YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Le patrimoine, par les femmes du présent

Célian Ramis

Centre ancien : les visages de la transformation
Nathalie Appéré, le casque et l'écharpe
Ellen Esnault, archéologue des temps modernes
Sylvie Blottière-Derrien, l'amie du patrimoine

Pour être attractive, une ville doit se développer. Et y habiter signifie aussi de subir les change­ments, qui passent souvent par des travaux plus ou moins lourds. La capitale bretonne est en pleine expansion avec la naissance de nouveaux quartiers comme la Courrouze ou ViaSilva. Aussi, la ville de Rennes évolue selon un PRU, Programme de Ré­novation Urbaine (mis en place par la loi du 1er août 2003 d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine). Il vise depuis 2007 cinq quartiers d’habitat social : Villejean, le Blosne, Bré­quigny/Champs Manceaux, Cleunay et Maurepas.

L’objectif étant de les restructurer pour favoriser leur intégration dans un grand ensemble urbain. En parallèle, des grands projets se mêlent aux travaux dus au PRU, et notamment dans le centre ville. Que ce soit pour la deuxième ligne de métro prévue pour 2018 – qui ira de Saint-Jacques de la Lande à Cesson-Sévigné en traversant l’hy­percentre, les fouilles préventives de l’ancien couvent des Jacobins qui devrait être transformé en centre des congrès en 2016, la réhabilitation d’immeubles anciens menaçant de s’effondrer ou encore la revalorisation des Portes mordelaises, les rues et les places de la capitale bretonne sont parfois envahies d’échafaudages, de trous dans le sol, de barrières de sécurité mais aussi par les bruits des machines qui entaillent les pavés, le bitume ou même les murs.

Chaque évolution doit être pensée par la Ville de Rennes, en concertation avec les habitants, des urbanistes, des membres de l’association Les amis du patrimoine rennais et des architectes afin de préserver l’existant et l’améliorer, ou non selon les points de vue. Les projets ne peuvent être confirmés sans les rap­ports des archéologues ayant menés des fouilles préventives sur les chantiers. YEGG vous pré­sente trois femmes qui travaillent sur les transfor­mations de ce centre ancien. Elles oeuvrent pour la conservation du patrimoine, pour la sauvegarde des différentes époques de l’Histoire ou encore pour une modernisation du paysage… Elles vous font découvrir leur rôle dans l’évolution du Rennes de demain.

La députée de la deuxième circonscription d’Ille-et-Vilaine est aussi, on aurait tendance à l’oublier, conseillère municipale en charge du suivi du centre ancien. Entre grandes ambitions et réalités parfois périlleuses, Nathalie Appéré nous dévoile son plan de bataille et dresse l’état des lieux d’un Rennes en chantier permanent.

Une politique ancienne et ambitieuse”. Ambition. Le mot est lâché, et il est faible. Nathalie Appéré, en charge du suivi du centre ancien depuis qu’elle a quitté son poste de première adjointe au maire de Rennes à la suite de son élection à l’Assem­blée Nationale en juin 2012, a de l’ambition pour les vieilles rues de la capitale bretonne. Pour­tant, les chiffres sont de l’ordre du pharaonique à l’échelle locale.

Sur les 1600 immeubles que compte le centre ancien, 600 sont considérés comme dégradés, dont 300 très dégradés néces­sitant de lourds travaux”, lâche Nathalie Appéré. Ces travaux de grande ampleur n’effraient pas la municipalité qui envisage la réfection de 200 immeubles sur 5 ans : “Notre mission est de concilier la sécurité, la réhabilitation, ne pas figer l’immeuble. Il faut identifier les éléments de patri­moine, les valoriser, les protéger”.

Des répara­tions rendues difficiles par le mur qui semble se dresser devant les pouvoirs publics : le nombre important de copropriétaires parfois peu enclins à la négociation. “À Rennes, plus de 80% des propriétaires sont bailleurs, pour seulement 20% d’occupants. Le plus fréquemment, ils louent des studios à des étudiants. Certains sont donc réticents à des travaux qui sont coûteux, car leur pro­priété est déjà rentable en l’état”, avoue la conseil­lère municipale dont une des tâches est de déblo­quer ce genre de situations.

La Ville de Rennes n’est évidemment pas seule dans l’exercice. Toute évolution dépend de l’architecte des bâtiments de France dont l’objectif est de protéger le patrimoine de la ville et de mettre en place des règles de pro­tection car “c’est l’identité de la ville qui est der­rière le centre historique”, ajoute Nathalie Appéré.

Architecte à mi-temps et archéologue pour l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP), Ellen Esnault explique en quoi consiste son travail au couvent des Jaco­bins et aux Portes mordelaises.

« On a souvent à l’esprit la vision de l’archéologue qui fouille uniquement le sol, je ne suis pas que sur cette partie-là », explique Ellen Esnault. Son do­maine à elle : les élévations. Les murs en résumé. C’est pour l’étude du bâti qu’elle est intervenue dès novembre 2011, sur le chantier du couvent des Jacobins, qui devrait laisser place au centre des congrès.

Au total, 8000 m2 à explorer en 16 mois. Sans oublier qu’il faudra ensuite « une an­née de post fouilles avec les anthropologues, les céramologues… ». Concrètement, un diagnostic est réalisé avant de débuter les fouilles préven­tives. Des maçons déposent de l’enduit pour une meilleure lisibilité des murs, afin que les archéolo­gues puissent dans un second temps relever un maximum d’éléments. « Avec des truelles et des brosses métalliques, on observe les changements de matériaux. Puis on met les différents états en relation pour établir le phasage, les époques », explique l’archéologue.

C’est la première fois qu’elle travaille sur un chantier de cette ampleur : « c’est même inédit au niveau national. Cet ancien couvent est intact et a encore les bâtis en éléva­tion. De plus, il a une place centrale dans Rennes, suscite la curiosité des habitants, sans parler des trouvailles comme les sépultures par exemple ».

Une fois les rapports rédigés, l’INRAP travaille en collaboration avec des architectes qui doivent s’adapter aux normes et aux exigences du patri­moine conservé pour imaginer le futur centre des congrès. « Etant également architecte, je sais ana­lyser rapidement et visionner l’ensemble en 3D, selon la formation des murs, les anomalies liées au bâtiment… En fait, j’utilise mes deux regards dans chaque discipline », dit-elle.

Concernant le projet de valorisation des Portes mordelaises, le travail est différent. « Il s’agit de fouilles pro­grammées, non préventives, puisqu’il n’y a pas encore de travaux prévus et donc d’urgence », précise Ellen. Trois phases sont planifiées sur trois ans. La première phase a d’ailleurs eu lieu l’été dernier pour fouiller le fossé et se poursui­vra pendant les étés 2013 et 2014. « Avec ces études, nous allons pouvoir comprendre l’évolu­tion des élévations dans le temps, construites sur les remparts datant de l’Antiquité et consolidées au XVe siècle », explique-t-elle. D’autres chantiers (pas encore attribués à l’INRAP) à Rennes sont en prévision : le sol du mur Dubonnet, la place Saint-Germain et l’aile inoccupée de l’Hôtel-Dieu.

Ancienne historienne d’art et conservatrice de musées à Rennes, Sylvie Blottière-Derrien est aujourd’hui vice-présidente de l’association Les amis du patrimoine rennais qui oeuvre depuis 2005 à la conservation des biens patrimoniaux de notre ville.

« Nous sommes des gens vivants qui aiment leur passé », résume Sylvie Blottière-Derrien. L’association est née de la volonté de sauve­garder la chapelle de la Visitation, devenue un centre commercial. Mais « il est trop tard pour intervenir », le projet étant déjà lancé avec les promoteurs.

« On a réussi à sauver un édicule (partie de l’édifice religieux, ndlr) et une partie du mur dans une des boutiques. Mais c’est dommage de ne pas avoir pu faire plus », regrette la vice-présidente. Les amis du patrimoine rennais réunissent des histo­riens, des universitaires, des conservateurs de musée mais aussi des étudiants et jeunes actifs intéressés par l’objectif du collectif.

Pour éviter au maximum que l’épisode de la Visitation ne se répète, l’association est invitée dans les commissions de la Ville de Rennes « afin de connaître les projets en amont car c’est terrible de se battre quand tout est déjà établi ». Sylvie Blottière-Der­rien a conscience qu’une ville doit évoluer et se développer. Mais selon elle, ce n’est pas pour autant qu’il faut agir précipitam­ment : « Nous ne sommes pas contre le Rennes d’aujourd’hui et de demain et nous ne sommes pas non plus le club des pleu­reuses. La municipalité a de bonnes idées mais ne réfléchit pas assez à mon goût aux possibilités d’aménagement. Il faudrait que les architectes soient plus inventifs ».

En ef­fet, la vice-présidente déplore la perte d’es­pace de la salle du Jeu de paume, le pro­jet de fermeture des arcades à République (le 14 mars, l’architecte des bâtiments de France a rendu un avis défavorable au permis de construire demandé par La Poste, propriétaire des arcades, ndlr) ou encore l’arrivée du centre des congrès, qui pourrait selon elle être construit ailleurs. Une salle devrait être dédiée aux trouvailles lors des fouilles préalables « et nous y veillerons ! » Veiller à la mise en valeur du patrimoine, telle est la vocation de l’association, qui offre le prix galette aux propriétaires se battant dans ce sens. Point important pour Sylvie : « Lais­ser le passé trouver sa place dans le présent »