YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Juin 2017

Coup de cœur

Les féminismes, ça se fête !

À tou-te-s celles et ceux qui ont tendance à penser que les féministes sont rabat-joie, on a envie de dire merde, déjà, mais surtout qu’elles/ils auraient bien fait de venir boire des verres au Bistrot de la Cité, le 11 mai dernier, lorsque le collectif FéminismeS de Rennes 2 organisait sa fête féministe « Zines & Zic ». Ce soir-là, Rosa Vertov était aux platines et l’EESAB de Rennes lançait FEMINISMES, un fanzine artistique, participatif, en riso bleu et orange, composé de 18 cartes au format A5.

Et dès la première image, on accroche : « Feminism encourages women to leave their husbands, kill their children, practice witchcraft, destroy capitalism and become lesbians ». Aucune proposition ne se ressemble et toutes abordent des thématiques essentielles à l’évolution des droits de toutes les femmes et des personnes LGBTI+ et à l’égalité entre les sexes et entre les êtres. Ainsi, sont représenté-e-s des vulves, des clitoris, des phallus en pronoms masculin/féminin, des seins, des utérus, des silhouettes, des symboles et même une Simone de Beauvoir équipée de gants de boxe…

Avec humour, poésie, ironie, provocation, à travers des dessins, des collages, des phrases, les artistes revendiquent l’anatomie féminine, la sexualité, la diversité, le droit à la liberté et au respect des différences et cassent les tabous et injonctions, qui (sur)plombent particulièrement le corps, enjeu de la domination patriarcale. Des thèmes forts et profondément humains qui font du bien !

Coup de gueule

Encore une attaque aux corps des femmes !

La Pologne n’en est pas à son coup d’essai niveau rétropédalage contre les droits des femmes. En octobre 2016, le pays connaissait de fortes manifestations de la part de centaines de milliers de femmes qui revendiquaient leur désaveu concernant le projet de loi visant à interdire quasiment entièrement l’avortement. Si le parti conservateur au pouvoir, Droit et Justice, a reculé face à la pression de la rue, il réitère une nouvelle fois le coup de massue, qui pourrait bien être décisif.

Le 24 mai dernier, le Parlement a voté pour une loi qui limiterait l’accès à la contraception d’urgence, communément appelée « pilule du lendemain ». Un droit auquel les personnes âgées de plus de 15 ans accédaient sans ordonnance, depuis le gouvernement précédent. Le contraceptif, avec la nouvelle loi, devra désormais être prescrite par un-e médecin. Bien évidemment, on comprend l’entourloupe.

Il ne s’agit pas d’un principe de précaution – qui serait totalement débile également – mais bel et bien d’une interdiction déguisée. Il faut le temps d’obtenir un rendez-vous avec un-e médecin et il faut que ce-tte dernier-e accepte de délivrer l’ordonnance. Sans oublier que les femmes seront certainement culpabilisé-e-s et empêché-e-s. Cette loi ne semble qu’une première étape scandaleuse visant à limiter les femmes dans leurs moyens de choisir leurs grossesses. Quelle sera la prochaine ?