YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Octobre 2015

Coup de cœur

50 ans seulement ?!

12 octobre. Jeanne Geneviève Labrosse est la 1ère femme à effectuer un saut en parachute en 1799, l’infirmière et espionne Edith Cavell est exécutée par les Allemands en 1915, l’actrice Brigitte Lahaie nait en 1955, l’apnéiste Audrey Mestre meurt en 2002… Et la capitale bretonne aussi est marquée par cette date. Le 12 octobre 1965, comme un tournant dans l’histoire locale du féminisme, l’association départementale du Planning Familial est créée. D’abord par engagement pour la libération des individus par rapport à l’Église puis par militantisme féministe. Les femmes ont alors accès à l’information et aux conseils concernant la contraception, « ce qui avant le vote de la loi Neuwirth du 28 décembre 1967 était interdit », soulignent à juste titre Patricia Godard et Lydie Porée, fondatrices de l’association Histoire du féminisme à Rennes, dans leur livre Les femmes s’en vont en lutte !. 50 ans plus tard, les centres de Rennes et de Saint-Malo proposent, au delà de la mission d’information, d’écoute, de conseil et de sensibilisation, des consultations gynécos, des suivis au niveau de la contraception et des accompagnements pour l’IVG, dans une approche globale de la santé dont l’accès est essentiel, tout âge, origine, orientation sexuelle et milieu social confondus. 50 ans seulement donc que l’on peut dire merci à toutes celles et ceux qui œuvrent, bénévolement ou non, dans « les bureaux de Dieu », comme le mentionne Claire Simon, réalisatrice du film du même nom, sorti en 2008.

Coup de gueule

Mâle politique

Comment se débarrasser du sexisme quand ceux qui doivent montrer l’exemple ne le font pas ? Les femmes politiques sont trop souvent la cible d’insultes et de commentaires déplacés de leurs confrères ou des journalistes. Ainsi, quand en septembre Olivier Mazerolle reçoit à RTL la ministre du travail, Myriam El Khomri, sa première préoccupation est de savoir pourquoi elle n’a pas gardé son nom de femme mariée (« à un Bordelais pur sucre »). Racisme ? Sexisme ? Les deux ! L’intervieweur aurait-il agit ainsi avec un homme ? On est en droit d’en douter. Puis, il y a quelques jours, David-Xavier Weiss, adjoint à Levallois-Perret et membre des Républicains, s’attaque au physique d’Emmanuelle Cosse, cheffe de file des écologistes, secrétaire nationale d’EELV, via un tweet ignoble : « Faut vraiment régler le problème de la crise porcine à EELV avec Emma Cosse ». Et la crise porcine avec Jean-Pierre Raffarin, aurait-il osé ? Les deux hommes se sont depuis (mal) défendus. Trop tard. Le mal est fait et leurs noms se sont ajoutés à la liste des goujats, crétins et autres pauvres types qui, à défaut d’arguments intelligents et valables, usent du pire : le sexisme. Yegg consacrera un Décryptage au sujet le mois prochain via le témoignage d’élues locales. A suivre…