Fenfo - Fatoumata Diawara

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Elle chante la souffrance de la séparation aussi bien que l’espoir d’un avenir meilleur. Fatoumata Diawara s’impose dans un mélange de tradition et de modernité, croisant percussions africaines et sons électriques.
Text: 

Elle est actrice, comédienne, chanteuse, compositrice, interprète, musicienne. La liste est longue. On la connaît pour son rôle dans Timbuktu, d’Abderrahmane Sissako, dans la comédie musicale Kirikou et Karaba ou encore pour sa contribution au projet « Lamomali » de Matthieu Chedid, qui produit d’ailleurs le nouvel album de l’artiste malienne, Fenfo.

Un disque qui s’adresse à la jeunesse et aux générations à venir. Pour qu’elles prennent confiance en elles et soient fières de ce qu’elles sont. En bambara, elle chante dans « Kokoro » :

« Nous préférons dépigmenter notre peau pour ressembler aux Occidentaux. Nous essayons de plaire aux Asiatiques en leur bradant nos terres. Pourquoi ne sommes-nous pas fiers de nous-mêmes ? »

Elle chante la souffrance de la séparation aussi bien que l’espoir d’un avenir meilleur. Mais surtout Fatoumata Diawara s’impose dans un mélange de tradition et de modernité, croisant percussions africaines et sons électriques.

Elle nous entraine avec entrain dans une afro pop rythmée et énergique qu’on ne se lasse pas d’écouter et de découvrir.

Main image: 

Canine - Canine

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Son premier EP est une expérience sensible durant laquelle tous nos sens se mettent en éveil pour explorer de nouvelles sensations auditives et viscérales. L’esprit s’égare et on y prend goût.
Text: 

On savait déjà, sans jamais avoir entendu sa musique, que Canine avait crée un véritable phénomène dès ses premières chansons diffusées. Parce que l’artiste entretenait alors le mystère autour de son identité.

Un mystère qui peu à peu se dissipe autour de celle qui se cache derrière une voix électro-soul singulière, teintée d’un petit côté groovy qui vient éclaircir la tonalité mystique de sa musique planante. On comprend que tout chez Canine est une énigme.

Si on sait qu’elle est de sexe féminin, rapidement, on cesse de se focaliser sur sa voix, tant l’esprit futuro-cosmique de son univers nous happe dans une autre dimension. Notamment avec la chanson « Temps », dont le texte est écrit en français, qui nous saisit les tripes pour les remuer dans une sorte de transe électro angoissante et pourtant tellement addictive.

Son premier EP est une expérience sensible durant laquelle tous nos sens se mettent en éveil pour explorer de nouvelles sensations auditives et viscérales. L’esprit s’égare et on y prend goût.

Main image: 

Records - Tracey Thorn

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Elle balance un gros poing dans la figure de tous les détracteurs de la pensée féministe. On se laisse voguer sur et dans son âme qu’elle livre avec beaucoup d’humilité et de simplicité.
Text: 

Elle est de celles qui prennent les chemins qu’elles veulent et qui prennent le temps. Si elle refuse de monter sur scène depuis maintenant 15 ans, Tracey Thorn a tout de même repris le chemin du studio pour enregistrer les 9 titres de Records, après 8 ans sans chansons originales.

Celle qui a fait partie des Marine Girls et de Everything But The Girl nous ravit de ce 5eopus solo qui fleur la pop britannique des années 90. De sa voix grave et suave, elle nous chante toutes les femmes qu’elle a été lors de son parcours. Parce que pour elle, raconter un épisode de la vie d’une femme est un acte militant, un acte féministe.

Influencée par l’incroyable Patti Smith à ses débuts, elle a pris la voie de l’émancipation et de l’introspection. Elle « fight like a girl » dans « Sister » et elle montre que ce n’est pas nécessairement péjoratif. Elle pense, aime, vit, etc. comme une fille. Parce qu’elle est une fille et qu’elle n’a pas à en rougir.

Elle balance un gros poing dans la figure de tous les détracteurs de la pensée féministe. On prend la route avec elle et on se laisse voguer sur et dans son âme qu’elle livre avec beaucoup d’humilité et de simplicité.

Main image: 

Les filles sages vont au paradis les autres vont où elles veulent - Samuele

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Samuele signe un premier album fougueux et ambitieux, queer et féministe, qui nous libère grâce à son talent d’artiste multi instrumentiste et à sa plume bien affutée.
Text: 

C’est sûr, Samuele sait aiguiser notre curiosité. Avec le titre de son album, elle vient chatouiller nos papilles, bien friandes des saveurs des slogans féministes. Avec le contenu des 12 chansons, elle satisfait notre appétit. Dès la première bouchée, intitulée « Égalité de papier » :

« Sans cesse bombardée / Par le même refrain / Si t’es pas bonne à marier fille / T’es bonne à rien / Surveille ton poids, surveille ton langage / Répond « oui, papa » et reste bien sage / (…) / Sans cesse bombardée / Par le même refrain / Si t’es pas bonne à baiser fille / T’es bonne à rien / Ouvre grand ton clapet, seulement quand t’es à genoux… »

On en redemande de cette poésie incisive et militante, on déguste la subtilité avec laquelle l’artiste québécoise nous chante l’intimité et on savoure son énergie qu’elle accompagne de mélodies blues, folk et rock. Elle n’hésite pas à alterner, mélanger, sortir des normes.

Elle a des choses à dire et elle sait le faire de plusieurs manières. Jusqu’à nous offrir avec « Dactylo » et sa voix céleste un véritable moment suspendu. Samuele signe un premier album fougueux et ambitieux, queer et féministe, qui nous libère grâce à son talent d’artiste multi instrumentiste et à sa plume bien affutée.

Main image: 

Sorry, not sorry - SheWolf

Posts section: 
List image: 
Summary: 
D’entrée de jeu, elles laissent transparaitre leur besoin de libertés, hors du cadre et des sentiers battus. Elles cracheront leur rock le 1er mars, au Mondo Bizarro. Sûr que ça doit en j’ter !
Text: 

Les dix compositions de l’opus des SheWolf ne seront révélées que le 14 février. En attendant, il faut se contenter du single « Would you stand it (if I forgave you) ? », qui donne toutefois un bel aperçu du potentiel de ce groupe grunge composé de trois musiciennes.

Issues de la culture Do It Yourself, elles balancent un côté brut, sauvage et presque sale. Ça sonne crade, amateur. Et on aime bien cette ambiance un peu déséquilibrée, fragile, et pourtant puissante, déjantée et engagée.

Les rockeuses normandes, grandes finalistes en 2016 du tremplin régional « Du bruit dans les longères », à l’Arsenal (dans la région du Perche), trace leur chemin dans l’expression d’une rage poétique bien décidée à ne pas se faire capturer et apprivoiser.

D’entrée de jeu, leur nouveau single laisse transparaitre leur besoin de libertés, hors du cadre et des sentiers battus. Elles cracheront leur rock en live, le 1er mars, au Mondo Bizarro. Sûr que ça doit en j’ter ! 

Main image: 

Bleu Amer - Sophie Ladame & Sylvère Denné

Posts section: 
List image: 
Summary: 
L’émotion est omniprésente, dans la beauté des dessins, réalisés en style croquis sur du papier kraft, dans la sensibilité des regards et dans la justesse du texte. Saisissant. Sublime. Spectaculaire.
Text: 

1944, île de Chausey. Les années, la routine, ont fini par éloigner Pierre et Suzanne. Lui, passe sa journée à pêcher des homards, avant de filer au bistrot du village. Elle, remplit ses tâches et met sa solitude au service de promenades à pied sur les bancs de sable.

Lorsqu’un parachutiste américain débarque accidentellement sur l’île, le couple décide de s’occuper de lui et de le cacher aux Allemands, ce qui déplait fortement à certains habitants.

Si Chausey est quelque peu « hors de la guerre », son arrivée va bouleverser le quotidien de chacun-e, révélant en eux/elle leur part d’humanité et la complexité qui en émane, loin d’une vision manichéenne.

L’émotion est omniprésente, dans la beauté des dessins, réalisés en style croquis sur du papier kraft, dans la sensibilité des regards et dans la justesse d’un texte qui sait parfaitement s’incruster dans les éléments visuels, sans jamais les écraser. Saisissant. Sublime. Spectaculaire. 

Main image: 

Le sens de la fête - Olivier Nakache & Eric Toledano

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Le film ausculte avec élégance le bonheur et le mal-être des gens. Un effet loupe très bien rythmé qui scanne la déconfiture sociale, culturelle et morale d’une époque.
Text: 

Max est un traiteur de longue expérience. Un peu au bout du rouleau et un peu en bout de parcours, il synchronise ses équipes pour un mariage somptueux dans le décor d’un château du 17ème siècle. Serveurs, cuisiniers, musiciens et photographe, tous travaillent pour que la fête soit belle et réussie.

Depuis les préparatifs jusqu’à l’aube, tout ce petit monde s’affaire à sa tâche et tous rendent compte au maître en ces lieux, Max. Il est l’homme de la situation et si les doutes, les malentendus et les fausses notes s’invitent au mariage, Max à la solution pour chacun des problèmes à régler. Afin d’éviter la débâcle et face à un déroulement plutôt imprévu garni de drames d’infortunes en cascade, Max va devoir être inventif et créatif.

Les réalisateurs Nakache et Toledano se sont passionnés pour le monde un peu secret des coulisses des fêtes de mariage. Bien que moins universelle que les derniers scénarios des cinéastes, la thématique captive néanmoins et se gorge d’une multitude de situations comiques et sarcastiques. Unité de temps, de lieu et d’action, l’ensemble ayant deux mondes différents qui se confrontent, on est proche des célèbres mises en scènes du géant Robert Altman.

Si Le sens de la fête n’est pas le film le plus réussi du duo le plus courtisé du cinéma français, il ausculte avec élégance le bonheur et le mal-être des gens. Un effet loupe très bien rythmé qui scanne la déconfiture sociale, culturelle et morale d’une époque.

Main image: 

In the fade - Fatih Akin

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Si la fin est quelque peu inattendue, le film est une œuvre fracassante et puissante qui oblige les acteurs à être complètement dévoué à leurs rôles.
Text: 

De nos jours, Katja et Nuri vivent le grand amour dans la ville de Hambourg où ils élèvent leurs fils Rocco. D’origine kurde, Nuri travaille dans une petite agence d’un quartier multiculturel. Pour Katja, tout s’effondre lorsque son fils et son mari sont pulvérisés lors d’un attentat à la bombe sur le lieu de travail de ce dernier.

L’effroi est terrible et la douleur insupportable. Bien décidée à comprendre et à faire payer aux responsables le prix de l’assassinat de son mari et de son fils, Katja devra faire face à une procédurale et insidieuse justice. Même si tout rend coupable et semblent désigner sans équivoque comme auteurs du crime les deux accusés, ces derniers seront acquittés par le jury.

De là naîtra l’injustice et l’amertume de devoir vivre avec la certitude que les meurtriers de sa famille n’auront pas à assumer leurs actes. La volonté de vengeance de la femme anéantie fera naître une obsession de réparation à la fois conscientisée et instinctive. Inspiré par la série de crimes racistes qui ont eu lieu en Allemagne entre 2000 et 2009, Fatih Akin présente une œuvre crépusculaire et sans issue.

Si la première partie du film procède comme un thriller, la seconde raisonne de manière beaucoup plus émotionnelle et impose à Diane Kruger qui interprète Katja, une envergure dramatique féminine impériale et une posture de veuve vengeresse très persuasive. Si la fin est quelque peu inattendue, le film est une œuvre fracassante et puissante qui oblige les acteurs à être complètement dévoué à leurs rôles.

Main image: 

Ruins - First Aid Kit

Posts section: 
List image: 
Summary: 
Elles se permettent de partager leurs expériences et ressentis. Fort, touchant et intense. Souhaitons leur de poursuivre dans cette voie, hors des sentiers battus.
Text: 

Elles faisaient un grand écart entre leurs albums et les live. Les sœurs Söderberg le disent elles-mêmes, on leur a souvent reproché des disques trop élégants, alors qu’elles savent sur scène se défaire de ce côté lisse. La musique des suédoises Johanna et Klara, aux voix et aux harmonies savoureusement folk, n’est pas dénuée de relief.

Bien au contraire. Quand l’une des deux (Klara en l’occurrence) couche sur le papier et en musique son désarroi face à une rupture amoureuse, c’est (hélas pour elle) prenant et marquant. Elles l’affirment dans les Inrocks, elles voulaient « que cette douleur soit palpable ». C’est réussi.

Peut-être qu’il leur fallait vivre des émotions en grand (et une bonne tempête de neige) pour parvenir à s’enfermer des heures, des jours et des semaines, face à leurs morceaux. Pour en faire ressortir et ressurgir ce qu’il y a de plus viscéral chez un être blessé.

Ainsi, elles se permettent et s’autorisent à partager leurs expériences et ressentis. Fort, touchant et intense. Souhaitons leur de poursuivre dans cette voie, hors des sentiers battus. 

Main image: 

Milagro Sala, l'étincelle d'un peuple - Olivia Dujovne Ortiz

Posts section: 
List image: 
Summary: 
L'auteure dresse le portrait d’une femme généreuse, engagée, anticonformiste, butée, autoritaire et à la détermination admirable et inspirante, qui semble sans limite.
Text: 

Elle est ses yeux à l’étranger. Pour que la communauté internationale sache l’injustice (et le danger de mort) que subit Milagro Sala, emprisonnée depuis maintenant deux ans. La journaliste, originaire de Buenos Aires, installée en France depuis 30 ans, est partie dans la province argentine de Jujuy, à la rencontre de cette femme hors du commun.

Fondatrice de l’association Tupac Amaru, elle est devenue la mère de milliers d’enfants de la rue, en créant des écoles, des habitations et des centres de santé, agissant contre les violences faites aux femmes et pour l’affirmation des un-e-s et des autres. Un travail colossal que le gouvernement ne digère pas, allant jusqu’à incarcérer de manière arbitraire – et contre l’avis de la Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme – celle qui se revendique indienne des Peuples Originaires d’Amérique du Sud.

Alicia Dujovne Ortiz, qui voit là une héritière d’Eva Perron, dresse le portrait d’une femme généreuse, engagée, anticonformiste, butée, autoritaire et à la détermination admirable et inspirante, qui semble sans limite, si ce n’est sa capacité à se remettre en cause.

À travers le destin de Milagro Sala, l’auteure témoigne de la réalité d’un système corrompu et dysfonctionnel dans un pays dont on oublie le métissage, rayant d’un trait toute une partie de la population qui ne demande qu’à poursuivre son chemin, en toute dignité.  

Main image: 

Pages