YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Octobre 2018

Coup de cœur

Réhabiliter Njinga, reine guerrière d'Angola

« L’image de Njinga sauvegardée par les traditions orales a connu une nouvelle dynamique dans les années 1960, quand les Angolais se sont de plus en plus tournés vers leur histoire pour définir leur propre résistance aux Portugais. Face à un système raciste d’exploitation coloniale, dont la politique consistait à diviser les Angolais en fonction de leur race, de leur classe, de leur ethnie, de leur région et de leur langue, les descendants du vieux Mbundu qui avaient entendu les récits de la résistance de Njinga remirent au premier plan ce personnage héroïque. », écrit Linda M. Heywood, professeure d’histoire à l’université de Boston.

Pendant 9 ans, elle a effectué de très nombreuses recherches concernant cette puissante reine d’Afrique et en a fait un livre, Njinga – Histoire d’une reine guerrière (1582 – 1663), publié fin août aux éditions La découverteUn ouvrage riche et passionnant qui dresse le portrait d’une figure importante et transgressive de l’Histoire, longtemps spoliée par les colonisateurs portugais et les auteurs européens qui en ont fait «la représentante type de l’Autre africain », dans « les romans libertins », en tant que « reine cannibale ».

Linda M. Heywood retrace son parcours, en prenant soin de contextualiser toutes les informations recueillies. Intelligente, stratège, guerrière, diplomate… Elle a toujours combattu les envahisseurs pour défendre et préserver son peuple.

L’auteure réhabilite dans toute sa dimension ce personnage complexe que l’Occident a oublié, après l’avoir caricaturé et diabolisé. Un propos qui rejoint aussi celui de l’appel de 440 historiennes à mettre fin à la domination masculine en histoire.

Coup de gueule

Le machisme tue, tous les jours, en France et ailleurs

L’égalité entre les sexes n’existe pas (mais alors, pas du tout) et les (quelques) droits des femmes ne sont pas acquis mais conquis. On entend (trop) souvent dire « Oui mais bon, ici, vous êtes quand même bien loties». L’Europe et notamment la France, toujours meilleures que les autres…

Bah voyons ! Gardons-nous bien de faire la morale aux autres et regardons en face le retour en arrière qui s’opère du côté de chez nous. En avril dernier, on découvrait par exemple qu’en Hongrie, le premier ministre Viktor Orban a rendu explicite le sexisme - ordinairement implicite - dans les manuels scolaires dans lesquels désormais les élèves apprennent « que les garçons etles filles (…) n’ont pas les mêmes capacités physiques et aptitudes intellectuelles », qu’« avoir des relations sexuelles hors mariage est un péché » et que « les femmes sont bonnes pour la cuisine, leur rôle c’est de s’occuper de la maison et de faire des enfants ».

En septembre, le docteur Bernard de Rochambeau, président du Syndicat des Gynécologues en France, affirme à la télévision que l’IVG est un homicide et revendique sa clause de conscience. Quand on parle de la situation en Italie, où une partie importante des médecins brandissent cette fameuse clause pour ne plus pratiquer d’avortement, on nous rétorque que dans l’Hexagone, ce n’est pas prêt d’arriver. Et bien si.

Arrêtons de nous fourvoyer en jugeant nos voisines du monde entier. Soyons conscient-e-s, vigilent-e-s et solidaires. Parce que les femmes meurent tous les jours du machisme. En France, en Europe, partout dans le monde.