YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Janvier 2016

Coup de cœur

Quand je serai grande, je ferai ce que je veux !

« Nous voulons faire découvrir aux enfants de nouveaux modèles inspirants, et faire en sorte que les petites filles puissent s'imaginer aventurière, scientifique ou aviatrice aussi bien que danseuse ou princesse : chacune à le droit de faire ce qu'il lui plaît. », expliquent Alice Four, Amandine Crépin et Marie Leprince. Elles sont étudiantes en 5e année à LISAA (Arts appliqués) à Paris, en direction artistique numérique, et depuis juin 2015 travaillent à l’application tablette « Quand je serai grande ». Destinée à un public jeunesse, elle est innovante, pédagogique et militante, valorisant celles qui ne sont que trop oubliées de l’Histoire : les femmes, du 15e siècle avant J.C à aujourd’hui. Dix personnages féminins seront présentés, sous forme de biographie, illustrée, interactive et contée directement par l’héroïne : « Nous nous sommes efforcées de couvrir à la fois différentes activités, périodes historiques ainsi qu'origines géographiques. L'important est d'offrir un choix à l'enfant pour qu'il puisse s'identifier. » On se réjouit que fin 2016 l’application soit, en principe, lancée et que les petites filles comme les petits garçons (et les adultes !!!) puissent découvrir les noms et aventures entre autres de l’exploratrice française Alexandra David-Néel*, de la peintre japonaise O-EI Hokusai, de la 1e femme médecin en Grèce Hatchepsout ou encore de la cosmonaute russe Valentina Terechkova.

* Un ouvrage s’y consacre aux éditions Grand Angle, Une vie avec Alexandra David-Néel, sortie prévue en février 2016.

Coup de gueule

Graciera ou graciera pas ?

Impossible de rester insensible à l’affaire Jacqueline Sauvage. Pour rappel, en 2012, elle tue son mari de 3 coups de fusil dans le dos après avoir subi des violences physiques et sexuelles pendant des années. Viols et coups sur elle, ses 3 filles et coups sur son fils, qui se suicide la veille du crime. En 2014, non considérée comme une victime, elle est condamnée à 10 ans de prison. Début décembre 2015, la cour d’appel confirme le jugement délivré en première instance. Sans dire que le meurtre devrait rester impuni, et comprenant que la légitime défense ne puisse être invoquée - la menace doit être imminente et non a posteriori (c'est donc le principe de légitime défense qui demande à être revu) - l’annonce du verdict est toutefois tombée comme un couperet, nous laissant le souffle coupé. L’an dernier, Osez le féminisme entre autre s’indignait. Aujourd’hui, ce sont 30 parlementaires, guidés par Valérie Boyet, députée Les Républicains des Bouches-du-Rhône, qui demandent au président Hollande de gracier Jacqueline Sauvage, en vertu de l’article 17 de la Constitution (permettant au Président de la République de supprimer ou de réduire une peine, sans en éliminer la trace, restant dans le casier judiciaire, à la différence de l’amnistie, ndlr). Pour une fois, on s’accorde avec les élu-e-s de droite quant à une Justice qui aurait oublié les victimes de cette histoire et les conséquences de décennies à subir des violences… Fin 2015, ça fait mal ! L’instruction de la grâce est en cours. Advienne que pourra.

Début 2016, la mobilisation se durcit grâce à l'appel au soutien de Karine Plassard, via la plateforme de pétition Change.org, les médias multiplient les articles sur la grâce de Jacqueline Sauvage et François Hollande signale prendre en compte l'avis de l'opinion publique mais ne se prononce pas encore...