YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Avril 2015

Coup de cœur

À la poubelle la norme corporelle

Depuis plusieurs dizaines d’années, le corps féminin est devenu l’objet d’un business hallucinant, vendant un modèle unique, mince, à la peau blanche et parfaitement lisse. Revendiquer un corps ne correspondant pas à la foutue norme n’est pas tâche aisée, l’accepter encore moins, le faire accepter, n’en parlons pas. Si la prise de conscience commence à peine, le chemin de l’action et du changement reste encore bien tortueux. On ne peut alors que se réjouir d’assister à la naissance du projet Hors-normes, groupe rennais lancé le 26 mars dernier par Manon Deniau, étudiante à Rennes 2 et journaliste pour YEGG, ne nous en cachons pas - l’initiative étant parfaitement indépendante de notre rédaction. C’est par les réseaux sociaux Facebook et Twitter qu’elle choisit d’impulser cette dynamique issue du « body positivism », dont l’objectif est de relayer auprès de ses membres des informations destinées à promouvoir la diversité des corps et leur beauté. Peu importe la forme et l’aspect de notre enveloppe corporelle, la lutte contre la pression sociale et médiatique doit être engagée à titre individuel et collectif. Le groupe permet d’interpeller notre rapport au corps et de débattre en s’affranchissant des jugements répressifs et oppressants. Manon Deniau indique vouloir à l’avenir créer des cafés-discussions, à Rennes. Forcément, on aime et on soutient !  

Coup de gueule

Des inégalités bien cultivées

Nous évoquions le projet dans nos colonnes, en septembre 2014, lorsque le mouvement HF Bretagne recrutait 2 personnes pour réaliser un diagnostic sur la place des femmes dans les arts et la culture en région. Le 25 mars dernier, au Triangle, Marion Indo – partie Spectacle vivant – et Zoé Haller – partie Arts plastiques – dévoilaient les résultats de leur étude, réalisée à l’automne dernier durant 2 mois, à partir des informations disponibles sur Internet ou dans les plaquettes de saison 2014-2015 sur 2448 spectacles (pour Spectacle vivant) et à partir des informations disponibles sur Internet pour les années 2013 et 2014 (pour Arts plastiques). Nous n’attendions pas des chiffres mirobolants mais ceux délivrés dans la plaquette – étude complète sur la page Facebook de HF Bretagne – sont effarants. Les femmes sont majoritaires, entre 71 et 87%, dans les domaines de l’administration, la médiation, la communication ou encore de la billetterie. Mais ne sont que 17% à diriger les spectacles que nous voyons. Ne sont que 22% à la tête des structures culturelles et 15% à écrire ou composer les textes et musiques que nous entendons. Concernant les arts plastiques, elles n’étaient que 29% à être exposées, sur 36 lieux et 5 manifestations d’art contemporain. La Bretagne est loin de l’excellence prétendue dans de nombreux domaines. Niveau prise de conscience et évolution, on mettrait bien un zéro pointé. Honteux !