Dominique - Cookie Allez

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Un roman réaliste et plausible, pourvu d'humour, qui nous fait voguer sur l’imaginaire contemporain de l’auteure qui invite à la réflexion et à l’engagement.
Text: 

Fidèle aux éditions Buchet/Castel, Cookie Allez revient sur la scène littéraire avec ce roman sociétal. En 2002, France et Gabriel deviennent les parents de Dominique. Un prénom mixte assorti à une éducation progressiste dans laquelle l’enfant pourra s’épanouir sans stéréotype autour de son sexe, et même choisir son identité sexuelle en grandissant. La question du genre écartée, le couple devra faire face à des difficultés inattendues, créatrices de scènes cocasses et croustillantes. Le quotidien de cette famille dépassée mais déterminée intrigue le lecteur qui tente de percer le mystère qui règne jusqu’à la dernière page. On dévore gloutonnement cette histoire réaliste et plausible, pourvue d’un humour assez fin, parfois loufoque, en se laissant voguer sur l’imaginaire contemporain de l’auteure qui invite à la réflexion et à l’engagement.

Main image: 

Nous sommes tous des féministes - Chimamanda Ngozi Adichie

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Ce court essai est un manifeste pour les femmes, il répète des évidences mais fait du bien. Il permet surtout de viser un public non sensibilisé à l'égalité des sexes.
Text: 

Prononcé en décembre 2012, le discours de l’écrivaine nigériane « Nous sommes tous des féministes » vient de paraître aux Éditions Gallimard, regroupé avec l'un de ses écrits, Les marieuses. Retravaillé pour le rendre plus littéraire, ce texte incisif vise juste. En cinquante pages, elle explique, avec chiffres et expériences personnelles à l'appui, pourquoi les mouvements féministes restent nécessaires. Que ce soit au Nigéria, son pays d'origine, ou aux États-Unis, son pays d'adoption, Chimamanda Ngozi Adichie fait le même constat : les femmes ne jouissent pas des même droits que les hommes. Ce court essai est un manifeste pour les femmes, il répète des évidences mais fait du bien. Il permet surtout de viser un public non sensibilisé à ces problématiques. Et c'est le but recherché par l'auteure, qui aimerait qu'hommes et femmes changent la société ensemble.

Main image: 

La gaieté - Justine Lévy

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Combat d’une femme, en proie à des réminiscences. Une autofiction élégante, à l’écriture rythmée, emplie de mélancolie.
Text: 

La gaieté, c’est une tentative. Celle de Louise, double littéraire de Justine Lévy, de lutter contre la tristesse. Le roman se lit comme une suite de Mauvaise fille, où le personnage faisait face au cancer de sa mère. Désormais elle-même maman, Louise tente tant bien que mal de combattre ses névroses. Perpétuelle angoissée, elle dresse des listes, énumère ses peurs, tente de protéger - un peu trop - ses enfants. Le récit, fait de va-et-vient entre le passé et le présent, ressasse une enfance brisée, des rapports conflictuels avec un défilé de belles-mères, l’absence d’une mère fantaisiste. Combat d’une femme, en proie à des réminiscences, certains diraient que ce roman est trop autocentré. Sous la plume de Justine Lévy, il s’agit pourtant d’un récit poignant. Elle navigue subtilement entre des souvenirs hilarants et d’autres beaucoup plus douloureux, dont un séjour en Malaisie aux côtés d’une mère « camée ». Une autofiction élégante, à l’écriture rythmée, emplie de mélancolie.

Main image: 

Vernon Subutex 1 - Virginie Despentes

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Ce premier tome d’une trilogie est aussi un polar, hyper bien ficelé, haletant et jouissif. Despentes a vieilli, mais elle est restée prenante et réjouissante.
Text: 

Virginie Despentes a vieilli et s’est apaisée. Son Vernon Subutex, ex-enfant du rock et ex-disquaire devenu sdf, est un brin désabusé. Comme elle ? Quoi qu’il en soit, substitut de Virginie, ou pas, Vernon, antihéros attachant, est à la rue et va s’arranger avec ses souvenirs et ses anciens amis, morts ou rangés des voitures, pour dormir au chaud. Il erre dans un Paris antisocial et triste, tente de sauver sa peau en ne cédant presque rien de ses convictions et de ses premiers amours. Il est classe finalement, Vernon, honnête, au moins avec lui-même, et pudique. Et puis, Vernon, il a un truc que tout le monde veut… Despentes peint une satire sociale méticuleuse et acérée, drôle et mélancolique, et enterre avec nostalgie une époque bénie où la jeunesse avait de vrais idéaux. Elle est juste, percutante, touchante, elle dérange encore, un peu moins mais encore un peu, et elle voit toujours la beauté cachée derrière la crasse. Ce premier tome d’une trilogie est aussi un polar, hyper bien ficelé, haletant et jouissif. Despentes a vieilli, mais elle est restée prenante et réjouissante.

Main image: 

Libres comme elles - Audrey Pulvar

Posts section: 
List image: 
Summary: 
La journaliste nous régale de sa plume légère et rebelle pour nous dévoiler un ouvrage singulier d’une grande beauté et d’une force inouïe.
Text: 

On la connaît femme libre, Audrey Pulvar. Avec ce recueil féministe, elle signe un très bel hommage à celles qui ont bercé sa vie de jeune femme et de femme, qui ont compté et qui ont partagé à ses cotés – en pensées – sa passion de la littérature et de la lecture. Libres comme elles, portraits de femmes singulières, c’est la découverte de 21 femmes d’exception, toutes caractérisées par leur combat pour la liberté. Nina Simone, Louise Michel, Angela Davis, Geneviève Fraisse, Camille Claudel, Marilyn Monroe, Joséphine Baker, Gisèle Halimi, Simone Weil, Toni Morrison, Barbara, Maria Callas, Simone de Beauvoir ou encore Janis Joplin sont des archétypes de force féminine et d’émancipation. La journaliste, qui se revendique féministe, nous régale ici de sa plume légère et rebelle pour nous dévoiler des facettes de ces femmes telles qu’on les connaît peu. Les découvertes ou redécouvertes des personnalités décrites et décryptées sont autant enrichissantes qu'initiatiques. De véritables sources d'inspiration à une époque où la norme peut être oppressive et stigmatisante. On dévore, tout en savourant, les pages d'un ouvrage singulier doté d’une grande beauté et d’une force inouïe qui fait écho en chaque individu désireux de s'accomplir dans sa liberté et dans son ouverture au monde qui nous entoure.

Main image: 

Les crocodiles - Thomas Mathieu

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Thomas Mathieu sort sa BD version papier en mettant un coup de pied dans la fourmilière du sexisme et assure un pas en avant vers la prise de conscience.
Text: 

Difficile de passer à côté du phénomène Crocodiles. Depuis plusieurs mois, le tumblr de Thomas Mathieu, intitulé Projet Crocodiles, intrigue les internautes. En effet, le jeune homme a eu l’idée de lancer un site sur lequel il illustre en bande dessinée les histoires de sexisme ordinaire vécu par les femmes qui lui envoient leurs récits. Ainsi, les hommes sont transposés au rang de prédateur à travers les crocodiles apparaissant en vert, tandis que le reste des illustrations est laissé à l’état le plus simple, en noir et blanc, dans le but d’épouser le point de vue féminin. Dans la rue, à l’arrêt de bus, dans les transports en commun… l’idée est de montrer concrètement la relation dominée/dominant dans l’espace public dans des histoires amusantes ou graves. Harcèlement, machisme et absence de réactions des témoins de ces situations quotidiennes, Thomas Mathieu sort sa BD version papier en mettant un coup de pied dans la fourmilière du sexisme et assure un pas en avant vers la prise de conscience.

Main image: 

Marina Bellezza - Silvia Avallone

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Toujours douée dans l’art de contempler ses semblables, Silvia Avallone trace des portraits ciselés et touchants.
Text: 

Après le percutant D’Acier, son premier roman - devenu un best seller – Silvia Avallone, jeune romancière italienne, signe une œuvre toute aussi puissante et contemporaine. Toujours douée dans l’art de contempler ses semblables, elle trace des portraits ciselés et touchants. Le regard qu’elle pose sur les femmes est à la fois bienveillant et brut, fin et juste. Comme la suite logique à D’Acier, où ses héroïnes adolescentes seraient devenues de jeunes adultes, Silvia Avallone raconte l’histoire de Marina, bimbo de province, odieuse et paumée, mue par la colère et sa quête de revanche sociale, qui va jouer de sa beauté et d’un don pour le chant pour « réussir » et devenir célèbre via la télé réalité. Elsa, sa co-locataire, travaille à sa thèse de philosophie, loin des paillettes et des faux-semblants. Entre elles, le ténébreux Andréa, prétexte masculin pour dire les bienfaits du retour à la terre et à l’agriculture raisonnée. Un livre féministe, politique, sociétal.

Main image: 

Caliban et la sorcière - Silvia Federici

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Un ouvrage qui offre une nouvelle réflexion profonde sur l’histoire des discriminations basées sur le corps, la reproduction et la sexualité.
Text: 

« Dès le début du mouvement des femmes, les militantes et théoriciennes féministes ont perçu que le concept de « corps » était fondamental pour comprendre l’origine de la domination masculine et la construction de l’identité sociale féminine », établit Silvia Federici dans l’introduction de Caliban et la Sorcière, traduit de l’anglais en juin par le collectif Senonevevo, aux éditions Entremonde. L’enseignante (New-York), universitaire et militante féministe dite radicale convoque ici philosophes et grands penseurs de l’Histoire comme Foucault et Marx pour débuter un argumentaire avec lequel il est difficile de composer tant les concepts et théories s’accumulent. Pourtant, le discours et la démonstration sont passionnants. Elle revisite l’histoire du capitalisme depuis son origine sous l’angle de l’histoire des femmes et de la chasse aux sorcières, pour en comprendre la base de l’exploitation sociale et économique. Un ouvrage qui offre une nouvelle réflexion profonde sur l’histoire des discriminations basées sur le corps, la reproduction et la sexualité.

Main image: 

La petite princesse de Saint-Ex - Pef

Posts section: 
List image: 
Summary: 
De génération en génération, Pierre Elie Ferrier, alias Pef, n’a de cesse de ravir la littérature jeunesse
Text: 

De génération en génération, Pierre Elie Ferrier, alias Pef, n’a de cesse de ravir la littérature jeunesse. Plus jeunes, on avait adoré Rendez-moi mes poux ou encore Monstre-moi, et cet été, on a replongé dans l’univers de cet auteur-illustrateur grâce aux aventures de la petite Marcelle qui, un jour de novembre 1928, voit atterrir un avion derrière la ferme de ses parents, près de Toulouse. Le pilote qui descend de l’engin n’est autre que Antoine de Saint-Exupéry, alors illustre inconnu. Pef raconte – à travers la narration d’un cheval – ce fabuleux souvenir d’une petite fille qui à l’époque avait 4 ans et, sans le savoir, assistait à de grands bouleversements industriels et sociaux. Aujourd’hui, elle en a 90 et a confié le témoignage de cet instant à l’auteur, également passionné d’aviation et de littérature, partageant ainsi des passions communes avec celui qui signera quelques années plus tard Le petit prince. En hommage à ce dernier, Marcelle devient la petite princesse de Saint-Ex, un statut emprunt de douceur et de poésie.

Main image: 

Colette journaliste - Gérard Bonal et Frédéric Maget

Posts section: 
List image: 
Summary: 
On découvre avec douceur et finesse la force et singularité de cette femme plume ainsi que de toutes les femmes qui animent ses lignes.
Text: 

C’est en 2010 que sort le recueil présenté et annoté par l’écrivain, Gérard Bonal, et le professeur de lettres, Frédéric Maget, aux éditions Seuil. Mais l’on ne peut résister à l’envie d’en parler tant cette 1ère édition chez Libretto est l’occasion rêvée de découvrir ou de redécouvrir la célèbre romancière française. Celle qui a commencé sa carrière de journaliste avec la seule et simple consigne, « Débrouillez-vous », a prouvé des années durant qu’elle pouvait sublimer toutes les situations et les retranscrire de manière personnelle et insolite. Sa règle « Il faut voir et non inventer » fit de ses chroniques et de ses reportages une signature recherchée et aguerrie. À travers 130 articles ressortis des archives de la presse française, on dévore sans vergogne les portraits des époques que Sidi traverse, on vit avec passion et effervescence les années folles et l’ambiance des musik-hall qu’elle chérissait tant en tant qu’ancienne artiste et on découvre avec douceur et finesse la force et singularité de cette femme plume ainsi que de toutes les femmes qui animent ses lignes.

Main image: 

Pages