YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Octobre 2016

Coup de cœur

Le Crocodile contre le sexisme dans les rues de Rennes

Depuis le 8 septembre dernier, et jusqu’au 8 mars prochain, un plan national d’actions et de mobilisation a été mis en place pour lutter contre le sexisme qui résiste malgré les lois et les mouvements féministes. Au lancement de la campagne « Sexisme pas notre genre ! », Laurence Rossignol, ministre des Droits des femmes, a rappelé qu’il est essentiel de passer à la vitesse supérieure.

Voilà qui nous plait. Encore faut-il que ce ne soit pas un simple effet d’annonce. Une plateforme numérique permet aux citoyen-ne-s de témoigner de situations vécues relevant du sexisme et de soumettre des initiatives destinées à faire changer les mentalités et faire reculer, jusqu’à faire disparaître (mais ça n’arrivera pas en 6 mois, hélas), les comportements sexistes.

Ces dernières, si elles sont acceptées, sont ensuite labellisées « Sexisme pas notre genre ! », comme tel est le cas de la nouvelle série d’affiches et de flyers proposés par le collectif Stop harcèlement de rue Rennes. La structure a présenté mardi 4 octobre - entre 12h et 14h devant le restaurant universitaire de Rennes 2 à Villejean - ses dernières créations signées Thomas Mathieu, plume et dessinateur du célèbre Projet crocodiles.

Une belle manière d’illustrer le quotidien des femmes qui subissent des violences verbales dans l’espace public et de donner des billes pour réagir et ne plus rester passifs/passives dans ces cas-là.

Coup de gueule

Non, les femmes ne disposent pas de leurs corps

Dire qu’en 2016 les femmes n’ont toujours pas le droit de disposer librement de leurs corps, c’est s’exposer à la crispante réflexion « Tu exagères… », accompagnée d’une moue horripilante et des yeux en l’air. Et dire qu’en 2016, les droits des femmes ne sont pas acquis, mais alors vraiment pas acquis, c’est comme pisser dans un violon.

En Europe, on serait soi-disant « bien loties ». La preuve : deux ans après le projet de loi espagnol, visant à restreindre le droit à l’avortement, c’est au tour de la Pologne et de son gouvernement conservateur de la jouer catho catho. Encore plus qu’aujourd’hui on veut dire. Car depuis 1993, l’accès à l’IVG chez nos voisins polonais ne se fait que sous condition : grossesse à risque sur la vie ou la santé de la femme, malformation grave du fœtus ou acte illégal comme le viol (et l’avortement doit être autorisé par un juge).

Le 22 septembre, le Parlement polonais a adopté en première lecture un projet de loi visant à interdire et pénaliser le recours, la pratique et l’incitation à l’avortement Même cas de figure qu’en Espagne, la population s’insurge et se soulève contre cette privation de liberté. Le 3 octobre, les femmes polonaises se sont mises en grève pour protester et à Rennes, un rassemblement de soutien a été organisé place de la Mairie.

Dire qu’en 2016 on doit le rappeler : « Mon corps, mon choix », « Un enfant si je veux, quand je veux ! ». Alors non, bordel, on n’exagère pas !