Célian Ramis

Crèche parentale : Une alternative propice à l'éveil

Posts section: 
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Alors que les places en crèches municipales ne suffisent plus à satisfaire toutes les demandes, des solutions alternatives existent. Parmi elles, la crèche parentale, un modèle associatif décrypté à travers l'exemple de Ty Bugale.
Text: 

Pallier le manque de places en crèche est un enjeu de l’actuel mandat présidentiel. Mais si le gouvernement œuvre depuis 2013 à la mise en place d’une nouvelle réforme de politique familiale, prévoyant entre autre l’augmentation du nombre de places, la pénurie reste avérée et problématique.

Des modes de garde alternatifs existent et se développent. Parmi lesquels les établissement à gestion parentale, communément nommées crèches parentales. Un type de structure qui a particulièrement interpelé la rédaction de YEGG à travers l’exemple de la crèche Ty Bugale, qui a fêté cette année ces 30 ans.

En 2015, 2 296 demandes d’inscription en crèches municipales ont été soumises à la Ville de Rennes qui dispose de 17 structures (accueil collectif et accueil familial). Près de 42% environ, soit 962 demandes, ont été satisfaites. Quelles solutions s’offrent à celles et ceux qui n’obtiennent pas de réponse favorable ? Plusieurs alternatives leur sont proposées par le centre d’information petite enfance L’Étoile, chargée d’orienter les parents vers d’autres modes de garde. Parmi eux, on trouve les crèches parentales, établissement associatif géré par les génitrices et géniteurs, alors employeuses-eurs des professionnel-le-s de la petite enfance.

Obtenir une place en crèche est une problématique loin d’être nouvelle. Si le plan gouvernemental prévoit l’augmentation du nombre de places au cours du mandat présidentiel actuel, l’objectif de 100 000 places supplémentaires semble compromis pour ce quinquennat qui semble seulement avoir réalisé un tiers de cette mission, selon les chiffres indiqués en 2015. Rennes ne fait pas exception, malgré la création de nouvelles crèches prévues jusqu’en 2017.

Pour les futurs parents, l’inscription de l’enfant qui va arriver peut s’avérer angoissante, la pénurie de places étant avérée. Les solutions alternatives sont de plus en plus mises en lumière. Parmi les plus connues, on cite les assistantes maternelles, les crèches d’entreprise ou encore les haltes garderies qui offrent une aide d’urgence temporaire.

Plus confidentielles dans leur notoriété auprès du grand public, les crèches parentales se développent, trouvant un équilibre dans l’esprit « comme à la maison » puisque le parent fait partie intégrante de la vie quotidienne de la crèche, bénéficiant ainsi d’un accès privilégié à l’équipe éducative et au projet pédagogique. C’est ce que souligne l’exemple de la structure Ty Bugale, fondée en 1986 à Rennes.

ASSOCIATION PARENTALE

La particularité de ce type d’établissement réside principalement dans la gestion parentale. En effet, créé sous la forme associative, ce sont les parents qui en investissent le bureau et le conseil d’administration. Par conséquent, ils sont les employeurs directs des professionnel-le-s de la petite enfance et participent activement à la vie de la crèche.

« Nous sommes très investi-e-s au sein de l’association puisque chacun-e a un poste dans la structure. Et que nous devons remplir 4h30 de permanence par semaine. », explique Yohanna Millet, présidente de Ty Bugale depuis septembre 2015. Concrètement, le parent intervient durant les heures d’accueil, souvent à la demi journée, comme tel est le cas dans la majorité des crèches parentales, au nombre de 6 à Rennes (selon les structures, la durée de la permanence varie).

Et aide au bon fonctionnement de la journée en gérant plus spécifiquement les tâches domestiques comme mettre la table, débarrasser, aider au lever de la sieste, au goûter, ranger, etc.

« Il faut avoir le temps et l’envie de s’investir sinon ça ne peut pas fonctionner. Faut être conscient-e de ça car on ne peut pas entrer dans l’association si on ne peut pas assurer les 4h30 de permanence. »
précise la présidente, infirmière de métier.

Un point sur lequel insiste également Emilie Paillot, qui exerce la fonction de secrétaire au sein de l’établissement. « Je suis enseignante à temps partiel donc ça ne me posait pas de problème de donner une demi journée par semaine. Et ça ne me dérangeait pas d’entrer dans le bureau. Avant cela, j’étais au poste « Approvisionnement », ça tourne. Ma fille a terminé la crèche mais je suis enceinte de mon 3e enfant et je demanderais une place ici pour la rentrée 2017. Ça m’embêterait d’être moins investie en revenant. », s’enthousiasme-t-elle.

À la crèche parentale, elle a pris goût. Arrivée de Paris en 2012, elle pose ses valises à Rennes avec son compagnon et son fils. En cherchant un mode de garde, sans préférence particulière, ils apprennent qu’une place s’est libérée à Ty Bugale, alors implantée rue de l’Alma, avant de déménager dans les locaux temporaires du boulevard Albert 1er de Belgique (en octobre, la crèche déménagera à nouveau dans des locaux plus grands, rue Mauconseil). Rapidement, ils adhèrent à l’état d’esprit de l’établissement, qui accueillera par la suite leur fille.

Agréée par la Direction des Affaires Sociales du conseil départemental d’Ille-et-Vilaine, la crèche est une association de loi 1901 accueillant jusqu’en octobre prochain 16 enfants, les nouveaux locaux permettant de demander un agrément pour 4 enfants supplémentaires.

Les critères sont semblables aux autres crèches : accueil de 8h à 18h30 d’enfants rennais âgés de 2 mois ½ à 4 ans, d’1 à 5 journées par semaine, dispositif d’accueil d’urgence (à partir de 18 mois et en fonction des places disponibles), tarif établi selon les revenus du foyer.

Entre le bureau et les différents rôles (gestion des salaires, inscriptions, bricolage/jardinage, moyens généraux, informatique, archivage, planning, hygiène et sécurité, formation, remplacement, etc.), les parents des enfants inscrits se répartissent les rôles et tournent d’une année sur l’autre.

« On essaie de ne pas être toujours au même poste. On voit par rapport aux intérêts des un-e-s et des autres. Et puis on fait en sorte de ne pas mettre à la trésorerie par exemple quelqu’un qui arrive car ce n’est pas forcément évident au départ. Et puis rien n’est figé car il y a des gens qui sont là pour 6 mois, d’autres pour plusieurs années. On participe également au projet pédagogique puisqu’il faut instaurer un règlement intérieur à faire valider par le conseil général. Avec le déménagement, il devra être revu, signé et voté par le CA. Le projet éducatif, lui, évolue et est construit par les salariés, à qui on fait confiance. », indique Yohanna Millet.

UNE GRANDE FAMILLE

Ce qui lui plait : la possibilité pour les parents d’être acteurs de la crèche sans empiéter sur le territoire des professionnel-le-s. Ici, ils sont au nombre de 2 éducateurs de jeunes enfants à mi-temps, une femme et un homme, et de deux aides EJE. Si ils et elles se côtoient durant les permanences hebdomadaires, des temps plus formels sont organisés pour échanger à travers une réunion mensuelle dont une partie seulement se déroule en compagnie de l’équipe éducative.

« Ce qui est bien dans la formule, c’est qu’on peut avoir le côté parental en s’investissant dans la vie de la structure et en faisant les permanences. Mais c’est aussi que de cette manière, en aidant aux tâches ménagères, les salarié-e-s s’occupent exclusivement des enfants. »
poursuit la présidente.

Et avec un taux d’encadrement plus important que dans une crèche municipale - la législation prévoyant pour cette dernière 1 adulte pour 5 enfants « non marcheurs » et 1 adulte pour 8 enfants « marcheurs » et pour la crèche parentale 1 adulte pour 4 enfants « non marcheurs » - « les enfants ne sont pas du tout délaissés », signale Emilie Paillot.

Avec Yohanna, elles parlent de grande famille. Passer du temps au sein de la crèche, auprès des enfants, de l’équipe éducative, effectuer des réunions entre parents, organiser des événements avec tout le monde (à l’instar d’un moment convivial en juin dernier pour fêter les 30 ans de la structure) ou encore participer à des sorties avec les petit-e-s, tout cela représente « un chouette moyen de s’intégrer et de développer une grande solidarité entre les parents. »

Et Emilie d’ajouter : « J’apprécie cette opportunité de connaître tout le monde et que les enfants nous connaissent bien, qu’ils nous appellent par nos prénoms. »

TROUVER L’ÉQUILIBRE

Néanmoins une difficulté subsiste et les deux femmes ne s’en cachent pas. L’enfant doit apprendre à « partager » son parent présent lors de la permanence.

Ce à quoi les petit-es établi-e-s dans les autres modes de garde ne sont pas confronté-e-s, la distinction entre le cadre familial et le collectif « pédagogique » s’opérant de manière évidente.

Ici, ils/elles apprennent à voir leurs parents interagir avec le reste du groupe, faire des va-et-vient, déplacer leur centre d’attention sur l’ensemble de la crèche et non pas uniquement sur eux/elles comme cela pourrait être le cas à la maison. Emilie Paillot confie :

« Ce n’est pas toujours facile. Tilda était bébé en arrivant et très vite ça a été naturel mais il y a toujours des moments ou des phases où ils peuvent être pénibles car ils ne comprennent pas trop pourquoi on est là à s’occuper d’autres enfants ou la plupart du temps à faire les tâches ménagères au lieu d’être avec eux. »

Mais c’est aussi un challenge pour celles et ceux qui tiennent la permanence. Sans interférer avec les professionnel-le-s, il leur faut trouver un équilibre dans cette formule intégrant le parent à une garde extérieure au foyer. L’attention ne peut pas uniquement se porter sur son enfant mais doit être portée sur la globalité du groupe. Même si Yohanna et Emilie le confirment : chacun-e garde sa personnalité.

Pour Loïc Bernier, éducateur de jeunes enfants à Ty Bugale, « on accueille l’enfant et sa famille. Ce n’est pas évident de se confronter aux regards des parents, on n’est pas toujours très très à l’aise d’agir devant eux. Mais c’est une réelle richesse de travailler avec eux. En les voyant lors des permanences, on apprend à les connaître et donc à les comprendre plus facilement. Et ce qui est avantageux, c’est aussi qu’ils peuvent s’inspirer des pratiques des professionnel-le-s. »

Après avoir effectué sa formation à l’école Askoria de Rennes, il a toujours travaillé en crèche parentale. Pas forcément un choix mais son parcours, entre stages et remplacements, l’a mené à ce type de structure. L’expérience lui permet de ne plus appréhender de la même manière la présence du parent et la réaction de l’enfant.

Car lui, ainsi que l’ensemble de l’équipe éducative, est présent pour appliquer le projet pédagogique et éducatif, à savoir transmettre les valeurs et règles de vie définies avec le CA et selon les capacités et objectifs d’éveil cohérents à la petite enfance.

VALEURS PARTAGÉES

Et ce qu’il pointe en priorité – les parents également – c’est le respect. Respect des règles, respect des autres au sein de la collectivité et respect de son environnement.

À travers la socialisation de l’enfant, la vie en société, la politesse, etc. Ainsi que son éveil sur l’extérieur.

« On essaye de profiter de ce qui nous entoure, de faire des sorties. Au parc, au marché, à la gare, chez les pompiers, à l’aéroport… Et de ce que le quartier de l’Alma propose en terme de spectacles, etc. Par exemple, juste à côté de la crèche, il y a la structure Terre des arts qui les accueille pour des activités, pour l’éveil musical. Et puis si les parents ont des compétences particulières, ils peuvent aussi proposer des ateliers, s’ils en ont envie évidemment… », liste rapidement Yohanna Millet, sourire aux lèvres. Toujours en gardant la volonté de mélanger le groupe, sans le ciseler en petits comités établis par les catégories d’âge.

« Que les petit-e-s soient avec les grand-e-s et inversement provoquent une émulation entre eux/elles et plein de choses intéressantes se passent dans ces moments-là. Dans un climat serein et sécurisant. »
ajoute l’éducateur qui rappelle aussi l’importance du suivi personnel.

Au cours de la journée, l’équipe se veut donc attentive au développement de l’enfant en tant qu’individu en fonction de son propre rythme et ses besoins. En terme de sommeil, par exemple. Mais pas seulement.

ÉVEIL À L'ÉGALITÉ DES SEXES

Et c’est ce qui va éveiller le/la tout-e petit-e. La confrontation entre soi et les autres. L’équipe professionnelle couplée au turn over parental permet alors de conjuguer diversité des profils, des cultures et des approches.

Et c’est à ce moment-là que va se jouer, dans la petite enfance, l’intégration des assignations genrées. En observant et imitant les adultes référents, l’enfant développe inconsciemment les codes de la société selon son sexe.

Pas de raison a priori que la crèche parentale échappe à ce processus d’identification, tant le marketing genré est force d’accroissement et que les formations des professionnel-le-s résistent encore à inscrire de manière obligatoire des modules sur l’égalité des sexes. Du côté de Ty Bugale, rien à ce sujet n’est mentionné dans les projets pédagogique et éducatif, si ce n’est le principe global d’égalité. Néanmoins, Yohanna Millet et Emilie Paillot s’en défendent.

« Ici, nous avons tous les cas de figure mais en règle générale la parité est plutôt bien respectée. Que ce soit au niveau des enfants filles et enfants garçons. Ou que ce soit au niveau de la répartition des tâches entre les parents. Il n’y a pas a priori plus de femmes qui s’investissent que d’hommes. Après, évidemment, tout dépend du travail. Le papa de mes enfants est beaucoup en déplacement donc là c’est plus moi qui interviens mais pour notre fils il faisait les CA. », justifie la secrétaire.

Même son de cloche pour la présidente qui confirme qu’en prenant la liste des rôles et des personnes missionnées à chaque poste, on ne trouvera pas de différence significative entre l’implication des femmes et celle des hommes. Idem pour les permanences. Un argument important puisqu’il permet aux enfants de ne pas cataloguer la mère comme la préposée à l’éducation et aux tâches ménagères et ne pas associer le père au travail et au divertissement. Concrètement la femme gérant le foyer et l’homme le reste du monde.

Toutefois, Emilie aurait souhaité aller plus loin dans la réflexion en faisant intervenir une personne de l’association Questions d’égalité lors d’une réunion mensuelle.

« J’ai une amie qui était là-bas mais nous n’avons pas réussi à trouver de disponibilités communes et depuis elle a quitté son boulot. Mais je pense que c’est intéressant de pouvoir développer ces questions « philosophiques » et d’être aidé-e-s par des référents. Nous ne sommes pas des professionnel-le-s de la petite enfance, ni de l’égalité des sexes. Nous sommes des bénévoles, des parents, mais nous avons nos limites. Les temps de CA servent aussi à ça. On a déjà fait venir par exemple un médecin pour parler du sommeil des petit-e-s. Aborder l’égalité entre les filles et les garçons, ça me botte vraiment ! », explique Emilie Paillot qui avoue malgré tout qu’avec le déménagement prochain, il fallait bien établir des priorités.

LA DIVERSITÉ AVANT TOUT

Loïc Bernier, qui assurera dès octobre le poste de référent technique à mi-temps, en plus de son travail d’éducateur, apporte de son point de vue une autre approche.

Déjà, en tant qu’homme dans un secteur destiné très longtemps aux femmes de par la supposée fibre maternelle innée qu’elles possèderaient, il est conscient du regard que l’on peut porter sur ce type de stéréotype.

« Dans ma promo, sur 20 personnes, on était 2 garçons. Mais j’ai toujours été super bien accueilli, que ce soit à l’école ou sur le terrain. Aujourd’hui, la mixité est de plus en plus recherchée dans les équipes. », souligne-t-il.

Une avancée positive qui permet aux enfants d’être confrontés aux deux sexes. Loïc poursuit :

« C’est bien de sortir des grands clichés, des rôles attribués. Un homme peut être maternant aussi. Et je crois qu’il y a plein de façons d’être un homme et plein de façons d’être une femme. Et c’est bon pour le développement de l’enfant d’être face à des relations différentes, des imitations différentes, des références différentes. »

Il prône avant tout la diversité et l’humain dans son ensemble, dans ses complexités et nuances. Mais toujours en proposant les mêmes activités aux enfants sans le critère du sexe et surtout sans les orienter. « On ne joue pas qu’à un seul jeu, il n’y a pas qu’une seule lecture. C’est le mélange qui compte. Que les petits puissent jouer aux voitures tout comme aux poupées avec des présences masculines et des présences féminines. », conclut-il.

Sans revendiquer un modèle exemplaire, la crèche parentale offre une formule conviviale qui ne dissimule pas un côté contraignant pour celles et ceux qui ne pourraient adapter, selon leur travail et envies (sans jugement ou culpabilisation), leurs emplois du temps. Mais qui propose une alternative et peut-être une autre réflexion autour de la parentalité associée à l’éducation promue par les professionnel-le-s de la petite enfance et inversement.

Tab title: 
Crèche parentale, mode de garde alternatif
Une alternative familiale et participative
Faire autrement

Célian Ramis

Mythos 2016 : Fascinante figure de mère, bourgeoise et catho

Posts section: 
Location: 
Théâtre de la Parcheminerie, Rennes
List image: 
Summary: 
Le 20 avril, à l’occasion du festival Mythos, Marine Bachelot Nguyen, David Gauchard et Emmanuelle Hiron dévoilaient une partie du cheminement invoqué dans la pièce Le fils, au théâtre de la Parcheminerie.
Text: 

Quand d’une idée originale de David Gauchard né un texte de Marine Bachelot Nguyen, sur la réflexion d’une mère bourgeoise et catholique, lu par Emmanuelle Hiron, la création avoisine le docu-fiction subtil et coup de poing. Le 20 avril, à l’occasion du festival Mythos, le trio dévoilait une partie du cheminement invoqué dans la pièce Le fils, au théâtre de la Parcheminerie.

David Gauchard, metteur en scène, collabore pour la première fois avec l’auteure et metteuse en scène Marine Bachelot Nguyen. Et l’avant-goût qu’ils nous proposent ce mercredi à la Parcheminerie est délicieux. Poignant, criant de vérités, original et intelligent. L’écriture est franche et sincère, teintée d’humour et d’émotions. Basée sur un fait d’actualité aussi terrible qu’intéressant, sociologiquement parlant, elle nous emporte dans une histoire qu’on voudrait être inventée de toute part.

Cette histoire, David Gauchard en est à l’initiative dans le processus de création. En 2011, en allant chercher sa fille à l’école, il est marqué par un événement. Dans la rue St Hélier à Rennes, l’accès est bloqué. Et pour cause, le 10 novembre se joue une pièce de Castellucci jugée blasphématoire par le mouvement Civitas qui manifeste son mécontentement de la place de Bretagne au TNB.

« De ce mouvement jusqu’à la Manif pour tous, j’avais envie de raconter ça. On discute donc avec Marine depuis 6-7 mois. La fin est encore à inventer. Mais on voudrait le présenter avant mai 2017 et les élections. », explique-t-il avant de laisser la parole à Marine Bachelot Nguyen, elle-même marquée par l’événement en question et engagée pour les droits des femmes et des LGBTI :

« Je suis intéressée par la socio-politique, le documentaire et la fiction. Et ça m’intéresse aussi la question du glissement idéologique et de la radicalisation dans les milieux de droite. Voir comment on raconte ça ensuite. »

Deux jours avant la présentation de la pièce Le fils, la comédienne Emmanuelle Hiron - dont le spectacle documentaire Les résidents était présenté l’an dernier lors du festival Mythos à l’Aire Libre - a eu connaissance du texte, qui devrait ensuite être accompagné en musique par une création d’Olivier Mellano.

UNE FEMME QUI SE RACONTE

Elle va se glisser, 35 minutes durant, dans la peau d’une femme mariée, pharmacienne, qui devient mère à 22 ans puis à 24 ans. Deux garçons, Olivier et Cyril. L’un est né par voie naturelle, l’autre par césarienne. Elle se souvient et raconte ses accouchements. Comment son mari a promis d’être un père moderne sans jamais oser de changer une couche.

La famille va à la messe, tous les dimanches « par tradition, par conviction, pour la représentation. » Ses enfants grandissent, deviennent des ados, s’éloignent. Elle questionne son rôle de mère, sa présence peut-être insuffisante dans leur éducation, à cause de son implication dans la pharmacie. Elle avoue l’ambivalence de son statut. Celle qui la fait aimer passionnément ses fils, en être fière, et celle qui la fait les détester en même temps.

Et elle s’interroge : comment a-t-elle glissé du perron de l’église au boulevard de la Liberté ? La suite de l’œuvre décortique les effets et les conséquences de sa présence à la manifestation, à la « prière de réparation ». Sur ses fils également. L’un étant présent dans le mouvement contestataire. L’autre étant à l’intérieur du TNB et assistant à la représentation. Et qui juge le spectacle chrétien, a contrario de ce qui est scandé dehors. « Le Christ est magnifié. Ça parle de la foi qui parfois nous abandonne mais le Christ lui est toujours là. (…) Va voir le spectacle, juge par toi-même. », dira-t-il à sa mère.

UNE FEMME QUI S’ÉLÈVE

Dès lors, la protagoniste sympathise avec la femme d’un médecin, qu’elle admire jusqu’alors. Une sorte d’élévation sociale dans sa vie et son quotidien de femme bourgeoise et commerçante. Elle fréquente un groupe de femmes qui discutent bioéthique, parlent IVG, de l’atrocité que subissent celles qui le vivent, elle admire « ces femmes et leur aisance » et fait retirer son stérilet, « geste d’ouverture à la vie ».

En parallèle, son fils ainé se radicalise et vote FN en 2012. Elle minimise, même si elle trouve ça un peu extrême, un peu choquant.

Un an après la procession de Civitas, elle intègre la Manif pour tous, s’investit dans ce mouvement qui prend de l’ampleur et qui prône la différence de droits entre les couples hétérosexuels et les couples homosexuels. Contre le mariage homosexuel et surtout contre l’accès de ces couples à la famille.

Elle s’exprime à la tribune, est transcendée par l’énergie du rassemblement, elle exulte, se sent belle, revigorée. Elle reprend vie dans le regard de son mari, avec qui la vie sexuelle s’était mise en veille. A présent, il la regarde, l’admire et ressent « une poussée de virilité provoquée par sa métamorphose. » Ils font l’amour, passionnément.

La suite est à écrire, à inventer. Mais l’essence de la pièce est posée. Et elle promet une création aboutie et passionnante. Le regard présenté à travers les yeux et les réflexions de cette mère est prenant et stimulant. Il invite à comprendre les mécanismes des glissements idéologiques et de la radicalisation.

UNE FEMME QUI S’ACCOMPLIT

Pour l’auteure, il était important « de regarder ce qui peut être à l’œuvre, ce qui se joue, car on est des êtres complexes. Cette femme, elle se réalise, elle vit un accomplissement. » Les discussions entre David Gauchard, Marine Bachelot Nguyen et maintenant Emmanuelle Hiron sont riches. De leurs histoires intimes et personnelles, leur ressenti sur les événements, les nombreux articles, recherches, entretiens trouvés et réalisés, résultent Le fils et l’envie d’en parler, de le mettre en mots et en scène.

A la demande du metteur en scène, la pièce est un monologue de mère, de femme. Marine Bachelot Nguyen s’en empare et en fait quelque chose de résolument engagé et politique. Ce projet auquel elle se met au service lui parle. Mais le cœur du sujet de la Manif pour tous lui reste incompréhensible. Un mouvement contre des droits, une communication extrêmement bien construite, grâce à des gros moyens financiers, une homophobie exacerbée, libérée, décomplexée.

Celle qui travaille sur l’intersectionalité des luttes, le féminisme et le racisme, se passionne pour les rapports de domination en tout genre, et ici pour le rapport de classes.

« Ce qui m’intéresse aussi, ce sont les monologues de femmes idéologiquement à l’opposé de moi. Comme j’avais fait pour un spectacle sur Cécilia Sarkozy. Il y a un truc qui m’intrigue chez ces femmes cathos. »
confie Marine Bachelot Nguyen.

Dans la Manif pour tous, elle observe des gens « extrêmement caricaturaux » mais également « des personnes qui nous ressemblent, des jeunes, des gens de 35-40 ans ». C’est cette figure « proche de nous » qui la saisit et qu’elle délivre dans cet extrait très bien écrit. Une femme pour qui on peut éprouver de l’empathie. Et une femme qui fait un effort d’introspective, de recul sur sa vie et qui ne nous épargne pas des passages que la norme a décidé tabous.

« On a tous des petites lâchetés au jour le jour. Des choses où on se dit « bof, c’est pas si grave ». Après il y a les conséquences. La pièce parle de sa réalisation à elle. De mère de famille à militante. Elle se réalise, s’épanouit. », explique Marine Bachelot Nguyen. Nous, on est séduit-e-s, subjugué-e-s, par l’ensemble du projet, on adhère illico.

Célian Ramis

Famille : un concept en pleine mutation

Posts section: 
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Les mutations des schémas familiaux fascinent, inquiètent, voire dérangent. Pourquoi ? Une certitude : les femmes sont au cœur de ces évolutions. Enquête.
Text: 

La famille, cette institution, a volé en éclats et ses fragments essaimés aux quatre coins de notre société moderne ont pris racine, donnant naissance à de multiples formes familiales. Bien qu’il reste majoritaire, le modèle nucléaire n’est plus la seule norme, car « faire famille » aujourd’hui c’est créer du lien, au-delà de celui du sang.

Certes, tout n’est pas rose, mais le champ des possibles est incroyable et ces changements, sûrement déstabilisants, ne sont pas si récents. Émancipation de la femme et parité, autorité parentale partagée, assouplissement des procédures de divorce, promotion de l’individu et valorisation de l’enfant, droit absolu à l’enfant et progrès médicaux, pacs et mariage pour tous, matronyme, emploi et chômage… On doit donc à présent parler de familles, au pluriel.

Elles passionnent tout le monde, psychanalystes, sociologues, législateurs, réacs et progressistes… Si les intellectuels s’accordent sur la libération de la femme comme cause essentielle des évolutions familiales, leurs avis diffèrent quant aux autres raisons. L’ensemble de leurs analyses constitue une vue d’ensemble fascinante et réaliste.

À 40 ans à peine, Marie a créé, libre ou contrainte, plusieurs familles. Mariée, elle a dû renoncer à sa brillante carrière à la naissance de ses deux premiers fils. Le père les a quittés et Marie est devenue mère célibataire à la tête d’une famille monoparentale de quatre enfants. Aujourd’hui, elle a un nouveau fiancé, Pierre, lui-même père d'un garçon et d'une fille :

« On expérimente constamment. Quand je me suis retrouvée seule avec les enfants, ça a été très dur même si cela génère une solidarité inouïe autour de soi. J’ai même pensé me mettre en colocation avec une amie et son fils ».

Avec les enfants de Marie, Pierre « en fait parfois plus que leur père » et la jeune femme croit que l’altérité – la reconnaissance de l’autre dans sa différence - permet de trouver le bon équilibre, « qu’un tiers soit là de temps en temps, pour former un triangle. Ce n’est pas une question de sexe, mais de rôle : un autre adulte à côté de soi, différent avec son identité propre qui permet un équilibre, en l’occurrence familial, une complémentarité », explique-t-elle.

Benoît, lui, malgré la séparation d’avec sa seconde femme, continue de voir régulièrement le fils de celle-ci. « Il avait 2 ans quand j’ai rencontré sa mère et il a été mon beau fils pendant 10 ans, nous avons créé des liens forts », raconte-t-il. Marie et Benoît sont typiques de l’évolution des liens parentaux.

DES ARBRES GÉNÉALOGIQUES AUX MULTIPLES RAMIFICATIONS

Au sein même de la famille nucléaire les lignes bougent, puisque plus de 60 % des enfants naissent hors mariage (à Rennes, 64 % des enfants nés en 2014 sont issus de parents non mariés) autre institution en déclin. On compte 8 millions de famille en France et l’idée élargie du foyer permet de définir plusieurs archétypes : nucléaire ; monoparentale (1 famille sur 5 en France soit 20 %, dont 14 % ont un père à leur tête. 2,4 millions d’enfants sont élevés par 1 seul parent) ; décomposées en garde alternée ; recomposées (1 famille sur 10) ; homoparentale (A Rennes, de juin 2013 à novembre 2014, 64 mariages de couples de même sexe ont été célébrés) ; célibataire ayant adopté ; couple ayant adopté ; couple sans désir d’enfant.

Il y a également les Tanguy et les Boomerang, ou encore les non couples cohabitants identifiés par le sociologue rennais Claude Martin, et ses homologues américains Andrew Cherlin et Caitlin Cross-Barnet dans leur article « Living together apart : Vivre ensemble séparés ». Ils ne s’aiment plus mais sont financièrement dans l’impossibilité d’une séparation résidentielle. Enfin, les progrès de la procréation médicalement assistée (PMA) donne de plus en plus naissance à des fratries de jumeaux et triplés, en 40 ans leur nombre a doublé.

UN PEU D’HISTOIRE

De la fin du 18ème siècle et jusqu’à la Première guerre mondiale, le père a toute autorité, il gère le patrimoine qu’il lègue à son fils, auquel il a donné son nom. En 1914, la famille va se fonder sur l’amour conjugal. À partir de cette époque l’éducation des enfants devient la priorité, elle est basée sur la morale et a pour but la réussite sociale. Enfin, en 1965, prélude à mai 68, on établit l’égalité juridique entre le père et la mère, offrant un rôle inédit à chacun dans l’éducation des enfants. Celle-ci place alors l’épanouissement au centre.

En 1968, l’appétit d’égalité entre les sexes va permettre l’amélioration de la condition féminine : émancipation, indépendance, accès au travail, contrôle des naissances, puis la loi de réforme du divorce en 1975 qui permet la procédure amiable… Les changements se précipitent.

L’ANTHROPOLOGIE, POSTULAT DE BASE

Dans Les métamorphoses de la parenté, Maurice Godelier, l’un des plus grands anthropologues contemporains, met en avant trois mouvements précurseurs des mutations de la famille : l’émancipation de l’individu et l’apparition du libre choix du partenaire, l’égalité entre les sexes et la fin de la « toute puissance paternelle », et la valorisation de l’enfant. Une évolution irréversible de la société. Il ajoute que, contrairement à ce qu’on a longtemps cru, la famille n’est pas le fondement de la société.

Elle joue certes un rôle capital dans le développement de l’identité et de la personnalité des individus, et devient en ces temps où sévissent altération des liens sociaux, chômage et précarité, une zone de repli, mais ce sont les rapports politiques et religieux, et les rapports sociaux, qui font la structure d’une société. Il en va de même pour la filiation, qui n’est pas limitée au couple, et la reproduction qui n’est pas la parenté. Car le mariage n’est plus la condition sine qua non à la création d’une famille, le divorce et les familles recomposées développent la parenté non biologique, ou parenté sociale. Le rôle du beau-parent.

L’autorité n’est plus uniquement incarnée par le père biologique, et la mère n’est plus uniquement la référence protectrice. Ainsi, avec la valorisation de l’enfance, les progrès médicaux d’aide à la procréation, mais aussi le fait que l’homosexualité n’est plus considéré comme anormale, il est normal que les homosexuels désirent vivre leur sexualité librement et avoir des enfants. L’anthropologue aspire aussi à ce que l’on admette le recours aux mères porteuses, pour peu que l’encadrement juridique soit strict et réfléchi. Il s’agirait de reconnaître et d’encadrer une pratique existante.

Voilà longtemps déjà que les Françaises vont faire leurs enfants en Belgique et aux Etats-Unis. Pour appuyer ses propos, Maurice Godelier rappelle que ce sont dans les familles hétérosexuelles, dites traditionnelles, que l’on rencontre le plus d’enfants abandonnés, de femmes battues…

LE TRAVAIL ET L’EMPLOI AU CŒUR DU CHANGEMENT

Selon le sociologue Claude Martin - directeur de recherches au CNRS, spécialiste des politiques de l’enfance, de la famille et de la vieillesse, et de l’Etat social, auteur d’Etre un bon parent. Une injonction contemporaine, paru le 18 décembre aux Presses de l’EHESP (École des hautes études en santé publique) - penser qu’au sein de la famille on puisse trouver ce qui fait qu’elle bouge est faux, « elle est le miroir du monde dans lequel elle vit ».

Il considère que « dans le rapport entre famille et transformations de la société, le principal générateur de changements est l’évolution du travail et de ses conditions horaires, et de l’emploi ». Il insiste sur l’accès des femmes au salariat, puis sur la modification des heures de travail. Devenues atypiques, elles bouleversent la famille, dont les choix sont fonction des contraintes que cela génère, d’où découle également un affaissement du temps conjugal.

La famille est pilotée par des pressions, elle est le résultat des conditions qui l’environnent.

« Il faut observer les tableaux de bord familiaux sur les frigos, des planning faits avec dextérité, qui réclament des compromis conjugaux et génèrent des frictions ».
Claude Martin, sociologue.

Il convient selon lui de prendre également en compte deux variables, la trajectoire et la succession de générations.

LA FAMILLE N’EST PAS INVARIABLE

On remarque alors que les femmes ne veulent pas reproduire ce que leurs mères ont vécu. Entre 1900 et 1940, contrairement à ce que l’on croit, les femmes étaient malthusiennes (restriction démographique). À partir de 1945, il y a le fameux baby boom et son taux de fécondité aussi massif qu’inattendu. On note ensuite un taux de fécondité en chute au moment où les enfants du baby boom étaient en âge de procréer. Puis, de nouveau, la fécondité des françaises a augmenté.

Les femmes font à chaque génération l’inverse de leurs mères. On ne peut donc pas penser la famille comme invariable. Claude Martin ajoute une troisième variable, les idéologies et notamment celles qu’on entend actuellement, rétrogrades. « Le mariage pour tous est une loi conquise de haute lutte. Symboliquement c’est bien, c’est vertueux, mais statistiquement c’est epsilon. Nous avons affaire à une fiction de la part des conservateurs, ils évoquent une menace pour la civilisation en parlant d’une chose qui concerne très peu de gens. En revanche cela cache les vrais problèmes actuels de la famille, comme les conditions de vie et notamment celles des 18-25 ans. Ce mouvement réactionnaire confisque ainsi le débat sur les questions familiales », affirme-t-il.

Quant à PMA, on doit selon lui en avoir une approche juridique, éthique et philosophique, en faire une question de société, car ce sujet important ne concerne pas que les homosexuels. Enfin, l’expert souligne que la question de la famille doit se poser en fonction des âges de l’enfant, et tout au long de sa vie :

« La dépendance des personnes âgées est une question familiale ! Une vision des âges de la vie, intergénérationnelle, s’impose. Particulièrement avec le gain d’espérance de vie ».

L’ENFANT AU CENTRE DE LA PHOTO DE FAMILLE

L’idée de trajectoire de vie et de cerner la famille par rapport à chaque membre, et notamment l’enfant, Emilie Potin - maître de conférence, docteure en sociologie spécialiste de la protection de l’enfance et des liens construits au sein du placement, à Rennes – la défend aussi. L’enfant fait famille et toute cette famille bouge autour de lui. Avant il fallait se marier, aujourd’hui il faut avoir un enfant.

« La particularité dans le « faire famille » ce sont tous les possibles qui s’offrent à nous, la palette de modèles que l’on a, des outils dans nos trajectoires individuelles, c’est une liberté. Le seul lien que l’on ne peut pas défaire est la filiation, pourtant, le rôle de parents n’est pas inné, ce sont des rôles sociaux. C’est toute la question de l’égalité des sexes et du droit à l’enfant qui se concentre là ».
Emilie Potin, spécialiste de la protection de l'enfance.

Ainsi, on se leurre sur bien des modèles familiaux, comme la famille monoparentale, « Il faut arrêter avec les clichés qui voudraient, par exemple, qu’une famille monoparentale soit forcément en difficulté », argue-t-elle. Car il y a bien plusieurs parentés, biologique, d’accueil, spirituelle… et l’on doit alléger le poids des responsabilités que l’on fait porter aux parents, « il n’y a pas qu’eux ! D’autant plus qu’aujourd’hui où nous avons des espaces où l’on peut déléguer nos tâches parentales », note-t-elle.

Un enfant qui fait famille donc et qui peut être mobile, appartenir à plusieurs lignages et foyers, plus rien n’est figé. Les liens se construisent et se déconstruisent continuellement. Dans cette diversité des références il n’y a pas de bon modèle. C’est juste une question d’appropriation différente des archétypes.

« Avec ce très large éventail, il y a forcément intolérances. Mais la question principale ici est celle du droit à l’enfant. Les droits sociaux de la femme (travail, protection sociale, divorce, contraception, formation…) d’une part, et la place de l’enfant d’autre part. J’entends par là le fait qu’aujourd’hui on a le droit à la maîtrise du moment où l’on va avoir un enfant, voilà un débat intéressant »,
lance Emilie Potin.

L’ENFANT N’EST PLUS UNE ÉVIDENCE MAIS UN CHOIX

Et quand on fait le choix de ne pas avoir d’enfant, on bouscule toute la société. C’est ce qu’a observé Charlotte Debest - docteure en sociologie, auteure de « Le choix d’une vie sans enfant » aux PUR (Presses Universitaires Rennaises). « Il y a une grande tension entre deux valeurs fortes de la société contemporaine : les libertés individuelles et la famille. Chez la femme, la tension est prépondérante dans l’articulation des sphères familiale, professionnelle et personnelle. Elle choisit d’en prioriser une au détriment des autres », note la sociologue.

Selon elle, l’enfant est au cœur des différences entre femmes et hommes, dans nos représentations, puisqu’avec la contraception on déresponsabilise les hommes, et que lorsque l’on parle fécondité, on pense uniquement à la femme, comme si les hommes n’étaient pas féconds et donc mis hors jeu de la parentalité dès le début. De ce fait, tous les fantasmes par rapport à l’enfant se cristallisent autour de la femme.

« La femme est plus investie par la grossesse, elle assure 80 % des tâches domestiques, elle met sa carrière entre parenthèse, voire l’abandonne, car, elle est fatalement associée à l’instinct maternel. Pas les hommes. Alors, celle qui ne veut pas d’enfant perturbe l’ordre social, l’ordre des genres »,
raisonne la chercheuse.

La norme actuelle, très forte dans nos sociétés, est celle d’être parent, de faire famille en ayant un enfant. Cette famille est forcément associée au bien être, or c’est aussi le lieu où il y a des violences : « On n’imagine jamais que la famille est une zone de malheur, dans l’inconscient collectif c’est toujours le refuge, le bonheur ». Voilà pourquoi 95 % des gens annoncent vouloir des enfants. Et les 5 % restant ne sont jamais interrogés, notamment sur leurs motivations. « On ne leur donne certes pas la parole, mais on ne les nomme pas non plus. Aux Etats-Unis, on les appelle les « Child Free » », poursuit-elle.

Elles sont en France 4,2 %, et 60 % d’entre elles sont en couple et ont plus de 30 ans. Charlotte Debest a constaté qu’on ne prend jamais au sérieux ce qu’elles disent parce qu’il n’est pas possible de ne pas vouloir d’enfant. D’autant plus que la nouveauté de notre époque est la sacralisation de l’enfant, le droit absolu et le choix d’en avoir, oblige à les aime, d’où l’émergence d’une responsabilité parentale très prégnante, surtout pour la mère.

« Ce sont donc souvent les femmes qui sont un plus dures avec les « sans enfant », car cela les renvoie à leur propre choix et les pousse à réfléchir sur le fait que l’enfant n’est pas une évidence, mais un choix »,
continue Charlotte Debest.

Si parmi les premières raisons dans le désir de ne pas avoir d’enfant, il y a un triptyque liberté (être parent ce sont des contraintes qui briment la liberté en terme d’horaires notamment) - responsabilité (il est donc très compliqué de prendre la responsabilité de brimer sa liberté en prenant la responsabilité d’avoir un enfant, il s’agit là d’une responsabilité existentielle) - motivation (en terme de question sur le pourquoi on fait des enfants ? N’est-ce pas très narcissique ?), ces femmes « sans » ont une très haute idée du « être parent », une très haute estime de ce rôle.

Elles sont très altruistes, et pensent beaucoup à l’enfant à ne pas naître. « Pour être parent, il faut quitter un instant la rationalité pure, comme l’explique le démographe Henri Leridon dans son livre « Les enfants du désir » », conclut la sociologue.

LA FAMILLE PSYCHANALYSÉE

Que les puristes ne se méprennent pas et que les anti ne se scandalisent pas, il s’agit juste ici de tenter de décrypter ce que la psychanalyse nous apprend de la famille. Pour ce faire, Laurent Ottavi, professeur de Psychopathologie, directeur du Laboratoire Universitaire de Recherche et co-responsable du colloque « La Névrose et la famille moderne » - organisé le 20 novembre dernier, à l’hôpital Pontchaillou - nous a ouvert les portes de son cabinet.

« Dans l’émergence de ces nouveaux modèles familiaux, la psychanalyse a une responsabilité particulière. La grande surprise de Freud a été de découvrir qu’il y avait un rapport entre les névroses et les conditions de vie familiale. Les parents ne sont pas dans une position équivalente. C’est ce qui l’a mené à la découverte de l’Œdipe. Le vertige de Freud a été de croire que l’Œdipe était universel, dans les rapports tissés de désir, d’amour et de haine entre parents et enfants. Jacques Lacan, le seul à avoir pris Freud très au sérieux, a constaté qu’Œdipe n’était pas la panacée et que le modèle nucléaire n’était ni unique ni une vérité scientifique, les formes sociales évoluent. Tout dément l’épanouissement par le modèle papa-maman, et on ne peut pas entériner cela avec l’Œdipe, il faut aller au-delà », introduit le psychanalyste.

Selon Lacan, l’enfant doit se confronter à la fonction paternelle, qui est symbolique et va au-delà des seuls et simples liens du sang. Procréer n’est pas créer un lien de filiation, encore moins participer à « l’élevage » des enfants. Cette fonction peut être occupée par quelque d’autre. C’est d’autant plus vrai aujourd’hui que la science permet d’imaginer toutes sortes de configurations familiales. Dans la relation mère-enfant, pour que l’enfant se dégage, il faut une coupure, des interdits, des limites.

Quand l’enfant constate que la mère peut désirer, ailleurs, autre chose que lui, il prend conscience qu’il ne peut pas la combler, et il se détache. Et ce, qu’il y ait père ou non, car l’interdit peut venir du discours et de l’attitude de la mère. En s’appuyant sur l’Œdipe, Lacan va donc plus loin, en déclarant que dans la relation mère-enfant il faut l’intervention d’un tiers, qui n’est pas forcément le père physique.

LE PLAISIR INDIVIDUEL

Laurent Ottavi évoque que, depuis 1900, il y a eu modification des modalités de bien-être, de plaisir individuel, qui se sont précipitées dans les années 1960 et notamment avec mai 68. « Dans le discours psychanalytique, depuis les années 1960-1980, il y a cette revendication au bonheur individuel, puis à la nécessaire reconnaissance par l’autre », précise-t-il. L’idée repose sur le fait qu’auparavant on vivait bien avec sa différence, on l’admettait, on se moquait et on défiait le regard de l’autre. On a aujourd’hui besoin de lui.

Vivre son bonheur et le vivre bien ne suffit plus, il faut que cela soit reconnu et admit par la société, on est en recherche de cette reconnaissance sociale pour assumer son statut. C’est notamment vrai pour les homosexuels, les mères célibataires, les gens qui adoptent seuls… La souffrance de se sentir différent ou d’être montrer tel quel n’est plus supportable.

« La légitimation du bien être personnel est un produit de la psychanalyse », ponctue Laurent Ottavi. Quant à savoir ce que la psychanalyse entrevoit sur ce que ces nouveaux types de vie familiale génère de bonheur et de malheur, Laurant Ottavi est très serein :

« On manque encore de recul pour le savoir. Il est certain, que comme avec le modèle traditionnel, de nouvelles souffrances, des cas cliniques, émergeront. Ces modèles seront sans doute étouffants, comme l’a été le modèle traditionnel. Les nouvelles formes familiales ne font que révéler que les anciennes formes étaient arbitraires ».

LA FAMILLE ET LA LOI

« C’est la société qui a fait que le législateur légifère. Le droit n’est pas le générateur des changements de la famille et de la société », nous dit Claude Martin. Le législateur serait donc une sorte de chef d’orchestre. « Tout ce que le législatif permet pour se sentir bien, va dans le bon sens, mais sans cesse, et notamment à chaque fois que l’on défriche de nouveaux modes d’existence, nous assistons au surgissement d’oppressions. Il faut être vigilant. Pour les réacs, l’idée de bonheur individuel est immorale. Ils ont en commun avec les progressistes, l’idée que leur modèle est le meilleur, le seul valable », note Laurent Ottavi.

Pour Claude Martin, le trait culturel de La France est d’être un pays pessimiste et râleur. Cela engendre la peur du lendemain, or

« le discours de restauration d’un modèle traditionnel s’appuie là-dessus. Cette vision binaire du bien et du mal repose sur la peur. Les idéologies réactionnaires jouent là dessus et cela fonctionne avec l’amnésie générale ».

OUVRIR LE DÉBAT

Ces nouveaux modèles familiaux ont ceci de formidable, ils ouvrent un débat pluridisciplinaires, souvent houleux, et en leur sein même. Les choix éthiques et philosophiques corrélatifs sont précieux, ils doivent être discutés et encadrés. Et il convient de rester attentif pour qu’aucun retour en arrière ne soit commis ni même possible. Car, la famille restera ce lieu très intime dans lequel la société intervient sans cesse.

N’en déplaise à la minorité d’intolérants sectaires qui s’en offusque, la famille paternelle du Code Civil Napoléonien de 1804 n’est plus, vive les familles du XXIème siècle ! Sans doute sont-ils perturbés par le constat que le Pater Familias, en déclin depuis la Révolution Française, n’est pas un idéal ni achevé, ni relatif. Voilà 50 ans que les modèles familiaux ont commencé à muter sans mettre en péril notre civilisation.

En couple depuis plus de 10 ans, pacsées depuis 2004-2005, Mathilde et Caroline sont les premières femmes homosexuelles à s’être unies à la mairie de Rennes en juillet 2013. Aujourd’hui, elles sont mères de 4 enfants, conçus grâce à la PMA en Belgique. Témoignage.

Pourquoi avoir opté pour la PMA, et non la GPA par exemple, à l’étranger ?

Nous habitions en Champagne Ardenne et nous nous sentions proches de la Belgique. Pour la méthode, nous n’avions pas envie d’un tiers pour la grossesse. C’est notre famille que l’on voulait concevoir. Nous faisons appel à un donneur anonyme.

Comment ça s’est passé au niveau des démarches ?

Nous avons absolument tenu à passer par l’hôpital public. Nous avons été sur liste d’attente pendant 2 ans, c’est une procédure spécifique pour les femmes en couple. Il y a un accompagnement psy obligatoire, tout à fait pertinent d’ailleurs. Les professionnels doivent donner leur avis sur la recevabilité de notre demande. La Belgique pratique cela depuis 20 ans, l’accueil est très bon. Et il fallait trouver un suivi médical en France. On a cherché des noms de gynéco pratiquant cela pour les couples homosexuels. Il y en avait seulement 2, et les 2 avaient des dépassements d’honoraires ! Mais nous avions besoin d’un intermédiaire, c’était une relation gagnant-gagnant.

Vous avez alterné les grossesses entre vous ?

Non, c’est Caroline qui a fait toutes les grossesses. Elle en avait très envie. La finalité, c’est le bébé.

Comment a réagi votre entourage ?

Pour l’ainée, on ne l’a pas dit au début. D’une part, c’était notre projet. Et d’autre part, on ne savait pas si ça allait marcher. Une fois que le bébé est en route, c’est plus facile de l’annoncer. Pendant les démarches, déjà éprouvantes, on n’avait pas envie de rendre des comptes. Quand le bébé est né, évidemment on l’a crié à tout le monde ! (Rires)

Avoir recours à la PMA à l’étranger a-t-il une incidence sur la nationalité des enfants ?

Non, ce n’est pas comme la GPA, ça n’a pas d’incidence. La grossesse a eu lieu en France, avec un suivi gynéco normal et naturel.

Il faut quand même adopter l’enfant pour celle qui ne l’a pas porté…

Oui. Au niveau de l’état civil, l’enfant n’a qu’un seul parent. C’est Mathilde qui est allée faire toutes les déclarations de naissance. J’ai fait une tutelle testamentaire pour dire qu’elle était responsable également. Et nous avons demandé, et obtenu, auprès du tribunal de grande instance, l’autorité parentale. Elle pouvait donc tout faire avec eux, sauf les emmener à l’étranger sans mon accord.

Les démarches d’adoption sont-elles longues ?

Non, cela va très vite. Nous n’avons pas eu d’enquête sociale ou policière. Il s’agissait simplement d’un dossier administratif avec des photos, des attestations… On a plus dû se justifier lors de la demande d’autorité parentale…

Comment avez-vous vécu la protestation de la Manif pour tous ?

Très très mal ! Cela reste comme une cicatrice. Je pensais que le Pacs avait amoindri les choses mais le mouvement s’est déchainé. Ça ne fait pas de différence dans notre quotidien mais ils ont réussi à trouver de la visibilité et une écoute forte. Nous attendions de la gauche plus de droits, d’égalité. C’est comme si le gouvernement n’était pas à l’aise et nous considérait comme des sous-citoyens.

Le fait que le gouvernement n’ouvre pas la PMA en France pour les familles homoparentales n’a pas dû aider…

On n’imaginait pas que ça passerait comme une lettre à La Poste mais pas à ce point-là ! Ça a été une claque ! Ils ont autorisé la Manif pour tous a débordé.

Vos enfants ont-ils souffert de certaines critiques ?

Nous n’avons jamais eu de retours négatifs pour la plus grande, elle a 6 ans. Les jumeaux – fille/garçon – ont 3 ans et le dernier a 4 mois. La grande, nous l’avons déjà sentie gênée qu’on se présente comme ses 2 mamans. Mais à la maternelle, on les suit beaucoup pour expliquer car mieux vaut que tout soit clair dès le début. Des fois, les petits posent des questions mais ils n’ont pas encore de schéma pré-conçu alors il n’y a aucun problème. Notre fille est contente de sa famille. Après, elle a ses problèmes de petite fille, comme tout le monde.

Est-ce que vous avez eu accès toutes les 2 à un congé post-accouchement ?

J’ai eu le congé maternité et Mathilde a eu le congé de paternité ! Oui, c’est écrit comme ça. C’est au bon vouloir de l’employeur mais il a toujours accepté. Ce n’est pas le cas de tous les couples. Pour le premier congé, elle ne l’avait pas demandé, elle avait posé pas mal de congés.

Individuellement, vous vouliez avoir des enfants depuis longtemps ?

Mathilde voulait absolument avoir des enfants. Au moins 3 ! Moi, fondamentalement, je voulais en avoir. Mais je me demandais si c’était préjudiciable ou non pour l’enfant. Après ça, je n’ai pas eu d’hésitations.

Les associations, comme Arc-en-ciel, vous ont-elles aidé dans votre réflexion et vos démarches ?

Oui, un peu. Sur les parcours et les retours d’expérience. On va à quelques rencontres, 1 ou 2 fois par an. C’est sympa, surtout pour les enfants. C’est important qu’ils voient qu’il existe plusieurs schémas familiaux. Différents du leur et similaires aussi. C’est aussi pour ça qu’on explique clairement notre schéma à l’école ou en dehors. Et ça se passe plutôt bien. Même si c’est parfois fatiguant et que l’on aimerait ne pas se justifier en quelque sorte. Maintenant, c’est un peu différent, on est très investies dans la vie de l’école et ils nous connaissent bien.

Quelle est votre conception de la famille ?

Pour nous, elle n’est pas basée sur le biologique. Ce qui est important, c’est l’affectif, la responsabilité des parents, l’éducation que l’on donne à ses enfants, les valeurs qu’on leur transmet. En tout cas, il n’y a pas que le sang qui compte. Et l’argument de la nature, ça me hérisse les poils !

Tab title: 
Le jeu des 7 familles, et plus si affinités...
Familles, je vous aime
Priorité mères isolées
Mariées, 4 enfants