YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Prenez soin de vos seins

Célian Ramis

Au sein de la maladie
Dépistage & diagnotic
Les traitements
Rencontre avec Isabelle Rolland

Mois dédié à la prévention contre le cancer du sein, Octobre rose sensibilise les femmes à l’importance du dépistage. Il ne les exempte pas de s’en préoccuper en dehors de cette période.

En Ille-et-Vilaine, 120 000 femmes sont concernées par le dépistage organisé du cancer du sein, c’est-à-dire qu’elles ont entre 50 et 74 ans et ne présentent pas de risques de cancer génétique. Elles bénéficient alors d’un examen clinique et d’une mammographie, 100% pris en charge par la Sécurité sociale, tous les 2 ans. En Bretagne, 65% des femmes participent au dépistage organisé sur 24 mois. « Le taux est important dans la région car nous avons été pilote en 1995, avant que le Plan Cancer ne soit lancé en national », explique Martine Denis, médecin coordinateur pour l’ADECI 35 – association pour le dépistage des cancers en Ille-et-Vilaine.

Les campagnes de dépistage sont parfois controversées : « Certaines anomalies détectées pourraient ne jamais évoluer mais sont traitées comme des tumeurs cancérigènes. La recherche travaille sur ce sujet, pour nous permettre de déterminer s’il est nécessaire d’opérer ou non et ainsi éviter cela à la patiente », précise Martine Denis. Toutefois, détecté à un stade précoce, le taux de survie est important. Selon les statistiques de l’Institut National du Cancer, 9 cas sur 10 sont guéris lorsque la tumeur fait moins d’un centimètre. On reconnaît aussi une baisse de la mortalité dans les 15 dernières années, bien que celle-ci ne soit pas chiffrée précisément.

Que ce soit pour le dépistage ou le diagnostic, la capitale bretonne détient un pôle important dédié à la sénologie. L’institut Rennais du Sein dispose d’une équipe médicale et chirurgicale issue du Centre Eugène Marquis, du CHU de Rennes et de la clinique La Sagesse.

Le dépistage organisé du cancer du sein concerne les femmes âgées de 50 à 74 ans, excepté celles qui présentent des facteurs à risque (antécédents familiaux, gène BRCA1).

Dans cette tranche d’âge, il est conseillé de renouveler le dépistage tous les deux ans. « C’est la périodicité la plus efficace pour diminuer la mortalité par cancer du sein, explique Brigitte De Korvin, radiologue et chef du département d’imagerie médicale – dont la sénologie – au Centre Eugène Marquis. D’autres fréquences ont été testées, en Suède par exemple sur une période de trois ans, mais révèlent trop de « cancers de l’intervalle » entre la deuxième et la troisième année. »

Proposé par le médecin traitant, l’examen – pris en charge à 100% par la Sécurité sociale – est gratuit pour les patientes. Ce dernier est composé d’une consultation clinique et d’une mammographie de dépistage durant laquelle plusieurs clichés sont réalisés au niveau des deux seins : incidence face et incidence oblique, soit la première où le sein est à plat et la deuxième où le sein est incliné à 45°, cette dernière étant la plus adaptée au dépistage.

« On adapte selon la morphologie afin de visualiser toute la glande mammaire. Mais que les femmes se rassurent, ce n’est pas douloureux en général ».
Brigitte De Korvin, radiologue et chef du département d’imagerie médicale.

Les radios – effectuées par environ 40 000 femmes par an en Ille-et-Vilaine dans le cadre du dépistage organisé – sont ensuite soumises à une deuxième lecture et peuvent être complétées immédiatement par d’autres clichés.

DIAGNOSTIC

La mammographie peut également être utilisée pour le diagnostic, « lorsqu’une anomalie (chaque anomalie n’est pas synonyme de tumeur cancérigène, ndlr) est détectée ». Les professionnels bénéficient de plusieurs examens aidant au diagnostic, dont la microbiopsie et la macrobiopsie. Toutes les deux réalisées sous anesthésie locale.

La première permet, à l’aide d’une aiguille, de prélever par « tru cut » (système employé pour des prélèvements multiples) un fragment de tissu dans le nodule repéré au préalable. Une échographie est effectuée au même moment « pour suivre précisément le trajet de l’aiguille ». L’échantillon, placé dans un produit de fixation, est envoyé au laboratoire d’analyse qui détermine si tumeur il y a ou non (qu’elle soit bénigne ou maligne).

La deuxième est souvent requise lorsque l’anomalie découverte n’est pas palpable. « Elle permet de prélever des cellules appelées les calcifications » logées dans le canal de lactation du sein. L’échantillon analysé « sert à définir s’il y a besoin d’opération ou non. En général, il s’agit de cancers intracanalaires et sont non-invasifs », c’est-à-dire qu’ils n’ont pas traversé la paroi du canal de lactation et ne devraient pas développer des métastases.

La patiente est allongée sur une table et son sein, placé dans un appareil semblable à celui de la mammographie. Une aiguille, assistée par ordinateur – pour une meilleure précision de la localisation des calcifications – permet de prélever ces cellules.

Différents traitements existent aujourd’hui pour lutter contre le cancer du sein : chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie, hormonothérapie, anticorps monoclonaux. Dr Cécile Bendavid-Athias, chirurgien, et Dr Claudia Lefeuvre-Plesse, cancérologue et spécialiste de la chimiothérapie, exercent au Centre Eugène Marquis et nous éclairent sur le sujet.

Associés entre eux ou appliqués seuls, ils reposent sur le retrait de la tumeur et sur la suppression de toutes les cellules cancéreuses. Tous sont adaptés aux caractéristiques de la patiente dans le but de guérir et d’éviter toute récidive. Ils sont personnalisés et font l’objet d’une décision collégiale, où une équipe pluridisciplinaire choisit des traitements appropriés pour la patiente. « La taille, les caractéristiques de la lésion (le profil tumoral), la présence d’une atteinte de ganglions et l’âge de la patiente » sont déterminants pour définir le choix et l’ordre des traitements, explique Claudia Lefeuvre-Plesse.

La chirurgie est, dans la majorité des cas, le traitement de base. Elle peut être soit conservatrice lors d’une tumorectomie, soit ablative lors d’une mastectomie totale. Dans le premier cas, seule la tumeur est enlevée et non la totalité du sein. Dans le second, l’intégralité de la glande mammaire, dont l’aréole et le mamelon, est retirée. Selon Cécile Bendavid-Athias, « la majorité des femmes concernée par cette maladie conservent leur seins ». Cela est, en partie, lié « au dépistage et à l’évolution des techniques chirurgicales ».

De la même façon, le prélèvement des ganglions de l’aisselle est limité dès que possible au premier de la chaîne (Technique du Ganglion Sentinelle). Le prélèvement des autres ganglions dépendra de l’atteinte ou non de celui dit sentinelle. Au Centre Eugène Marquis, l’analyse de ce dernier se fait pendant l’intervention grâce à une technique de biologie moléculaire (OSNA). Ainsi, si l’indication se pose, le prélèvement des autres ganglions peut être effectué durant la même intervention ce qui évite aux patientes une seconde chirurgie.

Avant ou après avoir subi ces interventions, d’autres méthodes thérapeutiques sont également proposées aux patientes.

La radiothérapie :

Traitement local avec des appareils émettant des rayons qui a pour objectif  de détruire les cellules cancéreuses éventuellement résiduelles après la chirurgie et de limiter le risque de récidive locale.

La chimiothérapie :

Traitement général, médicamenteux, qui a pour mission d’éliminer les cellules cancéreuses et d’éviter qu’elles ne se multiplient. Appelée adjuvante lorsqu’elle est prescrite après une opération chirurgicale, son but est de détruire une maladie microscopique résiduelle. Elle peut aussi être effectuée 3 à 4 mois avant une intervention pour réduire la taille de la tumeur et envisager une chirurgie conservatrice. On parle alors de chimiothérapie néo-adjuvante.

L’hormonothérapie :

Elle agit sur l’ensemble du corps et vise à empêcher les hormones féminines comme les œstrogènes d’agir sur les cellules cancéreuses. Elle est destinée aux femmes qui ont un cancer hormonosensible, c’est-à-dire dont le développement est influencé par les hormones. Traitement par médicament.

Les anticorps monoclonaux :

Ils sont proposés aux patientes qui possèdent une tumeur qui sur-exprime à la surface de leurs cellules des protéines appelées HER2 et ont pour effet de stimuler la production de cellules cancéreuses. L’anticorps, nommés Trastuzumab, empêche cette action nocive.

Ces traitements s’accompagnent systématiquement d’une prise en charge globale (suivi psychologique, ateliers de groupe, kinésithérapie…) et entraînent, dans la plupart des cas,  des effets secondaires qui varient d’une patiente à une autre.

En dépit de l’efficacité démontrée de ces différents traitements, les scientifiques poursuivent leurs recherches pour les améliorer ou sont en quête de nouvelles méthodes. Actuellement selon Cécile Bendavid-Athias, elles sont tournées vers  « la biologie ou l’analyse moléculaire des cancers, pour mieux cibler les anomalies et personnaliser le traitement ». « Des essais sont également en cours sur la possibilité de réaliser dans certains cas une radiothérapie partielle ciblant uniquement la zone opérée et non plus la totalité du sein », précise la chirurgienne.

Âgée de 30 ans lorsqu’elle détecte une tumeur au sein gauche, Isabelle Rolland a connu la chimiothérapie, le traitement par rayons mais aussi l’ablation des deux seins, il y a deux ans, lorsque la maladie s’est à nouveau déclarée. Dynamique et positive, cette mère de trois enfants revient sur les différentes étapes de son cancer.

Le premier cancer a-t-il été dépisté lors d’un examen gynécologique, puis par la mammographie ?

C’est un peu particulier. Dans mon cas, j’ai effectué ma première mammographie à 29 ans car il s’agit d’un cancer génétique. Je suis donc une personne à risque. Ma mère a eu trois cancers, dont deux du sein – le premier à 33 ans. Elle est décédée à 47 ans. J’ai toujours fait attention, je vais chez la gynécologue tous les ans, j’ai un suivi IRM chaque année et j’ai appris à palper ma poitrine.

Est-ce grâce à ce suivi que la maladie a été dépistée ?

Lors de la mammographie, rien n’a été détecté. Pourtant, j’avais le sein lourd. Quelques mois plus tard, en palpant, j’ai trouvé la tumeur. Elle faisait 5 cm de diamètre. Mais j’ai mis beaucoup de temps avant de la percevoir. D’où, selon moi, l’importance du palpé. Les femmes ne le font pas. J’avais 9 ans lorsque ma mère a eu son premier cancer, ça fait donc parti de moi et le geste est naturel. Pour la suite, je suis allée voir mon médecin généraliste qui m’a prescrit les examens, j’ai fait une échographie et une biopsie.

Est-ce en palpant que vous avez découvert la seconde tumeur ?

Oui, j’ai continué de le faire et, il y a deux ans, j’ai détecté une boule dans chaque sein. J’ai subi une ablation des deux côtés. Comme j’avais 40 ans à ce moment-là, on a aussi décidé d’enlever les ovaires.

Afin de limiter les risques de cancer des ovaires ?

Oui. En fait, lorsque la maladie est génétique, les risques sont plus importants. C’est dû au gène BRCA1. Qui peut aussi toucher les hommes puisque c’est héréditaire. Au niveau de la prostate, mais aussi du sein. Ça, on le sait moins car c’est minime.

Quelles difficultés avez-vous rencontré lors des différentes étapes de la maladie ?

J’avais déjà deux enfants et, avec mon mari, nous en voulions un troisième. À cause du premier cancer, nous avons dû « décaler » mais nous l’avons eu. La vie n’est pas finie après le cancer. L’ablation aussi, puis survient le deuil de la féminité. Je suis actuellement en reconstruction.

Vous parlez de reconstruction psychologique ?

Physique. Je subis 6 opérations – à trois mois d’intervalle à chaque fois pour permettre la vascularisation – pour une autogreffe, à la clinique de la Sagesse. On ne pose pas de prothèse mammaire, on prend de la graisse dans certaines parties du corps. Et pas forcément dans celles qu’on voudrait pour maigrir (rires) ! Cela permet d’obtenir un effet plus naturel. Mais on sait bien que ça ne ressemblera jamais à la perfection à notre vraie poitrine.

Qu’avez-vous ressenti lors de l’annonce de votre cancer ?

Je m’y attendais, je savais que ça pouvait arriver même si j’espérais que non. Après, il y a forcément la peur de la mort, ma mère en étant décédée. Il y a aussi l’angoisse de laisser ses enfants sans leur maman. Ça change une personne malgré tout. Les choses de la vie paraissent plus simples. On relativise plus. Et c’est ça que je veux transmettre aux gens – atteints ou non d’un cancer : soyez heureux, la vie est belle ! Ceux qui se plaignent sont souvent en bonne santé. Faisons confiance à la vie, c’est important. C’est une sacrée épreuve, on a peur mais quand on a la chance de s’en sortir, car c’est une chance, on pense autrement.

Et pour votre entourage ?

Dans ma famille, tout le monde savait pour ma maman. Mais c’est très compliqué. On fait le tri en tout cas. J’ai perdu 50% de mon entourage lors du premier cancer, et encore 50% lors du second. C’est difficile. Souvent, ils ont peur pour eux car cela leur renvoie leur propre angoisse de la mort. Et puis, sous chimio, on change de tête. Je suis quelqu’un de dynamique mais, sans cheveux, sans sourcils, ça faisait peur.

Puis, vous avez guéri. Est-ce un terme que vous utilisez ?

Je sais que cela fait polémique. Parler de guérison ou de rémission… Je préfère « guérir » car il permet d’aller de l’avant selon moi. Si on reste avec l’idée d’une récidive – terme terrifiant aussi – on ne vit pas.

Et pourtant, vous avez eu un second cancer…

Oui, n’ayant pas subi d’ablation la première fois, je savais que le risque était encore présent. Mais le risque 0 n’existe pas. Et même après ablation, on peut avoir un cancer du sein même si maintenant je suis passée de 50% minimum à 5%. On parle du cas Angelina Jolie. Il y a des pour et des contre. Ça dépend de l’âge auquel on le fait. On ne le vit pas de la même manière à 40 ans et à 20 ans. Mais pour ce dernier, je trouve qu’on enlève une partie de la féminité beaucoup trop tôt.

À 40 ans, aussi. Non ?

Evidemment ! C’est aussi la partie sexuelle qu’on nous enlève, et ça on n’en parle pas. Alors parlons-en ! En tant que femme, la poitrine est une zone importante dans ce domaine-là. Et puis, on a envie de remettre des décolletés, ne plus faire attention à ce qu’on porte car on ne peut pas porter de vêtements moulants. Pour parler crument, on ne peut plus avoir les tétons qui pointent quand on en n’a plus. Il y a quand même une perte au niveau de la sexualité.

Des groupes de parole existent-ils pour évoquer ces sujets-là ?

Oui, bien sûr. Je suis suivie au Centre Eugène Marquis et Anne Bridel, de la Ligue contre le cancer 35, organise des ateliers grâce à ERI, un centre d’informations et d’écoute des patientes mis en place par la Ligue. « Et après ? » nous permet de discuter entre nous de tout : douleurs, reconstruction, nourriture, relationnel avec les autres… C’est ouvert à tous mais étrangement il n’y a que des femmes ayant été atteintes de cancers du sein.

La parole au sein de ces groupes est-elle plus libre ?

Il y a une facilité dans la rencontre et dans la discussion, c’est certain. On peut se parler sans se dire que l’autre, en face, ne nous comprend pas. L’expérience commune nous permet de partager cela facilement. En chimio, comme dans les ateliers, je me suis fait des amies. Et nous continuons de nous voir en dehors. Nous avons d’ailleurs créé un comité de patients au Centre Eugène Marquis. Je me sers de ce qui m’est arrivé pour les autres. J’en ai fait une force.

En quoi consiste ce comité ?

Nous avons signé la charte jeudi 19 septembre. Notre rôle est de rassembler les idées des différentes personnes (les patients peuvent envoyer des mails à l’adresse suivante : comitepatients@orange.fr, ndlr). Selon les besoins, les points à améliorer, nous voyons ce qui est possible de faire avec la Direction. Et on les met en place lorsque cela est envisageable. C’est important pour moi de participer à la création et au développement de ce comité. Je suis quelqu’un de positif, qui veut avancer et qui sait profiter de la vie ! Mes enfants aussi me donnent la pêche.

Tout comme vous l’avez été, vos enfants sont-ils sensibilisés à ce sujet ?

Avec mon mari, nous avons expliqué à nos enfants ce qu’était le cancer, lorsque j’étais malade. Nous sommes pour la transparence (dixit son mari lors de l’interview, ndlr). Comme c’est génétique, ils sont au courant. Mais nous ne les embêtons pas avec ça. L’aînée a 17 ans mais ne pourra demander une prise de sang, pour déterminer si elle porte le gène ou non, que lorsqu’elle sera majeure. La loi sur la génétique interdit de le faire avant. Mon fils a 13 ans et la benjamine a 6 ans et demi. Ils ont le temps.

Pourquoi devoir attendre 18 ans ?

Je ne connais pas les raisons, certainement pour s’assurer que l’enfant aura entre les mains tous les tenants et aboutissants de cette décision. Mais je me dis que quand on a un gène qui peut entrainer la mort, le regard des autres changent. Cela peut entrainer de lourdes conséquences. Il faut se préserver. Et puis je suis pour vivre l’instant présent. L’essentiel est de trouver ce qui nous rend heureux. Parfois on a envie de craquer, surtout les premières fois – mammographie, chimio, ablation… – mais on trouve des ressources pour soi, pour son entourage et pour ses enfants ! C’est ça l’important !