Célian Ramis

Justine Lévy : "Écrire des livres pour s'en débarasser"

Posts section: 
Location: 
Espace Ouest France, Rennes
List image: 
Summary: 
L’écrivaine Justine Lévy est venue présenter son dernier roman autobiographique, La Gaieté, jeudi 26 février à l’espace Ouest-France de Rennes.
Main images: 
Text: 

L’écrivaine Justine Lévy est venue présenter son dernier roman autobiographique, La Gaieté, jeudi 26 février à lespace Ouest-France de Rennes.

« Je nose pas vous regarder. » Salle comble pour Justine Lévy. À l’occasion de la parution de La Gaieté, son quatrième roman, l’écrivaine a rencontré ses lecteurs rennais. Visiblement intimidée, elle n’a que rarement regardé le public, les yeux rivés vers le sol.

Lors de cette rencontre, l’écrivaine évoque la maternité, qui l’a poussée à écrire son dernier roman. « Louise n’était pas du tout faite pour être mère », explique-t-elle, d’une voix douce et posée. Son double littéraire lui a permis de mieux parler d’elle, de manière à peine voilée, avant d’assumer entièrement ses propos.

« Ce nest pas du tout naturel d’être mère. On est programmé pour faire des enfants. Mais les élever, les éduquer Je navais pas réalisé que ce serait aussi difficile »
confie Justine Lévy.

Dans son roman, elle évoque la peur constante qu’elle ressent. Une peur qui ne semble jamais la quitter. Au milieu de l’interview, elle cesse soudainement de parler pour consulter son téléphone portable. Elle s’excuse : « Je vérifie que ce ne sont pas les enfants. Imaginez sil arrive un truc Je suis loin ».

Si elle affirme qu’il n’y a pas d’urgence à écrire, Justine Lévy revendique également le pouvoir salvateur des mots :

« Une des raisons pour lesquelles on écrit des livres, cest pour sen débarrasser, cest pour les poublier. »

Publier et oublier, deux mots en référence à Rien de grave, roman dans lequel elle raconte comment Raphaël Enthoven, son premier mari, l’a délaissée pour Carla Bruni.

Tout au long du rendez-vous, Justine Lévy semble fragile et peu sûre d’elle : « Écrire, cest la seule chose que je fasse à peu près correctement », confie-t-elle, toujours le regard baissé. Assez réservée, elle a répondu aux questions spontanément mais en s’interrompant souvent : « Je ne sais pas comment dire. Je suis meilleure à l’écrit… »

Sa fragilité, elle la revendique presque. Lorsqu’un jeune lecteur l’interroge sur la dernière phrase du roman - « C’est solide un garçon » - et sur sa tendance à idéaliser les hommes, Justine Lévy a répondu :

« Jai besoin que quelquun décide à ma place et il se trouve que cest un homme. »

Mais la fille de Bernard-Henri Lévy a aussi fait preuve d’ironie, flirtant parfois avec la provocation. Interrogée sur la fusillade à Charlie Hebdo et la prise d’otage à l’Hyper Cacher, elle répond malicieusement : « Ah mais oui, je suis juive, cest vrai. »

Quand dans la salle, une lectrice, émue, s’exclame : « J’étais à La Providence avec votre mère. Jai limpression de la voir », Justine Lévy se montre plus silencieuse. Pas sûr qu’elle ait apprécié, elle qui tente continuellement de se libérer des névroses héritées de sa mère, « pas très adaptée à la société ».

Célian Ramis

Améliorer le diagnostic de la grossesse et le pronostic de l’enfant

Posts section: 
Location: 
Hôpital Sud, Rennes
List image: 
Summary: 
Visite des nouveaux locaux accueillant les consultations gynéco-obstétrique-anesthésie à l'Hôpital Sud de Rennes, ainsi que le bloc obstétrical.
Main images: 
Text: 

Les préfabriqués utilisés pour les consultations en gynécologie, obstétrique et anesthésie à l’Hôpital Sud de Rennes ont été supprimés de l’établissement l’été dernier. Un soulagement pour les professionnels qui investissent un nouveau plateau de 1000m2.

Mardi 6 janvier, le service de maternité obstétrique et gynécologie accueillait la presse pour une visite des nouveaux locaux de consultation, ainsi que du bloc obstétrical, deux étages plus haut (le bloc a été refait à neuf en 2009). Après deux ans de travaux et un chantier de 1,1 million d’euros, ce pôle de l’Hôpital Sud s’installe à la place d’anciens laboratoires, regroupés à Pontchaillou.

« En avril 2009, les deux maternités – Hôtel Dieu et Hôpital Sud – ont été regroupées à l’Hôpital Sud. Nous n’avions pas assez de places. », explique le professeur Patrice Poulain. Aujourd’hui, la maternité est constituée des différents services en lien avec la femme, la mère et l’enfant (centre IVG, obstétrique, gynécologie, reconstructions mammaires, Cecos/Banque du sperme/ Biologie de la reproduction).

Brigitte Huet, cadre supérieur du pôle, a rappelé la particularité de l’Hôpital Sud : « la prise en charge mère-enfant ». Elle précise que, depuis 2003, « la prise en charge est individuelle. Nous ne faisons plus de soins en série mais à la carte, selon les besoins ».

VISITE DU BLOC

Au bloc obstétrical, des dizaines de salles sont destinées aux naissances.

« À Rennes, nous sommes une maternité de niveau 3, c’est-à-dire bien équipée au niveau haute technologie »,
explique Brigitte Huet.

Et ce qui compte surtout pour les professionnels de ce service, c’est la proximité avec le service de réanimation pédiatrique « qui améliore la qualité de la prise en charge en cas de besoin, dans les cas de grossesses pathologiques par exemple. »

Chaque année, 4 000 naissances ont lieu dans cet établissement - excepté en 2014 qui n’a pas passé, de peu, la barre des 4 000. Un chiffre qui n’a pas été détaillé lors de la visite mais qui est un chiffre global comprenant également les nourrissons morts-nés ou décédés au moment de l’accouchement. Pour le professeur Poulain, cette proximité est garantie du bon fonctionnement du service et d’un meilleur pronostic pour l’enfant.

« À l’Hôtel Dieu, où j’ai travaillé avant le regroupement, il n’y avait pas de proximité immédiate avec le service de réanimation. Et cela est un changement énorme pour notre travail. Nuits et jours, s’il y a besoin, nous avons accès à la réa et toute son équipe. C’est la pièce voisine ! Le public n’a pas forcément conscience de ça, mais c’est important. Nous avons parfois des nouveaux-nés prématurés qui pèsent 700 ou 800 g…», explique-t-il.

Il insiste également sur le travail permanent concernant l’amélioration de la prise en charge. Parmi les points importants, il souligne la prise en charge de l’hémorragie de la délivrance, « très surveillée dans toutes les maternités car en France, les chiffres d’accident étaient un peu trop élevés par rapport à certains pays voisins ». Un travail de fond est établit depuis environ 8 ans autour de ce point.

ANTICIPER DAVANTAGE

Il poursuit :

« L’hémorragie de la délivrance peut se prévoir un peu pendant la grossesse (surtout pour les femmes qui ont déjà fait une hémorragie lors d’un précédent accouchement, sinon il est difficile de l’anticiper). Il faut pouvoir reconnaître les patientes à risque pour qu’elles accouchent ici puisque nous sommes équipés pour la prise en charge.»

« D’où l’importance aussi que toutes les femmes voient un anesthésiste bien en amont. Cela permet d’anticiper et de prévoir le nécessaire pour sécuriser la prise en charge », conclut le professeur, dans une œuvre prêtée par le FRAC dans le cadre d’un partenariat liant les deux structures pendant un an.

Ainsi, plusieurs thématiques d’exposition se succèderont : le jeu, le paysage et le corps. Une manière d’occuper les patient-e-s dans l’attente d’une consultation, mais aussi « d’interroger, surprendre, susciter l’imaginaire, inviter, ou pas, au voyage, aux échanges et à la réflexion », selon Brigitte Huet.