Féministes du monde arabe - Charlotte Bienaimé

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Une enquête qui change le regard que l’on peut porter sur le monde arabe tant elle est fidèle aux réalités saisissantes et poignantes des interviewées. On se régale de l’espoir que nous donne ici Charlotte Bienaimé.
Text: 

Elle réalise des documentaires pour Arte Radio et France Culture. Pour cette dernière, elle a travaillé à la série Nasawiyat ! composée d’interviews-portraits de jeunes féministes du monde arabe rencontrées lors de multiples voyages entrepris depuis 2011. L’ouvrage Féministes du monde arabe fait suite à cette diffusion radiophonique en 2014, et on s’en délecte au fil des pages que l’on tourne en ne pensant plus au temps présent et à ce qui nous environne. On est suspendus au cœur des témoignages des femmes du Maroc, de Tunisie, d’Algérie et d’Égypte, pendus à leurs mots qui marquent les pages blanches de leurs coups de poings, coups de sang, coups de cœur, de leurs révélations, indignations, tempéraments et de leur lucidité. Une enquête qui change le regard que l’on peut porter sur le monde arabe tant elle est fidèle aux réalités saisissantes et poignantes des interviewées. On se régale de l’espoir que nous donne ici Charlotte Bienaimé.

Main image: 

Les cahiers d'Esther - Riad Sattouf

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Simple et légère, la petite fille nous amène à découvrir avec plaisir ce qu’il se passe dans une cour d’école mais également dans l’intimité d’une personne de 10 ans dans son rapport aux autres.
Text: 

Esther a 10 ans. Elle est en CM1 dans une école privée. Elle raconte son quotidien avec ses copines, les garçons qui « sont trop nuls », son père qu’elle adule, son frère qu’elle voit comme un collégien attardé, ses vacances en Bretagne chez sa grand-mère. Une cinquantaine d’épisodes rythme le premier tome de la BD, créée par l’auteur de L’arabe du futur, Riad Sattouf. Inspiré par la vie réelle d’une petite fille, il commence en octobre 2014 à illustrer ses aventures ordinaires chaque semaine dans L’Obs. L’idée étant d’accompagner la fillette jusqu’à ses 18 ans, la série Les cahiers d’Esther devrait se voir compléter de 7 autres volumes. Simple et légère, la petite fille nous amène à découvrir avec plaisir ce qu’il se passe dans une cour d’école mais également dans l’intimité d’une personne de 10 ans dans son rapport aux autres. Disputes, réconciliations, douceurs, tremblements, premier amour (qui débouche illico sur un mariage)… Tout prend des proportions énormes lorsque l’on a 10 ans et tout se résout aussi vite que ça n’a commencé.

Main image: 

Mademoiselle Haas - Michèle Audin

Posts section: 
List image: 
Summary: 
On se plonge dans la lecture pour tenter une marche arrière et retourner chercher les « laissées de côté ». On se prend de tendresse et d’émotions pour leurs aventures qui font aujourd’hui notre histoire commune.
Text: 

Aline, Léopoldine, Catherine, Valentine, Céline, Pauline, Claudine, Eveline… Elles ont toutes des noms terminant en –ine et s’appellent toutes Mademoiselle Haas. La mathématicienne et oulipienne Michèle Audin a croisé leur chemin en 1974 lorsqu’elle avait 20 ans. Elles ont rêvé, elles ont surmonté des tourments, elles ont bravé les interdits, elles ont vécu, elles ont rit, elles ont sombré… De ces femmes, elle s’en souvient et choisit de dresser leurs portraits dans des nouvelles romancées qui tendent à remettre les choses à leur place et dans leur contexte. Les histoires se déroulent en 1934 ou un peu après. Aujourd’hui qu’en retient-on ? « Elles sont invisibles. Ignorées des livres d’histoire. Oubliées. Omises, plutôt. », nous signale la quatrième de couverture. On se plonge alors dans une lecture acharnée comme pour essayer de faire marche arrière et  pour retourner chercher les « laissées de côté ». Au fil des pages, on se prend de tendresse et d’émotions pour leurs aventures qui font aujourd’hui notre histoire commune.

Main image: 

Retour à Tombouctou - Titouan Lamazou

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Titouan Lamazou saisit l’insaisissable. Son livre est un voyage au cœur d’une beauté humaine et naturelle abimée, meurtrie mais éclatante et pure face à l’adversité.
Text: 

Titouan Lamazou saisit l’insaisissable. Célèbre navigateur et artiste talentueux, ce natif de Casablanca capte l’essence humaine et particulièrement celle des femmes au cours de ses nombreux voyages. Notamment entre 1998 et 2000, à Tombouctou, dans le nord du Mali où il rencontre Aïcha, qui se fera sa muse, et se lie des amitiés solides. Treize ans plus tard, il part à la recherche de la femme qu’il a connu, qu’il aurait pu épouser, et de ses ami-e-s. Les groupes extrémistes ayant conquis les territoires, il s’entoure de sociologues, anthropologues, journalistes, historiens, etc. pour comprendre et expliquer ce contexte si fragile. À travers ce bel ouvrage, Titouan Lamazou nous emmène dans les camps de réfugiés du Burkina Faso, de Mauritanie, du Niger et du Mali, à la rencontre de celles, et ceux, qui ont fui l’horreur de la situation. Les coups de crayons, les aquarelles et les photographies traduisent des paysages somptueux et des portraits grandiloquents. Un voyage au cœur d’une beauté humaine et naturelle abimée, meurtrie mais éclatante et pure face à l’adversité.

Main image: 

Facteurs pour femmes - Quella-Guyot & Morice

Posts section: 
List image: 
Summary: 
La beauté des dessins nous fait voyager hors du continent, sur un petit bout de terre bretonne tantôt apaisée, tantôt secouée. Une terre bretonne comme on l’aime.
Text: 

1914. La guerre éclate. Les hommes sont mobilisés au front, désertant ainsi une petite île bretonne de tous ses mâles vigoureux. Tous, sauf Maël dont le pied-bot lui épargne la terrible corvée. Il devient facteur, porteur de bonnes ou de mauvaises nouvelles pour les iliennes esseulées, dont la couche offre une place vacante. Maël se découvre l’amant de plusieurs femmes, jeunes ou moins jeunes, jolies ou moins jolies, grosses ou moins grosses et goûte aux plaisirs charnels des corps à corps emprunts de liberté et sans conséquences. La BD alterne douceur, souffrance et colère envers ce facteur qui use, abuse et manipule, sans complexe ni culpabilité, celles qui ne voient revenir leurs maris. Le propos pousse à la réflexion sur une époque et un contexte mais aussi sur le chemin de la sexualité, montré ici sans détours et sans fioritures. La beauté des dessins nous fait voyager hors du continent, sur un petit bout de terre bretonne tantôt apaisée, tantôt secouée par la tempête de la nature et des émotions. Une terre bretonne comme on l’aime.

Main image: 

Simone de Beauvoir et les femmes - Marie-Jo Bonnet

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Une réflexion passionnante qui nous plonge au cœur d’un conflit interne et intellectuel fulgurant. Et on aime ce portrait singulier d’une Simone de Beauvoir sans doute plus humaine que l’image qu’elle a véhiculé d’elle-même.
Text: 

Ce titre évoquera sans doute dans les esprits la célèbre phrase de Simone de Beauvoir : « On ne nait pas femme, on le devient ». Et pourtant, ce n’est pas là l’unique propos de l’auteure, Marie-Jo Bonnet, historienne et militante féministe. Cette dernière s’intéresse dans cet ouvrage à l’ambivalence de l’intellectuelle quant à son rapport à sa féminité et aux autres femmes. Depuis de nombreuses années, Marie-Jo Bonnet s’interroge sur une partie cachée de la vie de Simon de Beauvoir qui fréquentait des « petites amies », comme les appelait Sartre, sans l’avouer ni l’assumer. Et va jusqu’à remettre en question sa légitimité à rester une référence du féminisme contemporain tant elle n’a jamais pu dépasser le « clivage entre son cœur de femme et son cerveau d’homme ». La réflexion de l’historienne est passionnante et nous plonge au cœur d’un conflit interne et intellectuel fulgurant. Et on aime découvrir ce portrait singulier d’une Simone de Beauvoir sans doute plus humaine que l’image qu’elle a véhiculé d’elle-même.

Main image: 

Lucie Dreyfus, la femme du capitaine - Elisabeth Weissman

Posts section: 
List image: 
Summary: 
L'auteure dresse ici le portrait d'une femme amoureuse, qui se révolte pour la dignité de son mari et de sa famille mais aussi pour la justice sociale. Poignant.
Text: 

On se souvient de l’injustice vécue par Alfred Dreyfus, victime d’un complot dans lequel il fut accusé de haute trahison, dégradé, déporté en Guyane et humilié. Mais qui se souvient de Lucie Dreyfus, son épouse ? Discrète, elle n’en était pas moins au cœur de l’Affaire, épaulée par Matthieu, le frère du capitaine qui, lui, sera mis en lumière. Si le contexte de l’époque et l’éducation de la jeune femme expliquent son retrait médiatique et sa réserve, Elisabeth Weissman, journaliste et essayiste, réhabilite ce nom injustement oublié et encore mis sur la touche même plus de 100 ans après les faits. Ainsi, la lecture de Lucie Dreyfus, la femme du capitaine permet de redécouvrir l’Affaire sous un angle féminin mais aussi de s’interroger quant aux femmes qui ont marqué la grande Histoire sans toutefois apparaître comme des éléments majeurs, au profit des hommes pour qui on ne se pose aucune question quant à leur légitimité. L'auteure dresse ici le portrait d'une femme amoureuse, qui se révolte pour la dignité de son mari et de sa famille mais aussi pour la justice sociale. Poignant.

Main image: 

Oui ! 101 questions à se poser avant de se marier - Margaux Motin & Pacco

Posts section: 
List image: 
Summary: 
L'œuvre commune de Margaux Motin et Pacco est une jolie pépite. Souvent tendre, parfois incisif, toujours drôle, on se marre bien, même si on est déjà marié-e-s, ou pas.
Text: 

Elle a le trait fin, la mine affutée, le regard à la fois bienveillant et ironique. Il porte souvent des sweat à capuche, la barbe de trois jours et la lèvre inférieure relevée. Elle c’est Margaux Motin, lui c’est Pascal Dorwling Carter aka Pacco, tous deux scénaristes-dessinateurs. Unis à la ville, ils le sont aussi dans la BD, leur art, semblables et différents à la fois, très complémentaires. Elle maîtrise le dessin et la couleur, il assure en graphisme et à l’écriture, ils partagent l’humour et l’autodérision. Oui ! 101 questions à se poser avant de se marier, leur œuvre commune parue cet été est une jolie pépite. Souvent tendre, parfois incisif, toujours drôle, on se marre bien, même si on est déjà marié-e-s, ou pas. Les questions vont de la plus basique – « Y’a-t-il un autre homme, mieux, avec qui vous pourriez vous marier ? » - aux plus coquines – « Avec lequel de ses amis pourriez-vous avoir envie de coucher ? » ou encore « Êtes-vous compatibles sexuellement ? » - À chaque fois, une illustration irrésistible.

Main image: 

Batz, Saveurs d'une île - Morgane Soularue

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Morgane Soularue dépeint avec authenticité le portrait d'une île singulière et de caractère, à son image et celle de sa famille liée par un coup de foudre à ce bout de terre dépaysant, pourtant si proche du continent.
Text: 

Parcourir ce livre, c’est accepter l’invitation au voyage qui nous est proposée dans cette version réactualisée de l’original, publié en 2011. La journaliste Morgane Soularue dépeint avec authenticité le portrait d'une île singulière et de caractère, à son image et celle de sa famille liée par un coup de foudre à ce bout de terre dépaysant, pourtant si proche du continent. Également amoureuse de l’écriture, elle couche sur le papier, en mots et en photos, les richesses qui fourmillent dans la mer, sur la grève et la terre de Batz et qui éveillent et ravissent nos papilles. Au fil des pages, l’auteure nous présente les femmes et les hommes qui chérissent tout autant qu’elle ce territoire de ressources, de douceurs et de saveurs, nous présentant ainsi leurs activités et nous livrant leurs recettes. Et nous proposant aussi quelques promenades qui invitent à la rêverie autant qu'à l'exploration. Ainsi, elle nous ouvre les portes de ce qui ressemble à un lopin de paradis et nous invite à venir en découvrir tous les recoins. Nous, on fonce !

Main image: 

Les femmes dans l'Islam - Le Monde des religions

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Que l’on s’accorde ou non avec les différentes pensées présentées, les textes permettent une découverte contemporaine d’une religion méconnue et souvent stigmatisée, suscitant peur et rejet.
Text: 

Le magazine bimestriel Le Monde des religions se focalise dans son numéro 71, mai-juin 2015, sur la place des femmes dans l’Islam. Dans son édito, Virginie Larousse l’affirme : le Prophète aimait les femmes et les tenait en estime, sans aller jusqu’au raccourci, anachronique, de dire qu’il aurait été féministe. Dans le Coran, elles auraient une considération autre que celle de la vision patriarcale que l’on lui prête. À travers une série d’articles bien ficelés, le média nous plonge dans une lecture et une analyse théologique, spirituelle et sociétale de la religion musulmane à travers les femmes. Et fait place à des opinions divergentes pour converger vers la naissance du féminisme islamique. Que l’on s’accorde ou non avec les différentes pensées présentées, les textes permettent une découverte contemporaine d’une religion méconnue et souvent stigmatisée, suscitant peur et rejet. Un sujet passionnant et déconcertant qui ne peut laisser indifférent.

Main image: 

Pages