Célian Ramis

Les Embellies : Ils font le festival 1/2

Posts section: 
Related post: 
132
List image: 
Summary: 
Premier soir aux Embellies : à la rencontre des artistes.
Main images: 
Text: 

Cheek Mountain Thief et Florian Mona ont ouvert la 15e édition du festival Les Embellies, mercredi 20 mars à l’Ubu. Une première soirée calme et conviviale !

En ce début de festival, la salle de concert n’affichait pas complet. Pourtant les deux groupes annoncés sont attendus : Cheek Mountain Thief et Florian Mona. À l’entrée, Chloé, étudiante en 3e année d’information-communication à Rennes, est chargée du merchandising.

Elle est ici, pour la première fois, en tant que bénévole : « J’avais eu un écho positif de ce festival et j’étais curieuse de le découvrir par moi même ». Au début du mois, une réunion avait été organisée pour établir le planning et expliquer le rôle de chacun. Service, installation du matériel, préparation des soirées, merchandising, Chloé travaille sur différents postes. « C’est agréable, on discute avec les spectateurs, on entend la musique… », explique-t-elle, en profitant de la bonne humeur répandue par Cheek Mountain Thief.

À la fin de leur concert, les musiciens s’accordent un moment pour profiter du bar. Le groupe est en France pour une dizaine de dates : « Nous tournons seulement dans ce pays. Je crois que le disque est apprécié en France. En tout cas, dans Les Inrocks… (rires) », explique le chanteur, Mike Lindsay. Son nom peut sembler familier.

C’est le leader de Tuung, groupe anglais venu à Rennes en 2007 pour les Transmusicales. Quelques mois plus tard, il rencontre une fille en tournée et part en Islande pour la revoir. La suite, il nous la raconte sur scène : « Je suis allé dans le Nord et j’ai été tellement inspiré que je suis resté là bas, à Reykjavik et à Hùsavik, un petit village ». Entre temps, il a rencontré d’incroyables musiciens, revu la fille (et compte l’épouser, confie-t-il hors de la scène), enregistré un album de folk avec la formation Cheek Moutain Thief (et, à côté, un disque avec Tuung).

Avant de retourner avec ses musiciens, Mike Lindsay nous conseille trois groupes islandais qui l’ont inspiré : « Sin Fang, de la black pop, Soley, membre de Sin Fang qui a lancé son projet solo, et Gruska Babouchka, un mélange de choses hantées pour les enfants (rires)… C’est le groupe de ma copine ! »

Quelques heures plus tard, c’est au tour de Florian Mona de descendre de scène et de nous parler de son parcours musical. Au milieu des années 90, cet originaire de Laval (installé à Rennes depuis dix ans maintenant) se lance, avec des amis, dans le groupe Twirl Comics.

« Nous chantions en anglais, nous cherchions à avoir une envergure indé », explique-t-il. Cinq ans plus tard, le groupe s’arrête, « au bon moment puisqu’aucune amitié n’a été usée ». Et d’ailleurs, Florian Mona va poursuivre sa carrière avec un ami de Twirl Comics, Maël, qui monte à cette époque sa formation et cherche des musiciens : « Nous y avons participé avec Romuald, aujourd’hui ingé son sur la tournée ».

Si le premier album rencontre un grand succès, le deuxième peine à trouver sa place. Florian lance alors Monarica, un projet folk avec un DJ sur scène, dans lequel il n’arrive pas à se retrouver au bout d’un an. « Je voulais composer des choses plus personnelles », dit-il. En 2009, il sort son premier album solo chez Naïve et tourne pendant deux ans et demi.

Aujourd’hui, il revient sur le devant de la scène avec un spectacle en avant première puisqu’il est en résidence à l’Ubu pour le festival Les Embellies. Il est de retour aussi avec deux musiciens qu’il connaît bien : le batteur Mathieu Languille, de Montgomery, et le bassiste-claviériste Samuel Chapelin, de Manceau. Deux groupes qu’il invite à monter sur scène ce mercredi 20 mars : « Ce n’est pas uniquement parce qu’ils bossent avec moi sur ce spectacle. Ils font partis de ma famille musicale et leur musique me parle ». Autre artiste que Florian connaît bien : Yann Tordeonde Lesueur, qui a réalisé le clip de son titre Le Large.

« Il a bossé aussi avec Montgomery, a joué à la Route du Rock… Et puis nous avons une culture ciné commune (Michel Gondry pour n’en citer qu’un, ndlr). Musicale aussi ! », précise-t-il. Le chanteur, fatigué après sa performance, nous livre tout de même quelques projets futurs : des premières parties de concert, des dates à l’étranger, des titres en radio, voire en télé… Florian Mona semble s’être retrouvé avec des chansons en français, dans un style « plus noisy pop et moins folk que d’habitude » et une scénographie simple, composée de quelques néons. Celui qui souhaitait revenir à une musique proche de ses influences (New Order, Grandaddy,…) nous livrera son deuxième album Les Héroïnes, le 29 avril prochain. Un deuxième album très attendu !

Célian Ramis

Les Embellies : Cheek Mountain Thief et Florian Mona

Posts section: 
Keywords: 
Related post: 
131
Location: 
Ubu, Rennes
List image: 
Summary: 
À l'occasion du festival Les Embellies, Cheek Mountain Thief et Florian Mona étaient en concert à l'Ubu, à Rennes.
Main images: 
Text: 

Mercredi 20 mars, dans le cadre des Embellies de printemps, l’Ubu accueillait deux ovnis : un musicien londonien exilé en Islande et un artiste lavalois-rennais en résidence durant cette 15e édition.

A peine arrivé sur scène, Mike Lindsay, alias Cheek Mountain Thief, tout droit échappé de Tuung et entourés de ses musiciens et musiciennes islandais, a fait dodeliner l’Ubu sur ses rythmes de folk bucolique et expérimental. Entre les chansons, il raconte son voyage à Husavik, petit village de pêcheur au nord de l’Islande, où il s’est installé pendant deux mois, dans une cabane face aux montagnes, cherchant le calme et la solitude, mais où il a rencontré, dans l’unique pub du village (ouvert seulement le samedi, précise la violoniste) les musiciens qui l’accompagnent dans sa tournée en France : un batteur (fish-farmer dans le civil), une trompettiste, une violoniste, un bassiste, un guitariste et un claviériste.

L’ambiance intimiste de l’Ubu colle parfaitement avec le côté radieux, optimiste, mélodieux de l’étrange orchestre anglo-islandais qu’est Cheek Mountain Thief.

A peine le temps d’une bière et d’une cigarette, qu’un son rock electro, basse et guitare et synthés et batterie, envahit l’Ubu. Florian Mona est accompagné du batteur Mathieu Languille, de Montgomery, et du bassiste-clavieriste Samuel Chapelain, de Manceau. Florian Mona est plus timide, plus réservé que Mike Lindsay, il annonce qu’il est en résidence à l’Ubu depuis deux semaines, dans le cadre du festival Les Embellies, et qu’il a préparé un spectacle tout frais, tout neuf.

« C’est la classe quand même de jouer à l’Ubu« , ajoute-t-il. Pourtant, c’est hors de la salle de concert qu’il nous emporte alors, avec des mélodies noisy, parfois pop, parfois sombres, des textes poétiques et des néons, disposés sur la scène, qui crépitent. Après quelques chansons, les invités de Florian débarquent : Valérie Leulliot, du groupe Autour de Lucie, pour un duo qui sortira bientôt en bonus (du prochain album ?). Tambourin pour elle, guitare acoustique pour lui, et la voix des deux : Je suis ton tueur/tu es mon tueur. Ca promet.

Les copains de Montgomery viennent ensuite faire les choeurs, et à la chanson suivante, cette petite chorale s’agrandit des membres du groupe Manceau, et tous ces mecs, sur la scène, fredonnent, tandis que Florian chante « Nous iront jusqu’au bout/il ne faut pas faiblir/pour rester vivant ». Les filles du public ont l’air plutôt contentes. Pour le rappel, Florian Mona interprète Le Large, le single qu’on fredonne depuis quelques mois déjà, et qui nous met tellement l’eau à la bouche pour l’album à venir.

Célian Ramis

Travelling : Güz II joue avec le feu

Posts section: 
Related post: 
129
List image: 
Summary: 
Rencontre entre La Guerre du feu de Jean-Jacques Annaud et la musique instrumentale des Rennais de Güz II.
Main images: 
Text: 

Samedi soir, le Tambour accueillait une séance ciné quelque peu particulière, dans le cadre de Travelling, puisqu’il s’agissait d’un ciné-concert. Une rencontre entre La Guerre du feu de Jean-Jacques Annaud et la musique instrumentale des Rennais de Güz II.

Intégrer ce ciné-concert à la programmation de Travelling n’est pas un hasard puisqu’une partie du film a été tournée en Ecosse mais aussi car il s’agit d’une collaboration Clair Obscur et MJC Antipode (la performance a déjà été réalisée en septembre 2012 pour le ciné-concert en plein air devant l’Antipode, ndlr). C’est aussi l’occasion de surprendre les spectateurs grâce à un mélange détonnant entre un réalisateur français et un groupe rennais dont le nom Güz II, à consonance nordique, «  nous est tombé du ciel et ne veut rien dire de particulier».

« Nous voulions un film des années 80, sans dialogues, mais pas muet, qui nous inspire bien pour jouer », nous explique Fabien, saxophoniste du groupe, à la fin de l’événement. Trois semaines de travail auront suffit à mettre La guerre du feu, de Jean-Jacques Annaud, en musique. Mais le groupe est allé plus loin, créant « une version électrique pour les salles de concert et une version acoustique, de rue, car c’est ainsi que le projet est né ».

Pendant 1h40, les spectateurs vont assister à l’alliance d’un cinéma des années 80 (on pourra sentir que la bobine a longtemps tourné dans les salles) racontant une aventure préhistorique et d’une musique orchestrale oscillant entre douceur et mélodies animales. Au centre de la scène, un écran de cinéma. Et sur la droite, le trio rennais, tout de noir vêtu. Ils n’auront pas oublié également de se masquer le visage, comme pour chaque concert.

Trois hommes préhistoriques, trois musiciens contemporains

A l’écran, un trio d’hommes préhistoriques, proches de l’homme de Neandertal, partant à la recherche du feu. Car à cette époque, leur tribu connaît l’usage du feu, sait le conserver mais ignore comment le produire. Sur le côté de la scène, un trio aussi qui définit sa musique comme du « rock instrumental de rue ». La différence : ces trois musiciens rennais savent produire et conserver le feu durant leur concert. Saxophones, violon, clavier, guitare, boîte à rythmes, mandoline, flûte à bec, batterie ou encore percussions, une dizaine d’instruments est réunie pour porter les spectateurs au cœur du récit.

Des sonorités rock, primitives mais aussi des notes mystiques créées par les voix envoutantes des musiciens… Güz II, qui puise une partie de ses influences dans la musique de films, recrée l’ambiance adéquate et nous fait redécouvrir l’œuvre de Jean-Jacques Annaud, sous un angle contemporain et dynamique.

Célian Ramis

Sylvie Jourdan, son accordéon et sa philosophie de l'ivresse

Posts section: 
Related post: 
116
List image: 
Summary: 
Rencontre avec Sylvie Jourdan, une accordéoniste à la gouaille de vieille rockeuse, qui nous reçoit pour partager autour de sa passion pour son instrument et autour de sa philosophie de l'ivresse.
Text: 

Le festival Le Grand soufflet est de retour pour sa 17e édition. Jusqu’à près de 33 communes mettent à l’honneur “l’outil qui a voyagé dans le monde entier” : l’accordéon. Et cette année, c’est la Louisiane qui sera la vedette avec Clifton Junior Chenier, les Magnolia Sisters ou encore Whiskey and women. En parallèle se déroulera le Petit soufflet. Les bars seront envahis par le blues, le jazz et le rock. Nous nous sommes intéressés à Sylvie Jourdan, l’accordéoniste de Fuckin’hell Orkestar, qui se produira ce soir au Oan’s pub. RDV à 21h ! 

 On fait ce qu’on veut et ce qu’on a envie”, déclarait Etienne Grandjean, directeur artistique du Grand soufflet, lors de la présentation du festival à la presse. Cette phrase pourrait correspondre à Sylvie Jourdan. On vous explique un peu. Cette accordéoniste de 45 ans nous accueille chez elle afin de nous faire découvrir son univers.

Assise sur une chaise, son accordéon sur les genoux, cette musicienne dévoile une personnalité envoûtante, pleine d’énergie, de poésie et de modestie. Ses premières expériences artistiques remontent à ses 7 ans : “J’accompagnais ma grand-mère qui chantait Fréhel. Elle était garde barrière et souvent les cheminots passaient et aimaient faire la fête. C’était très sympa”. Alors pourquoi l’accordéon ?

Aucune certitude à ce sujet. Mais il ne s’agirait pas forcément d’un hasard puisque son oncle et son grand-père en jouaient. D’ailleurs, des années plus tard, elle retrouvera un cousin, lui aussi devenu musicien et travaillera avec lui et Vincent Courtay. Et lui, pour info, c’est Steph Machin (à découvrir sur MySpace). Revenons à nos moutons et à Sylvie Jourdan. C’est à l’oreille qu’elle va apprendre à jouer, en essayant de retrouver les notes que chante sa mémé. Puis elle prendra des cours particuliers “en mode éducation musette” avant de monter à Paris en 1987. Elle est alors âgée de 18 ans et commence à goûter à la vie de bohème en jouant dans les bars et les rues de Montmartre, “mais surtout sur la place du Tertre” et fréquente  les bars près de la rue de Lappe (vers Bastille).

Elle y fait des rencontres, notamment celle de guitaristes manouche,  Maurice et Joseph, ce dernier étrangement surnommé Le roi de la pompe ! Sans oublier un super accordéoniste, Jo Privat et plein d’autres. L’été, elle vient jouer à Saint-Malo et en 1993, elle s’installe à Rennes.

Une carrière de folie

Au détour d’un pub irlandais, elle s’accoquine avec les Jack’O lanternes où chacun amène sa touche perso. Elle se met alors à composer et ne s’arrêtera pas de le faire : “C’est thérapeutique pour moi”. Nous sommes alors en 1996. Un an plus tard, une rencontre semble bouleverser sa vie. Avec Soazig Le Lay, elles montent le groupe Les Oisives. Ensemble, elles sortent deux albums : Salto arrière en 2003, L’intangible en 2005. Le duo partage la même philosophie de l’ivresse. Elles partagent “le fait de vivre l’instant présent. On appréciait de ne rien faire et on avait un vrai partage”.

Ce qui leur vaudra un joli succès sur scène. Les filles vont pourtant décider d’emprunter des chemins différents pour voguer vers un nouvel horizon. Et ce dernier prend la forme du groupe Carbel, une formation de 4 musiciens avec qui elle enregistrera deux albums dont un live à Chartres-de-Bretagne. En 2008, elle fait la connaissance d’Alan Corbel avec qui elle va s’embarquer dans l’aventure Fuckin’hell Orkestar. “A ce moment-là, avec lui et des amis que l’on avait en commun avec Soazic nous étions beaucoup chez moi. Une sorte de thérapie de groupe. On a alors voulu lancer ce groupe en hommage à Soaz’”, explique-t-elle. Pour le nom du groupe, l’histoire est fun.

En effet, un ex copain de Sylvie était irlandais “alors forcément ça y allait sur les “fuckin trucs” et les “fuckin machins”. Et Soaz le connaissait bien et on avait fini par le dire souvent aussi”. Le groupe va alors lancer le pari de Fuckin’hell Orkestar, “fait pour se détendre, s’amuser et faire ce qu’on ne pouvait pas faire”. Tiens, y  aurait-il une ressemblance avec la phrase d’Etienne Grandjean ? Et d’ailleurs, Sylvie est une habituée du Grand Soufflet puisqu’elle y a participé avec Les Oisives ainsi que Fuckin’hell orkestar l’an dernier. Depuis, elle a sorti un album intitulé Rochebonne, sur lequel elle a travaillé avec Emeline, la tubiste  du groupe. Un bel opus, vendu pendant les concerts, qu’elle qualifie “d’album transitoire”. Une manière de passer à autre chose par rapport à elle même.

Cette femme dynamique, pleine de projets en tête et pleine de douceurs nous émeut. Sensible et franche, elle avoue qu’après un break d’un an et demi dans la chanson, elle vit une période de renaissance : “Il faut que je chante mes chansons”. Et nous, on est ravis parce que sa voix rauque, nous on l’aime bien. Son style qui mêle jazz manouche, fanfares d’Europe de l’est et chanson française, on est fans. Ajoutez à cela sa gouaille de rockeuse absolument fascinée par David Bowie, rebutée par la musique bretonne et son regard à la fois pétillant et innocent et vous avez une accordéoniste de folie.

La fibre musicale jusqu’au bout des ongles

Et oui, c’est ça l’esprit Jourdan & cie comme elle dit. Parce que là, on vous a résumé les choses de manière un peu grossière mais Sylvie Jourdan, elle, ne s’arrête pas là. On a même envie de dire qu’elle ne s’arrête jamais de jouer, de pianoter, de tirer sur le soufflet qui entame des va-et-vient qui semblent si faciles à effectuer. Sylvie, elle, a l’air de faire ça sans se fatiguer. Alors vous me direz, c’est son métier. 

Mais cela n’empêche que nous restons collés au canapé lorsque la charismatique musicienne se met à jouer. Alors, nous, on essaye un peu de comprendre. “Avec la main droite, on fait la mélodie. Et avec la main gauche, on fait tous les accords, la rythmique. La partie du milieu, c’est le soufflet. Selon les mouvements du soufflet, on gagne en intensité. J’aime penser que c’est l’âme de l’accordéon”, explique Sylvie. Si elle n’avait pas joué de l’accordéon, elle aurait peut-être été tentée par la basse : “j’adore ça. J’aimerais jouer de la basse dans Fuckin’Hell qui est plus rock”. Ou alors de la scie musicale. “J’adore, c’est comme une voix humaine”. Bref, elle aime la musique et transmet cette passion à ses enfants qui jouent de la batterie, du violon, de la guitare, du piano ou encore de la basse. Joyeux bordel dans la baraque hein ?!

Et bien pas tant que ça apparemment : “On fait parfois des boeufs à la maison, tous ensemble. C’est de l’éveil !” Pas banal comme éveil. En tout cas, là dedans, l’ambiance semble joyeuse et tout cela nous donne envie de nous installer dans un bar style Bistrot de la Cité, Café des bricoles ou encore au Oan’s à l’heure de l’apéro pour assister à un petit concert improvisé de Sylvie Jourdan et Vincent Courtay… En attendant de saisir cet instant privilégié, on vous donne rendez-vous au Oan’s le 19 octobre pour faire la fête !
 

Célian Ramis

Le Grand Soufflet : L'esprit folk de Whiskey and Women

Posts section: 
Keywords: 
Related post: 
118
List image: 
Summary: 
Jeudi 18 octobre, les trois filles de Whiskey and Women sont venues faire un petit tour sous le chapiteau du Grand Soufflet. Elles en ont profité pour mettre le feu à la salle, à coup de musique cajun.
Text: 

En fin d’après midi, jeudi 18 octobre, les trois filles de Whiskey and Women sont venues faire un petit tour sous le chapiteau du Grand Soufflet. Elles en ont profité pour mettre le feu à la salle, à coup de musique cajun. Ça, ce n’est pas commun, hein ?!

Programme chargé cette semaine pour les trois californiennes. Des concerts dans la métropole rennaise en fin de semaine dernière, un stage de danse cajun, un passage au diapason mardi midi, un show hier soir sous le chapiteau et deux séances de rattrapage ce soir et demain à Pacé et à Domloup. On peut dire qu’elles ne sont pas venues pour rien. En effet, elles sont venues nous faire découvrir la musique cajun. La musique de Louisiane.

La musique cajun, aussi appelée la musique cadienne, vient de l’émigration des Acadiens (partie du Canada) en Louisiane en 1755 au moment du « Grand dérangement ». Expression employée pour désigner la déportation, par les britanniques, du peuple francophone d’Amérique, les Acadiens, en Louisiane.

Et ça tombe bien puisque la Louisiane, c’est le thème de cette 17e édition du Grand Soufflet (et petite digression, la musique cajun comprend aussi la musique Zydeco qui a été popularisée dans les années 50 par Clifton Chenier dont le fils jouera ce soir sous le Chapiteau à 20h30 : Clifton Junior Chenier & The Red Hot Louisiana Band). Un thème défendu aussi par Steve Riley et Mama Rosin entre autres, également présents durant le festival.

Du whiskey et de la folk

Bref pour revenir à nos trois musiciennes, elles étaient donc hier soir place du Parlement à Rennes pour un concert qui nous a fortement séduit. Trois nanas, un accordéon, deux violons, un tambourin, trois voix. Le whiskey qui coule à flot dans les textes de leurs chansons.

Des animaux en vedette : le poisson-chat (Catfish) qui représente métaphoriquement l’homme qui ne cesse de nous échapper, une vieille poule qui ne pond plus d’œuf et « qui va être… Couic… mais c’est bien aussi parce que ça a bon goût ». Des histoires de tromperie et un homme, Gérard, impitoyable dragueur…

Tout ça forme un délicieux mélange qui ravi le public du Chapiteau. Les trois filles ultra dynamiques invitent les spectateurs à danser « mais s’il n’y a pas de place, c’est dangereux ». En effet, danser est monnaie courante dans les soirées en Louisiane.

Et la musique cajun s’y prête véritablement grâce à son style traditionnel et folk qui nous entraine sur des rythmes celtiques, qui nous sont familiers. Ce genre musical se rapproche du Western swing (musique des années 20 dans le sud américain, Nouvelle-Orléans) et de la country. Ce qui explique la reprise de la fantastique chanson Folsom Prison Blues de Johnny Cash.

En tout cas, ne manquez pas les deux concerts de Whiskey and Women ce soir à Pacé (20h30 dans la salle de la Métairie, entre 4 et 6 euros) et demain soir à Domloup (20h30 dans la salle des fêtes, 6 euros). Bon concert et bonne découverte de la musique cajun si vous ne connaissez pas. Enjoy !

Célian Ramis

Le Grand Soufflet : La tête dans les étoiles avec Maïa Vidal

Posts section: 
Keywords: 
Related post: 
117
List image: 
Summary: 
Envoûtante et charismatique, Maïa Vidal insuffle un vent de douceur sous le chapiteau du Grand Soufflet.
Main images: 
Text: 

Sous le chapiteau, le public du Grand Soufflet est resté bouche-bée par l’incroyable prestation de Maïa Vidal. C’était hier en fin d’après-midi et c’était à couper le souffle(t).

Accordéon, xylophone, violon, petite lyre, trompette, batterie… Deux musiciens plein de talents, une chanteuse multi-instrumentiste munie d’une pédale à samples… Cela pourrait donner un joyeux bordel. Loin de là, Maïa Vidal nous propose un concert intimiste et chaleureux.

De sa voix douce, la demoiselle nous emmène dans son univers onirique, paisible et enivrant. Elle nous présente son album God is a bike, sorti en novembre 2011 et enchaine les ballades, au travers desquelles elle dévoile une fragile pudeur. Cette jeune américaine livre une vision de son monde harmonieux.

Maïa Vidal, c’est aussi la rencontre entre des genres différents. Que ce soit des ballades comme Poison, une reprise de Brassens (Je m’suis fait tout petit), une valse avec Waltz of the tick tock of time ou encore des musiques plus rock comme Follow me ou un tango (Le tango de la femme abandonnée), cette sensationnelle artiste sait mêler les styles et sait se les approprier.

Derrière son micro, Maïa affiche un sourire timide et touchant, créant ainsi une relation personnelle avec le public. Et quand elle perd les bijoux collés au dessus de ses sourcils, elle se met à rire et à penser qu’elle manque de chance lors de ses passages à Rennes : « La dernière fois (c’était le 3 juillet aux Tombées de la nuit, ndlr), je n’arrêtais pas de perdre ma couronne de fleurs ».

La charmante chanteuse, accordéoniste, violoniste et on en passe, n’a pas eu de mal à séduire les spectateurs du Grand Soufflet grâce à la puissance de sa voix, de ses mélodies, sa douceur et son univers enchanteur. On espère la revoir très vite à Rennes, et sans malheur au niveau bijoux !

Pages