattre ouvertement ».

D’accord mais il serait bon également d’analyser les faits en profondeur et ne pas se contenter d’invoquer la liberté d’expression à tout va, avant de conclure ainsi : « Voilà pourquoi, en dépit des colères et des indignations, en dépit des excès et des turbulences, il me semble que ce qui se passe autour de ces deux faits divers témoigne de la réalité de notre véritable démocratie. » Une véritable démocratie où seuls les hommes s’expriment, leurs femmes ne pouvant se défendre…

LA DÉCRÉDIBILISATION DES FÉMINISTES

Et celles qui dénoncent sont des hystériques enragées. Récemment, c’est l’actualité Cantat qui cristallise toute cette vaste et complexe controverse. Le postulat de départ est plutôt simple : il a frappé et tué une femme. Il a été incarcéré. Il a été libéré. Les choses se compliquent avec son statut : l’ex-leader de Noir Désir n’est pas seulement une personnalité publique, il est aussi un symbole, une idole.

Mais puisqu’il a purgé sa peine, ne peut-il pas revenir tranquillement sous les feux des projecteurs ? Droit à l’oubli, droit à la réinsertion. Une hypocrisie sans limite tant tout le monde est conscient que s’il s’agissait d’une personne racisée, du même âge et non starifiée, celle-ci ramerait de toutes ses forces pour trouver un travail qu’aucun employeur ne daignerait lui accorder en raison de son passé.

Bertrand Cantat figure donc parmi les personnes qui peuvent surfer sur la nostalgie d’une époque et d’un groupe mythique pour revenir au même endroit qu’avant le meurtre, faire la Une des journaux (octobre 2017, Les Inrocks) et passer pour une victime de ces énervées de féministes.

« Il a fait toute sa communication sur le crime passionnel durant le procès en créant la mise en scène du mec torturé et aujourd’hui il continue d’avoir ce discours-là. Et il parle de « violences », de « pluie de coups » qu’il subit ? C’est hallucinant ! », lance Laélia qui fait allusion ici aux propos tenus par Cantat, à la suite de son concert à Grenoble, après lequel il est volontairement allé se confronter aux manifestant-e-s qui tenaient à rappeler que derrière l’artiste adulé et applaudi se dissimule l’ombre du cadavre de Marie Trintignant, suivi de près par celle des circonstances étranges qui entourent le suicide de son ex-femme, sans oublier les plaintes de harcèlement à l’encontre de cet homme, depuis sa sortie de prison.

Si Bertrand Cantat a annoncé officiellement son retrait des affiches des festivals de l’été, il sera néanmoins sous le Cabaret botanique dressé dans le Thabor à l’occasion du festival Mythos, à Rennes. Le 16 avril, précisément. Sur les réseaux, il se murmure que plusieurs forces féministes de la capitale bretonne, potentiellement OLF 35 et Les Effronté-e-s – mais rien n’est officiel au moment où nous écrivons ces lignes et rien ne nous a été confirmé, si ce n’est la volonté de se fédérer autour de cet événement – souhaiteraient manifester leur mécontentement.

La machine s’emballe et on lit dans la presse que la Ville de Rennes refuse la censure. Ah liberté d’expression, quand tu tiens (et quand tu nous viens d’hommes politiques…) ! Manuela Spinelli clarifie la situation :

« Dans le cas de la venue de Cantat, il est urgent de nous fédérer. Parce qu’il est un symbole des violences faites aux femmes et que cela participe à l’invisibilisation de la souffrance des victimes et des familles des victimes. Ce n’est pas Cantat en lui-même que l’on cible. On n’a pas appelé au boycott et on n’empêchera personne d’aller voir son concert. On n’a pas non plus demandé l’annulation du concert. Mais on veut interpeler l’opinion. Il est une icône, il faut quand même réfléchir à l’impact que ça a sur les plus jeunes.

Il est important de souligner ce qu’il a fait ! Ne pas oublier ! Il a purgé sa peine, ok, mais on ne peut pas oublier. Alors oui, c’est difficile de se dire « je prends mon billet pour aller écouter un meurtrier » mais on a aussi un devoir de mémoire. Mais dans son cas, on ne parle que de réinsertion et d’oubli. Elle, on l’oublie. Vous imaginez les enfants de Marie Trintignant à chaque fois qu’il le voit à la télévision ? Il provoque, il se met en scène, il surjoue. Il est temps de remettre les choses à plat. Mais à chaque fois qu’on l’ouvre à propos de lui, les réactions sont très très virulentes de la part de ses fans. »

STOPPER L’HYPOCRISIE

Si les militant-e-s féministes ont conscience que répondre à cette polémique participe à accroitre la notoriété du chanteur, elles ne peuvent se résoudre à cautionner la loi du silence. Et l’hypocrisie qui protège l’homme blanc, de gauche, engagé, adoré. « C’est difficile de se dire qu’il a commis des actes horribles. », souligne Elodie, rejointe par Laélia :

« Selon moi, faut assumer. C’est dur, mais faut assumer. Quand tu es féministe dans ta vie de tous les jours, même si tu aimes la musique de Cantat, tu te prives de ce plaisir. On a du mal avec ça dans le militantisme de gauche. Et c’est le problème avec les hommes de pouvoir, les hommes idolâtrés. Avec Cantat, personne ne s’est jamais demandé s’il avait une religion. Avec une personne racisée, la question se serait posée. C’est obligé. »

Parce que, dans les mentalités, quand il s’agit d’une personne racisée, le problème devient culturel. Parce que quand il s’agit d’une personne croyante (et surtout de confession musulmane), là, on se saisit de l’affaire qui devient un fait de société, servant de caution à une laïcité radicale.

Mais quand la victime est une personne non-blanche ? une prostituée ? une ancienne détenue ? On en parle encore moins, voire pas du tout. Certainement une affaire de famille, un règlement de compte, une garce qui cherche les ennuis. Leurs vies n’ont pas de valeur et là encore on ignore les mécanismes d’un système sexiste, raciste, LGBTIphobe, etc.

RENDRE L’INVISIBLE VISIBLE

De manière générale, les femmes victimes de féminicides sont invisibilisées. À Rennes, on ne peut que saluer les initiatives féministes, à l’instar de l’exposition en novembre 2016 de 122 tenues symbolisant les femmes tuées à la suite de violences conjugales (chiffre 2015) et du rassemblement « Stop aux féminicides : on ne tue jamais par amour » organisé le 14 février 2018, à chaque fois sur la place de la Mairie.

Les associations continuent d’agir, de sensibiliser à la large problématique des violences à l’encontre des femmes. Malheureusement pas épaulées par le gouvernement qui multiplie les effets d’annonce au lieu de former les forces de l’ordre et les professionnel-le-s de la Justice.

Si en 2016, la violence conjugale est entrée dans le code pénal comme circonstance aggravante, le féminicide – terme encore mal compris et pas prêt de faire l’unanimité - est loin d’y parvenir pour le moment. Une étape cruciale pour Jérôme, d’Osez Le Féminisme 35 :

« il faut l’inscrire, absolument, comme circonstance aggravante. »

TOUT EST IMBRIQUÉ

En parallèle, la lutte est quotidienne. Remettre les femmes dans l’Histoire, faire place à une vraie littérature féministe, valoriser les modèles dans les différents domaines de la société, arrêter de cantonner la gent féminine à la beauté et l’apparence… Se battre pour l’égalité et la diversité. Toutes les femmes ne sont pas blanches, minces, hétéros, douces, maternelles, etc.  

« Les dominations sont croisées, tout est imbriqué : la lutte contre le sexisme, contre le racisme, contre l’homophobie. », précise à deux voix les Effronté-e-s Rennes, convaincues du bien fondé de la sensibilisation et de la pédagogie. « Perso, j’adore aller en boite. Et je parle souvent à mes amis de tous les relous qui m’ont fait chier. Ça leur permet aussi de se rendre compte de cette réalité. », dit Elodie.

Et Laélia d’ajouter : « C’est vrai, quand tu n’es pas une personne concernée et que tu n’as pas été sensibilisé, tu ne te rends pas compte de ce qui se passe autour de toi. Plus on va libérer la parole, plus on va parler de nos expériences et plus les gens vont réaliser. Il suffit de libérer la parole une fois, quelqu’un ose et ça déverse. C’est important, même s’il y a des retours de bâtons, c’est important. »

La révélation de l’affaire Weinstein marque un tournant dans l’histoire des luttes pour les droits des femmes. Si on est loin d’être arrivées au bout du chemin, la militante note tout de même que le journal L’Équipe s’intéresse de plus en plus aux sportives, à la place qu’on leur accorde dans le milieu et au traitement que l’on en fait.

Le 26 mars, le célèbre média n’hésitait pas à titrer sur le témoignage de Miriam, battue par son ex-compagnon, footballeur professionnel. La parole se libère doucement. Qu’en est-il à présent de l’écoute et de la prise en compte de cette parole ?