YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Novembre 2015

Coup de cœur

Dessiner pour le droit des trans

Une cinquantaine de personnes est venue rencontrer Sophie Labelle, au Centre Gay Lesbien Bi et Trans (CGLBT) de Rennes, le 22 octobre. La bédéiste québécoise, connue pour Assignée garçon, une « webcomic » qui illustre le quotidien d'une petite fille trans, ne s'attendait pas à accueillir autant de monde. L'atelier création de bande-dessinée, initialement prévu, s'est transformé en véritable « show », avec en prime des blagues sur les Bretons et Éric Zemmour. Pendant plus d'une heure, l'activiste pour les droits des personnes trans et intersexes a expliqué son parcours de bédéiste, en le mélangeant à son « coming-out » de femme trans. Car celle qui a les cheveux roses raconte que dessiner lui a permis d'« exprimer [son] trop plein d'existence », tel un exutoire. Cependant, l'institutrice de formation n'a osé montrer publiquement ses planches que l'an dernier. De là est née la bande-dessinée en ligne qui l'a fait connaître outre-Atlantique, devenue un puissant outil de communication pour la communauté trans. Cela lui permet de faire « passer des messages dans le débat public » afin de faire entendre leurs voix. Sophie Labelle a parlé avec auto-dérision d'un sujet trop peu abordé. Et ça fait du bien. On en aurait bien besoin en France.

Coup de gueule

Des voix qui peinent à se faire entendre

Sommes-nous un brin parano, nous les femmes ? Voit-on de la discrimination à notre encontre partout ? Une récente étude de l’INA confirme nos craintes et notre agacement : oui, nous sommes bien discriminées, dans toutes les sphères de la société et notamment dans les médias. Menée en 2014, l’enquête de l’Institut National de l’Audiovisuel s’est intéressée aux matinales - créneau phare - des radios généralistes françaises (France Inter, Europe 1, RTL et RMC). Résultats ? Les hommes squattent l’antenne ! À la présentation (Bourdin, Cohen, Calvi, Sotto…) mais aussi chez les invités : « Au niveau de la répartition des invités selon leur genre, on constate sans surprise une très forte majorité d’hommes sur l’ensemble des radios (…) France Inter apparaît comme le « bon élève » avec près de 27 % de femmes parmi les invités de la semaine et 24 % le week-end. (…) Enfin, Europe 1 et RTL sont proches avec une moyenne de 19 % d’invités femmes. » Aïe. Et quand on s’aperçoit que la femme la plus invitée de ces radios n’est autre que Marine Le Pen… On a vraiment mal à notre représentation ! Heureusement, des voix de femmes on peut en entendre ailleurs, chez Madame B, par exemple, nouvelle émission de Canal b, tous les vendredis de 12h30 à 13h… Ouf !