Célian Ramis

Mythos 2018 : HollySiz, électrisante combattivité

Posts section: 
Location: 
Thabor, Rennes
List image: 
Summary: 
Elle a besoin de s’exprimer. Par le corps et par la voix. HollySiz montait sur la scène du Cabaret botanique, dans le parc du Thabor à l’occasion du festival Mythos, le 18 avril et offrait un concert très rock.
Main images: 
Text: 

Elle a besoin de s’exprimer. Par le corps et par la voix. HollySiz montait sur la scène du Cabaret botanique, dans le parc du Thabor à l’occasion du festival Mythos, le 18 avril et offrait un concert très rock, un style qui correspond au message qu’elle souhaite transmettre dans son deuxième album, Rather than talking.

Le titre est révélateur. D’une époque dans laquelle elle évolue et vit pleinement. D’un tournant qu’elle observe et auquel elle souhaite prendre part. En pleine réflexion et confection de l’opus, la campagne de Trump et ses phrases misogynes. La marche des femmes. La remise en cause de droits que l’on pensait acquis, comme l’avortement.  

La chanteuse se doit d’être militante, dit-elle à la presse, en janvier dernier. Finis les beaux discours, il faut passer à l’action. Naturellement, son disque prend une direction rock.

Sans se détacher de son précédent album, elle puise dans ses influences new-yorkaises et cubaines, dans de l’électro, de la pop, du rock et du trip hop, dans son corps et dans sa tête.

Pas étonnant qu’elle entre sur scène, statique, les pieds ancrés dans le sol, le corps imposant de par ce qu’il dégage. Capuche sur la tête, on dirait une boxeuse s’apprêtant à monter sur le ring.

Juste avant de rentrer dans l’arène. Elle a la détermination d’une combattante et chante avec puissance « Unlimited ».

Une manière de donner un ton qu’elle ne délaissera à aucun moment du concert. Il faut se battre. Se battre pour prendre sa place, pour obtenir des droits, pour les sauvegarder. Et la lutte passe pour elle par le collectif. Dans l’invocation du souvenir de certaines chanteuses rock des années 90 avec « Fox » ou dans le partage avec le public.

« Communier, tous ensemble, autour de la musique, c’est ce que l’on peut faire de mieux en ce moment. », lance-t-elle avant d’entamer « Love is a temple ».

Elle s’exprime à travers l’écriture, le chant et la danse. On y trouve du Mickaël Jackson, de la salsa, du voguing et surtout du plaisir, de l’amusement et de la sensualité.

Sous le nom de Cécile Cassel, elle incarne des femmes que les autres ont décrites. Avec HollySiz, ce sont toutes ces facettes intérieures et personnelles qu’elle exprime et dévoile.

À la fois joyeuse et légère, elle abrite également en elle un côté sombre, plus énervé, qui côtoie son romantisme, ses souffrances, ses espoirs et son imaginaire.

À travers un concert structuré en plusieurs actes, elle passe d’un style à un autre, sans raccourcis et avec intelligence, prenant le temps d’explorer les sonorités, les rythmes très cadencés, les manières de chanter et les chorégraphies, comme pour démontrer la complexité et la diversité d’une personnalité qui évolue, au fil des âges et des époques, et se développe, s’affirme et s’assume.

On aime son énergie et sa manière de penser son spectacle qui implique le public, de par l’interaction mais aussi de par la force qui se dégage de la scène et qui se diffuse dans l’audience. Avec sa musique, elle transmet l’instinct de la combattante. Avec son visage, elle partage ses sourires. Et avec son corps, elle libère des ondes électrisantes. Un moment enivrant.

 

 

Célian Ramis

Larguées, les femmes ? Pas tellement... au contraire !

Posts section: 
Location: 
Cinéma Gaumont, Rennes
List image: 
Summary: 
Le 13 avril, la réalisatrice Eloïse Lang venait présenter son deuxième long-métrage, Larguées, en avant-première au cinéma Gaumont de Rennes, accompagnée de Miou Miou, Camille Chamoux, Olivia Côte et Youssef Hajdi.
Text: 

Après avoir longuement travaillé sur la pastille Connasse et le film Connasse princesse des cœurs, Eloïse Lang passe à la réalisation de son deuxième long-métrage Larguées. Le 13 avril, elle venait le présenter en avant-première au cinéma Gaumont de Rennes, accompagnée de Miou Miou, Camille Chamoux, Olivia Côte et Youssef Hajdi.

Six mois plus tôt, le mari de Françoise est parti avec une infirmière de 30 ans sa cadette. Alice et Rose, leurs filles, décident alors de tenter une opération « Sauver maman » en l’emmenant se ressourcer dans un club de vacances, à La Réunion. Et pour y parvenir, elles vont devoir mettre de côté les différences de caractère qui les opposent.

C’est le film All inclusive, de la réalisatrice et humoriste danoise Hella Joof, qui a d’abord inspiré Eloïse Lang qui a ensuite puisé dans sa propre vie et dans l’observation de ses sœurs et de ses amies. Si Miou Miou serait d’avis qu’on ne mentionne même pas l’idée originale, en revanche Camille Chamoux remet les choses en perspective :

« Les deux films n’ont rien à voir. All inclusive est chouette mais on ne peut pas comparer car Larguées est une comédie extrêmement personnelle pour Eloïse, qui a une maman et deux sœurs. Ça a servi de prétexte mais on peut parler d’un film original. »

Et l’originalité provient de la manière dont le trio principal, comme les personnages secondaires, sont portés à l’écran. Parce que parler des femmes à travers le genre de la comédie est un jeu dangereux et périlleux. Souvent casse gueule. Pratiquement tout le temps raté, à quelques exceptions près.

Dans Larguées, c’est différent. C’est rafraichissant. La réalisatrice trouve l’équilibre fragile entre les codes de la comédie nécessaires pour provoquer le rire et la complexité des protagonistes qui jamais ne sombrent dans la caricature d’elles-mêmes.

« C’est vrai que nous sommes habitué-e-s à un certain type de personnages pour les femmes, réduites à une facette, à une fonction. Vous connaissez le test de Bechdel (du nom de Alison Bechdel, il vise à démontrer par trois questions que les œuvres artistiques - type cinéma, littérature, théâtre – sont centrées sur le genre masculin, ndlr) ? Bah il le passe carrément pour une fois ! Là, elles ont une grosse évolution, chacune un prénom et ne se définissent pas que par un homme ! », souligne l’humoriste et comédienne, Camille Chamoux.

Pour Eloïse Lang, de manière générale, la « caricature vient du fantasme, qui n’est en plus pas bien maitrisé. Moi je ne fantasme pas les femmes, je les connais, j’en suis une. Ce que je raconte est incarné. »

Cela donne un trio brillant, réunissant Miou Miou dans le rôle de la mère et Camille Chamoux et Camille Cottin, dans les rôles des deux sœurs. Trois actrices marquantes de par l’esprit de liberté et d’émancipation qu’elles insufflent. Elles ne laissent rien au hasard et apportent de leurs personnalités et de leurs envies. Celles de ne pas être des clichés de femmes à contremploi.

Elles se servent des ficelles des stéréotypes pour les déconstruire intelligemment, jouant sur les subtilités du scénario qui s’affaire tout au long du film à casser les tabous autour de la vieillesse, des sexualités, des paradoxes d’une femme rock n’roll choquée par le désir encore présent de sa mère pour les hommes, de la surcharge mentale d’une mère de famille qu’elle doit en partie à elle-même.

Même les rôles que l’on pourrait définir comme secondaires sont essentiels à l’intrigue et au propos développé dans Larguées. « Rien ne doit être gratuit. J’aime que ce soit organique par rapport aux personnages, je passe beaucoup de temps à imaginer les back stories des personnages (d’où elles viennent, ce qui leur est arrivé avant l’histoire montrée, tout ce que l’on ne voit pas à l’écran en fait). Je passe beaucoup de temps, jusqu’à ce que ça semble fluide, naturel et juste. », précise la réalisatrice.

C’est ce qui fait dire à Miou Miou qu’elle aurait été folle de refuser un tel scénario. Parce que c’est « rarissime de voir un tel ton de comédie si intelligemment drôle, avec des répliques comme je n’avais jamais entendu avant ! »

Elle s’avoue même séduite par la vision proposée par Eloïse sur les clubs de vacances. Elle qui avait une image plutôt négative de ces structures les regarde désormais avec un œil nouveau. Et elle n’a pas tort. La réalisatrice propose un point de vue très simple sur le sujet. Un lieu de villégiature dans lequel tout est à portée de main et grâce auquel on peut aussi s’évader. Où est le mal ?

Et surtout, elle s’attache, sans forcer le trait, à dévoiler des animateurs et animatrices au-delà de leur image simpliste de Gentils Organisateurs. Le barman séducteur, l’animateur sportif drogué, la gentille naïve ou encore l’exotique à l’accent créole nous renvoient à nos propres stéréotypes. Eloïse Lang - ainsi que chaque comédien-ne d’une incroyable justesse - sait les mettre en relief et exploiter des personnalités plus profondes.

C’est appréciable, une comédie qui ne prend pas les personnages et le public (le film a d’ailleurs remporté le prix du public au festival de l’Alpe d’Huez en janvier dernier) pour des con-ne-s. Qui amène une évolution de chaque protagoniste en douceur et qui fait réfléchir aux situations présentées et à leur résonnance dans nos vies personnelles. Une vraie bouffée délirante d’air frais !

Au cinéma le 18 avril 2018. 

Célian Ramis

Mythos 2018 : Anne Sylvestre chante la liberté

Posts section: 
Location: 
Thabor, Rennes
List image: 
Summary: 
Celle qui n’imaginait pas en 2017 sortir un album intitulé 60 ans de chansons ! Déjà ? a fait mouche sur la scène du Cabaret Botanique, dans les jardins du Thabor, pour le festival Mythos, le 15 avril dernier.
Main images: 
Text: 

Celle qui petite écoutait du Charles Trenet, du Rina Ketty, du Ray Ventura et son orchestre et des opérettes, chantait des chants grégoriens avec les bonnes sœurs et n’imaginait pas en 2017 sortir un album intitulé 60 ans de chansons ! Déjà ? a fait mouche sur la scène du Cabaret Botanique, dans les jardins du Thabor, pour le festival Mythos, le 15 avril dernier.

On a longtemps dit d’elle qu’elle était une chanteuse de fabulettes. Un qualificatif qui a le don de l’énerver. Ecrivaine pour enfants, ok. Conteuse d’histoire, aussi. Parce qu’elle en a bercé des enfances au son de ses chansons poétiques et engagées. De nombreuses générations se sont retrouvées dimanche dans le Magic Mirror de Mythos pour savourer et partager, avec émotion, un nouvel instant avec la piquante Anne Sylvestre.

On l’avoue, elle n’a pas bercé notre enfance. Ni notre adolescence. On l’a découverte sur le tard. Parce qu’elle a marqué de ses textes la mémoire des générations de féministes. Avec sa venue à Rennes, on a compris pourquoi. C’est une évidence, on aime son écriture, sa poésie, sa vision des individus, son humour, son sens de la liberté.

Sa trempe et son caractère. Elle est piquante, appuie là où ça fait mal et assume son côté emmerdeuse qu’elle doit à son franc parler. « Faut pas les emmerder mes personnages ! », ous avait-elle dit la veille. Et elle non plus ! Avec elle, pas de place pour les termes et les gestes de courtoisie ou de sympathie, elle fait voler en éclats la condescendance et la fausse bienveillance.

La bien-pensance, c’est pas son truc à Anne Sylvestre. Elle préfère raconter des histoires qui touchent au plus profond. Parce qu’elles mettent en plein dans le mille. Comme « Juste une femme », à la suite de l’affaire DSK, ou « Non, tu n’as pas de nom », sur l’avortement (avant la loi Veil). Deux chansons qu’elle ne mettra pas dans son set à Rennes, malheureusement.

Mais évidemment, elle en a beaucoup d’autres à son arc. Dont la drôlissime « La faute à Eve ». Ou encore « Gay gay marions-nous ». Sans demi mesure, elle s’engage pour les droits des femmes et défend la liberté de choisir. Et la religion en prend plein son grade :

« Le bon Dieu est misogyne mais le diable lui ne l’est pas. »

Chez elle, les femmes ne sont pas des « p’tites dames », comme « Violette », elles peuvent être des mères de famille et chantaient « des chansons abolitionnistes comme une très méchante féministe » dans leur cuisine en préparant des « Calamars à l’harmonica » ou encore faire fi des conventions et des assignations qui les poussent à la douceur et la tendresse dans « Elle f’sait la gueule ».

Et quand on lui demande ce qu’elle pense de l’évolution (lente) de la place des femmes dans le domaine des arts et de la culture, elle n’hésite pas à répondre qu’il y a un manque d’images auxquelles s’identifier :

« Jeune, quand j’ai découverte Nicole Louvier qui écrivait ses chansons et les accompagnait de sa guitare, je me suis dit « ça existe ! ». Sinon il n’y avait pas de modèles… Aujourd’hui, je trouve que ça a changé. Il y a pas mal de filles. Mais je me suis aperçue que parmi les femmes, il y a beaucoup d’interprètes qui chantent ce que des hommes ont écrit et les hommes, ils écrivent ce qu’ils ont envie d’entendre. Moi c’est mon sujet, je suis une femme, je suis apte à parler de nous. »

Pas étonnant qu’elle ouvre son concert sur la réponse de Félix Leclerc, interrogé par un journaliste sur ce qu’il pense de la féminisation : « Ce serait bien. » Sans commentaire, elle enchaine sur la chanson « Vous êtes beaux », tandis que le public rit de bon cœur à la dérision dont fait très souvent preuve Anne Sylvestre.

Et au fil du spectacle, l’ambiance oscille presque entre rires et larmes. Parce qu’il y a le poids de ses textes, accompagnés par une pianiste, une violoncelliste et une clarinettiste, mais il y a aussi la mélancolie de leurs souvenirs partagés avec la chanteuse-auteure-interprète. Constamment palpable, l’émotion vogue dans le chapiteau avec générosité et sincérité.

Elle n’a plus besoin de le démontrer. Elle est entière. À prendre ou à laisser. Anne Sylvestre transpire la volonté d’émancipation et d’affranchissement des codes et des normes. Dans chaque texte, chaque échange avec le public, chaque silence, chaque geste (puisqu’elle s’affranchit même du micro en portant un micro casque).

Et même quand elle oublie les paroles de ses chansons et que le public l’applaudit pour la soutenir, elle ne peut s’empêcher de dire ce qu’elle pense : « Les chanteurs n’aiment pas se tromper et n’aiment pas qu’on les applaudisse quand ils se trompent. Je sais que c’est fait gentiment pour dire « on te soutient, c’est pas grave, on sait que tu vas y arriver la deuxième fois » mais leçon du public : n’applaudissez pas ça. »

On sent l’exigence de la performance bien faite. Du début à la fin. Pas de place pour le moins bien. Pas de place pour le doute ? On ne peut y croire venant de la part de celle qui attendra la fin du concert pour déclarer sa flamme aux « Gens qui doutent » et pour recevoir une ovation – dont elle dira que cela la réconcilie avec cette célèbre chanson - dès la fin du texte : « Merci pour la tendresse / Et tant pis pour vos fesses qui ont fait ce qu’elles ont pu »

On aime son côté Boris Vian, qui mêle poésie, humour, vérité cinglante et noire critique d’une société en déroute. À 83 ans, on peut toujours compter sur elle pour mettre le doigt là où ça fait mal : « Vous voyez, il n’y a que des femmes sur scène. Si ça vous étonne, demandez-vous pourquoi ! » Et en coulisses, elle se marre de constater que souvent, lors de ses concert, le public est majoritairement composé de femmes.

« Un jour, je me suis aperçue que si elles sont à mes concerts, ça veut dire que ce sont les pères qui gardent les enfants. Et ça, ça m’a plu ! »
nous dit-elle en se marrant.

À ce moment-là, sa fraicheur et son sourire pétillant d’humanité nous traversent, à la manière d’une Agnès Varda qui contemple la beauté intérieure des individus. Intemporelle et indémodable. 

Célian Ramis

Mythos 2018 : Lena Paugam, sur le fil de la crise du désir

Posts section: 
Location: 
Théâtre de la Paillette, Rennes
List image: 
Summary: 
Lena Paugam, metteur en scène, et Sigrid Carré Lecoindre, dramaturge, ont créé ensemble Hedda, une pièce présentée à l’occasion du festival Mythos, le 18 avril, à 21h, au théâtre de la Paillette, à Rennes.
Text: 

Dans le prolongement d'une recherche sur ce qu'elle a appelé "La Crise du désir", Lena Paugam poursuit son chemin. Observatrice d’une génération en proie à la confrontation de son désir et de son empêchement, elle ne cesse de jouer des fragments, des formes, des arts, des récits individuels et des ressentis universels. Et ce sont des successions de rencontres, des histoires personnelles, un fait divers daté de 1987 et une loi votée 30 ans plus tard en Russie pour la dépénalisation des violences conjugales qui ont amené la comédienne et metteure en scène Lena Paugam à collaborer, une nouvelle fois, avec la dramaturge Sigrid Carré Lecoindre. Ensemble, elles ont créé Hedda, une pièce présentée à l’occasion du festival Mythos, les 17 et 18 avril, à 21h, au théâtre de la Paillette, à Rennes. 

« Hedda, c’est l’histoire d’un couple. À partir de sa rencontre jusqu’à un point de non retour dans une histoire d’amour qui voit la violence s'installer entre ses deux protagonistes. », explique Lena Paugam. Pour en arriver à cette version de leur création, Sigrid Carré Lecoindre et elle ont longuement travaillé sur le contenu du projet, initialement envisagé centré autour d’une femme qui bégaye sa vie.

Pour en comprendre la direction choisie, la metteure en scène - qui interprète la narratrice et le couple à elle seule – revient sur des grandes lignes de son parcours qui, entre autres, l’ont menées jusqu’à la dramaturge et à Hedda.

MANIÈRE DE S’EXPRIMER

La Briochine a toujours affiché un intérêt prononcé pour le théâtre et pour le cinéma. Mais le lycée dans lequel elle fait sa prépa a une option théâtre. « Ça aurait pu peut-être être le cinéma, s’il y avait eu l’option. », balaye-t-elle d’une phrase évasive. Ce qui est certain, c’est qu’elle aime le théâtre, son savoir-faire, sa manière de raconter des histoires et sa manière d’exprimer les choses.

« J’ai eu la chance de rencontrer des personnes qui ont su nourrir mon appétit, ma curiosité. Dans mon parcours, j’ai des personnes qui ont su entretenir mon désir de créer et d’aller plus loin dans chaque chose entreprise. Mais j’ai plein d’autres désirs : le cinéma, les arts plastiques, la scénographie, la littérature… », souligne-t-elle.

Elle le dit, elle aime les croisements, qui permettent de repousser les limites de ce qu’elle sait déjà faire. Sortant du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique, c’est dans cette optique qu’elle crée en 2012 la compagnie Lyncéus, qui deviendra par la suite un collectif regroupant des artistes de théâtre et de cinéma.

L’idée est de porter des projets culturels de territoire en développant les écritures contemporaines, dans les Côtes d’Armor, et de faire appel à des artistes autour du Lyncéus festival, organisé chaque année depuis 2014 - durant l’été - à Binic – Etables sur mer. « La compagnie, devenue collectif d'artistes, s'est métamorphosée jusqu'à devenir et fonctionner comme un théâtre sans lieu. Travaillant d'arrache-pied à cette transformation, je me retrouvais paradoxalement sans support pour mes propres créations. », précise Lena.

Ainsi, en 2017, elle fonde la compagnie Alexandre, du nom d’un de ses doubles, du nom du petit garçon qu’elle aurait voulu être étant enfant.

LE DÉSIR, COMME PULSION CRÉATRICE

De Lyncéus à Alexandre, elle accompagne sa trajectoire d’un doctorat de recherche et de création sur le rapport entre désir et sidération : « La sidération comme l’envers du désir, l’absence, le tarissement du désir. Et de manière plus large, le désir en tant que puissance d’action, en tant que moteur, que pulsion créatrice dans la vie, comme processus dans l’existence. »

Réfléchissant à la crise du drame dans la littérature dramatique, elle observe une fragmentation des récits, avec une fragmentation de l’individu dans son ressenti et son rapport au monde. Elle constate, précisément après 1945 et à travers la philo postmoderne, l’incapacité à agir d’une génération confrontée à son impuissance.

« La crise du désir, c’est un état de corps, de pensée, où l’être se sent absolument désirant et empêché de. Il y a une tension vers l’avenir, qui subit l’inertie qui l’empêche de se projeter. »
analyse l’ancienne étudiante en Hypokhâgne et Khâgne et en philosophie.

Cette dichotomie va guider Lena Paugam dans les pièces qu’elle met en scène, autour de la jeunesse, d’actes barbares ou encore du désir amoureux. Si elle n’aborde pas la question du genre en général dans son art, elle s’y frotte en mettant en scène Et dans le regard, la tristesse d’un paysage sans nuit, d’après Les yeux bleus cheveux noirs de Marguerite Duras.

« Duras, on la rapprochait d’une « littérature de femme ». Elle a abordé de manière juste et profonde, et puissante, la question du désir féminin et du corps féminin qui désire. »

Et dans le cadre de sa thèse, on retrouve plus tard un diptyque intitulé Au point d’un désir brûlant, basé sur deux textes, dont Les Cœurs tétaniques. Celui-ci est inspiré des Trois sœurs de Tchekhov et parle de l’incapacité à vivre, à aimer, à prendre les bonnes décisions… Cette pièce, elle est signée Sigrid Carré Lecoindre.

RENCONTRE AVEC SIGRID

« Je la connaissais de la fac. Mais elle n’écrivait pas quand je l’ai rencontrée. Je lui ai passé sa première commande pour le Lyncéus festival justement. Je savais qu’elle avait une grande puissance littéraire en elle. Je ne me suis pas trompée. », s’enthousiasme-t-elle.

On sent dans sa manière d’évoquer le sujet une accointance intellectuelle évidente et une admiration viscérale pour le travail et la personnalité de Sigrid, issue du milieu musical. De la composition. Elle fait partie de ces compositeur-e-s qui ont un intérêt pour la voix, la partition vocale et de ces auteur-e-s qui transmettent une grande puissance musicale dans leur écriture.

Lena sort de son sac le texte annoté, pour nous montrer de plus près : « Il y a des enjambements, des rejets, de la ponctuation, des minuscules, des majuscules… Tout est extrêmement précis. Il y a une rythmique et des jeux d’accentuation qui sont passionnants pour des comédien-ne-s et des metteur-e-s en scène. Il y a une sensualité physique qui permet d’être au plus proche de son corps et de ses sensations. »

Elle n’est pas avare de compliments au sujet de sa collaboratrice à « l’écriture extrêmement sensible et juste dans ce qu’elle permet d’exprimer au-delà de la raison, juste par le biais musical, le biais de la langue. » Une personne « extrêmement intelligente qui saisit parfaitement les situations que je lui expose, que j’ai envie de raconter en tant que metteure en scène. »

Une dramaturge qui « s’approprie de manière très fine les sujets que je veux traiter et qui va chercher avec extrême précision les subtilités de la pensée et de l’émotion. »

HEDDA, FIGURE UNIVERSELLE ?

Lorsqu’à l’occasion de la tournée des Cœurs tétaniques, Lena est amenée à remplacer in extremis une comédienne alitée, nait alors l’évidence de la rencontre entre la comédienne et l’écriture. Et monte l’envie de Sigrid Carré Lecoindre d’écrire pour Lena Paugam.

La pièce devait être nommée Vertiges et parler d’une femme bègue. « Parce que quand j’étais jeune, j’étais bègue. Enfin, pas vraiment. J’avais beaucoup de difficultés à m’exprimer, j’étais empêchée par ma timidité, mon hypersensibilité », confie la metteure en scène.

Mais les recherches les mènent à Hedda Nussbaum, accusée par son mari en 1987 d’avoir tué leur petite fille. Rapidement, les défenseurs de Hedda lèvent le voile sur les violences conjugales qu’elle subit depuis des années. Partant de l’ouvrage Survivre au terrorisme intime (écrit par Hedda Nussbaum) et de textes pour enfants, l’auteure produit une première version poétique, très inspirée de la figure de cette femme.

Lors d’une résidence dédiée à la création son au théâtre de l’Aire Libre, à Saint-Jacques-de-la-Lande, la comédienne se lance dans une série d’improvisations. « La grosse structure de la nouvelle version vient des impros en se détachant de la figure réelle et du fait divers. », souligne-t-elle.

De la figure de Hedda Nussbaum, il ne va rester que des bribes de vécu et le prénom, auxquels vont s’ajouter des témoignages et des expériences intimes. Le nouveau texte est long. À la lecture, il faut compter 2h30. Aujourd'hui, le spectacle dure 1h15. Sur le plateau, lors des répétitions, les deux femmes coupent. Enlèvent de « très belles choses qui font désormais partie de la mémoire du texte de Sigrid mais plus du spectacle. »

Toutefois, Lena Paugam est claire : ce n’est pas un texte brut. Il mêle poésie, narration, conversation : « Il passe d’un fragment à un autre. D’un point de vue à un autre. Parfois, c’est l’homme qui parle, parfois la femme. Et parfois on ne sait pas trop. C’est intéressant pour nous de jouer sur cette ambiguïté. Dans l’énonciation, il y a des variations, tout comme dans la forme littéraire. »

UN SUJET PROFOND

La metteure en scène se refuse à parler d’un spectacle sur les violences conjugales. Parce qu’elles se sont attachées à « conter une situation complexe et à présenter des enjeux qui révèlent des comportements incompréhensibles de part et d’autre du couple. Il y a deux personnes en détresse. Pas une victime et un bourreau. La question morale n’est pas la première chose qu’on a souhaité exprimer. »

En février 2017, elle est choquée par le vote de la loi pour la dépénalisation des violences conjugales, en Russie. C’est l’événement marquant de la création. Ce qui déclenche l’envie d’aborder la thématique, encore et toujours d’actualité.

On pense à la pièce Le fils, écrite par Marine Bachelot Nguyen, mise en scène par David Gauchard (marqué par les manifestations catholiques intégristes contre les représentations d’une pièce de Castellucci, au TNB) et jouée par Emmanuelle Hiron.

À l’impact des mots qui dressent le portrait d’une femme, mère, catho, bourgeoise qui va doucement glisser vers une pensée radicale et extrême. Sans opter pour un parti pris jugeant et moralisateur, l’équipe réussit parfaitement à relater la monstruosité de la situation.

Le sujet n’est pas identique mais Hedda s’inscrit dans les créations théâtrales qui analysent, prennent du recul, décortiquent, interrogent : « On a voulu aller plus loin et se situer dans la perspective où le théâtre s’attache à traiter du « monstrueux » qui peut apparaître en chacun et qui est contingent. Par rapport à des facteurs qu’on n’arrive pas à repérer au départ dans une relation. »

À la préparation de la pièce, les deux femmes ont été accompagnées par deux hommes : Bastien Lefèvre, danseur, et Lucas Lelièvre, créateur sonore. La metteure en scène insiste sur l’intérêt et l’importance de cette équipe mixte et diverse.

« On a croisé nos expériences amoureuses et nos ressentis par rapport à nos histoires personnelles. Parce que c’est ça aussi le spectacle ; on a essayé de développer des scènes qui pourraient donner des sensations de déjà-vu. Pour chercher dans le quotidien ce qui relève de la violence psychologique. »
soulève Lena Paugam.

LE TERRORISME INTIME

Le terme de Hedda Nussbaum n’est pas mentionné dans les écrits de Sigrid Carré Lecoindre mais ça a servi de base à cette longue plongée dans des histoires plus horribles les unes que les autres. Parce qu’il est question de comment on vit dans la peur. La peur de l’autre et la peur de soi-même. De ce que l’on devient, ce qui nous échappe, du cercle vicieux, de la culpabilité qui produit l’horreur.

« Quand on ne supporte plus la présence de l’autre. Le visage du monstre. Quand on ne peut plus supporter le fait que l’autre soit une victime et fasse de nous un coupable. Quand ce sentiment-là produit une surenchère de la violence. C’est de ça dont on parle. Ça n’excuse en rien la violence. Mais c’est la force de ce spectacle qui pose des questions : est-ce qu’il reste de l’amour ? Est-ce que c’est possible de reconstruire de l’amour après le premier coup ? »

Que ce soit dans Le fils ou dans Sandre (collectif Denisyak, programmé lors de l’édition précédent de Mythos, sur le monologue d’une femme infanticide, interprétée par un homme), les rôles sont incarnés avec justesse et puissance. Et demandent un investissement et une énergie très particulière à la comédienne ou au comédien.

Le personnage de Hedda ne fait pas exception. Lena l’avoue : « Après une représentation, je suis extrêmement épuisée et rarement contente, parce que ça va mettre très longtemps avant d’obtenir la maitrise de l’objet. Tout ce qui est dans ce texte, parce que beaucoup de choses ont été apportées par moi lors des impros, ça devient une parole personnelle. Avant de jouer, je pense à toutes ces personnes qui vont se reconnaître dans ce que je vais raconter. Certaines personnes viennent me voir pour témoigner ensuite, c’est bouleversant. Elles lisent dans les ellipses tout ce qu’elles ont vécu. On peut se projeter dans ce texte. »

C’est physique, c’est mental, c’est intense. Parce qu’il faut que ce soit authentique et sincère. On puise alors dans les résonnances et les échos que l’histoire de ce couple peut avoir sur nos vies. Sans connaître des violences physiques, on ressent l’effroi, l’humiliation, la peur parce qu’on a connu ses sensations dans l’intimité à un moment donné.

Lena Paugam, très sensible aux regards et à la connexion avec le public, avoue être traversée de quelques troubles : « Il faut créer en moi l’espace de rencontre. Que je sois suffisamment ouverte pour accueillir l’écoute et disponible pour saisir le présent de cette rencontre. Ça fait pas mal de troubles. »

Avant les représentations au théâtre de la Paillette, les 17 et 18 avril, la metteure en scène reviendra le 16 avril (à 18h, à la Paillette) sur son travail, dans une rencontre croisée avec Louise Emö.

Célian Ramis

Dans les yeux des Arlette

Posts section: 
Location: 
Ateliers du Vent
List image: 
Summary: 
Estelle Chaigne, Catherine Duverger, Lise Gaudaire. Trois artistes photographes associées aux Ateliers du Vent. Elles se rencontrent, se découvrent, échangent, partagent. De là nait l’envie commune de monter ensemble une exposition.
Text: 

Estelle Chaigne, Catherine Duverger, Lise Gaudaire. Trois artistes photographes associées aux Ateliers du Vent. Elles se rencontrent, se découvrent, échangent, partagent. De là nait l’envie commune de monter ensemble une exposition. Ça s’appelle Arlette et c’est à voir jusqu’au 29 avril.

Il y a les Simone, les Brigitte ou encore les Georgette. Il faut désormais compter sur les Arlette. Non par revendication féministe – quoique inconsciemment si, quand on creuse – mais plutôt en référence au festival annuel des Rencontres photographiques d’Arles. « En plus petit, plus humble. Et puis dans le mot, il y a un côté sympa, populaire, engagé et féminin. », souligne Estelle Chaigne.

Elle fait partie du trio à l’initiative de cet événement, parti de leur point de rencontre. Celui des Ateliers du Vent mais aussi et surtout celui de la photographie et de leur goût partagé pour découvrir des expos et pour exposer. Elles décident de se lancer dans un projet commun et d’inviter, chacune, deux autres artistes photographes (une femme et un homme).

« Estelle a instauré un commissariat visuel pour que l’on ait une cohérence. On a passé du temps à regarder ensemble les travaux des artistes qu’on aimait et à voir comment ça rebondissait des un-e-s aux autres. », précise Catherine Duverger.

Une ligne se profile rapidement : le paysage. Omniprésent. La thématique est limpide : l’exploration du territoire et du medium photo. Elles décortiquent le fond et la forme avec les tripes et les méninges, pointent notre attention dans une direction, en interrogent une autre, ne répondant qu’à leur fascination, qu’elles entendent bien transmettre et partager en avril.

Il y a, dans leurs intérêts, l’image dans l’image. Le volume. Les différents plans. Les images qui s’emmêlent, s’imbriquent, se superposent. Le mouvement. La lumière. L’essence de la photo. Comment elle se génère, comment elle se fabrique. La relation entre le geste et l’image, sans la technicité. La lumière. Le réel ou non. Le rapport de l’humain à la nature. À la maitrise et à la fabrique du paysage.

« Les photographes reconstruisent, recadrent, redéfinissent et nous emmènent dans des univers à eux, même s’ils sont proches du réel. », explique Catherine Duverger.

La photo devient alors un outil d’interrogation plus globale que le sujet montré. Un outil qui ouvre le regard et nous permet de comprendre des mondes différents.

 

LES RENDEZ-VOUS À VENIR :

  • LES JEUDIS 12 ET 19 AVRIL
  • Vernissage puis buvette pratiques photographiques et enfin buvette dédiée au festival Oodaaq.
  • LES SAMEDIS 14, 21 ET 28 AVRIL
  • Ateliers de pratiques photographiques. Le 14 avec Estelle Chaigne autour des diapositives et de la diffraction, le 21 avec Catherine Duverger sur l’objet photo en studio et le 28 avec Lise Gaudaire pour le portrait photo à la chambre.
  • LES DIMANCHES 15, 22 ET 29 AVRIL À 15H
  • Visites de l’expo avec une des photographes à l’initiative du projet.
  • LE DIMANCHE 22 AVRIL DE 11H À 16H
  • Brunch de 11h à 15h puis visite guidée à 15h par l’une des photographes à l’initiative du projet.
  • Réservation auprès de la cantine@lesateliersduvent.org 

Festival Mythos

Mythos 2018 : Des places à gagner !

Posts section: 
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Le festival Mythos revient à Rennes, pour la 22e édition, du 13 au 22 avril. Kimberose, Lena Paugam, Louise Emö, Cie KF Association ou encore L et Clara Luciani... En nous envoyant un mail, vous pouvez gagner des places !
Text: 

Le festival Mythos revient à Rennes, pour la 22e édition, du 13 au 22 avril. Des places sont à gagner ici en envoyant votre nom et prénom, ainsi que votre mail (en précisant le spectacle pour lequel vous participez) à l’adresse suivante : redaction@yeggmag.fr !

 

• 2 places : Kimberose – mardi 17 avril à 18h – Cabaret botanique (parc du Thabor, Rennes) :

Kimberly Kitson Mills est une chanteuse sidérante, une tornade de feeling, revisitant cette musique désormais ancienne qu’est la soul pour lui redonner vigueur et nerf. Sa voix convoque instantanément la mémoire des divas douloureuses du jazz et de la soul, de Billie Holiday à Amy Winehouse en passant par Nina Simone. Solaire et fragile à la fois, Kim, est prête et armée pour partager cette évidence : la musique de l’âme a encore tant à dire…

 

• 2 places : Hedda, de Lena Paugam – mercredi 18 avril à 21h – Théâtre La Paillette (Rennes) :

Hedda est une rencontre, une histoire d’amour ordinaire entre deux êtres que tout oppose. C’est le récit de cette passion qui les dévore… jusqu’au premier coup porté. Hedda c’est le combat de cette femme qui lutte contre son mari violent mais aussi contre ses propres démons.

Lena Paugam porte au plateau avec délicatesse le récit d’un couple qui se raconte. Elle s’approprie comme une seconde peau l’écriture tendue et rythmée de Sigrid Carré-Lecoindre qu’elle teinte d’une ironie mutine et d’un humour salvateur.

 

• 2 places : Spoken word tragedy, de Louise Emö – vendredi 20 avril à 12h30 – La Péniche Spectacle (Rennes) :

« Moi, ça ira mieux quand je serai mort. J’ai raté ma vie, mais c’est pas grave, parce qu’au moins la femme et les enfants que j’ai pas eus, c’est des infidélités et des racailles en moins. Mais je perds pas espoir, je crois en la réincarnation. »

C’est dans la rue, dans l’espace public ou dans un bus que Louise Emö, en résidence à Rennes et Saint-Jacques-de-la-Lande pendant quelques jours, prendra le micro pour récolter la parole des gens.

Cri d’un trajet, trajet d’un cri, tragédie au micro, micro-tragédie. Sans détour, Louise Emö transforme et slame la parole de l’autre pour mieux porter un regard sur le monde qui l’entoure : l’inadéquation, la révolte, l’angoisse ressenties au quotidien face à l’injustice de l’ordre des choses et la morosité ambiante.

 

• 2 places : Chansons, de L - Raphaële Lannadère et Monstre d’amour, de Clara Luciani – vendredi 20 avril à 18h – Cabaret Botanique (parc du Thabor, Rennes) :

L - Raphaële Lannadère : Avec une voix bouleversante qui vous agrippe et ne vous lâche plus, L est de retour avec un nouvel opus. Si comme toujours la mélancolie et une certaine gravité sont au cœur de Chansons, cela ne vient pas plomber cet album qui irradie d’une joie libératrice. Un parfait antidote à nos temps troublés.

Clara Luciani : Échappée du groupe La Femme, Clara Luciani sort son premier EP Monstre d’Amour qu’elle a écrit d’un jet après une rupture amoureuse douloureuse. Comme ses icones, elle vibre d’une énergie brute. Celle du désespoir, de la solitude, mais aussi de la renaissance. Elle se métamorphose en créature tentaculaire et sa voix grave s’enfonce avec grâce dans l’obscurité des abysses. Et si elle a le cœur lourd, elle triomphe du chagrin avec une force solaire.

 

• 2 places : Les amantes, de la cie KF Association – vendredi 20 avril à 20h – Théâtre du Cercle (Rennes) :

Nous sommes dans un pays où il fait bon vivre, blotti au cœur de l’Europe, entre monts et vallons : un tableau idyllique de l’Autriche. Les amantes, Brigitte le « bon exemple » et Paula le « mauvais exemple », sont deux jeunes femmes, l’une de la ville, l’autre de la campagne. Elles ne se connaissent pas mais elles ont un point commun, celui de se sortir du carcan familial pour réaliser leur vie de femme. Leur enfance est hantée par la brutalité, l’abandon ou la folie. Dans ce monde-là pour s’en sortir quand on est femme, il n’y a pas deux solutions : il faut un homme. Et pour avoir un homme, il n’y a pas deux solutions non plus : il faut se faire faire un enfant. 

Célian Ramis

8 mars : Un espace de paroles autour du harcèlement de rue

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Main dans la main, l’Antipode MJC et Stop Harcèlement de rue Rennes ont proposé, le 21 mars dernier, un café citoyen autour de la lourde problématique du harcèlement de rue.
Text: 

Main dans la main, l’Antipode MJC et Stop Harcèlement de rue Rennes ont proposé, le 21 mars dernier, un café citoyen autour de la lourde problématique du harcèlement de rue. L’idée : autour de jeux et de supports d’information, femmes et hommes pouvaient venir participer, poser des questions et/ou témoigner de situations vécues. Une manière de lâcher ce que l’on a sur le cœur, dans un espace sécurisé et bienveillant, sauf quelqu’un, qui ne vit pas le harcèlement de rue, monopolise l’événement.

« Bonjour, Je vous ai donné ce texte car vous êtes un relou. Sachez qu’à cause d’attitudes comme la vôtre, beaucoup de femmes sont mal à l’aise dans l’espace public. Vos amies, vos sœurs, votre mère subissent aussi ces agressions. Car vous n’êtes pas le premier : sifflements, commentaires déplacés, remarques salaces – nous y avons droit à chaque fois que nous nous déplaçons. »

En fin d’après-midi, le hall de l’Antipode MJC est devenu le forum du café citoyen « Du compliment au harcèlement de rue », organisé en partenariat avec l’association Stop Harcèlement de rue Rennes. Sur les tables, des jeux pour échanger autour du sujet, plusieurs supports d’informations, dont les planches dessinées de Thomas Mathieu et son Projet Crocodile, et des propositions de solution. Dont le flyer à remettre au harceleur.

Le lecteur se concentrera alors sur le papier, et non plus – on espère – sur la personne importunée et découvrira – certainement perplexe – qu’il fait parti des relous qui pratiquent le harcèlement de rue.

« Aussi, merci dorénavant de nous traiter avec respect et par conséquent

  • Ne pas commenter à vois haute notre corps ou notre tenue
  • Ne pas nous regarder avec insistance
  • Ne pas nous insulter ni nous adresser de remarques salaces

L’espace public est à toutes et à tous, partagez-le. »

FAVORISER LES ÉCHANGES

L’approche choisie ce 21 mars n’est pas celle de la conférence mais celle de l’échange de connaissances et d’expériences. « Pour découvrir le sujet sous un angle pédagogique, avec des jeux. », souligne Manon, présidente de Stop Harcèlement de rue Rennes, accompagnée par Nolwenn, sociolinguiste, et – un peu plus tard – par Elisa, membre de l’association.

Et c’est le jeu du Bingo qui va permettre aux discussions de se lancer. Sur une grille, plusieurs propositions. « Droguer quelqu’un-e et le/la faire boire à son insu » / « Fixer le décolleté de quelqu’un-e » / « Siffler quelqu’un-e » / « Se coller à une personne parce qu’elle danse » / « Pousser quelqu’un-e contre un mur » / « Suivre quelqu’un-e » / « Passer outre le refus de quelqu’un-e » / « Insister auprès d’une personne alors qu’elle vous ignore » ou encore « Voler un baiser ».

Deux types d’étiquettes : « Agression ou harcèlement » et « Ni agression ni harcèlement ». Les volontaires sont alors invité-e-s à choisir une étiquette et la placer, selon chacun-e, sur une proposition. « Tout relève de l’agression pour moi. », commente une participante, rejointe par une autre : « C’est injuste, les mecs eux n’ont pas à subir ça ! »

C’est là que se situe le point de départ de ce café citoyen. Partant des différents ressentis, des questions apparaissent et des interactions naissent entre les organisatrices et le public mais aussi entre les femmes, largement majoritaires lors de l’événement.

« Le compliment n’en est pas toujours un. Est-ce qu’ils le disent pour vous ou est-ce qu’ils le disent pour eux ? Est-ce qu’ils viennent vous aborder pour autre chose que pour vous parler de votre poitrine, vos fesses, vos yeux, etc ? Rarement. Toutes ces phrases nous ramènent à notre physique et ce n’est pas agréable. », explique Manon.

INJONCTIONS ET STRATÉGIES D’ÉVITEMENT

Comme le précise Nolwenn, les femmes sont sans cesse dans l’ordre « de se soumettre à faire plaisir » et dans « l’injonction entre le trop et le trop peu, par rapport à la norme de la féminité ». Il faut être jolie, maquillée, bien habillée, de préférence en jupe ou en robe et bien se comporter (opter en somme pour la discrétion et le sourire en toute circonstance). Et pas grave si les femmes sont amenées à se poser des questions contradictoires et à devoir réfléchir à la tenue adéquate pour tout ce qu’elles vont vivre dans la journée.

Car, elles vont traverser différents lieux, à différentes heures, dans différents contextes au cours de la journée. « Et on ne peut pas se changer tout le temps pour correspondre en permanence au standard ! », s’insurge Manon. Une évidence – pas si limpide pour la société - qui met tout le monde d’accord dans l’assemblée :

« Oui, il y a une pression sur le physique. Et c’est difficile je trouve de faire attention à ça tout le temps ! Petit à petit, on s’auto-limite. On finit par rester chez soi. »

Les femmes développent, souvent inconsciemment, des stratégies d’évitement, particulièrement une fois la nuit tombée. Ne pas porter de talons (ou penser à prendre des chaussures plates dans le sac pour le retour), privilégier les pantalons, penser à son trajet (selon l’éclairage de la rue, la fréquentation, etc.), se faire raccompagner, etc.

Pourquoi ? « Parce que la peur d’être sifflée, harcelée, agressée physiquement, verbalement, sexuellement, violée, on nous l’apprend dès le plus jeune âge. C’est un problème global de société. », répond Manon.

Et Nolwenn d’ajouter : « On nous inculque la peur de l’espace public, la peur de la nuit, etc. Par nos parents, pour notre sécurité, et c’est entretenu par la société. Vous allez à un moment donné avoir un rappel à l’ordre : par une agression, du harcèlement, des injonctions… »

Autour du Bingo, on s’interroge. D’où proviennent ces injonctions ? ces normes ? D’une société patriarcale qui étend ses filets par différents biais. Par l’éducation. Les médias. Les représentations cinématographiques, littéraires, etc. Mais comment agir ? On discute autour de quelques pistes de réflexion et d’action.

SENSIBILISATION ET ACTIONS

« Moi je suis du genre à rétorquer violemment. », dit l’une. « Moi je demande « Mais pourquoi tu dis ça ? Qu’est-ce qui te permet de me dire ça ? » et souvent ça déstabilise la personne. Je précise aussi que c’est le 15e à me dire ça. Ainsi, on n’est pas dans la confrontation mais dans l’échange. », dit l’autre.

La difficulté pour les femmes réside - outre le fait qu’il s’agisse d’un problème systémique - dans le fait qu’il n’y a pas aucune recette miracle (hormis l’éducation à l’égalité entre les sexes, et donc au respect des individus, dès l’enfance) pour contrer le problème. Le Projet Crocodile, de Thomas Mathieu – avec qui ont collaboré les membres de Stop Harcèlement de rue Rennes -, est un outil de sensibilisation, d’information et d’éducation.

Pour expliquer ce qu’est le harcèlement de rue, soit une sollicitation – principalement verbale mais peut également être physique - imposée et non consentie par les deux personnes, donner des conseils (comme le fait de nommer le comportement, énoncer le problème, l’effet et la solution) et faire prendre conscience que tout le monde est concerné, dans le sens où, en tant que témoin-e, chacun-e peut réagir et intervenir dans une scène de harcèlement dans l’espace public, comme dans les transports, etc.

Manon propose une solution amusante – et efficace – avec un pistolet à confettis, une initiative des femmes espagnoles, et fait également la démonstration de l’application mobile HandsAway, basée sur un principe de plan sur lequel on peut indiquer l’endroit où on a été victime ou témoin de la situation :

« L’appli prévient alors les gens qui sont connectés en même temps. On ne se sent pas seules et on est investies dans la citoyenneté de la ville je trouve. Parce que clairement l’urbanisme favorise le harcèlement de rue. À Rennes, des marches exploratoires ont été effectuées. Mais je déplore que ce soit uniquement dans des quartiers populaires… »

DÉCONSTRUIRE LES STÉRÉOTYPES

L’association met un point d’honneur à clarifier la situation : le harcèlement de rue ne se réduit pas aux stéréotypes des quartiers stigmatisés. Encore moins à une classe sociale. Grâce à un plan de Rennes, les membres de la structure ont recueilli, au cours de leurs différentes actions, des lieux les plus signalés comme relous. En tête de liste : le centre ville et les abords des facs. « Les lieux où il y a pas mal de fréquentation en gros. », souligne Elisa.

Elle poursuit : « Il faut déraciser le harcèlement de rue : il n’y a pas de harceleur type. » Elle se désole de l’image stéréotypée que l’on rattache à cette problématique de société, qui met en évidence un système sexiste et raciste. Et se désole également du manque de solutions concrètes – a contrario des effets d’annonce du gouvernement actuel – et par conséquent de l’énorme difficulté à dénoncer le harcèlement.

« On sait que si on va voir des flics dans la rue pour leur dire, forcément le harceleur en aura profité pour se barrer, et qu’ensuite ils vont suivre des jeunes hommes racisés. Ce sera une excuse supplémentaire pour être racistes. », conclut-elle.

Le travail de déconstruction et d’éducation est important et nécessite obligatoirement la prise en compte et la reconnaissance des individus, la reconnaissance des différences et le respect. L’enjeu est de taille et les avancées sont lentes, très lentes, trop lentes. Tout le monde n’est pas en mesure à entendre et à comprendre.

Et ce soir-là la preuve sera amenée par un monsieur venu par curiosité. Un très bon point qui malheureusement va devenir une occasion pour prendre et occuper l’espace, pour parler de lui, de son expérience et de son vécu. Plutôt que de laisser les personnes concernées prendre la parole. 

Célian Ramis

8 mars : En Algérie, la mobilisation des femmes pour l'environnement

Posts section: 
Location: 
Maison Internationale de Rennes
List image: 
Summary: 
Le 16 mars, invitée à la MIR par l’association Rennes-Sétif, la sociolinguistic Dalila Morsly est revenue sur la mobilisation inédite des femmes d’In-Salah, opposées en 2014 à l’exploitation du gaz de schiste.
Text: 

Sociolinguiste à Alger jusqu’en 1995, Dalila Morsly quitte son pays natal avec son mari lors de la décennie noire et s’installe en France. À Paris. Puis à Angers, où elle enseigne à présent à l’université. Présidente de l’association Aicha durant les années 80 jusqu’à son départ, la sociolinguiste s’intéresse de près à la question de l’engagement féministe en Algérie. Le 16 mars, invitée à la Maison Internationale de Rennes par l’association de jumelage Rennes-Sétif, elle est revenue sur la mobilisation inédite des femmes d’In-Salah, opposées en 2014 à l’exploitation du gaz de schiste.

« Je ne suis pas allée à In-Salah directement mais je reviens de Tamanrasset. In-Salah se situe dans la wilaya (en Algérien, wilaya, ça veut dire la préfecture) de Tamanrasset. J’ai recueilli beaucoup de documents dans la presse et des contacts avec des associations investies dans le soutien à ce combat, à savoir la lutte contre l’exploitation du gaz de schiste. Je ne vais pas parler technique, je ne suis pas experte dans ce domaine là, mais du combat des femmes et en quoi il est singulier, dans le contexte algérien. », explique Dalila Morsly en introduction de sa conférence.

Pour bien comprendre, elle commence par situer In-Salah, ville – en partie berbère - de 35 000 habitant-e-s environ, à 1 000 kms d’Alger. Dans le désert du Sahara. C’est une des villes où les températures sont les plus chaudes d’Algérie. Entre 30° et 46°, avec des pics jusqu’à 50° et en moyenne avec 2 jours de pluie par an.

Dans cette ville à l’inspiration soudanaise, construite en argile – « l’argile est traditionnellement pour la poterie, c’est un de mes dadas d’ailleurs, la poterie féminine en particulier » - la verdure n’est pas absente, en raison d’une importante nappe phréatique qui alimente Tamanrasset en eau.

LE DÉBUT DU MOUVEMENT

La présence d’hydrocarbures est importante, les sols sont riches en gaz, en pétrole et en gaz de schiste : « En 2012, le constat est établi que le gaz de schiste est exploité à In-Salah. Né alors un mouvement important anti gaz de schiste. Au début, c’est surtout le fait d’experts avant de devenir ce que les médias vont qualifier de ‘contestation populaire, citoyenne et pacifique’ qui s’étend en 2014, avec le soutien de villes du sud et du nord. Ça dépasse In-Salah. »

C’est un forage, fin 2014, à une quarantaine de kilomètres de la ville, qui va mettre le feu aux poudres. Les étudiants manifestent pour l’arrêt de l’exploitation. S’en suit la création d’un collectif pour un moratoire sur le gaz de schiste, qui rejoint les collectifs nationaux. La population locale a conservé en mémoire les essais nucléaires aériens et souterrains réalisés par l’armée française dans la région, dans les années 60.

« C’est une explication possible de la contestation partie de cette ville qui est jusque là perçue comme silencieuse et peu contestataire justement. »
souligne la sociolinguiste.

Ce qui explique encore davantage l’aspect inédit de la mobilisation des femmes. Parce qu’à In-Salah, elles n’avaient pas particulièrement réagi aux luttes menées dans le nord du pays contre le Code de la Famille et pour l’égalité femmes-hommes. Au contraire, elles étaient restées silencieuses.

Là, elles réclament l’écoute et l’attention du président de la République algérienne, Abdelaziz Bouteflika – qui a obtenu dans le coin un excellent score aux élections - en déclarant : « Nous avons voté pour lui, nous lui demandons de nous écouter et de répondre à nos demandes. »

LES FEMMES EN ACTION

La mobilisation des femmes va prendre différentes formes. Celle du sit in tout d’abord. Quatre mois durant, chaque matin, elles vont se retrouver au centre de la ville et s’asseoir, ensemble. « J’aime beaucoup ce mélange de tenues touaregs et de tenues avec le voile islamique. Et voyez, le drapeau de l’Algérie est constamment présent. C’est pour défendre leur pays et pas uniquement leur ville. », s’enthousiasme Dalila.

Ensuite, elles vont participer aux marches et déambuler avec le cortège. Séparées des hommes toutefois : « Ce sont les habitudes traditionnelles mais je trouve que ce n’est pas ça le sujet. Elles ont voulu dire qu’elles étaient là et qu’elles voulaient faire nombre. Elles affirmaient leur position : « Non à la fracturation hydraulique » ! Elles avaient des banderoles, des pancartes, faisaient des graffitis, trouvaient des slogans comme « Résistance, résistance contre le gaz de schiste », parce que les manifestations se déroulaient sur la place de la Résistance. »

De cette mobilisation émergent des figures emblématiques. Comme celle de Hacina Zegzeg, porte parole anti gaz de schiste :

« Personne n’a le droit d’expérimenter sur nous. Le problème est que tout le monde sait que l’eau est polluée par la fracturation et on continue à polluer et à fracturer sans que ça ne dérange personne. Le pire, c’est le mensonge autour de cette communication ! »

Les femmes s’engagent pour la préservation de l’environnement et des ressources naturelles, comme l’eau par exemple, dont elles sont responsables. Elles sont sourcières mais aussi nourricières (pendant la contestation, les hommes font les courses et les femmes font les repas) et citoyennes.

Elles transmettent. À l’instar de Fatiha Touni, professeure d’anglais au lycée d’In-Salah. Elle consacre certaines de ses leçons au gaz de schiste et à ce « soulèvement populaire contre ce projet nuisible à l’environnement qui a opéré un bouleversement total à In-Salah. »

De là, d’autres projets environnementaux vont éclore : SMART Sahara, par exemple, dont l’objectif est de faire d’In-Salah une ville verte aux jardins entretenus par les femmes, ou encore un projet basé sur l’aquaculture. « L’eau est un élément vital dans le désert. In-Salah a pris son destin en main. », soulignera Hacina Zegzeg, dans la presse.

À QUOI DOIT-ON L’ÉMERGENCE DE CE MOUVEMENT ?

Pour Dalila Morsly, deux aspects sont à creuser et à retenir. Le premier : « La mobilisation montre les effets de la scolarisation massive dans la construction d’une prise de conscience citoyenne. Les femmes ont acquis une expertise technique de l’exploitation du gaz de schiste mais aussi une expertise politique du combat qu’elles mènent. Si la scolarisation de la population ne donne pas encore toutes les satisfactions que l’on attend, elle est massive et c’est un signe positif quand on se dit que 90% de la population était analphabète lors de l’indépendance. »

Ainsi, il est démontré que la scolarisation désorganise le système en place. On assiste alors à une diminution du nombre de mariages précoces, une baisse de la fécondité, l’apparition d’un célibat prolongé chez les femmes algériennes qui marquent là la contestation envers l’ordre établi ou encore une diminution de la polygamie et de la répudiation. La société se transforme et les femmes accèdent à une plus forte autonomie financière.

Le deuxième aspect concerne la charge de l’eau qui leur revient à elles. « On peut se dire que la responsabilité de l’eau cantonne les femmes à un rôle traditionnel. Mais on peut aussi considérer que passe par là la possibilité pour elles de mobiliser les femmes de la ville. C’est justement une réappropriation du rôle traditionnel des femmes pour lieux sensibiliser les femmes au combat qu’elles sont en train de mener. Surtout pour sensibiliser les plus anciennes, qui elles n’ont pas eu accès à la scolarité. », analyse la sociolinguiste.

La mobilisation des femmes marque une nouvelle forme de militantisme. Proche de la mouvance féministe écolo. Dans les années 80 et 90, les associations luttaient pour l’égalité entre les femmes et les hommes et attaquaient les écrits du Code de la Famille. Si aujourd’hui, le combat continue pour les droits des femmes, il se poursuit également dans des revendications environnementales.

« Ici, l’enjeu n’est pas les droits des femmes directement mais la mobilisation a installé une nouvelle sensibilité des droits des femmes. C’est ça qui pour moi est important à signaler. »
poursuit Dalila Morsly.

Les femmes sont de plus en plus nombreuses à être cultivatrices, par volonté et non obligation, et se constituent en associations de femmes rurales, la question de l’environnement est davantage portée aussi par les structures, comme certaines associations en Kabylie qui se mobilisent pour le tri sélectif et la propreté des villages.

La conférencière insiste : les sociologues constatent que les femmes sont porteuses de dynamiques qui amènent des évolutions dans le pays. Parce qu’aujourd’hui, les femmes sont dans tous les domaines. « Pas comme dans certains quartiers de Rennes que je ne nommerais pas ici. », lance une personne du public. La remarque passe mal. Difficile à partir de ce moment-là de recentrer le débat sur le sujet.

Si c’est un aspect précis qui est pointé durant l’exposé de Dalila Morsly, l’événement se détourne de son fond premier pour virer au jugement sur le port du voile. On a du mal à comprendre, si ce n’est que l’instant est révélateur d’un problème majeur : on ne peut pas parler des femmes arabes sans les associer à la religion et à une opinion jugeante et moralisatrice. Navrant.  

 

Célian Ramis

8 mars : Les combats féministes au fil des générations

Posts section: 
Location: 
CRIJ, Rennes
List image: 
Summary: 
Ne rien lâcher aujourd’hui, pour demain. Ne pas couper les ponts avec les combats d’hier. Pour comprendre notre Histoire commune, défendre notre héritage et avancer ensemble vers l’égalité entre les sexes.
Main images: 
Text: 

Ne rien lâcher aujourd’hui, pour demain. Ne pas couper les ponts avec les combats d’hier. Pour comprendre notre Histoire commune, défendre notre héritage – souvent menacé par la montée des extrêmes et la haine des anti-choix – et avancer ensemble vers l’égalité entre les sexes. C’était l’objet de la conférence « Égalité femmes-hommes : les combats d’hier et les engagements d’aujourd’hui », organisée par le CIDFF35 le 15 mars, au CRIJ Bretagne.

Autour de Camille Ceysson, modératrice et membre du CA du CIDFF35, 3 femmes, représentant 3 générations de militantes féministes : Geneviève Couraud, présidente de l’Assemblée des femmes et présidente de la commission « Santé, droits sexuels et reproductifs » au Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes, Lydie Porée, présidente du Planning Familial 35 et co-fondatrice de l’association Histoire du féminisme à Rennes, et Manon Carbonnel, ancienne présidente de l’association Stop Harcèlement de rue Rennes, à l’initiative – avec Marianne Flahou - du groupe de paroles « Endométriose – Temps d’échanges et d’entraide ».

Accompagnées en images de Germaine Tillion, Louise Weiss, Simone Veil, Françoise Giroud, Yvette Roudy ou encore des femmes de la société civile, elles s’installent autour de la table après la projection d’un document de l’Ina nous remémorant 70 ans de combats pour les droits des femmes.

Droit de vote, accès à la contraception, légalisation de l’IVG, parité en politique, ouverture d’un compte bancaire sans autorisation du père ou du mari, répartition des tâches ménagères, violences faites aux femmes, congé parental… Des avancées, il y en a. Mais sont-elles acquises ? Pas tellement. Et nombreuses sont celles encore à conquérir.

3 FEMMES, 3 GÉNÉRATIONS, 3 PARCOURS

« Je suis née en juillet 1944, les ordonnances d’Alger venaient d’être publiées, j’ai donc grandi dans un monde où les femmes avaient le droit de vote et le droit d’être éligibles. J’ai passé mon enfance au Maroc et je suis venue seule en France à 17 ans. J’ai été élevée dans une famille extrêmement égalitaire, avec un père et un grand-père féministes avant l’heure. Je croyais donc que c’était la réalité. Il faudra attendre un moment pour que je me rende compte que ce n’était pas le cas. »

Geneviève Couraud devra attendre ses 24 ans et la deuxième partie de son CAPES en lettres classiques. Seule face à l’inspecteur général qui avait donné congé au jury – qui normalement assiste à l’entretien surnommé « le confessionnal » - elle reçoit alors des remarques sur sa manière de s’habiller et son attitude. Jusqu’au chantage sexuel : pour obtenir sa mention, elle doit coucher. Elle ne parle plus. Elle refuse de céder. Il reprend l’entretien, « normalement ».

« La terre s’est écroulée. Vous comprenez alors dans quelle société vous vivez. Je suis rentrée dans le bureau, je n’étais pas féministe. Je suis sortie, je l’étais. »
déclare-t-elle avec détermination.

À la différence de Geneviève Couraud, Lydie Porée, née en 1978, n’a pas « d’anecdote déclic ». Mais elle a, comme toutes, fait l’expérience « pas très agréable » de réaliser qu’elle est une fille. En résumé, elle a découvert ce qu’elle appelle « le pack filles », avec son lot d’inégalités et de violences injustifiées.

« C’est un sac à dos très lourd. On peut faire avec, on peut choisir de ne pas le sentir, on peut décider que c’est trop lourd et que ça suffit. Chacune réagit à sa manière. Je n’ai donc pas eu un moment précis mais c’est plus la répétition d’être tout le temps rappelée à ce que c’est que d’être une fille. Et quand on subit, en général, cela génère beaucoup de colère. Rien de tel que le collectif pour canaliser la colère et la transformer en force. », souligne-t-elle.

Cette accumulation, Manon Carbonnel la ressent et la comprend. Depuis petite, elle constate des dysfonctionnements. Elle ne veut pas d’enfant, on lui dit qu’elle changera d’avis. En CP, elle est la seule fille, entourée de garçons de CM2, en atelier Informatique. Ado, elle subit un viol, d’un ami à elle. Dans la rue, on lui attrape les seins, devant ses parents. Elle découvre également que des avortements ont eu lieu dans sa famille et qu’ils sont tabous.

« Un jour, ma mère m’offre King Kong Théorie, de Virginie Despentes. Un texte imparfait mais fort. J’ai réalisé que j’avais toujours été féministe mais qu’il m’avait manqué le terme. J’ai vécu avec l’arrivée d’Internet (avec la connexion rapide) et ça m’a permis de beaucoup m’informer. J’ai fait un bac L, des boulots en restauration et finalement j’ai repris mes études pour être ingénieure. En informatique. Comme quoi ! Je finis dans 6 mois. », annonce-t-elle.

LE MILITANTISME, COMME SOLUTION POUR AGIR

Aucune d’elles n’a été épargnée des violences sexistes d’une société patriarcale rarement remise en cause, si ce n’est par les associations, groupes et collectifs féministes, dont les discours et actions sont, de ce côté, souvent visés par des suspicions, invisibilisés et banalisés.

« Ce qui s’est passé au CAPES, j’ai mis 30 ans à en reparler. Je l’ai fait quand j’ai vu quelqu’un se faire humilier devant moi, de la même manière que moi. Oui, ça se passe dans l’Education Nationale. Et avec le #Metoo et #Balancetonporc, j’ai témoigné de ça. En donnant le nom du harceleur. Ce que l’on subit, c’est de l’humiliation, c’est un bouleversement, une remise en cause qui dure toute votre vie. Le seul moyen, c’est le militantisme. Pour faire en sorte que ça n’arrive plus aux autres. », déclare Geneviève.

Si son engagement militant ne s’est pas concrétisé dans l’instant, le MLF (Mouvement de Libération des Femmes) et le contexte de mai 68 vont réveiller son envie et son besoin de s’investir dans le collectif. Au sein du MLAC de Marseille (Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contraception), tout d’abord. Puis du CIDFF et du Planning Familial, avant de devenir membre de l’Assemblée des femmes et du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes.

En parallèle, elle adhère au Parti Socialiste qui, à l’époque, en 1978, « a le soucis de l’éducation, la culture et l’égalité ». Le féminisme va l’emmener sur la route de la politique, du militantisme et du regard critique envers son propre métier, qu’elle constate également comme reproducteur des inégalités entre les garçons et les filles, souvent moins interrogées.

Elle note alors une ambition moindre chez les filles que chez les garçons : « Il faut encourager les filles et pousser les familles à le faire aussi. Les filles qui renoncent, ce n’est souvent pas par manque de courage mais parce que le poids de la société est trop lourd. »

Ce poids de la société, c’est le fameux « pack filles » dont parle Lydie. Une fois conscientisé, elle a eu envie de rejoindre le collectif Emancipation à Angers, avant de commencer l’aventure, avec d’autres personnes, de Mix-Cité Rennes. La période à laquelle elle se lance dans le militantisme est un tournant dans l’histoire du féminisme :

« Il y avait comme un creux dans les féminismes, dans les années 80/90. Dû aux luttes qui avaient eu lieu dans les années 70 et les droits obtenus. Tout ne s’est pas arrêté mais c’était moins fort jusqu’en 1995 environ. Je m’inscris dans cette relance. »

Les droits acquis sont fragiles et restent encore à conquérir. Les collectifs et mouvements féministes doivent se réinventer, s’organiser. De nouvelles préoccupations apparaissent. Au sein de Mix-Cité, les militant-e-s s’intéressent à l’intervention dans les espaces publics et la répartition sexiste des jouets.

Si ce sont des sujets nouveaux qui sont mis sur la table, Lydie Porée, archiviste, regrette de ne pas bien connaître l’histoire des luttes féministes et se relance dans les études. « On (Patricia Godard et elle) avait beaucoup de curiosité par rapport à ça et nous avons décidé de nous lancer dans une enquête. Ce n’était pas évident car l’histoire des femmes a la particularité de se transmettre sur des témoignages oraux. Les mouvements étant perçus alors comme peu légitimes, il n’y a pas eu beaucoup de sauvegardes, d’archives, de traces. Les groupes de femmes étaient informels souvent. Nous sommes parties à la quête de ces traces, de militantes et on a tiré des fils au fur et à mesure. », explique-t-elle.

La suite on la connaît bien. Le duo lance l’association Histoire du féminisme à Rennes, au départ créé pour le projet de livre Les femmes s’en vont en lutte ! publié aux éditions Goater en 2014 mais qui va rapidement prendre de l’ampleur et dépasser la seule publication d’un ouvrage (conférences, visites guidées, etc.).

Si elle ressent le besoin à un moment donné de souffler et de prendre du temps pour soi, elle le dit : « On revient vite dans le collectif ». Par la porte de Aides, elle entre au CA du Planning Familial 35 et en devient la présidente. Jusqu’en juin 2018.

« On va renouveler le bureau. Je trouve ça bien, ça oblige à réfléchir à la transmission, à laisser la place et aller ailleurs. J’ai vraiment beaucoup aimé cette expérience. Je suis née après la loi Neuwirth, après la loi Veil et je suis convaincue que la maitrise de la fécondité des femmes est un pilier de l’émancipation. Je me sens chez moi au Planning Familial. C’est un mouvement qui n’est pas toujours structuré mais qui est foisonnant, libre, et c’est une asso qui se renouvelle sans arrêt, sur la santé des femmes, et qui cherche de plus en plus à inclure les personnes LGBT aussi, c’est très important. », conclut-elle sur ce point-là.

Elle soulève quelques limites dans ce qu’elle a pu constater au fil de ses années de militantisme : le risque de s’oublier, de par l’implication et l’investissement que cela demande, et le manque d’inclusion. Elle se souvient notamment que « Chez Mix-Cité, on n’avait tou-te-s moins de 25 ans et on était toutes blanches. Ça fait réfléchir. »

Et ce n’est pas Manon Carbonnel qui viendra couper court à cette réflexion : « Regardez, ici, ce soir, nous sommes 4 femmes. Quatre femmes blanches. » Dans le public, même constat. Elle affiche tout de suite clairement une position bien plus intersectionnelle que le féminisme des années 70, en France, et comprend l’importance des féminismes.

Amenée au militantisme par la violence quasi quotidienne d’un sexisme banalisé auquel les pouvoirs publics n’apportent aucune solution, elle expose des faits brutaux qui témoignent d’une problématique dramatique. Les agressions dans la rue sont la preuve de l’objetisation des femmes :

« J’ai été agressée en bleu de travail, en pyjama, en jupe, en talons, en baskets, en pantalon… Un jour, un mec voulait me mettre dans sa voiture, aidé par un complice. J’ai hésité « Je sors ma lacrymo ou la matraque ? » et j’ai sorti une matraque. J’ai réussi à ma sauver. Après ça, je me disais que j’étais Terminator. Enfin, Sarah Connor plutôt. »

En même temps, elle découvre Paye Ta Schneck qui relate des milliers de témoignages sur le harcèlement de rue et se forme, s’informe, grâce à ce type d’outils, délivrant la parole des femmes concernées. Elle commence à tomber malade, subit de forts maux de ventre. Le stress, c’est dans la tête, peut-être faudrait-il voir un psy. C’est ce qui lui disent les médecins en réponse aux symptômes qu’elle décrit.

Jusqu’à ce qu’elle trouve un médecin qui pense rapidement à l’hypothèse de l’endométriose. Aux examens, les professionnel-le-s ne voient rien. Il n’y a rien. « On a fait revérifié l’IRM et on m’a opéré 1 an et demi plus tard. J’ai eu très mal. Puis on me dit qu’il faut que je fasse un test pour savoir combien d’ovules il me reste. Je découvre qu’on a un quota. Première nouvelle. Qu’on peut les congeler. Je n’avais jamais eu d’infos là-dessus. », dénonce-t-elle.

Violences sexuelles, violences psychologiques, violences gynécologiques. Les unes après les autres. Les unes en même temps que les autres. Manon raconte et ne s’érige jamais en victime. Elle rejoint Stop Harcèlement de rue Rennes, un événement qui lui ouvre l’esprit sur la multiplicité des vécus et la pluralité des féminismes. Elle quitte la présidence de la structure, n’ayant plus assez de temps à consacrer à ces autres activités, mais poursuit la lutte.

Pour faire connaître l’endométriose, lutter contre les violences gynécologiques, elle organise le 3 avril un groupe de paroles, au bar L’Amaryllis à Rennes, pour les femmes atteintes de cette maladie et celles étant en train d’être diagnostiquées.

Son désir : « Tendre vers ce que vivent les autres pour les aider aussi et pas juste moi. J’espère qu’on va toutes se faire grandir et aller vers la sororité, car nous aussi on répète les préjugés sexistes. Et pour moi, c’est le poids de la culture judéo-chrétienne. J’ai des amies travailleuses du sexe, des amies voilées, des amies trans, et elles ne se retrouvent pas dans les groupes féministes actuels. »

UN ENGAGEMENT MILITANT DE LONGUE HALEINE

C’est un boulot de titans que les militantes accomplissent. Avec une énergie monstre. Et une détermination admirable. Parce que le chemin est long et que comme le souligne Lydie Porée, les victoires sont minces et peu nombreuses :

« Le féminisme, c’est un mouvement de transformation sociale. On ne compte pas nos heures pour y parvenir mais c’est très fatiguant. Je rejoins Manon sur la sororité. À Rennes, on nous permet justement des collaborations entre structures féministes et je pense qu’on a tout à gagner en travaillant sur les points qui nous réunissent. Car évidemment nous avons des points de désaccords mais nous subissons déjà tellement de coups qu’on gagnera vraiment à s’allier. »

S’allier en s’écoutant, sans jugement. En permettant aux unes et aux autres de sentir libres et d’avoir une place dans le collectif, sans forcément en faire partie tout le temps. C’est la question qui se pose avec les événements en mixité, en mixité choisie ou en non-mixité.

Pour Geneviève Couraud, quand elle a commencé à militer : « On était entre nous. Et Yvette Roudy le dit : il faut que les femmes fassent front commun. Elle parlait alors du domaine de la politique. On a bien avancé je trouve. »

C’est là peut-être que se creuse l’écart entre les différentes générations de féministes (problématique récurrente à de nombreux sujets, pas uniquement due au féminisme). Les plus anciennes regardent en arrière le chemin parcouru et les plus jeunes regardent en avant le chemin qu’il reste à parcourir.

IMPOSSIBLE D’ÊTRE PARTOUT

Les points de vue se confrontent. En résulte l’ébullition d’un débat qui ne cessera jamais d’opposer les générations, par différence des contextes, des époques et des vécus. Mais qui les rassemble également autour de l’objectif commun : l’égalité entre les femmes et les hommes.

« Le sexisme est une pieuvre avec des milliers de bras qu’il faut attaquer de partout. C’est ça qui est compliqué. Mon axe en ce moment c’est la lutte contre le harcèlement de rue, l’information sur l’endométriose et la formation à la self-défense (elle parlera quelques minutes plus tard d’une notion essentielle : l’empowerment, ndlr). Mais il y a plein de choses à faire. Et il faudrait que le gouvernement s’y mette un peu aussi ! Il faut travailler avec les institutions, former la police, les médecins… Que les femmes puissent porter plainte ! J’ai essayé plusieurs fois, je n’ai jamais pu. Alors que d’un autre côté, on reçoit une injonction à porter plainte. Tant qu’elle n’a pas porté plainte, on ne la croit pas vraiment. », déclare Manon.

Au fil de la discussion, chacune apporte sa vision des combats qu’il reste à mener. L’éducation à l’égalité, pour Geneviève. L’accès à la santé, l’éducation à la sexualité, pour Lydie. Les sujets se multiplient et montrent à quel point le patriarcat est omniprésent et les résistances sont grandes.

Le public intervient également. Jocelyne Bougeard, conseillère municipale adjointe aux relations internationales et aux relations publiques et également membre du HCEfh, rappelle l’importance des lois et surtout de l’exigence de la bonne application de ces lois. Une médecin exprime sa désolation face au manque d’éducation à l’égalité dans le domaine de la petite enfance.

L’ENJEU MAJEUR DU CORPS DES FEMMES

Annie Guillerme, présidente de la Fédération régionale des CIDFF, en arrive alors à évoquer les États généraux de la bioéthique qui se déroulent en France cette année, pour faire évoluer – soi-disant - les lois dans ce domaine. Si autour de l’ouverture de la PMA, les différents féminismes se rejoignent, en règle générale, la GPA cependant est un sujet de discorde.

« C’est un sujet clivant. Evidemment, il faut entendre les arguments des pour et des contre, s’écouter, discuter. », rappelle-t-elle.

Pourtant, durant le débat, on sent qu’avant même l’étude approfondie du sujet, certaines positions sont déjà bien affirmées et revendiquent le « contre ». Pour Geneviève Couraud, la GPA est synonyme de location d’un ventre. Et pas n’importe quel ventre, celui « des femmes pauvres, issues des pays défavorisés ».

Selon elle, et pas seulement puisque d’autres femmes dans l’assemblée se manifestent en accord avec ce point de vue, il s’agit d’une marchandisation du corps, un geste de la misère. Le débat, ce soir-là, reste apaisé mais sera vite balayé.

Pour Lydie Porée, « le Planning Familial s’engage pour la PMA. Pour la GPA, c’est en réflexion. Personnellement, je ne sais pas où me positionner. Et je trouve ça bien aussi de se dire qu’on n’a pas toujours un avis sur tout à un instant T. »

Pareil pour Manon Carbonnel.

On est d’accord. Et surtout, nous sommes aux prémices d’un débat qui s’annonce plus que musclé. Ne pas foncer tête baissée dans un bras de fer qui divisera forcément l’opinion publique et penser à écouter les concerné-e-s. Soit celles qui en ont fait l’expérience et celles et ceux qui y ont recours. Parce qu’il est hypocrite de penser que, en France, personne ne fait appel à des mères porteuses.

Certains reportages montrent une autre réalité que celle présentée par Geneviève. Notamment avec plusieurs couples homosexuels désirant élever un enfant dès ses premiers mois de vie et faisant appel à des femmes américaines pour être les mères porteuses. Quelques cinéastes, également, proposent de soumettre le sujet à la réflexion des spectatrices-teurs, comme tel est le cas dans Melody, de Bernard Bellefroid, et plus récemment dans Diane a les épaules, de Fabien Gorgeart.

Plus important encore que les nombreuses polémiques annoncées par avance autour de la GPA, c’est le sujet sous-jacent qui constitue un enjeu majeur du combat des féministes contre le patriarcat : la question du corps des femmes.

Visiblement, à ce propos, les groupes féministes semblent se rejoindre : chacune doit être libre de disposer de son propre corps. On comprend que selon les générations, à travers les vécus et les luttes menées, la notion a plusieurs significations.

 

Célian Ramis

8 mars : À chacun-e sa contraception

Posts section: 
Location: 
Planning familial 35
List image: 
Summary: 
Le Planning familial d’Ille-et-Vilaine organisait samedi 10 mars une journée sur le thème de la contraception pour toutes et pour tous. À travers plusieurs ateliers, les Rennais.e.s (re)découvrent les méthodes de contraception.
Main images: 
Text: 

Le Planning familial d’Ille-et-Vilaine organisait samedi 10 mars une journée sur le thème de la contraception pour toutes et pour tous. À travers plusieurs ateliers, les Rennais.e.s découvrent ou redécouvrent toutes les méthodes pour des rapports sexuels protégés et sans tabou.

Boulevard Maréchal de Lattre de Tassigny, des flèches dessinées à la craie sur le sol et des ballons en préservatifs nous guident jusqu’au Planning Familial de Rennes. Le temps d’une après-midi, l'association féministe d’éducation populaire anime six ateliers sur le thème de la contraception pour toutes et tous.

L’objectif des bénévoles est de faire découvrir ou redécouvrir les méthodes de contraceptions féminines et masculines à travers des quizz, des échanges, des jeux et même de la couture. “Toutes les salles, ou presque, ont été transformées en ateliers imaginés par l’équipe”, explique Anne-Claire Bouscal, directrice du planning familial rennais.

POUR TOUTES LES ENVIES

Guirlande de préservatifs, clitoris en 3D en guise de décoration, autocollants “Ici vous êtes libres de vos choix” : l'ambiance est détendue, les discussions sont sans tabou et surtout sans préjugés. Derrière un rideau opaque noir se cache le “Cabinet des Curiosités”, plongé dans une lumière rouge intimiste.

La salle regorge d’informations pour les participant.e.s. Une frise chronologique rappelle quelques dates qui ont marquées l’histoire du sexe en France comme la fondation du Planning familial en 1960, ou encore la très récente loi Veil de 1975 qui autorise l’avortement.

Des illustrations sur le clitoris dévoilent ses incroyables pouvoirs sur l’orgasme féminin. Une affiche “Qui vivra JOUIRA” sur fond rouge supplante deux boîtes où l’on glisse les mains pour enfiler des préservatifs féminins et masculins à l’aveugle - sur des reproductions d’organes génitaux bien-sûr. 

Dans “l’atelier capote”,  toutes les contraceptions hormonales ou naturelles - pilules, préservatifs, diaphragme, stérilets, implant et même digue buccale qui permet un sexe oral protégé des maladies sexuellement transmissibles - sont à portée de main.

Bénévoles et participant.e.s échangent sur leurs expériences personnelles et sur l’efficacité des produits. Sans oublier les idées reçues qui volent en éclat notamment en ce qui concerne la contraception masculine. 

LA CONTRACEPTION MASCULINE EXISTE

Censurées ou simplement oubliées, les méthodes de contraception pour hommes sont pourtant multiples. Ce samedi 10 mars, l'association quimpéroise Thomas Bouloù a fait le déplacement pour présenter l’une d’entre elle : le remonte-couilles.

Ce sous-vêtement au nom amusant résulte de recherches scientifiques très sérieuses menées par le docteur Roger Mieusset à Toulouse dans les années 80. Reposant sur le principe de chaleur, le slip – ou string ou boxer - remonte les testicules afin de les maintenir à la température corporelle.

Cette dernière inhibe la création de spermatozoïdes au bout de trois mois. Pour retrouver sa fertilité, il suffit de revenir aux slips classiques et d’attendre trois autres mois pour que la production reprenne.

La fabrication est artisanale : chaque homme doit créer son slip en fonction de sa morphologie. C’est une méthode de contraception Do It Yourself - Fait le toi même - donc très peu chère. Et puis les hommes se retrouvent à coudre ensemble, à échanger sur la contraception et sur d’autres sujets que l’on aborde jamais entre nous généralement”, confie Aurélien Le Gall, membre de l’association. “C’est économique, écologique et ça existe depuis 30 ans. Mais personne n’en parle”.

Et ce n’est pas la seule méthode à être occultée. L’injection hormonale hebdomadaire ou la vasectomie, légalisée en France seulement en 2001, sonnent encore comme des crimes contre la virilité. Pourtant, l’intervention qui consiste en la section des canaux déférents n’est pas une fatalité. André, présent au planning familial, a eu recours à la vasectomie à 24 ans, dans les années 70.

C’était une évidence pour lui et sa femme : “A l’époque, c’était interdit en France. Mais en Angleterre, c’était une pratique couramment effectuée et légale. Ma femme et moi avions deux filles et nous ne voulions pas d'autres enfants. J’ai donc fait un aller-retour entre Paris et la clinique anglaise. Si je souhaite redevenir fertile, il suffit que je retourne là-bas.”  

Loin d’être acceptée dans les moeurs où la grossesse est encore trop souvent une préoccupation féminine et où le mythe de la virilité reste à déconstruire, la contraception masculine doit encore convaincre. Et c’est une des missions du planning Familial.

Cette association milite depuis près de 60 ans pour le droit à l’avortement, la reconnaissance de toutes les sexualités, l’accès à la contraception et lutte contre toutes les formes de violences et de discriminations. Autant de droits qui permettent à toutes et tous d’être libre de choisir. 

Pages