YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Février 2018

Coup de cœur

En chemin elle rencontre... les féminismes !

Entre 2009 et 2013, Marie Moinard, auteure et éditrice, a regroupé pas moins de 70 scénaristes, dessinatrices-eurs et coloristes autour de la trilogie En chemin elle rencontre… (rappelez-vous cette chanson que l’on nous apprenait étant enfants sans nous expliquer qu’on clamait gaiement l’histoire d’un viol collectif…).

À travers de nombreuses histoires courtes illustrées sous la forme de BD, les trois albums délivrent des témoignages édifiants de violences contre des êtres humains. Parce qu’elles sont femmes. Et pour cela, elles sont insultées, violées, frappées, méprisées, humiliées, mariées de force, excisées, mises de côté ou encore assignées au foyer. Cette réalité du quotidien de la moitié de la population est brutale et bouleversante. Elle assaille nos entrailles et les torpille.

Certaines histoires nous ont glacé le sang, d’autres nous ont fait pleurer, d’autres encore nous ont amusé. Mais toutes nous ont donné l’envie de continuer à lutter. Parce qu’il n’est pas écrit dans nos gênes que nous sommes nées pour subir ces violences qui pourtant restent encore aujourd’hui minimisées et banalisées.

La trilogie, publiée par Les ronds dans l’O, nous met face à cette terrible vérité, face à nos préjugés et face à nos lâchetés qui nous font nous dérober face à ces atrocités. Et nous donne des chiffres, des faits réels, des clés pour comprendre et des arguments pour ne plus jamais laisser faire ! Et nous murmure, sans reproche ni jugement, que la parole des femmes s’est libérée depuis bien des années. Suffit de savoir écouter…

Coup de gueule

Honte (et doigt d'honneur) aux antichoix !!!

Le 18 janvier, plusieurs affiches appelant à « La marche pour la vie » (21 janvier, à paris) recouvraient les fenêtres du local rennais du Planning Familial 35. Dans un communiqué, l’association féministe souligne, à juste titre : « Loin d'être pour la vie, les mouvements qui s'opposent à l'avortement sont en réalité contre les droits des femmes, contre leur possibilité de faire leurs choix. Le retour en arrière qu'ils prônent coûterait la vie de nombreuses femmes. »

En effet, chaque année, 48 000 femmes meurent dans le monde des suites d’avortements clandestins. Parce que les femmes n’ont pas les mêmes droits partout et que certains pays, comme la Pologne et son gouvernement ultra-conservateur, tentent de restreindre cette liberté lorsque celle-ci a réussi à être conquise, grâce à de nombreuses luttes féministes.

La violence de ces anti-choix est inouïe. En défilant dans les rues, ces personnes réclament le retour en arrière, le non droit pour une femme à disposer de son propre corps, la privant de la liberté de choisir d’avoir, ou non, un enfant. Pourquoi ? Pas de réponse. Et honnêtement, c’est chiant d’y réfléchir. C’est fatiguant et usant de faire face à si peu de respect et de considération envers TOUS les êtres humains.

Et c’est affligeant et franchement rageant de voir que quand le bus pour « La marche de la vie » est bloqué par des féministes, lors de son arrêt à Beaulieu, le mouvement anti-choix écrit sur Twitter : « Honte à ces ennemis de la liberté ! ». Sérieusement ? La honte doit changer de camp, là aussi.