Célian Ramis

Féminicides : Visibiliser les femmes tuées

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Qu'est-ce qu'un féminicide ? Et quels mécanismes de domination se trament sous ces violences barbares et patriarcales ? Les Effronté-e-s Rennes et Osez Le Féminisme 35 décryptent ces faits de société, dont il faut absolument prendre conscience.
Text: 

« Féminicides ? Mais c’est quoi ça encore ? » Les assassinats de femmes parce qu’elles sont femmes. « Ah bon ? Ça existe ? Mais c’est marrant y a pas la même chose pour les hommes… » Oui marrant, c’est le mot. Ou alors c’est inquiétant parce qu’on ne s’interroge pas sur le sens et la cause de ses meurtres.

Crime passionnel, drame familial, acte de jalousie… On peut aussi aller jusqu’à l’accident domestique, tiens ! Par le langage et le traitement des faits, on minimise, on refuse de voir la partie immergée de l’iceberg qu’est la domination masculine et son amas de violences contre les femmes et on invisibilise les victimes. Ce mois-ci, les militant-e-s féministes s’expriment sur le sujet. 

Elle est omniprésente, comme une insupportable ritournelle que l’on a en tête. La mécanique des violences sexistes poursuit son petit bonhomme de chemin en sifflotant gaiment, tuant des centaines de femmes chaque année en France. Pas parce qu’elles l’ont bien cherché. Non. Parce qu’elles sont femmes. Plus précisément parce qu’elles ont un sexe féminin.

Qu’en dit la société ? Pas grand chose. Peu utilisé, le terme « féminicide » est pourtant essentiel à la compréhension d’un problème systémique, valorisant le principe de virilité et tout ce qui l’accompagne, à savoir le contrôle, la domination, la possession… Enlever alors un des jouets au tout-puissant, c’est prendre le risque de se frotter à sa grosse colère et ce n’est pas une gueulante qui décoiffe à laquelle on s’expose. Non. Ni à la crise de larmes qui va finir par vous taper royalement sur le système. 

Mais c’est plutôt lui qui va finir par vous taper la tête contre les murs. L’image est exagérée ? Non. C’est violent ? Oui. Réalité brute, trop souvent banalisée, ramenée au rang de faits divers, rarement assimilée à sa vérité. Celle des féminicides. Décryptage.

Dans la nuit du 27 au 28 octobre, Alexia Daval est assassinée à Gray-la-Ville. Le scénario de la joggeuse assassinée par un prédateur qui rode dans les parages fait froid dans le dos. On compatit. Mais quand son mari, Jonathann Daval passe aux aveux quelques mois plus tard, confessant qu’en réalité c’est lui qui a tué son épouse, la machine s’emballe. « Étranglée par accident ».

L’avocat de Monsieur n’a peur de rien, allant jusqu’à dépeindre le portrait d’une femme qui écrase son conjoint, l’étouffe. La vilaine castratrice, en somme. Pourquoi la défense s’autorise-t-elle un coup si bas et mesquin ? Parce qu’elle sait qu’on minimisera les faits. Qu’on les banalisera et qu’on finira par compatir avec le meurtrier. Surtout en insistant bien, les semaines suivantes, sur l’état psychologique virevoltant de l’accusé depuis ses aveux et son incarcération.

En parallèle, l’idolâtré Johnny Hallyday décède. Médiatisation absolue, forcément. Des histoires passées ou en cours, qu’il s’agisse de gros sous ou de violences sexuelles, (re)surgissent. Que dit-on à ce moment-là ? Que l’on salit la mémoire du défunt. Que l’on pourrait au moins attendre quelques temps avant de (re)mettre tout ça sur le tapis, respecter un délai de courtoisie, en gros. On s’étonne que personne ne propose d’en faire de même avec les victime de féminicide…

Les victimes d’un système qui refuse de reconnaître les faits à la hauteur de leur gravité. Il ne s’agit pas d’un fait divers mais d’un fait de société. Une société sclérosée par la domination patriarcale qui légitime les violences par les stéréotypes de sexe et de genre.

LE SENS DU MOT

On distingue le féminicide de l’homicide. Le meurtre d’une femme n’est pas toujours associé à ce terme - qui pourrait avoir du sens en l’état – utilisé pour désigner « les crimes qui touchent spécifiquement les femmes, pour montrer qu’elles sont spécifiquement des cibles. »

Une manière de visibiliser les femmes tuées en raison de leur sexe, poursuit Laélia, membre des Effronté-e-s Rennes : « Ce n’est pas un fait divers, c’est un fait de société. C’est structurel. »

Pour beaucoup, la notion est floue. Parce qu’elle n’est pas évidente à déceler, en surface. Des meurtres comme ceux perpétrés en 1989 à l’École Polytechnique de Montréal – un homme de 25 ans, armé, avait, dans une classe, séparé les garçons et les filles et avait ouvert le feu sur ces dernières en criant « je hais les féministes » tuant six étudiantes et blessant trois autres – il n’y en a pas tous les jours à la Une. 

Souvent, ils ne démontrent pas nécessairement une haine aussi claire et limpide envers le sexe féminin. Mais la majorité de ces crimes se déroulent dans le cadre conjugal. Principalement dans le cas d’un séparation. « C’est vrai que ça peut arriver dans la rue mais c’est très rare. C’est plutôt lié en effet au couple car derrière les féminicides se jouent les mécanismes de la possession, de la domination. », commente Manuela Spinelli, présidente d’Osez Le Féminisme 35.

Le passage à l’acte est alors motivé, de manière inconsciente ou non, par le fait « que l’homme n’accepte pas la liberté de la femme. Il essaye de l’encadrer, il y a une volonté de contrôle. »

REPRÉSENTATION ERRONÉE…

En septembre 2017, le rapport de la délégation aux victimes – commune à la police et à la gendarmerie nationales, qui vise à recenser pour le ministère de l’Intérieur les morts violentes au sein du couple – révélait 123 meurtres de femmes, décédées sous les coups du conjoint, concubin, pacsé, ex, petit ami, amant ou autre statut figurant dans les catégories « couples officiels » et « couples non officiels ».

On parle de morts violentes, de décès sous les coups. C’est là que la représentation du féminicide est vicieuse. Car elle sous-entend dans l’imagerie populaire une violence préalable à l’action qui porte le coup final. Un constat établi par Alexia Delbreil, médecin légiste et psychiatre au CHU de Poitiers qui explique à Rue89 (propos repris dans L’Obs en date du 22 janvier 2018 « ‘Elle le quitte, il la tue’, scénario typique du féminicide ») :

« On dit ‘une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint’. Cela sous-entend des coups, une violence physique. »

On s’attend à ce que l’auteur des faits est une longue liste d’agressions morales et/ou physiques à son actif. Mais pour la professionnelle, qui a longuement analysé et étudié les cas d’homicides conjugaux, ajoute : « Dans mes dossiers, il y a peu de violence physique préalable au passage à l’acte. » C’est à ce moment-là que la frontière entre l’homicide et le féminicide se brouille.

Car on a tendance à minimiser et ne pas penser aux mécanismes de violences spécifiques à l’encontre des femmes. Jérôme Peltan, membre d’OLF 35, y voit là un message clair : « C’est important ce que ça dit de la société, quand on qualifie cela de « drame familial », de « crime passionnel », d’acte dû à la jalousie. On ne parle jamais de meurtre. Sans parler ensuite de comment on retourne ça contre la victime. Alexia Daval, au début, c’était la joggeuse qui a disparu. On était triste pour elle, on avait de l’empathie. Il s’avère qu’elle est morte assassinée par son mari. On dit qu’elle l’étouffait, lui marchait dessus. Ça devient une salope ! Marie Trintignant, c’était une alcoolique, une trainée, elle l’a bien cherché ! Et Cantat est un homme tourmenté. C’est terrible ! »

BANALISATION DES FAITS

On retrouve les mêmes ficelles que dans les plaintes pour harcèlement sexuel, agressions sexuelles et viols : la victime devient la coupable et une solidarité se crée avec l’agresseur. Le fait que ce soit un acte ponctuel d’extrême violence est réduit à un coup de sang, un coup de folie. Avant, ce n’était pas un homme violent. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Elle a dû le pousser à bout. Voilà le raisonnement simpliste qui en découle, soutenu par des médias qui minimisent, relayant l’information dans les faits divers.

« Le fait que ces crimes ne soient pas reconnus comme des meurtres mais des histoires de couples poussent à la déresponsabilisation de la personne. Du mari d’Alexia Daval par exemple. Alors qu’étrangler quelqu’un, a priori, c’est dur, et c’est long. Mais non, c’est un drame familial, on ne va pas plus loin. Les médias prennent souvent des détails sordides, voire parfois humoristiques pour parler de ça. Genre « elle faisait trop de bruit en faisant la vaisselle », non mais je vous jure, c’est scandaleux. Et on se met dans la logique de l’agresseur. On prend un prétexte qui redonne la logique que la faute vient de la victime. Ils excluent totalement les mécanismes de la violence conjugale. », scande Elodie, membre des Effronté-e-s Rennes.

À travers la banalisation des faits et la grande impunité des agresseurs, l’image renvoyée est celle de l’association amour/violence. Une relation peut mal tourner, c’est un risque à prendre. De qui se moque-t-on ?

« C’est vraiment dangereux cette idée de la relation entre un homme et une femme. Ce qui est dangereux là-dedans, ce sont les stéréotypes qu’on renvoie et qu’on entretient. Aux hommes, on inculque l’image de la virilité. Il y a être un homme et être un vrai homme. Un vrai homme, il contrôle, il travaille, il gère sa femme. C’est normal qu’il soit jaloux, il a le droit. Dans la virilité, il y a 3 piliers : le monde du travail, la reconnaissance de ses pairs et son rapport à sa femme. Si un ou deux maillons viennent à manquer, cela déclenche souvent une remise en question, une incapacité à gérer la déconstruction de sa virilité. »
explique Manuela.

Elle pointe là le dysfonctionnement du système dans son ensemble le plus large : le manque d’éducation à l’égalité, la reproduction de modèles anciens stéréotypés inconsciemment transmis dès le plus jeune âge des enfants et le manque de représentations fortes de la différence et de la diversité. Et regrette sincèrement le manque de travail de la part des intellectuels. En même temps, Jérôme soulève un point important :

« Le problème, c’est que les intellectuels reçus dans les médias, ce sont des hommes vieux, blancs, hétéros… que l’on autorise à cracher sur les gens et à juger tout le monde. En face, ils n’ont quasiment pas de contradicteurs. »

Si ce n’est des pointures du militantisme féministe comme Fatima Ezzahra Benomar ou Caroline de Haas, toutefois largement moins invitées (et plus intentionnellement décrédibilisées) que les Zemmour et autres fanfarons du patriarcat.

ANALYSE EN SURFACE…

Chacun-e y va de son commentaire et de son analyse, en oubliant précisément ce à quoi la militante fait référence : le pouvoir du patriarcat. Mi-mars, la magistrate Michèle Bernard-Requin publie sa réflexion autour des affaires Maëlys et Alexia Daval, « Au-delà des faits divers », dans un article du Point. Elle s’interroge : les médias accordent-ils trop d’importance aux affaires criminelles ?

« Les affaires se multiplient. Mais il faut savoir raison garder. Il y aura toujours hélas d’innocentes victimes et des prédateurs en liberté. », énonce-t-elle. Il est surprenant de parler de prédateur, alors que l’on sait que la plupart de ces agresseurs et meurtriers sont des personnes de l’entourage.

« Aujourd’hui, deux affaires sont en pleine lumière : une petite fille qui n’avait pas encore dix ans fut tuée dans des circonstances encore mal connues, et une jeune femme au joli sourire est morte elle aussi brutalement du fait de son mari. Dans les deux cas, pour l’instant, les auteurs mis en examen évoquent, semble-t-il, soit un accident, soit une atteinte involontaire, sans jusqu’ici avoir pu dire exactement comment selon eux les choses se sont passées. », poursuit-elle.

On ne sait pas ce que le joli sourire d’Alexia vient faire là mais on continue de suivre la pensée de la magistrate qui défend l’idée que dans un pays où la parole est libre, il est important et même bon que les avocats « osent s’exprimer, voire se combattre ouvertement ».

D’accord mais il serait bon également d’analyser les faits en profondeur et ne pas se contenter d’invoquer la liberté d’expression à tout va, avant de conclure ainsi : « Voilà pourquoi, en dépit des colères et des indignations, en dépit des excès et des turbulences, il me semble que ce qui se passe autour de ces deux faits divers témoigne de la réalité de notre véritable démocratie. » Une véritable démocratie où seuls les hommes s’expriment, leurs femmes ne pouvant se défendre…

LA DÉCRÉDIBILISATION DES FÉMINISTES

Et celles qui dénoncent sont des hystériques enragées. Récemment, c’est l’actualité Cantat qui cristallise toute cette vaste et complexe controverse. Le postulat de départ est plutôt simple : il a frappé et tué une femme. Il a été incarcéré. Il a été libéré. Les choses se compliquent avec son statut : l’ex-leader de Noir Désir n’est pas seulement une personnalité publique, il est aussi un symbole, une idole.

Mais puisqu’il a purgé sa peine, ne peut-il pas revenir tranquillement sous les feux des projecteurs ? Droit à l’oubli, droit à la réinsertion. Une hypocrisie sans limite tant tout le monde est conscient que s’il s’agissait d’une personne racisée, du même âge et non starifiée, celle-ci ramerait de toutes ses forces pour trouver un travail qu’aucun employeur ne daignerait lui accorder en raison de son passé.

Bertrand Cantat figure donc parmi les personnes qui peuvent surfer sur la nostalgie d’une époque et d’un groupe mythique pour revenir au même endroit qu’avant le meurtre, faire la Une des journaux (octobre 2017, Les Inrocks) et passer pour une victime de ces énervées de féministes.

« Il a fait toute sa communication sur le crime passionnel durant le procès en créant la mise en scène du mec torturé et aujourd’hui il continue d’avoir ce discours-là. Et il parle de « violences », de « pluie de coups » qu’il subit ? C’est hallucinant ! », lance Laélia qui fait allusion ici aux propos tenus par Cantat, à la suite de son concert à Grenoble, après lequel il est volontairement allé se confronter aux manifestant-e-s qui tenaient à rappeler que derrière l’artiste adulé et applaudi se dissimule l’ombre du cadavre de Marie Trintignant, suivi de près par celle des circonstances étranges qui entourent le suicide de son ex-femme, sans oublier les plaintes de harcèlement à l’encontre de cet homme, depuis sa sortie de prison.

Si Bertrand Cantat a annoncé officiellement son retrait des affiches des festivals de l’été, il sera néanmoins sous le Cabaret botanique dressé dans le Thabor à l’occasion du festival Mythos, à Rennes. Le 16 avril, précisément. Sur les réseaux, il se murmure que plusieurs forces féministes de la capitale bretonne, potentiellement OLF 35 et Les Effronté-e-s – mais rien n’est officiel au moment où nous écrivons ces lignes et rien ne nous a été confirmé, si ce n’est la volonté de se fédérer autour de cet événement – souhaiteraient manifester leur mécontentement.

La machine s’emballe et on lit dans la presse que la Ville de Rennes refuse la censure. Ah liberté d’expression, quand tu tiens (et quand tu nous viens d’hommes politiques…) ! Manuela Spinelli clarifie la situation :

« Dans le cas de la venue de Cantat, il est urgent de nous fédérer. Parce qu’il est un symbole des violences faites aux femmes et que cela participe à l’invisibilisation de la souffrance des victimes et des familles des victimes. Ce n’est pas Cantat en lui-même que l’on cible. On n’a pas appelé au boycott et on n’empêchera personne d’aller voir son concert. On n’a pas non plus demandé l’annulation du concert. Mais on veut interpeler l’opinion. Il est une icône, il faut quand même réfléchir à l’impact que ça a sur les plus jeunes.

Il est important de souligner ce qu’il a fait ! Ne pas oublier ! Il a purgé sa peine, ok, mais on ne peut pas oublier. Alors oui, c’est difficile de se dire « je prends mon billet pour aller écouter un meurtrier » mais on a aussi un devoir de mémoire. Mais dans son cas, on ne parle que de réinsertion et d’oubli. Elle, on l’oublie. Vous imaginez les enfants de Marie Trintignant à chaque fois qu’il le voit à la télévision ? Il provoque, il se met en scène, il surjoue. Il est temps de remettre les choses à plat. Mais à chaque fois qu’on l’ouvre à propos de lui, les réactions sont très très virulentes de la part de ses fans. »

STOPPER L’HYPOCRISIE

Si les militant-e-s féministes ont conscience que répondre à cette polémique participe à accroitre la notoriété du chanteur, elles ne peuvent se résoudre à cautionner la loi du silence. Et l’hypocrisie qui protège l’homme blanc, de gauche, engagé, adoré. « C’est difficile de se dire qu’il a commis des actes horribles. », souligne Elodie, rejointe par Laélia :

« Selon moi, faut assumer. C’est dur, mais faut assumer. Quand tu es féministe dans ta vie de tous les jours, même si tu aimes la musique de Cantat, tu te prives de ce plaisir. On a du mal avec ça dans le militantisme de gauche. Et c’est le problème avec les hommes de pouvoir, les hommes idolâtrés. Avec Cantat, personne ne s’est jamais demandé s’il avait une religion. Avec une personne racisée, la question se serait posée. C’est obligé. »

Parce que, dans les mentalités, quand il s’agit d’une personne racisée, le problème devient culturel. Parce que quand il s’agit d’une personne croyante (et surtout de confession musulmane), là, on se saisit de l’affaire qui devient un fait de société, servant de caution à une laïcité radicale.

Mais quand la victime est une personne non-blanche ? une prostituée ? une ancienne détenue ? On en parle encore moins, voire pas du tout. Certainement une affaire de famille, un règlement de compte, une garce qui cherche les ennuis. Leurs vies n’ont pas de valeur et là encore on ignore les mécanismes d’un système sexiste, raciste, LGBTIphobe, etc.

RENDRE L’INVISIBLE VISIBLE

De manière générale, les femmes victimes de féminicides sont invisibilisées. À Rennes, on ne peut que saluer les initiatives féministes, à l’instar de l’exposition en novembre 2016 de 122 tenues symbolisant les femmes tuées à la suite de violences conjugales (chiffre 2015) et du rassemblement « Stop aux féminicides : on ne tue jamais par amour » organisé le 14 février 2018, à chaque fois sur la place de la Mairie.

Les associations continuent d’agir, de sensibiliser à la large problématique des violences à l’encontre des femmes. Malheureusement pas épaulées par le gouvernement qui multiplie les effets d’annonce au lieu de former les forces de l’ordre et les professionnel-le-s de la Justice.

Si en 2016, la violence conjugale est entrée dans le code pénal comme circonstance aggravante, le féminicide – terme encore mal compris et pas prêt de faire l’unanimité - est loin d’y parvenir pour le moment. Une étape cruciale pour Jérôme, d’Osez Le Féminisme 35 :

« il faut l’inscrire, absolument, comme circonstance aggravante. »

TOUT EST IMBRIQUÉ

En parallèle, la lutte est quotidienne. Remettre les femmes dans l’Histoire, faire place à une vraie littérature féministe, valoriser les modèles dans les différents domaines de la société, arrêter de cantonner la gent féminine à la beauté et l’apparence… Se battre pour l’égalité et la diversité. Toutes les femmes ne sont pas blanches, minces, hétéros, douces, maternelles, etc.  

« Les dominations sont croisées, tout est imbriqué : la lutte contre le sexisme, contre le racisme, contre l’homophobie. », précise à deux voix les Effronté-e-s Rennes, convaincues du bien fondé de la sensibilisation et de la pédagogie. « Perso, j’adore aller en boite. Et je parle souvent à mes amis de tous les relous qui m’ont fait chier. Ça leur permet aussi de se rendre compte de cette réalité. », dit Elodie.

Et Laélia d’ajouter : « C’est vrai, quand tu n’es pas une personne concernée et que tu n’as pas été sensibilisé, tu ne te rends pas compte de ce qui se passe autour de toi. Plus on va libérer la parole, plus on va parler de nos expériences et plus les gens vont réaliser. Il suffit de libérer la parole une fois, quelqu’un ose et ça déverse. C’est important, même s’il y a des retours de bâtons, c’est important. »

La révélation de l’affaire Weinstein marque un tournant dans l’histoire des luttes pour les droits des femmes. Si on est loin d’être arrivées au bout du chemin, la militante note tout de même que le journal L’Équipe s’intéresse de plus en plus aux sportives, à la place qu’on leur accorde dans le milieu et au traitement que l’on en fait.

Le 26 mars, le célèbre média n’hésitait pas à titrer sur le témoignage de Miriam, battue par son ex-compagnon, footballeur professionnel. La parole se libère doucement. Qu’en est-il à présent de l’écoute et de la prise en compte de cette parole ?

 

 

Tab title: 
Les mécanismes de la domination
Ne pas minimiser les violences
Marielle Franco, féminicide intersectionnel
Faut-il tout modifier ?

Célian Ramis

Mythos 2018 : Lena Paugam, sur le fil de la crise du désir

Posts section: 
Location: 
Théâtre de la Paillette, Rennes
List image: 
Summary: 
Lena Paugam, metteur en scène, et Sigrid Carré Lecoindre, dramaturge, ont créé ensemble Hedda, une pièce présentée à l’occasion du festival Mythos, le 18 avril, à 21h, au théâtre de la Paillette, à Rennes.
Text: 

Dans le prolongement d'une recherche sur ce qu'elle a appelé "La Crise du désir", Lena Paugam poursuit son chemin. Observatrice d’une génération en proie à la confrontation de son désir et de son empêchement, elle ne cesse de jouer des fragments, des formes, des arts, des récits individuels et des ressentis universels. Et ce sont des successions de rencontres, des histoires personnelles, un fait divers daté de 1987 et une loi votée 30 ans plus tard en Russie pour la dépénalisation des violences conjugales qui ont amené la comédienne et metteure en scène Lena Paugam à collaborer, une nouvelle fois, avec la dramaturge Sigrid Carré Lecoindre. Ensemble, elles ont créé Hedda, une pièce présentée à l’occasion du festival Mythos, les 17 et 18 avril, à 21h, au théâtre de la Paillette, à Rennes. 

« Hedda, c’est l’histoire d’un couple. À partir de sa rencontre jusqu’à un point de non retour dans une histoire d’amour qui voit la violence s'installer entre ses deux protagonistes. », explique Lena Paugam. Pour en arriver à cette version de leur création, Sigrid Carré Lecoindre et elle ont longuement travaillé sur le contenu du projet, initialement envisagé centré autour d’une femme qui bégaye sa vie.

Pour en comprendre la direction choisie, la metteure en scène - qui interprète la narratrice et le couple à elle seule – revient sur des grandes lignes de son parcours qui, entre autres, l’ont menées jusqu’à la dramaturge et à Hedda.

MANIÈRE DE S’EXPRIMER

La Briochine a toujours affiché un intérêt prononcé pour le théâtre et pour le cinéma. Mais le lycée dans lequel elle fait sa prépa a une option théâtre. « Ça aurait pu peut-être être le cinéma, s’il y avait eu l’option. », balaye-t-elle d’une phrase évasive. Ce qui est certain, c’est qu’elle aime le théâtre, son savoir-faire, sa manière de raconter des histoires et sa manière d’exprimer les choses.

« J’ai eu la chance de rencontrer des personnes qui ont su nourrir mon appétit, ma curiosité. Dans mon parcours, j’ai des personnes qui ont su entretenir mon désir de créer et d’aller plus loin dans chaque chose entreprise. Mais j’ai plein d’autres désirs : le cinéma, les arts plastiques, la scénographie, la littérature… », souligne-t-elle.

Elle le dit, elle aime les croisements, qui permettent de repousser les limites de ce qu’elle sait déjà faire. Sortant du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique, c’est dans cette optique qu’elle crée en 2012 la compagnie Lyncéus, qui deviendra par la suite un collectif regroupant des artistes de théâtre et de cinéma.

L’idée est de porter des projets culturels de territoire en développant les écritures contemporaines, dans les Côtes d’Armor, et de faire appel à des artistes autour du Lyncéus festival, organisé chaque année depuis 2014 - durant l’été - à Binic – Etables sur mer. « La compagnie, devenue collectif d'artistes, s'est métamorphosée jusqu'à devenir et fonctionner comme un théâtre sans lieu. Travaillant d'arrache-pied à cette transformation, je me retrouvais paradoxalement sans support pour mes propres créations. », précise Lena.

Ainsi, en 2017, elle fonde la compagnie Alexandre, du nom d’un de ses doubles, du nom du petit garçon qu’elle aurait voulu être étant enfant.

LE DÉSIR, COMME PULSION CRÉATRICE

De Lyncéus à Alexandre, elle accompagne sa trajectoire d’un doctorat de recherche et de création sur le rapport entre désir et sidération : « La sidération comme l’envers du désir, l’absence, le tarissement du désir. Et de manière plus large, le désir en tant que puissance d’action, en tant que moteur, que pulsion créatrice dans la vie, comme processus dans l’existence. »

Réfléchissant à la crise du drame dans la littérature dramatique, elle observe une fragmentation des récits, avec une fragmentation de l’individu dans son ressenti et son rapport au monde. Elle constate, précisément après 1945 et à travers la philo postmoderne, l’incapacité à agir d’une génération confrontée à son impuissance.

« La crise du désir, c’est un état de corps, de pensée, où l’être se sent absolument désirant et empêché de. Il y a une tension vers l’avenir, qui subit l’inertie qui l’empêche de se projeter. »
analyse l’ancienne étudiante en Hypokhâgne et Khâgne et en philosophie.

Cette dichotomie va guider Lena Paugam dans les pièces qu’elle met en scène, autour de la jeunesse, d’actes barbares ou encore du désir amoureux. Si elle n’aborde pas la question du genre en général dans son art, elle s’y frotte en mettant en scène Et dans le regard, la tristesse d’un paysage sans nuit, d’après Les yeux bleus cheveux noirs de Marguerite Duras.

« Duras, on la rapprochait d’une « littérature de femme ». Elle a abordé de manière juste et profonde, et puissante, la question du désir féminin et du corps féminin qui désire. »

Et dans le cadre de sa thèse, on retrouve plus tard un diptyque intitulé Au point d’un désir brûlant, basé sur deux textes, dont Les Cœurs tétaniques. Celui-ci est inspiré des Trois sœurs de Tchekhov et parle de l’incapacité à vivre, à aimer, à prendre les bonnes décisions… Cette pièce, elle est signée Sigrid Carré Lecoindre.

RENCONTRE AVEC SIGRID

« Je la connaissais de la fac. Mais elle n’écrivait pas quand je l’ai rencontrée. Je lui ai passé sa première commande pour le Lyncéus festival justement. Je savais qu’elle avait une grande puissance littéraire en elle. Je ne me suis pas trompée. », s’enthousiasme-t-elle.

On sent dans sa manière d’évoquer le sujet une accointance intellectuelle évidente et une admiration viscérale pour le travail et la personnalité de Sigrid, issue du milieu musical. De la composition. Elle fait partie de ces compositeur-e-s qui ont un intérêt pour la voix, la partition vocale et de ces auteur-e-s qui transmettent une grande puissance musicale dans leur écriture.

Lena sort de son sac le texte annoté, pour nous montrer de plus près : « Il y a des enjambements, des rejets, de la ponctuation, des minuscules, des majuscules… Tout est extrêmement précis. Il y a une rythmique et des jeux d’accentuation qui sont passionnants pour des comédien-ne-s et des metteur-e-s en scène. Il y a une sensualité physique qui permet d’être au plus proche de son corps et de ses sensations. »

Elle n’est pas avare de compliments au sujet de sa collaboratrice à « l’écriture extrêmement sensible et juste dans ce qu’elle permet d’exprimer au-delà de la raison, juste par le biais musical, le biais de la langue. » Une personne « extrêmement intelligente qui saisit parfaitement les situations que je lui expose, que j’ai envie de raconter en tant que metteure en scène. »

Une dramaturge qui « s’approprie de manière très fine les sujets que je veux traiter et qui va chercher avec extrême précision les subtilités de la pensée et de l’émotion. »

HEDDA, FIGURE UNIVERSELLE ?

Lorsqu’à l’occasion de la tournée des Cœurs tétaniques, Lena est amenée à remplacer in extremis une comédienne alitée, nait alors l’évidence de la rencontre entre la comédienne et l’écriture. Et monte l’envie de Sigrid Carré Lecoindre d’écrire pour Lena Paugam.

La pièce devait être nommée Vertiges et parler d’une femme bègue. « Parce que quand j’étais jeune, j’étais bègue. Enfin, pas vraiment. J’avais beaucoup de difficultés à m’exprimer, j’étais empêchée par ma timidité, mon hypersensibilité », confie la metteure en scène.

Mais les recherches les mènent à Hedda Nussbaum, accusée par son mari en 1987 d’avoir tué leur petite fille. Rapidement, les défenseurs de Hedda lèvent le voile sur les violences conjugales qu’elle subit depuis des années. Partant de l’ouvrage Survivre au terrorisme intime (écrit par Hedda Nussbaum) et de textes pour enfants, l’auteure produit une première version poétique, très inspirée de la figure de cette femme.

Lors d’une résidence dédiée à la création son au théâtre de l’Aire Libre, à Saint-Jacques-de-la-Lande, la comédienne se lance dans une série d’improvisations. « La grosse structure de la nouvelle version vient des impros en se détachant de la figure réelle et du fait divers. », souligne-t-elle.

De la figure de Hedda Nussbaum, il ne va rester que des bribes de vécu et le prénom, auxquels vont s’ajouter des témoignages et des expériences intimes. Le nouveau texte est long. À la lecture, il faut compter 2h30. Aujourd'hui, le spectacle dure 1h15. Sur le plateau, lors des répétitions, les deux femmes coupent. Enlèvent de « très belles choses qui font désormais partie de la mémoire du texte de Sigrid mais plus du spectacle. »

Toutefois, Lena Paugam est claire : ce n’est pas un texte brut. Il mêle poésie, narration, conversation : « Il passe d’un fragment à un autre. D’un point de vue à un autre. Parfois, c’est l’homme qui parle, parfois la femme. Et parfois on ne sait pas trop. C’est intéressant pour nous de jouer sur cette ambiguïté. Dans l’énonciation, il y a des variations, tout comme dans la forme littéraire. »

UN SUJET PROFOND

La metteure en scène se refuse à parler d’un spectacle sur les violences conjugales. Parce qu’elles se sont attachées à « conter une situation complexe et à présenter des enjeux qui révèlent des comportements incompréhensibles de part et d’autre du couple. Il y a deux personnes en détresse. Pas une victime et un bourreau. La question morale n’est pas la première chose qu’on a souhaité exprimer. »

En février 2017, elle est choquée par le vote de la loi pour la dépénalisation des violences conjugales, en Russie. C’est l’événement marquant de la création. Ce qui déclenche l’envie d’aborder la thématique, encore et toujours d’actualité.

On pense à la pièce Le fils, écrite par Marine Bachelot Nguyen, mise en scène par David Gauchard (marqué par les manifestations catholiques intégristes contre les représentations d’une pièce de Castellucci, au TNB) et jouée par Emmanuelle Hiron.

À l’impact des mots qui dressent le portrait d’une femme, mère, catho, bourgeoise qui va doucement glisser vers une pensée radicale et extrême. Sans opter pour un parti pris jugeant et moralisateur, l’équipe réussit parfaitement à relater la monstruosité de la situation.

Le sujet n’est pas identique mais Hedda s’inscrit dans les créations théâtrales qui analysent, prennent du recul, décortiquent, interrogent : « On a voulu aller plus loin et se situer dans la perspective où le théâtre s’attache à traiter du « monstrueux » qui peut apparaître en chacun et qui est contingent. Par rapport à des facteurs qu’on n’arrive pas à repérer au départ dans une relation. »

À la préparation de la pièce, les deux femmes ont été accompagnées par deux hommes : Bastien Lefèvre, danseur, et Lucas Lelièvre, créateur sonore. La metteure en scène insiste sur l’intérêt et l’importance de cette équipe mixte et diverse.

« On a croisé nos expériences amoureuses et nos ressentis par rapport à nos histoires personnelles. Parce que c’est ça aussi le spectacle ; on a essayé de développer des scènes qui pourraient donner des sensations de déjà-vu. Pour chercher dans le quotidien ce qui relève de la violence psychologique. »
soulève Lena Paugam.

LE TERRORISME INTIME

Le terme de Hedda Nussbaum n’est pas mentionné dans les écrits de Sigrid Carré Lecoindre mais ça a servi de base à cette longue plongée dans des histoires plus horribles les unes que les autres. Parce qu’il est question de comment on vit dans la peur. La peur de l’autre et la peur de soi-même. De ce que l’on devient, ce qui nous échappe, du cercle vicieux, de la culpabilité qui produit l’horreur.

« Quand on ne supporte plus la présence de l’autre. Le visage du monstre. Quand on ne peut plus supporter le fait que l’autre soit une victime et fasse de nous un coupable. Quand ce sentiment-là produit une surenchère de la violence. C’est de ça dont on parle. Ça n’excuse en rien la violence. Mais c’est la force de ce spectacle qui pose des questions : est-ce qu’il reste de l’amour ? Est-ce que c’est possible de reconstruire de l’amour après le premier coup ? »

Que ce soit dans Le fils ou dans Sandre (collectif Denisyak, programmé lors de l’édition précédent de Mythos, sur le monologue d’une femme infanticide, interprétée par un homme), les rôles sont incarnés avec justesse et puissance. Et demandent un investissement et une énergie très particulière à la comédienne ou au comédien.

Le personnage de Hedda ne fait pas exception. Lena l’avoue : « Après une représentation, je suis extrêmement épuisée et rarement contente, parce que ça va mettre très longtemps avant d’obtenir la maitrise de l’objet. Tout ce qui est dans ce texte, parce que beaucoup de choses ont été apportées par moi lors des impros, ça devient une parole personnelle. Avant de jouer, je pense à toutes ces personnes qui vont se reconnaître dans ce que je vais raconter. Certaines personnes viennent me voir pour témoigner ensuite, c’est bouleversant. Elles lisent dans les ellipses tout ce qu’elles ont vécu. On peut se projeter dans ce texte. »

C’est physique, c’est mental, c’est intense. Parce qu’il faut que ce soit authentique et sincère. On puise alors dans les résonnances et les échos que l’histoire de ce couple peut avoir sur nos vies. Sans connaître des violences physiques, on ressent l’effroi, l’humiliation, la peur parce qu’on a connu ses sensations dans l’intimité à un moment donné.

Lena Paugam, très sensible aux regards et à la connexion avec le public, avoue être traversée de quelques troubles : « Il faut créer en moi l’espace de rencontre. Que je sois suffisamment ouverte pour accueillir l’écoute et disponible pour saisir le présent de cette rencontre. Ça fait pas mal de troubles. »

Avant les représentations au théâtre de la Paillette, les 17 et 18 avril, la metteure en scène reviendra le 16 avril (à 18h, à la Paillette) sur son travail, dans une rencontre croisée avec Louise Emö.

Célian Ramis

8 mars : Les combats féministes au fil des générations

Posts section: 
Location: 
CRIJ, Rennes
List image: 
Summary: 
Ne rien lâcher aujourd’hui, pour demain. Ne pas couper les ponts avec les combats d’hier. Pour comprendre notre Histoire commune, défendre notre héritage et avancer ensemble vers l’égalité entre les sexes.
Main images: 
Text: 

Ne rien lâcher aujourd’hui, pour demain. Ne pas couper les ponts avec les combats d’hier. Pour comprendre notre Histoire commune, défendre notre héritage – souvent menacé par la montée des extrêmes et la haine des anti-choix – et avancer ensemble vers l’égalité entre les sexes. C’était l’objet de la conférence « Égalité femmes-hommes : les combats d’hier et les engagements d’aujourd’hui », organisée par le CIDFF35 le 15 mars, au CRIJ Bretagne.

Autour de Camille Ceysson, modératrice et membre du CA du CIDFF35, 3 femmes, représentant 3 générations de militantes féministes : Geneviève Couraud, présidente de l’Assemblée des femmes et présidente de la commission « Santé, droits sexuels et reproductifs » au Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes, Lydie Porée, présidente du Planning Familial 35 et co-fondatrice de l’association Histoire du féminisme à Rennes, et Manon Carbonnel, ancienne présidente de l’association Stop Harcèlement de rue Rennes, à l’initiative – avec Marianne Flahou - du groupe de paroles « Endométriose – Temps d’échanges et d’entraide ».

Accompagnées en images de Germaine Tillion, Louise Weiss, Simone Veil, Françoise Giroud, Yvette Roudy ou encore des femmes de la société civile, elles s’installent autour de la table après la projection d’un document de l’Ina nous remémorant 70 ans de combats pour les droits des femmes.

Droit de vote, accès à la contraception, légalisation de l’IVG, parité en politique, ouverture d’un compte bancaire sans autorisation du père ou du mari, répartition des tâches ménagères, violences faites aux femmes, congé parental… Des avancées, il y en a. Mais sont-elles acquises ? Pas tellement. Et nombreuses sont celles encore à conquérir.

3 FEMMES, 3 GÉNÉRATIONS, 3 PARCOURS

« Je suis née en juillet 1944, les ordonnances d’Alger venaient d’être publiées, j’ai donc grandi dans un monde où les femmes avaient le droit de vote et le droit d’être éligibles. J’ai passé mon enfance au Maroc et je suis venue seule en France à 17 ans. J’ai été élevée dans une famille extrêmement égalitaire, avec un père et un grand-père féministes avant l’heure. Je croyais donc que c’était la réalité. Il faudra attendre un moment pour que je me rende compte que ce n’était pas le cas. »

Geneviève Couraud devra attendre ses 24 ans et la deuxième partie de son CAPES en lettres classiques. Seule face à l’inspecteur général qui avait donné congé au jury – qui normalement assiste à l’entretien surnommé « le confessionnal » - elle reçoit alors des remarques sur sa manière de s’habiller et son attitude. Jusqu’au chantage sexuel : pour obtenir sa mention, elle doit coucher. Elle ne parle plus. Elle refuse de céder. Il reprend l’entretien, « normalement ».

« La terre s’est écroulée. Vous comprenez alors dans quelle société vous vivez. Je suis rentrée dans le bureau, je n’étais pas féministe. Je suis sortie, je l’étais. »
déclare-t-elle avec détermination.

À la différence de Geneviève Couraud, Lydie Porée, née en 1978, n’a pas « d’anecdote déclic ». Mais elle a, comme toutes, fait l’expérience « pas très agréable » de réaliser qu’elle est une fille. En résumé, elle a découvert ce qu’elle appelle « le pack filles », avec son lot d’inégalités et de violences injustifiées.

« C’est un sac à dos très lourd. On peut faire avec, on peut choisir de ne pas le sentir, on peut décider que c’est trop lourd et que ça suffit. Chacune réagit à sa manière. Je n’ai donc pas eu un moment précis mais c’est plus la répétition d’être tout le temps rappelée à ce que c’est que d’être une fille. Et quand on subit, en général, cela génère beaucoup de colère. Rien de tel que le collectif pour canaliser la colère et la transformer en force. », souligne-t-elle.

Cette accumulation, Manon Carbonnel la ressent et la comprend. Depuis petite, elle constate des dysfonctionnements. Elle ne veut pas d’enfant, on lui dit qu’elle changera d’avis. En CP, elle est la seule fille, entourée de garçons de CM2, en atelier Informatique. Ado, elle subit un viol, d’un ami à elle. Dans la rue, on lui attrape les seins, devant ses parents. Elle découvre également que des avortements ont eu lieu dans sa famille et qu’ils sont tabous.

« Un jour, ma mère m’offre King Kong Théorie, de Virginie Despentes. Un texte imparfait mais fort. J’ai réalisé que j’avais toujours été féministe mais qu’il m’avait manqué le terme. J’ai vécu avec l’arrivée d’Internet (avec la connexion rapide) et ça m’a permis de beaucoup m’informer. J’ai fait un bac L, des boulots en restauration et finalement j’ai repris mes études pour être ingénieure. En informatique. Comme quoi ! Je finis dans 6 mois. », annonce-t-elle.

LE MILITANTISME, COMME SOLUTION POUR AGIR

Aucune d’elles n’a été épargnée des violences sexistes d’une société patriarcale rarement remise en cause, si ce n’est par les associations, groupes et collectifs féministes, dont les discours et actions sont, de ce côté, souvent visés par des suspicions, invisibilisés et banalisés.

« Ce qui s’est passé au CAPES, j’ai mis 30 ans à en reparler. Je l’ai fait quand j’ai vu quelqu’un se faire humilier devant moi, de la même manière que moi. Oui, ça se passe dans l’Education Nationale. Et avec le #Metoo et #Balancetonporc, j’ai témoigné de ça. En donnant le nom du harceleur. Ce que l’on subit, c’est de l’humiliation, c’est un bouleversement, une remise en cause qui dure toute votre vie. Le seul moyen, c’est le militantisme. Pour faire en sorte que ça n’arrive plus aux autres. », déclare Geneviève.

Si son engagement militant ne s’est pas concrétisé dans l’instant, le MLF (Mouvement de Libération des Femmes) et le contexte de mai 68 vont réveiller son envie et son besoin de s’investir dans le collectif. Au sein du MLAC de Marseille (Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contraception), tout d’abord. Puis du CIDFF et du Planning Familial, avant de devenir membre de l’Assemblée des femmes et du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes.

En parallèle, elle adhère au Parti Socialiste qui, à l’époque, en 1978, « a le soucis de l’éducation, la culture et l’égalité ». Le féminisme va l’emmener sur la route de la politique, du militantisme et du regard critique envers son propre métier, qu’elle constate également comme reproducteur des inégalités entre les garçons et les filles, souvent moins interrogées.

Elle note alors une ambition moindre chez les filles que chez les garçons : « Il faut encourager les filles et pousser les familles à le faire aussi. Les filles qui renoncent, ce n’est souvent pas par manque de courage mais parce que le poids de la société est trop lourd. »

Ce poids de la société, c’est le fameux « pack filles » dont parle Lydie. Une fois conscientisé, elle a eu envie de rejoindre le collectif Emancipation à Angers, avant de commencer l’aventure, avec d’autres personnes, de Mix-Cité Rennes. La période à laquelle elle se lance dans le militantisme est un tournant dans l’histoire du féminisme :

« Il y avait comme un creux dans les féminismes, dans les années 80/90. Dû aux luttes qui avaient eu lieu dans les années 70 et les droits obtenus. Tout ne s’est pas arrêté mais c’était moins fort jusqu’en 1995 environ. Je m’inscris dans cette relance. »

Les droits acquis sont fragiles et restent encore à conquérir. Les collectifs et mouvements féministes doivent se réinventer, s’organiser. De nouvelles préoccupations apparaissent. Au sein de Mix-Cité, les militant-e-s s’intéressent à l’intervention dans les espaces publics et la répartition sexiste des jouets.

Si ce sont des sujets nouveaux qui sont mis sur la table, Lydie Porée, archiviste, regrette de ne pas bien connaître l’histoire des luttes féministes et se relance dans les études. « On (Patricia Godard et elle) avait beaucoup de curiosité par rapport à ça et nous avons décidé de nous lancer dans une enquête. Ce n’était pas évident car l’histoire des femmes a la particularité de se transmettre sur des témoignages oraux. Les mouvements étant perçus alors comme peu légitimes, il n’y a pas eu beaucoup de sauvegardes, d’archives, de traces. Les groupes de femmes étaient informels souvent. Nous sommes parties à la quête de ces traces, de militantes et on a tiré des fils au fur et à mesure. », explique-t-elle.

La suite on la connaît bien. Le duo lance l’association Histoire du féminisme à Rennes, au départ créé pour le projet de livre Les femmes s’en vont en lutte ! publié aux éditions Goater en 2014 mais qui va rapidement prendre de l’ampleur et dépasser la seule publication d’un ouvrage (conférences, visites guidées, etc.).

Si elle ressent le besoin à un moment donné de souffler et de prendre du temps pour soi, elle le dit : « On revient vite dans le collectif ». Par la porte de Aides, elle entre au CA du Planning Familial 35 et en devient la présidente. Jusqu’en juin 2018.

« On va renouveler le bureau. Je trouve ça bien, ça oblige à réfléchir à la transmission, à laisser la place et aller ailleurs. J’ai vraiment beaucoup aimé cette expérience. Je suis née après la loi Neuwirth, après la loi Veil et je suis convaincue que la maitrise de la fécondité des femmes est un pilier de l’émancipation. Je me sens chez moi au Planning Familial. C’est un mouvement qui n’est pas toujours structuré mais qui est foisonnant, libre, et c’est une asso qui se renouvelle sans arrêt, sur la santé des femmes, et qui cherche de plus en plus à inclure les personnes LGBT aussi, c’est très important. », conclut-elle sur ce point-là.

Elle soulève quelques limites dans ce qu’elle a pu constater au fil de ses années de militantisme : le risque de s’oublier, de par l’implication et l’investissement que cela demande, et le manque d’inclusion. Elle se souvient notamment que « Chez Mix-Cité, on n’avait tou-te-s moins de 25 ans et on était toutes blanches. Ça fait réfléchir. »

Et ce n’est pas Manon Carbonnel qui viendra couper court à cette réflexion : « Regardez, ici, ce soir, nous sommes 4 femmes. Quatre femmes blanches. » Dans le public, même constat. Elle affiche tout de suite clairement une position bien plus intersectionnelle que le féminisme des années 70, en France, et comprend l’importance des féminismes.

Amenée au militantisme par la violence quasi quotidienne d’un sexisme banalisé auquel les pouvoirs publics n’apportent aucune solution, elle expose des faits brutaux qui témoignent d’une problématique dramatique. Les agressions dans la rue sont la preuve de l’objetisation des femmes :

« J’ai été agressée en bleu de travail, en pyjama, en jupe, en talons, en baskets, en pantalon… Un jour, un mec voulait me mettre dans sa voiture, aidé par un complice. J’ai hésité « Je sors ma lacrymo ou la matraque ? » et j’ai sorti une matraque. J’ai réussi à ma sauver. Après ça, je me disais que j’étais Terminator. Enfin, Sarah Connor plutôt. »

En même temps, elle découvre Paye Ta Schneck qui relate des milliers de témoignages sur le harcèlement de rue et se forme, s’informe, grâce à ce type d’outils, délivrant la parole des femmes concernées. Elle commence à tomber malade, subit de forts maux de ventre. Le stress, c’est dans la tête, peut-être faudrait-il voir un psy. C’est ce qui lui disent les médecins en réponse aux symptômes qu’elle décrit.

Jusqu’à ce qu’elle trouve un médecin qui pense rapidement à l’hypothèse de l’endométriose. Aux examens, les professionnel-le-s ne voient rien. Il n’y a rien. « On a fait revérifié l’IRM et on m’a opéré 1 an et demi plus tard. J’ai eu très mal. Puis on me dit qu’il faut que je fasse un test pour savoir combien d’ovules il me reste. Je découvre qu’on a un quota. Première nouvelle. Qu’on peut les congeler. Je n’avais jamais eu d’infos là-dessus. », dénonce-t-elle.

Violences sexuelles, violences psychologiques, violences gynécologiques. Les unes après les autres. Les unes en même temps que les autres. Manon raconte et ne s’érige jamais en victime. Elle rejoint Stop Harcèlement de rue Rennes, un événement qui lui ouvre l’esprit sur la multiplicité des vécus et la pluralité des féminismes. Elle quitte la présidence de la structure, n’ayant plus assez de temps à consacrer à ces autres activités, mais poursuit la lutte.

Pour faire connaître l’endométriose, lutter contre les violences gynécologiques, elle organise le 3 avril un groupe de paroles, au bar L’Amaryllis à Rennes, pour les femmes atteintes de cette maladie et celles étant en train d’être diagnostiquées.

Son désir : « Tendre vers ce que vivent les autres pour les aider aussi et pas juste moi. J’espère qu’on va toutes se faire grandir et aller vers la sororité, car nous aussi on répète les préjugés sexistes. Et pour moi, c’est le poids de la culture judéo-chrétienne. J’ai des amies travailleuses du sexe, des amies voilées, des amies trans, et elles ne se retrouvent pas dans les groupes féministes actuels. »

UN ENGAGEMENT MILITANT DE LONGUE HALEINE

C’est un boulot de titans que les militantes accomplissent. Avec une énergie monstre. Et une détermination admirable. Parce que le chemin est long et que comme le souligne Lydie Porée, les victoires sont minces et peu nombreuses :

« Le féminisme, c’est un mouvement de transformation sociale. On ne compte pas nos heures pour y parvenir mais c’est très fatiguant. Je rejoins Manon sur la sororité. À Rennes, on nous permet justement des collaborations entre structures féministes et je pense qu’on a tout à gagner en travaillant sur les points qui nous réunissent. Car évidemment nous avons des points de désaccords mais nous subissons déjà tellement de coups qu’on gagnera vraiment à s’allier. »

S’allier en s’écoutant, sans jugement. En permettant aux unes et aux autres de sentir libres et d’avoir une place dans le collectif, sans forcément en faire partie tout le temps. C’est la question qui se pose avec les événements en mixité, en mixité choisie ou en non-mixité.

Pour Geneviève Couraud, quand elle a commencé à militer : « On était entre nous. Et Yvette Roudy le dit : il faut que les femmes fassent front commun. Elle parlait alors du domaine de la politique. On a bien avancé je trouve. »

C’est là peut-être que se creuse l’écart entre les différentes générations de féministes (problématique récurrente à de nombreux sujets, pas uniquement due au féminisme). Les plus anciennes regardent en arrière le chemin parcouru et les plus jeunes regardent en avant le chemin qu’il reste à parcourir.

IMPOSSIBLE D’ÊTRE PARTOUT

Les points de vue se confrontent. En résulte l’ébullition d’un débat qui ne cessera jamais d’opposer les générations, par différence des contextes, des époques et des vécus. Mais qui les rassemble également autour de l’objectif commun : l’égalité entre les femmes et les hommes.

« Le sexisme est une pieuvre avec des milliers de bras qu’il faut attaquer de partout. C’est ça qui est compliqué. Mon axe en ce moment c’est la lutte contre le harcèlement de rue, l’information sur l’endométriose et la formation à la self-défense (elle parlera quelques minutes plus tard d’une notion essentielle : l’empowerment, ndlr). Mais il y a plein de choses à faire. Et il faudrait que le gouvernement s’y mette un peu aussi ! Il faut travailler avec les institutions, former la police, les médecins… Que les femmes puissent porter plainte ! J’ai essayé plusieurs fois, je n’ai jamais pu. Alors que d’un autre côté, on reçoit une injonction à porter plainte. Tant qu’elle n’a pas porté plainte, on ne la croit pas vraiment. », déclare Manon.

Au fil de la discussion, chacune apporte sa vision des combats qu’il reste à mener. L’éducation à l’égalité, pour Geneviève. L’accès à la santé, l’éducation à la sexualité, pour Lydie. Les sujets se multiplient et montrent à quel point le patriarcat est omniprésent et les résistances sont grandes.

Le public intervient également. Jocelyne Bougeard, conseillère municipale adjointe aux relations internationales et aux relations publiques et également membre du HCEfh, rappelle l’importance des lois et surtout de l’exigence de la bonne application de ces lois. Une médecin exprime sa désolation face au manque d’éducation à l’égalité dans le domaine de la petite enfance.

L’ENJEU MAJEUR DU CORPS DES FEMMES

Annie Guillerme, présidente de la Fédération régionale des CIDFF, en arrive alors à évoquer les États généraux de la bioéthique qui se déroulent en France cette année, pour faire évoluer – soi-disant - les lois dans ce domaine. Si autour de l’ouverture de la PMA, les différents féminismes se rejoignent, en règle générale, la GPA cependant est un sujet de discorde.

« C’est un sujet clivant. Evidemment, il faut entendre les arguments des pour et des contre, s’écouter, discuter. », rappelle-t-elle.

Pourtant, durant le débat, on sent qu’avant même l’étude approfondie du sujet, certaines positions sont déjà bien affirmées et revendiquent le « contre ». Pour Geneviève Couraud, la GPA est synonyme de location d’un ventre. Et pas n’importe quel ventre, celui « des femmes pauvres, issues des pays défavorisés ».

Selon elle, et pas seulement puisque d’autres femmes dans l’assemblée se manifestent en accord avec ce point de vue, il s’agit d’une marchandisation du corps, un geste de la misère. Le débat, ce soir-là, reste apaisé mais sera vite balayé.

Pour Lydie Porée, « le Planning Familial s’engage pour la PMA. Pour la GPA, c’est en réflexion. Personnellement, je ne sais pas où me positionner. Et je trouve ça bien aussi de se dire qu’on n’a pas toujours un avis sur tout à un instant T. »

Pareil pour Manon Carbonnel.

On est d’accord. Et surtout, nous sommes aux prémices d’un débat qui s’annonce plus que musclé. Ne pas foncer tête baissée dans un bras de fer qui divisera forcément l’opinion publique et penser à écouter les concerné-e-s. Soit celles qui en ont fait l’expérience et celles et ceux qui y ont recours. Parce qu’il est hypocrite de penser que, en France, personne ne fait appel à des mères porteuses.

Certains reportages montrent une autre réalité que celle présentée par Geneviève. Notamment avec plusieurs couples homosexuels désirant élever un enfant dès ses premiers mois de vie et faisant appel à des femmes américaines pour être les mères porteuses. Quelques cinéastes, également, proposent de soumettre le sujet à la réflexion des spectatrices-teurs, comme tel est le cas dans Melody, de Bernard Bellefroid, et plus récemment dans Diane a les épaules, de Fabien Gorgeart.

Plus important encore que les nombreuses polémiques annoncées par avance autour de la GPA, c’est le sujet sous-jacent qui constitue un enjeu majeur du combat des féministes contre le patriarcat : la question du corps des femmes.

Visiblement, à ce propos, les groupes féministes semblent se rejoindre : chacune doit être libre de disposer de son propre corps. On comprend que selon les générations, à travers les vécus et les luttes menées, la notion a plusieurs significations.

 

Célian Ramis

8 mars : Quelle réalité des mesures prises contre les violences sexuelles au travail ?

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Laure Ignace témoigne du parcours des combattantes imposé aux femmes victimes de violences sexuelles, notamment au travail, et dénonce le manque de moyens mis en place par les pouvoirs publics pour y répondre.
Text: 

« À cette prise de conscience collective, il n’y a pas de réponse institutionnelle pour répondre à ce cataclysme. Il y a un phénomène de masse, les femmes parlent, hurlent, mais rien n’est mis en place. Il faudrait un plan d’urgence. Ça concernerait les accidents de la route, on aurait tout de suite eu une grosse campagne. Pour les femmes, non. Rien. » Laure Ignace est juriste au sein de l’Association européenne contre les Violences faites aux Femmes au Travail (AVFT). Invitée à Rennes le 8 mars à la MIR par Questions d’égalité, en partenariat avec la CFDT, elle témoigne du parcours des combattantes imposé aux femmes victimes de violences sexuelles, notamment au travail, et dénonce le manque de moyens mis en place par les pouvoirs publics pour y répondre.

Octobre 2017. Affaire Weinstein. Le choc, l’incompréhension, la colère, la gronde, la prise de conscience. Soi-disant. On parle d’une libération massive de la parole des femmes. Certaines militantes, comme la dessinatrice féministe Emma, recadrent les choses : les femmes ont toujours parlé mais elles n’ont pas été écoutées, il serait donc plus juste de parler de libération de l’écoute.

Laure Ignace, juriste au sein de l’AVFT, précise également : « On parle du contexte de ces derniers mois mais on pourrait dire de ces dernières années. Avec l’affaire Baupin et d’autres. Moi, j’interviens sur l’ampleur que ça a depuis octobre et sur le constat de ce que cela a entrainé en bien et en moins bien pour les femmes et pour l’AVFT. »

Parce qu’elles sont de plus en plus nombreuses à oser franchir la porte des commissariats et des gendarmeries pour porter plainte. Pour dénoncer des actes de violences sexuelles. En novembre 2017, on notait une augmentation d’environ 30% des dépôts de plainte en gendarmerie et quasiment le même pourcentage dans les commissariats.

LÂCHETÉ GOUVERNEMENTALE…

Une avancée positive qui n’est pas sans conséquence puisqu’en parallèle forces de l’ordre, système judiciaire et associations ne voient pas leurs moyens, humains et financiers, renforcés.

« 14 ans que la subvention à l’AVFT n’a pas augmenté ! Il faut un renfort des politiques de prévention et de la politique pénale. Ça a été le cas pour les violences conjugales, spécifiquement mais on n’observe pas la même tendance pour les violences sexuelles, au travail notamment. Dans ces conditions, l’État peut difficilement se prévaloir de défendre et de lutter pour les droits des femmes. », rétorque-t-elle quand on ironise sur « la priorité du quinquennat ».

Elle tire la sonnette d’alarme : il est temps que le gouvernement sursaute et se réveille ! Temps qu’il accomplisse et assume son rôle. Qu’il arrête de compter sur les associations, au bord de l’asphyxie, et le Défenseur des droits, qui a par exemple lancé une campagne contre le harcèlement sexuel :

« Ce n’est pas l’Etat qui s’en est chargé. Sans dire que, au niveau de l’inspection du travail, de la médecine du travail, c’est la catastrophe ! Pas de moyens, trop de boulot. On assiste à un cumul de professionnels surchargés qui de fait défaillent souvent. Mais on ne renforce pas les acteurs… On ne peut pas dire qu’on lutte contre les violences. »

Les chiffres sont effarants : 1 femme sur 3 déclare subir ou avoir subi du harcèlement sexuel ou une agression sexuelle sur son lieu de travail. Et pourtant, plus de 80% des employeurs n’ont toujours pas mis en place de plan de prévention. Une réalité que le site 8mars15h40.fr souhaite mettre en lumière à travers sa grande enquête sur les violences au travail.

LES CONSÉQUENCES DU MANQUE DE MOYENS

Ainsi les associations, seules, ne peuvent décemment répondre à toutes les demandes et tous les besoins. En novembre dernier, dans le cadre de la préparation de notre dossier sur les violences sexuelles, SOS Victimes 35 répondait à notre demande que personne ne pouvait assurer la réponse à notre interview, en raison d’une surcharge de travail.

Le 31 janvier 2018, l’AVFT a annoncé la fermeture de son accueil téléphonique en raison d’une incapacité à y répondre tant la demande était forte. Actuellement, 150 femmes sont soutenues par l’association de manière extrêmement poussée, « cela veut dire qu’on les reçoit en entretien puis que l’on intervient dans les procédures, avec les Parquets, les employeurs, les conseils des Prud’Hommes, que l’on se constitue partie civile, etc. »

En parallèle, une centaine de femmes est accompagnée de près. « Elles n’ont pas été reçues en entretien mais on les soutient, on les conseille. On va écrire pour savoir où en est l’enquête, contacter les médecins pour leur demander d’écrire un certificat médical décrivant les symptômes constatés, les aider à saisir le Défenseur des droits, corriger les courriers qu’elles vont envoyer à leurs employeurs parce qu’en fonction des femmes, elles n’ont pas toutes le même rapport à l’écriture. Ce sont des choses qui prennent du temps. Saisir le Défenseur des droits, ça peut demander une demi journée de travail. Cela prend énormément de temps. », précise la juriste.

Au total, les 5 professionnel-le-s de l’AVFT (4 CDI et 1 CDD) accompagnent 250 femmes. Comptabilisant dans ce chiffre des dossiers ouverts depuis 10, voire presque 15 ans. Parce que les procédures sont longues, compliquées et pleines de rebondissements, « parce que parfois les agresseurs attaquent en diffamation, parce que parfois y a l’instance, l’appel et le pourvoi en cassation… » Et depuis l’affaire Weinstein, c’est entre 2 et 3 nouvelles victimes par jour qui font appel à la structure.

LOIN DE S’ARRANGER

Et le contexte économique et politique ne va pas arranger les choses. Loin de là. Laure Ignace dénonce à ce titre les ordonnances qui vont précariser les parcours des femmes, faciliter les licenciements et renforcer les moyens de pression des harceleurs, profitant de la dépendance financière des femmes.

Elle le répète, le gouvernement n’est absolument pas dans une volonté de lutte contre le harcèlement sexuel : « Il faut mener des enquêtes sérieuses au sein des entreprises et aucune circulaire n’a été donnée dans ce sens. Pour 24 millions de salarié-e-s en France, il y a 2000 agents de contrôle ! Imaginez… Pas simple ! Et puis, ça dure des années les enquêtes tellement les agents ont du boulot ! C’est un travail conséquent. Et quels moyens sont donnés au sein de gendarmeries ? des commissariats de police ? des parquets ? Il n’y a aucun effectif spécifique de prévu sur ces enquêtes là. Alors les plaintes augmentent mais elles sont très souvent classées sans suite. »

Pourtant, quand une accusation vise un ministre, les procédures s’accélèrent et on assiste à des affaires éclairs, comme tel a été le cas pour Gérald Darmanin. Laure Ignace y voit là un message parlant, envoyé de la part du gouvernement, celui d’une justice de classe. Avec deux poids, deux mesures.

LE PARCOURS DES COMBATTANTES

Dans le cas d’une accusation envers un homme de pouvoir, le crédit de bonne foi est accordé à celui qui est accusé plutôt qu’à la victime. Pour les femmes accompagnées par l’AVFT, « c’est plutôt l’inverse, on les soupçonne en première intention et cela se traduit par des poncifs tels que « Pourquoi dénoncer que maintenant ? », qui montrent qu’on n’a toujours pas compris le mécanisme des violences, toujours pas compris que c’est un risque qu’elles prennent en parlant enfin, toujours par rapport à cette fameuse dépendance financière. Pourquoi n’ont-elles pas mis une claque à leur agresseur ? Pourquoi ne l’ont-elles pas dit à leur supérieur ? Elles doivent se justifier sur toutes les réactions qu’elles ont pu avoir ou ne pas avoir. Le classique ! Et puis ensuite, viennent les remarques sur leurs attitudes avec les hommes, leurs habillements, etc. Une jupe courte une fois et c’est une fois de trop. »

Aussi, les enquêtes vont-elles venir insidieusement interroger les capacités professionnelles de la plaignante. On va alors se demander si elle ne chercherait pas en accusant un collègue ou un supérieur à dissimuler un squelette dans le placard. Pour la juriste, le fait même d’enquêter sur les compétences de la salariée incite les autres à se positionner, à se braquer.

Et si les employeurs ont en règle générale bien intégré leur obligation de mener des enquêtes, elle précise que celles-ci sont souvent mal menées ou que la réponse finale consistera simplement à muter la plaignante, ou les deux personnes concernées. Une sanction injuste qui camoufle le problème mais ne le résout pas.

« Pour beaucoup, c’est quand elles sont extraites du travail, parce qu’elles sont en arrêt maladie, qu’elles se rendent compte qu’elles ne peuvent plus y retourner. Elles réalisent la gravité des faits et des conséquences. La reprise du travail et les conditions de reprise surtout sont très anxiogènes. », précise Laure Ignace.

Elle ne mâche pas ses mots en parlant de parcours de la combattante. Ce n’est pas une exagération. Mais la réalité des démarches et des procédures n’est que trop peu connue. Voire ignorée. La phase pré-contentieuse, déjà saturée de courriers à rédiger et de démarches, coûte cher et n’est pas prise en compte par l’aide juridictionnelle.

DÉMARCHES LONGUES, COÛTEUSES, ÉNERGIVORES

Le 27 février dernier, Libération publiait d’ailleurs un article sur le sujet : « Aller au procès, une montagne financière pour les femmes victimes de violences ». Laure Bretton et Soizic Rousseau expliquent alors que si le coût financier ne dissuade pas au premier abord les plaignantes, cela devient tout de même vite un frein, voire une contrainte trop forte pour aller jusqu’au bout.

Sans compter qu’il n’y aura pas seulement les honoraires d’avocat-e-s mais aussi potentiellement des consultations médicales, des accompagnements psychologiques, des frais de déplacements aux procès (l’affaire peut passer devant plusieurs juridictions : tribunal administratif, conseil des Prud’Hommes, tribunal correctionnel…).

Les enquêtes seront longues, pénibles, parfois injustes, souvent retournées contre celles qui osent rompre le silence et briser l’omerta. Les démarches requièrent donc du temps, de l’énergie, de l’argent. À long terme.

RENFORCER LES BUDGETS, LES MOYENS HUMAINS, LES FORMATIONS ET LA PRÉVENTION

Sans moyens supplémentaires, les associations suffoquent. Et ce sont les plaignantes qui trinquent. Pour l’AVFT, il n’y a pas de détours à prendre, les solutions sont claires, on ne peut plus reculer face aux mesures qui s’imposent, mais n’arrivent pas. L’affichage d’une politique de lutte contre les violences sexuelles doit être clair.

« Tous les parquets doivent orienter leurs priorités contre les violences. Il faut défendre une politique pénale de lutte contre les violences sexuelles au travail, au même titre que l’on met en place une politique de lutte contre le travail illégal, contre le terrorisme, etc. Et évidemment, il faut un renforcement du personnel en charge de ces politiques de lutte. Donc des moyens humains. Nous avons bien conscience que les parquets sont débordés, submergés de plaintes de tout ordre, des dossiers sont même perdus… Leurs moyens doivent être renforcés, qu’ils aient des formations sur comment on rapporte la preuve, avoir un pôle spécialisé sur les violences sexuelles. », scande Laure Ignace.

Les budgets des forces de l’ordre doivent être augmentés, des formations sont nécessaires autour du harcèlement sexuel, des violences, des agressions sexuelles et des viols, pareil du côté de l’inspection du travail et de manière plus largement du côté de tous les acteurs concernés. Mais surtout que le message passe : les violences sont graves, elles doivent être l’objet de répression sur le plan pénal et les victimes doivent être indemnisées à hauteur du préjudice.

« Il faut faire de la prévention dans tous les sens car pour l’instant, c’est un message d’impunité qui est répandu. Tant qu’on ne se dit pas que commettre ces actes va coûter cher, on n’a pas d’intérêt à prendre le problème à bras le corps. Aujourd’hui, les agresseurs ne risquent pas grand chose, les entreprises ne risquent pas grand chose, les femmes risquent gros. », soupire-t-elle.

NE RIEN LÂCHER

Difficile de se montrer optimiste dans une situation sclérosée par manque de volonté politique claire en faveur des droits des femmes. La juriste peine à trouver des éléments positifs auxquels raccrocher nos espoirs. Elle souligne tout de même son admiration pour toutes celles qui s’engagent dans la bataille : « Des femmes parviennent à obtenir justice et à franchir toutes les barrières. Elles font preuve d’une combattivité extrême pour aller au bout de tout ça. Je suis admirative de la longévité de leur combattivité. »

Elle se réjouit, tout comme Muriel Salmona, psychiatre et présidente de l’association Mémoire traumatique et victimologie, de l’ouverture prochaine de centres spécialisés pour la prise en charge psychotraumatique des victimes de violences, pour lesquels le gouvernement a donné son feu vert le 25 novembre dernier. Toutefois, elle nuance, persiste et signe :

« C’est positif car c’est extrêmement important de donner accès aux soins médicaux à toutes les femmes abimées par ces violences mais attendons de voir dans quelles conditions cela va fonctionner. En tout cas, ce n’est pas suffisant vu l’ampleur du problème. On attend d’autres réponses de la part du gouvernement. Les discours restent des discours. Nous, on attend la transformation en actes. »

Célian Ramis

Violences sexuelles : # Ne plus se taire !

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Véritable fléau, les violences sexuelles sont les conséquences d'une société patriarcale qui véhicule encore aujourd'hui la culture du viol. Si les mentalités évoluent lentement, la prise de conscience passe par la libération de la parole.
Text: 

Au cours de leur vie, on estime à 14,5% des femmes, âgées entre 20 et 69 ans, qui sont ou seront victimes de violences sexuelles (à savoir viols, tentatives de viols, attouchements du sexe, des seins, des fesses, baisers forcés, etc.). Un pourcentage qui sous-estime la réalité puisqu’il ne prend pas en compte les violences survenues avant la majorité, que l’on sait extrêmement nombreuses.

Sans oublier que toutes les femmes n’osent pas dénoncer ce qu’elles ont subi. Ou ne mettent pas encore de mots dessus. Ces derniers mois, les #Balancetonporc et #Moiaussi ont permis de révéler sur les réseaux sociaux l’ampleur des violences faites aux femmes et de démontrer que dans une société régie par le patriarcat tout le monde devait être concerné par le sujet. À la lecture des multiples témoignages, nous oscillions entre colère et tristesse.

Si les deux sentiments sont encore présents, les militant-e-s interrogé-e-s ce mois-ci nous ont montré la voix : celle de la combattivité, de la persévérance et de l’engagement. Voilà qui redonne force et espoir. 

La grande majorité des victimes de violences sexuelles (comme dans toute situation de violence) culpabilisent. Parce que la société leur dit qu’elles sont responsables. À cause de leurs tenues, de leurs comportements, de leur présence dans l’espace public…Fin 2017, obtenir le consentement de l’autre n’est pas en tête de liste des priorités… La culture du viol, entretenue par les médias, infuse encore dans tous les secteurs de la société. Sous couvert d’humour, on minimise et on banalise les violences faites aux femmes. 

Pourtant, la honte, elle, assène quasiment toutes les victimes qui préfèrent alors se taire, ne pas faire de vague. Si certaines réussissent à briser le silence, elles restent minoritaires à oser dénoncer les violences vécues. À la suite de l’affaire Weinstein, les langues se sont déliées, sur les réseaux sociaux dans un premier temps, et dans la rue, dans un second temps. Des témoignages qui confortent les associations et collectifs féministes – agissant depuis des mois, des années et des décennies – dans leur militantisme et qui placent leur travail au cœur d’une problématique sociétale colossale.

Depuis 5 ans se tient chaque année à l’hôtel de Rennes Métropole un colloque organisé par l’École Nationale de la Magistrature, dans le cadre du 25 novembre, journée dédiée à l’élimination des violences faites aux femmes. Le 1er décembre dernier, l’événement s’intitulait « Du sexisme aux violences sexuelles ».

Et en préambule, Christophe Mirmand, préfet de Bretagne, était invité à introduire le sujet. Il a alors rappelé que les droits des femmes et l’égalité entre les sexes était une priorité du mandat d’Emmanuel Macron. Depuis plusieurs mois, c’est ce que l’on entend. La grande cause du quinquennat. Que nenni !

Faut-il rappeler que le 8 mars dernier, le candidat LREM annonçait nommer une femme en qualité de Première ministre s’il était élu ? Faut-il rappeler également que celui qui se veut féministe n’a pas souhaité créer un ministère des Droits des Femmes mais a relégué la question à un secrétariat d’État (c’est-à-dire sous la tutelle du Premier Ministre, qui lui ne fait pas semblant d’être macho) ? Ou encore que le 8 juillet dernier, il lâchait sans vergogne – en marge du G20 à Hambourg – que « Quand des pays ont encore sept ou huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien » ?

En France, il n’a d’ailleurs pas hésité à couper drastiquement le budget alloué à l’égalité entre les sexes. Alors que la secrétaire d’État, Marlène Schiappa – dont le service presse a totalement ignoré notre demande d’interview et nos nombreuses relances ce mois-ci – tentait cet été de démentir les rumeurs, en parlant de « fake news », le décret n°2017-1182 inscrivait au Journal Officiel du 21 juillet 2017 :

« Enfin s'agissant de la mission « Solidarité, insertion et égalité des chances » sont annulés 7,5 M€ en AE et en CP sur le programme 137 « Egalité entre les femmes et les hommes ». »

TROP PEU DE MOYENS FINANCIERS

Il faut bien avouer cependant qu’une hausse du budget de Marlène Schiappa est prévue pour 2018. Les féministes, comme Caroline de Haas, qui avaient alors crié au mensonge concernant cette information, ont présenté un mea culpa un brin piquant, début décembre :

« Après quelques recherches force est de constater que nous nous sommes trompées. Le budget va passer de 29 772 326 € en 2017 à 29 779 727 € en 2018. Il va donc bien augmenter. De 7401€. Soit 0,0002 euros par femme (oui, vous avez bien lu). Cela ressemble à une mauvaise plaisanterie. Sans moyens, aucune possibilité de mettre en œuvre les annonces du président. Pas plus que d'en finir avec toutes les violences contre les femmes. »

Le 25 novembre dernier, le Président de la République était attendu au tournant puisqu’il dévoilait ce jour-là les mesures phares de son plan de « sécurité sexuelle », à mener sur cinq ans, en parallèle du 5e plan de mobilisation et de lutte contre toutes les violences faites aux femmes (2017 – 2019) et des suivants.

Si des points essentiels comme l’allongement du délai de prescription pour les crimes sexuels sur mineur-e-s ou la création d’une présomption de non-consentement pour les mineur-e-s (âgées de moins de 15 ans, selon la dernière proposition) y figurent, les associations féministes déplorent que les moyens financiers ne soient #PasAuRDV.

« Les associations à Rennes font un travail incroyable, qui est très précieux. Elles font ce que le gouvernement ne fait pas. Il faut les aider, les soutenir, pour qu’elles puissent continuer d’être présentes sur le territoire. Pour les contrats aidés, on a essayé de protester mais ça n’a rien donné. Ce n’est pas facile de se positionner face à ce gouvernement. Le Président s’affiche en tant que féministe mais ne fait rien de concret. On parle de la vie des femmes là, c’est concret ! »
signale Manuela Spinelli, secrétaire générale d’Osez le Féminisme 35.

Le gouvernement multiplie les effets d’annonce et les beaux discours ou non. Parce que tout en dénonçant les violences faites aux femmes, Emmanuel Macron n’oublie pas de s’inquiéter que l’on ne tombe pas « dans un quotidien de la délation » ou que « chaque rapport homme-femme soit suspect de domination, comme interdit. » Quelques jours avant, c’est le Premier ministre qui s’inquiétait de devoir « s’interdire une forme de séduction intellectuelle ».

Que faut-il comprendre à travers ces phrases ? Et à qui s’adressent-ils avec leur mise en garde ? Aux femmes. Encore une fois, ce sont à elles de faire attention. Faire attention de bien distinguer la drague du harcèlement, puis bien distinguer le rapport sexuel consenti d’une violence sexuelle (qui selon la définition s’effectue sous la contrainte, menace ou la surprise).

Pour Laélia, membre des Effronté-e-s Rennes, « c’est Edouard Philippe qui aurait besoin d’une formation sur le consentement ! On se disait bien qu’ils n’allaient pas trop nous aider mais de là à imaginer qu’ils casseraient notre boulot ! Le 25 novembre, Marianne – à l’origine de l’antenne rennaise des Effronté-e-s – a fait une prise de parole vraiment bien faite car elle a mis en lumière le lien entre les violences faites aux femmes et les violences économiques. Il faut donner des moyens économiques pour agir contre ce système sexiste. Des moyens pour la formation des agents de police, pour les professionnel-le-s de la Justice, de la Santé : tout ça, c’est un choix des pouvoirs publics. Mais il faut aussi donner des moyens aux associations et non pas réduire leurs aides, parce qu’aujourd’hui des Planning Familiaux ferment par exemple ! Il faut dépasser les discours et agir. Aux Effronté-e-s, nous tenons vraiment beaucoup à l’aspect systémique des violences mais aussi à l’aspect économique. C’est très important ! »

LES FEMMES NE SONT PAS DES OBJETS

Parmi les axes de son plan, Emmanuel Macron entent étendre les pouvoirs du CSA aux vidéos numériques et aux jeux vidéos afin d’identifier et lutter contre les contenus pouvant entrainer à de la violence contre les femmes. Il espère ainsi réguler l’accès des jeunes à la pornographie.

On ne peut critiquer cette idée, en revanche, on peut se demander si avant cela il ne serait pas utile de redéfinir clairement les missions du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel. Ou de lui rappeler qu’il est censé être le garant du « respect de la dignité de la personne humaine » (selon le site du CSA lui-même) et doit veiller, depuis la loi Egalité et citoyenneté de janvier 2017, à l’image des femmes dans la publicité.

Il a d’ailleurs rendu son rapport à ce sujet, fin octobre, mettant en lumière que les expert-e-s sont majoritairement des hommes (82% contre 18% d’expertes), que deux tiers des publicités présentant des personnages à connotation sexuelle mettent en scène des femmes (67% contre 33% des hommes) et que les stéréotypes de genre se retrouvent dans les catégories de produits (les hommes parlent d’automobile et les femmes de l’entretien de leur corps).

La conclusion du président du CSA ? « Le CSA attend de l’ensemble des acteurs concernés un débat approfondi et constant sur cette question et ne doute pas que ce document y contribuera utilement. » Tremblez Messieurs les publicitaires et directeurs des programmes, on vous menace d’un débat !

Approfondi et constant, certes, mais largement insuffisant pour déconstruire les clichés sexistes, racistes et LGBTIphobes que la télévision véhicule au quotidien. Parce que ce type de propos n’est pas réservé à Hanouna et ses chroniqueurs/queuses…

« L’iceberg du sexisme montre que les formes les plus graves du sexisme – les violences sont la partie émergée de l’iceberg – prennent leur ancrage dans le sexisme quotidien et banal  - les remarques que l’on pense anodines, les stéréotypes de genre, les blagues graveleuses. Les médias et les publicités légitiment ces comportements. »
souligne Sonia Magalhaes, déléguée départementale chargée des Droits des Femmes et de l’Égalité femmes-hommes, lors du colloque, le 1er décembre.

Dans la publicité, comme dans la plupart des émissions (de NRJ12 mais pas que), séries (de TF1 mais pas que) ou films, les femmes sont presque constamment présentées – quand elles ne sont pas réduites aux tâches ménagères, à l’assistance à la personne ou à la famille - comme des objets sexuels.

Elles sont passives et dépossédées de leur sexualité. Embrasser la poitrine d’une femme sur un plateau, tenter de relever la jupe d’une chanteuse lors d’une émission (récemment, c’est à un homme en kilt que cela est arrivé, de la part d’une femme, dans un télé-crochet), se concentrer uniquement sur le physique sexy d’une chroniqueuse ou invitée, ou sur son orientation sexuelle, ou sur son origine (et son exotisme…), puis ensuite minimiser et en rigoler constitue une série de violences à l’encontre des femmes et de la dignité humaine.

« La Télévision ne réagit pas à ça. On se pose vraiment la question de qui détient le pouvoir à la télé. La pub est construite à travers le regard des hommes et on voit bien les idées imprégnées dans les mentalités. », commente Manuela Spinelli.

STOP À LA CULTURE DU VIOL

Concrètement, selon le terme que l’on doit aux féministes américaines, il s’agit là de la culture du viol. En janvier 2016, Muriel Salmona, psychiatre, psychotraumatologue et présidente de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie publiait un article intitulait « Pour en finir avec le déni et la culture du viol en 12 points ».

Sans détailler les 12 points, la docteure nous éclaire de sa définition : « De fait, nous sommes dans une société  où le déni du viol – « et si ce n’était pas un viol ? » - et la mise en cause de la victime – « et si la victime n’en était pas une ? » -  sont encore très répandus, trop de personnes y adhèrent et diffusent des idées fausses qui nuisent gravement aux victimes et garantissent l’impunité aux agresseurs. Ce système organisant le déni et la mise en cause des victimes, on le nomme « culture du viol ». La culture du viol est définie par l’adhésion d’une société à de nombreux mythes sur le viol. Lonsway et Fitzgerald (1994) ont défini les mythes sur le viol comme étant des : « Attitudes et croyances généralement fausses, mais répandues et persistantes, permettant de nier et de justifier l’agression sexuelle masculine contre les femmes » mais c’est valable pour toutes les victimes : femmes et hommes, adultes et enfants. »

Aujourd’hui, on véhicule encore l’idée que « non » peut être synonyme de « oui ». Et qu’une femme qui accepte d’aller chez un homme ou qui l’invite chez elle ne peut pas avoir subi un viol ou une agression sexuelle. Qu’une femme que l’on violente un peu dans l’idée d’avoir un rapport sexuel aime ça en fait. Que si elle s’habille de manière « sexy », c’est parce qu’elle veut séduire, voire aguicher, et par conséquent, qu’elle l’a un peu cherché.

Peu importe les motivations, rien n’excuse les violences. Que l’on ait envie de plaire, que l’on engage un flirt ou plus, que l’on fasse la fête à un endroit ou que l’on soit de passage, le consentement de toutes les personnes impliquées doivent obligatoirement être pris en compte. Pourtant, s’assurer que la relation ou le contact est consenti est loin d’être un réflexe. Et Muriel Salmona le confirme :

« Dans un univers où la très grande majorité des victimes des violences sexuelles – 83% dans notre enquête (enquête IVSEA 2015) – n’ont jamais été ni protégées, ni reconnues, le peu de victimes qui révèlent ce qu’elles ont subi courent le risque d’être mises en cause et maltraitées. Dans un retournement pervers, le projecteur est braqué avant tout sur les victimes au lieu de l’être sur les agresseurs. Nous assistons à des raisonnements organisant un déni généralisé des violences sexuelles. »

En 2011, lorsque Nafissatou Diallo accuse Dominique Strauss-Kahn d’agression sexuelle, tentative de viol et de séquestration, dans la chambre du directeur du FMI - qui s’apprête à être le candidat PS à la présidentielle de 2012 – ses propos sont remis en question, malgré la mise en détention de l’agresseur présumé. Quelques mois plus tard, les charges sont abandonnées. Il est un homme blanc de pouvoir, elle est une femme de ménage d’origine guinéenne.

Quand le racisme croise le sexisme et les a priori sur la condition sociale, c’est la triple peine. Les jeux sont faits. L’accord financier qui aurait eu lieu ensuite entre eux finit de confirmer, et ce malgré tout ce que l’on sait sur la sexualité et les abus de pouvoir de DSK, ce que la majorité pense : elle aurait menti pour de l’argent. L’affaire du Sofitel révèle alors le peu de considération accordée à la parole de la victime et l’impunité totale de celui qui est accusé.

COLLECTIVEMENT, FAIRE CHANGER LES LOIS

Cinq ans plus tard, c’est le député écologiste Denis Baupin qui est accusé par huit collaboratrices de harcèlement sexuel, au départ (d’autres femmes se joindront ensuite à la plainte, également pour agressions sexuelles). Une affaire classée sans suite en raison de la prescription des faits, la durée étant alors établie à trois ans. Si l’élu se satisfait que son innocence soit reconnue, il n’en est rien.

Il aura simplement bénéficié du long silence de ses victimes, sans doute tapies dans la honte et la peur de parler au moment où elles pensent être isolées dans leur calvaire. Et bénéficié également d’une loi peu adaptée aux circonstances. Début 2017, la durée des délais de prescription pénale est adoptée à l’Assemblée Nationale, passant ainsi de 3 à 6 ans pour les délits de droit commun et de 10 à 20 ans pour les crimes.

Une petite victoire que l’on doit au courage et combat acharné de ces femmes et des soutiens qu’elles ont pu obtenir. Car rien ne s’obtient sans douleur extrême dans l’Histoire des droits des femmes, comme l’a rappelé le téléfilm Le viol d’Alain Tasma, adapté du livre Et le viol devint un crime (écrit par les historien-ne-s Jean-Yves Le Naour et Catherine Valenti) et diffusé le 19 septembre dernier sur France 3.

En 1974, deux touristes belges sont agressées et violées dans les calanques par trois hommes. Le couple va porter plainte et, défendu par Gisèle Halimi, va se battre pour que le tribunal correctionnel se déclare incompétent et que l’affaire soit alors renvoyée devant la cour d’assises, en 1978. Si les noms ont été changés, c’est bien l’affaire Tonglet Castellano qui est portée à l’écran. Celle-là même qui a marqué un tournant important dans la prise de conscience collective de la gravité du viol et de ses conséquences sur les victimes.

Le procès révèle tous les mythes de la culture du viol, prétendant que les deux jeunes femmes, qui assument pourtant leur homosexualité, sont consentantes et ont pris du plaisir. Parce que les militantes et intellectuelles féministes s’emparent de l’affaire pour dénoncer le sexisme d’une société patriarcale, les trois hommes sont condamnés à 6 ans de prison pour l’un et 4 ans pour les deux autres. En 1980, le viol devient un crime puni de 15 ans de réclusion criminelle.

En décembre 2015, les trois filles de Jacqueline Sauvage – incarcérée pour le meurtre de son mari, après avoir enduré durant plusieurs années des violences physiques et sexuelles sur elle et ses filles – demandent à François Hollande d’accorder une grâce présidentielle à leur mère. L’affaire révèle là encore la difficulté à parler, dénoncer et témoigner des situations de violences, surtout dans le cadre d’une relation conjugale et familiale.

Et engendre des débats houleux sur la légitime défense et l’éventualité de l’application d’une légitime défense préméditée dans le cas des violences conjugales, comme tel est le cas dans certains pays, comme le Canada. Il faudra un an de bras de fer entre les trois filles et leur avocate et le Président, ainsi que de très nombreuses signatures d’une pétition lancée par Karine Plassard sur Change.org, pour que François Hollande accorde la grâce totale.

UNE LUTTE 3.0 MAIS SURTOUT SUR LE TERRAIN

On voit alors l’apparition de nouveaux moyens de lutte : les pétitions et les réseaux sociaux. La multiplication des outils d’information et de diffusion des messages sert l’action des militant-e-s féministes qui ne cessent depuis des années et des années de dénoncer les mécanismes de la domination masculine – et on ne peut alors pas manquer l’occasion de saluer la mémoire de l’anthropologue Françoise Héritier dont les nombreux travaux ont permis une évolution de la réflexion à ce sujet.

« Les conseillères du Planning Familial ont toujours entendu des histoires de violences dans le cadre des entretiens. La demande initiale n’est pas toujours sur les violences mais régulièrement la personne finit par en parler. »
explique Laure Stalder, conseillère conjugale et familiale au Planning Familial 35, à Rennes.

En Ille-et-Vilaine, en 2016, les chiffres de la délinquance ont fait apparaître une hausse de 22,1% des faits de violences sexuelles.

« La prise de conscience d’aujourd’hui est le résultat d’un ras-le-bol. Est-ce qu’il y a plus de faits qu’avant ? Je n’en suis pas convaincue. Mais je pense que les femmes ont pu s’exprimer davantage ces derniers mois. », poursuit-elle. En effet, si on parle depuis octobre et l’affaire Weinstein de libération de la parole, on peut également penser qu’à l’échelle locale, la plateforme départementale contre les violences faites aux femmes y est pour quelque chose.

À partir d’un numéro, les associations (Asfad, CIDFF 35, Planning Familial 35, SOS Victimes, UAIR) effectuent un travail en réseau afin de proposer et apporter accueil, écoute et hébergement, en fonction des situations et des besoins. Des associations également très présentes sur le terrain rennais lors des événements en lien avec les journées internationales des droits des femmes, de l’élimination des violences faites aux femmes, de la contraception, de l’avortement, de lutte contre le sida, etc.

EFFET COCOTTE-MINUTE

Les mentalités progressent. Lentement. Trop lentement. Grâce aux actions militantes, au travail de fond des structures féministes et au développement des nouvelles technologies et des réseaux sociaux, la parole tend à se libérer.

« Ça se fait petit à petit et ça a fini par exploser. Je pense que la campagne de Stop au harcèlement de rue a servi. En disant que 100% des femmes étaient concernées, ça a été vraiment marquant. C’est une problématique systémique. Avec l’affaire Weinstein et le lancement des #BalanceTonPorc et #MoiAussi sur les réseaux sociaux, ça a permis aux femmes, et à des hommes aussi, de mettre simplement un # ou alors de développer ce qu’elles avaient vécu. Elles étaient libres de s’affirmer tout en se protégeant. », analyse Laélia, du collectif Les Effronté-e-s Rennes.

Un avis que partage la secrétaire générale d’OLF 35, Manuela Spinelli : « Ça a commencé par le milieu du cinéma puis ça s’est élargi. Les femmes ne sont plus isolées, il y a un effet de groupe, de soutien. Toute la société est concernée, c’est un problème sociétal et non pas un « problème de femmes ». Ça a donné la possibilité de parler sans que la parole soit remise en cause. »

L’explosion de ce mouvement de grande ampleur prend sa source le 5 octobre avec les révélations sur le producteur américain Harvey Weinstein. Puis c’est l’effet boule de neige. C’est au tour de l’acteur Kevin Spacey d’être accusé, par des hommes, d’agressions sexuelles.

En France, huit femmes accusent Thierry Marchal-Beck, ancien président du Mouvement des Jeunes Socialistes, de faits de harcèlement sexuel et d’agressions sexuelles (dans un article sur le sujet, le quotidien Libération relate avoir recensé également quatre autres victimes).

Le scandale éclate également du côté de l’UNEF : 83 adhérentes dénoncent en signant une tribune dans Le Monde « le ‘’véritable contrôle du corps des femmes’’ qu’ont imposé plusieurs dirigeants du syndicat étudiant pendant de nombreuses années. » La surprise n’est totale que pour une partie du grand public qui prend conscience qu’aucun milieu, qu’aucun parti, qu’aucune organisation syndicale ne sont épargnés.

S’en suit alors de nombreuses affaires similaires, parmi lesquelles on retrouve les noms du théologien Tariq Ramadan, du journaliste Frédéric Haziza ou encore du chorégraphe Daniel Dobbels.

Et les polémiques pleuvent, visant soit à cibler l’Islam et l’islamophobie de gauche, soit à remettre en cause la parole des femmes qui les accusent (comme cela a été le cas pour Flavie Flament lorsqu’elle a révélé les nombreux abus sexuels et viols que lui a fait subir le photographe David Hamilton). Merci Finkielkrault et BHL, on se passe aisément de vos commentaires et analyses.

RÉACTIONS NON DÉSIRABLES ET NON DÉSIRÉES

On ne peut alors que constater, malheureusement, qu’en parallèle, « une parole misogyne s’est libérée également, avec des commentaires et des affirmations d’hommes politiques par exemple, pas empathiques, avec des messages agressifs. Et là aussi, ça concerne tout le monde : du Premier ministre à l’homme dans la rue. Deux groupes se sont confrontés et on ne sait pas encore qui va l’emporter. », précise Manuela.

Les réactions sont terrifiantes. À l’horreur des propos énoncés par Eric Zemmour (et pas que…) établissant un parallèle entre les # et la délation des juifs lors de la Seconde guerre mondiale, se rajoutent ceux d’anonymes sur Facebook par exemple :

« OSEZ LE MASCULINISME : Je lance aujourd’hui en ce mercredi 23 novembre mon mouvement « Osez le Masculinisme » car en tant qu’homme, célibataire, ouvertement gay je ne me retrouve absolument pas dans les propos qui nous pourrissent la vie chaque jour dans les médias et ce depuis 2 mois à propos des hommes qui sont tous des harceleurs, des violeurs, bref accusés et balancés sans preuves de tous les maux de la Terre, et tout çà entretenu par des mouvements politiques d’extrêmes gauches où l’on retrouve toujours sur les plateaux ces mêmes femmes idéologues et militantes de « osez le féministe » (on notera l’usage des minuscules, ndlr) qui ne sont qu’un ramassis d’intellectuelles qui veulent prendre le pouvoir dans tous les millefeuilles de la société. »

Le post est largement plus long mais on vous épargne la suite, qui ne mentionne pas, à tort, que les plateaux ont été très occupés par les hommes, politiques ou philosophes, invités dans les matinales à s’exprimer sur le sujet des violences sexuelles. Et pas que sur les plateaux, comme le prouve Le Parisien qui le 25 octobre placardait en Une 16 visages d’hommes qui « s’engagent » contre le harcèlement sexuel.

Bizarrement, aucune Une similaire n’a été fait avec des visages de femmes engagées. Pourtant, on ne manque pas de militantes… Comme de journalistes et présentatrices télé (ah si, peut-être qu’on en manque, mais elles existent) absentes de la campagne contre les violences faites aux femmes. Autre exemple de réaction gerbante avec le tweet (retweetant le #balancetapetasse), le 17 octobre, du conseiller régional breton FN, Christian Lechevalier à propos de Clothilde Courau :

« Prude jeune fille, prête à signer un contrat dans la CHAMBRE de #Walstein » (Non, ce n’est pas une erreur de notre part, ndlr). Le collectif Les Effronté-e-s Rennes a d’ailleurs réagi, à juste titre, et a décidé de porter plainte contre X, visant l’auteur du tweet derrière le compte de Christian Lechevalier.

EN FINIR AVEC L’IDÉE DE LA MAUVAISE VICTIME

Manuela Spinelli insiste : « Certains essayent d’en faire une guerre des sexes mais il faut comprendre que ce ne sont pas les femmes contre les hommes. Il s’agit des victimes face aux agresseurs. Ça implique la notion de choix, de responsabilités. Les femmes ne sont pas forcément des victimes et les hommes ne sont pas forcément des agresseurs. Ce n’est pas une guerre des sexes mais des mentalités. »

Déconstruire les mythes et croyances qui régissent la culture du viol est un travail de longue haleine. Car la culpabilité, la honte et le doute peuvent constituer des facteurs de violences psychologiques à la suite de l’agression.

« Pour le harcèlement de rue par exemple, on se sent mal de ne pas avoir réagi sur le coup. Alors pour le viol, c’est puissance 10 000. Il faut qu’on se forme à ce qu’est une agression sexuelle, un fait de harcèlement, un viol, etc. Connaître précisément les définitions pour pouvoir mettre des mots sur les vécus. Cela permet de se rendre compte et ensuite de pouvoir réagir. On doit se former, sans culpabiliser les victimes, s’éduquer aux mots mais aussi éduquer les garçons. »
explique Laélia qui souligne également l’importance de déconstruire l’idée de la « victime faible », sans toutefois nier l’impact et la violence du traumatisme.

Être victime de violences, sexuelles, physiques et/ou morales, n’est pas synonyme de faiblesse d’esprit ou physique. Laure Stalder l’affirme : « Selon qui on est, on ne réagit pas de la même façon qu’une autre personne. On ne peut absolument pas dire que tout le monde réagit de la même façon face à la violence. Il faut évidemment prendre en compte l’état psychique de la personne. Certaines ont besoin d’en parler tout de suite, d’autres ont besoin de temps. On a déjà vu des femmes vivre une vie tout à fait normale et à un moment de leur vie, un événement crée un déclic, tout ressurgit et c’est la dégringolade. Parce qu’elles avaient occulté, elles avaient tout enfouit. Ça dépend vraiment des personnes. »

PEUR DE SE CONFRONTER AUX FORCES DE L’ORDRE…

Aujourd’hui, la prise en charge des victimes au niveau judiciaire est vivement critiquée et largement critiquable. Moins de 10% des victimes de viol portent plainte. Encore moins aboutissent à un procès. Encore moins à la condamnation de l’auteur des violences. Pousser la porte d’un commissariat est compliqué. Les femmes appréhendent. Parce qu’elles savent qu’elles pourraient être tenues responsables de ce qu’elles ont vécu.

Souvent, elles vont devoir justifier la tenue qu’elles portaient ce jour-là ou ce soir-là. Justifier le moindre de leurs comportements à l’égard de cet homme. Justifier qu’elles n’ont peut-être pas réagi physiquement au moment de l’agression parce qu’elles étaient surprises, choquées, terrorisées ou paralysées, en incapacité de bouger ou de crier.

Et parce qu’on crée un tabou autour des violences sexuelles, que l’on minimise et banalise, on manque de connaissances sur les réactions du corps. Un corps qui peut donner une réponse mécanique à l’acte sexuel forcé, provoquant le doute dans l’esprit de la victime déstabilisée à la fois par le traumatisme et à la fois par des marques qui pourraient s’apparenter à celles du désir et du plaisir mais qui n’en sont toutefois pas.

D’où l’importance de l’information autour du consentement et de l’éducation aux sexualités. Ainsi qu’à la formation des agents des forces de l’ordre comme aux professionnel-le-s de la Justice. Malheureusement, notre demande d’interview auprès des services de police du commissariat de Rennes n’a pas abouti :

« Comme suite à votre demande, j'ai l'honneur de vous informer que notre DDSP ADJT a émis un avis défavorable à votre demande en raison des contraintes opérationnelles des enquêteurs de police concernés. » Un honneur non partagé.

Si au niveau national, le nombre de plaintes enregistrées par la gendarmerie a augmenté de 30% en octobre 2017 (par rapport à la même période en 2016) et de 23% pour la police, nous avons eu l’honneur de ne pas recevoir de réponse à notre demande concernant le territoire rennais et brétillien.

Toutefois, dans la capitale bretonne, un travailleur social, missionné par l’Asfad, permet aux victimes de se préparer à l’entretien et d’établir un contact avec les forces de l’ordre. Aussi, l’association SOS Victimes, qui connaît bien les recours juridiques et les difficultés à se confronter à l’appareil judiciaire, travaille en réseau avec les agents du commissariat.

QUELLE ÉVOLUTION DES LOIS ?

« Les lois accompagnent la question des mentalités mais l’application des lois n’est pas sans difficulté. Il y a un problème de moyens, de matériels, qui engendrent parfois des problèmes de preuves et qui se heurtent aux préjugés, qui sont encore très féroces. Et quand il y a un problème de preuves, le doute profite à l’accusé. Sans compter que les témoins ne veulent pas toujours témoigner, les victimes ne veulent pas toujours porter plainte… Et il y a aussi l’instrumentalisation des plaintes qui nous oblige à rester vigilant-e-s lors des enquêtes. Dans le cadre de violences conjugales, sans témoin, c’est très dur d’enquêter car on entre dans l’intimité d’un couple et c’est la parole de l’un contre la parole de l’autre. », développe Magali Pauthier, vice-procureure au Tribunal de Grande Instance de Vannes, le 1er décembre à l’hôtel de Rennes Métropole.

Elle met en évidence que l’arsenal législatif évolue. Mais là aussi très lentement : « Au XIXe siècle, il fallait réunir 4 critères pour définir un viol : une résistance constante et égale durant toute la durée de l’acte, l’inégalité des forces, les cris et les traces de violences sur la femme. Aujourd’hui, on a conscience heureusement qu’il peut y avoir de la sidération, que le cri peut être impossible, etc. Mais il y a encore de gros préjugés. Mais depuis 2006, les directives sont différentes. Avant, là où on nous demandait dans le cadre de violences conjugales d’insister à les rabibocher avec des médiations, on a commencé à considérer que le viol entre époux était possible, qu’il fallait être d’accord pour avoir un rapport sexuel et on a renforcé les mesures d’éloignement du conjoint violent. »

Si elle espère une évolution positive des lois et des moyens pour les rendre efficaces, insistant sur un protocole d’accueil des victimes systématisant la plainte et non la main courante ainsi que sur une prise en charge des auteurs, il faut se rendre à l’évidence : les lois ne sont pas suffisantes face aux blocages des mentalités.

La Garde des Sceaux, Nicole Belloubet, a alors proposer d’étendre le système de pré-plainte en ligne, déjà en vigueur pour les atteintes aux biens, aux « questions d’infractions sexuelles ». L’idée est de pouvoir ensuite être accueilli-e-s au commissariat par des personnes ayant déjà connaissance du motif de la plainte et étant formées spécialement à cette écoute. « C’est une bonne idée, souligne Magali Pauthier. Mais encore faut-il être sûr de pouvoir répondre aux demandes derrière… » Fin de l’optimisme.

PARLER ET ÊTRE ÉCOUTÉE

Autre alternative à l’étape directe du commissariat : l’adresse suisjeseule@gmail.com mise en place par l’association Parler, fondée et dirigée par Sandrine Rousseau, femme politique affiliée au parti EELV et auteure du livre Parler. Parce qu’elle fait partie de celles qui ont dénoncé les agissements, non réprimés, de Denis Baupin, elle a conscience de la complexité de la situation et des difficultés que l’on rencontre à témoigner dans un premier temps et porter plainte dans un second temps.

Son idée : permettre aux personnes victimes de violences sexuelles d’envoyer un mail relatant les faits et dénonçant l’agresseur. À partir de 5 signalements sur une même personne, l’association propose aux expéditrices-teurs des mails de se mettre en contact pour envisager la possibilité d’engager une procédure collective.

Mais il arrive d’être seule, de ne pas vouloir ou pouvoir porter plainte au commissariat (on peut aussi saisir par courrier le Procureur de la République, qui peut alors demander l’ouverture d’une enquête) et il arrive également que la procédure mène à un non lieu.

Concernant les chiffres, là encore, notre demande est restée sans réponse. Comment alors obtenir une écoute nécessaire à sa reconstruction ? Être niée dans la reconnaissance de son vécu peut être tout aussi violent que l’agression en elle-même. Les violences s’accumulent dans ces cas-là et il est parfois difficile de savoir vers qui se tourner. Le Planning Familial 35 a depuis longtemps mis en place des groupes de paroles pour les femmes victimes de violences sexuelles : un à Saint-Malo et un à Rennes.

« Les femmes qui font la demande d’intégrer le groupe sont reçues lors d’un entretien préalable par le psychologue de l’association, Glenn Le Gal et moi-même. On cherche à savoir à ce moment-là si elles sont en capacité d’en parler avec d’autres femmes, où est-ce qu’elles en sont, si elles sont en capacité d’entendre la parole des autres et de partager. Elles s’engagent à venir au moins 6 mois, mais souvent elles restent plus longtemps. En parallèle, on leur conseille de faire un travail personnel. Elles ne sont pas obligées de le faire au Planning Familial mais c’est important qu’elles fassent un travail psy à côté. », explique Laure Stalder.

Elles sont dans des démarches judiciaires ou non, leurs demandes n’ont pas forcément abouti, ce qui importe dans le groupe, c’est l’accompagnement de la parole. Et l’écoute. Primordial ! « Croire en ce que la personne nous dit et l’écouter, c’est très important. Le temps d’accueil, d’écoute, le non-jugement… Il faut être très disponible pour recevoir ces personnes. Favoriser la verbalisation, travailler sur les résistances, rassurer, sécuriser, tout ça est important. Il faut que la personne soit sujet et surtout que l’on ne mette pas de jugement. », poursuit-elle.

SE POSITIONNER EN TANT QUE SUJET

Être sujet. Un élément essentiel à l’émancipation des femmes et à l’égalité entre les sexes. « C’est que demandaient les femmes dans les années 70 ! Pouvoir se positionner en tant que sujet et pas en tant qu’objet. Dans l’action politique, économique, sociétale, etc. Les femmes prennent plus confiance, il y a un petit changement dans les consciences, on commence à parler de ce qu’on a vécu et à s’affirmer. J’aime cet effet de groupe qu’il y a en ce moment. Surtout parce que ce n’est pas un homme qui en est à l’origine, il ne s’agit pas d’un héro qui vient sauver le monde. Ça vient d’un groupe, d’une communauté. », constate Manuela Spinelli.

Prendre part à cette communauté peut participer à la réappropriation individuelle de sa vie, de l’espace et de son environnement. Et la demande se fait sentir. D’une part, les associations féministes constatent un besoin : OLF 35 accueille de plus en plus de bénévoles, femmes et hommes, tout comme Les Effronté-e-s qui ont lancé l’antenne rennaise sur les volontés fortes de plusieurs militant-e-s.

D’autre part, il a rapidement été ressenti que les femmes éprouvaient l’envie de se rassembler dans l’espace public. De concrétiser l’élan numérique de libération de la parole. Certaines ont scandé des slogans lors de la manifestation « #MeToo dans la vraie vie », le 25 octobre à Rennes, d’autres ont écrit leurs témoignages sur des panneaux, place de la Mairie, le même jour, et d’autres encore sont allées à la rencontre des militantes associatives pour partager leurs expériences, dans un cadre plus intime.

« La manifestation était mixte et ça s’est bien passé. Parce que la tête de cortège était composée de femmes cis et trans, homos et hétéros. Il y avait de la mixité et de l’humilité. On peut soutenir de manière humble, c’est la bonne solution. », commente Laélia, à propos du 2e rassemblement, organisé le 25 novembre, passant du #MeToo au #WeToogether, soulignant l’importance d’un mouvement inclusif.

« C’est vrai que les médias relaient principalement les témoignages des femmes cis et hétéros. Mais la communauté LGBTI s’est elle-aussi emparée du sujet. Dans la problématique des violences faites aux femmes par les hommes, j’ai vu les femmes trans, les bis, les lesbiennes, se sentir concernées. Par contre, dans les médias en général, elles ne sont pas entendues. »
explique Antonin Le Mée, vice-président du CGLBT de Rennes.

Parce que les viols et agressions sexuelles constituent des actes punitifs ou des tentatives de correction, les personnes LGBTI sont tout aussi légitimes à accéder à la libération de la parole et à la médiatisation des violences subies, par les agresseurs, puis très souvent par les forces de l’ordre quand ils/elles osent pousser la porte du commissariat.

« Il faut éduquer sur l’existence de ces violences, qui sont partout dans la société. Et faire un gros travail d’éducation populaire auprès des personnes concernées mais aussi auprès des décideurs au sens large : les élu-e-s, le monde professionnel, le milieu associatif, etc. », souligne Antonin, qui précise que le Centre Gay Lesbien Bi et Trans de Rennes travaille également en réseau avec des associations féministes et LGBTIQ+ locales mais aussi nationales.

Sans oublier que la structure propose également de nombreuses permanences, au local situé à Villejean, durant lesquelles l’accueil et l’écoute, dans la bienveillance et le non-jugement, sont les maitres mots avec évidemment la convivialité et la discrétion.

FORMATIONS ET ÉDUCATION

Aujourd’hui, la plupart des associations féministes dispense des formations en interne, comme en externe. « Aux Effronté-e-s, on a un rythme de réunions et de formations entre nous. Sur l’intersectionnalité, sur l’incarcération, et j’aimerais en faire une sur la self-défense. C’est une manière de prendre une autre conscience de son corps. On apprend à éviter, on apprend à assumer son malaise si quelqu’un est trop proche de nous, à verbaliser et expliquer son ressenti – ce qui désamorcer parfois des situations compliquées et ça fait vachement du bien – et ça forme aussi les garçons. », s’enthousiasme Laélia.

L’empowerment des femmes par les femmes et l’éducation des garçons sont deux points sur lesquels Manuela Spinelli la rejoint : « En décembre, Osez le Féminisme ! lance une campagne « Marre du rose » contre les jouets sexistes. Parce que ça commence à partir de là : les filles sont sages et restent à la maison, les garçons sont des explorateurs et sont donc plus agressifs. Il est important que les femmes accèdent à l’autonomie mais il est important aussi que les hommes prennent part au combat, il faut qu’il y ait une prise de conscience de leur part, qu’ils prennent leurs responsabilités, leur part aussi dans l’éducation des enfants, etc. »

Former à l’égalité filles-garçons doit commencer dès la petite enfance pour éviter l’intégration des injonctions de genre. Pour éviter que les enfants intègrent les inégalités au fil de leur construction sociale. Que les filles ne soient plus cantonnées et réduites aux valeurs familiales et que les garçons ne soient plus soumis aux diktats de la virilité. Qu’on en finisse avec les rapports de force et les mécanismes de domination, qui se traduisent par toutes ces violences.

Qu’on brise le tabou des sexualités, en axant davantage sur le plaisir des femmes et des hommes, plutôt que sur l’aspect sécuritaire. Délivrer une information complète, pour que chacun-e ait le choix, la liberté de s’assumer sans être jugé-e. Une éducation aux sexualités censée être obligatoire dans les établissements scolaires…

Malheureusement, toutes les écoles, tous les collèges et lycées n’applique la mesure. Là encore, en toute impunité.

FÉMINISTES, TANT QU’IL LE FAUDRA

Heureusement, les féministes ne lâchent rien et associations et collectifs occupent les espaces de prévention, en ville, notamment avec les Noz’ambules et Prév’en Ville. On ne s’en cache pas, on croit en l’action militante des structures féministes, anti-racistes et LGBTI confondues, nationales comme locales. Dans la capitale bretonne, le terreau y est particulièrement fertile et le travail accompli à l’année par les féministes est indiscutable et colossal.

Et on reconnaît une volonté politique – au niveau municipal comme départemental et régional – plus forte et prononcée que dans d’autres villes, y compris des villes de même taille, voire de plus grande taille. C’est parce que les militant-e-s portent le combat au quotidien, que les mentalités évoluent. Que le sentiment de colère, face à l’injustice des inégalités, des unes et des autres a pu s’exprimer collectivement, dans la rue, main dans la main avec les hommes, se transformant petit à petit en force.

La vigilance est désormais plus essentielle que jamais. Pour qu’aucun retour en arrière ne soit possible. Pour ne plus avoir à avoir honte. Pour ne plus se taire. Pour ne plus subir. La honte doit changer de camp.

 

 

Tab title: 
Violences sexuelles : La lutte pour la prise de conscience
La honte doit changer de camp
Les violences sexuelles, c'est quoi ?
Banales et ordinaires les violences ?

Célian Ramis

Inspiration Riot Grrrls

Posts section: 
List image: 
Summary: 
De Buenos Aires à Rennes, en passant par Olympia et Washington DC, le Jardin Moderne proposait en juin et juillet un tour d’horizon, non exhaustif, dans le féminisme underground et DIY, des années 90 à aujourd’hui.
Main images: 
Text: 

De Buenos Aires à Rennes, en passant par Olympia et Washington DC, le Jardin Moderne proposait en juin et juillet un tour d’horizon, non exhaustif, dans le féminisme underground et DIY, des années 90 à aujourd’hui.

Au début des années 90, Internet n’existe pas. Le grunge s’apprête à exploser mais il n’est pas encore délimité. Sur la côte Ouest des Etats-Unis, la ville d’Olympia est en pleine émanation musicale. Et les femmes sont partie prenante de la production.

« Elles vont se rendre compte que le personnel est politique, que ce qu’elles ressentent est politique, qu’elles ont envie de prendre des instruments et faire de la musique : elles s’interrogent alors sur la place des femmes dans la société underground et plus largement dans la société. », explique Manon Labry, docteure en civilisation nord-américaine, dont la thèse a porté sur les relations entre culture mainstream et sous-cultures underground, à travers l’étude du cas de la sous-culture punk-féministe.

FAIRE ENTENDRE LEURS VOIX ET LEURS IDÉES

Le 28 juin dernier, au Jardin moderne, elle racontait la naissance du mouvement Riot Grrrls. Un récit qu’elle publie en avril 2016 dans son ouvrage Riot Grrrls, chronique d’une révolution punk-féministe. Newsletters, fanzines féministes, concerts, esprit DIY, la création est en pleine ébullition. Et prend d’autant plus d’ampleur quand la scène olympienne rencontre la scène washingtonienne, « plus politique, plus organisée ».

Les musiciennes féministes de l’underground étatsunien vont révolutionner le paysage musical punk et porter des revendications encore tristement d’actualité en 2017. Les groupes emblématiques tels que Bikini Kill (qui comptabilise dans ses rangs Kathleen Hanna et Toby Vail), Bratmobile ou encore Heavens To Betsy font entendre leurs voix et dénoncent des pratiques qu’elles trouvent inacceptables.

« Les féministes s’emparent de la scène underground et produisent des choses qui n’ont encore jamais été entendues, même si le terrain avait déjà été tâté par L7 », précise Manon Labry. En effet, L7 abordait déjà la question du plaisir féminin et de la masturbation, entre autres. Pourtant, elles ne prendront pas part au mouvement.

« Pour autant, elles ont beaucoup influencé les Riot Grrrls, ont collaboré et se sont entraidées. Elles étaient, si on peut dire ça comme ça, des collègues de lutte. Les Riot Grrrls ont continué sur la lancée, en ajoutant les violences faites aux femmes, les viols, les incestes. », souligne-t-elle.

SUR LE DEVANT DE LA SCÈNE

Entre 1990 et 1995 – période sur laquelle Manon Labry focalise son récit, correspondant alors à la naissance du courant – les groupes émergent, tout comme les fanzines féministes se répandent, comme Jigsaw ou Riot Grrrls. On prône alors l’esprit DIY, l’émancipation (sans jalousie entre meufs) mais aussi le retour aux idéaux premiers du punk :

« À cette époque, on déchante un peu du punk qui se veut horizontal mais les scènes masculines sont majoritaires et les comportements machos sont pléthores. « Girls to the front » (réclamer que les femmes accèdent aux devants des scènes et faire reculer les hommes) est alors une stratégie, que Bikini Kill explique lors des concerts mais aussi sur des tracts, pour que l’espace ne soit pas dominé par des hommes. »

Le mouvement est inspirant, puissant, contagieux. Et controversé. Pas au goût de tout le monde. Elles sont régulièrement la cible des médias mainstream qui les décrédibilise, les faisant passer pour des hystériques criant dans leurs micros. Dans son ouvrage, la spécialiste détaille l’ampleur que prendra cette médiatisation de la haine, allant des menaces (de viol, de mort…) jusqu’à l’exécution de ces dernières.

Si le mouvement a disparu de sa forme originelle, il a fait des émules – comme par exemple avec l’ovni Le Tigre, groupe dans lequel on retrouve Kathleen Hanna - et a poursuivi son chemin en souterrain.

À l’instar du collectif dont les dessins, manifestes et photos étaient à découvrir au Jardin Moderne jusqu’au 31 juillet dans l’exposition « Desde Buenos Aires, Contra Ataque Femininja Mutante » mais aussi du groupe punk féministe Nanda Devi (trio rennais), « qui compte parmi les 12% du Jardin moderne », qui jouait le 28 juin, après la conférence, et portrait fièrement l’inscription « No, no, no »  (du nom d’une de leurs chansons) sur leurs t-shirt :

« Parce que c’est important de se positionner en tant que meufs et de savoir dire non ! »

Célian Ramis

Les Innocentes, entre pureté esthétique et horreur de la situation

Posts section: 
Location: 
Cinéma Gaumont, Rennes
List image: 
Summary: 
La réalisatrice Anne Fontaine revient sur un fait tragique de l’Histoire, lors de la Seconde guerre mondiale en Pologne, dans son nouveau film Les Innocentes.
Text: 

La réalisatrice Anne Fontaine revient sur un fait tragique de l’Histoire, lors de la Seconde guerre mondiale en Pologne, dans son nouveau film Les Innocentes, qu’elle présentait en avant-première le 18 janvier dernier, au cinéma Gaumont de Rennes.

Décembre 1945, Pologne. Mathilde Beaulieu est en mission pour la Croix-Rouge française. Elle y assiste un chirurgien dans le but de soigner les rescapés de la guerre avant leur rapatriement en France. Appelée à l’aide par une religieuse polonaise, elle va accepter de se rendre dans le couvent où vivent trente bénédictines coupées du monde, enchainées à une tragédie survenue quelques mois plus tôt. Violées par des soldats de l’Armée Rouge, plusieurs d’entre elles sont sur le point d’accoucher.

La trame est historique. Ignorés encore aujourd’hui de la majeure partie de la population polonaise, mais confirmés par des historiens du pays, les faits ont eu lieu à divers endroits, souvent situés vers la frontière de Silésie, au Sud-Ouest de la Pologne. Violées, tuées pour certaines, laissées enceintes pour d’autres. Dans le film d’Anne Fontaine, l’action se concentre sur le cas des bénédictines soignées par Madeleine Pauliac, médecin-chef de l’hôpital français de Varsovie en ruines, et chargée de la mission de rapatriement à la tête de la Croix-Rouge française.

LA VÉRACITÉ D’UNE AMBIANCE

Dans un carnet, dévoilé par Philippe Maynial, son neveu, elle y écrit son quotidien auprès des patients et témoigne de cet épisode au couvent où elle rencontre des femmes en proie à une problématique tragique, qu’elle garde secrètement par peur de mettre le couvent en péril. Les Innocentes en est une adaptation, non la copie exacte. « Il y a très peu de choses écrites sur ce carnet. C’est très bref, tel jour j’ai fait ça, point. », explique Anne Fontaine, lors de son passage à Rennes.

Pour nourrir les personnages et relater de l’atmosphère monacale avec véracité et fidélité, la réalisatrice de Gemma Bovery ou encore Perfect Mothers s’est rendue à 2 reprises dans un couvent : « La première fois, 3 jours, la deuxième fois, 4 jours. Je faisais tout comme elles, j’étais considérée comme une novice. J’ai été très touchée par cette expérience. C’était important pour ma façon de filmer. Les visages cadrés par le voile, les mains qui sont les seuls membres à apparaître en dehors du chasuble, les corps ensevelis par les tissus… ça change vraiment la manière de regarder une personne. »

L’occasion de contempler et d’observer les rythmes qui structurent les journées des nonnes entre les instants de silence, les prières et les chants. Pour les reproduire au plus près du réel et ainsi pouvoir nous plonger dans l’ambiance et le contexte. Défi relevé puisque la pureté des couleurs contrastées entre le noir anthracite et les nuances de blanc, dans un décor épuré, accentue la violence du propos et nous maintient sous pression, comme pour nous dire que jamais cela ne s’arrête, malgré quelques instants de respiration et d’espoir.

FOI ET VOCATION

Un propos qui n’est d’ailleurs pas singulier mais qui s’attèle à saisir chaque réaction manifestée par les protagonistes et leur évolution, sans porter de jugement moral et sans imposer de vision manichéenne, la complexité de l’être humain étant un élément sous-jacent à l’histoire (et à l’Histoire). Gérer le drame, vivre une grossesse imposée, conséquence d’un viol, affronter des dénis, se buter contre les règles, se battre et se débattre avec sa foi. C’est là l’essence même du film. Comment garder la foi dans une situation comme celle-ci ? La foi peut-elle être inébranlable ?

« La maternité pour une Sœur, c’est ce qu’il y a de plus difficile à abandonner quand elle s’engage devant Dieu. C’est ce qui est ressorti dans ce qu’elles m’ont raconté quand je suis allée au couvent. Là, en plus, elles y sont confrontées de force. Chacune d’entre elles va alors dialoguer à sa manière avec cet événement. », livre la réalisatrice transcendée par le sujet dès lors que ses producteurs le lui ont proposé.

Et le film ne se limite pas à la foi religieuse touchant plus largement à la vocation et à l’espérance. L’importance de l’espérance, s’il en est. Confrontant ainsi le monde spirituel à celui du monde laïc, à travers le personnage de Mathilde, communiste par éducation, pragmatique, scientifique. Une jeune femme qui s’est jetée tête baissée dans l’horreur de la guerre et qui est arrivée en Pologne avec ses certitudes, dénuées de certaines réflexions philosophiques.

DE LA BEAUTÉ JAILLIT L’HORREUR

Interprétée par Lou de Laâge, elle captive spectatrices et spectateurs. De son comportement transgressif – femme médecin, bravant les ordres de sa hiérarchie, entamant une relation « non conventionnelle » (pour l’époque) avec le chirurgien, gardant le secret des Sœurs, agissant en pleine nuit malgré les dangers des barrages des soldats russes – elle tire un roman d’apprentissage à travers un enchainement d’expériences initiatiques.

« J’ai voulu Lou pour sa grâce. C’est très fort au cinéma d’avoir de la grâce. Je l’ai dirigée d’une manière particulière car au départ elle devait être froide, ne pas montrer ses émotions. Si son personnage était trop atteint, elle ne pouvait plus faire correctement son travail. », justifie Anne Fontaine. Et entre Mathilde Beaulieu et les Sœurs se nouent des relations profondes qui vont rompre avec le quotidien et s’immiscer dans cette communauté à la dramaturgie semblable à celle de chaque groupe identitaire, composé  d’égos, de tensions et de tempéraments différents.

La beauté des Innocentes réside dans la découverte de l’autre et l’acceptation, ou non, des événements en cours. Dans le choix du renoncement ou de l’espérance, dans les motivations à commettre un acte répréhensible comme le sacrifice d’un enfant pour préserver sa communauté du déshonneur et de la disgrâce. Sans minimiser ou grossir le trait, la réalisatrice rend le poids de la religion, la rigidité de la pensée catholique tout comme celle de la pensée scientifique, malléables. Interrogeant ainsi qui de l’individu ou de la foi guide l’autre.

Tout est travaillé, chaque détail est peaufiné. Décors, lumières, dialogues (français soutenu pour la polonaise Sœur Maria), interprétations sans failles des comédiennes, tout est confiné dans la plus grande pureté et dans la plus grande sobriété. Comme pour déclencher un choc entre la perfection esthétique et l’horreur du sujet, qui, réunis, bouleversent les spectatrices et les spectateurs.

Sortie de son contexte, la situation exposée se transpose à notre époque contemporaine, la cruauté des actes infligés n’ayant pas cessé à la fin de la Seconde guerre mondiale. Le film nous invite à réfléchir à la réalité des violences sexuelles, pas seulement crimes de guerre mais aussi et surtout crimes du quotidien. En France, c’est en moyenne 84 000 femmes par an (âgées entre 18 et 75 ans) qui sont victimes de viols ou de tentatives de viols, selon le site gouvernemental contre les violences faites aux femmes.

Au cinéma à partir du 10 février 2016.

Célian Ramis

"Plus femme que femme" : Girl power au coeur du Blosne

Posts section: 
Location: 
Le Triangle, Rennes
List image: 
Summary: 
Présenté au Triangle le 28 mai prochain, le spectacle entend réveiller les consciences, bousculer le quotidien des femmes et des hommes, et lancer un message clair : les femmes sont puissantes.
Main images: 
Text: 

Depuis le 20 avril, les danseuses camerounaises Gladys Tchuimo et Mireille Akaba, de la compagnie Poo-Lek, travaillent au fil d’une résidence au Triangle sur leur spectacle « Plus femme que femme », à découvrir le 28 mai prochain, dans le cadre d’Agitation, qui s’installe au cœur du Blosne les 27, 28 et 31 mai.

« Dans ce spectacle, nous souhaitons amener les femmes à prendre conscience du pouvoir qu’elles ont, de la place qu’elles ont. Et dire que les femmes peuvent choisir ! » Gladys Tchuimo et Mireille Akaba sont la preuve de cette liberté de choix qu’elles revendiquent dans la création « Plus femme que femme ». D’autant qu’elles ont décidé de vivre de la danse, un chemin loin d’être évident au Cameroun et pas toujours compris, surtout dans le cercle familial.

La danse « arrive comme une passion », dès l’âge de 8 ans, se souvient Gladys qui l’a d’abord pratiquée à l’école puis utilisée pour payer sa scolarité, comme une bourse artistique. « C’est arrivé malgré moi et ça s’est imposé comme un métier. Mais pour mes parents, ce n’était pas envisageable. », explique-t-elle. Originaire de Douala – capitale économique du Cameroun, située à l’ouest du pays – elle s’installe à Yaoundé – capitale politique – qu’elle considère comme « plus ouverte » et y intègre un groupe de danse traditionnelle.

Rencontres avec des chorégraphes, animations dans des stades, démonstrations d’un caractère de leader, Gladys Tchuimo franchit les étapes pas à pas vers une carrière riche d’expériences jusqu’à souhaiter élargir ses compétences de danseuse-chorégraphe :

« J’ai commencé à m’orienter vers les danses modernes car pour devenir vraiment danseuse, je devais ne pas rester que dans le traditionnel. Et dans les années 2000, les compagnies de danse contemporaine ont commencé à naitre. »

Après une tournée en Europe avec une troupe de comédie musicale, elle se lance en solo et grâce à sa première pièce en 2004, elle bénéficie des Visas de la Création, un programme d’aide et de résidence de l’Institut français pour les jeunes talents résidant en Afrique ou dans les Caraïbes. C’est en 2005 qu’elle vient donc pour la première fois dans l’Hexagone, et passe plusieurs mois a enseigné et dansé à Grenoble (38), monte un projet avec une association française. De retour dans son pays natal, et après avoir foulé quelques scènes maliennes, congolaises ou encore burkinabè, elle entre à l’École des Sables (grande école de danse en Afrique, implantée au Sénégal).

FEMMES DES ARTS

« Très peu de filles dansent au Cameroun. Je me suis mis le défi de danser avec des femmes », souligne la chorégraphe de la compagnie Poo-Lek qui, en travaillant avec des danseuses de l’École des Sables, rencontre Mireille Akaba avec qui elle collabore sur un projet de danse avant de développer leur création en 2014. Ce duo aurait pu ne jamais voir le jour, puisque Mireille, qui vient en France pour la première fois avec cette résidence dans le quartier du Blosne à Rennes, elle, est issue du milieu de la musique : « J’ai commencé en 2008, dans un groupe camerounais, de world music. Chez nous, il n’y a pas d’école de musique, il faut t’inviter à travailler avec des gens, moi j’ai appris à chanter avec eux. »

De fil en aiguille, de projets en rencontres, elle effectue un stage dans un groupe congolais. De là nait son envie de danser, ce qu’elle fait en intégrant un groupe de danse traditionnelle, avant de découvrir la danse contemporaine, d’entrer à son tour dans la fameuse école de danse et créer ses spectacles, dont son solo « Fashion Victim », que le public rennais pourra découvrir le 20 mai, à l’occasion de la soirée « Sous la lumière », intitulée « De Rennes à Yaoundé, la quotidien de femmes d’aujourd’hui » dans laquelle les 2 danseuses seront entourées d’autres professionnelles comme Anne-Karine Lescop et Morgane Rey, d’associations telles que Danse à tous les étages et HF Bretagne, de Djaïli Amal Amadou, auteur de L’art de partager un mari et de Kouam Tawa, auteur en résidence au Triangle également.

« Au Cameroun, j’ai créé une performance dans la rue, où je me transforme en tout. Je m’inspire de certaines pratiques que l’on voit dans les rues pour obtenir de l’argent. Je jette des mots, je crée des poèmes… », précise Mireille. Une sorte d’illustration dansée et mimée de la folie ambiante qui inspire aux passant-e-s diverses réflexions entre « Mais qu’est-ce qui arrive aux jeunes femmes au Cameroun ? » et « Elle est trop jeune pour devenir folle » ou encore « Ça a vraiment commencé… »

CONDITIONS DES FEMMES

L’observation et l’analyse utilisée dans cette performance constituent des outils indispensables à son travail de création et de transmission, qu’elle aime partager avec les habitants, dans la rue, dans les quartiers, sur les marchés. Et des outils essentiels dans le processus de réflexion qui mènera à la chorégraphie et mise en scène de « Plus femme que femme », puisque les deux comparses ont récolté plusieurs témoignages de femmes camerounaises autour de la question « C’est quoi le bonheur ? »

« Pour 4 femmes sur 5, c’est d’avoir un mari et des enfants », lancent-elles en chœur, en rigolant de ce constat qu’elles considèrent comme effarant. Et à la question de la sexualité dans le couple, la majorité répond qu’il s’agit d’un acte à « subir » quand « le mari le veut / pour s’en débarrasser / pour faire plaisir à l’homme ». Les réponses font écho en elles, Gladys particulièrement, Mireille étant plus réservée sur son histoire personnelle.

L’homme détient le pouvoir. Les deux danseuses expliquent qu’au Cameroun, quand les femmes travaillent, c’est par préoccupation pour leurs enfants principalement. « En général, le mari donne 1000 francs, 1,50 euros en gros, pour l’alimentaire. C’est tout, et les femmes ne peuvent pas sortir de la maison en dehors de ça ! », s’indigne Gladys Tchuimo qui se souvient avoir été traumatisée par la relation « pas facile » entre son père et sa mère.

« Je n’avais vraiment pas envie de me marier, et je demandais à ma mère comment elle faisait pour continuer de faire des enfants avec lui ?! Je réfléchissais à pourquoi elle acceptait d’être traitée comme il le faisait, et moi je ne voulais pas de ça… Je crois que mon père aimait trop sa femme, qu’il était jaloux de sa femme… »

UN MESSAGE UNIVERSEL

À 37 ans, pourtant, Gladys est mariée. Ce qui fait beaucoup rire cette femme au caractère trempé et bien affirmé : « J’ai fini par trouver quelqu’un qui accepte que je sois libre et que j’exerce mon métier, comme quoi ça existe ! » Et quand on dévie sur le terrain des générations qui changent et évoluent avec leur temps, le duo recadre tout de suite, sourires aux lèvres, le discours : « Les générations ne changent pas. Nos voisines au Cameroun sont encore mères de 5 ou 6 enfants, et elles ont nos âges… », affirme Mireille, soutenue par Gladys :

« Les femmes peuvent choisir. Les femmes, on a des choses à dire, une place à prendre, du pouvoir, on a le choix. »

C’est là le point de départ et l’essence même de la pièce qu’elles dévoileront aux Rennais-es le 28 mai, à 20h, au Triangle. Une pièce qui parle d’elles mais pas seulement. « Personnellement, je dis avec le corps ce que je ne peux pas dire avec la voix, même si certaines fois, et pour nous faire comprendre, nous allons utiliser la voix », poétise Mireille, âgée de 35 ans, dont la douceur semble contenir un tourbillon d’émotions à l’intérieur d’elle-même. Les deux danseuses ont puisé dans leurs ressentis justement mais aussi leurs différences pour bâtir un spectacle au message universel, pas uniquement basée sur la condition des femmes au Cameroun, s’inspirant et s’appuyant également sur des textes de Kouam Tawa ou de l’histoire de Lilith, figure féminine infernale.

« Plus femme que femme » entend réveiller les consciences, bousculer le quotidien des femmes, et des hommes - « qui doivent savoir que derrière chacun d’eux il y a une femme, une mère, une sœur, une amie ! Ils doivent les chouchouter ! Nous ne jetons pas la pierre aux hommes mais ils doivent comprendre que le sexe fort ne se fait pas forcément dans la guerre, au contraire il s’effectue dans la douceur, donc chez les femmes. » - et lancer un message clair et précis : puissantes, les femmes doivent s’accomplir en réalisant la place qu’elles occupent et le pouvoir dont elles disposent.

LIEN ARTISTIQUE ET CULTUREL

En parallèle de ce spectacle, les deux danseuses se font le lien artistique et culturel entre la structure de la Cité de la danse et les habitant-e-s du quartier du Blosne. Plusieurs rencontres sont organisées jusqu’à leur départ. Entre débat (Sous la lumière, le 20 mai, dans le hall du Triangle), training de danses traditionnelles et afro-contemporaines (dernière séance le 19 mai de 18h30 à 20h30, dans le hall du Triangle) et spectacles courts hors les murs*, le duo crée l’événement et permet surtout à la danse de délivrer son pouvoir créateur de lien social et sa force fédératrice.

« Les enfants avaient vu la vidéo de Gladys et Mireille pour apprendre les pas de la chorégraphie. Là, ils ont vu les danseuses en vrai, faire les mêmes pas. Ils n’en revenaient pas ! C’est ça qui est intéressant et qui est important. », explique Marion Deniaud, chargée des actions culturelles au Triangle, qui parle de mission de service public, dans une démarche d’écoute du territoire avec lequel il est primordial d’être en phase (lire p. 15, Focus, YEGG #36 – Mai 2015).

 

* Mercredi 20 mai, 15h, Centre commercial Italie
   Jeudi 21 mai, 14h30, Foyer de la Thébaudais
   Vendredi 22 mai, 19h, Square Alexis Le Strat
   Samedi 23 mai, 16h, Métro Charles de Gaulle
   Samedi 30 mai, 11h, Marché de Zagreb

Célian Ramis

Déceler les violences invisibles

Posts section: 
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Les violences psychologiques font parties d’un processus insidieux s’installant dans la durée, compliqué à déceler et à dénoncer. Décryptage.
Main images: 
Text: 

 Le 25 novembre symbolise la lutte contre les violences faites aux femmes. C’est dans ce cadre là que l’École Nationale de la Magistrature (ENM) organisait le 28 novembre dernier le colloque « Violences psychologiques au sein de la famille et au travail, violences invisibles ? », à l’Hôtel Rennes Métropole.

Les violences psychologiques font parties d’un processus insidieux s’installant dans la durée, compliqué à déceler et à dénoncer. Lors du colloque, 3 femmes ont attiré notre attention. Me Géraldine Marion, avocat au Barreau de Rennes, Dr Marlène Abondo, psychiatre et médecin légiste au service de médecine légale (CHU de Rennes) et Dr Claire Guivarch, psychologue clinicienne dans le même service.

« La violence morale détruit tout autant que la violence physique. Surtout qu’elle ne s’arrête pas aux portes du harcèlement moral »
explique Géraldine Marion, avocate en Droit du travail.

Elle regrette qu’en 2014, en France, des personnes soient encore victimes de souffrance au travail alors que ce dernier « devrait être source d’épanouissement ». Selon elle, il manque à la Justice les moyens humains et de temps pour bien travailler : « Les juges sont en attente de formation, ils sont demandeurs mais les moyens ne suivent pas. » Une réalité qui la désole, surtout lorsqu’elle entend des juges parler de « maladresses managériales ». « Ça m’horripile, confie-t-elle, c’est terrible pour une cliente d’entendre cela ! C’est tellement compliqué de prouver que la situation vécue peut entrainer des effets sur la condition morale ou physique de la personne. »

Au service de médecine légale, la mission est autre et prend en compte l’auteur et la victime. Le Dr Abondo a une définition marquante : « La médecine de la violence. La Justice nous demande d’intervenir en tant qu’experts à la suite d’un dépôt de plainte. » Au quotidien, les professionnelles évaluent le retentissement psychologique « car il peut y avoir des réactions immédiates comme des réactions différées. Nous devons observer l’évolution des symptômes dans le temps », précise le Dr Guivarch.

Elles soulignent toutes les 2 la complexité de l’être humain, l’importance de la relation, de la personne dans son individualité et du contexte. Ainsi que la dangerosité des violences psychologiques qui peuvent être ouvertes (insultes, menaces, propos négatifs) ou couvertes.

« Les plus dangereuses. Elles relèvent souvent d’une communication paradoxale dans le langage. Très difficiles à déceler, elles entrainent la perte de confiance en soi et la confusion »
déclare Marlène Abondo.

Pour elle, la manipulation se pratique chez tout être humain. Elle n’est ni bonne, ni mauvaise. Mais elle amène à se soumettre librement. « Il y a un attachement affectif et alors il va être difficile d’identifier le négatif et de s’en extraire », ajoute Claire Guivarch.

Célian Ramis

Audrey Chenu, son combat de femme vers l'émancipation

Posts section: 
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Ex-dealeuse de shit, ex-taularde, féministe, lesbienne, instit’, boxeuse, slameuse… Audrey Chenu signe en 2013 le livre Girlfight. Portrait.
Text: 

Ex-dealeuse de shit, ex-taularde, féministe, lesbienne, instit’, boxeuse, slameuse… Audrey Chenu peut être qualifiée de bien des choses que l’on pourrait s’amuser à lister ou à classer par ordre de pseudo importance. Mais finalement, ce n’est pas ce qui compte. L’important, c’est ce qu’elle véhicule, à travers son histoire, couchée sur papier dans son livre Girlfight – accompagnée de la journaliste et scénariste Catherine Monroy -  dont elle nous confie la trame lors de notre rencontre, mi-novembre. À l’occasion d’un après-midi slam et d’un apéro-discussion autour de son bouquin, les membres de La Bibliothèque Féministe de Rennes l’ont invitée à partager son expérience de vie à travers les arts de la parole.

L’éditeur, Presses de la Cité, le résume joliment : « C’est la belle histoire d’une fleur poussée au milieu du béton, celle d’une rédemption… »

Née à Caen, Audrey Chenu évolue dans un contexte familial « étouffant et mortifère ». Un père atteint de maladie mentale, donc « absent de mon éducation », une mère dépassée, 4 enfants. Elle est la deuxième de la fratrie, la première fille. « C’est sûr que ça apprend la force et l’indépendance. Je suis devenue la seconde maman, à 7 ans, il fallait savoir tenir la maison », explique-t-elle. L’ambiance n’est pas au partage des sentiments, elle se réfugie dans la lecture, « son échappatoire, son plaisir dans la solitude ».

Elle cherche sa place, elle se débat contre l’idée d’être enfermée dans la case « fille », se vénère et boude. « J’avais pas les armes pour répondre. Pour exister, j’étais insolente », précise la jeune trentenaire. Elle explique alors que c’est à l’adolescence que sa révolte va prendre de l’ampleur. Au lycée, elle fume du shit, pratique pour « aller vers les autres, ça anesthésie les émotions ». Le manque d’argent, l’envie de s’émanciper de sa famille et de s’en sortir seule. Elle a alors 16 ans, bonne élève, quitte le foyer parental et deale du shit, d’abord pour en fumer, puis pour le business. « Les fournisseurs étaient à Paris, mes potes avaient des contacts en banlieue parisienne, car à Caen il n’y en avait plus assez », se souvient-elle.

PRISON ET CAUSE FÉMININE/ISTE

Mais son réseau tombe et la jeune fille se fait balancer et arrêter. Direction la prison de Versailles.

« Le mythe des mecs durs s’est effondré à ce moment-là. Les couilles et le courage, c’est pas que du côté des mecs ! »
 lâche Audrey, d’un ton sec.

Elle découvre le milieu carcéral féminin: « Il y a, entre autre, un partage des oppressions masculines. La plupart des femmes étaient là à cause des hommes. On se rend compte là-bas que l’on est aussi fortes qu’eux. Le mythe de la complémentarité peut être dangereux ! » Autonomie, solidarité, combats menés entre prisonnières, tout cela la mène à percevoir les femmes d’une manière différente « et mène au féminisme ! »

Durant son incarcération, elle trouve également du soutien auprès de François Chouquet, un enseignant donnant des conférences au sein de la prison. « Les cours en prison concernent souvent l’alphabétisation des personnes incarcérées. Avec l’Université Paris 7, il y avait un dispositif pour prendre des cours. J’ai étudié la sociologie, mais il fallait acheter une vingtaine de bouquins. C’est François Chouquet qui me faisait passer les livres lorsqu’il venait, pour que je puisse faire mes fiches de lecture. Cela m’a permis de mettre des mots sur ce que je ne comprenais pas. Il ne s’agissait pas de juste subir et purger ma peine », explique Audrey.

La jeune femme noue des amitiés fortes avec des détenues, « beaucoup de complicité ». À sa sortie, l’une d’elles la recontacte. Elles tombent amoureuses :

« J’ai d’abord été bi, puis lesbienne mais jamais d’histoire en prison ! »

 Audrey travaille à McDo, ne s’investit pas trop et « continue le business » jusqu’à retourner une seconde fois en prison. À Fresnes, cette fois pour 12 mois. « J’ai jamais fait autant de mitard que cette fois là ! », se remémore-t-elle.

SLAM ET ÉDUCATION

Une fois à l’extérieur, deux gros sacs Tati dans les mains, elle ne sait où aller, elle va alors partager les galères et les plans boulots avec des amies ex-détenues. Elle commence l’animation et les scènes slam, elle a déjà touché à l’écriture en prison. Elle rencontre Nina, « une femme incroyable qui anime des ateliers dans une maison de quartier. J’ai fait ça 2 ans, le milieu socio-culturel, c’est précaire mais j’aimais ça ! Être avec les jeunes, avec les enfants ! » Audrey se lance dans un nouveau combat, celui de faire effacer ses peines figurant sur l’extrait de son casier judiciaire.

Elle a choisi d’être institutrice. Il lui faudra un an pour obtenir gain de cause, non sans mal :

« Je me rappelle qu’un des juges m’a dit : « La loi du casier existe pour que les gens comme vous n’accédiez pas à l’Éducation Nationale. » »

 Et c’est en Seine Saint-Denis que l’auteure de Girlfight exerce sa profession d’instit’, depuis 8 ans. Elle n’a pas dit dès le départ, à ses collègues, qu’elle trainait la valise d’ex-taularde dans ses affaires, mais tous le savaient avant publication du bouquin :

« J’ai toujours reçu de la compréhension. Quand les élèves l’ont su, ils étaient étonnés car ils ont l’image de la maitresse douce et gentille. (Rires) Quand le livre est sorti et qu’il a été médiatisé, je ne pensais pas faire l’unanimité par contre ».

Pour elle, il est important de libérer la parole autour de ce type de parcours, briser la honte de la prison, se battre contre les préjugés, et ça avec les enfants : « Je travaille dans un quartier populaire. Certains élèves ont quelqu’un de leur famille ou quelqu’un qu’ils connaissent en prison. C’est important par exemple de travailler ensemble sur l’écriture d’une lettre à quelqu’un qui est en prison. »

BOXE ET ÉMANCIPATION

Si pour l’éditeur, il s’agit d’une histoire de rédemption, Audrey, elle, parle d’émancipation. Les femmes ne sont pas libres. Un constat qu’elle a pu tirer en prison mais également en dehors, lors de sa réinsertion.

« On demande toujours « t’es mariée ? t’as des enfants ? », les femmes sont enfermées dans des rôles ! Mais ça peut tuer et voler des vies. Le sexisme dans l’éducation, l’homophobie, tout ça me révolte ! »
scande celle qui s’est mise à la boxe il y a 5 ans et l’enseigne aux petites filles.

Pour elle, la société ne bouge pas, elle régresse, et la jeunesse le vit mal. Elle voit ce mutisme des femmes comme si ces dernières étaient amputées : « Il faut prendre l’espace, il y a plein de choses à déconstruire ! » Et la boxe se révèle alors comme un des sports les plus complets et exigeants, qui permet de prendre confiance en soi et de se forger un mental d’acier. « On nous fait croire qu’on n’est pas capables. Qu’on est faibles. Quand on regarde dans le métro, les femmes sont recroquevillées. La boxe libère l’agressivité, dresse le corps des femmes et développe la force musculaire. Ça aide à s’affirmer et c’est un sport qui a plein de choses à apporter ! », déclare-t-elle, passionnée et engagée.

L’L’égalité des sexes, acquise ?

« C’est des conneries ! Et quand on voit les réac’ de la Manif pour tous, les réac’ au féminisme… Pour moi, le féminisme, c’est le progrès, c’est une avancée que l’on veut renvoyer dans l’obscurantisme fanatique. Mais l’histoire se répète et nous devons continuer de lutter »

L’écriture, son travail, la boxe et le slam sont donc autant de sources d’inspiration pour Audrey que de moyens pour éduquer à l’égalité et espérer faire passer le message. Le cinéma pourrait bien être un autre biais. Un chemin envisagé par l’institutrice qui pourrait voir son histoire adaptée sur grand écran. Pas dans l’immédiat, faute de temps – elle demande un mi-temps qu’elle n’obtient pour le moment pas – mais elle déjà été approchée dans cette optique précise.

Côté livre, « j’ai dit ce que j’avais à dire. Je ne veux pas écrire un livre pour écrire un livre. Et je me consacre aussi au slam et à l’écriture des autres, pour se libérer ». Se libérer, s’émanciper, le parcours et le combat d’Audrey marchent dans ce sens. Souhaitons que le message soit entendu et se diffuse.

Pages