Célian Ramis

Rassemblement politique et syndical contre les féminicides

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Le 27 septembre se tenait, à Rennes, le premier des 3 rassemblements, destinés à rappeler au gouvernement que les moyens et actions « promis-es » contre les violences conjugales ne sont pas à la hauteur des besoins et des attentes.
Main images: 
Text: 

« Forces politiques de gauche et de progrès, syndicats, associations féministes et d’accompagnement des femmes victimes » (selon le communiqué) ont lancé à Rennes trois appels au rassemblement pour lutter contre les violences faites aux femmes. Vendredi 27 septembre se tenait, à République, le premier d’entre eux, destiné à rappeler au gouvernement et son Grenelle contre les violences conjugales que les moyens et actions « promis-es » ne sont pas à la hauteur des besoins et des attentes. 

Du 3 septembre au 25 novembre 2019, le gouvernement a lancé le Grenelle contre les violences conjugales. Très décrié pour l’absence de réels moyens – financiers mais pas que - mis en place pour lutter contre les inégalités hommes/femmes, on peut se demander s’il s’agit là d’une énième action de communication pour affirmer que l’égalité entre les femmes et les hommes figure en tête de liste des priorités du quinquennat macronien ?

Le Grenelle fait en tout cas miroiter des places d’hébergement supplémentaires pour les femmes victimes de violences, un dispositif d’accès à des logements, l’ouverture 24h/24 et 7j/7 du numéro d’urgence 3919…

Quand ? Avec quels moyens ? Les réponses restent vagues et imprécises dans tous les discours de Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, qui dressait un premier bilan quinze jours après le lancement en grande pompe du Grenelle.

Sans budget supplémentaire, les associations et structures féministes, les dispositifs d’aide aux femmes victimes de violences conjugales, ne peuvent intervenir à hauteur de l’urgence et de la demande. Sans formation des forces de l’ordre, des travailleurs sociaux, du personnel des enseignant-e-s, des professionnel-le-s de la santé, des membres de la Justice, les féminicides resteront atrocement nombreux et terriblement impunis.

LE LONG COMBAT DES ASSOCIATIONS

Depuis le début de l’année, plus de 110 femmes ont été tuées par leurs conjoints ou ex-conjoints. C’est bien ce que rappellent les messages collés ou pochés sur les murs et trottoirs de la ville de Rennes depuis plusieurs semaines par des militantes féministes, invitant les Rennais-es à se mobiliser contre les féminicides et à prendre part à la marche contre les violences faites aux femmes, organisée par le collectif Nous Toutes 35, le 23 novembre (la manifestation aura également lieu dans d’autres villes de France).

C’est ce que dénoncent tout au long de l’année les militantes féministes, à travers des conférences, des happenings, des mobilisations, etc., alertant sur les (mauvais) traitements médiatiques et judiciaires qui minimisent souvent la parole des victimes et l’acte en lui-même, le caractérisant de « drame passionnel » ou de « drame familial ».

Au quotidien, les associations féministes œuvrent, au sein d’une plateforme d’aide aux victimes (Asfad, CIDFF, UAIR, Planning Familial 35, SOS Victimes 35), à la mise en sécurité, l’aide, l’accompagnement et la reconstruction des femmes victimes de violences, soutenues par les collectivités à hauteur de leurs faibles enveloppes, les budgets Droits des femmes et Egalité entre les femmes et les hommes étant toujours largement insuffisants.

MOBILISATION POLITIQUE ET SYNDICALE

À République, le 27 septembre, on aperçoit les drapeaux des Jeunes Socialistes, de la France Insoumise, de la CGT, de Solidaires, de Lutte Ouvrière, d’Iskis – centre LGBT de Rennes et de Zin 35 (association des femmes kurdes à Rennes). Des pancartes « Aux femmes assassinées, la patrie indifférente », « La jeunesse emmerde le Front Patriarcal » ou encore « 17 – Je me fais battre par mon mari – Merci de patienter - + 1 morte » trônent contre les arcades.

« Monica, Pascale, Séverine, Nadine, Béatrice, Charline, Patricia, une femme, Céline, Josette, Gaëlle, une femme, Ginette, Ilal, Julie, Georgette, Dolores, Dalida, Sandra, une femme, Mouna, Mariette, Dounia, Justine… », les 110 prénoms des femmes assassinées par leurs conjoints ou ex-conjoints depuis le 1erjanvier 2019 sont déclamés au micro. 

Les discours rappellent qu’elles ont été « fusillées, poignardées, brûlées, défenestrées, égorgées, noyées, étouffées, tuées à coups de marteau… ». Que 60 000 euros par Département ne suffisent pas, là où il en faudrait minimum 6 millions. Que « la lutte a besoin de moyens à la hauteur des enjeux » afin que les associations, collectivités, etc. puissent combattre « ce fléau social ».

Plusieurs dizaines de personnes ont répondu ce jour-là à l’appel des « Forces politiques de gauche et de progrès, des syndicats, des associations féministes et d’accompagnement des femmes victimes ». Pourtant, sur place, elles sont peu nombreuses les associations féministes et d’accompagnement des femmes victimes.

OÙ SONT LES ASSOS ?

« Certaines sont venues avec leur drapeau, comme Iskis ou Zin, l’association des femmes kurdes. Il y avait aussi des représentants qui sont venus à titre individuel. Je crois que les associations ont la volonté de rester neutres politiquement, ce que je comprends. », explique Béatrice Hakni-Robin, membre de la Fédération socialiste d’Ille-et-Vilaine. 

Mais aucune ne figure dans les signataires de l’appel, ni n’est mentionnée dans les discours. On s’interroge, au même titre que certaines militantes présentes, sur l’intention de ce rassemblement politique et syndical.

« Il est important de se mobiliser sur ces grands sujets de société pour modifier nos rapports, inscrits dans notre société et fondés sur des rapports de domination. », souligne Béatrice Hakni-Robin.

Mais qu’en est-il de ces sujets-là au sein des partis politiques et des syndicats, non exempts des rapports de domination et des violences engendrées par les inégalités entre les hommes et les femmes ? « C’est vrai que ces sujets-là ne sont pas très discutés dans nos partis et syndicats. C’est l’occasion qu’ils soient mis à l’agenda politique. Il est temps que ces violences qui font aujourd’hui parties de la normalité passent dans l’inacceptable, l’interdit.»

Elle poursuit : « Je sais combien les associations sont mobilisées et que leurs combats sont solides et nombreux. Il faut que le politique s’engage dans ce combat là. Et je suis convaincue que le politique a tout son sens dans ce rassemblement face au Grenelle car on n’entend pas les associations à ce propos. Je ne vois pas de réactions associatives. », souligne Béatrice Hakni-Robin. 

VIGILANCE FACE AU GRENELLE

Pourtant, les réactions sur les réseaux sociaux ont été nombreuses. Toutes appelant à la vigilance face à ce Grenelle, afin qu’il ne soit pas qu’une action de communication. Dans son communiqué national, le Planning Familial écrit, le 5 septembre :

« Si nous pouvons saluer la présence de plusieurs ministres (au lancement du Grenelle, ndlr),montrant que la question doit être transversale et traitée à tous les niveaux, ainsi que l’annonce de certaines mesures demandées par les associations concernant l’autorité parentale ou l’audit de 400 commissariats pour améliorer l’accueil des victimes de violences de couple, nous regrettons que certaines annonces et bilans fassent écho à divers rapports et préconisations déjà existants : les bracelets électroniques, la généralisation des prises de plaintes à l’hôpital, l’augmentation des places d’hébergement ou encore des mesures de prévention à l’école… »

Véronique Séhier, qui signe le communiqué, détaille également : « Nous déplorons le manque d’annonces budgétaires qui accompagnement ces annonces : il faudrait 6 millions d’euros au moins pour garantir aux 12 millions d’élèves, prévention et éducation dès le plus jeune âge lors des séances d’éducation à la sexualité (permettant de comprendre les violences, et les notions d’intimité et de protection), une campagne de prévention régulière dans les établissements scolaires et pour le grand public afin de faire évoluer les mentalités. Il faudrait encore pour la formation des policiers, des professionnel-le-s sociaux, médicaux, enseignant-e-s et toujours de l’argent pour garantir aux victimes une prise en charge rapide et une protection (quand il faut parfois 3 semaines pour avoir une ordonnance de protection faute du manque de professionnel-le-s…). Toutes ces mesures devant s’accompagner d’une augmentation du nombre de professionnel-le-s sur le terrain dans tous ces domaines…

Nous regrettons également le manque d’annonces concernant la santé, quand nous voyons le nombre important de violences dépistées lors de consultations gynécologiques et l’impact sur la santé des victimes, le manque d’annonces concernant la prise en charge des auteurs de violences : nous ne pouvons plus tolérer que les auteurs sortent de prison sans avoir été pris en charge de manière éducative et psychologique, comme c’est le cas depuis longtemps au Canada. »

ASSOCIATIONS ET COLLECTIFS FÉMINISTES : QUEL APPEL ?

À Rennes, le Planning Familial ne s’est pas encore positionné concernant les rassemblements organisés par les forces politiques et syndicales, comme nous l’explique Mathilde Lefèvre, présidente du PF 35, mais devrait apporter une réponse dans les prochaines semaines, pour le 2erassemblement, fixé au 17 octobre, à République.

Du côté de Nous Toutes 35, Appoline Morinière signale que le collectif n’avait pas les forces nécessaires à ce moment-là (en raison de la rentrée et de la préparation de la marche du 23 novembre) pour être présentes en nombre ni le 27 septembre ni dans l’organisation de la mobilisation. Et indique également que Nous Toutes 35, en tant que jeune collectif, n’a pas souhaité – voyant qu’aucune association féministe n’était signataire de l’appel - être la seule organisation à prendre position.

« Nous avons donc décliné la proposition tout en partageant les réserves et critiques émises au sujet du Grenelle et en étant convaincues qu’une mobilisation d’ampleur sur le sujet des violences faites aux femmes est nécessaire. », conclut la militante. 

L’association Osez le Féminisme 35 a été prévenue par mail « qu’avait lieu ce rassemblement mais ce n’était pas un message qui nous invitait à la co-organiser/être signataires, il s’agissait de nous inviter à diffuser l’info dans nos réseaux. » Plusieurs militantes de la structure s’y sont rendues à titre personnel. 

Le prochain rendez-vous politique et syndical contre les féminicides aura lieu le 17 octobre, avec ou sans les associations féministes. Quoi qu’il en soit, une mobilisation d’ampleur est attendue comme chaque année à l’occasion du 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Cette année, la marche est prévue le 23 novembre. Et après ? Qu'en sera-t-il du rassemblement politique et syndical autour des violences faites aux femmes ?

Célian Ramis

Femmes en politique, à la conquête de leurs droits civiques

Posts section: 
Location: 
Conseil Départemental d'Ille-et-Vilaine
List image: 
Summary: 
En visite à Rennes le 18 mars, la ministre de l’Éducation Nationale Najat Vallaud-Belkacem a découvert l’exposition « Politique, Nom : Féminin Singulier », réalisée par les élèves du collège Rosa Parks.
Main images: 
Text: 

Ce vendredi 18 mars, la ministre de l’Éducation Nationale Najat Vallaud-Belkacem s’est rendue au Conseil Départemental d’Ille-et-Vilaine. En visite à Rennes pour un groupe de travail sur la mixité sociale dans les collèges, elle a également découvert l’exposition « Politique, Nom : Féminin Singulier », réalisée par les élèves du collège rennais Rosa Parks.

Du 3 au 17 mars, l’exposition était installée au Parlement de Bretagne. Elle est depuis le 18 mars au Conseil Départemental d’Ille-et-Vilaine. L’ancienne ministre aux Droits des femmes a ainsi rencontré un petit groupe de collégien-ne-s, en classe de 3e au collège Rosa Parks - situé à Villejean – ayant participé à la conception et fabrication de cette exposition qui s’articule autour des événements capitaux pour les femmes en politique, comme le droit de vote par exemple, et des figures féminines qui ont marqué le paysage politique rennais, français ou encore international.

Leur travail, non seulement pédagogique et constructif, s’inscrit désormais comme un outils de référence en matière d’information et de sensibilisation quant aux luttes des femmes pour leurs droits civiques et leur droit à l’égalité des sexes.

Olympe de Gouges, Louise Michel, Sévérine Caroline Rémy, Irène Joliot-Curie, Joséphine Baker ou encore Rosa Luxembourg, figurent sur les différents panneaux qui constituent l’exposition, regroupés également dans un fascicule papier que l’on peut feuilleter et conserver en archives d’une histoire passée mais pas révolue, puisque les figures contemporaines, comme Martine Aubry, Nathalie Kosciusko-Morizet, Jocelyne Bougeard ou encore Nathalie Appéré, viennent s’y ajouter pour prolonger et continuer le combat, loin d’être gagné.  

CONSCIENCE CITOYENNE

Deux collégiennes ont tour à tour présenté et expliqué les panneaux à la ministre, qui elle n’apparaît néanmoins pas dans l’exposition. À la fois fières et impressionnées par la présence de Najat Vallaud-Belkacem, première femme à accéder au ministère de l’Éducation Nationale, les deux jeunes femmes ont su montrer leur investissement dans le projet et leur engagement pour les droits des femmes. Leur conscience aussi envers une situation inégalitaire qui démontre que la domination masculine et patriarcale persiste encore ardemment dans nos sociétés actuelles.

Le temps restreint de la ministre pour visiter l’exposition ne leur permettra pas d’en faire le tour complet. Néanmoins, Najat Vallaud-Belkacem leur conseille de « voir au-delà des frontières même si les difficultés ici persistent encore. Notamment sur la question de l’orientation scolaire. On voit encore que les filles n’osent pas aller vers les sciences, les études d’ingénieur-e-s. Et les garçons ne vont pas vers les services à la personne, les métiers de l’enfance, etc. Il faut combattre les stéréotypes. »

Pour elle, s’intéresser dès le plus jeune âge à des valeurs telles que l’égalité entre les femmes et les hommes est une initiative à saluer :

« Les élèves en ressortiront différents. C’est un long combat. Rien ne s’est obtenu en claquant des doigts. »

L’exposition montre à juste titre qu’à travers les siècles les femmes se sont battues. Qu’en retient-on ? La parité en politique reste aujourd’hui un problème majeur, dans l’Hexagone comme dans les autres pays.

En témoignent le documentaire de Karine Hannedouche, Pour que l’oiseau s’envole, et la conférence du 12 mars 2016, à la Maison internationale de Rennes – dans le cadre du programme autour du 8 mars – animée par Fatimata Warou, fondatrice de l’association Mata, située à Rennes, qui œuvre pour la formation des femmes investies dans la vie politique et la vie associative au Niger dans le but de les encourager à intégrer toutes les fonctions électives. Sans distinction de sexe.

FAVORISER LA MIXITÉ SOCIALE

La visite se termine par un point avec les médias concernant l’objet principal de sa venue : la mise en application de la réforme annoncée en novembre 2015 visant à favoriser la mixité sociale dans les collèges. Une démarche a priori novatrice qui engagera 21 départements volontaires dès la rentrée prochaine, avec une sélection de 25 territoires pilotes. « Au lieu de faire une nouvelle carte scolaire, nous choisissons des réponses plus appropriées puisque la mixité sociale est singulière à chaque territoire. », explique la ministre de l’Éducation Nationale.

Elle cite alors diverses solutions qui pourraient être développées, à l’instar des secteurs multi-collèges – plutôt qu’un collège par secteur – ou des offres pédagogiques « très attractives » pour les établissements pâtissant de mauvaises image et réputation. Le tout encadré avec la volonté d’y associer les parents et évalué par un comité scientifique dès le lancement de l’expérimentation.

Célian Ramis

Le sexisme, un mâle politique

Posts section: 
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Les 6 et 13 décembre, les citoyen-nes français-es sont appelé-e-s à voter pour désigner leur président-e de région. Dans son numéro 41 - novembre 2015, la rédaction s'intéressait alors au sexisme en politique...
Text: 

Les femmes politiques sont régulièrement la cible de réflexions et d’insultes sexistes émanant de leurs confrères et des journalistes. Attaques contre leur physique ou remise en cause de leurs compétences, un sexisme quotidien et insupportable.

Comme Laurent Fabius, qui s’est inquiété de savoir « Mais qui va garder les enfants ? » au moment où Ségolène Royal était candidate à la Présidentielle en 2007, un journaliste rennais a demandé « Mais qui va s’occuper des petits bouts ? », à Nathalie Appéré au soir de son élection à la Mairie de Rennes en mars 2014. Il voulait rendre son interview « humaine », s’est-il défendu. Ok. Mais pourquoi alors ne pas être aussi « humain » avec les hommes ?

Parce que depuis qu’elles sont entrées en politique, les femmes souffrent du sexisme. Simone Veil maltraitée en 1974 lors du vote de la loi sur l’IVG ; Edith Cresson, première femme Premier Ministre en 1991 dont un député a dit « C’est La Pompadour qui rentre à Matignon » ; Les candidates RPR aux Régionales de 1998 sur lesquelles Charles Pasqua a balancé, très gracieusement, en répondant à la question de Philippe Séguin : « qu’est-ce qu’on va faire des gonzesses ? », « Il n’y a qu’à proposer une chose simple : toutes les femmes qui veulent avoir l’investiture doivent être baisables ! ».

Les « Jupettes » du premier gouvernement Juppé en 1995, alibi et faire-valoir féminin rapidement mis au placard ; Ségolène Royal, encore, lors des primaires socialistes de 2005 qui a entendu un brillant « L’élection présidentielle n’est pas un concours de beauté », de la part de Jean-Luc Mélenchon ; Roselyne Bachelot - qui dénonçât « la focalisation permanente sur notre aspect physique » et dû, à contre cœur, laisser ses tailleurs roses dans sa penderie ; Cécile Duflot et sa robe à fleurs sifflées en pleine Assemblée, ou encore son jean porté en Conseil des Ministres montré du doigt comme une « honte protocolaire » ; Véronique Massonneau interrompue dans l’Hémicycle par les caquètements d’un confrère… La liste est longue. S’arrêtera-t-elle un jour ?  

« ÇA ME HEURTE, PAR PRINCIPE »

Dernières victimes, Emmanuelle Cosse, cheffe de file d’EELV, - percutée par un tweet monstrueux sur son physique émis par un Républicain - et la ministre du travail, Myriam El Khomri, attaquée par un journaliste, dont la première question portait sur le fait qu’elle ait choisi de garder son nom de jeune fille… Quand la France compte près de 6 millions de chômeurs, on croit rêver.

En local ? Il se murmure qu’un élu indélicat aurait fait un vilain jeu de mot avec le nom du mari de Nathalie Apperé… quand ce n’est pas L’Express qui titre cet été : « Est-elle à la hauteur ? ». Intolérable. « Ça me heurte, par principe », assure Sylvie Robert, adjointe à la maire de Rennes et Sénatrice d’Ille-et-Vilaine. À son arrivée au Sénat, les huissiers lui ont demandé comment elle voulait qu’on l’appelle, sénateur ou sénatrice ? L’élue a fait modifier sa carte.

« Dit clairement ou plus insidieux, on vit le sexisme presque au quotidien. Quand, par exemple, on ne m’écoute pas, ou juste poliment, en réunion, ça m’énerve, alors je m’arrête ou je fais une réflexion »
confie la sénatrice.

Selon elle, le combat est permanent et ne s’arrêtera jamais, il faut l’intégrer et être en veille constante, « c’est une responsabilité collective, il ne faut jamais baisser la garde ».

LA PARITÉ, UNE NÉCESSITÉ

« J’ai été naïve au début de ma carrière, j’ai pensé que nous n’avions pas à légiférer, que la société évoluait. Je me suis bien trompée ! Il fallait la loi sur la parité, la société bouge trop lentement sur le sujet ! De naïve je suis devenue pragmatique », avoue Sylvie Robert. Sa consœur Nadège Noisette, élue EELV en charge des achats, était elle aussi sceptique sur cette loi, or :

« Il y a parité au Conseil Municipal et aucune tension. Peut-être est-ce parce que la cheffe de groupe est une femme (Nathalie Appéré, NDLR), j’imagine. À Rennes Métropole, en revanche, l’ambiance et le ton sont plus autoritaires, plus agressifs, les prises de becs plus nombreuses »
constate Nadège Noisette.

La jeune femme, ingénieure en électronique - après avoir fait Maths Sup et Maths Spé - est parfaitement qualifiée en technique, mais pas aux yeux de tous : « J’ai à faire face à des comportements sexistes ou irrespectueux en lien avec mon poste d’élue en charge d’une mission technique. Bien sûr, cela dépend du domaine et de l’interlocuteur, mais pour être légitime et crédible, il faut que j’en fasse plus. Les regards se portent vers mes collègues masculins, pas vers moi… Il faut constamment faire ses preuves et cela complexifie ma mission. On demande plus de garanties aux femmes », raconte Nadège Noisette.

Ainsi, quand elle intervient dans le domaine des travaux, du bâtiment, de la voirie, elle est confrontée à des techniciens qui émettent des réserves quant à ses aptitudes.

« Ils ne me traitent pas d’égal à égale, c’est désobligeant, c’est fréquent et pesant. Je ne peux pas me balader tout le temps avec mon diplôme d’ingénieure sur moi ! »
confie-t-elle.

UN LONG COMBAT À MENER ENCORE

À 38 ans, elle assure son premier mandat et l’élue EELV pense ainsi que ses consœurs plus âgées sont plus aguerries et qu’elles ont peut-être plus de crédibilité. Peut-être. Pour autant, Sylvie Robert s’offusque toujours et pointe du doigt, par exemple, les Départements où, si des binômes femmes/hommes ont été imposés lors des dernières élections, au moment de la construction des exécutifs les femmes ont été exclues.

Au Palais du Luxembourg, le combat est le même. Malgré l’arrivée de 40 femmes aux dernières sénatoriales, elles ne représentent que 26 % des élus de la chambre haute.

« Il y a encore du travail à faire, mais j’entends aussi dans l’hémicycle des choses affreuses dans la bouche des femmes ! »
dénonce Sylvie Robert.

Nadège Noisette, elle, siège au Syndicat d’Energie Départemental. Sur la soixantaine d’élus elle est la seule femme, et elle entend régulièrement que « c’est normal, le sujet est très technique ! » Même si, selon elle, ce n’est pas forcément dit de façon malveillante, la réflexion revient tel un leitmotiv, et devient vraiment lassante.

Il est donc incontestable que les femmes politiques ont encore du chemin à parcourir pour devenir les égales de leurs homologues masculins. L’égalité sera sans doute atteinte « Le jour où, à un poste important, on désignera une femme incompétente », comme le disait Françoise Giroud en 1983… il y aura bientôt 33 ans.

Célian Ramis

Nathalie Appéré, "le cap et la boussole" vers l'égalité des sexes ?

Posts section: 
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Un an de mandat pour Nathalie Appéré, première femme maire de Rennes. L’occasion de faire le bilan et d’évoquer les actions et priorités pour les années à venir en matière d’égalité femmes-hommes.
Main images: 
Text: 

Le 30 mars 2014, Nathalie Appéré devient la première femme à accéder au poste de maire de Rennes. Un an de mandat – le conseil municipal a été constitué le 4 avril 2014 - l’occasion de faire le bilan et d’évoquer les actions et priorités pour les années à venir en matière d’égalité femmes-hommes.

YEGG : Avec du recul, comment avez-vous vécu la campagne électorale, en tant que femme, quand on sait que 13,9% seulement des maires de France étaient des femmes ?

Nathalie Appéré : Je ne l’ai jamais vécu comme un obstacle. En 2001, quand j’étais adjointe d’Edmond Hervé, il y avait un contexte de parité nouvelle dans les équipes municipales, et où à l’échelon local qui est le notre, il y avait à la fois 50% de femmes élues mais aussi la volonté d’aller plus loin avec déjà des exécutifs paritaires. Les évolutions naturelles sont à ce point lentes qu’il faut à un moment donné que des lois et des dispositifs s’attaquent véritablement à cette question de la parité en politique. Je dois dire que j’en ai peut-être bénéficié.

Alors après comment est-ce que l’on franchit d’autres marches dans la prise de responsabilités ? C’est peut-être sans doute plus par son propre travail et la capacité à convaincre mais s’agissant particulièrement de la campagne municipale, je n’ai pas eu l’impression que pour être désignée par les militants du Parti, le fait d’avoir été une femme ait été un obstacle. Parce que justement il y a une telle identité à la ville de Rennes et sur le territoire rennais, et une telle affirmation de l’égalité femmes-hommes comme un enjeu politique, que ça fait parti des choses totalement intégrées.

Lorsque nous vous interrogions en janvier 2014 sur la parité en politique et dans les instances politiques, vous disiez être un produit de la parité. N’est-ce pas jouer le jeu de l’égalité déjà acquise, qu’on sait dangereux ?

Je n’ai pas changé d’avis (Rires). J’évoquais là strictement et uniquement la question de la place des femmes dans les équipes municipales. Ce qui ne veut absolument pas dire que l’égalité est déjà acquise. Il n’y a jamais d’acquis, il y a un combat permanent, et moi je situe ce combat pour l’égalité femmes-hommes dans un combat pour l’égalité. Le combat féministe se situe dans cette démarche progressiste en faveur de l’égalité en général.

Au delà de la question du sexe…

C’est une question dans une action politique qui revendique que le cap et la boussole soient en permanence l’égalité.

Vous évoluez au niveau municipal mais aussi national, à l’Assemblée nationale, en tant que députée. En tant que femme, s’imposer sur le terrain rennais, dans la salle du conseil municipal et dans l’hémicycle, c’est le même combat ? Se positionne-t-on de la même manière ?

Non, je pense que les choses sont assez différentes effectivement. D’abord parce que numériquement les rapports hommes-femmes ne sont pas les mêmes dans un conseil municipal ou à l’Assemblée nationale. Parce que l’Assemblée nationale a ses codes, ses modes de fonctionnement et c’est sans doute moi les premières fois que j’ai ressenti ce que pouvait être le machisme, que je n’avais pas forcément vécu à Rennes.

Les anecdotes sont connues : la robe de Cécile Duflot (juillet 2012), le caquètement de Philippe Le Ray, député du Morbihan, quand Véronique Massonneau s’exprime (octobre 2013)… Et puis ce moment particulier que sont les questions au gouvernement où l’on n’est pas à l’abri des décharges de testostérone et d’un rapport ancien et viril à la question politique. Je ne ressens pas du tout ça dans un conseil municipal où aujourd’hui j’ai le sentiment, mais peut-être à tort, que l’autorité nécessaire à la fonction de maire n’est pas une question de genre.

Pendant la campagne, chaque candidat évoquait une femme à l’urbanisme et un homme à l’éducation. Un exemple récurrent quand on aborde les évolutions en terme d’égalité des sexes. Le 4 avril dernier, vous avez nommé un homme à l’urbanisme et une femme à l’éducation. Est-ce qu’on aurait pu faire bouger les lignes à ce moment-là ?

Ça n’a rien d’une volonté ! Une femme maire c’est déjà une affirmation en tant que tel. Ensuite dans la composition d’un exécutif paritaire, c’est une adéquation entre les compétences, les envies et les taches à assumer. Je ne lie pas telles ou telles responsabilités au sexe de la personne qui l’occupe, je pense que c’est la même capacité à exercer des fonctions.

Après, c’est un casting, le mot n’est peut-être pas heureux mais en tout cas c’est la volonté de faire en sorte que chacun soit le plus efficace possible là où il est. Ce qui n’a rien à voir avec une quelconque prédisposition liée aux ovaires. Je m’intéresse beaucoup à la question urbaine autant qu’à la question financière, et je ne suis pas sûre qu’il me faille me contraindre au champ social, qui est d’ailleurs une responsabilité assumée par un homme à Rennes.

Au niveau de la ville de Rennes, est-ce qu’un diagnostic local a été réalisé très précisément, comme il en est question dans la loi du 4 août 2014 ? Dans les enjeux sur les égalités femmes-hommes, Rennes et Rennes Métropole souhaitent des statistiques genrées sur chaque thème… Un diagnostic local, public, est-il prévu ?

On s’inscrit dans une continuité d’actions, de convictions et l’objectif d’une nouvelle équipe municipale n’est pas de forcément tout remettre à plat mais de s’appuyer sur ce qui fonctionne pour réinterroger, toujours aller plus loin et être fidèle à ce qui a pu être fait. Il en est de la politique égalité femmes-hommes comme d’un certain nombre de politiques, où des outils sont mis en place depuis les outils de participation - comme les comités consultatifs - depuis des politiques publiques particulières, depuis la labellisation (de l’égalité professionnelle) qui a été l’occasion d’un nouveau diagnostic, de nouvelles priorités d’actions.

Pareil pour la question de l’égalité dans la politique éducative et dans l’accompagnement que ce soit dans le temps périscolaire ou bien dans l’Éducation nationale sur le temps scolaire, sur la question de la lutte contre les clichés : cela a été réaffirmé avec de nouvelles orientations (convention avec l’Académie, signée fin 2014, entre autre ndlr). Mais je ne peux pas dire qu’il y ait eu une mise à plat spécifique et particulière sur ces questions.

Une volonté dans les prochaines années ou faut-il continuer d’évoluer sur chaque champ spécifique ?

Quand je vous dis que moi je situe cette question d’égalité femmes-hommes dans le champ plus global de l’égalité en général, ça veut dire qu’effectivement, toutes nos politiques publiques sont passées au peigne fin sur cette dimension : « En quoi est-ce que l’action publique doit toujours et en tout lieu favoriser l’égalité, l’égalité des chances en particulier ? » Et c’est vrai que ça se décline dans une philosophie et des convictions politiques plus larges.

Après, il y a des outils plus particuliers et les statistiques genrées en font parties, on est encore au balbutiement de ce type d’observations. On le fait par exemple vis-à-vis des  partenaires que l’on subventionne, que ce soit au niveau des partenaires culturels ou associatifs, dans les équipements de quartier, pour voir comment est-ce que les filles et les garçons se retrouvent de la même manière.

On le fait avec les partenaires du monde sportif au sein de l’Office des Sports pour regarder la place des filles dans les activités sportives qui sont proposées sur les quartiers. On le fait, toujours dans le champ du sport, avec nos éducateurs sportifs, pour une diversification des propositions pour que les filles s’y retrouvent. On le fait bien sûr sur ce champ singulier de l’égalité professionnelle. Ça se décline à tous les niveaux…

Discriminations, lutte contre les clichés, contre les violences, égalité professionnelle… Concrètement, comment travaille-t-on sur ces questions à l’échelle d’une ville, puisque tout n’est pas du ressort de la Ville ?

J’emploie souvent cette formule qui est de considérer que la responsabilité d’un maire, c’est à la fois de donner un cap, une orientation, de rappeler des valeurs, de mettre en œuvre un programme. Mais au delà de ce cap à rappeler, c’est de mettre autour de la table les acteurs. Et quand on est dans le champ de l’égalité professionnelle, il va de soi que le travail avec les syndicats, avec les employeurs, est un facteur sur lequel il nous faut agir.

Lorsque l’on parle égalité à l’école, c’est bien dans notre projet éducatif territorial qui implique les associations, les parents, l’Éducation nationale, que les choses peuvent se faire. Quand on travaille sur les clichés filles-garçons dans les crèches, c’est avec les professionnels, mais aussi avec les parents, avec les associations, qu’on y travaille.

Et je pense que notre responsabilité est celle-là, de considérer que notre action ne se limite pas strictement aux services publics municipaux, c’est toute l’histoire des manifestations autour du 8 mars à Rennes, où la ville n’est que d’une certaine manière le facilitateur d’un grand nombre d’initiatives.

En terme de santé, IVG, contraception, etc. on se rend compte aujourd’hui que le public « jeunes filles /jeunes adultes » est très mal informé, très mal orienté. Quel rôle avez-vous à jouer dans l’information, la prévention, de ce public en particulier, mais au delà, de tous les Rennais ?

La Ville est engagée dans un contrat local de santé, ce qui n’est pas une évidence car peu de villes ont contractualisé sur ce champ là, où on peut se dire que ce n’est pas vraiment une compétence municipale. On a une action ancienne en matière de santé, à tous les niveaux, et la prévention des conduites à risques fait partie par exemple des priorités de ce contrat local de santé.

Dans la prévention des conduites à risques, il y a bien sûr ce qui relève du champ des addictions mais peut aussi relever des pratiques sexuelles, des risques particuliers, et là dans le soutien aux associations, je pense à ce que fait le CRIJ, le 4 Bis, sur le volet prévention avec une présence d’animateurs de santé dans les grandes manifestations, voilà un exemple concret de ce qui peut être mené sur le champ de la santé.

On n’est par contre moins dans le champ du soin. Là, le lien se fait que ce soit avec le Conseil général sur le volet prévention publique ou avec le monde de l’hôpital ou de la médecine libérale sur l’organisation des réseaux de soins. Mais quand on soutient des associations comme Liberté couleurs, il y a dans leur action certes une dimension égalité filles-garçons mais il y a aussi des choses très particulières sur la protection, la prévention, l’accès à la contraception…

Et au niveau du Planning familial ? Plusieurs PF en France sont en difficulté et ont du mal à survivre. Quelle est la position de Rennes, qui a des employés dans cette structure, ce qui n’est pas le cas de toutes les autres ?

C’est essentiel qu’on les accompagne à la fois dans leur recherche de lieux de permanence, dans les quartiers, et dans le soutien à l’action qui est la leur.

Je rebondis puisqu’on est dans le champ santé, il y a aussi notre responsabilité en matière de sécurité publique, qui pour moi fait partie de l’action que peut conduire la municipalité en matière d’égalité femmes-hommes. C’est à la fois dans les engagements particuliers en matière de lutte contre les violences faites aux femmes, le numéro vert, le lien avec le travail social mais aussi avec la justice, la police, le soutien aux associations, le CIDF en particulier.

Puis globalement, j’affirme toujours une politique de sécurité comme étant au service des plus fragiles et quand je mesure ce que vivent particulièrement les femmes, notamment dans le rapport à l’espace public quand il y a une dégradation de la sécurité publique, je me dis que tout ce que nous faisons aussi non seulement en matière de prévention mais y compris pour le renforcement d’une présence de police de proximité, c’est aussi une politique d’égalité femmes-hommes.

Quand je vois les jeunes femmes victimes d’agressions sexuelles, notamment sur fond de soirées festives, je me dis que ça doit être une priorité, je souhaite que nous nous engagions dans la démarche de marches exploratoires sur l’espace public. C’est aussi parce que pour un certain nombre de filles, de femmes, traverser une place en jupe est plus compliqué aujourd’hui s’il n’y a pas cette volonté d’assurer que l’espace public est à chacune et à chacun et qu’il y a à travailler en permanence sur cette question de partage de l’espace public, de la tranquillité et du respect des règles communes.

On va revenir sur les marches exploratoires mais tout d’abord on a l’impression que peu de Rennaises et de Rennais connaissent les actions de la ville de Rennes en matière d’égalité femmes-hommes. Doit-on voir un manque d’intérêt dans ce déficit de communication autour de ces questions ?

On fait mais on a un peu de mal à faire connaitre l’action de la Ville, qui est à tous les niveaux, ce n’est pas propre à l’égalité femmes-hommes. Quand on reçoit Pascale Boistard et que l’on présente tout ce qui est fait, c’est parce que l’on pense que c’est important. Lorsqu’à Rennes, la journée des droits des femmes dure un mois avec une visibilité, un affichage sur l’espace public, c’est aussi parce que l’on pense que c’est important. Dans le Rennais s’il y a régulièrement des articles là dessus c’est parce qu’on pense que c’est important. Maintenant on n’est pas toujours les meilleurs pour faire des belles plaquettes et mieux faire connaître nos actions, mais ce n’est pas spécifique à cette politique publique.

On prend l’exemple du 8 mars, c’est la première fois que la presse était conviée à une conférence de presse pour cet événement, à 2 jours de l’événement…

(Manuel Contin, son directeur adjoint de cabinet, intervient : il y a eu une tradition de conférence de presse pendant des années et des années, mais ce que vous décrivez là c’est aussi le manque d’intérêt de vos confrères sur la question, qui a conduit à ne plus organiser systématiquement de conférence de presse, parce que personne n’y venait. Ce qu’on nous renvoyait c’est : « On ne comprend pas, la journée des femmes c’est le 8 mars mais vous ça dure un mois » et « On ne comprend pas qui fait quoi, parce que c’est un mouvement associatif »… On a beaucoup de mal à intéresser les journalistes locaux à ces problématiques là. Et c’est valable sur l’ensemble du champ de la solidarité.)

Pour avoir été première adjointe en charge de la solidarité, je vois bien comment lorsqu’on cherchait à faire connaître ce qu’on faisait, on avait beaucoup de mal à faire venir du monde. On a plus facilement des gens dès qu’il s’agit de présenter une opération urbaine.

Et pourtant : Rennes, ville numéro 1 de l’égalité femmes-hommes, c’est le classement du média national Les Nouvelles News, en mars 2015. 12 réponses sur 50, Rennes est en tête de classement mais…

Et les premiers à répondre ! ça veut bien dire qu’il y a une mobilisation particulière !

Mais on se demande s’il faut se réjouir ou s’il faut s’inquiéter pour le reste de l’Hexagone…

Je fais partie de ceux qui sont résolument optimistes et qui voient toujours le fait que ça progresse. Je pense qu’en étant exemplaire, en communiquant sur le fait que l’on est exemplaire, en montrant comment une ville a des leviers, pas tous les leviers mais des leviers, en participant aux colloques, en étant présents dans les associations d’élu-e-s, en étant présent dans l’association des maires des grandes villes - où on n’est pas beaucoup de femmes - c’est aussi une manière de sensibiliser, d’amener à réfléchir. On est investis dans des réseaux et plutôt que de décrier ce qui n’est pas fait ailleurs, je préfère avoir la fierté de ce qu’on fait et penser que ça peut aussi servir d’aiguillon ou d’inspiration.

Encore une fois, là dessus, il n’y a pas eu grande communication…

Si à chaque fois qu’on était bien placé dans un classement, on faisait un communiqué de presse, les colonnes de vos journaux seraient envahies de nos communiqués de presse (Rires). Mais j’ai relayé l’information sur mon compte Twitter, sur les réseaux sociaux.

(Manuel Contin : c’est un média aussi qui fait le palmarès, c’est toujours délicat de communiquer là dessus auprès des autres médias. Mais l’information a été envoyée aux journalistes locaux, personne n’a traité le sujet.)

Que pensez des propos d’Isabelle Germain, rédactrice en chef des Nouvelles News, pendant le colloque, qui explique : « à Rennes, les associations font plus pression sur les politiques pour ces sujets. » ?

Je pense qu’il y a un tissu associatif plus développé qu’ailleurs et qu’il y a une pratique du dialogue ancien entre les associations et les élu-e-s. Que si elles font pression, c’est tant mieux et c’est leur rôle. Je pense aussi qu’elles font pression mais qu’elles trouvent en nous des interlocuteurs et interlocutrices attentifs et attentives, et qu’il n’y a peut-être pas besoin de trop de pression pour que l’on chemine et que l’on avance ensemble.

Dans les points positifs du classement, il y avait le budget. À combien s’élève-t-il précisément ?

On est incapable de le dire. Il y a effectivement ce qui relève des crédits d’intervention de la mission Droits des femmes et où on va trouver le soutien aux associations, où on va trouver le budget des manifestations du 8 mars, où on va trouver le financement du poste d’assistante sociale au poste de police… Par définition, comme c’est une politique transversale, on ne trouvera pas dans le budget ce qui est fait dans le cadre du périscolaire, sur la lutte contre les clichés, le déterminisme garçons-filles, l’action qui est menée dans les crèches, sur la communication autour de ces questions.

Je ne suis même pas sûre que la marche exploratoire que l’on va mener soit identifiée dans le budget. Donc on n’a pas, objectivement, cette clé de lecture là. Il y en a d’autres des clés de lecture mais celle là n’existe pas dans le budget municipal. Je ne voudrais pas que l’on résume cela en tout cas aux crédits de soutien aux associations. Parce que l’égalité professionnelle, la volonté de promouvoir les femmes à tous les postes de responsabilité ou la garantie de salaires égaux à compétences égales, par exemple, ça ne se chiffre pas.

Dans le questionnaire que vous avez rempli, il y a un chiffre de 85 091 euros…

Ce sont les crédits d’intervention. Uniquement les crédits d’intervention. Mais c’est très en deca de tout ce qui est fait.

On parlait des marches exploratoires, spécifiquement pour les femmes. On en parle depuis très longtemps, au Québec, c’est une pratique courante depuis plus de 20 ans, une conférence organisée par Questions d’égalité avait abordé le sujet en 2012, Najat Vallaud-Belkacem en parlait aussi juste avant de quitter ses fonctions de ministre aux Droits des femmes. Pourquoi attendre si longtemps pour mettre cette marche en place ? Car à Rennes, des marches exploratoires existent déjà…

Oui, les marches existent. On a eu des marches dans les quartiers sur la dimension nocturne par exemple et temps de la ville, ce qui était l’occasion de relever des questions spécifiques pour les femmes. On travaille à des marches exploratoires dans les quartiers pour parler sécurité, éclairage public, capacité des uns et des autres à se sentir bien sur l’espace public.

On parle sans vouloir, et ce ne sera jamais ma tentation, résumer la femme à la mère de famille, n’empêche que c’est plus fréquemment elles qui poussent les poussettes et quand on parle accessibilité, on parle aussi de cette question de l’égalité. C’est vrai que l’on n’avait pas jusqu’alors mis en place de marche exploratoire avec cet unique objet, on va voir comment ça prend. On va expérimenter, en lien avec le ministère des Droits des femmes, ce type de démarche.

Est-ce que vous avez une date ? Puisque ça fait presque un an que l’on nous dit que ça va bientôt arriver…

Non. Il y a peut-être déjà une date mais je n’en ai pas connaissance.

(Manuel Contin : il y a des échanges actuellement avec le ministère. On avait évoqué le premier semestre. Il y a des échanges depuis l’automne en tout cas.)

On termine sur les priorités de demain. Vous avez parlez dans le courrier envoyé à Isabelle Germain, à l’occasion du colloque, d’un « discours anti-féministe auquel on assiste aujourd’hui ». Quelles priorités pour demain, pour justement combattre ce discours anti-féministe ?

Dans un contexte où l’on sait que les choses sont fragiles, en particulier sur cette question du droit des femmes, je n’oublie pas avoir manifesté, ici, place de la Mairie, pour réaffirmer le droit des femmes à disposer de leur corps, en solidarité aux femmes espagnoles mais aussi parce que des leaders de la droite locale déposaient à l’Assemblée nationale des amendements pour le déremboursement de l’IVG. Ils voulaient réintroduire la notion d’IVG de confort. Et ça je considère que ces batailles idéologiques là, il faut les mener, par exemple.

On ne peut pas faire abstraction d’un contexte politique général qui peut être celui d’une défiance vis-à-vis des valeurs républicaines ou de la progression de toutes les idéologies rétrogrades, celles du Front National avec quelques fois des limites qui ne sont pas très claires entre la droite dite classique, même si je ne mets pas tout le monde dans le même panier, et le Front National. Et vraiment sur cette question du droit des femmes, sur la place des femmes, on a vite fait de lire une démarche politique.

Merci beaucoup.

Merci à vous.

Célian Ramis

Rennes, meilleure élève pour l'égalité femmes-hommes au royaume des cancres

Posts section: 
Location: 
Paris
List image: 
Summary: 
Les Nouvelles News a dévoilé son palmarès sur les villes les plus engagées pour l'égalité femmes-hommes : Rennes figure à la première place. Au niveau national, la prise de conscience reste inexistante.
Text: 

À l'occasion de son colloque sur « Le sexe de la ville » organisé à l'Hôtel de Ville de Paris ce samedi 7 mars, le journal d'informations en ligne Les Nouvelles News a dévoilé son palmarès sur les villes les plus engagées pour l'égalité femmes-hommes : Rennes figure à la première place. Au niveau national, la prise de conscience reste inexistante.

Mi janvier, l'équipe du média Les Nouvelles News a envoyé un questionnaire écrit aux 50 plus grandes villes de France, hors Paris. L'objectif : connaître les communes les plus en faveur de l'égalité femmes-hommes. Si le média parisien s'est penché sur ce sujet, ce n'est pas un hasard : « La ville, c'est la vie quotidienne et cela touche le plus directement les gens. C'est un sujet prioritaire peu traité dans les médias », explique Isabelle Germain, la fondatrice du site qui revendique une information paritaire.

« PALMARÈS EN CREUX »

Dans le classement dévoilé ce samedi 7 mars, Rennes arrive en tête, de loin. « C'est la seule ville qui a répondu une semaine après les avoir interrogés », relève Isabelle Germain lors de son introduction au colloque. Selon cette dernière, la raison est simple. Les villes qui ont donné suite au questionnaire, seulement 12 sur 50, sont celles les plus en avance sur le sujet.

« C'est un palmarès en creux, nous avons demandé aux municipalités de répondre à des questions qu'elles ne se posent pas souvent, constate-t-elle. Les absences de réponses en disent plus que les réponses elles-mêmes. »

Interrogée sur ce sujet la semaine dernière à l’occasion du 8 mars, la bretonne Annaick Morvan, déléguée régionale aux droits des femmes et à l’égalité, se réjouit de voir Rennes sur le podium mais reste modérée quant aux absentes : « Il ne faudrait pas considérer à la hâte que les autres villes, (celles qui n'ont pas répondu) n'ont point agi pour l'égalité femmes hommes. Elles ont probablement travaillé sur certains champs prévus par la Charte de l'égalité dans la vie locale. »

Pourtant, la Charte européenne pour l'égalité des femmes et des hommes dans la vie locale, lancée en 2006 par le Conseil des communes et régions d'Europe (CCRE), est à ce jour signée par 174 communes et agglomération de communes françaises, dont les 50 villes interrogées. Le questionnaire des Nouvelles News s'inspire en majeure partie des grandes lignes de cette Charte : « les discriminations multiples et les obstacles doivent être pris en compte », « la participation équilibrée des femmes et des hommes à la prise de décision », « l'élimination des stéréotypes sexués », « intégrer la dimension du genre dans toutes les activités des collectivités locales et régionales » et « des plans d'action et des programmes adéquatement financés ».

Signataire de la Charte depuis 2006, Rennes semble précurseure, comparé aux autres villes. Pas seulement dans les bonnes intentions, le chef-lieu breton a mis en place des actions concrètes en faveur de l'égalité femmes-hommes. Le 1er décembre 2014, par exemple, la Ville de Rennes a obtenu le label « égalité professionnelle » attribué par l'organisme de certification, Afnor ; la seule parmi les 50 grandes villes. Selon Isabelle Germain, cela montre une indifférence affichée des politiques pour ce sujet. 

VOLONTÉ POLITIQUE ET ASSOCIATIVE

Geneviève Letourneux, conseillère municipale déléguée aux droits des femmes et à l'égalité depuis 2014, explique la politique de Rennes en ce sens, lors de la première table ronde du colloque « Le sexe de la ville » : « Depuis plus de trente ans, la ville de Rennes a mené une politique volontariste. L'ancien maire Edmond Hervé a porté la question de l'égalité au plus haut niveau. Il y a également, Jocelyne Bougeard, qui, au début des années 2000, a pensé, mené et construit une politique structurée avec une ténacité extraordinaire. Anciennement adjointe en charge des temps de la ville, elle a amélioré le travail des agents d'entretien, majoritairement des femmes. Cela a transformé la vie de ces personnes, moins précaire.» En effet, la création d'un Bureau des temps en 2002 a permis de mieux appréhender les déplacements des usagers.

Un point sur lequel la rejoint Annaick Morvan, certaine que la volonté infaillible de Jocelyne Bougeard de promouvoir la Charte européenne, « en étant adjointe au maire de Rennes, tout en siégeant à la Commission pour l’égalité Femmes-Hommes du Conseil des Communes et régions d’Europe, a fait en sorte que sa ville soit exemplaire. » Convaincue également qu’il est important d’agir dès le plus jeune âge : « C'est tout l'enjeu du plan égalité de l'éducation nationale. Mais il n'a de sens que si nous travaillons avec les branches professionnelles et les syndicats pour rendre effective l'égalité professionnelle. »

Ce « volontarisme », Geneviève Letourneux le définit également par le « foisonnement associatif [rennais], sa diversité, sa vitalité et son pluralisme. »

« À Rennes, les associations font plus pression sur les politiques pour ces sujets »
estime Isabelle Germain, fondatrice des Nouvelles News.

Des éléments détaillés dans le questionnaire méritent aussi d'être soulignés : le budget de la Ville pour l'« égalité entre femmes et hommes », qui est appréhendé de façon globale, et le personnel de la Direction générale, section culture et emploi, formé aux stéréotypes de genre et à la répartition du budget selon le genre, appelé « gender budgeting. »

« PRENDRE LA PAROLE ET AGIR »

Actuellement, deux actions rennaises vont dans le sens de l'égalité femmes-hommes : 40 évènements en mars, mois qui prolonge la Journée internationale des droits des femmes, autour du slogan « Prendre la parole et agir » (Voir le Focus - YEGG#34 mars 2015) et l'expérimentation prochaine des marches exploratoires de femmes, mises en place par Pascale Boistard, la secrétaire d'Etat chargée des droits des femmes. Des marches dont on parle déjà depuis plusieurs mois à Rennes (lire Focus – YEGG#27 – Juillet/Août 2014) et qui ont déjà été mises en place au Québec depuis les années 90.  

Pour Pascale Boistard, venue rencontrer les actrices et acteurs de l’égalité à Rennes en novembre dernier, à l’occasion de la semaine de l’égalité professionnelle, « cela ne [l]'étonne pas » que Rennes figure en première position. « C'est une terre d'excellence en terme d'insertion et d'égalité professionnelle pour les femmes. Cela fait partie des convictions de la ville et cela se voit dans les politiques publiques qui s'adressent à toutes et à tous. Nathalie Appéré, la maire de Rennes, est une femme de convictions et je la félicite », rajoute-t-elle.

Pour autant, tout n'est pas rose. La Ville de Rennes ne possède aucun chiffre sur les fréquentations femmes-hommes dans de nombreux équipements culturels proposés dans le questionnaire : piscines municipales, salles de spectacles, salles d'exposition, maisons de quartier, zones commerciales et dans les rues. Le nombre de licencié-e-s dans les clubs sportifs et des associations culturelles subventionnées n'est pas non plus affiché. Des renseignements sont pourtant essentiels afin de mieux répartir le budget en fonction du genre.

Concernant l'espace public, 10% des rues rennaises portent le nom d'une femme. Depuis cinq ans, elles représentent 27, 59% de nouveaux noms des rues, soit 45,72% pour des noms de personnes. À relativiser toutefois car depuis 2003, les rues ornées de noms de femmes ne sont que 9,72% des 1039 personnages comparé à 90,28% pour les hommes. Des initiatives artistiques en prennent le contre-pied (http://yeggmag.fr/actualite-culture/femmes-envahissent-rues-rennes) pour sensibiliser les Rennais à cette problématique, emblématique de la mauvaise répartition de l’espace urbain entre les femmes et les hommes.

SILENCE RADIO DES MÉDIAS

Si le désintérêt politique est tel, c'est à cause du silence des médias sur la question de l'égalité femmes-hommes au niveau des villes, d'après Isabelle Germain.

« Si un sujet n'est pas payant médiatiquement, il n'est pas payant politiquement », regrette-t-elle.

Et les médias ont en effet brillé par leur absence lors de ce troisième colloque « Le sexe de la ville ».

Ce palmarès n'est qu'une première édition : « Il est perfectible », reconnaît la fondatrice des Nouvelles News. Tous les ans, les mêmes villes seront interrogées sur ces aspects pour en voir l'évolution. « C'est le but d'un palmarès que de classer et donner envie aux villes d'être dans les premières !, sourit Pascale Boistard. Je suis optimiste, c'est dans l'intérêt du bien vivre ensemble. » Pour donner plus de poids à son classement, Les Nouvelles News prévoit de travailler, dès l'an prochain, avec des universitaires, le Défenseur des droits Nathalie Bajos et le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes.

Célian Ramis

Européennes : Isabelle Thomas, tête de liste socialiste "féministe, égalitaire et progressiste"

Posts section: 
Related post: 
34
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
À l’approche des élections européennes, les Jeunes Socialistes lançaient ce jeudi 24 avril leur campagne, à Rennes. Pour l’occasion, trois minibus « Il est temps. Change d’Europe » étaient stationnés sur la place de la Mairie.
Main images: 
Text: 

À l’approche des élections européennes, les Jeunes Socialistes lançaient ce jeudi 24 avril leur campagne, à Rennes. Pour l’occasion, trois minibus « Il est temps. Change d’Europe » étaient stationnés sur la place de la Mairie.

Jeudi 24 avril, 9h. Les citoyens français sont appelés à voter pour les élections européennes dans un mois. Le 25 mai, précisément. Ce matin, Jeunes Socialistes, élus rennais et tête de liste PS du Grand Ouest étaient réunis pour lancer leur coup de com’ autour de leur campagne. « En 2009, il y avait 70% d’abstention du côté des jeunes et 60% de manière globale », explique Laura Slimani, présidente nationale du MJS (Mouvement des Jeunes Socialistes). Voilà pourquoi, selon elle, il est important de sillonner les routes de France, à bord de trois minibus fushias tagués « Il est temps. Change d’Europe ».

Pour mobiliser la jeunesse avant tout. « Nous avons fait des camions et des tracts joyeux car la jeunesse est désillusionnée face à l’Europe », conclut-elle.

Nathalie Appéré, député-maire de Rennes, est venue apporter son soutien à la candidate socialiste aux européennes, Isabelle Thomas. Elle rappelle la « volonté d’un changement pour une Europe sociale et solidaire » et insiste sur le besoin « d’une identité européenne ». Pour la tête de liste Grand Ouest, qui siège au Parlement européen depuis 2012 – à la suite de la nomination de Stéphane Le Foll à la tête du ministère de l’Agriculture – ce sera une campagne et une élection historiques : « On vote pour les députés, on vote pour un projet mais surtout ce sera la première fois qu’on vote pour le président de la Commission européenne. »

Une fonction qui selon elle permet de se réapproprier la démocratie, « en étant responsable devant le Parlement ». Sans surprise, la priorité sera l’emploi avec la « garantie pour la jeunesse », une initiative votée par les pays de l’Union Européenne en avril 2013, visant à lutter contre le chômage des jeunes « en proposant  à toutes les personnes de moins de 25 ans, qu’elles soient inscrites ou non au chômage, une offre de qualité dans les 4 mois suivant la fin de leur scolarité ou la perte de leur emploi », explique le site de la Commission européenne.

Droits des femmes : la régression européenne

En aparté, la conseillère régionale de Bretagne aborde le droit des femmes, dans un contexte européen tendu à la suite du rejet du rapport Estrela – en décembre dernier, pour un droit européen à l’avortement – et du rejet du rapport Zuber – en mars dernier, sur l’égalité salariale, entre autre. « Ce sont deux rapports, d’initiative en plus, très progressistes qui ont été rejetés par la droite (pour le rapport Zuber, certains euro-députés écologistes se sont abstenus, à l’exception de Nicole Kiil-Nielsen, ndlr) et il ne faut pas oublier par la droite bretonne également ! », précise Isabelle Thomas.

Sans oublier de mentionner qu’à la suite du rejet du rapport Estrela, le gouvernement de Mariano Rajoy annonçait et adoptait le projet de loi visant à restreindre l’accès à l’IVG. Rien de nouveau donc sous le drapeau européen qui fait grise mine devant « la régression en matière de droits des femmes et le recul sur l’égalité ». La député européenne socialiste ainsi que la député européenne écologiste s’accordent toutes les deux à sonner la tirette d’alarme concernant l’urgence à rétablir une politique progressiste dans le domaine de l’égalité des sexes.

« Mon chantier, c’est la clause de l’européenne la plus favorisée », lance-t-elle. Une clause, adoptée par l’Assemblée Nationale en février 2010, visant l’harmonisation des législations européennes applicables aux droits des femmes. En outre, à choisir la législation européenne la plus avantageuse pour chaque domaine : violences faites aux femmes, avortement, égalité salariale…

Celle qui se dit « féministe, égalitaire et progressiste » devrait revenir à Rennes le 20 mai, 5 jours avant les élections européennes, pour le meeting du PS qui se tiendra Halle Martenot.

Célian Ramis

Rennes : nouvelle maire, nouveau conseil municipal

Posts section: 
Related post: 
247
List image: 
Summary: 
Premier conseil municipal de la ville de Rennes depuis l’élection de Nathalie Appéré, dimanche dernier. Retour sur cette séance particulière et protocolaire.
Main images: 
Text: 

Vendredi 4 avril s’est tenu le premier conseil municipal de la ville de Rennes depuis l’élection de Nathalie Appéré, dimanche dernier. Retour sur cette séance particulière et protocolaire.

Le conseil devrait commencer à 17h. Pour l’occasion, journalistes, familles des élus et membres du public sont conviés dès 16h30 « car il va y avoir beaucoup de monde », nous dit-on du côté du service de communication. Alors que Les Verts débarquent place de la Mairie en cortège et à vélo, les uns et les autres s’entassent dans le grand salon de l’hôtel de ville, impatients de découvrir la constitution de ce nouveau conseil. Il faudra attendre 1h30 pour que fonctions et places soient attribuées à l’équipe fraichement élue.

En effet, la cérémonie a également pour but d’élire le premier magistrat de la ville, en l’occurrence la première magistrate, Nathalie Appéré. Le conseil municipal va donc procéder, par scrutin secret, au vote du maire de Rennes. Si Bruno Chavanat souligne qu’il ne présentera pas de candidat à cette élection, il tient à rappeler que « la campagne a été longue, intense et parfois rude ». Que « les résultats sont connus mais que la participation a été faible ».

Et aussi « que le détournement de fichiers – en référence à l’affaire du Théâtre national de Bretagne, ndlr – a entaché la campagne ». Après dépouillement, le vote des Rennais est confirmé par les 46 voies pour celle qui a porté la liste Rennes créative et solidaire durant ces derniers mois. Si la joie des militants est grande et éclate dans un tonnerre d’applaudissements, les 15 bulletins blancs montrent d’ores et déjà une dissension au sein de la nouvelle majorité – l’opposition ayant obtenu 13 sièges à la suite du second tour.

L’émotion gagne la salle au moment où Nathalie Appéré rejoint le fauteuil anciennement occupé par ses prédécesseurs Daniel Delaveau et Edmond Hervé. Après avoir fièrement enfilé l’écharpe de maire, symbole de sa nouvelle fonction, elle se dit « fière d’être la première femme à accéder aux responsabilités de premier magistrat de la ville » et rappelle que la « loi sur la parité, votée par un gouvernement de gauche en 2000, a permis l’arrivée aux responsabilités d’équipes paritaires lors des élections municipales de 2001. Nous savons ce que notre démocratie doit à cette loi historique ».

Elle profite également de son premier discours et de l’attention particulière que lui accorde l’audience présente ce jour-là pour confirmer sa volonté de « réinventer l’action publique, pour que Rennes continue de « vivre en intelligence » » et pour insister sur la priorité qu’elle s’est fixée : l’emploi.

Vers 18h30, l’heure est à l’élection des nouveaux adjoints. Une seule liste en lice composée de 19 noms, dont 5 sont issus de la liste Changez la ville, portée pendant la campagne par les co-têtes de liste Matthieu Theurier et Valérie Faucheux, symbole de l’alliance Europe Ecologie Les Verts – Front de gauche – une alliance remise en cause à plusieurs reprises par le leader de l’opposition Bruno Chavanat.

La liste est portée par Sébastien Séméril, qui accède au poste de premier adjoint au maire, délégué à l’urbanisme et au développement durable. « C’est un peu notre remaniement ministériel, en local », se murmure sur les bancs de l’assemblée, attentive aux noms et aux fonctions annoncées par Nathalie Appéré.

Contrairement à ce qui semblait être une bonne et innovante idée pour la candidate en janvier dernier – à savoir une femme à l’urbanisme et un homme à l’éducation – c’est encore une femme qui sera chargée de l’éducation, en la personne de Lénaïc Briéro. Autre surprise de cette séance : la délégation aux droits des femmes et à l’égalité n’est pas réattribuée à Jocelyne Bougeard, qui pourtant souhaitait poursuivre l’action menée au cours du précédent mandat.

Pour celle qui a passé 6 ans à la tête de cette fonction, en tant qu’adjointe au maire, « c’est déjà exceptionnel d’avoir pu élire une femme ce soir ». Jocelyne Bougeard devient 10e adjointe déléguée aux relations internationales et aux relations publiques et voit une opportunité de développer la politique locale en matière d’égalité des sexes et de droits des femmes au plan international. « Et je considère qu’il est important de pouvoir travailler sur la transversalité. La question des femmes est essentielle et est inscrite dans la ville de Rennes, je continuerai de suivre cela de près », explique-t-elle.

C’est Geneviève Letourneux, jusqu’alors conseillère municipale élue de quartier Longs Champs – Jeanne d’Arc, qui reprend le flambeau en tant que conseillère municipal déléguée aux droits des femmes et à l’égalité.

Après la cérémonie, elle s’avoue « impressionnée de prendre la suite de toutes ces femmes qui ont compté : Anne Cognet, Maria Vadillo, Jocelyne Bougeard… » Elle n’a pas encore d’angle d’attaque pour, à son tour, marquer cette fonction de sa signature. Pour le moment, elle préfère « prendre le temps d’ouvrir les dossiers et de rencontrer les nombreux acteurs de ce travail partenarial ». Pour la maire de Rennes, la nomination de Geneviève Letourneux à la délégation marque sa « volonté de renouveler l’équipe ».

Nathalie Appéré affirme, sourire aux lèvres, qu’en matière d’égalité femmes – hommes, « on maintient les mêmes valeurs et on porte le même combat ».

Célian Ramis

Municipales 2014 : Nathalie Appéré, première femme maire de Rennes

Posts section: 
Related post: 
226
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Après un suspens quasi nul, Rennes reste le bastion de la gauche. C’est ce qu’a confirmé le second tour, hier soir, malgré une abstention de 46,61%, des élections municipales.
Main images: 
Text: 

Après un suspens quasi nul, Rennes reste le bastion de la gauche. C’est ce qu’a confirmé le second tour, hier soir, malgré une abstention de 46,61%, des élections municipales. Nathalie Appéré, candidate socialiste, porte donc sa liste Rennes créative et solidaire à la victoire avec 55,83% des voix contre 44,16% pour son adversaire, Bruno Chavanat, leader du centre-droite. Une femme à la tête de Rennes, une grande première pour la capitale bretonne.

« Je suis un produit de la parité », nous disait Nathalie Appéré en décembre 2013, dans le cadre de notre article sur la parité dans les scrutins, à lire dans le numéro 21 – janvier 2014 et sur notre site. Ce dimanche soir, la candidate socialiste élue au poste de maire de Rennes rejoint le faible pourcentage de femmes maires, tout comme ses consœurs Johanna Rolland à Nantes ou encore Anne Hidalgo à Paris.

En 2008, elles étaient 13,9% en France. Un chiffre que Jocelyne Bougeard, jusqu’alors adjointe au maire, déléguée aux droits des femmes, redoute de voir encore diminuer. Le 30 mars, celle qui figurait en 29ème position durant l’entre-deux tours signe pour un nouveau mandat, aux côtés de la députée-maire Nathalie Appéré. Pour cette dernière, qui fait son entrée, aux alentours de 21h20, dans le grand salon de l’Hôtel de ville sous les nombreux applaudissements des militants, « les Rennais ont souhaité écrire une nouvelle page de notre histoire ».

Un discours succinct prononcé par celle qui succède à Daniel Deleveau – maire de Rennes et président de Rennes Métropole depuis 2008 – au milieu de son équipe, qui devrait se mettre au travail dès vendredi prochain lors du conseil municipal. Et un discours qu’elle termine, sourire aux lèvres, en saisissant la main de Matthieu Theurier – co-tête de liste Europe Écologie Les Verts – Front de gauche durant la campagne et en 2ème position après la fusion avec la liste Rennes créative et solidaire – qui lui en revanche n’affiche pas le même large sourire que ses nouveaux camarades fraichement élus (ou réélus pour la majorité).

De son côté, Jocelyne Bougeard regrette la douloureuse séparation de certains colistiers – due à l’alliance de la liste de Nathalie Appéré et de celle de Matthieu Theurier – Valérie Faucheux – mais se déclare extrêmement contente « et consciente des engagements pris vis-à-vis de la population rennaise ». Et évidemment, ravie « qu’une femme soit élue ».

Si pour l’heure, elle ne peut (veut) pas s’avancer sur la délégation dont elle sera chargée, elle exprime et confirme sa volonté de conserver sa responsabilité au sein de la délégation aux droits des femmes, « même si quelqu’un d’autre pourrait très bien le faire ». Une délégation qui lui tient à coeur. Pour elle, l’égalité des sexes et les droits des femmes restent une priorité forte, « notamment la situation des femmes pauvres ». Et si Nathalie Appéré mentionne, dans son discours les axes prioritaires de son nouveau conseil municipal, l’emploi, la qualité de vie environnementale, la démocratie locale entre autres, elle taira la question de la parité et de l’égalité femmes-hommes.

Un sujet qu’elle n’a pas porté au cœur de sa campagne également mais auquel elle se dit particulièrement sensible, « notamment dans le fait de maintenir la ville de Rennes en tant qu’employeur exemplaire et novateur, aussi bien au niveau de la parité qu’au niveau de la qualité des emplois ». Le prochain conseil municipal de la capitale bretonne sera constitué vendredi 4 avril. Selon les informations communiquées par la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, le conseil devrait être constitué de 48 sièges pour la majorité et 13 sièges pour l’opposition.

Célian Ramis

Élections municipales : À Rennes, la parité en intelligence...

Posts section: 
Related post: 
226
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
La rédaction se penchait sur la parité en politique et l’axe « Égalité femmes – hommes » à l’échelle locale auprès de ses trois listes.
Main images: 
Text: 

Dimanche prochain et dimanche 30 mars, citoyennes et citoyens sont appelés à élire celle ou celui qui prendra les rennes de la ville au poste de l’actuel maire, Daniel Delaveau. Le 14 mars, Le Mensuel de Rennes publiait les résultats d’un sondage Ifop, commandé par Europe Écologie les Verts, créditant la liste Changez la ville ! – EELV – Front de gauche – à 16% et laissant pressentir une triangulaire, avec le PS et la droite rennaise, au second tour. Dans le numéro 21 de YEGG, publié en janvier 2014, la rédaction se penchait sur la parité en politique et l’axe « Égalité femmes – hommes » à l’échelle locale auprès de ses trois listes.

En février 1999, sous le gouvernement Jospin, les députés votent pour le projet de loi sur la parité dans les fonctions électives (renforcée par le projet de Manuel Valls sur le scrutin binominal paritaire, adopté par le Parlement en avril 2013 pour les prochaines élections cantonales). Ainsi, les listes présentées par les partis lors des élections municipales, entre autre, se veulent paritaires, à cela près qu’elles se composent de 61 noms.

À Rennes, la candidate socialiste Nathalie Appéré se définit comme « un produit de la parité ». Et à ce titre, elle entend bien défendre et promouvoir l’égalité et la parité. « La Ville de Rennes apporte des points novateurs en tant qu’employeur, en réfléchissant à la qualité des emplois. Des points repris par la ministre aux Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem », déclare-t-elle. Sur le volet Employeur, son adversaire Bruno Chavanat, leader de l’opposition rennaise, y voit également une opportunité de bousculer les idées reçues : « En nommant par exemple au sein du conseil municipal un homme à l’Éducation et une femme à l’Urbanisme ».

Même exemple pour les co-têtes de liste Matthieu Theurier et Valérie Faucheux, représentant Europe Écologie Les Verts – Front de gauche. Cas particulier dans la capitale bretonne qui présente deux candidats – Matthieu Theurier figurant en première position. L’affiche est risquée, la confusion probable. « Être tous les deux sur l’affiche est significatif de notre engagement. Dans nos deux organisations politiques, nous portons la question féministe et organisons des réunions non mixtes pour permettre aux femmes de s’exprimer en toute liberté », explique Valérie Faucheux.

Les trois listes, qui depuis ont été rejointes par 6 autres dans la campagne, ont chacune leur cheval de bataille, même si elles s’accordent sur leur volonté d’inscrire la Ville de Rennes en tant qu’employeur exemplaire au niveau de la parité. « La municipalité a déjà fait beaucoup mais ne va pas assez loin pour nous », précise Matthieu Theurier.

L’union EELV – Front de gauche souhaite alors renforcer les dispositifs existants en sensibilisant les comités de quartier à la parité mais aussi en soutenant davantage le Pass contraception (Conseil général) et en investissant les rues de Rennes. « Ce n’est pas parce que nous sommes au sein d’une institution que nous ne sommes plus militants. Cela passe aussi par les noms de rue, comme l’a souligné le collectif La Brique », poursuit le candidat écologiste. Pour celui de la droite et du centre, il y a un pas décisif à franchir en matière d’emploi pour les femmes. « Quand on se heurte à l’insuffisance des gardes des enfants, cela pèse sur la reprise du travail des mères », explique Bruno Chavanat.

Pour pallier ce problème, il est nécessaire de doubler le nombre de places de garde et de maisons pour les assistantes maternelles, avec une puéricultrice à la tête de la structure. « Et il faut aussi organiser une consultation générale sur la question des rythmes éducatifs qui ne facilitent pas les empois du temps des femmes », ajoute-t-il. De son côté, la socialiste Nathalie Appéré propose un renforcement des dispositifs existants dans la lutte contre les violences faites aux femmes « avec un soutien aux associations, aux structures et en promouvant l’égalité ».

Célian Ramis

Rentrée rennaise : Ambitions, attentes, actions

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Féminisme, politique, économie, vie quotidienne, culture… panorama de ce qui rythmera Rennes dans les mois à venir… Toujours au féminin !
Text: 

C’est la rentrée ! L’occasion pour YEGG de faire un point sur les grands chantiers de l’année 2013-2014. Féminisme, politique, économie, vie quotidienne, culture… panorama de ce qui rythmera Rennes dans les mois à venir… Toujours au féminin !

L’élue adjointe au maire de Rennes, déléguée aux droits des femmes, répond aux questions de YEGG concernant la politique menée par la ville pour l’égalité des sexes.

YEGG : Que pensez-vous de la loi-cadre pour l’égalité entre les femmes et les hommes, présentée en conseil des ministres le 3 juillet par Najat Vallaud-Belkacem ?

Jocelyne Bougeard : Je suis en contact permanent avec le ministère des Droits des femmes puisque je siège au Haut conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes. La loi proposée mérite toute notre attention puisqu’elle engage les collectivités, ce qui est assez nouveau. Ces dernières doivent travailler sur les droits des femmes ! Certaines dimensions de la loi vont encore être complétées, notamment en ce qui concerne les retraites, les gardes d’enfant, etc.

Vous parlez aussi de la dimension de l’égalité au travail ?

Le premier emploi des femmes est agent d’entretien. Scandaleux quand on sait qu’en réalité elles sont plus qualifiées et diplômées que les hommes. La ville de Rennes est le 3e employeur de la région avec près de 300 métiers et détient le label Egalité professionnelle. Aujourd’hui, notre objectif est de maintenir et/ou initier des actions spécifiques et des actions transversales.

D’où la signature de la charte européenne pour l’égalité entre les hommes et les femmes…

En effet, nous l’avons signée en 2006 et en juillet, le conseil municipal a signé un plan d’actions associé à cette charte, qui contient des actions déjà engagées dans notre politique, ainsi que nos objectifs. Nous avons défini 30 articles, à partir de nos constats et de l’identité de notre territoire.

Quels sont les points principaux de ce plan d’actions ?

Le principal axe de travail est de sensibiliser et d’informer la population tout au long de l’année. Et pas seulement de mettre en place des actions le 8 mars et le 25 novembre (journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes). Ensuite, la charte se concentre sur le travail des femmes dans sa globalité, c’est-à-dire qu’elle comprend les conditions des femmes au travail et l’égalité professionnelle. Car il faut savoir que, dans ce domaine, les lois ont 30 ans !

Peut-on vraiment « forcer » l’égalité professionnelle à travers une loi ?

Il est évident qu’il ne s’agit pas de licencier des hommes pour mettre des femmes à leur place. La loi n’est pas une option, ni une orientation, mais une mesure législative qui doit sécuriser les compétences de chacun et les mettre en avant. A compétences égales, les femmes doivent pouvoir accéder aux postes de cadres au même titre que les hommes. Nous avons un travail à fournir en amont pour proposer une éducation à l’égalité. Il est important de se reconnaître dans sa différence et sa richesse. Savoir que les hommes et les femmes ne sont pas complémentaires. Ils sont égaux.

Qu’en est-il de la défense des droits des femmes dans la campagne municipale ?

Le programme n’est pas définitif et officiel. La candidate socialiste Nathalie Appéré ne défendra pas simplement les femmes mais l’égalité entre les hommes et les femmes.

1 – Les chaises municipales : En 2014, les citoyens sont appelés aux urnes à l’occasion des élections municipales. Les 23 et 30 mars, les Rennais éliront un nouveau (une nouvelle ?) chef de file, Daniel Delaveau ayant annoncé en décembre dernier qu’il ne se présenterait pas pour un second mandat. C’est Nathalie Appéré, actuellement députée de la deuxième circonscription d’Ille-et-Vilaine et conseillère municipale déléguée au suivi du centre-ancien, qui a été désignée candidate du Parti Socialiste.

Elle s’opposera alors à Bruno Chavanat (UDI, ex-UMP), leader de l’opposition rennaise et conseiller municipal. Du côté d’Europe Ecologie Les Verts, une assemblée générale est organisée le 28 septembre afin de désigner le ou la candidate du parti, qui a d’ores et déjà annoncé qu’il présenterait une grande liste alternative. Cependant, aucune alliance avec les forces de gauche n’a pas été officialisée. En tête de liste du Front National se trouve Gérard de Mellon, dont l’objectif est de faire entrer son parti pour la première fois à la mairie de Rennes. Le Parti Pirate pourrait aussi se lancer dans la course aux Municipales en constituant une « liste citoyenne ». Rien n’a encore été officialisé depuis cette annonce en avril dernier. Les Français seront également sollicités le 25 mai 2014 pour les élections européennes.

2 – Pas de trêve : Selon le rapport 2013 de la Fondation Abbé Pierre sur l’état du mal-logement en France, il apparaît que 3,6 millions de personnes sont mal-logées, dont 685 000 sans domicile personnel, dans l’hexagone. À Rennes, la situation ne fait pas exception. Pour pallier aux difficultés de se loger, plusieurs associations se mobilisent tout au long de l’année. Comme le Droit Au Logement 35 ou encore Un Toit, c’est Un Droit qui réquisitionnent des lieux et accompagnent les sans-abris, majoritairement immigrés, en leur apportant une aide matérielle, juridique et/ou administrative.

Moins connue du grand public, l’association Foyer Saint-Benoit Labre, à Rennes, lutte contre le mal-logement au quotidien. Accueil, hébergement d’urgence et temporaire, accompagnement et insertion des personnes en difficulté sociale sont les principales missions du Foyer. En cette rentrée, l’association annonce sa collaboration avec d’autres structures, telles que le Service Intégré d’Accueil et d’Orientation 35, dépendant du ministère de l’Égalité des territoires et du Logement. Ensemble, ils développeront leur programme d’actions, le 10 septembre.

3 – Lien avec l’extérieur : Début septembre, la ville de Rennes a signé trois conventions de partenariat pour le renforcement de sa politique de prévention de la délinquance et de médiation, en privilégiant les liens entre les détenus et l’extérieur. Sont concernées l’association Enjeux d’enfants Grand Ouest, chargée d’accompagner et d’aider la relation entre un enfant et son parent incarcéré, Brin de Soleil Rennes, qui œuvre pour l’accueil et l’hébergement temporaire des proches des détenus en attente de parloir et SOS Victimes 35, accompagnant les victimes d’infractions pénales.

Elles ont reçu respectivement 9 000, 8 000 et 15 033 euros de subvention pour l’année 2013. Le partenariat, valable un an et renouvelable deux fois, se base évidemment sur un échange de bon procédé. De son côté, la ville de Rennes s’engage à transmettre les informations en lien avec les missions de ces associations et se doit d’apporter son soutien aux actions et manifestations organisées. En contrepartie, les trois structures éclaireront de leurs expertises des groupes de travail, des séminaires et des situations spécifiques organisés par la municipalité.

1 – Centre commercial recrute employés : Le centre Alma, en plein travaux depuis 17 mois, s’étend sur 30 000 m2 supplémentaires et se rénove pour accueillir 40 nouvelles boutiques qui seront dévoilées le 23 octobre prochain à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle version. Gaëlle Aubrée, directrice depuis deux ans du centre commercial l’a annoncé en mai dernier : 200 nouveaux emplois seront créés dès la rentrée de septembre dans l’établissment qu’elle dirige.

Ces recrutements sont issus de la signature d’une convention entre le centre Alma et la Maison de l’emploi, de l’insertion et de la formation (Meif), présidée par Gwenaële Hamon (par ailleurs adjointe au Maire de Rennes). Le compromis favorise, entre autre, l’embauche de salariés issus des quartiers environnant au centre commercial (Brequigny, Le Blosne). L’objectif est de privilégier les recutements « de proximité » et de redynamiser le sud de Rennes. Ainsi, la plupart des candidatures ont été centralisées à la Meif ainsi qu’à Pôle emploi. L’essentiel des postes à pourvoir concernent des emplois liés à la vente ou au ménage.

2 – PSA se barre : L’industrie rennaise a-t-elle encore de l’avenir ? La situation de PSA-La Janais sera en tout cas observée de très près en ce dernier trimestre de l’année 2013. La direction du fabriquant automobile a d’ores et déjà fait savoir que sept à huit jours seraient chômés en septembre, dix en octobre et six en novembre. Le plan social validé en avril dernier par le Comité central d’entreprise de PSA prévoit la suppression de 1 400 postes sur les 5 500 que compte le site rennais. La Janais, située à Chartres-de-Bretagne, ne sera pas pour autant laissée à l’abandon.

La SNCF, le groupe Pigeon et l’entreprise B3Eco Design ont, en effet, fait savoir leur souhait de s’implanter sur les terres de Peugeot-Citroën. Des annonces qui laissent entrevoir la possibilité d’embauches pour les futurs-ex PSA, et ce, dès septembre pour un début d’activité en fin d’année. La désindustrialisation devrait toutefois toucher un autre lieu historique de la capitale bretonne puisque la direction de Cooper standard a annoncé le transfert des activités de la Barre Thomas, possiblement vers une future usine construite à Châteaubourg.

3 – Re-Retraites : Une nouvelle fois sur le devant de la scène médiatique et politique, la réforme des retraites risque de provoquer plus d’un mécontentement, voire un automne explosif, et pas seulement à Paris. À Rennes, les forces syndicales ont déjà appelé à manifester ce 10 septembre place de la Mairie contre le projet de loi engagé par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault qui prévoit, entre autre, l’allongement à 43 annuités la durée de cotisation pour une retraite à taux plein. La pénibilité du travail devrait également être prise en compte dans le calcul des pensions.

La CGT, FO et Solidaires ont dénoncé, dans un communiqué unitaire, ces premières mesures ainsi que l’opposition entre le secteur public et le privé. Les syndicats soulignent la difficulté pour des jeunes, dont les études sont de plus en plus longues, à atteindre la durée de cotisation minimum. Ils réclament aussi la sortie « des logiques qui ont diminué le niveau des pensions et crée des inégalités entre les femmes et les hommes ».

1 – Qui a eu cette idée folle ? : Depuis le 3 septembre, plus de 13 000 petits rennais ont retrouvé les bancs de l’école et le lot de nouveautés qui les accompagnent. Désormais, pour les élèves des 81 établissements publics de primaire et maternelle, la classe c’est 4,5 jours par semaine. C’est en effet dès cette rentrée que la très discutée réforme des rythmes scolaires (voir notre Focus dans le n°14 de YEGG-Mai 2013) entre en application à Rennes.

Cette nouvelle organisation prévoit une concentration des matières fondamentales le matin, une pause méridienne allongée permetant la pratique d’activités encadrées, deux heures de cours l’après-midi puis la mise en place d’ateliers périscolaires en lien avec le tissu associatif local. L’enseignement privé appliquera ces nouveux horaires dès septembre 2014. Et la rentrée s’annonce particulièrement chargée pour les professionnels de l’Éducation de la capitale bretonne puisque la ville compte 600 écoliers de plus que l’année dernière. Une augmentation de la démographie compensée cette année par l’embauche de 65 professeurs des écoles supplémentaires dans l’Académie de Rennes.

2 – Souriez : Alors que Marseille a occupé une place de choix cet été dans les rubriques faits divers des journaux français, Rennes a décidé de jouer la carte de la sécurité. Ou en tout cas du sentiment de sécurité. Le conseil municipal du mois de juillet a permis d’acter l’installation de trois caméras de vidéo-surveillance supplémentaires, sous les arcades de la place de la République. Une décision qui porte à 28 le nombre d’outils aussi baptisés « vidéo-pro­tection » à Rennes.

Rappelons qu’en mars dernier, les élus rennais avaient voté l’implantation de quatre caméras dans le quartier du Gros-Chêne, au nord de Rennes. Mais c’est au sud de la ville que la mairie a du faire face à des difficultés cet été. Le Blosne a en effet été le théâtre de conflits communautaires et de vives tensions entre les policiers et certains habitants. Les questions liées à la protection de la personne seront sans nul doute au coeur des prochaines élections municipales. Bruno Chavanat, leader de l’opposition municipale et candidat de la droite à la mairie, a en effet interpellé plusieurs fois la majorité socialiste sur ces faits divers lors de conseils municipaux.

3 – Les grands travaux : Sensible au bruit ? Quittez Rennes ! C’est en 2014 que le gros des travaux commencera pour la construction de la ligne B du métro. Elle rejoindra le sud-ouest de la ville au nord-est en passant par la place Sainte-Anne, laquelle accueillera également le futur Centre des congrès en lieu et place de l’ancien couvent des Jacobins. Autres travaux importants dans le centre-ville, ceux destinés à transformer le mail François Mitterrand.

Ce qui était il y a quelques mois encore un parking pouvant accueillir 400 véhicules se transformera en un grand espace réservé aux piétons dans l’objectif de lier de façon plus fluide le centre-ville et l’ouest de Rennes. Les travaux autour de la gare se poursuivront aussi pour accueillir le futur quartier Eurorennes à l’horizon 2020. Au nord, c’est la zone Maurepas- Gayeulles qui entamera sa rénovation. Les premiers travaux débuteront au printemps 2014 et s’étenderont sur au moins… 15 ans ! Le projet de la mairie prévoit la construction d’environ 1 200 logements et la démolition de 366. Le centre commercial du Gast, implanté au coeur de Maurepas, qui accueillera une station de métro de la ligne B, sera également rénové.

1 – Les marquises de Sévigné : S’il y a une institution culturelle qui met les femmes à l’honneur, c’est bien le Carré Sévigné, à Cesson. Cette année encore, Carole Lardoux, directrice artistique du lieu, se démarque des autres salles de spectacles de Rennes et de ses alentours en proposant une programmation audacieuse que nous serions tentés de qualifier de « féministe », au pire féminine. Meriem Menant, qui inaugurera la saison 2013-2014 le 8 octobre prochain, enfilera, à trois reprises son costume d’Emma la clown.

Côté musique, on attend le trio vocal humoristique Les Amuses Girls, les chanteuses et musiciennes Claire Diterzi, Rokia Traoré, Brigitte Fontaine ou encore Suzy Firth et son spectacle « Women & Song » . On attend particulièrement Modèles, par la compagnie La part des Anges. Les neuf auteures de la pièce et six comédiennes tenteront de répondre à cette question : « Qu’est-ce qu’être une femme en 2013 ? » Côté danse, Passion simple, de la compagnie L’éolienne, explore les mécanismes de la passion à travers quatre solos féminins. Toute la programmation et les infos pratiques sur www.ville-cesson-sevigne.fr

2 – Toutes en Trans : C’est LE rendez-vous culturel de début décembre à Rennes. Les Trans musicales mettront à l’honneur du 5 au 7 décembre prochain les talents émergeants de la scène musiques actuelles. L’édition 2013 est particulièrement attendue puisque le festival fêtera ses 35 ans. Pour autant, Béatrice Macé et Jean-Louis Brossard, co-directeurs de l’ATM (association Trans musicales) ont d’ores et déjà fait savoir qu’il s’agirait d’un « non anniversaire » . On se consolera avec une prog’ dont, à l’heure où nous écrivons ces lignes, vingt-huit noms ont été dévoilés. YEGG attend avec impatience les canadiens de Chic Gamine (quatre chanteuses et un batteur percussionniste).

La formation d’outre Atlantique allie avec une certaine aisance r’n'b, pop et soul music recréant ainsi une ambiance de soirées entre bonnes copines qui donnent de la voix. Autre chanteuse attendue, La Yegros. Elle vient d’Argentine où elle est considérée comme « la reine de l’underground ». L’ATM nous promet « une fête totale » grâce à un mélange de musique traditionnelle de son pays et de danse africaine. Enfin, on garde bien évidemment un oeil sur les quatre rennais de Superets.

3 – Une bouffée d’Aire : Programmation culturelle particulièrement attendue en cette saison 2013-2014 : celle de L’Aire Libre. Le « théâtre pour une parole vivante » implanté à Saint-Jacques de la Lande et racheté en janvier dernier par Maël Le Goff et Émilie Audren, co-directeurs du festival Mythos, fera pour la première fois sa rentrée en même temps que les autres structures rennaises. Si, à l’heure où nous écrivons ces lignes, l’ensemble des rendez-vous n’ont pas été annoncés, on sait d’ores et déjà que cette fin d’année 2013 ne sera pas placée sous le signe de la féminité…

Sur les cinq noms dévoilés sur le site internet du théâtre (parmi lesquels Dominique A), presque pas de femme, hormis le trio allemand She she pop, qui présentera « Testament », du 14 au 16 novembre, dans le cadre du festival Mettre en scène. On compte donc sur l’année 2014 pour redresser la barre. Autre enjeux pour les programmateurs, faire cohabiter des propositions de lieu culturel avec celles de festival. L’Aire Libre deviendra-t-elle la vitrine de Mythos ? À moins que le rendez-vous annuel implanté dans le parc du Thabor permette à une salle de spectacles excentrée de se faire un nom… Réponse dans quelques mois.

Tab title: 
2013 - 2014 : Votre ville en mouvement
Féminisme : Jocelyne Bougeard
Politique : Élections, Engagement, Suivi
Économie : Emplois, Chômage, Retraites
Vie quotidienne : École, Sécurité, Travaux
Culture : Femmes en scène

Pages