YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Juillet/Août 2016

Coup de cœur

Briser le tabou par l'éducation aux sexualités

1 fille de 15 ans sur 4 ne sait pas qu’elle possède un clitoris. 1 collégienne sur 5 déclare avoir subi de la cyberviolence. 60% des lesbiennes déclarent avoir été victimes d’actes homophobes. Des affirmations effarantes ! Et révélatrices d’une société qui véhicule et perpétue des clichés de genre et qui diffuse et décomplexe le sexisme et l’homophobie dès le plus jeune âge. Révélatrices également d’un manque d’information et de sensibilisation aux sexualités.

Pourtant, la loi de 2001, relative à la contraception et l’interruption volontaire de grossesse, prévoit qu’une information régulière sur la sexualité soit dispensée tout au long de la scolarité, à raison de 3 séances annuelles par groupe d’âge homogène. Mais c’est encore trop faible et les volontés individuelles pour renforcer cet accompagnement ne sont que trop rares.

C’est ce que souligne à juste titre le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes dans le rapport « Education à la sexualité : Répondre aux attentes des jeunes, construire une société d’égalité femmes-hommes », remis le 15 juin dernier à la ministre de l’Éducation Nationale, Najat Vallaud-Belkacem, et à la ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol.

Un rappel utile et essentiel qui vient souligner l’urgence à déconstruire les tabous liés aux sexualités à travers par exemple l’embauche de 22 délégué-e-s de l’EN chargés de piloter cette politique dans les écoles, collèges et lycées.

Coup de gueule

#Rennesquonaime (ou pas !!!)

Mi mai, la Ville de Rennes tentait de camoufler les tensions internes entre manifestant-e-s, municipalité et forces de l’ordre, entre manifestations contre la loi Travail, violences policières et évacuation de la salle de La Cité… Comment ? En lançant le #Rennesquonaime, qui sera très rapidement, et heureusement, détourné sur les réseaux sociaux.

Alors qu’une partie de la population exprime sa contestation (qui rappelons-le est un droit) et pour certain-e-s leur souffrance quotidienne et leur détresse face à une précarité ambiante et croissante, la réponse des forces de l’ordre est le matraquage des manifestant-e-s et celle de nos élu-e-s réside dans la création d’un hastag ? Écœurant.

Et la municipalité ne s’arrête pas là. Dans la matinée du 16 juin, en toute discrétion, employés de la Ville et agents de police se sont rendus aux prairies Saint-Martin pour détruire les installations – cabanes, pont en bois, toilettes sèches,…- fabriquées par les habitant-e-s du quartier et les enfants et y déloger les opposant-e-s au projet de parc urbain voté l’an dernier.

Vidéos à l’appui, publiées sur Youtube et sur la page Facebook du groupe Protégeons les prairies Saint-Martin, le collectif démontre, si l’on n’en doutait, une violence policière nauséabonde exercée envers des citoyen-ne-s rennais-es (présumés militant-e-s radicaux/cales d’extrême gauche), dans une zone laissée pour le moment à l’abandon. C’est ça, le Rennesquonaime ?