Célian Ramis

Inspiration Riot Grrrls

Posts section: 
List image: 
Summary: 
De Buenos Aires à Rennes, en passant par Olympia et Washington DC, le Jardin Moderne proposait en juin et juillet un tour d’horizon, non exhaustif, dans le féminisme underground et DIY, des années 90 à aujourd’hui.
Main images: 
Text: 

De Buenos Aires à Rennes, en passant par Olympia et Washington DC, le Jardin Moderne proposait en juin et juillet un tour d’horizon, non exhaustif, dans le féminisme underground et DIY, des années 90 à aujourd’hui.

Au début des années 90, Internet n’existe pas. Le grunge s’apprête à exploser mais il n’est pas encore délimité. Sur la côte Ouest des Etats-Unis, la ville d’Olympia est en pleine émanation musicale. Et les femmes sont partie prenante de la production.

« Elles vont se rendre compte que le personnel est politique, que ce qu’elles ressentent est politique, qu’elles ont envie de prendre des instruments et faire de la musique : elles s’interrogent alors sur la place des femmes dans la société underground et plus largement dans la société. », explique Manon Labry, docteure en civilisation nord-américaine, dont la thèse a porté sur les relations entre culture mainstream et sous-cultures underground, à travers l’étude du cas de la sous-culture punk-féministe.

FAIRE ENTENDRE LEURS VOIX ET LEURS IDÉES

Le 28 juin dernier, au Jardin moderne, elle racontait la naissance du mouvement Riot Grrrls. Un récit qu’elle publie en avril 2016 dans son ouvrage Riot Grrrls, chronique d’une révolution punk-féministe. Newsletters, fanzines féministes, concerts, esprit DIY, la création est en pleine ébullition. Et prend d’autant plus d’ampleur quand la scène olympienne rencontre la scène washingtonienne, « plus politique, plus organisée ».

Les musiciennes féministes de l’underground étatsunien vont révolutionner le paysage musical punk et porter des revendications encore tristement d’actualité en 2017. Les groupes emblématiques tels que Bikini Kill (qui comptabilise dans ses rangs Kathleen Hanna et Toby Vail), Bratmobile ou encore Heavens To Betsy font entendre leurs voix et dénoncent des pratiques qu’elles trouvent inacceptables.

« Les féministes s’emparent de la scène underground et produisent des choses qui n’ont encore jamais été entendues, même si le terrain avait déjà été tâté par L7 », précise Manon Labry. En effet, L7 abordait déjà la question du plaisir féminin et de la masturbation, entre autres. Pourtant, elles ne prendront pas part au mouvement.

« Pour autant, elles ont beaucoup influencé les Riot Grrrls, ont collaboré et se sont entraidées. Elles étaient, si on peut dire ça comme ça, des collègues de lutte. Les Riot Grrrls ont continué sur la lancée, en ajoutant les violences faites aux femmes, les viols, les incestes. », souligne-t-elle.

SUR LE DEVANT DE LA SCÈNE

Entre 1990 et 1995 – période sur laquelle Manon Labry focalise son récit, correspondant alors à la naissance du courant – les groupes émergent, tout comme les fanzines féministes se répandent, comme Jigsaw ou Riot Grrrls. On prône alors l’esprit DIY, l’émancipation (sans jalousie entre meufs) mais aussi le retour aux idéaux premiers du punk :

« À cette époque, on déchante un peu du punk qui se veut horizontal mais les scènes masculines sont majoritaires et les comportements machos sont pléthores. « Girls to the front » (réclamer que les femmes accèdent aux devants des scènes et faire reculer les hommes) est alors une stratégie, que Bikini Kill explique lors des concerts mais aussi sur des tracts, pour que l’espace ne soit pas dominé par des hommes. »

Le mouvement est inspirant, puissant, contagieux. Et controversé. Pas au goût de tout le monde. Elles sont régulièrement la cible des médias mainstream qui les décrédibilise, les faisant passer pour des hystériques criant dans leurs micros. Dans son ouvrage, la spécialiste détaille l’ampleur que prendra cette médiatisation de la haine, allant des menaces (de viol, de mort…) jusqu’à l’exécution de ces dernières.

Si le mouvement a disparu de sa forme originelle, il a fait des émules – comme par exemple avec l’ovni Le Tigre, groupe dans lequel on retrouve Kathleen Hanna - et a poursuivi son chemin en souterrain.

À l’instar du collectif dont les dessins, manifestes et photos étaient à découvrir au Jardin Moderne jusqu’au 31 juillet dans l’exposition « Desde Buenos Aires, Contra Ataque Femininja Mutante » mais aussi du groupe punk féministe Nanda Devi (trio rennais), « qui compte parmi les 12% du Jardin moderne », qui jouait le 28 juin, après la conférence, et portrait fièrement l’inscription « No, no, no »  (du nom d’une de leurs chansons) sur leurs t-shirt :

« Parce que c’est important de se positionner en tant que meufs et de savoir dire non ! »

Célian Ramis

Les Innocentes, entre pureté esthétique et horreur de la situation

Posts section: 
Location: 
Cinéma Gaumont, Rennes
List image: 
Summary: 
La réalisatrice Anne Fontaine revient sur un fait tragique de l’Histoire, lors de la Seconde guerre mondiale en Pologne, dans son nouveau film Les Innocentes.
Text: 

La réalisatrice Anne Fontaine revient sur un fait tragique de l’Histoire, lors de la Seconde guerre mondiale en Pologne, dans son nouveau film Les Innocentes, qu’elle présentait en avant-première le 18 janvier dernier, au cinéma Gaumont de Rennes.

Décembre 1945, Pologne. Mathilde Beaulieu est en mission pour la Croix-Rouge française. Elle y assiste un chirurgien dans le but de soigner les rescapés de la guerre avant leur rapatriement en France. Appelée à l’aide par une religieuse polonaise, elle va accepter de se rendre dans le couvent où vivent trente bénédictines coupées du monde, enchainées à une tragédie survenue quelques mois plus tôt. Violées par des soldats de l’Armée Rouge, plusieurs d’entre elles sont sur le point d’accoucher.

La trame est historique. Ignorés encore aujourd’hui de la majeure partie de la population polonaise, mais confirmés par des historiens du pays, les faits ont eu lieu à divers endroits, souvent situés vers la frontière de Silésie, au Sud-Ouest de la Pologne. Violées, tuées pour certaines, laissées enceintes pour d’autres. Dans le film d’Anne Fontaine, l’action se concentre sur le cas des bénédictines soignées par Madeleine Pauliac, médecin-chef de l’hôpital français de Varsovie en ruines, et chargée de la mission de rapatriement à la tête de la Croix-Rouge française.

LA VÉRACITÉ D’UNE AMBIANCE

Dans un carnet, dévoilé par Philippe Maynial, son neveu, elle y écrit son quotidien auprès des patients et témoigne de cet épisode au couvent où elle rencontre des femmes en proie à une problématique tragique, qu’elle garde secrètement par peur de mettre le couvent en péril. Les Innocentes en est une adaptation, non la copie exacte. « Il y a très peu de choses écrites sur ce carnet. C’est très bref, tel jour j’ai fait ça, point. », explique Anne Fontaine, lors de son passage à Rennes.

Pour nourrir les personnages et relater de l’atmosphère monacale avec véracité et fidélité, la réalisatrice de Gemma Bovery ou encore Perfect Mothers s’est rendue à 2 reprises dans un couvent : « La première fois, 3 jours, la deuxième fois, 4 jours. Je faisais tout comme elles, j’étais considérée comme une novice. J’ai été très touchée par cette expérience. C’était important pour ma façon de filmer. Les visages cadrés par le voile, les mains qui sont les seuls membres à apparaître en dehors du chasuble, les corps ensevelis par les tissus… ça change vraiment la manière de regarder une personne. »

L’occasion de contempler et d’observer les rythmes qui structurent les journées des nonnes entre les instants de silence, les prières et les chants. Pour les reproduire au plus près du réel et ainsi pouvoir nous plonger dans l’ambiance et le contexte. Défi relevé puisque la pureté des couleurs contrastées entre le noir anthracite et les nuances de blanc, dans un décor épuré, accentue la violence du propos et nous maintient sous pression, comme pour nous dire que jamais cela ne s’arrête, malgré quelques instants de respiration et d’espoir.

FOI ET VOCATION

Un propos qui n’est d’ailleurs pas singulier mais qui s’attèle à saisir chaque réaction manifestée par les protagonistes et leur évolution, sans porter de jugement moral et sans imposer de vision manichéenne, la complexité de l’être humain étant un élément sous-jacent à l’histoire (et à l’Histoire). Gérer le drame, vivre une grossesse imposée, conséquence d’un viol, affronter des dénis, se buter contre les règles, se battre et se débattre avec sa foi. C’est là l’essence même du film. Comment garder la foi dans une situation comme celle-ci ? La foi peut-elle être inébranlable ?

« La maternité pour une Sœur, c’est ce qu’il y a de plus difficile à abandonner quand elle s’engage devant Dieu. C’est ce qui est ressorti dans ce qu’elles m’ont raconté quand je suis allée au couvent. Là, en plus, elles y sont confrontées de force. Chacune d’entre elles va alors dialoguer à sa manière avec cet événement. », livre la réalisatrice transcendée par le sujet dès lors que ses producteurs le lui ont proposé.

Et le film ne se limite pas à la foi religieuse touchant plus largement à la vocation et à l’espérance. L’importance de l’espérance, s’il en est. Confrontant ainsi le monde spirituel à celui du monde laïc, à travers le personnage de Mathilde, communiste par éducation, pragmatique, scientifique. Une jeune femme qui s’est jetée tête baissée dans l’horreur de la guerre et qui est arrivée en Pologne avec ses certitudes, dénuées de certaines réflexions philosophiques.

DE LA BEAUTÉ JAILLIT L’HORREUR

Interprétée par Lou de Laâge, elle captive spectatrices et spectateurs. De son comportement transgressif – femme médecin, bravant les ordres de sa hiérarchie, entamant une relation « non conventionnelle » (pour l’époque) avec le chirurgien, gardant le secret des Sœurs, agissant en pleine nuit malgré les dangers des barrages des soldats russes – elle tire un roman d’apprentissage à travers un enchainement d’expériences initiatiques.

« J’ai voulu Lou pour sa grâce. C’est très fort au cinéma d’avoir de la grâce. Je l’ai dirigée d’une manière particulière car au départ elle devait être froide, ne pas montrer ses émotions. Si son personnage était trop atteint, elle ne pouvait plus faire correctement son travail. », justifie Anne Fontaine. Et entre Mathilde Beaulieu et les Sœurs se nouent des relations profondes qui vont rompre avec le quotidien et s’immiscer dans cette communauté à la dramaturgie semblable à celle de chaque groupe identitaire, composé  d’égos, de tensions et de tempéraments différents.

La beauté des Innocentes réside dans la découverte de l’autre et l’acceptation, ou non, des événements en cours. Dans le choix du renoncement ou de l’espérance, dans les motivations à commettre un acte répréhensible comme le sacrifice d’un enfant pour préserver sa communauté du déshonneur et de la disgrâce. Sans minimiser ou grossir le trait, la réalisatrice rend le poids de la religion, la rigidité de la pensée catholique tout comme celle de la pensée scientifique, malléables. Interrogeant ainsi qui de l’individu ou de la foi guide l’autre.

Tout est travaillé, chaque détail est peaufiné. Décors, lumières, dialogues (français soutenu pour la polonaise Sœur Maria), interprétations sans failles des comédiennes, tout est confiné dans la plus grande pureté et dans la plus grande sobriété. Comme pour déclencher un choc entre la perfection esthétique et l’horreur du sujet, qui, réunis, bouleversent les spectatrices et les spectateurs.

Sortie de son contexte, la situation exposée se transpose à notre époque contemporaine, la cruauté des actes infligés n’ayant pas cessé à la fin de la Seconde guerre mondiale. Le film nous invite à réfléchir à la réalité des violences sexuelles, pas seulement crimes de guerre mais aussi et surtout crimes du quotidien. En France, c’est en moyenne 84 000 femmes par an (âgées entre 18 et 75 ans) qui sont victimes de viols ou de tentatives de viols, selon le site gouvernemental contre les violences faites aux femmes.

Au cinéma à partir du 10 février 2016.

Célian Ramis

"Plus femme que femme" : Girl power au coeur du Blosne

Posts section: 
Location: 
Le Triangle, Rennes
List image: 
Summary: 
Présenté au Triangle le 28 mai prochain, le spectacle entend réveiller les consciences, bousculer le quotidien des femmes et des hommes, et lancer un message clair : les femmes sont puissantes.
Main images: 
Text: 

Depuis le 20 avril, les danseuses camerounaises Gladys Tchuimo et Mireille Akaba, de la compagnie Poo-Lek, travaillent au fil d’une résidence au Triangle sur leur spectacle « Plus femme que femme », à découvrir le 28 mai prochain, dans le cadre d’Agitation, qui s’installe au cœur du Blosne les 27, 28 et 31 mai.

« Dans ce spectacle, nous souhaitons amener les femmes à prendre conscience du pouvoir qu’elles ont, de la place qu’elles ont. Et dire que les femmes peuvent choisir ! » Gladys Tchuimo et Mireille Akaba sont la preuve de cette liberté de choix qu’elles revendiquent dans la création « Plus femme que femme ». D’autant qu’elles ont décidé de vivre de la danse, un chemin loin d’être évident au Cameroun et pas toujours compris, surtout dans le cercle familial.

La danse « arrive comme une passion », dès l’âge de 8 ans, se souvient Gladys qui l’a d’abord pratiquée à l’école puis utilisée pour payer sa scolarité, comme une bourse artistique. « C’est arrivé malgré moi et ça s’est imposé comme un métier. Mais pour mes parents, ce n’était pas envisageable. », explique-t-elle. Originaire de Douala – capitale économique du Cameroun, située à l’ouest du pays – elle s’installe à Yaoundé – capitale politique – qu’elle considère comme « plus ouverte » et y intègre un groupe de danse traditionnelle.

Rencontres avec des chorégraphes, animations dans des stades, démonstrations d’un caractère de leader, Gladys Tchuimo franchit les étapes pas à pas vers une carrière riche d’expériences jusqu’à souhaiter élargir ses compétences de danseuse-chorégraphe :

« J’ai commencé à m’orienter vers les danses modernes car pour devenir vraiment danseuse, je devais ne pas rester que dans le traditionnel. Et dans les années 2000, les compagnies de danse contemporaine ont commencé à naitre. »

Après une tournée en Europe avec une troupe de comédie musicale, elle se lance en solo et grâce à sa première pièce en 2004, elle bénéficie des Visas de la Création, un programme d’aide et de résidence de l’Institut français pour les jeunes talents résidant en Afrique ou dans les Caraïbes. C’est en 2005 qu’elle vient donc pour la première fois dans l’Hexagone, et passe plusieurs mois a enseigné et dansé à Grenoble (38), monte un projet avec une association française. De retour dans son pays natal, et après avoir foulé quelques scènes maliennes, congolaises ou encore burkinabè, elle entre à l’École des Sables (grande école de danse en Afrique, implantée au Sénégal).

FEMMES DES ARTS

« Très peu de filles dansent au Cameroun. Je me suis mis le défi de danser avec des femmes », souligne la chorégraphe de la compagnie Poo-Lek qui, en travaillant avec des danseuses de l’École des Sables, rencontre Mireille Akaba avec qui elle collabore sur un projet de danse avant de développer leur création en 2014. Ce duo aurait pu ne jamais voir le jour, puisque Mireille, qui vient en France pour la première fois avec cette résidence dans le quartier du Blosne à Rennes, elle, est issue du milieu de la musique : « J’ai commencé en 2008, dans un groupe camerounais, de world music. Chez nous, il n’y a pas d’école de musique, il faut t’inviter à travailler avec des gens, moi j’ai appris à chanter avec eux. »

De fil en aiguille, de projets en rencontres, elle effectue un stage dans un groupe congolais. De là nait son envie de danser, ce qu’elle fait en intégrant un groupe de danse traditionnelle, avant de découvrir la danse contemporaine, d’entrer à son tour dans la fameuse école de danse et créer ses spectacles, dont son solo « Fashion Victim », que le public rennais pourra découvrir le 20 mai, à l’occasion de la soirée « Sous la lumière », intitulée « De Rennes à Yaoundé, la quotidien de femmes d’aujourd’hui » dans laquelle les 2 danseuses seront entourées d’autres professionnelles comme Anne-Karine Lescop et Morgane Rey, d’associations telles que Danse à tous les étages et HF Bretagne, de Djaïli Amal Amadou, auteur de L’art de partager un mari et de Kouam Tawa, auteur en résidence au Triangle également.

« Au Cameroun, j’ai créé une performance dans la rue, où je me transforme en tout. Je m’inspire de certaines pratiques que l’on voit dans les rues pour obtenir de l’argent. Je jette des mots, je crée des poèmes… », précise Mireille. Une sorte d’illustration dansée et mimée de la folie ambiante qui inspire aux passant-e-s diverses réflexions entre « Mais qu’est-ce qui arrive aux jeunes femmes au Cameroun ? » et « Elle est trop jeune pour devenir folle » ou encore « Ça a vraiment commencé… »

CONDITIONS DES FEMMES

L’observation et l’analyse utilisée dans cette performance constituent des outils indispensables à son travail de création et de transmission, qu’elle aime partager avec les habitants, dans la rue, dans les quartiers, sur les marchés. Et des outils essentiels dans le processus de réflexion qui mènera à la chorégraphie et mise en scène de « Plus femme que femme », puisque les deux comparses ont récolté plusieurs témoignages de femmes camerounaises autour de la question « C’est quoi le bonheur ? »

« Pour 4 femmes sur 5, c’est d’avoir un mari et des enfants », lancent-elles en chœur, en rigolant de ce constat qu’elles considèrent comme effarant. Et à la question de la sexualité dans le couple, la majorité répond qu’il s’agit d’un acte à « subir » quand « le mari le veut / pour s’en débarrasser / pour faire plaisir à l’homme ». Les réponses font écho en elles, Gladys particulièrement, Mireille étant plus réservée sur son histoire personnelle.

L’homme détient le pouvoir. Les deux danseuses expliquent qu’au Cameroun, quand les femmes travaillent, c’est par préoccupation pour leurs enfants principalement. « En général, le mari donne 1000 francs, 1,50 euros en gros, pour l’alimentaire. C’est tout, et les femmes ne peuvent pas sortir de la maison en dehors de ça ! », s’indigne Gladys Tchuimo qui se souvient avoir été traumatisée par la relation « pas facile » entre son père et sa mère.

« Je n’avais vraiment pas envie de me marier, et je demandais à ma mère comment elle faisait pour continuer de faire des enfants avec lui ?! Je réfléchissais à pourquoi elle acceptait d’être traitée comme il le faisait, et moi je ne voulais pas de ça… Je crois que mon père aimait trop sa femme, qu’il était jaloux de sa femme… »

UN MESSAGE UNIVERSEL

À 37 ans, pourtant, Gladys est mariée. Ce qui fait beaucoup rire cette femme au caractère trempé et bien affirmé : « J’ai fini par trouver quelqu’un qui accepte que je sois libre et que j’exerce mon métier, comme quoi ça existe ! » Et quand on dévie sur le terrain des générations qui changent et évoluent avec leur temps, le duo recadre tout de suite, sourires aux lèvres, le discours : « Les générations ne changent pas. Nos voisines au Cameroun sont encore mères de 5 ou 6 enfants, et elles ont nos âges… », affirme Mireille, soutenue par Gladys :

« Les femmes peuvent choisir. Les femmes, on a des choses à dire, une place à prendre, du pouvoir, on a le choix. »

C’est là le point de départ et l’essence même de la pièce qu’elles dévoileront aux Rennais-es le 28 mai, à 20h, au Triangle. Une pièce qui parle d’elles mais pas seulement. « Personnellement, je dis avec le corps ce que je ne peux pas dire avec la voix, même si certaines fois, et pour nous faire comprendre, nous allons utiliser la voix », poétise Mireille, âgée de 35 ans, dont la douceur semble contenir un tourbillon d’émotions à l’intérieur d’elle-même. Les deux danseuses ont puisé dans leurs ressentis justement mais aussi leurs différences pour bâtir un spectacle au message universel, pas uniquement basée sur la condition des femmes au Cameroun, s’inspirant et s’appuyant également sur des textes de Kouam Tawa ou de l’histoire de Lilith, figure féminine infernale.

« Plus femme que femme » entend réveiller les consciences, bousculer le quotidien des femmes, et des hommes - « qui doivent savoir que derrière chacun d’eux il y a une femme, une mère, une sœur, une amie ! Ils doivent les chouchouter ! Nous ne jetons pas la pierre aux hommes mais ils doivent comprendre que le sexe fort ne se fait pas forcément dans la guerre, au contraire il s’effectue dans la douceur, donc chez les femmes. » - et lancer un message clair et précis : puissantes, les femmes doivent s’accomplir en réalisant la place qu’elles occupent et le pouvoir dont elles disposent.

LIEN ARTISTIQUE ET CULTUREL

En parallèle de ce spectacle, les deux danseuses se font le lien artistique et culturel entre la structure de la Cité de la danse et les habitant-e-s du quartier du Blosne. Plusieurs rencontres sont organisées jusqu’à leur départ. Entre débat (Sous la lumière, le 20 mai, dans le hall du Triangle), training de danses traditionnelles et afro-contemporaines (dernière séance le 19 mai de 18h30 à 20h30, dans le hall du Triangle) et spectacles courts hors les murs*, le duo crée l’événement et permet surtout à la danse de délivrer son pouvoir créateur de lien social et sa force fédératrice.

« Les enfants avaient vu la vidéo de Gladys et Mireille pour apprendre les pas de la chorégraphie. Là, ils ont vu les danseuses en vrai, faire les mêmes pas. Ils n’en revenaient pas ! C’est ça qui est intéressant et qui est important. », explique Marion Deniaud, chargée des actions culturelles au Triangle, qui parle de mission de service public, dans une démarche d’écoute du territoire avec lequel il est primordial d’être en phase (lire p. 15, Focus, YEGG #36 – Mai 2015).

 

* Mercredi 20 mai, 15h, Centre commercial Italie
   Jeudi 21 mai, 14h30, Foyer de la Thébaudais
   Vendredi 22 mai, 19h, Square Alexis Le Strat
   Samedi 23 mai, 16h, Métro Charles de Gaulle
   Samedi 30 mai, 11h, Marché de Zagreb

Célian Ramis

Déceler les violences invisibles

Posts section: 
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Les violences psychologiques font parties d’un processus insidieux s’installant dans la durée, compliqué à déceler et à dénoncer. Décryptage.
Main images: 
Text: 

 Le 25 novembre symbolise la lutte contre les violences faites aux femmes. C’est dans ce cadre là que l’École Nationale de la Magistrature (ENM) organisait le 28 novembre dernier le colloque « Violences psychologiques au sein de la famille et au travail, violences invisibles ? », à l’Hôtel Rennes Métropole.

Les violences psychologiques font parties d’un processus insidieux s’installant dans la durée, compliqué à déceler et à dénoncer. Lors du colloque, 3 femmes ont attiré notre attention. Me Géraldine Marion, avocat au Barreau de Rennes, Dr Marlène Abondo, psychiatre et médecin légiste au service de médecine légale (CHU de Rennes) et Dr Claire Guivarch, psychologue clinicienne dans le même service.

« La violence morale détruit tout autant que la violence physique. Surtout qu’elle ne s’arrête pas aux portes du harcèlement moral »
explique Géraldine Marion, avocate en Droit du travail.

Elle regrette qu’en 2014, en France, des personnes soient encore victimes de souffrance au travail alors que ce dernier « devrait être source d’épanouissement ». Selon elle, il manque à la Justice les moyens humains et de temps pour bien travailler : « Les juges sont en attente de formation, ils sont demandeurs mais les moyens ne suivent pas. » Une réalité qui la désole, surtout lorsqu’elle entend des juges parler de « maladresses managériales ». « Ça m’horripile, confie-t-elle, c’est terrible pour une cliente d’entendre cela ! C’est tellement compliqué de prouver que la situation vécue peut entrainer des effets sur la condition morale ou physique de la personne. »

Au service de médecine légale, la mission est autre et prend en compte l’auteur et la victime. Le Dr Abondo a une définition marquante : « La médecine de la violence. La Justice nous demande d’intervenir en tant qu’experts à la suite d’un dépôt de plainte. » Au quotidien, les professionnelles évaluent le retentissement psychologique « car il peut y avoir des réactions immédiates comme des réactions différées. Nous devons observer l’évolution des symptômes dans le temps », précise le Dr Guivarch.

Elles soulignent toutes les 2 la complexité de l’être humain, l’importance de la relation, de la personne dans son individualité et du contexte. Ainsi que la dangerosité des violences psychologiques qui peuvent être ouvertes (insultes, menaces, propos négatifs) ou couvertes.

« Les plus dangereuses. Elles relèvent souvent d’une communication paradoxale dans le langage. Très difficiles à déceler, elles entrainent la perte de confiance en soi et la confusion »
déclare Marlène Abondo.

Pour elle, la manipulation se pratique chez tout être humain. Elle n’est ni bonne, ni mauvaise. Mais elle amène à se soumettre librement. « Il y a un attachement affectif et alors il va être difficile d’identifier le négatif et de s’en extraire », ajoute Claire Guivarch.

Célian Ramis

Audrey Chenu, son combat de femme vers l'émancipation

Posts section: 
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Ex-dealeuse de shit, ex-taularde, féministe, lesbienne, instit’, boxeuse, slameuse… Audrey Chenu signe en 2013 le livre Girlfight. Portrait.
Text: 

Ex-dealeuse de shit, ex-taularde, féministe, lesbienne, instit’, boxeuse, slameuse… Audrey Chenu peut être qualifiée de bien des choses que l’on pourrait s’amuser à lister ou à classer par ordre de pseudo importance. Mais finalement, ce n’est pas ce qui compte. L’important, c’est ce qu’elle véhicule, à travers son histoire, couchée sur papier dans son livre Girlfight – accompagnée de la journaliste et scénariste Catherine Monroy -  dont elle nous confie la trame lors de notre rencontre, mi-novembre. À l’occasion d’un après-midi slam et d’un apéro-discussion autour de son bouquin, les membres de La Bibliothèque Féministe de Rennes l’ont invitée à partager son expérience de vie à travers les arts de la parole.

L’éditeur, Presses de la Cité, le résume joliment : « C’est la belle histoire d’une fleur poussée au milieu du béton, celle d’une rédemption… »

Née à Caen, Audrey Chenu évolue dans un contexte familial « étouffant et mortifère ». Un père atteint de maladie mentale, donc « absent de mon éducation », une mère dépassée, 4 enfants. Elle est la deuxième de la fratrie, la première fille. « C’est sûr que ça apprend la force et l’indépendance. Je suis devenue la seconde maman, à 7 ans, il fallait savoir tenir la maison », explique-t-elle. L’ambiance n’est pas au partage des sentiments, elle se réfugie dans la lecture, « son échappatoire, son plaisir dans la solitude ».

Elle cherche sa place, elle se débat contre l’idée d’être enfermée dans la case « fille », se vénère et boude. « J’avais pas les armes pour répondre. Pour exister, j’étais insolente », précise la jeune trentenaire. Elle explique alors que c’est à l’adolescence que sa révolte va prendre de l’ampleur. Au lycée, elle fume du shit, pratique pour « aller vers les autres, ça anesthésie les émotions ». Le manque d’argent, l’envie de s’émanciper de sa famille et de s’en sortir seule. Elle a alors 16 ans, bonne élève, quitte le foyer parental et deale du shit, d’abord pour en fumer, puis pour le business. « Les fournisseurs étaient à Paris, mes potes avaient des contacts en banlieue parisienne, car à Caen il n’y en avait plus assez », se souvient-elle.

PRISON ET CAUSE FÉMININE/ISTE

Mais son réseau tombe et la jeune fille se fait balancer et arrêter. Direction la prison de Versailles.

« Le mythe des mecs durs s’est effondré à ce moment-là. Les couilles et le courage, c’est pas que du côté des mecs ! »
 lâche Audrey, d’un ton sec.

Elle découvre le milieu carcéral féminin: « Il y a, entre autre, un partage des oppressions masculines. La plupart des femmes étaient là à cause des hommes. On se rend compte là-bas que l’on est aussi fortes qu’eux. Le mythe de la complémentarité peut être dangereux ! » Autonomie, solidarité, combats menés entre prisonnières, tout cela la mène à percevoir les femmes d’une manière différente « et mène au féminisme ! »

Durant son incarcération, elle trouve également du soutien auprès de François Chouquet, un enseignant donnant des conférences au sein de la prison. « Les cours en prison concernent souvent l’alphabétisation des personnes incarcérées. Avec l’Université Paris 7, il y avait un dispositif pour prendre des cours. J’ai étudié la sociologie, mais il fallait acheter une vingtaine de bouquins. C’est François Chouquet qui me faisait passer les livres lorsqu’il venait, pour que je puisse faire mes fiches de lecture. Cela m’a permis de mettre des mots sur ce que je ne comprenais pas. Il ne s’agissait pas de juste subir et purger ma peine », explique Audrey.

La jeune femme noue des amitiés fortes avec des détenues, « beaucoup de complicité ». À sa sortie, l’une d’elles la recontacte. Elles tombent amoureuses :

« J’ai d’abord été bi, puis lesbienne mais jamais d’histoire en prison ! »

 Audrey travaille à McDo, ne s’investit pas trop et « continue le business » jusqu’à retourner une seconde fois en prison. À Fresnes, cette fois pour 12 mois. « J’ai jamais fait autant de mitard que cette fois là ! », se remémore-t-elle.

SLAM ET ÉDUCATION

Une fois à l’extérieur, deux gros sacs Tati dans les mains, elle ne sait où aller, elle va alors partager les galères et les plans boulots avec des amies ex-détenues. Elle commence l’animation et les scènes slam, elle a déjà touché à l’écriture en prison. Elle rencontre Nina, « une femme incroyable qui anime des ateliers dans une maison de quartier. J’ai fait ça 2 ans, le milieu socio-culturel, c’est précaire mais j’aimais ça ! Être avec les jeunes, avec les enfants ! » Audrey se lance dans un nouveau combat, celui de faire effacer ses peines figurant sur l’extrait de son casier judiciaire.

Elle a choisi d’être institutrice. Il lui faudra un an pour obtenir gain de cause, non sans mal :

« Je me rappelle qu’un des juges m’a dit : « La loi du casier existe pour que les gens comme vous n’accédiez pas à l’Éducation Nationale. » »

 Et c’est en Seine Saint-Denis que l’auteure de Girlfight exerce sa profession d’instit’, depuis 8 ans. Elle n’a pas dit dès le départ, à ses collègues, qu’elle trainait la valise d’ex-taularde dans ses affaires, mais tous le savaient avant publication du bouquin :

« J’ai toujours reçu de la compréhension. Quand les élèves l’ont su, ils étaient étonnés car ils ont l’image de la maitresse douce et gentille. (Rires) Quand le livre est sorti et qu’il a été médiatisé, je ne pensais pas faire l’unanimité par contre ».

Pour elle, il est important de libérer la parole autour de ce type de parcours, briser la honte de la prison, se battre contre les préjugés, et ça avec les enfants : « Je travaille dans un quartier populaire. Certains élèves ont quelqu’un de leur famille ou quelqu’un qu’ils connaissent en prison. C’est important par exemple de travailler ensemble sur l’écriture d’une lettre à quelqu’un qui est en prison. »

BOXE ET ÉMANCIPATION

Si pour l’éditeur, il s’agit d’une histoire de rédemption, Audrey, elle, parle d’émancipation. Les femmes ne sont pas libres. Un constat qu’elle a pu tirer en prison mais également en dehors, lors de sa réinsertion.

« On demande toujours « t’es mariée ? t’as des enfants ? », les femmes sont enfermées dans des rôles ! Mais ça peut tuer et voler des vies. Le sexisme dans l’éducation, l’homophobie, tout ça me révolte ! »
scande celle qui s’est mise à la boxe il y a 5 ans et l’enseigne aux petites filles.

Pour elle, la société ne bouge pas, elle régresse, et la jeunesse le vit mal. Elle voit ce mutisme des femmes comme si ces dernières étaient amputées : « Il faut prendre l’espace, il y a plein de choses à déconstruire ! » Et la boxe se révèle alors comme un des sports les plus complets et exigeants, qui permet de prendre confiance en soi et de se forger un mental d’acier. « On nous fait croire qu’on n’est pas capables. Qu’on est faibles. Quand on regarde dans le métro, les femmes sont recroquevillées. La boxe libère l’agressivité, dresse le corps des femmes et développe la force musculaire. Ça aide à s’affirmer et c’est un sport qui a plein de choses à apporter ! », déclare-t-elle, passionnée et engagée.

L’L’égalité des sexes, acquise ?

« C’est des conneries ! Et quand on voit les réac’ de la Manif pour tous, les réac’ au féminisme… Pour moi, le féminisme, c’est le progrès, c’est une avancée que l’on veut renvoyer dans l’obscurantisme fanatique. Mais l’histoire se répète et nous devons continuer de lutter »

L’écriture, son travail, la boxe et le slam sont donc autant de sources d’inspiration pour Audrey que de moyens pour éduquer à l’égalité et espérer faire passer le message. Le cinéma pourrait bien être un autre biais. Un chemin envisagé par l’institutrice qui pourrait voir son histoire adaptée sur grand écran. Pas dans l’immédiat, faute de temps – elle demande un mi-temps qu’elle n’obtient pour le moment pas – mais elle déjà été approchée dans cette optique précise.

Côté livre, « j’ai dit ce que j’avais à dire. Je ne veux pas écrire un livre pour écrire un livre. Et je me consacre aussi au slam et à l’écriture des autres, pour se libérer ». Se libérer, s’émanciper, le parcours et le combat d’Audrey marchent dans ce sens. Souhaitons que le message soit entendu et se diffuse.

Célian Ramis

YEGG fait sa BIennale de l'égalité : Dans l'intimité du hammam (5/5)

Posts section: 
Related post: 
34
Location: 
Lorient
List image: 
Summary: 
Un spectacle intense et émouvant « À mon âge je me cache encore pour fumer », présenté par la compagnie finistérienne Les Cormorans.
Main images: 
Text: 

La 4e Biennale de l’égalité femmes-hommes, organisée au Palais des congrès de Lorient, s’est achevée samedi 17 mai par le spectacle intense et émouvant « À mon âge je me cache encore pour fumer », présenté par la compagnie finistérienne Les Cormorans.

Une histoire de femmes, d’Algérie, d’Islam, de condition féminine dans les pays arabes mais aussi une histoire de solidarité, de force et de beauté. Un magnifique tableau présenté par la compagnie de théâtre Les Cormorans, originaire de Carantec dans la baie de Morlaix, et adapté de la pièce de l’auteure et comédienne féministe Rayhana, À mon âge je me cache encore pour fumer. Cette femme algérienne avait été violemment agressée en janvier 2010 à Paris, au moment des représentations de cette pièce, en raison du sujet traité.

En 2014, Gilles Kermarrec choisit de mettre en scène la première œuvre écrite en français de Rayhana, avec sa troupe de théâtre – constituée de femmes de 14 à 62 ans - avec qui il travaille depuis de nombreuses années. C’est devant une salle comble que la compagnie finistérienne a joué ce nouveau spectacle de qualité et assurément émouvant.

La pièce se déroule dans un hammam à Alger et présente le destin de neuf femmes oscillant entre rébellion, aspiration et soumission. Elles sont d’âge et de conditions diverses mais sont toute réunies dans cet espace protégé et intimiste initialement dédié à la toilette des femmes. Au cours du spectacle, elles échangent, toujours avec passion et ferveur, autour de leurs vies, de leur condition de femmes.

D’une situation banale au départ, la pièce de Rayhana nous emmène au cœur de l’intimité de ces neufs personnages profondément engagées et enlisées dans leur propre existence. Elles discutent, débattent, s’engueulent, se contredisent et se déchirent tandis que Fatima, la masseuse en chef, tente de les calmer et de les rappeler à l’ordre : « Vous êtes dans un hammam, vous êtes ici pour vous laver, on ne parle pas politique ici, apprenez à rester à votre place ».

Elles ont des parcours et des idéologies différents et éprouvent des difficultés à se comprendre et à cohabiter dans un espace fermé alors qu’elles aspirent toutes à une certaine liberté. L’une a subi une agression à l’acide et vient de divorcer, l’autre est mineure et enceinte – sans être mariée – une autre ne jure que par Dieu et a perdu son mari, assassiné parce que considéré terroriste, une autre encore attend de pouvoir épouser un homme pour fuir le hammam…

Briser les stéréotypes manichéens

Quand soudain arrive une occidentale, « une brunasse habillée comme une blondasse ». Elle vient rencontrer la patronne qui doit lui présenter une fille pour son fils quadra, célibataire, qui veut une vierge portant le voile « car les filles de France ont tout perdu, la religion, la tradition… »

Elle apporte une autre vision contrastée de la condition féminine qui vient se heurter à la différence des cultures. La pièce interroge, interpelle et intéresse car elle ne délivre aucune réponse brute et brise les stéréotypes en présentant et confrontant plusieurs points de vue. Ici, l’auteure, le metteur en scène et les comédiennes ne prennent aucun parti pris sinon celui de présenter un instant de vie durant lequel se croisent plusieurs destins et diverses facettes de la problématique énoncée. Ils dépeignent une condition féminine complexe et difficile à vivre à travers des portraits beaux et forts. Les dialogues sont poignants et renvoient à un quotidien cabossé dans lequel se mêlent espoirs, rêves, blessures, failles, rancunes, peurs et plaisirs. 

Pendant une heure, les spectatrices – peu d’hommes assistent à la représentation – sont suspendues aux lèvres des comédiennes qui envoient une haute dose d’électricité dans l’audience. La compagnie théâtrale use d’humour, de douceur mais aussi de sévérité, et de brutalité. Aucun sujet ni individu n’est épargné que ce soit dans les discussions ou dans l’émotion partagée. Sur scène, la tension est palpable.

Toutefois, elles diffusent et transmettent le message avec beaucoup de justesse et finesse, relevant le pari de peindre un tableau d’une grande beauté sur lequel figurent ces femmes liées par leur force et leurs valeurs aussi différentes soient-elles. La pièce passe de la comédie au drame avec beaucoup de subtilité à laquelle s’ajoute la force de la mise en scène de Gilles Kermarrec qui fait danser et chanter les comédiennes, accompagnées par un accordéoniste et une violoncelliste. Un instant d’une grande beauté qui nous pousse à la réflexion et à l’ouverture d’esprit.

Célian Ramis

YEGG fait sa BIennale de l'égalité : Marche ou C-rêve (2/5)

Posts section: 
Related post: 
174
Location: 
Lorient
List image: 
Summary: 
Vendredi 16 mai, Laëtitia Mazoyer présentait sa conférence gesticulée « Marche ou C-rêve ! : L’échappée belle ou la longue traversée des violences conjugales ».
Text: 

Vendredi 16 mai, Laëtitia Mazoyer présentait sa conférence gesticulée « Marche ou C-rêve ! : L’échappée belle ou la longue traversée des violences conjugales », à l’occasion de la 4e Biennale de l’égalité, organisée à Lorient. Un parcours de combattante et de militante.

Deux groupes sont constitués au fond de la salle. Laëtitia Mazoyer, au milieu, observe, écoute, attend. Les femmes, et les rares hommes présents, accordent leurs arguments avant de les confronter entre eux. La conférence commence ainsi. Par un débat mouvant. D’un côté, celles qui sont pour l’affirmation « C’est le premier pas qui coûte ».

De l’autre, celles qui sont pour l’affirmation « Ce n’est pas le premier pas qui coûte ». Ce premier pas coûte et compte pour certaines et pour d’autres, il est l’élément déclencheur mais pas nécessairement le plus important. Après un échange convivial qui se conclut par une dernière affirmation d’une participante - « Cela dépend des situations et des personnalités… » - Laëtitia Mazoyer invite les spectatrices à s’asseoir pour parler de son premier pas.

Celui qu’elle a fait pour quitter le foyer familial mais surtout celui qu’elle a fait pour sa marche de Nancy à Strasbourg. « Quitter le foyer où je vivais des violences, enceinte de 8 mois… J’avais besoin de partir, besoin de protéger mon enfant », lance-t-elle devant une audience ébahie et pendue à ses lèvres. C’est en octobre 2010 que la jeune femme a franchi le pas. Déjà séparée de son compagnon, elle est encore noyée dans les démarches administratives.

Cette année-là, elle s’engage pour la grande cause : la lutte contre les violences faites aux femmes (année nationale). Sur scène, elle prend alors sur son dos, le sac de voyage qu’elle avait d’abord placée devant son ventre pour illustrer la grossesse. Elle sort des cartes et surtout un drap sur lequel elle a dessiné son trajet qu’elle étend sur un fil à linge. « Avoir un trajet, une première étape, ça me donnait déjà une perspective. J’avais défini des étapes, pris des gites. Un sac à dos, un duvet, des draps. Quand une femme part, il faut penser à prendre les papiers, la trousse de secours… Souvent le départ ne s’improvise pas, sauf pour les cas de danger imminent. Allez, on décolle ! »

Marche ou C-rêve n’est pas une invitation au voyage mais une manière pédagogique et vivante de retransmettre le parcours vécu par cette femme. Et qui pour la 7e fois joue sa conférence gesticulée. « J’ai choisi de parler de l’après car il est difficile de témoigner quand on est encore dedans. Mais c’est vital de témoigner, pour informer, pour donner une vision large aux potentielles femmes qui peuvent le vivre », nous confie Laëtitia.

Un discours commun à celui de Rachel Jouvet, victime de violences conjugales à 18 ans, qui a choisi de raconter son histoire dans la pièce « Je te veux impeccable, le cri d’une femme », mise en scène et jouée par la compagnie rennaise Quidam théâtre (lire notre Focus n°19 – novembre 2013). Pour Laëtitia, la marche est une manière d’apprendre à vivre avec la solitude qui l’habite depuis qu’elle est partie du domicile conjugal. Elle établit un lien entre la peur ressentie lors du départ et celle des premiers jours de randonnée.

« La peur vous colle à la peau. J’ai passé du temps à la dompter », explique-t-elle. Chaque étape fait écho à ce qu’elle a subi au cours de l’après. Les émotions, le changement d’humeur, les difficultés, le découragement, l’épuisement, l’envie d’aller plus loin, d’avancer, de se reconstruire… Elle a déjà connu tout ça. Mais lors de sa marche, elle se libère, éprouve le plaisir de marcher, fait des rencontres. Et au fil de la conférence gesticulée, elle crée des parallèles entre son cheminement personnel et le chemin parcouru dans l’histoire des luttes féminines. « J’ai commencé à sortir de mon idée que l’égalité femmes-hommes, c’était acquis », dit-elle en posant sur son nez des lunettes avec un seul carreau teinté. Et pour sortir davantage du brouillard, elle sort deux autres linges qu’elle attache au fil, derrière elle.

« J’ai découvert deux triangles qui ont complètement bouleversé ma façon de penser. L’un qui explique la situation : il y a le persécuteur, la victime et le sauveur dans une relation triangulaire. L’autre montre comment s’en sortir : la protection, la permission et la thérapie », décrit-elle.

Néanmoins, la jeune femme ne se contente pas de ces schémas et fouille dans les écrits jusqu’à tomber sur une enquête concernant les violences faites aux femmes et un numéro de téléphone : « On m’a répondu : « Vous avez le bon numéro », c’était formidable ». C’est avec un humour fin et léger que Laëtitia fait passer son message et conte son expérience. Un parcours de combattante mis en parallèle avec une marche de militante.

Un problème social

« Au bout d’un moment, en cours de route, j’ai commencé à marcher avec joie et j’ai tué le prince charmant ». Silence dans la salle, les spectatrices étant piquées par la curiosité. Dans une démonstration théâtrale, Laëtitia illustre la relation de couple.

Elle tient son sac à dos, bras tendus, en position de supériorité face à elle. Elle se baisse, se baisse et se baisse encore, jusqu’à plaquer d’un coup sec le sac à dos à terre et se relève fièrement en scandant « J’ai tué le prince charmant, pas l’amour ». Et la conférence reprend son rythme de marche, tantôt saccadé, tantôt rapide, et tantôt ralenti. Une cadence irrégulière que chacun et chacune peuvent comprendre et imaginer en se remémorant des instants de vie.

« Je me suis rendue compte que j’étais un problème social. J’étais vachement rassurée », précise-t-elle. Rires étouffés dans la salle. Un problème social. Comme toutes ses femmes qui à un moment ont choisi de résister, de bousculer l’ordre établi et de refuser l’autorité :

« C’est un angle nouveau dans le témoignage contre les violences faites aux femmes. J’ai découvert ça en lisant le livre de Patricia Romito, Un silence de mortes – La violence masculine occultée, et je trouve ça très important que les femmes ne soient pas soumises. Si elles mettaient la même énergie ailleurs que dans le combat contre les violences, elles pourraient déplacer des montagnes ! »

Laëtitia Mazoyer termine par le discours qu’elle a prononcé lors du colloque sur les violences faites aux femmes, une fois arrivée à Strasbourg : « Je voulais vous parler de l’après… Une fois qu’on est parti… Dont on ne parle pas beaucoup ». La conférence gesticulée s’achève sur le cri de guerre qu’elle a inventé lors de sa marche. Un moment intense et émouvant qui restera gravé dans les mémoires des spectatrices et spectateurs qui prennent ici la mesure des drames subis par plus d’une femme sur dix en France, sans compter celles qui ne dénoncent pas ou ne réalisent pas les violences dont elles sont victimes.

Célian Ramis

Les Féministes EnragéEs battent le pavé rennais

Posts section: 
Related post: 
249
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Mercredi 23 avril, une quarantaine de manifestants ont répondu présents à l’appel du collectif informel des Féministes EnragéEs qui organisait une marche pour l’autodéfense et la solidarité féministe.
Text: 

Mercredi 23 avril, une quarantaine de manifestants ont répondu présents à l’appel du collectif informel des Féministes EnragéEs qui organisait une marche pour l’autodéfense et la solidarité féministe.

C’est à 18h sous une pluie battante qu’une quarantaine de jeunes rennais se sont regroupés devant le Parlement de Bretagne. Un lieu symbolique pour débuter cette manifestation. Car c’est contre la justice qui « protège les machos », précise un de leurs slogans, que les Féministes EnragéEs se mobilisent en ce mercredi 23 avril.

Au départ de cette initiative, un jugement rendu par le TGI de Paris, le 8 avril dernier. « La justice a condamné une femme pour s’être défendue d’une agression violente commise à son encontre par un homme. Celui-ci était soutenu par d’autres hommes et s’en est pris à elle dans la rue, proférant des insultes sexistes et lesbophobes ainsi que des propos et menaces à caractère sexuel », explique le tract distribué devant le Parlement.

À la suite de ce jugement, plusieurs réactions, dont le rassemblement de Rennes, fustigent le système judiciaire qui défendrait la version de l’agresseur en condamnant la victime à 5 mois de prison avec sursis et à des dommages et intérêts jusqu’à 10 000 euros. La gronde s’élève alors envers le principe de « réponse proportionnée », défini par l’article 122-5 du Code pénal :

« N’est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d’elle-même ou d’autrui, sauf s’il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l’atteinte ».

Les manifestants, à Rennes comme au niveau national, en soutien à la jeune femme condamnée, exigent « la reconnaissance du principe de légitime défense pour les femmes et les LGBTQI (lesbiennes, gays, bi, trans, queers, intersexes) sans condition. La politique du « œil pour œil, dent pour dent » ?

Très peu friandes de la référence biblique qui conseille de tendre l’autre joue, les Féministes EnragéEs brandissent en tête de cortège une banderole indiquant le message suivant : « Agressions sexistes et homophobes : on rendra coup pour coup, un poing c’est tout ». De telles revendications et affirmations soulèvent alors plusieurs questions : aurait-on et devrait-on avoir alors le droit de recourir à tout type d’autodéfense, sous prétexte de son sexe ou de son orientation sexuelle ?

En passant outre la « réponse proportionnée » imposée par la définition de la légitime défense ne pourrait-on pas se retrouver victimes d’un tel système ?

Autodéfense féministe

Si au départ un cours d’autodéfense féministe – autogéré – devait être organisé avant de défiler dans les rues de Rennes, il sera finalement reporté à une date ultérieure et devrait être proposé en non-mixité. « Il s’agit d’apprendre et de développer des techniques aux femmes pour se défendre des agresseurs masculins. C’est mieux d’être entre nous pour ne pas les laisser voir nos stratégies de défense », nous explique Elisa, étudiante à Rennes 2, déjà présente lors de la marche féministe nocturne, qui avait lieu le 18 mars dans l’objectif de se réapproprier l’espace urbain – lire notre article Marche féministe à Rennes : « Machos ! Machos ! Vous nous cassez le clito ! ».

Savoir se protéger, se sentir en sécurité et ne plus être considérées comme des victimes, voilà ce que revendiquent les personnes présentes ce mercredi. Du Parlement à la place Sainte-Anne, en passant par la place de la Mairie et en remontant la rue Le Bastard, les militants – qui se font de moins en moins nombreux au fil de la marche en vue des conditions météorologiques peu clémentes ce jour-là – scandent en chœur des slogans dont certains ont déjà été entendus un mois plus tôt :

« Machos ! Machos ! Vous nous cassez le clito ! », « Y en a assez de cette société qui discrimine les femmes, les lesbiennes et les gays » ou encore « La justice protège les machos ».

Le dernier étant étroitement lié à l’affaire du 8 avril 2014, au TGI de Paris. Alors que le juge rendait son jugement, 18 féministes ont « manifesté pacifiquement leur désaccord. Elles ont été évacué-e-s avec force et violence de la salle, puis ont été reconduit-e-s vers la sortie », ajoute le tract. Sans remettre en cause la liberté de manifester dans la rue, en revanche s’exprimer à travers une banderole et en criant un slogan, on peut se demander s’il est judicieux de le faire dans un tribunal ?

Là encore, la version des opposantes au jugement suscite la curiosité et multiplie les interrogations puisqu’aucune source n’est citée dans les informations publiées sur divers sites Internet comme celui de Solidaires étudiant-e-s – qui mentionne que les manifestantes ont déroulé une banderole et ont crié un slogan dans la salle – d’Indymedia, de Paris luttes, de Rennes info, qui reprennent le même communiqué. Celui qui figure sur le site du Collectif du 8 avril, à l’initiative des actions de soutien, un collectif féministe en lutte contre les violences hétérosexistes – que nous avons contacté pour recevoir le jugement officiel ; une demande actuellement sans réponse.

Seul le site Yagg s’est appliqué, à juste titre, à prendre des pincettes en recueillant le témoignage de la dite victime.

Besoin de réagir

Elisa ressent un besoin de réagir à la condamnation de la jeune femme, aux poursuites engagées contre les manifestantes présentes au TGI – « certaines devraient être convoquées pour répondre aux accusations d’outrage à agent et de dégradation de matériel » – mais aussi et surtout à la recrudescence des actes de violence envers les femmes et les personnes LGBTQI : « Il y a de plus en plus d’agressions (selon un rapport publié par SOS Homophobie, ndlr) lesbophobes notamment. Je pense que la Manif pour tous a déclenché certaines réactions chez les gens… Un discours décomplexé en tout cas. »

En réponse à ces attaques, un message de menace pour prévenir les potentiels agresseurs à travers un slogan radical, qui dénote avec le discours « coup pour coup » dans le but de se protéger : « Non, c’est non. La prochaine fois, ce sera un coup de cutter dans ta bite connard ». Une manière de se faire justice soi-même ?

« Non pas du tout. Ce n’est pas une question de justice, c’est une question de protection. On rend les coups pour se défendre. », précise Elisa.

Les Féministes EnragéEs ne comptent pas en rester là. Organisation de concerts, de cours d’autodéfense en non-mixité… plusieurs événements devraient être proposés dans les semaines à venir – après les vacances universitaires – afin de sensibiliser les femmes, de les aider à se protéger mais aussi de récolter des fonds « pour une caisse de soutien pour les meufs qui ont plein de frais de justice à payer », lance une manifestante dans le mégaphone avant de s’engager dans le rue Le Bastard en direction de Sainte-Anne.

« On va monter à Sainte-Anne montrer que le féminisme est dans les rues de Rennes et marquer notre territoire », s’écrie un des participants féministes à la marche.

Célian Ramis

25 novembre : Les voix du combat

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Les violences faites aux femmes représentent aujourd'hui un des plus grands combats féministes. Vers qui se tourner à Rennes si l'on est victimes de violences ?
Text: 

Si l’Enquête Nationale sur les Violences Envers les Femmes en France a révélé qu’une femme sur dix était victime de violences, aucun nouveau chiffre n’est parvenu depuis 2000 au niveau national. En attendant des statistiques plus récentes – une nouvelle enquête est en cours – les structures rennaises et brétiliennes ont à cœur leur mission d’accompagnement, d’écoute et de soutien auprès des femmes victimes de violence.

STOP AUX VIOLENCES, LE PROGRAMME – Du Centre d’information sur les droits des femmes et des familles à Rennes Métropole, nombreuses sont les structures et institutions préoccupées par la situation des femmes. À l’occasion du 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes (aussi appelée journée internationale d’élimination des violences faites aux femmes), elles se réunissent pour organiser plusieurs événements du 22 novembre au 15 décembre, avec notamment la pièce de théâtre « Je te veux impeccable, le cri d’une femme », d’après le témoignage de Rachel Jouvet (à lire pages 17 et 18) à la Maison de quartier Villejean, le 30 novembre.

Au programme : la projection du film Le paradis des bêtes de Estelle Larrivaz au cinéma Arvor, le 25 novembre, une conférence autour de la question « L’égalité femme-homme a-t-elle encore un sens ? » avec Réjane Senac, chercheure au CNRS, à la Chambre des métiers et de l’artisanat d’Ille-et-Vilaine, le 27 novembre, ou encore l’exposition « Déconstruire les idées reçues sur les violences faites aux femmes », créée par l’ECVF (Elu/es contre les violences faites aux femmes) jusqu’au 30 novembre au CDAS Cleunay.

Des manifestations spécialisées sur la situation des femmes à l’étranger sont également prévues avec la 7e rencontre nationale des associations de promotion des droits des femmes migrantes en France, à l’Hôtel de Rennes Métropole, le 26 novembre, mais aussi à travers l’exposition « Femmes meurtries dans leur corps et dans leurs âmes » à l’Union des associations interculturelles de Rennes, du 25 novembre au 15 décembre et la rencontre-débat avec le Dr Jérôme Blanchot, spécialisé dans la chirurgie réparatrice de la fistule, et le Dr Harlicot, spécialisé dans la réparation de l’excision, le 11 décembre, à l’UAIR.

Des lois protègent les femmes victimes de violences et de nombreuses structures sont présentes à Rennes pour vous en informer. Emilie Floch, avocate généraliste et volontaire au Centre d’information des femmes et des familles (CIDFF) nous explique.

Le droit des femmes en France est un terme à définir. Les textes ne distinguent pas spécifiquement l’homme de la femme. Cependant, face aux violences auxquelles sont confrontées ces dernières, des lois s’appliquent pour les défendre, soit pénalement soit civilement. « Il faut juste les replacer dans un contexte », commente Maître Emilie Floch, avocate au barreau de Rennes. Chaque année, des femmes de tous les âges, issues de toutes les catégories sociales viennent la consulter pour des faits de violences. 

La plupart sont des mères, des épouses, des travailleuses : leurs profils sont variés mais leur état d’esprit souvent similaire.

« Lors d’un premier contact, lorsqu’elles n’ont pas eu de lien avec une structure d’aide, elles sont perdues. Elles ne savent pas si elles sont victimes ou responsables. Elles hésitent et culpabilisent. Je dois leur faire comprendre qu’elles ont le droit de dénoncer ce type de comportement ».
Emilie Floch, avocate généraliste et volontaire au Centre d’information des femmes et des familles (CIDFF)

L’idéal : qu’elles soient conseillées et écoutées, dans des structures adaptées, « elles sont plus déterminées »Notamment au CIDFF. Une équipe pluridisciplinaire les accueille, les informe et les accompagne dans leurs démarches sociales, professionnelles, médicales, policières et judiciaires…

Me Floch y participe volontairement dans le cadre de permanences gratuites organisées par l’Ordre des Avocats de Rennes :

« J’interviens car la problématique m’intéresse tout particulièrement. J’apporte le point de vue de l’avocat durant des entretiens d’une trentaine de minutes. Elles peuvent me voir directement à l’association ou me consulter après avoir vu un juriste. Le lien entre l’avocat et le CIDFF est important et complémentaire. Je ne peux pas convaincre quelqu’un de faire une procédure. Elles ont besoin d’être accompagnées psychologiquement et moralement ».

De toutes les manières, pour Emilie Floch, la première chose à faire pour ces femmes est de verbaliser les faits auprès de leurs proches ou d’associations, pour sortir du cycle. Puis, si besoin de déposer une plainte. Dans ce cas, il s’agit d’ « un entretien avec un officier de police ou un gendarme. La victime relate les faits, soit de manière spontanée, soit en répondant à différentes questions des enquêteurs et l’ensemble est ensuite retracé dans un procès-verbal », décrit l’avocate.

Pour elle, il est préférable de déposer une plainte plutôt qu’une main courante, « cette dernière n’étant qu’une simple déclaration qui ne fera l’objet d’aucun acte d’enquête » déclare-t-elle, en précisant que « dans le cas de violences physiques, il faut également faire constater ses blessures par un médecin légiste – un certificat médical ne pouvant pas être suffisant et faire l’objet de contestations, notamment du point de vue de la partialité, dans le cadre d’un procès. »

Depuis 2 ans, des lois sur les violences faites aux femmes ont été publiées au Journal Officiel. Portées par Christiane Taubira et Najat Vallaud-Belkacem, elles concernent le harcèlement sexuel, l’élargissement, le durcissement des peines en cas de mariages forcés, d’avortement forcé, de mutilations sexuelles et le renforcement de la lutte contre la traite des êtres humains. « Ces lois apparaissent intéressantes puisque qu’elles viennent renforcer la protection des victimes, aussi bien d’un point de vue pénal que civil (ordonnance de protection des victimes de violences, article 515-9 Code Civil) et également aggraver les sanctions contre les auteurs de violence » explique Me Floch, qui poursuit :

« Cependant, il est difficile de se prononcer sur la portée réelle de ces nouvelles dispositions qui sont relativement récentes et dont la portée devra être appréciée dans quelques années. »

Néanmoins, « les femmes osent davantage faire appel à la loi aujourd’hui. Elles dénoncent des choses qui restaient auparavant dans la sphère familiale ». Beaucoup d’options d’aides s’offrent à elles. Elles peuvent être accompagnées à Rennes, au CIDFF, mais aussi lors de permanences gratuites organisées par l’ordre des avocats ou par des associations.

Le planning familial est un « mouvement féministe d’éducation populaire ». Il accueille et soutient au quotidien des femmes victimes de violences. Brigitte Rocher, directrice du planning familial à Rennes nous éclaire sur son rôle et ses missions.

Le planning familial 35 écoute et prend en charge de nombreuses femmes tout au long de l’année. Tous les mercredis après-midi, une permanence d’accueil pour les jeunes femmes victimes de violences dans leur relation sexuelle est tenue par une psychologue/ criminologue. Chaque mois, un groupe de parole est également organisé pour faire sortir les femmes de leur victimisation. Le centre est tout public : on trouve des lycéennes, des étudiantes, des salariées… en quête de réponses et d’accompagnement ; et le service ne désemplit pas. Et pour cause, les femmes osent d’avantage se confier : « Elles décrochent plus facilement leur téléphone, (même si les choses évoluent doucement) ».

Lors des entretiens, les professionnels constatent cependant qu’il subsiste « toujours de la honte et des difficultés à porter plainte », précise Brigitte Rocher. Dans le cas de viols conjugaux, la situation reste difficile à dénoncer : le « conjoint reste le père de leurs enfants ». Le Planning familial travaille en réseau :

« On les oriente vers d’autres associations comme l’Asfad lorsqu’il est question de logement, vers l’hôpital pour une problématique de médecine légale ou vers le commissariat pour un dépôt de plainte. »
Brigitte Rocher, directrice du Planning Familial.

La structure mène également des actions de prévention pour faire évoluer les choses et différents programmes sont proposés, notamment à destination des jeunes (dans les collèges, par exemple). Ils portent sur la santé de façon globale, sur les stéréotypes, sur la relation d’égalité entre les hommes et les femmes. Mais la structure manque de moyens. « Les projets sont difficiles à monter. On manque de subventions, notamment sur le groupe de parole, qui demande un travail thérapeutique important avec des professionnels », conclut la directrice du planning familial.

En région, l’INSEE classe la Bretagne à la 19e place sur 22 en 2004 avec 1,38 décès par mort violente au sein du couple par millions d’habitants (le ratio moyenne en France étant de 3,61). À Rennes, l’Asfad enregistre 1200 appels par an sur la plateforme Violences disponible 24h/24.

« 600 femmes font appel à nous chaque année, certaines nous contactant à plusieurs reprises », explique Hubert Lemonnier, responsable du service de prévention des violences conjugales et extra-familiales.

Spécialisée dans les violences conjugales, l’association, qui existe depuis 30 ans, accueille toutes celles qui sont en proie à des pressions physiques, psychologiques (humiliation, privation, chantage, etc.), économiques (suppression d’accès au compte bancaire, gestion des allocation, etc.) ou encore en situation de vulnérabilité (grossesse, santé fragilisée, handicap, statut adminstratif, etc.)

Le premier contact avec un professionnel – éducateurs-trices spécialisé(e)s – permet d’établir un diagnostic, de pouvoir comprendre et mesurer le risque qu’elles encourent.« Certaines posent la question « Est-ce de la violence ? » L’échange met des mots sur la situation », précise Hubert Lemonnier.

Selon les cas, elles pourront être orientées vers les différents partenaires de l’Asfad, comme le Planning familial, le CIDFF, SOS Victimes, UAIR (Union des association interculturelles de Rennes) ou encore vers les forces de l’ordre, « nous avons maintenant un travailleur social au poste de police, ce qui facilite les démarches pour porter plainte ».

Elles peuvent également être mises à l’abri grâce aux 5 appartements dont dispose l’association, situés à la résidence Brocéliande, route de Lorient. Durant 15 jours, les victimes de violences peuvent se reposer, établir de nouveaux repères et analyser tous les leviers de la sortie de l’urgence :

« Ce temps est renouvelable car la sortie de l’urgence et l’accès au logement peuvent être très long, nécessitant souvent une procédure devant le Juge des affaires familiales et des décisions judiciaires ».
Hubert Lemonnier, responsable du service de prévention des violences conjugales et extra-familiales.

Depuis fin octobre, des logements temporaires sont destinés à accueillir ces femmes à la résidence Patton.

LIEU DE REPOS ET D'ÉCOUTE

Autre nouveauté cette année, la mise en place de l’Accueil de jour, un service à l’écoute des femmes qui peuvent venir avec leurs enfants.

« C’est informel comme rencontre. On – la psychologue spécialisée dans les violences, qui travaille également auprès des femmes venant à la plateforme Violences, et moi-même – les reçoit, les écoute et on peut leur proposer des rendez-vous. Mais ce n’est pas obligatoire, nous ne mettons aucune condition. Elles peuvent venir simplement pour se reposer, nous avons aussi un coin cuisine et buanderie si elles ont besoin ».
Virginie Toby, éducatrice spécialisée et référente de l’accueil de jour.

Depuis janvier 2013, 32 « ménages » – femmes seules ou avec enfants – ont déjà passé la porte de ce service, qui sera inauguré le 28 novembre à 17h30. « Les enfants sont souvent le déclencheur. C’est-à-dire que les femmes victimes de violences taisent la situation tant qu’elles pensent que l’enfant n’est pas au courant. Elles les protègent jusqu’au jour où ils comprennent. Là, elles ont le déclic », explique Hubert Lemonnier.

Pour l’Asfad, pas question de mettre la pression à leurs interlocutrices, « on ne les force pas à se séparer de leur conjoint », précise Virginie Toby. Les pères peuvent venir à l’accueil de l’association, centrée sur le côté humain, et seront informés de la situation actuelle, de leurs nouveaux droits. Si les femmes souhaitent s’entretenir avec eux, l’Asfad leur permet de le faire au rez-de-chaussée du bâtiment.

« À travers la parentalité, on apaise le conflit conjugal. Le père reste le père à part entière. Ce qui est dommage aujourd’hui, c’est qu’aucune structure n’existe pour l’accompagnement et le soutien des hommes qui en formulent la demande », conclut Hubert Lemmonier.

Plateforme violences, 24h/24 : 02 99 54 44 88

Victime de violences conjugales, la comédienne Rachel Jouvet a décidé de témoigner autour de son expérience à travers la pièce « Je te veux impeccable, le cri d’une femme », mis en scène par la compagnie rennaise Quidam Théâtre. Pour YEGG, elle revient sur les faits, qui se sont déroulés à Mélesse.

Quel âge aviez-vous au moment des faits ?

Je l’ai rencontré à 17 ans. Huit mois plus tard, j’étais enceinte. Les choses allaient assez bien entre nous. Il m’avait isolé de mon entourage, sauf d’une copine de quartier avec qui j’allais à l’école. On se suffisait l’un à l’autre, comme beaucoup de jeunes couples.

L’isolement est un des signes. Y en a-t-il eu d’autres ?

Il me faisait des reproches sur ma personnalité, me disait que je le rendais malheureux et je le croyais. Puis, le jour où j’ai dépassé la date pour l’avortement et que je lui ai annoncé que je voulais le garder – ce qu’il voulait aussi – il m’a mis la première claque. Comme si désormais je lui appartenais. J’étais prise au piège.

Comment les violences ont-elles augmenté ?

Je subissais de plus en plus et plus en plus fort. Un soir, je suis rentrée, il était caché sur la terrasse de mes parents. Il m’a foutu les boules. Je lui ai reproché d’être ivre. Lui était euphorique. Le téléphone a sonné. Mes parents avaient une société et transféraient les appels. C’était un client, ça a duré deux minutes mais il hurlait et faisait l’andouille. Je lui ai tapé sur la cuisse pour lui dire de faire moins de bruit. Il m’a frappé comme jamais.

Comment avez-vous réagi ?

J’ai couru comme une dingo, enceinte de 7 mois, et j’ai pu aller jusqu’à la salle de danse. Là, il m’a cassé la mâchoire devant tout le monde. Double fracture. J’ai compris que c’était irrécupérable. Il avait dépassé les limites de l’entendement. J’ai passé la nuit à l’hôpital et le lendemain matin, mes parents m’ont emmené au poste de police.

Avez-vous porté plainte ?

Non. Les policiers ne m’ont donné aucune explication et aucune information sur la protection. Ils m’ont demandé « Est-ce que vous voulez porter plainte ? », j’ai dit non. Le médecin a déposé une plainte. Il pouvait le faire, les violences ayant eu lieu sur la voie publique. Ça m’a bien arrangée face à lui au tribunal. Il m’aurait forcé à me rétracter.

Votre entourage était-il au courant ?

Je cachais tout, j’étais la reine des excuses. Mais à l’école, ils me voyaient arriver avec des marques le matin. Il est même venu au lycée, un prof m’a prévenu et les élèves m’ont caché. J’essayais de me séparer de lui mais sans me mettre en danger, et sans mettre mes parents en danger.

À plusieurs reprises, vous êtes allée au tribunal. Comment ça s’est passé ?

Pas toujours très bien. Un expert psy a dit que je n’étais pas mûre parce que je n’essayais pas sur le long terme. Il ne voyait pas la dangerosité de l’homme et j’avais beaucoup de mal à le prouver. Lui, il disait n’importe quoi, c’était ridicule. Je me battais contre quelqu’un qui racontait sa propre vérité dans sa tête.

A-t-il été violent envers votre enfant ?

Quand elle avait 3 mois, il l’a enlevée. J’ai mis un mois à la récupérer. On savait qu’elle était chez lui. Sur conseils des services sociaux, je ne suis pas intervenue. Les policiers ont débarqué chez lui un matin et ont mis 1h30 pour la retrouver car il l’avait cachée sous une couette.

Aviez-vous la garde de l’enfant ?

Au début, non. Après ça, j’ai demandé la garde au tribunal. À partir de là, il m’a attaquée en justice pour tout et n’importe quoi. Il portait plainte pour abandon de famille, jouait la victime.

Est-ce que cela fonctionnait ?

Non, les juges et les greffiers avaient bien compris et ont essayé de lui expliquer plusieurs fois. Rien à faire. Il a étranglé mon père devant ses clients, crevé nos pneus de voiture, tout cassé dans la maison de mes parents… On a porté plainte à 13 reprises mais les procédures sont longues entre les conciliations, les convocations au tribunal, etc.

Jusqu’au jour où il n’a plus donné de nouvelles…

Il a écrit une lettre disant qu’il abandonnait sa fille, qu’il ne voulait plus entendre parler ni de moi, ni de ma famille. Deux mois plus tard, il a débarqué chez mes parents avec un fusil, à 2h du matin. Il a essayé de dégommer tout le monde. Ma mère a été touchée, moi aussi, je suis restée dans le coma. Mon père en est décédé.

Que s’est-il passé ensuite ?

Durant la période de coma, j’ai compris que j’allais être utile à la société à travers mon histoire. Je n’ai pas pu m’activer immédiatement car notre quotidien était transformé et on réalisait la mort de mon père. J’ai mis 5 ans avant de me souvenir de ce que j’avais vécu dans ce coma.

On essaye d’aller de l’avant, d’aller bien. Mais on ressent tellement de tristesse à l’intérieur. Je me demandais si j’allais pouvoir sourire et me sentir bien à nouveau. Puis, j’ai réfléchi à ce que je voulais faire de ma vie. Je voulais être comédienne et j’en faisais mon défi. Un an plus tard, je recevais mon premier cachet. À partir de là, tout était possible, tout était transformable, tout pouvait évoluer. Je savais que je pouvais décider s’il avait encore du pouvoir sur moi.

Votre ancien compagnon a été arrêté et incarcéré.

Oui, nous avons subi un procès d’assises très dur, il faut se souvenir de tout, témoigner. On sait que l’on va être jugé malgré tout. Je me sentais coupable, j’avais l’impression qu’on ne me reconnaissait pas comme victime, moins que ma mère. Au résultat, il est en prison depuis 1999 et devrait sortir en 2019.

S’est-il manifesté en 14 ans ?

Pas auprès de moi. Mais je sais que, 4 ans après son incarcération, il a envoyé une lettre de menaces à ma mère.

Vous avez souhaité le mettre en scène dans la pièce « Je te veux impeccable, le cri d’une femme ».

J’ai cherché beaucoup de témoignages pour savoir comment les autres s’en étaient sorties. J’étais alors embauchée dans la compagnie de Loïc Choneau. Il y a un an et demi, je suis arrivée au travail, un peu tourmentée et « connectée » avec mon ex. J’ai tout expliqué à Loïc. On s’est dit qu’il fallait qu’on l’écrive et que Isabelle Séné le joue.

N’est-ce pas douloureux de revivre cette histoire à chaque représentation ?

À la base, je ne voulais pas transposer ce fardeau sur les autres. Puis j’ai compris que j’avais une responsabilité humaine. Que mon père n’était pas mort pour rien ! Au final, c’est une histoire d’amour qui dégénère. La Première, livrée à Mélesse, était aussi un cadeau pour tous ceux qui m’ont soutenu.

Le débat qui suit le spectacle tourne autour des violences subies. N’y a-t-il jamais un côté voyeuriste ?

Non. Je ne rentre pas trop dans les détails. Il ne faut pas penser que je ressasse, au contraire j’avance en parlant aux gens et je trouve parfois des réponses que je n’avais pas. Cela me permet de mettre des mots sur un blocage que j’ai encore aujourd’hui. La peur de la relation de couple.

Etes-vous effrayée par la sortie de prison de votre ex-compagnon ?

C’est l’horreur. Mais je ne peux pas attendre les bras croisés. Ma thérapie et le spectacle m’aident à me dire que j’ai encore de très belles choses à vivre. Peut-être qu’avant sa sortie, j’irais le voir. Une rencontre encadrée par des psychologues. Pour essayer de discuter, de comprendre et d’analyser. Voir où il en est.

Peut-on parler de pardon ?

Lui pardonner me paraissait fou il y a quelques années. Aujourd’hui, oui, j’ai réussi, sans oublier ce que nous avons vécu. À présent, je suis contente de la vie que je mène. Ce que j’espère, c’est dépasser mes limites encore et encore. Je serai fière de lui s’il était capable de se remettre en question car je lui souhaite de vivre sa vie sereinement.

Tab title: 
Des paroles face à la violence
Mesdames, vous avez des droits !
Le Planning Familial : une structure à votre écoute !
Protection et accompagnement des victimes
Entretien avec Rachel Jouvet

Célian Ramis

Quand le théâtre parle de violence conjugale

Posts section: 
Related post: 
106
Location: 
Théâtre du Vieux Saint-Etienne, Rennes
List image: 
Summary: 
Une pièce de théâtre bouleversante sur les violences conjugales, réalisée par des membres de la compagnie théâtre Quidam, à partir du témoignage de Rachel Jouvet.
Text: 

Le 11 octobre prochain, au théâtre du Vieux Saint –Etienne à Rennes, sera jouée à 20h30, « Je te veux impeccable, le cri d’une femme ». Une pièce de théâtre bouleversante sur les violences conjugales, réalisée par des membres de la compagnie théâtre Quidam, à partir du témoignage de Rachel Jouvet.

L’idée est partie d’une rencontre entre la compagnie Théâtre Quidam, spécialisée dans le théâtre de proximité et Rachel Jouvet, victime de violences conjugales. Cette femme, issue du monde du spectacle, a subi pendant 2 ans les menaces et les coups de son ex-compagnon, avant que celui-ci tue son beau père et soit incarcéré dans une prison parisienne. De là en résulte une pièce.

En effet, l’année dernière, Rachel Jouvet a décidé de partager son passé avec Loïc Choneau, auteur, metteur en scène et Isabelle Séné, comédienne. « Rachel a commencé à nous raconter son histoire. On s’est regardé en se disant qu’on ne pouvait que participer à son projet de la mettre en scène. Notre association travaille toujours sur des thèmes de société », explique Loïc Choneau.

C’est lui qui a recueilli son témoignage : « Pendant 3 mois, toutes les semaines, on s’est rencontré pendant un heure. Chaque fois, j’écrivais le texte puis elle validait. On a beaucoup travaillé sur les sentiments, sur la complexité de la nature humaine, sur le fait d’être prisonnier d’une situation ». Une fois  l’écriture terminée, Isabelle Séné a commencé à étudier son rôle d’interprétation. « Un travail physique », souligne-t-elle, dans lequel la fluidité du corps est primordiale. « Dès la lecture du texte, j’ai laissé mes émotions et mes sensations me guider », dit-elle. Pour être le plus vrai possible.

Un questionnement important

Rachel Jouvet a attendu 13 ans pour dévoiler au public son histoire. « Il fallait que je me reconstruise et que les choses soient claires dans ma tête. J’avais envie d’écrire, mais je ne savais pas comment », confie-t-elle. Avec cette pièce de théâtre, elle a franchi une étape. Dans 7 ans, l’ancien partenaire de la jeune femme sortira de prison et elle commence déjà à se poser des questions sur le bien fondé de sa reconstruction : « à quoi bon, si les choses n’ont pas changé ? », se demande-t-elle.

A l’époque, elle s’était sentie impuissante face aux autorités. « Il faut que les lois suivent » et protègent les femmes et leur famille. A l’issue de chaque représentation, un débat avec le public est organisé et une question n’a pas encore été posée : « Comment ce drame a-t-il pu se produire ? ». Rachel Jouvet ne l’explique toujours pas mais elle compte bien avancer sur le sujet.

Dans le cadre de la journée internationale contre les violences faites aux femmes (le 25 novembre), une représentation/débat est également prévue le 30 novembre, à 20h, à la maison de quartier de Villejean.