YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Septembre 2016

Coup de cœur

Raymonde Tillon-Nédélec, résistante communiste engagée et inspirante !

Résistante communiste, engagée dans l’action syndicale et politique, la dernière survivante des 33 femmes élues à la première Assemblée constituante de la IVe République s’est éteinte le 17 juillet à l’âge de 100 ans. « La Marseillaise » a retentit, lundi 25 juillet, lors de l’hommage national rendu à Raymonde Tillon-Nédélec, à Rennes, place du Parlement.

Ce jour-là, c’est la mémoire d’une femme éprise de liberté et de justice et une combattante de l’arbitraire qui fut saluée à travers les discours et « Le chant des marais » (aussi appelé « Le chant des déportés », dont l’air sera repris pour « L’hymne des femmes »). « Une femme trop peu connue, une femme à qui la Patrie doit sa reconnaissance », précisera Mr Foulon lors de l’éloge funèbre qui terminera son intervention par une citation de son mari, Charles Tillon : « En Bretagne, la terre, la mer et la chanson du vent parlent toujours de liberté. »

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, également président de la région, rappellera la nécessité vitale pour Raymonde Tillon-Nédélec de s’arracher à sa condition en s’échappant de l’orphelinat avant sa majorité, en refusant la défaite de 1940 entrant ainsi en résistance et en en payant les conséquences au prix de 20 ans de travaux forcés, avant d’être livrée aux nazis et déportée en 1944, en Allemagne et en Autriche. Là-bas, elle choisira de saboter les obus, d’aider la jeunesse et d’échapper aux soldats SS malgré ses 35 kg.

Désormais enterrée au cimetière de l’Est, à Rennes, son parcours qui symbolise le courage et la responsabilité individuelle nous rappelle l’importance de la lutte pour la solidarité, l’égalité et la liberté.

Coup de gueule

Carnage au pays de la liberté !

Battons-nous pour notre liberté ! À disposer de nos propres corps ! À choisir ! Mais entendons-nous. Pas le choix dicté par la pression sociale et la culpabilité mais celui de la décision individuelle, selon son libre arbitre. Ne rien lâcher. Aujourd’hui comme demain. Car là où nos ainées, dans les années 60 et 70, ont gratté du terrain en matière d’émancipation, de contraception et de droit à l’avortement, nous, dans les années 2010, régressons.

Les détracteurs du « syndrome des survivants de l’avortement » réhabilitent les théories des psychiatres Philip G. Ney et Marie A. Peeters pour bâtir un discours anti-IVG. La Manif pour tous tente un retour (fumeux et foireux). L’Unicef assène sur Twitter que l’allaitement « stimule la santé d’un enfant, son QI, ses performances scolaires et son revenu à l’âge adulte. » Et même si on se délecte des détournements immédiats de la campagne pro-allaitement, on tressaille et on voit trouble.

Parce qu’en parallèle, l’Ordre des pharmaciens demandent à ses adhérents de s’exprimer – par le vote, jusqu’au 31 août – sur une clause de conscience du nouveau code de déontologie qui permettrait à chaque praticien-ne de choisir de délivrer ou non la contraception d’urgence.

Chaque polémique, fondée ou non sur des « malentendus » ou des « incompréhensions », justifiée par une idéologie – religieuse ou non – ou une niche économique, est fatigante et nocive pour la liberté fondamentale à disposer de son propre corps. Vivement le débat sur l’obligation à porter des sous-vêtements en toile de jute, des corsets et des jupons !