YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Juin 2016

Coup de cœur

Les militaires, le foot et la Bretagne ?

Du 24 mai au 5 juin, la Bretagne se faisait terre d’accueil de huit nations - Allemagne, Brésil, Cameroun, Canada, Corée du Sud, Etats-Unis, France et Pays-Bas – pour la première Coupe du monde militaire de football féminin. Un événement surprenant et inattendu qui s’est déroulé à Rennes pour l’ouverture du championnat avec l’équipe de France et certains matchs de poule au stade du commandant Bouguoin. Le reste de la compétition était à suivre à Chantepie, Cesson-Sévigné ou encore Saint-Malo, Saint-Brieuc et Vannes.

L’occasion de découvrir des équipes féminines internationales mais aussi de s’intéresser à l’équipe nationale – composée de 23 joueuses de l’armée de Terre, de l’armée de l’Air, de la Gendarmerie Nationale et de réservistes - qualifiée d’office puisque victorieuse lors du premier tournoi européen de football féminin militaire en mai 2014 et médaillée d’argent aux jeux mondiaux militaires lors de l’été 2015.

On n’oublie cependant pas que les femmes ne représentent encore que 15% des effectifs de l’armée française (ce qui la propulse au 4e rang des armées les plus féminisées au monde, on n’ose à peine imaginer les chiffres des autres pays…). Mais à quelques jours de l’Euro masculin, en France du 10 juin au 10 juillet, on est ravi-e-s d’avoir braquer les regards sur une équipe féminine méconnue. Il faudra maintenant attendre 2017 pour que les féminines tricolores (non militaires cette fois) disputent leur Euro de football !

Coup de gueule

Arrêtons de perpétuer les clichés !

L’initiative d’Orange qui en 2011 s’entoure d’entreprises partenaires comme Airbus, Nokia, Vinci, STMicroelectonics ou encore France Télévisions pour fonder l’association Capital Filles est à saluer. Basée sur le marrainage, elle favorise la mixité dans les secteurs professionnels – et pas uniquement dans le social ou l’éducation - en informant les jeunes filles sur les métiers d’avenir et en leur donnant accès à la découverte des formations et des entreprises.

Le 26 avril dernier, l’hôtel de Rennes Métropole accueillait le forum « L’égalité des chances au féminin » et regroupait environ 150 filleules Capital filles de la capitale bretonne, de Bruz, de Lannion ou encore de Guingamp. Les échanges tournent autour de la féminisation des métiers, des écarts de salaires et de la difficulté pour les femmes de s’imposer dans les professions pensées masculines, comme l’industrie, l’ingénierie, les postes techniques, etc.

Mais lorsque Christine Porte, employée de Météo France déclare « Je ne suis pas féministe, j’aime aussi travailler avec des hommes », ça nous heurte profondément. Personne ne réagit. Pourtant, en tenant de tels propos, on perpétue les clichés. En 2016, il faut encore le rappeler, le féminisme, c’est la lutte pour l’égalité des sexes, c’est le combat contre les conséquences du patriarcat instauré et ancré dans les mentalités. Quelle tristesse de l’entendre dans un tel moment, dans la bouche d’une femme… Rageant !