Les héroïnes - Florian Mona

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Un album qui se révèle dans nos casques d’une douceur vénéneuse et d’une force envoûtante.
Text: 

Avec son deuxième album, Les Héroïnes, Florian Mona conjugue l’impertinence de la musique anglo-saxonne à une parole poétique allé­gorique érotique. Enfin une pop qui n’a pas peur des mots, et qui n’a -ô joie - pas peur de chanter des aven­turières, des voleuses, des libertines, des chieuses, de les aimer, de leur tenir tête, de les quitter. Elles s’ap­pellent Chicago May, Jane Bird ou Malory et naviguent sur des sons new wave, des guitares parfois post-rock et s’accrochent à un clavier pop. Un album qu’on a découvert magiquement noisy à l’Ubu en mars et qui se révèle dans nos casques d’une douceur vénéneuse et d’une force envoûtante.

Main image: 

Keep this moment alive - Mesparrow

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Mesparrow crée ici une pop cérébrale et viscérale, parfois mélancolique, parfois jazzy, toujours rythmée, toujours poignante.
Text: 

Keep this moment alive, le premier album de Mesparrow (Miss Sparrow à l’origine, Miss Moineau, Marion Gaume de son vrai nom) est né sur scène, avant d’être enregistré en stu­dio. Mesparrow a audacieusement superposé ses chants, chuchote­ments, cris, sons, pour créer une pop cérébrale et viscérale, parfois mélancolique, parfois jazzy, toujours rythmée, toujours poignante. Qu’elle chante en anglais ou en français, on est à chaque écoute submergé par la voix profonde et fragile de Mesparrow, un peu à la Cat Power. «I want to feel real, I want to feel weird/I feel unstable, uncomfortable», chante Mesparrow en nous emportant avec elle. Le duo avec Frànçois, échappé des Atlas Moun­tains, une sorte de valse moderne presque intemporelle, arrête le temps pour nous faire tourbillonner dans un monde où il est si beau d’être timide.

Main image: 

La femme - La femme

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Textes décadents et poétiques, portés par des sons old wave, électro, pop, sinueux, tourbillonnants, spleenant.
Text: 

"Sur la planche/Sur la vague/Je recherche des sensations", La Femme - 5 garçons et une fille, tout juste 20 ans - avait fait l'évènement début 2011 avec ce tube qui n’en était pas un, surf music frenchy remplie de promesses et d'insouciance. Et pendant deux ans, La Femme a pris son temps, n’a sorti qu’un seul EP chez un label indépendant, quelques clips, mais a surtout fait de la scène de la scène de la scène. En 2013, La Femme revient : un 4 titres en février et l’album qui devrait sortir en avril (chez une major ce coup-ci…). Textes décadents et poétiques, portés par des sons old wave, électro, pop, sinueux, tourbillonnants, spleenant. Les mélodies ensorcellent et les refrains restent en tête. "La femme vous tend sa main blanche/ Si vous la saisissez ce sera le frisson de votre vie".

Le 19 avril à L’Antipode, dans le cadre de Mythos.

Main image: 

Different pulses - Asaf Avidan

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Dans cet album l’intensité est ailleurs, dans un son plus nostalgique et dans la voix encore plus déra­cinée et déchirante d'Asaf Avidan.
Text: 

« My life is like a wound, I scratch so I can bleed ». Asaf Avidan, chanteur, songwriter et musicien israélien exorcise ses blessures dans son premier album solo, Different Pulses, composé de bal­lades un peu folk, un peu trip hop, un peu électro, un peu rétro, au service de sa voix androgyne et écorchée, qu’on compare de partout à celles de Janis Joplin ou Robert Plant. On voudrait parfois que le rythme s’accélère, retrouver l’énergie blues et folk d’Asaf Avidan and the Mojos, mais dans cet album l’intensité est ailleurs, dans un son plus nostalgique et dans la voix encore plus déra­cinée et déchirante, encore plus à vif d’Asaf Avidan. On aime ça, et les rennais aussi, le concert d’Asaf Avidan au Liberté le 2 avril 2013 est complet depuis belle lurette.

Main image: 

Pages