YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Mai 2015

Coup de cœur

Libérer la figure féminine

« Et vivre était sublime », une ode à la vie, à l’amour, au sexe, aux femmes et aux hommes. C’est ce que propose le duo des « garçons manqués » dans cette lecture musicale présentée lors du festival Mythos, à Rennes, un vendredi soir d’avril. Le 10 précisément. Un duo qui réunit l’écrivain Nicolas Rey et le musicien Mathieu Saïkaly, au centre d’un auditoire disposé en cercle autour de ces deux hybrides. Tout de suite, un coup de cœur. Une évidence foudroyante. D’un côté, Nicolas Rey, qui lit des textes d’Albert Cohen, de Céline ou encore de Boris Vian, avec une voix unique, tremblotante, chargée de ses histoires à lui qui a souvent été piqué à vif. D’un autre, Mathieu Saïkaly, qui gratte délicatement les cordes de sa guitare et interprète les chansons de Bob Dylan, des Stones ou encore de Johnny Cash, avec une voix douce, teintée de folk et bercée de sa candide jeunesse. Les textes dévoilent des figures féminines fantasmées et fantasmantes, empreintes de réalisme. La pureté romantique emboite le pas à la description très crue de la rencontre, du sentiment amoureux et de la relation sexuelle, sans occulter l’angoisse ressentie par un homme avant de s’abandonner aux plaisirs de la chair. La vision de la Femme, sortie de la plume d’auteurs masculins et déclamée par les bouches fragiles de deux hypersensibles bien assumés, est belle, libératrice et moderne.

Coup de gueule

L'égalité à la télévision française ?

La course à la présidence de France Télévisions par le CSA – Conseil Supérieur de l’Audiovisuel – a agité les chaines de télé et les médias. Mi-avril, le collectif de femmes journalistes « Prenons la Une », visant à lutter contre le sexisme dans les médias, a adressé une lettre ouverte aux candidat-e-s à la présidence de France Télévisions, les interpelant sur le faible chiffre d’expertes invitées sur les plateaux télés (- de 20%). Rappelant aussi l’engagement du groupe des chaines publiques lors de l’événement « En avant toutes », en mars 2014 : atteindre 30% d’expertes dans les émissions d’information (le directeur de l’information parlait même de 35% d’ici fin 2015). Et l’enthousiasme s’en est allé, visiblement, puisqu’aucune communication, ni rapport public, n’ont ensuite été faits sur d’éventuels chiffres prouvant une évolution positive dans ce domaine. Le collectif saisit alors le ou la future président-e, soulignant qu’il en est de son rôle de mettre l’égalité sur les plateaux. De toute urgence. Tout comme « Prenons la Une », nous nous mobilisons contre les stéréotypes, pour l’égalité des sexes et pour une juste représentation des femmes dans les médias. Ceci est donc un coup de gueule préventif… Une bonne chose alors que la future présidente (août 2015), Delphine Ernotte-Cunci se définisse comme une militante de l’égalité professionnelle !