Célian Ramis

Marrainage : Des femmes de Rennes et d'ailleurs

Posts section: 
Related post: 
201
Location: 
Maison Internationale de Rennes
List image: 
Summary: 
La MIR regroupe plusieurs dizaines d’associations rennaises qui interviennent dans divers domaines de l’international, tels que la solidarité, les échanges culturels et les droits humains.
Text: 

La maison internationale de Rennes (MIR) association de loi 1901 regroupe plusieurs dizaines d’associations rennaises qui interviennent dans divers domaines de l’international, tels que la solidarité, les échanges culturels et les droits humains. Dans ce dernier secteur, elle mène un projet « migrations » dont l’une des facettes est le projet marrainage. Présentation.

Financé  actuellement par la délégation régionale aux Droits des femmes et à l’égalité et par le fond social européen, le marrainage met en lien des femmes avec des migrantes en recherche d’un accompagnement dans leur projet professionnel, politique ou associatif. « Il s’agit d’un projet régional qui leur permet d’exercer leur citoyenneté et de s’investir dans l’espace public », explique Ghania Boucekkine, la vice présidente de l’association, déléguée aux droits humains.

Débuté en 2006, le projet est à l’origine créé à la demande de jeunes étudiantes étrangères bloquées dans leurs projets qu’elles souhaitaient mener en France ou dans d’autres pays. À l’époque, la MIR travaillait sur la relation « femmes et pouvoir » explique la vice présidente. Pour répondre à leurs attentes, la MIR a décidé de former des duos avec d’un côté, des marraines qui orientent, conseillent, ouvrent leur réseau et partagent leur expérience et de l’autre des femmes d’origine étrangère qui ont besoin d’être appuyées, de reprendre confiance en elles, de sortir de leur isolement et de construire leur avenir.

Actuellement, 33 binômes existent en Bretagne, dont 24 en Ille-et-Vilaine. Mariko et Gaudence en font partie. Depuis fin septembre, Mariko, professeur de physique à l’université de Rennes 1, aide Gaudence, 26 ans, originaire du Rwanda, dans sa recherche d’emploi en tant qu’ingénieur chimiste.

Elle lui apporte son regard de scientifique, lui ouvre ses réseaux, l’épaule dans l’écriture de son curriculum vitae, dans ses lettres de motivation et lui fait découvrir les sites d’offres d’emploi spécialisés. Un vrai soutien pour la jeune femme. « Elle était très timide et son CV était très scolaire », confie la professeur. Ce qui n’est aujourd’hui plus le cas… « On acquiert une confiance en soi grâce à un CV qualitatif », précise Mariko.

Fort de son succès, le projet marrainage s’exporte : en Ile de France, à Poitiers (où des fonds viennent d’être mis en place) et dans le Morbihan. Dans ce dernier département, ce sont des femmes qui veulent s’installer en tant qu’agricultrices, qui sont aidées. Une version du marrainage de la MIR qui en dit long sur les possibilités d’avenir de ce projet.

Célian Ramis

Festival du film d'animation : Mathilde Parquet, un rêve animé

Posts section: 
Keywords: 
Related post: 
199
Location: 
Bruz
List image: 
Summary: 
Plusieurs séances ont permis d’entendre et de voir les professionnels cachés derrière les courts-métrages. Focus sur Mathilde Parquet, qui a signé le film Louis.
Text: 

À l’occasion du festival national du film d’animation de Bruz, les réalisateurs et réalisatrices des films en compétition étaient conviés aux Apéroterviews, au Grand logis de Bruz. Plusieurs séances ont permis d’entendre et de voir les professionnels cachés derrière les courts-métrages. Focus sur Mathilde Parquet, qui a signé le film Louis.

L’interview ne durera pas plus qu’une dizaine de minutes – le principe étant le même pour chaque interviewé. Un temps qui paraît long pour la jeune réalisatrice, qui étudie depuis un an à La Poudrière, l’école du film d’animation, basée à Valence. Stressée, elle semble inconfortable dans un exercice qui lui est peu familier.

Ses propos sont à l’image de son court-métrage : bruts, fouillis, spontanés. « Dans Louis, le but était de retranscrire mon rêve. Il est plutôt gai, puis angoissant », explique-t-elle. Pour exprimer au mieux les sensations ressenties en songe, elle joue avec les formes, les couleurs et les techniques, « pour marquer les ruptures ». Tantôt la 2D, tantôt le volume animé, tantôt le pastel. Ce dernier soulignant « que le rêve part dans tous les sens ».

Avant de retranscrire son rêve, elle l’a raconté une quinzaine de fois et l’a écrit, et si elle ne l’a pas vécu en animation, mais en prise de vue réelle, elle a souhaité rester proche de l’expérience ressentie. « Les couleurs sont très fortes, abruptes. Je crois que je suis un peu brutale dans la réalité. Je ne réfléchis pas beaucoup, je suis dans le ressenti et je me suis fait confiance par rapport à ce que j’avais vécu dans mon rêve », précise-t-elle. Elle ajoute d’ailleurs que le début de Louis est très propre, très storyboardé. Un côté qui ne lui ressemble pas mais qui était nécessaire pour la suite des aventures.

Les réactions, après la projection, ont été variées. Certains lui demandent ce qui lui est arrivé dans sa vie, d’autres sont mal à l’aise : « Ce n’est pas un voyage initiatique sur le désir du retour à l’enfance. C’est un film sur mes sentiments, mes angoisses. J’aime malmener le spectateur ». Pour elle, le rôle du cinéma est de toucher le spectateur, lui parler et ce sont les films qui dérangent qui marquent et prennent les tripes.

« J’accorde aussi beaucoup d’importance à la narration, au récit. J’ai besoin de l’histoire, je ne suis pas très attirée par ce qui est abstrait », ajoute Mathilde. Pour son prochain film d’étude, elle travaille encore sur un projet qui devrait mettre la sensibilité des spectateurs à mal : « Pourtant, j’aimerais bien faire des choses gaies… »

Célian Ramis

Festival du film d'animation : L'art rennais du volume animé

Posts section: 
Keywords: 
Related post: 
207
Location: 
Bruz
List image: 
Summary: 
Entre deux séances, professionnels et festivaliers ont pu échanger autour des techniques d’animation et découvrir ce qui existe dans le milieu rennais.
Main images: 
Text: 

Sur le parvis du Grand Logis, à Bruz, plusieurs animations ont rythmé la vie du Festival national du film d’animation. Entre deux séances, professionnels et festivaliers ont pu échanger autour des techniques d’animation et découvrir ce qui existe dans le milieu rennais.

D’un côté, la Caravanim’, fidèle au poste depuis 3 ans. L’occasion de déambuler autour de la caravane et d’observer de près les marionnettes qui ont pris vie dans des productions rennaises comme Le Cid, d’Emmanuelle Gorgiard (2006, Vivement lundi !), Tati Ramitsu, de Victoria Vancells (2012, JPL Films) ou encore la future vedette Dimitri, de Agnès Lecreux et Jean-François Le Corre (2013, Vivement lundi !). L’intérieur est cosy et convivial, ambiance rétro. Maude Gallon est décoratrice et accessoiriste en stop motion depuis 7 ans.

« L’objectif est de rencontrer des réalisateurs, discuter autour d’un thé et d’échanger lors d’un instant convivial autour de nos créations », explique-t-elle. En effet, la Caravanim’ est née du regroupement d’une quinzaine de techniciens désireux de montrer leurs champs de compétences en volume animé, 2D ou encore 3D. « Nous sommes un vivier de professionnels à Rennes ou en Bretagne. L’idée est de montrer que l’on peut faire un film d’animation de A à Z », précise Anna Deschamps, fabricante de marionnettes et d’accessoires depuis 4 ans.  Au fil des passages au festival de Bruz et au festival d’Annecy, des liens se tissent et les rencontres débouchent, à long terme, sur des collaborations : « Des projets sont en cours de réalisation ou de concrétisation. Ça prend beaucoup de temps d’avoir des retours ».

D’un autre, une yourte dans laquelle les spectateurs peuvent s’initier aux techniques d’animation. Un atelier proposé par l’Arrosoir à Emile, une association qui existe depuis près de 15 ans à Rennes. Fanny Desaunay est étudiante en école d’art et est membre de l’association : « L’interaction et la manipulation des objets permettent une découverte ludique et nous évitent de rester collés aux écrans ».

Plusieurs jeux de décomposition des images à travers des miroirs et/ou des fentes sont en libre accès sous la yourte et invitent le visiteur à comprendre les bases de l’animation grâce à des objets datant du XIXe siècle. On peut alors manipuler la Toupie fantoche, le Zootrope, le Praxinoscope ou encore le Phénakirtiscope. Enfin, un dernier atelier permet de comprendre le principe du stop motion et chacun peut s’essayer à la création d’une séquence animée.

Avec une marionnette conçue par le créateur rennais David Thomas, les festivaliers prennent des photographies, reliées à un ordinateur et un logiciel d’animation, et font exécuter différentes actions au personnage robotique. « Un monsieur est resté une heure cet après-midi pour effectuer quelques secondes d’une séquence. C’est très long mais ça montre le procédé de stop motion qui agit image par image », explique Fanny.

Une manière ludique et interactive de sensibiliser les festivaliers à l’art de l’animation mais aussi aux différences compétences des techniciens bretons.

Célian Ramis

Festival du film d'animation : Katariina Lillqvist ou l'esthétisme d'un monde puant

Posts section: 
Keywords: 
Related post: 
198
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Coup de projecteur sur la Finlande, c’est ce que nous propose le Festival du film d’animation de Bruz, qui organisait jeudi 12 décembre une rencontre projection, avec la réalisatrice Katariina Lillqvist.
Text: 

Coup de projecteur sur la Finlande, c’est ce que nous propose le Festival du film d’animation de Bruz, qui organisait jeudi 12 décembre une rencontre projection, avec la réalisatrice Katariina Lillqvist, hors les murs, à l’école des Beaux-Arts de Rennes.

Katariina Lillqvist est une figure incontournable du cinéma d’animation finlandais. Et elle était présente lors du Festival national du film d’animation de Bruz pour rencontrer les spectateurs et leur faire découvrir son univers singulier. La réalisatrice est née dans le Sud Ouest de la Finlande, à Tampere, en 1963. Pendant ses études, elle navigue entre son pays et la République Tchèque, c’est d’ailleurs là-bas qu’elle fera un stage au studio pragois Jiri Trnka, avec qui elle restera en lien étroit tout au long de sa carrière.

Elle réalise un certains nombres de documentaires pour la télé ou la radio avant de s’orienter vers le cinéma d’animation en volume animé. Les techniques d’animation avec marionnettes sont sa spécialité et sa renommée internationale. « Niveau techniques et technologies, la Finlande a beaucoup évolué dans les dernières décennies », explique-t-elle lors de la projection rencontre. À l’occasion de cette rencontre, elle nous présente deux court-métrages et un pilote de son prochain long-métrage.

Il y a quelque chose de macabre, de morbide, dans l’univers de Katariina Lillqvist qui pourtant ne cesse de rire et de sourire. Si elle est née bien après l’indépendance de la Finlande et la Seconde guerre mondiale, elle reste très marquée par l’histoire de son pays. Juste après avoir écrit et réalisé la trilogie inspirée des œuvres de Kafka – très empreintes du contexte socio-politique soviétique – elle présente un court-métrage intitulé La jeune fille et le soldat, en 1995. Une jeune femme part à la recherche de son fiancé sur les champs de bataille.

En chemin, elle croise des squelettes, des cadavres, des futurs cadavres et la Mort en personne. Comme souvent dans les films d’animation finlandais, c’est un court-métrage muet ce qui laisse une large place à la bande originale, teintée de violons et de sonorités klezmer. De manière à faire régner une tension permanente amplifiée par les couleurs sombres des décors funèbres chargés de symboles liés à la guerre et à la mort. L’histoire d’amour et la quête de cette jeune femme angoissée à l’idée de perdre à jamais son bien aimé vient adoucir le climat pesant et lui apporter une touche poétique et fantastique.

On admire la qualité des images, réalisées en stop motion – image par image – et la beauté esthétique de cet univers pourtant sinistre. La jeune fille et le soldat n’est pas sorti tout seul de l’esprit de Katariina, le scénario était présent dans sa tête dès lors que sa grand-mère évoquait ses souvenirs de la guerre civile qui a frappé la Finlande en 1918, au lendemain des révolutions russes et de la déclaration d’indépendance du pays.

Une guerre civile que la réalisatrice a du mal à comprendre mais qu’elle explique par le fait que « la Finlande est un tout petit pays mais avec de grandes et fortes opinions politiques ». Plus de 10 ans après La jeune fille et le soldat, en 2008, Katariina Lillqvist revient avec un film court intitulé Le papillon de l’Oural, qui met en scène la marionnette de Carl Gustav Mannerheim, président de la Finlande de 1944 à 1946 qui a participé en tant que baron à la guerre civile de 1918 et en tant que commandant en chef lors des deux guerres mondiales.

« C’était d’abord un documentaire pour la radio. Puis on a trouvé des photos et cela m’a donné l’idée d’un film en stop motion », explique-t-elle. Dans cette œuvre, elle veut mettre en avant la « mémoire de l’horreur ». Sur fond de guerre et de tension, elle illustre encore une fois une histoire d’amour dans laquelle douceur, poésie et magie s’entremêlent et font ressortir une sorte de bienveillance qui sera mise à mal tout au long du court-métrage. Une vision chaotique des relations humaines altérée par une représentation sinistre de la société. Dans Le papillon de l’Oural, la réalisatrice aborde et développe le thème de l’homosexualité impossible et cachée dans ce contexte de prohibition et de tension politique.

Avant de terminer la rencontre, Katariina propose aux spectateurs de découvrir le pilote de son prochain long-métrage inspiré librement du roman de Mikhail Bulgakov, Le maître et Marguerite, qui raconte l’amour d’un écrivain morphinomane pour la femme d’un général de l’Armée Rouge. Il n’en faut pas plus pour comprendre ce qui a attiré la réalisatrice dans le résumé de l’œuvre. Elle reprend à son compte cette histoire dramatique qu’elle illustre à travers des marionnettes cabossées et débridées qui expriment toutes la douleur, la tristesse et la mélancolie. Katariina Lillqvist est véritablement une figure incontournable du cinéma d’animation qui manie aussi bien le volume animé que les émotions et l’esthétisme d’un monde puant.

Célian Ramis

Afrik'Entraide : Pour une femme "bien dans ses stilettos"

Posts section: 
Related post: 
190
Location: 
Maison Internationale de Rennes
List image: 
Summary: 
Rencontre avec l’association Afrik’Entraide qui organisait, dimanche 1er décembre, dans les locaux de la MIR, un vide dressing, intitulé pour l’occasion « Freakum’ Dress’ing » en clin d’œil amusé à un clip vidéo de la chanteuse américaine Beyoncé.
Main images: 
Text: 

Rencontre avec l’association Afrik’Entraide qui organisait, dimanche 1er décembre, dans les locaux de la MIR (Maison Internationale de Rennes), un vide dressing, intitulé pour l’occasion « Freakum’ Dress’ing » en clin d’œil amusé à un clip vidéo de la chanteuse américaine Beyoncé.

Une pile de chaussures sur une table, des vêtements posés et pendus dans toute la pièce, derrière une porte, un atelier de confection de meubles en carton, de l’autre coté d’une autre, un buffet d’énormes gâteaux « fait maison » dont se délectent enfants et parents.

« Nous avons voulu répondre à une demande de nos adhérents et sympathisants. C’est une manière plus conviviale de continuer de mobiliser autour de l’association et de promouvoir nos actions auprès des publics étudiant et associatif rennais qui évoluent sans cesse », explique Melissa Djenno, chargée de projet de développement. Elle fait partie de la vingtaine d’étudiantes migrantes africaines à l’initiative du projet Afrik’ Entraide, lancée en 2006.

Depuis plusieurs années, l’association a organisé diverses conférences et évènements en rapport avec l’esclavage mais aussi et surtout la femme africaine, des sujets « lourds » pour Melissa qui estime que ce vide-dressing leur permet de « respirer et de se faire plaisir ». L’événement a été préparé avec des assidues de vide-dressing et sélectionnées par les adhérents, notamment Valérie Dokla, chargée de communication politique et présidente qui atteste « s’intéresser moins au coté mercantile qu’au partage ».

Du partage il y en a aussi durant les ateliers proposés en parallèle du vide-dressing : fabrication de nœuds papillons en tissus africains, customisation de vêtements et fabrication de meubles en carton avec Nkita, eco designer, un des rares hommes en France à pratiquer le design et la conception d’objet en carton. Durant quelques heures on a pu voir défiler un public très varié, une ambiance familiale et colorée feutre la pièce, le « message arrivera jusqu’aux enfants » pour Valérie ; particularité de cette journée pour elle, l’assistance est composée de familles désireuses de partager ce moment en toute simplicité et non plus seulement  de personnes plus avisées sur les sujets des conférences habituelles.

Avec Melissa elles se sont rencontrées sur les bancs de la faculté de Droit de Rennes et racontent qu’à cette période de leur vie, à ce carrefour, se projeter dans le monde du travail les souciait : « on se voyait déjà galérer à cause de notre statut de migrantes » explique Valérie.

C’est dans ce contexte qu’est né le projet d’Afrik’ Entraide, avec d’autres jeunes filles « ivoiriennes, sénégalaises, gabonaises, kényanes, guinéennes, mauritaniennes, congolaises », le choix a été fait de créer une association étudiante qui promeut la femme africaine mais qui leur permet avant tout de mener à bien leurs divers projets personnels. Pour Gisèle, qui s’est lancée dans l’aventure il y a deux ans, il s’agissait notamment de mettre en place un club de lecteurs, pour Chrisvie, étudiante en sociologie, l’association a permis d’approfondir son intérêt pour la question identitaire féminine.

Si elles ne se considèrent pas comme féministes au départ, ce sont certains hommes, parfois étonnés par leur ambition, qui leur renvoient cette image à laquelle elles s’adaptent progressivement. « Il faut changer la perception du mot féminisme et lui redonner son sens premier » selon Valérie qui avoue ne pas vouloir être associée aux mouvements féministes les plus intransigeants mais estime qu’une femme, à partir du moment où elle défend ses intérêts et ceux des autres femmes peut être considérée, en quelque sorte, comme une féministe.

Une femme afropolitaine

« La femme africaine aujourd’hui ne se pose plus la question de son intégration » affirme Valérie. Volontaire, urbaine, dynamique, ancrée dans son époque et même « bien dans ses stilettos » comme l’explique Melissa en plaisantant, voilà ce qu’est la femme africaine d’aujourd’hui pour les adhérentes d’Afrik’ Entraide, une femme qui doit beaucoup à la femme d’Afrique dont les « valeurs insufflées trouvent une valeur en France » aux yeux de Valérie.

C’est dans cet esprit qu’est né le projet Marrainage en collaboration avec la MIR. Les marraines d’Afrik’ Entraide accompagnent ainsi professionnellement et humainement une quinzaine de filleules du monde entier et ce, dans tout l’Ille-et-Vilaine depuis 2006. Il s’agit pour elles de donner un avis extérieur sur le parcours de ces femmes, de « palier au manque d’humanité de Pôle Emploi » pour Melissa.

Conseiller, ouvrir des réseaux d’insertion professionnelle, accompagner des projets politiques ; en bref, répondre à des interrogations que toute femme peut se poser à un moment donné de sa vie mais qui semblent compliquées par le statut de migrante. Reste maintenant aux jeunes femmes et hommes d’Afrik’ Entraide à concrétiser un autre dessein qui leur tien à cœur ; l’expansion du réseau de l’association à d’autres régions de France comme c’est déjà le cas à Angers ou Paris mais aussi et surtout en Afrique afin d’y propager les valeurs de cette femme afropolitaine.

Célian Ramis

Kaniwa tisse entre Rennes et le Mexique

Posts section: 
Related post: 
205
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Deux étudiantes rennaises ont monté un projet qui créé un pont de laine entre la capitale bretonne et le Mexique. Il s’agit de faire connaître des tisseuses mexicaines qui s’usent les mains sur des écharpes de laine dans un petit village de la région de Xalapa.
Text: 

Deux étudiantes rennaises ont monté un projet qui créé un pont de laine entre la capitale bretonne et le Mexique. Il s’agit de faire connaître des tisseuses mexicaines qui s’usent les mains sur des écharpes de laine dans un petit village de la région de Xalapa.

Alors qu’elles ne sont plus que quatre, âgées entre 75 et 85 ans, une étudiante en art est venue les déloger de leur atelier afin de proposer à des artistes mexicains, puis français de s’approprier les écharpes pour en faire des œuvres d’art.

À l’origine du projet il y a Chloé Aublet, étudiante en master d’art plastique, et très intéressée par le textile et la mode. Lors d’un voyage au Mexique, elle tombe un peu par hasard sur ces quatre tisseuses indigènes qui continuent de tisser selon une technique traditionnelle.

Très vite elle y retourne, une fois, deux fois… et c’est l’engrenage. Révoltée à l’idée que leur travail soit perdu puisque personne ne prend la suite et qu’elles sont déjà âgées, elle contacte des artistes mexicains. Elle leur propose de s’exprimer sur ces grandes écharpes de laine blanche qui offrent une surface de travail originale. « L’idée c’était aussi de mêler l’artisanat et le côté artistique », confie-t-elle. Ce sera le point de départ du projet. « Il y a un volet social important aussi, pour ces veuves, une écharpe que j’achète à 35 euros c’est un mois de salaire, elles n’ont rien d’autre… ». Huit écharpes forment une première collection réalisée par différents artistes mexicains. Elles ont déjà été exposées au Mexique et dans la galerie que Rennes 2 met à la disposition de certains étudiants.

Revenue à Rennes avec dans ses valises de nombreuses écharpes, Chloé veut poursuivre le projet. Grâce à ces réseaux dans le monde artistique, elle ne tarde pas à avoir de nouveaux artistes intéressés par l’idée de s’approprier une écharpe de laine venue de contrées lointaines. Cependant son projet manque d’un cadre plus administratif et institutionnel.

C’est sa rencontre avec Marie Zanoune, étudiante en communication, qui va permettre au projet de se doter d’un véritable cadre. Cela devient une association: Kaniwa, qui signifie « en tout lieu » en totanak, la langue locale. Elles obtiennent quelques subventions, et continuent les projets: après la diffusion d’un documentaire sur la fabrication des châles au bar le Papier Timbré; elles envisagent une exposition avec l’association Riposte au début de l’année 2014.

Le documentaire, réalisée par Chloé Aublet et un étudiant en cinéma mexicain, présente les tisseuses, quatre mamies, qui racontent leurs vies avec humour, dans le grand atelier vide qui leur sert de lieu de travail. On les voit tisser, se chamailler sur la technique de la teinture, mais aussi raconter la dureté des conditions de vie dans cette campagne isolée du Mexique.

Il sera possible de revoir ce film lors d’une autre exposition à Bayeux au printemps prochain. De nombreuses propositions viennent peu à peu se greffer sur leur projet: une scénographe, une graphiste, une menuisière… « C’est cela aussi que l’on cherche : englober tous les secteurs et impliquer le plus de personnes possibles » déclare Chloé Aublet. Elles considèrent Rennes « comme un laboratoire. Si ça marche on s’exportera ailleurs. ». Cela  promet de nouveaux voyages pour ces morceaux de laine qui ont déjà traversé l’Atlantique.

 

Festival du film d'animation : un vent finlandais souffle sur Bruz

Posts section: 
Keywords: 
Related post: 
197
Location: 
Bruz
List image: 
Summary: 
Le Festival national du film d’animation de Bruz a débuté le 9 décembre. Pour cette édition anniversaire – 20e édition pour 30 ans d’existence – la Finlande est l’invitée d’honneur.
Text: 

Le Festival national du film d’animation de Bruz a débuté le 9 décembre. Pour cette édition anniversaire – 20e édition pour 30 ans d’existence – la Finlande est l’invitée d’honneur. Hier soir, au Grand Logis de Bruz, était projetée une série de court-métrages réalisés par des étudiants en cinéma ou des professionnels finlandais. Voyage au cœur d’un univers qui met la Finlande sens dessus-dessous.

Cécile Noesser, coordinatrice de la programmation, nous avait prévenue, « les spectateurs risquent d’être surpris » lors des soirées finlandaises. « Ils ont un humour particulier », précise-t-elle. Mercredi soir, au Grand Logis, la surprise est de mise.

Treize court-métrages sont présentés aux festivaliers, peu nombreux pour l’occasion. Des films muets pour la plupart, une caractéristique redondante et importante dans le cinéma d’animation finlandais.

Les techniques sont cependant exploitées sous leurs formes diverses : le volume animé, les marionnettes, le dessin, la 2D. On découvre même un court-métrage filmé en décor naturel qui n’a de l’animation que certains effets réalisés à l’ordinateur et un personnage de poupée masculine (A finnish table, de Niina Suominen, 2011), racontant la vie d’un mannequin à la campagne. À la sauce absurde dont sont friands les finlandais et que l’on retrouvera également dans The Anchor, de Tommi Juutilainen (2007) qui nous propose des dessins plus travaillés, chargés et approfondis en terme de détails et de perspective que le reste des dessins animés programmés ce soir-là. En effet, on note une majorité de dessins aux traits basiques et primaires, donnant un style enfantin à l’ensemble de l’œuvre, dont les répétitions peuvent être lassantes.

D’autres genres sont développés à travers les films courts traitant, entre autre, du temps qui passe dans Suddenly last summer de Äkkiä Viime Kesänä (2010) qui utilise des acteurs botaniques pour servir son message poétique, inspiré de l’œuvre – du même nom – de Tennessee Williams, écrite en 1958. Mais aussi de la maladie et de la santé, proposée sous deux angles différents. Dans Benigni, de Elli Vuorinen, Jasmini Ottelin et Pinja Partanen (2009), le personnage principal, qui est joueur de xylophone, découvre une tumeur qui grandit sous son bras et avec laquelle il va apprendre à cohabiter.

Un regard imagé et lyrique qui nous rappelle légèrement le nénuphar-cancer de L’écume des jours de Boris Vian. Dans l’autre, Public health, de Piipa Toivonen (2001), c’est une fois encore l’humour absurde qui prime et qui devient le personnage central, sous des airs cyniques et moqueurs. On peut également citer le thème de la différence, un thème développé avec sensibilité et adresse dans le court-métrage The unplugged son, de Milla Nybondas (2008). À l’occasion de l’anniversaire de son papa, Adrian participe à un diner de famille. Autour de la table, le jeune garçon se sent différent, isolé, en marge de sa propre famille, dont chaque membre se branche à une prise secteur pour allumer une ampoule du lustre. Seule celle d’Adrian crépite. Il va pourtant trouver une solution moderne et originale pour s’intégrer parmi les siens.

La Finlande sens dessus-dessous nous permet de découvrir un cinéma d’animation méconnu du grand public français et qui apporte un éclairage ainsi qu’une ouverture d’esprit sur ce genre en général. Toutefois, il nous manque certaines clés de lecture qui pourraient nous aider à décrypter les court-métrages énigmatiques et parfois peu compréhensibles.

Prochaine séance : dimanche 15 décembre à 11h au Grand Logis de Bruz

Célian Ramis

Ça mijote chez les étudiantes rennaises !

Posts section: 
Related post: 
204
Location: 
Rennes
List image: 
Summary: 
Lancé le 1er novembre dernier par 5 étudiantes rennaises, « Cook and share it » est une plateforme de mise en relation entre étudiants qui cuisinent et étudiants désireux de mieux manger.
Text: 

Lancé le 1er novembre dernier par 5 étudiantes rennaises, « Cook and share it » est une plateforme de mise en relation entre étudiants qui cuisinent et étudiants désireux de mieux manger. Les explications avec Elodie Dorgere, 22 ans, responsable marketing du projet.

« Ton frigo est vide ? Ca cuisine près de chez toi ! » : Tel est le slogan du site Internet imaginé par 5 étudiantes en deuxième année de Master, à  l’IGR-IAE (Institut de Gestion) de Rennes. Dans le cadre de leur cursus, elles ont conçu un site web sur le thème du partage de plats fait-maison. « D’un côté, on trouve des étudiants qui veulent faire de la cuisine et réduire leur coût de préparation et de l’autre, ceux qui n’aiment pas cuisiner », explique Elodie Dorgere.

Le constat est frappant : au quotidien, « quand on achète en petite quantité, le coût d’achat est plus élevé », précise la jeune étudiante. Du coup, les membres de l’équipe ont décidé d’y remédier. « Cela permet de partager sa nourriture et de lutter contre la mal bouffe », confie la jeune femme. Le principe ? Une personne vend un repas (une entrée, un plat ou un dessert) et une autre l’achète. « Lorsque les participants s’inscrivent, ils déterminent un prix et nous n’y touchons pas. Nous ne prenons pas de commission », indique la jeune femme.

Puis, ils organisent eux-mêmes leurs échanges et la transaction financière. À ceux qui seraient tentés de fixer des prix trop conséquents, Elodie répond « qu’aucune personne ne serait intéressée par le plat et qu’il ne serait pas vendu ». C’est dit.

Dans le groupe, les filles sont passionnées de cuisine et tiennent un rôle particulier : de la responsable contenu, marketing, commercial ou communication à l’administratrice réseau. « Cependant, il nous arrive de mélanger nos tâches », indique Elodie Dorgere. Sur le site, les participants ont aussi la possibilité de partager leur recette. Pour le moment, selon l’élève, ils sont d’ailleurs plus nombreux que les cuisiniers et les acheteurs. Les jeunes femmes ont de nombreux projets pour faire connaitre leur concept. Une vente de gâteaux est notamment prévue à l’IGR, ainsi qu’un concours du meilleur cuisinier parmi les inscrits sur « Cook and share it ».

Égalité des sexes : Le graal des chevalières de la table ronde

Posts section: 
Related post: 
202
Location: 
Arvor, Rennes
List image: 
Summary: 
La réalisatrice finistérienne Marie Hélia présente son nouveau film à l’Arvor, du 27 novembre au 3 décembre : Les chevalières de la table ronde (« Liberté, Sexualités, Féminisme. 50 ans de luttes pour les droits des femmes »).
Main images: 
Text: 

La réalisatrice finistérienne Marie Hélia présente son nouveau film – produit par Paris Brest productions – à l’Arvor, du 27 novembre au 3 décembre : Les chevalières de la table ronde (« Liberté, Sexualités, Féminisme. 50 ans de luttes pour les droits des femmes »). Un documentaire  – centré sur 12 femmes qui ont milité au Planning familial et qui continuent de faire entendre leurs voies à travers leur quotidien et leur militantisme – qui flirte avec la fiction puisqu’en parallèle, le spectateur suit une Gorilla Girl dans sa traversée du Finistère à la recherche d’une pie noir, en l’honneur de Rosa Bonheur, une des premières femmes peintres du XIXe siècle à être reconnue internationalement. Interview de Marie Hélia.

YEGG : Pourquoi avoir choisi de centrer le film sur les militantes et créatrices du Planning familial ?

Marie Hélia : À l’origine, c’était une demande du Planning familial de Brest, qui réunissait les créatrices du PF Finistère. Elles ont des choses à dire et leurs mémoires sont précieuses. J’ai pu établir la liste et les rencontrer. Elles sont 8 à avoir participé à sa création, elles ont entre 86 et 90 ans.

Comment de temps cela vous a pris ?

Un an d’écriture et de rencontres environ. Mais au total, entre l’idée du film et la première projection, trois années se sont écoulées.

Pourquoi ce parallèle entre les créatrices du Planning familial et les chevaliers de la table ronde ?

C’est une lutte très épique. En plus, elles ont une classe incroyable. Elles étaient en lutte, en quête ! En quête de liberté. Le lien avec la table vient simplement de la référence à la table à repasser, avec évidemment une vague inspiration des légendes arthuriennes (la table ronde a été conçue pour que chacun siège à égalité, ndlr).

C’est d’ailleurs une artiste, Annelise Nguyên, qui a réalisé la table ronde. Pourquoi en faire construire une pour le film ?

Tout simplement parce que je ne voulais pas l’acheter chez Ikea. Et que je voulais vraiment inclure d’autres femmes artistes dans ce projet. Il n’y a pas qu’elle, il y a aussi Laetitia Sheriff.

Comment s’est passée la rencontre avec cette dernière ?

Je la connaissais déjà, de loin. J’étais persuadée que c’était elle qu’il fallait pour réaliser la bande originale du film. De la guitare et de la voix. Et c’est ce qu’elle fait. C’est une musique originale qu’elle propose ici. Quand elle a vu le film, elle a joué en direct avec la projection.

Est-ce que ce sera l’occasion d’organiser un ciné-concert avec cette auteure-compositeure-chanteuse ?

Ce serait bien. Pour l’instant, nous n’avons pas encore la version sans les paroles. Mais c’est une très belle collaboration.

Autre figure féminine importante dans le film : la Gorilla Girl, féministe américaine. Pourquoi l’inclure dans le scénario ?

Car elle représente la place des femmes dans la culture. Elle défend les femmes dans les arts. Elle symbolise le féminisme car c’est un personnage volontaire et libre. Et puis, c’est un personnage de fiction, ce qui vient perturbée le scénario du documentaire. C’est ça aussi que je trouvais intéressant. J’aime bien penser une forme pour chacun de mes films. C’est ce qui en fait leur force.

Et pourquoi Rosa Bonheur en particulier ?

Déjà, le nom Rosa Bonheur est magnifique. Je cherchais une peintre animalière, sans forcément que j’aime ses œuvres. Je trouve d’ailleurs sa peinture trop académique. Mais c’est aussi une femme qui ne se revendiquait pas féministe mais qui l’était par la force des choses.

Un peu comme vous…

C’est un féminisme instinctif. Moi, je me revendique féministe. Je pense d’ailleurs que quand on est une femme, c’est un pléonasme !

Vous avez rencontré les « anciennes » du Planning familial mais aussi les « nouvelles », la jeune génération de militantes. Avez-vous ressenti une différence dans la manière de militer ?

Non, vraiment pas. Elles militent toutes au PF et font preuve d’altruisme envers les autres femmes. Elles ne se battent pas simplement pour elles mais également pour les autres. Je les trouve pragmatiques. J’ai déjà réalisé un film sur les militants, qui s’appelle Dans la ville rouge, il s’agit là de militants perdus, paumés. Les féministes, elles se prennent en main au quotidien. Elles ne se laissent pas tomber dans les pièges de la télévision qui nous montre des femmes objets. On va bientôt nous dire de rentrer à la maison si ça continue !

Vous travaillez sur le territoire breton et avait réalisé le film dans le Finistère. Dans la région, le militantisme féministe est-il plus important qu’ailleurs selon vous ?

Je ne crois pas. Je ne crois pas à cette fumisterie du matriarcat breton, qui nous dit qu’en Bretagne, les femmes sont fortes et puissantes. Elles n’ont pas le pouvoir politique, pas le pouvoir économique et pas le pouvoir législatif. Tout ça, ça me gave grave ! Tout comme les bonnets rouges, je suis anti bonnets rouges de toute manière. Pour revenir à la question, je crois que le féminisme breton est le même qu’ailleurs. Il y a une légère baisse du militantisme, comme partout. Par exemple, au Planning, les bénévoles sont dures à trouver.

Le Planning familial parle aussi de réduction des moyens financiers. Est-ce que le film en profite pour aborder cette problématique ?

Je n’ai pas abordé l’aspect financier dans le film car je n’ai pas ressenti cette préoccupation dans le Finistère. Par contre, ce qui est dit et évoqué, c’est le manque de moyens et de temps mis à disposition. Comme par exemple l’accès à la sexualité dans les écoles. Ce n’est pas avec trois heures sur le sujet qu’on va les sensibiliser à la question. Il y a une vraie urgence de ce côté-là.

Qui sont les spectateurs qui viennent assister aux séances de projection ?

Le public est essentiellement féminin : 80% de femmes environ qui ont entre 40 et 65 ans. Mais on va aussi organiser des séances pour les scolaires, pour l’instant dans le Finistère dans les villes qui ont un Planning familial – Quimper, Brest, Douarnenez – puisque c’est la structure qui fera la sensibilisation.

Est-ce que la jeune génération est présente également ? Le féminisme peut parfois faire peur aux jeunes femmes…

C’est dommage, il n’est pas interdit de penser… La jeune génération a du mal à rentrer dans les salles pour voir un documentaire… Mais il y a quelques-unes quand même !

Par conséquent, le message de transmission est plus difficile à faire passer…

Le message se transmet mais c’est long, c’est normal. Nous n’avons pas les mêmes moyens de distribution que les blockbusters américains…. Le film est passé sur les chaines locales comme TBO, c’est positif, c’est comme ça que le message va passer. En tout cas, dans les salles, les spectateurs semblent ravis. Les chevalières de la table ronde ont une telle énergie ! Elles transmettent leur bonheur et leur joie de vivre. C’est super !

Merci Marie Hélia

Merci à vous.

Célian Ramis

"Druckerozaure : Save the Dino" ou un grain de folie aux Beaux-Arts

Posts section: 
Related post: 
165
Location: 
Beaux-Arts, Rennes
List image: 
Summary: 
L’exposition dûment nommée Druckerausore, save the Dino est l’œuvre de quatre étudiants de deuxième année, regroupés pour l’occasion dans le collectif 4 fromages.
Text: 

En passant le porche de l’école des Beaux-arts à Rennes, le risque n’est plus seulement de tomber sur des étudiants papier canson sous le bras et crayon à l’oreille. Depuis le 6 novembre et jusqu’au 29 novembre, les tyrannosaures et autres diplodocus ont élu domicile au pied des statues grecques du cloître. L’exposition dûment nommée Druckerausore, save the Dino est l’œuvre de quatre étudiants de deuxième année, regroupés pour l’occasion dans le collectif 4 fromages.

Le fil de l’exposition a été décidé sur un coup de tête : les dinosaures. Ils sont déclinés en plusieurs œuvres : tableaux, sculptures, photographies, cahier de coloriage… dont les titres humoristiques renvoient à la légèreté du collectif. Le nom le plus drôle étant attribué à l’une des sculptures réalisée par les deux filles de l’équipe, Mathilde et Laurence, nommée: « éclosion précoce ».

L’exposition nous plonge dans une fantasmagorie : et si les dinosaures avaient survécu et qu’ils cohabitaient avec l’être humain aujourd’hui ? Que seraient-ils devenus ? La réponse est apportée par petites touches : par exemple le dino market avec des boîtes de conserves contenant de la viande de dinosaure. Mais c’est surtout un code civil détourné, à l’origine destiné aux animaux, qui montre les dinosaures comme une espèce menacée et peu considérée par l’homme.

Les loges des Beaux-Arts permettent aux étudiants d’exposer tout au long de l’année, mais le calendrier est souvent plein. Profitant d’un trou dans ce planning surchargé, les quatre amis du collectif 4 fromages, Mathilde, Laurence, Julien et VM, se sont engouffrés dans la brèche afin de faire une exposition. « C’était dans l’urgence, on a commencé deux semaines avant mais en vérité on a fait la majorité du travail 48h avant ».

Le défi était de taille, et ils avaient peu de temps pour le relever. Néanmoins tout c’est fait dans la bonne humeur: « Le but premier c’était de rigoler ». En témoigne le titre de l’exposition : Druckerausore. « Michel Drucker est un dinosaure de la télévision, donc ça nous a parût marrant de détourner le nom », confie Laurence. Une des œuvres du collectif est d’ailleurs consacrée à ce personnage public…

Des critiques sur le manque de sérieux

« Surtout ne pas se prendre la tête » est le leitmotiv principal de ces jeunes étudiants. Ils refusent de conceptualiser un travail qui était avant tout une franche partie de rigolade. Mais ce refus d’intellectualiser les amène paradoxalement à donner un concept à l’exposition : le parti pris de la bonne humeur. Ils ont essuyé des critiques de la part d’étudiants des Beaux-arts anonymes, qui trouvaient que l’exposition n’était pas assez sérieuse.

Certes le trait du dessin est parfois un peu maladroit et ils avouent en rigolant que le jour du vernissage, toutes les toiles n’étaient pas sèches; mais peut-on vraiment le leur reprocher ? D’autant que l’exposition trouve un écho favorable auprès du public, le vernissage ayant été une réussite puisque de nombreuses personnes ont fait le déplacement. Parmi les présents, l’artiste de street art, Mardi Noir, intrigué par cette exposition qui reprenait le titre d’une de ses réalisations. Bon joueur, il est venu saluer l’initiative. Quant aux membres du collectif 4 fromages, ils nous confient: « évidemment que l’on connait son travail, mais on ne savait pas qu’il avait déjà utilisé ce titre… »

Pages