Célian Ramis

Allez directement en prison, ne passez pas par la case départ ! (mais faites la queue)

Posts section: 
Related post: 
174
List image: 
Summary: 
Une soirée rennaise dans une prison désaffectée - l'ancienne prison des hommes, jacques Cartier - c'est plutôt original et ça nous plait. Visite insolite.
Main images: 
Text: 

Dazibao avait « Cartier libre » jeudi dernier ! Plus de 5000 personnes ont pu visiter l’ancienne maison d’arrêt pour hommes grâce à cette soirée organisée par le CRIJ, en partenariat avec l’association Génépi à l’occasion du Printemps des prisons.

Imposante. C’est sûrement ce qui définit le mieux cette soirée Dazibao. De la station de métro Jacques Cartier à l’ancienne prison, la foule est déjà agitée avant d’être calmée par les dizaines de mètres de file d’attente qui borde le mur du centre pénitentiaire.

Les visiteurs frémissent d’impatience à l’idée de pouvoir découvrir le bâtiment qui se cache derrière ce grand mur. En effet, rares sont les occasions de visiter une prison. Et pas n’importe laquelle puisqu’elle a fait, en partie, l’objet d’un documentaire de Catherine Rechard, Le déménagement, lors du transfert des détenus de cette maison d’arrêt implantée près du centre ville et l’actuelle prison, installée à Vezin-le-Coquet.

La soirée Dazibao, habituellement fréquentée par un public jeune, a attiré d’autres visages, d’autres générations, jeudi dernier. Les étroits couloirs des différentes ailes du centre pénitentiaire étaient remplis de visiteurs, curieux de découvrir cette structure souvent fantasmée. Vidée depuis 2010, la prison Jacques Cartier vue de l’intérieure est imposante.

Des cellules de 9m2, pouvant accueillir plusieurs détenus, des portes étriquées, des petits couloirs et des étages qui semblent entassés les uns sur les autres… difficile d’imaginer les conditions de vie au sein de ces locaux. D’autant que l’importante fréquentation de ce jeudi soir déforme notre vision et notre ressenti.

Si les visiteurs n’avaient pas l’autorisation d’accéder aux étages – car des textes confidentiels étaient encore affichés sur les murs – ils pouvaient en revanche participer aux différentes animations proposées par le CRIJ et profitaient de la musique des différents groupes. L’association Génépi organisait des petits jeux pour en apprendre plus sur l’univers carcéral.