YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Le Grand Soufflet : L'histoire du tango en musique et en burlesque

Célian Ramis

Maria Dolores n’aime pas seulement le tango… Elle aime également se donner en spectacle et divaguer entre une milonga et une reprise surprenante de la Compagnie Créole, façon Argentine. Accompagnée de l’Amapola Quartet, elle était sous le chapiteau du Grand Soufflet, au parc du Thabor, mercredi 12 octobre.

Elle avait juré de ne plus jamais chanter le tango. À cause des relations douloureuses qu’elle a vécu avec des musiciens argentins. Pourquoi ? « Parce que l’homme argentin est un condensé de tous les hommes de la terre ! », lâche-t-elle naturellement en arrivant sur la scène, vêtue d’une longue robe moulante noire et parée de ses longs gants et hauts talons rouges.

Elle fait référence au XIXe siècle, période durant laquelle l’Argentine connut d’importantes vagues d’immigration donnant lieu à un grand métissage.

« Il faut remettre les choses dans le contexte : ce sont des hommes seuls, sans femmes et enfants, qui ont débarqué dans le port de Buenos Aires. Résultat de ce métissage ? Le tango ! Et c’est un joyeux bordel car là où commence le tango, c’est dans les bars à puputes ! », s’exclame Maria Dolores, provoquant les rires du public.

Car à l’essor du tango entre 1890 et 1930, elle associe celui de la prostitution. Une manière d’introduire la chanson suivante, un hommage vibrant aux « femmes que l’on paye », « ces virtuoses de la cuisse ». Avant d’aller s’installer sur le côté de la scène se préparer un sandwich, nourrir son chien et se servir - au cubis - un verre de vin blanc.

C’est certain, Maria Dolores est un sacré personnage. Échappée de la compagnie Femmes à barbe, avec laquelle elle a remporté le Molière de la Comédie en 2016 pour la pièce Les faux british, Lula Hugot incarne aux côtés des musicien-ne-s de l’Amapola Quartet, une diva excentrique et délurée, « espagnole de souche, argentine de couche et rennoise de cœur ce soir », biberonnée au tango et aux joies de l’amour par une tante pleine de dictons, phrases toutes faites et théories plus ou moins fumeuses.

Elle joue les clichés, force l’accent et outrepasse les limites du social. Elle n’a pas de filtres, est impulsive, bavarde, envahissante et séductrice. Elle nous conte ses histoires d’amour et de sexe avec candeur, fraicheur et liberté. Maria Dolores aime les hommes.

De tous les âges, de toutes les tailles, de toutes les morphologies, de tous les pays, de tous les milieux sociaux. Et chante aux femmes son admiration et son féminisme qui s’écarte légèrement de celui de sa tante qui disait : « Quand on est une femme, on apprend à conjuguer le verbe supporter ».

Épaulée par Sandrine Roche au piano, Ariane Lysimaque au violon, Michel Capelier au bandonéon et Christophe Dorémus à la contrebasse, la chanteuse nous traine dans les caniveaux et sur les trottoirs de Buenos Aires, jusque dans les bars et salons de la capitale argentine.

La voix de la diva alliée à la musique et aux talents des musicien-ne-s de l’Amapola Quartet nous transportent et démontrent l’universalité du tango, en interprétant un Besame mucho aux couleurs internationales.

Emblématique de l’amour et de la sensualité, le tango s’illustre à travers une large palette de rythmiques et de variations d’intensité. Maria Dolores chante les liens indéfectibles entre deux amant-e-s, l’infidélité, les filles de joie ou encore les drames de la vie, qu’elle voit bien en couleurs. Et par plusieurs stratagèmes – aller chercher un cornichon en loge ou encore partir au milieu d’une chanson – s’extirpe de la scène pour la laisser au quartet.

Une alternance qui donne à découvrir cette musique métissée, plurielle et riche, en cassant par l’humour la tension dramatique qu’on lui attribue, notamment à travers sa danse envoûtante et poignante. « Mais ça rend fou le tango ! Après l’initiation que vous avez fait en début de soirée, vous êtes foutu-e-s. Maintenant, ça va être tango et toilettes sèches à toutes les fêtes ! », s’esclaffe Maria Dolores, qui ironisera régulièrement lors de la représentation sur l’installation des toilettes sèches sur le lieu du festival.

Pour preuve que le tango fait perdre la tête, le quintet se lance dans des reprises surprenantes et farfelues, voulant prouver que cette musique serait à l’origine de toutes les autres. Ainsi, Sabine Paturel (Les bêtises), Mickael Jackson (Billie Jean), Madonna (Like a Virgin) et la Compagnie Créole (Au bal masqué) s’en seraient inspiré-e-s.

Avec beaucoup de dérision, et d’auto-dérision, Maria Dolores recoud dans nos esprits l’histoire de la musique tango ainsi que de sa danse.

« L’homme est au bar et regarde la femme avec qui il veut danser. La femme, elle, est assise et attend. Forcément, c’est une femme. L’homme lui fait un signe de la tête. Elle acquiesce, ils se rejoignent au milieu de la piste, ou elle fait mine de ne pas le voir. Je trouve ça bien. Ça offre le choix à la femme de refuser ou d’accepter. Et à l’homme de ne pas se prendre un râteau, comme vous dites en France, avec vos expressions agricoles. », plaisante-t-elle.

Pour autant, l’humour n’envahit pas la quintessence du propos. Il le sublime, lui donnant une toute nouvelle dimension. Musique et danse de caractère, de passion, d’amour, de sensualité, de tension, d’agitation, de nostalgie et de solitude, le tango vibre et résonne comme une essence vitale.