L'endroit des rêves - Chat

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Elle dévoile une musique envoûtante et charmante, encore un peu naïve, mais terriblement sensuelle et vraie. On se laisser emporter par la voix enchanteresse et rafraichissante du Chat.
Text: 

Il est possible, le temps d’une seconde à peine, de penser à Cœur de Pirate. Dans la manière de chanter. Et de penser à Véronique Vincent & Aksak Maboul. Dans le côté rétro des claviers. Dans le côté psyché. Mais l’instant suivant, Chat dévoile son univers propre et singulier. Charlène Juarez n’essaye pas d’être quelqu’un d’autre. Elle compose avec sa voix cristalline, son envie de se raconter sans tout dévoiler, alternant entre le français et l’anglais, comme si, mine de rien, elle cherchait à camoufler qui elle est. Pour travailler, elle s’est entourée les années précédentes de la famille Chedid, en a fait les premières parties et en a dégagé l’énergie fantasque et poétique. Alors avec son EP, L’endroit des rêves, elle dévoile une musique envoûtante et charmante, encore un peu naïve, il faut bien l’avouer, mais terriblement sensuelle et vraie. On se laisser emporter par la voix enchanteresse et rafraichissante du Chat.

Main image: 

08:45 - Fables

Posts section: 
List image: 
Summary: 
On ne se lasse pas de la voix chaude et envoutante de Lucie Louapre, la chanteuse. Le résultat sonne comme une évidence, loin d’une nécessité de démonstration vocale et musicale. Un régal.
Text: 

Formé depuis l’automne 2012, le groupe Fables sort son 2e EP, 8 :45 (prononcer ‘quarter to nine’) fin février 2016 après avoir rencontré un franc succès sur la plateforme participative KissKissBankBank. Et c’est un plaisir de l’écouter, le découvrir en live et le réécouter. Tout est en simplicité et émotion. Une invitation au voyage dans un univers qui leur est propre et qui se dévoile au fil des 5 chansons qui figurent sur le disque. Les 5 rennais puisent dans leurs influences hétéroclites qu’ils mêlent dans un son très actuel de rock, hip-hop et soul, nous baladant à la fois dans des instants poétiques dans lesquels le temps se suspend et la fragilité de l’âme surgit et à la fois dans les tourments du quotidien qui provoquent aussi bien un sentiment d’urgence qu’un besoin de faire le point. On ne se lasse pas de la voix chaude et envoutante de Lucie Louapre, la chanteuse, porté et soutenue par l’ensemble des musiciens (3 hommes, 1 femme). Le résultat sonne comme une évidence, loin d’une nécessité de démonstration vocale et musicale. Un régal.

Main image: 

Everything is fallin down - Coffee or not

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Des chansons entrainantes grâce à la simplicité de l’instrumentale, sans fioritures. Un album efficace et reposant, et une jolie découverte.
Text: 

Aller plus loin, franchir une étape et surtout, « se dépasser ». Les Bruxellois affichent clairement leur volonté avec ce quatrième album. Le duo, transformé en trio pour cet opus - Frédéric Renaux qui les accompagne sur scène depuis 2012 a participé à l’enregistrement – continue de prôner la philosophie du Do It Yourself (DIY), Soho Grant écrit les textes, Renaud Versteegen compose avec elle la musique et ils enregistrent ensemble dans leur appartement qu’il partage en couple. Sans oublier la pochette signée par leur voisin... Leur relation fusionnelle provoque une fois encore des étincelles et colore de leurs 2 voix les 10 chansons qui figurent sur Everything is fallin down. Des chansons entrainantes grâce à la simplicité de l’instrumentale, sans fioritures, qui n’est pas sans rappeler Mesparrow et qui fait appel à des boucles et aux sonorités électroniques de la guitare. Le clavier permet l’installation d’atmosphères douces et planantes. Un album efficace et reposant, et une jolie découverte.

Main image: 

Secrets in the dark - Monika

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Sa voix tantôt grave, tantôt aigue, mais toujours chaude et maitrisée, soul et blues, résonne et donne la profondeur et l’intensité qui constituent le talent de Monika.
Text: 

Son passage aux TransMusicales de Rennes le 5 décembre dernier restera marqué dans nos esprits. De par son énergie, sa bonne humeur et sa déferlante de sonorités disco qui nous a fait bouger et frémir, et particulièrement sur la chanson Secrets in the dark, qui donne son nom au disque. Réécouter son album, troisième opus de sa discographie, est un plaisir dont on ne se lasse pas. La chanteuse grecque, Monika Christodoulou, dite simplement Monika, dévoile une palette nuancée et complète de sa musique, entre disco, funk, rock, folk et jazz. Sa voix tantôt grave, tantôt aigue, mais toujours chaude et maitrisée, soul et blues, résonne dans les 12 titres de l’opus et donne la profondeur et l’intensité qui constituent le talent de Monika, dans « Babyboy » ou « Take me with you » pour ne citer que quelques exemples. Un album entrainant, emprunt d’émotions et de peps électrisant.  

Main image: 

Together alone - Marion Mayer

Posts section: 
List image: 
Summary: 
On se laisse volontiers guider par sa voix et les notes presque pincées de la guitare folk dans l’exploration d’un monde réaliste et emprunt d’émotions palpables et de plaies ouvertes.
Text: 

Le 27 novembre dernier, la chanteuse Marion Mayer présentait son nouvel EP, Together Alone, en live dans un appartement du centre ville de Rennes. Un hommage à la capitale bretonne qui a lui permis - grâce au tremplic Label Mozaïc dont elle a été lauréate en 2014 - de se lancer dans la musique avec son premier EP, Leave. La Lorientaise ne perd pas de temps et nous ravit de 4 nouvelles chansons folk qui alternent pop, balades romantiques et joyaux bruts, à l’instar de « Walk away ». Si on quitte les routes de Californie dans ce nouvel opus, le chemin à parcourir est un thème central dans les textes et les ambiances créées par Marion Mayer. On se laisse volontiers guider par sa voix et les notes presque pincées de la guitare folk dans l’exploration d’un monde réaliste et emprunt d’émotions palpables et de plaies ouvertes. Une douceur qui nous apaise en cette fin d’année mouvementée.

Main image: 

The anticipation - Laetitia Shériff

Posts section: 
List image: 
Summary: 
L’énergie est brute, l’univers sombre, comme on l’aime chez elle. Son EP s'inscrit dans la même lignée onirique et dark où elle poursuit d’explorer son obsession pour le thème de l’amour. Transcendant.
Text: 

Fin octobre, un cycle se termine. Laetitia Shériff vient tout juste de sortir son nouvel EP, The Anticipation, dernier volet du triptyque qui réunissait déjà l’EP Where’s my I.D ? en 2012 et l’album Pandemonium, Solace and Stars, en 2014. Cinq morceaux viennent compléter et clore un chapitre de l’histoire musicale de l’artiste. L’énergie est brute, l’univers sombre, comme on l’aime chez elle. L’an dernier, elle nous baladait dans une sorte de 4e dimension dont elle a le secret. Aujourd’hui, elle inscrit son nouvel opus, disponible uniquement en vinyle, dans la même lignée onirique et dark où elle poursuit d’explorer son obsession pour le thème de l’amour. Le titre est parlant. L’anticipation comme genre littéraire lié à la science-fiction mais aussi comme référence à la musique, le terme désignant alors une dissonance passagère. Des symboliques qui s’entremêlent dans les longues parties instrumentales très rock qui nous transcendent, à l’instar du morceau « The pachyderm memories », pour n’en citer qu’un.

Main image: 

You're the waves - Maïa Vidal

Posts section: 
List image: 
Summary: 
En gardant son côté aérien, elle quitte peu à peu le monde féérique qu’elle avait bâti et s’ouvre à un espace plus en relief dans lequel elle absorbe joie, mélancolie et douleur. Tout prend sens.
Text: 

Elle nous avait séduit dès la sortie de son album God is a bike en 2011 et nous avait marqué à jamais en 2012, sur la scène du Grand Soufflet à Rennes. Écouter Maïa Vidal, c’est se pendre à ses lèvres et se prêter au jeu d'une expérience inédite, celle du souffle coupé tandis que la musique transcende notre esprit et nous transbahute dans un univers enchanteur et onirique. Avec You’re the waves, la chanteuse et musicienne nous propose de réitérer l’expérience. Avec encore plus de volume, davantage de noirceur et toujours plus d’histoires centrées sur les relations amoureuses, qui se font et se défont. Sa voix tout comme sa musique semblent plus assumées, plus rondes, plus profondes. En gardant son côté aérien, elle quitte peu à peu le monde féérique qu’elle avait bâti et s’ouvre à un espace plus en relief dans lequel elle absorbe joie, mélancolie et douleur. Et tout à coup, tout prend sens. On la suit, les yeux fermés.

Main image: 

Under Branch & Thorn & Tree - Samantha Crain

Posts section: 
List image: 
Summary: 
La voix de la musicienne, légèrement rocailleuse, chaude et authentique guide et accompagne les 10 chansons qui nous racontent, sans jugement, l’Amérique modeste.
Text: 

La folk de Samantha Crain, originaire d’Oklahoma, règne en maitre sur ce quatrième album dont le titre délivre l’essence première de sa musique. La jeune artiste, tout juste âgée de 29 ans, propose ici un opus teinté de nature, bordé de paysages désertiques, de surfaces planes et caillouteuses. La guitare folk apporte de la douceur et nous berce vers une somnolence envoutante et chaleureuse. Samantha Crain n’a pas besoin d’user et d’abuser ni de performances instrumentales ni de démonstrations vocales tant sa simplicité transporte dans un ailleurs apaisant. La voix de la musicienne, légèrement rocailleuse, chaude et authentique guide et accompagne les 10 chansons qui composent Under Branch & Thorn & Tree et qui nous racontent, sans jugement, l’Amérique modeste. Au contraire, l’artiste livre avec ce disque un bel instant d’humanité.

Main image: 

Apocalypse, Girl - Jenny Hval

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Le frisson nous saisit, envahit le corps, enivre et transcende. Son disque sonne comme un voyage initiatique et hypnotique, entre musique expérimentale et folk psychédélique.
Text: 

Elle parlait de clitoris dans la première chanson de son album Viscera, sorti en 2011. Elle parle ici de bite, dès les premières notes de son nouvel opus, Apocalypse, girl, et explore le sujet de la condition féminine. Et le tout ressemble à une première fois. On ne sait pas à quoi s’attendre. Puis le frisson nous saisit, envahit le corps, enivre et transcende. Son disque sonne comme un voyage initiatique et hypnotique. Entre musique expérimentale et folk psychédélique, la norvégienne Jenny Hval nous emmène au cœur des abysses. Avec sa voix fragile et envoutante, elle sème le chaos à travers la douceur de la surface et crée un décalage entre l’attente d’un univers apocalyptique, le cru et la brutalité des textes francs et directs et la pureté du chant. L’album procure un sentiment de puissance incontrôlable, mêlant liberté jouissive et angoisse d’un cadre qui se ressert au fil de l’écoute.

Main image: 

La vague - Izia

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Si on appréciait ponctuellement son rock survolté, on s’avoue séduits par le virage radical opéré par la jeune chanteuse qui semble n’avoir pas encore complètement exploré toute la profondeur de sa fragilité. Une bonne nouvelle pour la suite.
Text: 

Avec ce nouvel album, on est bien loin de l’énervé « Hey bitch » de ses débuts. Izia propose dans ce 3e album un rock électro, inattendu et mélodique. De l’intensité bien maniée de sa voix et du chant en français découlent une puissance chaleureuse, une onde sensuelle et une déferlante musicale entrainante. La fille Higelin habite chacun de ses textes, nous prend par la main et nous emmène avec agilité dans un voyage intérieur qu’on ne lui connaissait pas encore. Izia dévoile avec pudeur et intelligence une intimité sensible agréable à découvrir au fil des 9 titres. La surprise est grisante et on ne se lasse pas d’écouter « La vague », « Silence radio », « You », « Reptiles » ou encore le duo avec Orelsan, « Les ennuis ». Si on appréciait ponctuellement son rock survolté, on s’avoue séduits par le virage radical opéré, avec risque, par la jeune chanteuse qui semble n’avoir pas encore complètement exploré toute la profondeur de sa fragilité. Une bonne nouvelle pour la suite.

Main image: 

Pages