Libres comme elles - Audrey Pulvar

Posts section: 
List image: 
Summary: 
La journaliste nous régale de sa plume légère et rebelle pour nous dévoiler un ouvrage singulier d’une grande beauté et d’une force inouïe.
Text: 

On la connaît femme libre, Audrey Pulvar. Avec ce recueil féministe, elle signe un très bel hommage à celles qui ont bercé sa vie de jeune femme et de femme, qui ont compté et qui ont partagé à ses cotés – en pensées – sa passion de la littérature et de la lecture. Libres comme elles, portraits de femmes singulières, c’est la découverte de 21 femmes d’exception, toutes caractérisées par leur combat pour la liberté. Nina Simone, Louise Michel, Angela Davis, Geneviève Fraisse, Camille Claudel, Marilyn Monroe, Joséphine Baker, Gisèle Halimi, Simone Weil, Toni Morrison, Barbara, Maria Callas, Simone de Beauvoir ou encore Janis Joplin sont des archétypes de force féminine et d’émancipation. La journaliste, qui se revendique féministe, nous régale ici de sa plume légère et rebelle pour nous dévoiler des facettes de ces femmes telles qu’on les connaît peu. Les découvertes ou redécouvertes des personnalités décrites et décryptées sont autant enrichissantes qu'initiatiques. De véritables sources d'inspiration à une époque où la norme peut être oppressive et stigmatisante. On dévore, tout en savourant, les pages d'un ouvrage singulier doté d’une grande beauté et d’une force inouïe qui fait écho en chaque individu désireux de s'accomplir dans sa liberté et dans son ouverture au monde qui nous entoure.

Main image: 

Silent - Tiny Feet

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Emilie Quinquis maitrise l’art de partager ses émotions tout en enrobant le public dans un cercle réconfortant.
Text: 

La brestoise Emilie Quinquis, alias Tiny Feet, en référence à ses petits pieds qui s’activent sans cesse sur les pédales à samples, vient tout juste de sortir son premier album et déjà le public est conquis. Dès la première chanson, elle annonce la couleur. Ce premier opus sera inclassable. De l’électro barré à la Tiersen – son compagnon qui a mixé plusieurs titres de l’album – à la douceur envoûtante des boucles vocales, la jeune musicienne affirme sa personnalité singulière et s’affranchit de tout genre musical bien défini. De cet ensemble se dégage des atmosphères à la fois chaudes et angoissantes, empreintes de fragilité. Si elle s’inspire pour les compositions de tout ce qui crée des nœuds dans le ventre, elle maitrise également l’art de partager ses émotions tout en enrobant le public dans un cercle réconfortant. On ne peut que souhaiter à Tiny Feet de briser le silence.

Main image: 

Les crocodiles - Thomas Mathieu

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Thomas Mathieu sort sa BD version papier en mettant un coup de pied dans la fourmilière du sexisme et assure un pas en avant vers la prise de conscience.
Text: 

Difficile de passer à côté du phénomène Crocodiles. Depuis plusieurs mois, le tumblr de Thomas Mathieu, intitulé Projet Crocodiles, intrigue les internautes. En effet, le jeune homme a eu l’idée de lancer un site sur lequel il illustre en bande dessinée les histoires de sexisme ordinaire vécu par les femmes qui lui envoient leurs récits. Ainsi, les hommes sont transposés au rang de prédateur à travers les crocodiles apparaissant en vert, tandis que le reste des illustrations est laissé à l’état le plus simple, en noir et blanc, dans le but d’épouser le point de vue féminin. Dans la rue, à l’arrêt de bus, dans les transports en commun… l’idée est de montrer concrètement la relation dominée/dominant dans l’espace public dans des histoires amusantes ou graves. Harcèlement, machisme et absence de réactions des témoins de ces situations quotidiennes, Thomas Mathieu sort sa BD version papier en mettant un coup de pied dans la fourmilière du sexisme et assure un pas en avant vers la prise de conscience.

Main image: 

The search - Michel Hazanavicius

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Avec beaucoup de nuances et de sensibilités, elle garde face au chaos un regard humaniste et bienveillant. Si parfois la romance des faits est légèrement caricaturale, la réalisation reste sobre et épurée.
Text: 

Le récit du film se déroule pendant la seconde guerre de Tchétchénie, à partir de l’automne 1999. L’histoire suit quatre destins heurtés de plein fouet par le conflit qui vont être amenés à se rejoindre. Il y a Hadji, le petit garçon qui voit ses parents se faire assassiner et qui prend la fuite jusqu’à sa rencontre avec le personnage de Carole. Carole chargée de mission pour l’Union Européenne. Sa rencontre avec cet enfant réfugié va la surprendre. Elle le prendra sous son aile. Parallèlement Raïssa, la grande sœur de Hadji, a elle aussi pris le chemin de l’exode en quête de retrouver ses deux petits frères. C’est en Ingouchie, avec tous les réfugiés tchétchènes, que son chemin s’arrête. Puis il y a le jeune soldat russe de 20 ans, Kolia pour qui la guerre a été une échappatoire à la prison suite à un délit mineur dans son pays. Si le fil conducteur est Bérénice Bejo, c’est la guerre qui est le personnage principal. Hazanavicius réattribue une visibilité à la guerre de Tchétchénie, un conflit très peu médiatisé. Bérénice Bejo illumine la noirceur des terribles images du conflit meurtrier. Avec beaucoup de nuances et de sensibilités, elle garde face au chaos un regard humaniste et bienveillant. Si parfois la romance des faits est légèrement caricaturale, la réalisation reste sobre et épurée. Elle oppose 2 visions de cette guerre avec justesse. L’innocence des victimes, tchétchènes et russes, incarne avec simplicité l’injustice de cette guerre.

Main image: 

Engrenages - Alexandra Clert & Guy-Patrick Sainderichin

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Une vision souvent noire et particulièrement violente. Une nouvelle saison fidèle à ce qui a fait de la série un succès. À voir !
Text: 

Pour ceux qui ne connaissent pas cette très bonne production française, signée Canal +, Engrenages est une série policière créée par une ancienne avocate qui cherche à travers un scénario puissant à nous livrer une série beaucoup plus proche de la réalité, aussi choquante et provocante puisse-t-elle être. Le Capitaine Berthaud et ses lieutenants sont en charge d’enquêtes importantes suivies de très près par la justice, juges, substituts du procureur et avocats. La procédure pénale et la brigade criminelle sont mis à nu et montrées avec un réalisme percutant. L’enjeu de la série Engrenages est que le spectateur comprenne tout ce qui se passe en détails. Tout est saisi, les secrets des enquêtes, les coups durs du travail, mais aussi ceux de la vie personnelle souvent rongée par la carrière trop envahissante et exigeante. Quant aux rebondissements et aux suspens de l’action, on a, dans le genre, pas encore fait mieux en France. L’excellent jeu des acteurs nous entraine au plus près dans le quotidien policier et judiciaire français. Une vision souvent noire et particulièrement violente. Au cœur du crime et du grand banditisme, la brigade du Capitaine Berthaud mène à nouveau dans cette saison 05 un combat acharné. De nouvelles enquêtes et de nouvelles trames apparaissent dans la vie des équipiers de la brigade. Une nouvelle saison fidèle à ce qui a fait de la série un succès. À voir !

Main image: 

Novembre 2014

Writers: 
Marine Combe
Writers: 
Morgane Soularue
Text: 

Dans le cadre de La Réussite Éducative – mise en place par la loi de Cohésion Sociale de 2005 afin de créer un lien école-famille et d’aider les enfants en fragilité éducative, sociale et culturelle, au travers de parcours personnalisés – la Direction Éducation Enfance de la Ville a créé un abécédaire. L’idée ? Originale et bienveillante, elle repose sur la nécessité de décrypter l’école en brisant le barrage de la langue. Traduit en arabe, turc, russe et anglais, l’abécédaire contient 250 définitions de mots - choisis par un comité de pilotage de parents, d’enseignants, d’éducateurs - comme « assurance scolaire, cahier, cantine, conseil d’école, discipline, Éducation Nationale, gratuité, laïcité, liberté, maladie contagieuse, neutralité, obligation scolaire, pédagogie, poux, ponctualité, préau, punition, respect, rythme scolaire…». 6 000 seront distribués, avec un accompagnement pédagogique, début novembre par les directeurs d’école et dans les structures de quartiers au Blosne et à Villejean. « C’est une reconnaissance des cultures d’origine et nous sommes déjà sollicités par d’autres villes pour les aider à le mettre en place », confie Bertrand Gohier, coordinateur du projet. Et quel beau projet ! Disponible aussi en français et téléchargeable sur le site de la Ville.

Text: 

Mi-septembre, la SACD (Société des Auteurs et des Compositeurs Dramatiques) publiait la 3e édition de la brochure « Où sont les femmes ? ». En partenariat avec H/F, le Laboratoire de l’égalité et Deuxième regard, ce livret révèle la sous-représentation des femmes dans les milieux culturels. Et l’égalité femmes-hommes n’a toujours pas de quoi se réjouir, la progression étant faible et lente. Si le rapport souligne des initiatives et mesures favorables à une évolution positive, les chiffres sont néanmoins symptomatiques d’un manque réel de prise de conscience : 0% des théâtres nationaux sont dirigés par des femmes. Côté musique, les compositrices ne représentent qu’1% au niveau national et 15% seulement des opéras sont mis en scène par des femmes. Dans le cinéma, on note une sensible augmentation du nombre de réalisatrices de long-métrage, représentant 23% (18,4% en 2008). Ridicule ! À Rennes, un seul élève enfile le bonnet d’âne : le TNB avec une représentation des femmes de 21% (mise en scène, chorégraphie et écriture), soit une baisse de 25% par rapport à 2013. Mais la structure est loin d’être la seule à se voir décerner le prix du scandaleux manque de conscience vis-à-vis de l’importance d’une parité entre les sexes. Malheureusement.

Posts section: 
Title: 
Combattre l'exclusion
Title: 
Lente progression
Summary: 
Début novembre, la Ville de Rennes distribuera des abécédaires de l'éducation, traduit en arabe, turc, russe et anglais.
Summary: 
Cette année encore, la Culture est pointée du doigt pour ses inégalités en matière de représentation femmes-hommes dans les différentes structures françaises.

Marina Bellezza - Silvia Avallone

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Toujours douée dans l’art de contempler ses semblables, Silvia Avallone trace des portraits ciselés et touchants.
Text: 

Après le percutant D’Acier, son premier roman - devenu un best seller – Silvia Avallone, jeune romancière italienne, signe une œuvre toute aussi puissante et contemporaine. Toujours douée dans l’art de contempler ses semblables, elle trace des portraits ciselés et touchants. Le regard qu’elle pose sur les femmes est à la fois bienveillant et brut, fin et juste. Comme la suite logique à D’Acier, où ses héroïnes adolescentes seraient devenues de jeunes adultes, Silvia Avallone raconte l’histoire de Marina, bimbo de province, odieuse et paumée, mue par la colère et sa quête de revanche sociale, qui va jouer de sa beauté et d’un don pour le chant pour « réussir » et devenir célèbre via la télé réalité. Elsa, sa co-locataire, travaille à sa thèse de philosophie, loin des paillettes et des faux-semblants. Entre elles, le ténébreux Andréa, prétexte masculin pour dire les bienfaits du retour à la terre et à l’agriculture raisonnée. Un livre féministe, politique, sociétal.

Main image: 

Chante ton bac d'abord - David André

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Une prouesse dans l’écriture et la mise en scène qui conjuguent avec beaucoup de facilité l’inquiétude des préoccupations de la vie et la douce poésie des rêves encore accessibles.
Text: 

Ce très élégant ovni télévisé diffusé il y a peu sur France 2 nous raconte l’histoire d’une bande de lycéens sur le chemin du Baccalauréat. Entre chansons et moments d’intimité au quotidien, le film documentaire propose une belle entrevue avec l’âge des possibles en 2014. Avoir 17 ans et rêver quand même lorsque l’on vit à Boulogne-sur-Mer, une ville durement ravagée par la crise. Quelle belle idée de vouloir raconter la vie de ces quelques adolescents en les faisant collaborer au projet cinématographique. Les textes des chansons incarnent et collent très bien aux personnalités qui les interprètent. Entre documentaire et fiction chantée, le film séduit parce qu’il soulève de sensibles réalités de vie sans jamais perdre la poésie avec laquelle il évoque ces points de vue ou séquences de vie. Les cinq participants non professionnels apportent une belle énergie et la fraicheur de leur jeunesse ce qui ne manque pas de provoquer de l’attachement. Le réalisateur David André marque avec délicatesse le glissement du passage de l’adolescence à l’âge adulte sans jamais stéréotyper les différentes personnalités. Une prouesse dans l’écriture et la mise en scène qui conjuguent avec beaucoup de facilité l’inquiétude des préoccupations de la vie et la douce poésie des rêves encore accessibles. La qualité indéniable de ce réalisme documentariste, la pertinence !

Main image: 

Bande de filles - Céline Sciamma

Posts section: 
List image: 
Summary: 
La question du rapport au corps est très présente et c’est bien là la force du discours car le film ne renouvelle pas le regard sur la banlieue et ne s’astreint pas à représenter une certaine authenticité.
Text: 

Marieme vit sa vie de jeune fille de 16 ans dans un quartier populaire de banlieue. Une vie dirigée par les interdits. La dureté de la cité, la loi des garçons et un grand frère pour qui la protection mène à la brutalité. À cette vie monotone et sans grand plaisir s’ajoute la frustration de Marieme dans l’échec de sa scolarité. Armée d’audace et de résolution elle va fréquenter une bande de filles très éloignées de sa personnalité. Elles crient, dansent et se battent. Elles n’ont pas peur d’oser une vie vécue comme digne mais extrêmement rude et violente. Déterminée à vivre sa jeunesse, la jeune fille entre dans la bande et devient Vic. Pour son troisième long métrage, Céline Sciamma a construit son film comme une suite d’épisodes autonomes d’abord conduits par les aventures des quatre jeunes filles puis essentiellement autour de l’héroïne, plongeant le spectateur dans les mêmes désarroi et solitude dans lesquels elle s’emmure progressivement. Le casting est à la hauteur du défi cinématographique et la caméra propose une belle valeur esthétique épurée d’artifice. La réalisatrice acte une fois encore la question du genre à travers la transformation masculine adoptée par Marieme. La question du rapport au corps est aussi très présente et c’est bien là la force du discours car le film ne renouvelle pas le regard sur la banlieue et ne s’astreint pas à représenter une certaine authenticité.

Main image: 

Pandemonium, Solace and Stars - Laëtitia Shériff

Posts section: 
List image: 
Summary: 
À la fois doux et énergique, surtout entêtant, le disque s'écoute en une (trop courte) fois. On en redemande.
Text: 

Après 4 ans de travail, l'artiste rennaise sort son troisième album, qui prend un virage résolument rock. Celui qui fait rugir les guitares, celui qui sort des tripes. C'est dans un univers intimiste, chez elle, que Laëtitia Shériff a enregistré ses dix morceaux, en compagnie de Thomas Poli. Le triptyque Enfer, Ciel et Terre ont été ses principales inspirations. Et cela s'entend au fil de l'album, l'équilibre est à fleur de peau, prêt à tout exploser. Dès le début, la chanteuse nous embarque vers de grands espaces, avec une musique aérienne, puis nous plonge petit à petit vers le monde glacial de Dante. À la fois doux et énergique, surtout entêtant, le disque s'écoute en une (trop courte) fois. On en redemande. Malheureusement, aucune date n'est encore prévue à Rennes, pour l’année 2014. Pour se consoler, il nous reste toujours l'album à (ré)écouter.

Main image: 

Pages