YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Novembre 2018

Coup de cœur

Laissez-vous guider par Beyoncé !

Comprendre les luttes et les enjeux du féminisme en 230 pages, ça peut paraître ambitieux, vertigineux, voire présomptueux. Mais les militantes d’Osez le Féminisme !, Margaux Collet et Raphaëlle Rémy-Leleu ont assez bien relevé le défi dans l’ouvrage publié aux éditions First en septembre dernier, illustré par Diglee. 

Beyoncé est-elle féministe ? … et autres questions pour comprendre le féminisme répond à 10 questions autour de l’égalité entre les femmes et les hommes afin de déconstruire les idées reçues mais aussi et surtout pour aller plus loin dans le combat contre le sexisme. Illustrations humoristiques, infos pratiques, conseils de lecture, de sites ou de films, portraits de femmes qui comptent ou ont compté, le livre donne de nombreuses informations bien vulgarisées, afin de parvenir à expliquer très simplement quelles sont les revendications du féminisme et les barrières que la société doit encore franchir pour atteindre enfin l’égalité entre les sexes.

Alors, on l’avoue, ce n’est pas un coup de foudre – parce qu’il s’attache, un peu trop à notre goût, à un seul féminisme - mais un petit coup de cœur pour ce qui pourrait s’apparenter à un guide à mettre dans les mains des ados, jeunes adultes ou encore novices et curieux-euses ayant envie de se plonger dans une problématique sociétale. Une sorte de sensibilisation, d’introduction, à un sujet fondamental à la recherche et la construction identitaires, qui devrait – on l’espère - donner envie de creuser encore davantage !

Coup de gueule

La crainte, justifiée, des brésiliennes

Le 28 octobre, le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro est élu à la tête du Brésil. Le lendemain, Bastamag.net publie un florilège de ses propos sexistes, racistes, homophobes, classistes, etc. C’est affligeant (et malheureusement pas nouveau dans la sphère politique, peu importe le pays).

En 2003, il s’en prend à la députée de gauche Maria do Rosario et réitère en interview : « Je ne suis pas un violeur. Mais si je l’étais, je ne la violerais pas, parce qu’elle ne le mérite pas. Elle est très méchante et très moche. Ce n’est pas mon genre. » En 2013, il s’adresse à Eleonora Menicucci, alors ministre du droit des femmes, en la qualifiant de « sale gouine », et rétorque à une députée de la gauche radicale qui réagit que sa formation est un « parti de connards et de pédés ».

Quelques années plus tôt, il avait conseillé aux parents de frapper leurs fils avec du cuir s’ils étaient gays, afin de les faire changer de comportement. « La plupart des gens ne sont pas prêts à recevoir une éducation et ne s’instruiront pas eux-mêmes. Seul un contrôle des naissances peut nous sauver du chaos. », déclare-t-il également en 2008.

On s’arrête là, désespéré-e-s de cette élection, contre laquelle se sont élevées les voix des millions de Brésiliennes, inquiètes quant au personnage et son programme, notamment en matière de droits des femmes, comme le rappelle Maria do Rosario : « Le Brésil est le champion des violences faites aux femmes. Vous imaginez si cette violence est encouragée institutionnellement. »