YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Le Grand Soufflet 2014 : Yéti fait son cabaret humoristique

Célian Ramis

Mercredi 8 octobre, la joviale Jetty Swart – prononcer Yéti – se produisait sur la scène du Grand Soufflet, avec son accordéon, sa flûte traversière, sa boucle de samples et sa légèreté naturelle.

« Je suis née d’une mère hollandaise. On les reconnaît facilement, ce sont elles qui ramènent les sacs de patates ! » Le premier contact avec le public annonce la couleur. Proximité et second degré seront les maitres mots de cette fin d’après-midi pluvieuse.

Et quand au milieu de la chanson, elle oublie les paroles, la copine de Chloé Lacan le tourne en dérision et continue de chantonner en souriant : « Je ne sais plus ce que je chante à ce moment-là… Est-ce que quelqu’un l’a déjà entendue pour m’aider ? Ce serait super chouette mais c’est pas grave parce que la chanson continue ! »

Et le public ne manquera pas de la soutenir en fredonnant avec elle une série de « pom pom pom ». Jetty Swart, chanteuse et musicienne, oscille entre l’anglais et le français pour transporter les spectateurs dans un univers onirique, dans lequel se croisent comptines, histoires abracadabrantes, poésie et cabaret humoristique.

Celle qui a bien fait de quitter l’école d’arts graphiques pour se consacrer à la musique est pétillante, créative et inventive. Avec du beat-box enregistré en sample, elle transforme le chapiteau en cabane isolée au milieu de la forêt sous laquelle nous sommes abrités. On perçoit alors le son d’une goutte d’eau qui tombe lourdement sur les planches de bois. Et la magie opère, elle transforme « notre cafard en caviar » et sème la bonne humeur sur fond de temps maussade.

« On va danser ! Et si on danse, il faut quelque chose de plus spectaculaire ! », lance-t-elle en enlevant sa chemise en jean. Et en faisant tomber la veste, elle fait également tomber le masque. Si le second degré et son naturel taquin ne sont jamais très loin, et sont surtout nichés dans la Chanson du coq, « écrite pour les gars que j’ai rencontré à Montpellier », l’artiste hollandaise nous embarque à présent sous le ciel étoilé d’une nuit très noire.

Les rêves et les sentiments profonds sont surface et s’animent au son de l’accordéon et de sa voix qu’elle manie avec une facilité déconcertante. Indéniablement elle sait jouer avec les ambiances, les mots et les émotions. Passant d’une reprise délurée de Mickael Jackson avec un franc roulé de R à une chanson poignante empreinte de sonorités de l’est, elle fédère le public autour de son personnage et de sa proposition musicale. Et les festivaliers en redemandent encore et encore. Poussée par l’adrénaline, Yéti se laisse voguer et entame une dernière chanson en néerlandais pour conclure ce concert aux ambiances et influences éclectiques.