Avril 2018

Writers: 
Marine Combe
Writers: 
Marine Combe
Text: 

C’est tout récent, ça vient de juste de sortir (mois de mars). Aux éditions La boite à bulles. Signée Anaële et Delphine Hermans, la bande-dessinée La Ballade des dangereuses – Journal d’une incarcération livre l’histoire vraie de Valérie Zézé. Le 20 janvier 2015, lorsque le jugement tombe, elle n’en est pas à son premier flagrant délit de vol, loin de là.

C’est la vingt-neuvième fois, la magistrate signe le mandat d’arrêt, direction la maison d’arrêt de Berkendael, en Belgique, qu’elle connaît bien pour y avoir été incarcérée à plusieurs reprises. Elle en connaît les codes, elles en connaît les rouages. Il lui a fallu affronter des « mastodontes », jouer les caïds, un rôle dans lequel elle se sent parfois enfermée, pour être désormais respectée par les autres détenues, qu’elle aide avec ferveur et compassion. 

Valérie Zézé nous emmène avec elle dans son quotidien, dans lequel « tu ne t’appartiens plus », dans lequel tu fais une croix sur ton intimité, mais aussi dans lequel tu es en manque de coke, dans lequel tu es en colère et dans lequel tu réfléchis à ta situation. C’est un point de vue, le sien, elle ne prétend pas parler pour les autres.

Elle ne nie pas la dureté du lieu et ses dysfonctionnements mais prend le parti de se sauver elle-même et de s’aider à s’en sortir. Par l’introspection, le soutien de son fils, la découverte de la religion musulmane, la protestation, l’entraide et l’envie de décrocher. Pour prendre un nouveau chemin. 

Text: 

Le 3 avril, Le Groupe F et Paye Ta Police ont lancé officiellement, via les réseaux sociaux et le site legroupef.fr, les résultats de leur enquête inédite, recueillant en 10 jours les témoignages de plus de 500 femmes victimes de violences sexuelles, bien ou mal prises en charge par la police ou les gendarmes.

C’est effarant (et malheureusement, pas surprenant) : 91% des témoignent relatent d’une mauvaise, voire catastrophique, prise en charge. Très souvent, les forces de l’ordre refusent ou découragent la personne concernée à pour porter plainte. Ou la forcent à insister. 60% des cas, dans l’enquête.

À partir des récits reçus, #PayeTaPlainte répertorie les éléments récurrents à la procédure : banalisation, culpabilisation des victimes, solidarité avec l’agresseur… Des faits d’un autre temps ? Bah non. La plupart des vécus datent des deux dernières années. Qu’attend-on pour réagir ? Pour prendre conscience que ces violences sont l’apanage d’un système patriarcal et raciste ? Pour former les forces de l’ordre à ce type de violences ? Qu’il y ait des victimes et des mortes ? Il y en a. Des milliers chaque année en France.

Le Groupe F et Paye Ta Police ont créé une carte de l’Hexagone, pointant toutes les villes d’où proviennent les témoignages. À Rennes, à l’hôtel de police, on en compte 7 entre 2011 et 2017 : moqueries, propos sexistes, culpabilisation de la victime, refus ou découragement de porter plainte, remise en question de la gravité des faits, solidarité avec la victime, maltraitance de la victime. Monde de merde ! 

Posts section: 
Title: 
Valérie Zézé, son quotidien en maison d'arrêt
Title: 
Mais que fait la police ? Beaucoup de mal, apparemment...
Summary: 
Elle ne nie pas la dureté du lieu et ses dysfonctionnements mais prend le parti de se sauver elle-même et de s’aider à s’en sortir. Par l’introspection, le soutien, la découverte de la religion musulmane, la protestation et l’envie de décrocher.
Summary: 
91% des témoignages relatent une mauvaise, voire catastrophique, prise en charge. Très souvent, les forces de l’ordre refusent ou découragent la personne concernée à pour porter plainte. Ou la forcent à insister.

Mars 2018

Writers: 
Marine Combe
Writers: 
Marine Combe
Text: 

Rendre visible les parcours des femmes qui ont aimé des femmes, cis ou trans, durant la Seconde Guerre Mondiale, telle est la brillante idée de Queer code qui croise les travaux d’activistes féministes, d’associations LGBTI, d’artistes, de performeuses, d’historiennes et de sociologues. Rolande Trempé, Andrée Dubos-Larouquette, Suzy Solidor, Violette Morris, Mary Punjer, Henny Schermann…

Résistantes, collabos ou déportées, leurs noms figurent sur le site qui regorge de références à des ouvrages historiques, articles, films, livres, bds, documentaires ou encore pièces de théâtre. Des sources méconnues du grand public et pourtant essentielles à la mémoire et la compréhension de l’Histoire.

En parallèle, Queer code développe un autre site, toujours basé sur un projet européen, collaboratif et féministe, intitulé Constellations Brisées, dans l’optique de retracer les itinéraires des femmes lesbiennes déportées et persécutées, quelles que soient leurs nationalités.

Ainsi, la première carte présente Thérèse Pierre, enseignante à Vitré, Redon, Fougères ou encore Carhaix, là où elle s’engage dans la Résistance, avant d’être incarcérée en 1943 à la prison Jacques Cartier, à Rennes, et torturée par la Gestapo jusqu’à sa mort la même année. L’équipe de Queer code, en relation avec des militant-e-s rennais-es, devrait se rendre dans la capitale bretonne mi-avril pour une rencontre et un atelier. Nous attendons l’événement – dont le lieu n’a pas encore été trouvé fin février - avec impatience !  

Text: 

Après les nombreuses débâcles de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron serrait fort les fesses pour que ses ministres soient irréprochables. Pas de bol (ou coup de bol…), un mois plus tard, une enquête préliminaire vise les élu-e-s Modem, dont François Bayrou et Marielle de Sarnez. Hop, ça dégage !

Même pas un an plus tard, le passé vient rattraper plusieurs ministres. Début 2018, le cas Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, est expédié aux oubliettes. Les expert-e-s témoignent : oui c’est un « queutard », tout le monde le sait, mais cette histoire est vieille (rappelons que l’affaire n’a pas été jugée mais que les faits étaient prescrits au moment de la plainte) et cela affecte sa jolie petite famille.

Quelques jours plus tard, le gouvernement et le Premier ministre expriment dans la presse tout leur soutien à Gérald Darmanin, ministre des Actions et des Comptes publics, accusé par deux femmes d’abus de faiblesse pour obtenir des faveurs sexuelles. Mi-février, le président de la République, à ce propos, met en garde contre « une forme de République du soupçon ». Le débat, stérile, est occupé par les hommes (coucou Denis Olivennes, Mathias Cichportich et Hugo Clément dans l’émission « On n’est pas couché » du 17 février).

La parole de ces femmes ne vaut donc rien ? Il n’existe que des femmes vénales, avides de pouvoir et hystériques ? Ah non, il existe aussi des militantes féministes, comme Marion Seclin ou Caroline de Haas qui font l’actualité au moment où nous écrivons ces lignes, qui dénoncent ces actes et mécanismes et qui sont alors insultées et menacées de mort, de viol, ou encore incitées au suicide. Franchement, MERDE ! 

Posts section: 
Title: 
39 - 45 : ne pas oublier les lesbiennes !
Title: 
Quand va-t-on cesser de minimiser la parole des femmes ?
Summary: 
Rendre visible les parcours des femmes qui ont aimé des femmes, cis ou trans, durant la Seconde Guerre Mondiale, telle est la brillante idée de Queer code !
Summary: 
Le gouvernement et le Premier ministre expriment dans la presse leur soutien au ministre Gérald Darmanin, accusé par deux femmes d’abus de faiblesse pour obtenir des faveurs sexuelles. Sérieusement ?

Février 2018

Writers: 
Marine Combe
Writers: 
Marine Combe
Text: 

Entre 2009 et 2013, Marie Moinard, auteure et éditrice, a regroupé pas moins de 70 scénaristes, dessinatrices-eurs et coloristes autour de la trilogie En chemin elle rencontre… (rappelez-vous cette chanson que l’on nous apprenait étant enfants sans nous expliquer qu’on clamait gaiement l’histoire d’un viol collectif…).

À travers de nombreuses histoires courtes illustrées sous la forme de BD, les trois albums délivrent des témoignages édifiants de violences contre des êtres humains. Parce qu’elles sont femmes. Et pour cela, elles sont insultées, violées, frappées, méprisées, humiliées, mariées de force, excisées, mises de côté ou encore assignées au foyer. Cette réalité du quotidien de la moitié de la population est brutale et bouleversante. Elle assaille nos entrailles et les torpille.

Certaines histoires nous ont glacé le sang, d’autres nous ont fait pleurer, d’autres encore nous ont amusé. Mais toutes nous ont donné l’envie de continuer à lutter. Parce qu’il n’est pas écrit dans nos gênes que nous sommes nées pour subir ces violences qui pourtant restent encore aujourd’hui minimisées et banalisées.

La trilogie, publiée par Les ronds dans l’O, nous met face à cette terrible vérité, face à nos préjugés et face à nos lâchetés qui nous font nous dérober face à ces atrocités. Et nous donne des chiffres, des faits réels, des clés pour comprendre et des arguments pour ne plus jamais laisser faire ! Et nous murmure, sans reproche ni jugement, que la parole des femmes s’est libérée depuis bien des années. Suffit de savoir écouter…

Text: 

Le 18 janvier, plusieurs affiches appelant à « La marche pour la vie » (21 janvier, à paris) recouvraient les fenêtres du local rennais du Planning Familial 35. Dans un communiqué, l’association féministe souligne, à juste titre : « Loin d'être pour la vie, les mouvements qui s'opposent à l'avortement sont en réalité contre les droits des femmes, contre leur possibilité de faire leurs choix. Le retour en arrière qu'ils prônent coûterait la vie de nombreuses femmes. »

En effet, chaque année, 48 000 femmes meurent dans le monde des suites d’avortements clandestins. Parce que les femmes n’ont pas les mêmes droits partout et que certains pays, comme la Pologne et son gouvernement ultra-conservateur, tentent de restreindre cette liberté lorsque celle-ci a réussi à être conquise, grâce à de nombreuses luttes féministes.

La violence de ces anti-choix est inouïe. En défilant dans les rues, ces personnes réclament le retour en arrière, le non droit pour une femme à disposer de son propre corps, la privant de la liberté de choisir d’avoir, ou non, un enfant. Pourquoi ? Pas de réponse. Et honnêtement, c’est chiant d’y réfléchir. C’est fatiguant et usant de faire face à si peu de respect et de considération envers TOUS les êtres humains.

Et c’est affligeant et franchement rageant de voir que quand le bus pour « La marche de la vie » est bloqué par des féministes, lors de son arrêt à Beaulieu, le mouvement anti-choix écrit sur Twitter : « Honte à ces ennemis de la liberté ! ». Sérieusement ? La honte doit changer de camp, là aussi. 

Posts section: 
Title: 
En chemin elle rencontre... les féminismes !
Title: 
Honte (et doigt d'honneur) aux antichoix !!!
Summary: 
Certaines histoires nous ont glacé le sang, d’autres nous ont fait pleurer, d’autres encore nous ont amusé. Mais toutes nous ont donné l’envie de continuer à lutter.
Summary: 
C’est fatiguant et usant de faire face à si peu de respect et de considération envers TOUS les êtres humains. Et c’est affligeant et franchement rageant...

Décembre 2017

Writers: 
Marine Combe
Writers: 
Marine Combe
Text: 

La réhabilitation des femmes qui ont marqué l’Histoire est une thématique récurrente dans cette rubrique. On ne s’en cache pas, on adore dévorer les bouquins, romans graphiques, magazines, etc. qui retracent les parcours de celles qui ont œuvré au même titre que les hommes au développement des sociétés mais qui - parce que l’Histoire est écrite par les hommes, pour les hommes – ont été oubliées.

On est donc ravi-e-s qu’un nouvel ouvrage rejoigne les étagères de notre bibliothèque féministe, celui du collectif Georgette Sand, Ni vues ni connues – Panthéon, Histoire, mémoire : où sont les femmes ?, publié début octobre par les éditions Hugo&cie (collection Hugo Doc Les Simone).

Entre la préface de l’historienne Michelle Perrot et la postface de la dessinatrice – célèbre pour ses Culottées – Pénélope Bagieu, on croise des artistes, des aventurières, des méchantes inventées ou avérées, des femmes de pouvoir, des intellectuelles, des militantes et des scientifiques. De toutes les époques et de tous les continents.

Si certains parcours sont connus, comme Camille Claudel, Alexandra David-Néel, Rosa Luxembourg ou encore Marie Curie, la force du bouquin est de proposer une majorité de portraits de noms inconnus. On découvre avec passion qu’elles ont souvent été précurseures dans leur domaine mais dans l’ombre de leurs maris, reléguées au statut de muse ou décrédibilisées, elles n’ont pas obtenu la reconnaissance méritée. Si là franchement vous ne vous dites pas que c’est une brillante idée de cadeau pour Noël, on ne sait plus quoi faire…

Text: 

Le 18 novembre dernier, fleurs et bougies ont été déposées place de la Mairie à Rennes en hommage à l’utérus inconnu. Pourquoi ? Pour envoyer un message fort et montrer « aux responsables de cette situation notre détermination ». Comprendre alors : le collectif rennais L’Utéruse poursuit activement son combat pour l’accès égal à la santé pour toutes les femmes.

Constitué depuis dix mois (lire leur interview dans YEGG#58 – Mai 2017), le collectif dénonce le quasi-monopole en Ille-et-Vilaine du laboratoire Atalante Pathologie concernant l’analyse des frottis cervico-utérins. Le 1er février, l’établissement a décidé de revaloriser la tarification de cet acte à travers un dépassement d’honoraires de 6,60 euros.

« À raison de 90 000 frottis par an (soit la quasi totalité des frottis d’Ille-et-Vilaine), les femmes auront payé dans l’année plus de 540 000 euros de dépassement d’honoraires au laboratoire Atalante. Combien de temps supporterons-nous cette injustice qui pèse sur les femmes, dans l’indifférence générale ? », interroge à juste titre L’utéruse dans un communiqué de presse, le 14 novembre.

Parce que le cancer du col de l’utérus tue chaque année 1100 femmes en France, que le dépistage pourrait éviter « le développement de 90% des cancers » et qu’en Ille-et-Vilaine, on constate malheureusement une diminution de 10% de la participation au dépistage en moins de 10 ans, il est scandaleux de sacrifier des vies pour des raisons pécuniaires. Nous, ça nous file des nausées…  

Posts section: 
Title: 
Ni vues, Ni connues... Jusqu'à maintenant !
Title: 
En mémoire de l'utérus inconnu
Summary: 
On croise des artistes, des aventurières, des méchantes inventées ou avérées, des femmes de pouvoir, des intellectuelles, des militantes et des scientifiques. De toutes les époques et de tous les continents.
Summary: 
Le collectif L'Utéruse dénonce le quasi-monopole, et ses conséquences tarifaires, en Ille-et-Vilaine du laboratoire Atalante Pathologie concernant l’analyse des frottis cervico-utérins.

Novembre 2017

Writers: 
Marine Combe
Writers: 
Marine Combe
Text: 

La honte doit changer de camp. Impérativement. Pour y arriver, forces de l’ordre et système judiciaire doivent évoluer conjointement et être formés à la problématique des violences faites aux femmes. Parce que l’on vit dans une société qui diffuse et entretient constamment la culture du viol dans sa globalité.

En attendant cette prise de conscience et cette progression (qui ne se fera pas à coup de Unes testostéronées du type Le Parisien qui le 25 octobre brandissait 16 portraits de personnalités publiques masculines et titrait « Harcèlement sexuel – Les hommes s’engagent »), il est essentiel d’accompagner et d’aider celles qui ont subi du harcèlement et des agressions sexuelles.

C’est dans ce but que Sandrine Rousseau, ex-élue EELV, a fondé l’association Parler, qui propose aujourd’hui une adresse mail – suisjeseule@gmail.com - pour dénoncer les violences sexuelles et mettre en contact les femmes victimes d’un même harceleur/agresseur sexuel, à partir de 5 signalements sur une même personne. Ainsi, la structure espère encourager les dépôts de plaintes groupés.

On le sait, ce sera long, pénible et douloureux. Cela prendra du temps. Parce qu’il en faut énormément pour parler et oser franchir le cap. Parce que l’on sait que l’accueil au commissariat sera certainement abject et les suites éventuelles aussi. D’où l’importance d’une action collective. Entre femmes, dans un premier temps.

Text: 

On doit bien l’avouer, on a nos côtés réac’ niveau écriture de la langue française. Il faut bien l’admettre, l’écriture sms nous est assez insupportable. D’autant plus qu’aujourd’hui, les textos ne sont plus limités en terme de caractères, plus d’excuses donc pour raccourcir les mots. Certes, cela nous a parfois été utile sur Twitter mais pas plus.

Mais on se dit que ce n’est rien comparé aux vieilles peaux de l’Académie française qui tremblent de dégoût face à l’écriture inclusive et déclarent à ce propos dans un communiqué, publié sur leur site et daté du 26 octobre dernier : « Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme une norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. »

On pouffe de rire en même temps qu’on vomit. On s’évanouit à plusieurs reprises en lisant la suite : « C’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures. »

Dénonçant – selon leurs termes - une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité, les membres s’opposent à ce qui devrait être déjà acté depuis au moins leurs naissances (c’est dire !), à savoir la prise en compte de l’autre moitié de la population. Les femmes, quoi. Mais bon comme « cela alourdirait la tâche des pédagogues », on ne va pas insister… Bah si, en fait !  

Posts section: 
Title: 
Agir ensemble contre les violences sexuelles
Title: 
Le mâle de la langue française
Summary: 
La honte doit changer de camp. Impérativement. En parallèle, il est essentiel d’accompagner et d’aider celles qui ont subi du harcèlement et des agressions sexuelles.
Summary: 
On pouffe de rire en même temps qu’on vomit. On s’évanouit à plusieurs reprises en lisant le communiqué de l'Académie française, à propos de l'écriture inclusive...

Octobre 2017

Writers: 
Marine Combe
Writers: 
Marine Combe
Text: 

On retrouve sur la couverture la photo, prise en 1957 à Rennes, des deux femmes qui avaient déjà incarné les Elles qui disent, publié en mars 2016. Marie-France et Marie-Ange Jouan. La mère et la grand-mère d’Anne Lecourt, passeuse d’histoires de vie qui revient en septembre 2017 avec un nouvel ouvrage, intitulé cette fois Les Discrètes paroles de Bretonnes….

On y retrouve Clémentine, Madeleine, Marie, Monique, Marcelle, Yvette ou encore Elisa, du pays de Montfort. Et on y découvre Anne, Paule, Agnès, Roberte, Janet et d’autres, qui comme les premières, témoignent de la vie qu’elles ont vécu, principalement dans les campagnes bretonnes, de 1930 à aujourd’hui.

L’auteure, de sa plume respectueuse, continue là le travail amorcé l’an passé, un travail de mémoire, de transmission, qui aborde au travers de portraits fins et bienveillants la condition des femmes de cette époque. Et ça fait du bien d’entreprendre cette lecture aussi émouvante qu’apaisante.

Parce qu’en filigrane de ces histoires, on peut se laisser rêver à la vie de nos grands-mères qui, par pudeur tout comme les Discrètes, n’ont pas livré à la postérité leurs vécus intérieurs. C’est comme renouer avec le passé ! Une manière de saluer les générations précédentes et de ne pas oublier le combat qu’elles ont souvent menées, sans le réaliser.

Text: 

Elles étaient 122 en 2015 (lire notre Décryptage YEGG#63 – Décembre 2016). Elles sont une de plus, en 2016. Elles, ce sont les femmes mortes sous les coups de leur partenaire ou ex-partenaire de vie. Pourquoi ? Parce que ces derniers, à 49%, refusent la séparation.

C’est ce que révèle début septembre le rapport de la délégation aux victimes – structure commune à la police et à la gendarmerie nationales qui recense, depuis 11 ans, pour le ministère de l’Intérieur, les morts violentes survenues au sein du couple – qui sépare distinctement les 109 femmes victimes « au sein de couples officiels (conjoint, concubin, pacsé ou ex…) » et les 14 femmes victimes « au sein de couples non officiels (petit ami, amant, relation périodique ou ex…) ».

Déjà, la catégorisation pose problème. Surtout quand celle-ci entraine la hiérarchisation des informations. Parce que l’étude, dès le début, n’affiche que le premier chiffre. Il faut attendre la page suivant la conclusion, pour trouver le tableau récapitulatif global de l’année 2016 : on y découvre alors qu’elles sont en réalité 123, et non 109, à être décédées de violences conjugales.

Ce chiffre est important. Trop important. Il signale que tous les 3 jours, une femme en France, meurt des coups de son mec ou de son ex (peu importe qu’il s’agisse de son mari ou de plan cul). Il serait temps d’arrêter de minimiser ou de banaliser ces actes barbares, qui ne sont ni des crimes passionnels, ni des incidents, mais des féminicides.

Posts section: 
Title: 
Ne pas oublier les récits des Discrètes
Title: 
123 (et pas 109) femmes de trop !
Summary: 
L’auteure, de sa plume respectueuse, continue là le travail amorcé l’an passé, un travail de mémoire, de transmission, qui aborde au travers de portraits fins et bienveillants la condition des femmes de 1930 à aujourd'hui.
Summary: 
Ces femmes, ce sont celles qui sont mortes en 2016 sous les coups de leur partenaire ou ex-partenaire de vie. Pourquoi ? Parce que ces derniers, à 49%, refusent la séparation.

Juillet-Août 2017

Writers: 
Marine Combe
Writers: 
Marine Combe
Text: 

Vous trouvez les contes de fées trop lisses ? trop binaires ? trop manichéens ? Nous aussi. Et ça tombe bien parce qu’en mai dernier Contes et histoires arc-en-ciel sont venus colorer la collection Kervinihy des éditions Goater, en partenariat avec le CGLBT de Rennes et Les Bookonautes. De quoi briser l’hétéronorme cul-cul et ringarde de ces récits poussiéreux et franchement d’un ancien temps !

Place aux 14 histoires imaginées par Frédéric Meurin, Hugo Vernay, Selene Tonon, Valentine Dewer, Karine Baudot, Elisabeth Troestler, Joachim Chalot, Pascale Navarro Salcedo, Judikaël Goater, Gaëlle Urvoas, Aurélien Le Feuvre, Elen Le Feuvre, Elodie Sébire et Lukaz Nedeleg. Au fil des pages, on croise Myriam, Elias, Louise, Charmille, Jean, Aydan, Blanche ou encore Cassiopée. Vivant dans la vie réelle ou dans des histoires de capes et d’épées, ces personnages sont lesbiennes, homos, trans, polyamoureux, se battent contre les préjugés ou non – parce que oui un monde sans LGBTIphobies, ça peut exister – et surtout ne sont pas réduits à leurs orientations sexuelles et leurs identités de genre.

Et ça fait du bien ! En plus de rompre avec la tradition du noir et blanc des contes, et de la femme épleurée qui attend le prince charmant, les histoires arc-en-ciel redonnent du corps et de la perspective à des personnes délaissées à tort de ce genre littéraire. Il est bien temps de se mettre à la page !

Text: 

« Cette pratique est extrêmement ancienne, très répandue dans les diverses civilisations du monde entier, basée sur le préjugé selon lequel l’utérus pourrait être vidangé comme un ballon. Il n’existe pas de chiffres officiels en France sur l’expression abdominale mais selon l’enquête menée par le Collectif Interassociatif autour de la NaissancE (CIANE) entre 2010 et 2016 (20 000 femmes) : ‘’une femme sur cinq affirme qu’on lui a appuyé sur le ventre pour aider l’expulsion du bébé. Parmi les femmes qui ont subi ce geste, environ quatre sur cinq indiquent qu’on n’a pas recherché leur consentement.’’ »

Le 17 juin, Slate titre son article « L’expression abdominale existe encore et c’est dramatique ». Dramatique oui, c’est le terme. Surtout lorsque l’on sait que cette pratique n’est soi-disant plus pratiquée car interdite. On aurait eu envie de mettre la citation, seule, sans commentaires. Parce qu’elle se suffit à elle-même. Mais on ne peut manquer une occasion d’ouvrir notre gueule pour scander : « MAIS QUAND EST-CE QU’ON VA NOUS LÂCHER LE BIDE, BORDEL ? »

On entend d’ici les défenseurs maugréer qu’il s’agit certainement de cas particuliers, pour lesquels médecins et sages-femmes doivent agir dans l’urgence ou en tout cas doivent avoir leurs raisons. Mais non, ça ne passe pas. Parce que rien ne justifie que l’on demande son accord à une femme sur cinq. À moins que l’on ait mal compris et que les femmes ne bénéficient pas entièrement de leur propre corps…

Posts section: 
Title: 
La vie est plus belle en couleurs !
Title: 
Pas touche à ma ceinture abdominale
Summary: 
Vous trouvez les contes de fées trop lisses ? trop binaires ? trop manichéens ? Nous aussi. Et ça tombe bien parce qu’en mai dernier Contes et histoires arc-en-ciel est sorti aux éditions Goater !
Summary: 
Le 17 juin, Slate titre son article « L’expression abdominale existe encore et c’est dramatique ». Dramatique oui, c’est le terme. Surtout qu'elle n’est soi-disant plus pratiquée car interdite.

Juin 2017

Writers: 
Marine Combe
Writers: 
Marine Combe
Text: 

À tou-te-s celles et ceux qui ont tendance à penser que les féministes sont rabat-joie, on a envie de dire merde, déjà, mais surtout qu’elles/ils auraient bien fait de venir boire des verres au Bistrot de la Cité, le 11 mai dernier, lorsque le collectif FéminismeS de Rennes 2 organisait sa fête féministe « Zines & Zic ». Ce soir-là, Rosa Vertov était aux platines et l’EESAB de Rennes lançait FEMINISMES, un fanzine artistique, participatif, en riso bleu et orange, composé de 18 cartes au format A5.

Et dès la première image, on accroche : « Feminism encourages women to leave their husbands, kill their children, practice witchcraft, destroy capitalism and become lesbians ». Aucune proposition ne se ressemble et toutes abordent des thématiques essentielles à l’évolution des droits de toutes les femmes et des personnes LGBTI+ et à l’égalité entre les sexes et entre les êtres. Ainsi, sont représenté-e-s des vulves, des clitoris, des phallus en pronoms masculin/féminin, des seins, des utérus, des silhouettes, des symboles et même une Simone de Beauvoir équipée de gants de boxe…

Avec humour, poésie, ironie, provocation, à travers des dessins, des collages, des phrases, les artistes revendiquent l’anatomie féminine, la sexualité, la diversité, le droit à la liberté et au respect des différences et cassent les tabous et injonctions, qui (sur)plombent particulièrement le corps, enjeu de la domination patriarcale. Des thèmes forts et profondément humains qui font du bien !

Text: 

La Pologne n’en est pas à son coup d’essai niveau rétropédalage contre les droits des femmes. En octobre 2016, le pays connaissait de fortes manifestations de la part de centaines de milliers de femmes qui revendiquaient leur désaveu concernant le projet de loi visant à interdire quasiment entièrement l’avortement. Si le parti conservateur au pouvoir, Droit et Justice, a reculé face à la pression de la rue, il réitère une nouvelle fois le coup de massue, qui pourrait bien être décisif.

Le 24 mai dernier, le Parlement a voté pour une loi qui limiterait l’accès à la contraception d’urgence, communément appelée « pilule du lendemain ». Un droit auquel les personnes âgées de plus de 15 ans accédaient sans ordonnance, depuis le gouvernement précédent. Le contraceptif, avec la nouvelle loi, devra désormais être prescrite par un-e médecin. Bien évidemment, on comprend l’entourloupe.

Il ne s’agit pas d’un principe de précaution – qui serait totalement débile également – mais bel et bien d’une interdiction déguisée. Il faut le temps d’obtenir un rendez-vous avec un-e médecin et il faut que ce-tte dernier-e accepte de délivrer l’ordonnance. Sans oublier que les femmes seront certainement culpabilisé-e-s et empêché-e-s. Cette loi ne semble qu’une première étape scandaleuse visant à limiter les femmes dans leurs moyens de choisir leurs grossesses. Quelle sera la prochaine ?  

Posts section: 
Title: 
Les féminismes, ça se fête !
Title: 
Encore une attaque aux corps des femmes !
Summary: 
Aucune proposition ne se ressemble et toutes abordent des thématiques essentielles à l’évolution des droits de toutes les femmes et des personnes LGBTI+ et à l’égalité entre les sexes et entre les êtres.
Summary: 
La Pologne n’en est pas à son coup d’essai niveau rétropédalage contre les droits des femmes et réitère une nouvelle fois le coup de masse, qui pourrait bien être décisif.

Mai 2017

Writers: 
Marine Combe
Writers: 
Marine Combe
Text: 

Des journées qui commencent comme celle du 7 avril, on en voudrait beaucoup plus souvent. Alors que les premiers rayons matinaux percent les feuillages qui bordent le carré Duguesclin, la compagnie brestoise Dérézo concocte un petit-déjeuner gourmand et littéraire, à déguster dans le magic Mirror, installé dans le parc du Thabor à l’occasion du festival Mythos.

Anaïs Cloarec et Véronique Héliès, talentueuses actrices-cordons bleus, accueillent les sorti-e-s du lit autour de leur comptoir en bois, proposent thé, café, chocolat chaud, viennoiseries, œufs, jambon, tartines de confiture et jus d’oranges pressées. Ainsi, une trentaine de personnes partagent l’instant intime et néanmoins commun à chacun-e du breakfast, moment encore empreint de la nostalgie du lit, des rêves et des draps et pourtant si plein de promesses et de possibilités se profilant à l’horizon d’une journée nouvelle.

On casse l’angoisse de l’inconnu à venir ainsi que le jeûne, et non le jeune - « d’où l’importance de l’accent circonflexe » -, en écoutant les deux cheffes-comédiennes converser sur la dichotomie de la langue, l’art des astres et les nouvelles fraiches étalées dans la presse. Et en dégustant des madeleines faites maison, on les écoute réciter Proust, s’abreuver des Miscéllanées de Monsieur Schott et se nourrir de la singularité de la paradoxale poésie matinale. Un délice !

Text: 

Mais bordel, qu’est-ce qui ne tourne pas rond dans ce bas monde ? Comment peut-on encore en 2017 cultiver la haine et la peur de la différence et de l’autre ? Début avril, le journal indépendant russe Navaïa Gazeta a révélé, à travers une enquête illustrée de témoignages, une vague de persécutions envers des hommes supposés homosexuels en Tchétchénie, emprisonnés et torturés.

Certains parlent même de camp de concentration. « Il est difficile de faire le point sur ce qui est vrai », déclare Selene Tonon, présidente du CGLBT Rennes, lors du rassemblement de soutien organisé le 25 avril, place de la Mairie. Elle rappelle en revanche que les persécutions homophobes du pouvoir en place, « ça, c’est la réalité. » Tout comme la mort de trois hommes dans cette affaire. Le gouvernement tchéchène dément alors, argumentant que les homosexuels n’existent pas sur le territoire puisque dans l’éventualité où ce serait le cas, ils seraient assassinés par leurs familles.

Aucun mot n’est assez fort pour décrire l’horreur du discours et surtout de la situation. On ne peut que naïvement se demander « pourquoi ? » mais on ne peut se satisfaire d’aucune réponse. Notre irresponsabilité, passant par l’inaction, le laisser dire et le laisser faire – comme tel est le cas pour la Manif pour tous en France – conduit non seulement à la haine des autres mais aussi à la haine de soi, causant assassinats et suicides. Pourquoi ?

Posts section: 
Title: 
Un succulent réveil théâtral
Title: 
À quel point sommes-nous irresponsables ?
Summary: 
Des journées qui commencent comme celle du 7 avril, on en voudrait beaucoup plus souvent avec la compagnie brestoise Dérézo qui concocte un petit-déjeuner gourmand et littéraire...
Summary: 
Mais bordel, qu’est-ce qui ne tourne pas rond dans ce bas monde ? Comment peut-on encore en 2017 cultiver la haine et la peur de la différence et de l’autre ?

Avril 2017

Writers: 
Marine Combe
Writers: 
Marine Combe
Text: 

Quand bonnes volontés et compétences s’assemblent, on le sait, ça peut faire des étincelles. Et on espère bien qu’il en sera ainsi pour l’équipe pluridisciplinaire – rédacteurs/trices, photographes, illustrateurs/trices, graphistes – du webzine associatif rennais, l’Imprimerie nocturne, qui souhaite ce mois-ci lancer sa revue papier.

Ainsi, une souscription a été lancée jusqu’au 10 avril sur la plateforme de financement participatif Ulule afin de participer à l’impression de 250 exemplaires du numéro 0 de la Revue de l’imprimerie, qui devrait compter 52 pages agrafées, au format A4 et en couleur. Depuis sa création en 2014, le webzine participe à l’information autour de la frétillante culture rennaise avec des portraits d’artistes ou professionnel-le-s du secteur, des comptes-rendus de spectacles, un agenda culturel.

Dans sa version imprimée, l’esprit devrait rester intact : une pratique collaborative, une mise en avant de la diversité des talents s’illustrant dans la photographie, les arts plastiques, le graphisme ou encore l’écriture, et un sommaire tournant autour de « dossier sur la culture et le handicap / portfolio photo rétrospectif de la vitalité culturelle rennaise / monde des livres (rue des livres, bande dessinée), du cinéma, de la musique, des Beaux-arts, spectacle vivant, chroniques et interviews / et même des jeux et des suprises ! », indique l’équipe sur la page Ulule. Ça donne envie de la feuilleter cette Revue de l’Imprimerie, et de la voir grandir !

Text: 

Porter plainte pour agression sexuelle ou viol est compliqué. Psychologiquement d’abord. Concrètement ensuite. La victime se heurtant souvent à des interlocuteurs qui retournent la situation et la rendent coupable de cette situation. Prouver le non consentement – surtout lorsque l’agresseur est connu – est quasiment impossible dans ce système borné à penser que les femmes suscitent, dès lors qu’elles mettent le pied dans l’espace public, le désir et que les hommes ne peuvent contrôler leurs pulsions.

Quand on ne pense qu’on ne peut pas faire pire, on tombe de bien haut en lisant l’article de The Guardian, daté du 29 mars 2017 et intitulé « Mexican man cleared in sexual assault of schoolgirl because he didn’t ‘enjoy’ it ». Le 1er janvier 2015, une jeune fille de 17 ans est enlevée dans l’état de Veracruz, au Mexique, par quatre garçons de son lycée privé. Durant sa séquestration, elle subira attouchements à la poitrine et pénétrations vaginales avec les doigts.

Diego Cruz, un des accusés, est désormais libre. Pourquoi ? Parce que, dit-il, il n’a jamais eu « d’intention charnelle » et surtout n’a pas pris de plaisir. Des arguments que le juge retient pour acquitter le fils d’une riche famille de l’état mexicain. Tout est dit. Et les femmes, qui ont l’intention d’être libres de s’habiller comme elles veulent et de sortir quand elles veulent, elles, elles sont coupables. Scandaleux.

Posts section: 
Title: 
Non, la presse papier n'est pas morte !
Title: 
Pas d'intention, pas de coupable !
Summary: 
Le webzine rennais L'imprimerie nocturne lance sa revue papier et ça a l'air top !
Summary: 
Accusé de séquestration et d'agression sexuelle sur une jeune femme de 17 ans, le prévenu est acquitté. Pourquoi ?

Pages