YEGG Magazine

Le féminin rennais nouvelle génération

Sautes d'humeur

Coup de cœur

Jeune et pieux

Il ne s’agit pas d’une chaîne de télévision dédiée à la jeunesse ou d’un petit animal découvert en Océanie mais d’une asso’ créée en 1976, peu connue du grand public. Le GENEPI, pour Groupement Etudiant National d’Enseignement aux Personnes Incarcérées, déploie quelques 1300 jeunes aux quatres coins de la France, dont 72 à Rennes, pour intervenir dans les centres pénitentiaires, histoire de redonner un peu de dignité aux détenu(e)s. Soutien scolaire, ateliers culturels, activités préparant à la réinsertion, autant d’actions menées par les « Génépistes », afin d’aider ceux qui sont au fond du trou. Derrière l’image du taulard, existe encore un être humain qui n’a pas vocation à rester définitivement derrière les barreaux. Ces étudiants donnent aux prisonniers les premières armes pour s’en sortir. Tout excuser ? Non. Ils soulignent néanmoins que beaucoup de ceux et celles qu’ils visitent avaient de fortes probabilités, par un milieu social fragile, d’être un jour privés de libertés. La démocratisation de l’enseignement qu’ils proposent permettra peut-être de rétablir un semblant d’égalité… En attendant, ils agissent pour faire changer l’image de ceux qui, à leur sortie, devront affronter le regard méprisant d’un pan de la population. Du 23 mars au 10 avril dernier, le GENEPI organisait le 9ème Printemps des prisons à Rennes. Succès populaire comme en atteste la présence, lors de la soirée Dazibao, de plus de 5000 visiteurs dans l’enceinte de l’ancienne prison Jacques Cartier. Suffisant pour faire bouger les lignes ?

Coup de gueule

Dérapages nocturnes

Plus de 35 000 festivaliers lors de la dernière édition de Mythos, qui se déroulait du 16 au 21 avril. Mais combien n’ont pas pu accéder à tous les spectacles souhaités ? En effet, la nuit du vendredi a été agitée pour les agents de sécurité et l’équipe organisatrice du festival. Les grilles du parc du Thabor ont été « secouées » par les nombreuses mains des Rennais frustrés de se voir refuser l’accès au site. Que la jauge ait été atteinte, on n’en doute pas, on a pu le constater de nos propres yeux. Mais certains avaient acheté leurs places depuis plusieurs jours, voire semaines. Et surtout, certains détenteurs du pass Mythomaniac, qui offrent la possibilité de pénétrer dans le Thabor après minuit contrairement aux « simples visiteurs », sont restés à l’extérieur. A 98 euros la formule complète, ils se sont vus privés de dessert… Et il semblerait que plusieurs d’entre eux soient restés sur leur faim lors de cette édition. L’équipe organisatrice, qui a fait son mea culpa, avoue avoir été surprise par une affluence record et propose de rembourser les affamés. On a quand même du mal à croire que personne ne s’attendait à voir débarquer tant de monde dans le parc rennais avec l’arrivée des premiers rayons de soleil. Surtout qu’un certain nombre de spectacles affichait complet avant le lancement de la manifestation. Nous raconterait-on des mythos ?