Célian Ramis

Alice Schneider, mauvais esprit et faux sanglants

Posts section: 
Location: 
Galerie DMA, Rennes
List image: 
Summary: 
Mauvais esprit et impertinence s'invitent à la galerie DMA de Rennes jusqu'au 29 octobre. L'occasion d'apprécier le talent d'Alice Schneider qui a réalisé 200 dessins à l'encre de Chine.
Main images: 
Text: 

Faux sanglants, l’exposition de l’artiste plasticienne Alice Schneider, regroupant 200 dessins réalisés à l’encre de Chine, est présentée jusqu’au 29 octobre, à la galerie DMA de Rennes.

Faux sanglants, c’est le titre de l’exposition de la mancelle Alice Schneider, écrit en majuscules dégoulinantes, fruit du déversement d’une bouteille de Ketchup sur une banale feuille A4. « Ça résume bien la série de dessins, avec le côté cheap, la référence au fake, à la marque Ketchup… Tout le monde connaît ce jeu du sang avec le Ketchup », explique-t-elle, quelques heures avant le vernissage de l’exposition, jeudi 17 septembre.

Après avoir passé trois mois à entreprendre cette série, elle vient de coller ses 200 dessins sur les murs de la galerie DMA. Des dessins en noir et blanc, à l’encre de Chine. « Pour ne pas changer de feutre tous les 4 matins, mais aussi pour obtenir un vrai noir, qui garde un vrai contraste même sur les photocopies », commente l’artiste plasticienne. L’exposition ne présente pas les originaux, volontairement. Pour Alice Schneider, l’important est de pouvoir les diffuser, les photocopier, les multiplier.

DÉSACRALISER LE CÔTÉ PRÉCIEUX

« Le choix du dessin, et non de la peinture qui est pourtant mon premier amour, est une économie. C’est simple, facile à diffuser. Je suis parfois frustrée par le côté précieux des œuvres. » Elle prône la liberté du regard, la simplicité du rapport à l’art et la libre circulation de l’œuvre. Auparavant, elle avait déjà travaillé sur une série de magnets à coller sur le frigo et à reconstituer à sa guise.

Ici, elle opte pour des dessins que chacun peut photocopier directement dans la galerie, pour 1 euro, et repartir avec : « Il faut désacraliser ce côté précieux. Je veux qu’on puisse jouer et parler avec l’œuvre. Et que le dessin puisse partir à la poubelle sans complexe au final. »

Briser les frontières entre le visiteur et le travail de l’artiste, s’approprier les œuvres, les faire vivre selon nos propres références… Une démarche séduisante et engagée, en parfaite symbiose avec le contenu des dessins accrochés par thèmatique. Animaux, princesses Disney (ou Death Né), bouffe, mannequinat, amour, sexualité, désillusions, monde du travail, jeux, religion, actualité et nouvelles technologies, tout ce qui inspire la diplômée des Beaux-Arts d’Angers est recensé dans Faux sanglants.

LE TALENT AU SERVICE DE L’IRRÉVÉRENCE

« Au quotidien, j’ai toujours un petit carnet sur moi. Je note tout ce qui me vient en tête, des blagues Carambar, des jeux de mots, des sujets, des choses que je vois. C’est ma façon de procéder. J’aime mettre sous cloche des envies. Créer et mettre en images ensuite. », précise-t-elle, en balayant du regard les centaines de feuilles légendées affichées aux murs. Après ses études, Alice Schneider a travaillé brièvement dans une agence de pub à Paris, mais l’ambiance lui déplaisant, elle a préfèré voler de ses propres ailes. Parler de ces références, de ce qui la touche, ce qui la titille.

Des punks à chattes, une société française lubrifiée par le vin rouge ou boostée à la caféine, une pomme pomme girl, une femme aux seins doux (ou plutôt au Saindoux), une pharmachienne ou encore des migrants jamais aussi célèbres que Léonardo Di Caprio et Kate Winslet… la dessinatrice distille dans chaque pièce de la série une dose d’humour noir, de sarcasme et de regard critique. Simplement dans l’objectif de rendre compte de ce qu’elle constate : « Je ne cherche pas forcément à être critique mais généralement quand on écrit sur quelque chose, c’est quelque chose qui nous titille. On soulève rarement ce que l’on aime bien mais plutôt ce qui ne tourne pas rond. »

Sans prétention, Alice Schneider propose sa vision du monde à travers des dessins pouvant être appréhendés de manière personnelle comme universelle. Fortement influencée par les mutations sociétales des années 90 et 2000, l’artiste de 28 ans soulève avec simplicité et talent tous les « faux sanglants » de notre environnement. Impertinence et mauvais esprit s’invitent à la galerie DMA jusqu’au 29 octobre, on vous conseille d’en prendre une tranche…

Célian Ramis

Violence animale dans l'art de la contorsion

Posts section: 
Location: 
Théâtre du Vieux Saint-Etienne
List image: 
Summary: 
Le duo nous livre une performance corporelle et musicale en parfaite harmonie. De là se dégage une série d’émotions viscérales entre la violence à l’état brut, l’animalité et la brutalité.
Main images: 
Text: 

Dans le cadre du Temps Fort des Arts du cirque, organisé par Ay-Roop, les deux artistes britanniques Iona Kewley et Joseph Quimbly ont livré une performance originale de contorsion accompagnée d’arrangements musicaux progressifs, les 25 et 26 mars au Théâtre du Vieux Saint-Etienne, de Rennes.

Géraldine Werner, co-directrice de la structure “Ay-Roop” a repéré le duo dans le cadre du dispositif Circus Next, dispositif européen de soutien et de repérage dans les Arts du Cirque. Le duo nous livre une performance corporelle et musicale en parfaite harmonie. De là se dégage une série d’émotions viscérales entre la violence à l’état brut, l’animalité et la brutalité, dans un lieu particulièrement bien choisi, le Théâtre de Vieux Saint-Etienne. Un cadre permettant de révéler le duo : la danseuse Iona Kewney se saisit de tout l’espace offert pour l’occuper pleinement, à l’image de l’intensité de l’écho du style électronique progressif utilisé par le musicien Joseph Quimby.

La performance gestuelle de Iona Kewney, femme à la fois féminine, musculaire avec un corps enfantin et sans tabou, est un coup de poing, un combat que la contorsionniste livre contre elle-même et que l’on prend en pleine face.

Son corps qui se déforme, se transforme, s’agite, n’est pas accompagné de parole, juste des respirations hâletantes, râles et cris évoquant une forme de communication animale. Le spectateur assiste de manière très brute à cette violence, et se voit mis en difficulté par effet de transposition sur son proper corps. Une situation qui peut s’avérer stressante sans toutefois parler d’agression.

Les gestes déshumanisés, presque animaux, sont en parfaite harmonie avec le caractère progressif de la musique électronique type scandinave de Joseph Quimbly, au clavier. Cette harmonie et progression permet au spectateur une compréhension des émotions dégagées : le spectacle semble une approche primaire du combat de la vie, de son intensité, de sa difficulté et bien sûr de sa rapidité.

L’aspect animal apporté par la danseuse se fait également de par l’utilisation des élements (terre, eau, branche d’arbre) entremelés aux déformations et mouvements de son corps. Ce spectacle provoque le spectateur, l’amenant également à une recherche, une interrogation sur le sens de leur utilisation autour des contorsions.

Le public est alors absorbé par la magie de la prestation et cherche à comprendre cette progression des contorsions afin de partager les émotions avec Iona Kewley.

Célian Ramis

Nudité : Striptease, un art ?

Posts section: 
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Reportage dans les fumées voluptueuses d'un monde de la nuit emprunt d'érotisme, où l'art du déshabillé se confond souvent avec l'amour de l'argent.
Text: 

Si les prémices et évolutions du striptease sont incertaines, en revanche la sulfureuse Mata Hari a parfaitement gravé sa légende dans l’Histoire, en partie à travers l’effeuillage. Reine de la Belle Époque grâce à la création d’une danse orientale qu’elle enrobe d’origines divines, elle est un archétype de la femme fatale et moderne, libérée dans une société puritaine, et lève le tabou sur la nudité. Plus d’un siècle plus tard, le striptease n’est plus seulement l’affaire de courtisanes et de danseuses de cabaret.

Discothèques, clubs de strip, enterrements de vie de garçon/jeune fille, salon de l’érotisme… on parle aujourd’hui de banalisation d’une profession entachée de clichés liant l’art du déshabillé à la vulgarité et la légèreté, et d’amalgames entre effeuillage et prostitution. Des stéréotypes qui ne semblent atteindre les danseuses qui envisagent la nudité de leurs corps comme un accessoire indispensable de leur business artistique. Elles sont au cœur du monde de la nuit et nous les avons rencontrées afin qu’elles nous livrent leur vision de leur condition.

Dévoiler son corps, lentement, sensuellement. Privilégier l’esthétique d’un corps au service de la création d’un show élaboré et travaillé. Pour susciter le désir des plaisirs charnels, sans y céder. Quand l’érotisme se met à nu, qu’il ne reste plus un seul bout de tissu pour cacher les soi-disant vertus, les réalités sont autres et se confondent avec les voluptés enivrantes de l’argent.

« On insiste beaucoup : on veut vraiment donner une autre image du striptease et du métier », explique Maya Cortes, chargée de la logistique et de l’animation sur la tournée Eropolis. Les 17 et 18 janvier, le salon célébrait l’érotisme au Parc expo de Rennes, avec une trentaine d’artistes stripteaseurs/stripteaseuses. L’autre image, c’est celle de pros qui élaborent des spectacles sur scène, principalement. Pour Little Priss, aujourd’hui :

« tout le monde peut prétendre être stripteaseuse, et il y a une sacrée concurrence. Il faut faire du show, faire primer le côté artistique, la beauté du corps, la sensualité. Et surtout toujours innover. »

À 21 ans, la jeune femme débute dans le milieu, côtoyant le monde de la nuit depuis plusieurs années. En 8 mois seulement, elle s’est initiée à l’art de l’effeuillage, vidéos et bases de modern-jazz à l’appui, et l’a pratiqué dans des boites de nuit, des clubs de strip, des clubs échangistes, des salons ou encore chez des particuliers. Et rapidement, son expérience lui a permis de comprendre « ce qui fonctionne, ce qui fait crier », loin des fantasmes ordinaires de la policière frivole ou de la candide écolière, plus appropriés aux enterrements de vie de garçon.

Ce jour-là, une trentaine de curieux principalement masculins s’agglutinent au pied de la scène. Ana-Lys fait son entrée, sourire aux lèvres, valisette à la main, vêtue d’un frou-frou blanc, d’une parure blanche et de talons hauts. Sur un air légèrement swing échappé de la bande originale de Mary Poppins, elle débute son show en dénouant sa chevelure rouge et en brandissant un sextoy assorti d’une moue malicieuse. Elle a tout d’une artiste burlesque, un art qu’elle pratique depuis 2 ans, pour le côté humoristique, vintage et rockabily. Elle dévoile au fil des tissus qui tombent sur le sol un tatouage floral courant le long de son bassin, de sa hanche et de sa cuisse.

La sulfureuse Ana-Lys est pétillante, pleine de grâce, dotée d’un corps harmonieusement charnel. « Le burlesque permet de s’assumer comme on est. J’en fais autant que du striptease, qui est plus hot en général. Si les shows ne sont pas les mêmes, on travaille dans les deux cas sur les costumes, la mise en scène, les musiques et sur l’art de l’effeuillage, avec un côté glamour et très sexy, analyse-t-elle, expliquant une différence entre les lieux de représentation. En soirée privée, en spectacle pour les comités d’entreprise, dans les conventions de tatouage ou de moto, on me demande du burlesque. Sinon, c’est du strip plus classique. » La jeune femme, engagée sur la tournée pour faire découvrir la particularité de cet art, termine sa prestation intégralement nue sur scène. Seuls les bouts de ses seins seront cachés par des nippies.

BANALISATION DE LA NUDITÉ

Pour de nombreuses artistes françaises et américaines notamment, le burlesque incarne un courant féministe, engagé. Le corps comme arme et symbole de pouvoir. Des femmes puissantes s’éclatant à montrer leur sensualité, s’affranchissant des codes de la domination masculine et détruisant les diktats de la mode des jeunes-minces-blanches, selon Louise de Ville – croisée en 2013 sur la scène du Grand Soufflet dans le spectacle « Porte-jarretelles et piano à bretelles ». Montrer son corps serait par conséquent une preuve d’indépendance. À noter que toutes les féministes ne s’accordent pas sur ce sujet. Niveau striptease, la tendance est plutôt à l’indifférence.

L’indifférence face aux critiques qui peuvent être formulées quant à son côté dégradant : se déshabiller pour vendre du rêve, pour agrémenter les fantasmes, pour satisfaire les désirs des spectateurs. Elles invoquent aujourd’hui la banalisation de la profession, avec une prolifération du nombre de danseuses – qui n’est pas recensé ou calculé clairement mais qui apparaît au vu du nombre de sites et d’annonces – qui se ressent à travers le regard de la population nocturne. « Avant, quand on se déshabillait dans les boites, tout le monde sortait son portable. Maintenant, ça paraît normal de voir des stripteaseuses et des gogos danseuses. Et puis, les clientes sont encore moins habillées que nous, parfois ! Enfin, elles finissent en soutif...», rigole Julie, alias Bambye.

DE L’INTERMITTENCE À L’AUTO-ENTREPRENARIAT

À 27 ans, elle bénéficie d’une expérience de 10 ans dans ce métier. À l’origine, elle est embauchée par une agence en tant que gogo danseuse et se contente de faire l’animation sur scène, en dansant, simplement. « J’aime danser, j’aime voyager, j’aime l’argent. Surtout l’argent », lâche-t-elle d’un ton franc et désinvolte. Elle avait, au départ, le statut d’intermittente du spectacle, statut auparavant adopté par toutes les artistes stripteaseuses : « Maintenant, on est obligées d’être auto-entrepreneures, financièrement c’est plus intéressant pour les établissements qui nous payent à la prestation. Si t’es intermittente, ils ne te prendront pas.»

Elle termine sa séance de sport quotidienne, a les yeux rivés sur son téléphone et se marre quand on lui demande comment elle prépare ses prestations :

« Je ne fais que de l’improvisation ! J’ai la chance de pouvoir danser sur toutes les musiques, en rythme et de manière sensuelle. »

Cette ancienne candidate de télé-réalité – aperçue dans Secret Story en 2011 – ne ressent aucune appréhension et aucun besoin de répéter ses chorégraphies.

« C’est simple, en discothèque, ils aiment les prestations qui sortent de l’ordinaire, genre Catwoman ou cow girl mais n’imposent pas de thèmes. Dès l’instant que tu te désapes et que tu montres ton cul, c’est tout ce qui leur importe. Comme en club de strip, même pas besoin d’ambiances et d’univers. Il n’y a que pour les enterrements de vie de garçon qu’il y a des critères imposés, et ce sont souvent les mêmes : policières, écolières, infirmières, militaires… », détaille la jeune femme qui, la journée, gère un centre équestre à Goven, fondé et ouvert depuis septembre 2014.

AU SOMMET DE LA BARRE

La nuit, en semaine comme le week-end, elle découpe son emploi du temps entre Nantes, Saint-Nazaire et Rennes. Principalement à l’Ile de Rhodes, derrière le centre Colombia, bordant le boulevard de la Tour d’Auvergne. Un mercredi soir de janvier, elle y arrive un peu après minuit. Cheveux noués, pas coiffés, jogging, baskets… Elle part se préparer dans les appartements alloués à cet effet, au dessus du plus vieux club de striptease de Rennes, ouvert depuis 53 ans, et revient moulée dans une robe longue, à la dentelle noire et au voile blanc transparent. Une tenue réalisée sur mesure par une couturière angevine. « Ça va entre 80 et 800 € pour les fringues. Et il y a aussi la lingerie à acheter, les porte-jarretelles, les bas. Faut que ce soit classe et élégant », précise-t-elle.

Elle entame une danse lascive autour de la barre, fixée au milieu de la piste de danse. Incontournable, elle est un accessoire primordial pour les artistes qui peuvent soit s’en servir comme appui, quasi un partenaire, soit pour exécuter quelques figures de Pole Dance : « Je n’en fais pas beaucoup. Ce ne sont pas celles qui montent à la barre qui gagnent le plus. Et moi, je suis bête et méchante, je vais là où il y a l’argent. Je fais des shows reptile par exemple, en boite de nuit. Ça chiffre bien, 2 fois plus que le strip de base qui est souvent facturé aux alentours de 250/300€. »

Mêmes tarifs pratiqués par la nantaise Priscilla Jones, régulièrement en pays rennais, qui confirme qu’en une nuit en boite, une stripteaseuse peut espérer récupérer un cachet de 700 € pour un show sensuel avec un serpent, et 300 € pour un effeuillage classique. Même efficacité en privé : 1h de présence dont 15 minutes de passage, « c’est bien payé, c’est peu de temps de travail mais il y a des inconvénients. On n’a peu de place pour danser et pas de liberté dans les personnages. » Car après 9 ans de métier, ce qui continue d’épanouir cette trentenaire déjà vue dans le télé-crochet À la recherche de la nouvelle star, c’est le spectacle, le côté artistique, le développement des chorégraphies.

Elle, qui joue des petits rôles dans certains films comme Bodybuilder de Roschdy Zem, aime incarner des personnages de cinéma, comme Jessica Rabbit, Maléfique ou encore les James Bond girls… « Que des personnages dark et sévères qui collent à ma personnalité », précise-t-elle. Pour Priscilla, le striptease ne se résume pas à l’exhibition de son corps. Ou plutôt, elle refuse d’y être réduite. Pas question de simplement « montrer cul et nichons à un mec en particulier », raison pour laquelle elle évite farouchement les clubs de strip, dans lesquels on pratique les shows privés.

AMOUR DE LA DANSE ET ARGENT

À l’Ile de Rhodes, ce soir-là, Bambye est entourée de 2 danseuses – 2 autres étant en train de « flyer » afin de rameuter des clients - et de Nadine, surnommée Nanou, responsable depuis 3 ans et employée du club depuis 23 ans. En attendant que les clients débarquent, au compte goutte, elles discutent frais kilométriques, remboursés selon les distances parcourues, et échangent leurs expériences. Magora, 21 ans, a débuté le striptease il y a 2 mois. Pour l’amour de la danse. Parce qu’après un bac hôtellerie et une expérience en restauration, elle ne supporte plus de se « faire traiter comme de la merde par les patrons et les clients ». Direction l’usine. Mais le boulot est contraignant, les horaires également. Elle entend parler d’un bar à hôtesse dans les Côtes d’Armor et enchaine avec le club rennais, dans lequel elle se forme sur le tas, en regardant les autres, et en utilisant ses compétences de Pole Dance.

Laurine, 27 ans, a mis les pieds dans le métier il y a 2 ans. Pour l’argent, très clairement. Après 8 ans à bosser dans une grande surface, elle teste le striptease en boite de nuit. Parce qu’elle y passe tout son temps. « J’avais plein d’idées reçues à ce sujet. J’ai vu que c’était propre et clean, je suis partie à l’aventure », lance-t-elle, amusée. Pour elle, avoir des horaires de nuit, dormir toute la matinée et profiter de son après-midi se résume en un mot : vacances.

Pourtant, elle n’aime pas danser, « ou alors sur du Rammstein, il faut que ça bouge, je suis un peu bourrine. Je n’arrive pas du tout à être sensuelle… De toute manière, quand les mecs prennent un strip, c’est pour voir mon corps, c’est ça qui séduit. Un sourire et c’est bon. Les hommes sont faibles. » D’où sa préférence pour, dès l’ouverture de l’établissement, s’afficher en tenue légère et affriolante, poitrine joliment mise en évidence. Autre détail marquant chez Laurine, elle parle, en référence à son lieu de travail, de « terrain », terme très spécifique et peu employé par les artistes rencontrées.

CONSOMMATION OBLIGATOIRE

Vers 1h du matin, les premiers clients arrivent dans le club, s’installent sur les banquettes en velours et commandent du champagne, à 250 € la bouteille. Ils reprendront la même dans l’heure. Les 3 danseuses enfilent alors leur casquette d’hôtesses et prennent place à la table des messieurs. Un rôle dans lequel Laurine se sent plus à l’aise. L’objectif étant alors de faire consommer le client, en boissons et shows privés, dans des salons intimistes avec rideaux transparents ou à la table.

« Mieux vaut qu’elles ne soient pas farouches pour le contact avec les clients, elles sont payées sur les ventes de champagne », rappelle Carly, 26 ans, gérante du bar à champagne et club de striptease, La Luna, situé à quelques pas du pont de Nantes. Ici, pas d’obligation de danser, si les filles ne le souhaitent pas. Le principe est le même chez elle qu’à l’Ile de Rhodes, à quelques détails près, comme celui du nu intégral conseillé dans ce dernier et proscrit à La Luna (string/topless). Ici, les filles doivent impérativement se munir d’une tenue de soirée et d’une tenue de prestation.

Dans les deux établissements, les danseuses/hôtesses répondent aux offres postées par les responsables ou sont envoyées par des agences. Souvent pour des contrats de 2 semaines, le renouvellement étant important pour les habitués. À cause des difficultés à obtenir des visas, les clubs ne peuvent désormais plus embaucher des femmes étrangères, principalement des russes, des ukrainiennes et des moldaves.

« C’est dommage, les hommes aiment bien les étrangères, les russes notamment, qui sont très belles », confie Carly. Il devient difficile aujourd’hui de dénicher de nouvelles recrues : « Elles sont plus prudes qu’avant, ont moins l’appât du gain. Elles n’ont plus autant la hargne qu’avant. Elles se contentent surtout de faire les hôtesses. Sachant que les clients veulent toujours plus, en payant moins parce que c’est la crise… » Prendre des billets sans trop se fatiguer.

CONTRÔLE DE SOI

Les femmes n’oseraient-elles plus se dénuder dans les clubs de striptease ? Les raisons restent obscures. Quand on aborde la nudité et le rapport au corps, elles s’accordent toutes sur l’obligation de ne pas être pudique. « Ce qui ne veut pas dire que l’on accepte nos corps…», précise Bambye, qui ne supporte plus la vision de graisse nichée dans certaines parties de son corps. Un point sur lequel la rejoint Laurine. Ainsi que Amira, inquiète du rendu de nos photographies. « Faudra retravailler, vous affinerez la taille, parce que je n’ai plus le corps de ma jeunesse, j’ai 33 ans et j’ai du ventre », nous glisse cette danseuse érotique, après son passage à La Luna.

Après avoir enchainé les grandes scènes parisiennes, avoir été chorégraphe pendant 7 ans dans une école d’afro-jazz et de danse contemporaine, avoir dansé dans des clips et des comédies musicales, elle pose ses valises à Rennes. « J’ai un enfant maintenant, et ça me convient mieux ce rythme-là. Tranquillement, au club, les soirs que je veux. », explique-t-elle. Elle aime le jeu de la séduction, de l’érotisme. Même si elle trouve qu’en France, la culture du « strip-club » n’est pas aussi développée qu’en Angleterre ou qu’aux Etats-Unis. « Certains clients jouent le jeu, d’autres non », évoque-t-elle, légèrement furtive.

La clientèle, Carly la décrit en souriant :

« Des hommes de 20 à 70 ans, qui viennent par curiosité ou parce que ce sont des habitués. Des hommes seuls ou mariés, qui s’emmerdent dans leur couple ou pas, qui n’ont pas trop de vie sociale. Il y a aussi les mecs qui viennent s’amuser… Il y a toute sorte de clients ! ».

Et du côté de l’Ile de Rhodes, même combat. On parle aussi bien de commerciaux, accompagnés de leurs clients pour signer des contrats, que d’hommes seuls ou de jeunes en bande.

Et concernant les dérapages, si les filles parlent parfois de « mains placées là où il faut pas », elles sont toutes sereines quant aux règles et aux limites à s’imposer et à imposer. « Perso, je suis très claire. Je suis assez froide de tempérament en plus. Je fais ma prestation, je prends mon chèque et je me casse. En club, pour les shows privés, le mec n’a pas intérêt à dépasser les limites, sinon il aura un show tout pourri et la nana rasera le mur… », signale Bambye, assurée d’avoir toujours l’ascendance sur le client.

Entre les murs de La Luna, on nous murmure en off qu’un des points intéressants à travailler dans ces lieux-là est très certainement de mieux se connaître, en tant que femme. « Ça apprend la manipulation, c’est fascinant », avoue une petite voix.

Graphisme : Clara Hébert

Graphisme : Clara Hébert

À 34 ans, Sébastien alias Yevan est stripteaseur - aussi appelé parfois chippendale - depuis cinq ans. L’un des deux seuls à pratiquer cette activité dans l’Ouest, il allie au quotidien effeuillage, travail et vie privée.

Comment êtes-vous arrivé au striptease ?

C’est vraiment un pur hasard. Je faisais déjà beaucoup de sport et entretenait mon corps. Un ami de Nantes qui faisait du strip s’est retrouvé en galère un soir et m’a demandé de l’aider pour un show James Bond en duo, alors que son partenaire avait eu un accident. Il s’agissait d’une prestation pour un comité d’entreprise, cela s’est bien passé, j’ai apprécié et je connaissais déjà le milieu, j’ai pu être engagé.

Quel est votre rapport au corps, au physique ?

Il ne faut pas être pudique, ça c’est certain. Cependant pour moi faire du striptease, c’était assez inopiné. Montrer mon corps n’était pas le problème, le plus compliqué c’est le show en lui-même ; les gestes, suivre la musique par exemple. Ce souci du physique est plus vis-à-vis des clients, notamment pour les shows privés, il faut être professionnel mais simple. À un anniversaire organisé par exemple, à la différence d’un enterrement de vie de jeune fille, le conjoint et/ou la famille seront présents. Il peut y avoir une certaine jalousie, il ne faut pas que ça déborde. Pour entretenir mon physique, je fais du sport toutes les semaines pour rester dessiné. Les gens ne cherchent pas à voir des bodybuilders mais plutôt des gens bien faits, quand c’est trop, cela peut presque effrayer.

En parlant de débordements, quelles limites fixez-vous dans vos shows ?

Contrairement à ce que l’on peut voir au Salon de l’érotisme par exemple, où on parle justement d’érotisme voire de X, dans les shows privés ou en discothèque, à aucun moment on ne voit mon sexe. Le drapeau est toujours devant moi et même lorsqu’une femme monte sur scène, tout est illusion, elle ne voit rien, ne touche rien.

Peut-on vivre du striptease ?

On peut en vivre oui mais c’est assez compliqué, il faut démarcher les bars, les professionnels. Ceux qui le peuvent ont monté leur société mais tout le monde ne peut pas le faire. Les budgets sont très serrés avec les frais kilométriques, les tenues, etc… Pour moi c’est un loisir et un plaisir, en dehors de cette activité je suis salarié d’une entreprise. Le striptease ce n’est que le week-end, tout au long de l’année mais plus particulièrement du printemps au mois de septembre où il y a beaucoup plus de demandes, notamment avec la saison des mariages. Vu que nous ne sommes que deux, moi près de Rennes et mon ami à Nantes, nous nous partageons le Grand Ouest. Pour ma part cela peut aller du Mans à Deauville en passant par le Finistère. C’est beaucoup de route.

Qu’en est-il de la rémunération d’un stripteaseur ?

Que ce soit pour des shows privés ou dans une discothèque, nous sommes payés à la prestation, entre 250 et 280 euros. En privé cela comprend une heure sur place dont quinze minutes de danse et striptease. En tant qu’auto-entrepreneur, j’ai le choix de mes prestations et limite de plus en plus celles en discothèque. Après, cela dépend beaucoup du réseau de chacun, il faut savoir être très réactif, surtout pour un homme, il y beaucoup plus de concurrence.

Quelle est la différence avec les shows en discothèque ?

En discothèque, la prestation est plus longue et on te paye un forfait peu importe ce que tu fais. On nous demande souvent de faire des shows de gogo danseur également, c’est-à-dire que l’on va danser en tenue, principalement pour vanter une marque, d’alcool par exemple, en partenariat avec la discothèque. Mais surtout, les horaires sont plus compliqués, ce qui n’est pas facile à concilier avec une vie privée. 

Même en tant qu’auto-entrepreneur, travaillez-vous avec des agences ?

Oui, mais la plupart des agences sont basées à Paris. Elles ont des contacts en région et vont nous appeler pour connaître nos disponibilités. Le problème avec les agences est que plus il y a d’intermédiaires, plus la commission de l’artiste sera réduite.

Comment conciliez-vous striptease et vie privée ?

J’ai la chance d’avoir une compagne très compréhensive et qui me fait énormément confiance. Mais le striptease me prend beaucoup de temps, j’ai maintenant 34 ans, je me laisse encore deux ans dans le milieu pour pouvoir profiter pleinement de mes fins de semaine avec elle.

Et qu’en est-il de l’image du striptease dans votre entourage ?

Dans mon entreprise, mes collègues ne sont pas au courant, notamment parce que je travaille au contact de clients. Ce qui est plus compliqué c’est de savoir gérer sa propre image auprès des personnes qui payent pour les shows privés en discutant avec eux, en restant souriant afin que les gens puissent sortir des a priori qu’ils pourraient avoir, comme l’homme à femmes par exemple. C’est toujours la différence entre les anniversaires et les enterrements de vie de jeune fille, pendant les anniversaires on peut se retrouver face à la grand-mère, voire des enfants. Les gens sont généralement assez curieux et me pose beaucoup de questions, je leur explique qu’un stripteaseur peut avoir une vie intime malgré son activité, si la personne avec qui il partage sa vie est prête à l’accepter.

Tab title: 
Stripteaseuses, des danseuses comme les autres ?
Striptease, la mise à nu de la vie nocturne
Mystère, cachoteries et infos rares
Salon de l'érotisme : Les femmes aussi veulent y goûter...
Effeuillage au masculin

Célian Ramis

Le miroir, meilleur ennemi des danseuses

Posts section: 
Location: 
Collectif Danse Rennes Métropole, Rennes
List image: 
Summary: 
La compagnie bretonne Légendanse a présenté, le 15 janvier, sa dernière création à Rennes, intitulée "Je-u". Une pièce chorégraphique pour quatre femmes, autour des représentations de soi et l'acceptation de son corps.
Main images: 
Text: 

La compagnie bretonne Légendanse a présenté, le 15 janvier, sa dernière création aux Rennais, intitulée Je-u. Une pièce chorégraphique pour quatre femmes, autour des représentations de soi.

« Dans toutes les salles de danse, il y a un miroir. Mais il n’a pas toujours été un ami… » Émilie Dhumérelle entretient un rapport conflictuel avec son corps. Amour, un jour ; désamour, le lendemain. Pourtant, elle en a la maitrise absolue. Elle est la chorégraphe de Légendanse.

La compagnie, qui s’est installée dans les Côtes-d’Armor, était en résidence, auprès du collectif Danse Rennes Métropole, du 12 au 16 janvier. Autour de la chorégraphe, Adeline Grit, Élise Martin et Virginie Auray ont donné une représentation publique de leur dernière création, dans une ambiance intimiste, le 15 janvier.

Je-u est un questionnement sur le processus de création identitaire. « Je, c’est l’égo, la psyché. Et le jeu, c’est pour l’enfant qui se découvre et se reconnaît dans le miroir. Dans sa tête, c’est un choc », explique Emilie Dhumérelle. L’idée du spectacle, la chorégraphe la doit à ses enfants. C’est en les observant qu’elle a compris l’importance du processus de reconnaissance : « Avant de se voir dans le miroir, ma fille parlait d’elle à la troisième personne. »

LA PSYCHOLOGIE AU SERVICE DE LA DANSE

Entre deux sourires, Émilie Dhumérelle cite fréquemment Françoise Dolto et Jacques Lacan, parle psychologie et rapport au corps : « J’ai lu beaucoup de livres. C’est une piste, un axe de travail qui fait réfléchir. Cette création raisonne bien dans la société actuelle, surtout chez les femmes. Elles sont constamment à la recherche d’une image parfaite mais celle-ci n’existe pas… Moi-même, pendant longtemps, j’ai essayé de rentrer dans le format de la danseuse au physique idéal. » Un constat qui l’a encouragé à créer un spectacle exclusivement féminin : « Au début, je ne le souhaitais pas forcément. Et puis, au fur et à mesure, je me suis dit que c’était mieux. Les femmes ne sont jamais contentes devant la glace. Pour les hommes, c’est différent. Ils en parlent moins. »

Des corps fins et harmonieux, une tenue impeccable, et pourtant… « Je suis sur scène, les gens viennent pour me voir mais ça ne veut pas dire que je m’assume », concède Adeline Grit, à la longue chevelure rouge. Virginie Auray acquiesce : « J’essaie d’être en paix avec cette image. ll y a des phases, des cycles, des rencontres. Et aussi l’âge de la remise en question. » Et ce n’est pas Élise Martin qui contredirait ses partenaires : « La difficulté, c’est de se mettre à nu, de se montrer soi-même. »

Ces doutes perpétuels se retrouvent dans le spectacle. Après deux ans de travail, la création se cherche encore : « C’est un long parcours de recherche chorégraphique et de remise en question personnelle, dont une période de compagnonnage avec Territoires d’écritures en mouvement (TEEM), la structure de développement chorégraphique de Quimper », explique Émilie Dhumérelle. Une période que la danseuse qualifie aujourd’hui de « psychothérapie ».

LE JEU DU MIROIR

À Rennes, les quatre artistes ont modifié l’articulation du spectacle, pour un rendu plus fluide et juste. « Quelques incertitudes subsistent », concède Emilie Dhumérelle. Sur scène, les danseuses évoluent autour de deux miroirs. Objet de jeu, de découverte, la glace reflète l’image, attire la curiosité ou la répulsion. Les danseuses se découvrent entre elles, jusqu’à jouer avec leur propre reflet. Elles s’interrogent en gestes, toujours avec précision. Formées à la danse classique, les jeunes femmes se libèrent des carcans pour exprimer des émotions et des questionnements.

Le choix du contemporain était, pour ces artistes, une évidence. « Le classique transpire forcément dans le spectacle. Mais le problème c’est que l’esthétique est extrêmement codifiée et stylisée. Les codes font toujours aller au même endroit. Pour créer librement, il faut s’en détacher », souligne Emilie Dhumérelle.

Je-u n’apporte pas de réponse mais soulève des questions et suscite le débat. Et la danse, elle, mène vers l’acceptation. « Elle permet d’être plus à l’aise dans son corps ; elle donne l’impression de se  connaître. Légendanse intervient dans les collèges, pour de la sensibilisation. Les ados changent, grandissent, jouent un rôle. Alors, la danse, ça leur parle ! »