Célian Ramis

Travelling : Güz II joue avec le feu

Posts section: 
Related post: 
129
List image: 
Summary: 
Rencontre entre La Guerre du feu de Jean-Jacques Annaud et la musique instrumentale des Rennais de Güz II.
Main images: 
Text: 

Samedi soir, le Tambour accueillait une séance ciné quelque peu particulière, dans le cadre de Travelling, puisqu’il s’agissait d’un ciné-concert. Une rencontre entre La Guerre du feu de Jean-Jacques Annaud et la musique instrumentale des Rennais de Güz II.

Intégrer ce ciné-concert à la programmation de Travelling n’est pas un hasard puisqu’une partie du film a été tournée en Ecosse mais aussi car il s’agit d’une collaboration Clair Obscur et MJC Antipode (la performance a déjà été réalisée en septembre 2012 pour le ciné-concert en plein air devant l’Antipode, ndlr). C’est aussi l’occasion de surprendre les spectateurs grâce à un mélange détonnant entre un réalisateur français et un groupe rennais dont le nom Güz II, à consonance nordique, «  nous est tombé du ciel et ne veut rien dire de particulier».

« Nous voulions un film des années 80, sans dialogues, mais pas muet, qui nous inspire bien pour jouer », nous explique Fabien, saxophoniste du groupe, à la fin de l’événement. Trois semaines de travail auront suffit à mettre La guerre du feu, de Jean-Jacques Annaud, en musique. Mais le groupe est allé plus loin, créant « une version électrique pour les salles de concert et une version acoustique, de rue, car c’est ainsi que le projet est né ».

Pendant 1h40, les spectateurs vont assister à l’alliance d’un cinéma des années 80 (on pourra sentir que la bobine a longtemps tourné dans les salles) racontant une aventure préhistorique et d’une musique orchestrale oscillant entre douceur et mélodies animales. Au centre de la scène, un écran de cinéma. Et sur la droite, le trio rennais, tout de noir vêtu. Ils n’auront pas oublié également de se masquer le visage, comme pour chaque concert.

Trois hommes préhistoriques, trois musiciens contemporains

A l’écran, un trio d’hommes préhistoriques, proches de l’homme de Neandertal, partant à la recherche du feu. Car à cette époque, leur tribu connaît l’usage du feu, sait le conserver mais ignore comment le produire. Sur le côté de la scène, un trio aussi qui définit sa musique comme du « rock instrumental de rue ». La différence : ces trois musiciens rennais savent produire et conserver le feu durant leur concert. Saxophones, violon, clavier, guitare, boîte à rythmes, mandoline, flûte à bec, batterie ou encore percussions, une dizaine d’instruments est réunie pour porter les spectateurs au cœur du récit.

Des sonorités rock, primitives mais aussi des notes mystiques créées par les voix envoutantes des musiciens… Güz II, qui puise une partie de ses influences dans la musique de films, recrée l’ambiance adéquate et nous fait redécouvrir l’œuvre de Jean-Jacques Annaud, sous un angle contemporain et dynamique.

Célian Ramis

Travelling : Du whisky, et encore du whisky !

Posts section: 
Keywords: 
Related post: 
128
List image: 
Summary: 
Nous avons testé pour vous la dégustation de whisky, organisée à l'occasion du festival Travelling Glasgow & Edimbourg.
Main images: 
Text: 

Quand on pense à l’Ecosse, on pense bien sûr au whisky ! Jeudi 21 février, une dégustation de whisky était proposée aux festivaliers de Travelling à l’étage du Liberté. Avec en prime, une place pour La part des anges, de Ken Loach.

Le whisky, qui signifie « eau de vie » en gaelic écossais comme on peut l’apprendre dans Whisky à gogo de Alexander Mackendrick (film de 1950 qui figure dans la programmation de Travelling Edimbourg & Glasgow, ndlr), est un breuvage très apprécié par les Ecossais. « Nous naissons dans cette boisson et nous vivons avec tous les jours. Là-bas, ce n’est pas comme en France, on ne nous dira pas que l’on a un problème avec l’alcool si on prend un verre dès le matin ! », s’amuse à expliquer Julian Hutchings, conférencier et dégustateur de Whisky indépendant.

Cet Ecossais de plus de 60 ans vit en France depuis 1971 où il crée ce statut de dégustateur indépendant dont il est, « selon l’URSSAF » toujours le seul et l’unique à l’exercer dans l’Hexagone. Même s’il est à son compte, il collabore avec Classic Malt & Food.

Le whisky et le buffet

Ce jeudi soir, plus de 80 personnes sont réunies à l’étage du Liberté, pour découvrir trois whiskies différents. Le premier un Singleton, du Nord-Est, très rond, très facile à boire, « parfait pour vous accompagner le dimanche pendant le match de rugby », que l’on goûtera après avoir savouré un rocher au chocolat noir.

On traverse ensuite le pays pour aller voir du côté de l’Ouest, là où l’on fabrique du Talisker. Ce dernier, légèrement tourbé (la tourbe est issue de la décomposition de végétaux, bruyère, herbe et mousse, qui, après quelques milliers d’années, se transforment en un combustible composé de déchets organiques), laisse entrapercevoir des notes de piment d’espelette et de poivre, « pour se requinquer après une ballade sous la pluie le dimanche en promenant le chien ». Descente au Sud-Ouest pour le dernier whisky, un Lagavulin, qui a 16 ans d’âge et 43 volumes d’alcool, à déguster avec du pain d’épice et du chèvre, « pour boire le dimanche en général ».

Le whisky et les femmes

Les participants, attentifs au début de la dégustation aux procédés de fabrication, du maltage au vieillissement en passant par le brassage et la distillation, vont se précipiter sans vergogne sur les trois breuvages et le buffet. Et les femmes ne sont pas les dernières à faire des remarques : « Y en a qui laisse du whisky ? Mais ils sont dingues ! », dit une dame venue à pied pour l’occasion, ou « Je suis arrivée trop tard pour le premier. Est-ce que je peux prendre le fond de bouteille ? », dit une autre, sans se soucier des conséquences.

Selon Julian Hutchings, les femmes sont de plus en plus nombreuses à en boire et à revendiquer des whiskies fortement tourbés : « Elles aiment souvent ceux qui sont bruts de fut, dans les 57/58 volumes d’alcool. Aussi, les femmes détectent mieux les notes olfactives car elles sont plus dans la nuance ».

Bon nombre de festivaliers se regroupent autour du dégustateur pour récolter quelques conseils pour choisir leur whisky ou pour le réduire avec de l’eau « permettant ainsi de découvrir des notes incongrues ». Mais à 20h, il est temps de quitter la salle pour aller s’installer confortablement au cinéma pour visionner la dernière œuvre de Ken Loach, La part de anges. Un film sur l’apprentissage et l’art de la dégustation du whisky par des jeunes condamnés à faire des travaux d’intérêt général qui vont utiliser le don du personnage principal (il apprend très rapidement à différencier les différentes cuvées) pour changer de vie.

Célian Ramis

Travelling : Succès pour le blind-test ciné !

Posts section: 
Keywords: 
Related post: 
127
List image: 
Summary: 
Les animateurs du Cinéma est mort - émission à écouter sur Canal B - organisaient un blind-test ciné à l'occasion du festival Travelling.
Text: 

Hier, jeudi 21 février, c’est la radio Canal B qui a mis le cinéma à l’honneur, dans le cadre du festival Travelling Edimbourg & Glasgow, avec une soirée Blind-test proposée par les animateurs de l’émission Le Cinéma est Mort.

A 20h, il y a déjà la queue à l’étage du Liberté. Les festivaliers s’empressent de s’inscrire au Blind-test spécial cinéma. Chaque équipe doit être composée de 5 membres minimum (9 maximum) et choisir un nom d’équipe. A 21h, les animateurs du Cinéma est Mort, diffusé tous les mercredis de 13h à 14h sur Canal B (94 Mhz), Antonin et Etienne expliquent les règles du jeu.

Après écoute de bandes sonores tirées de différents films (entre 10 secondes et 2 minutes), trouver le nom de l’œuvre et le réalisateur. Les inscrire sur une fiche remise à chaque équipe et venir les faire corriger à chaque fin de round. Sans oublier de dénoncer les tricheurs « comme le ferait n’importe quel bon citoyen ». Les participants, mal éduqués, ne le feront pas, laissant place à une énorme tricherie presque organisée…

Quatre thèmes sont proposés lors de cette soirée : Racisme et xénophobie, Gay, Pause pipi et Insultes. De quoi ravir les joueurs qui grouillent dans toute la salle. Pendant 3h, il faudra se creuser les méninges pour trouver le film et son réalisateur afin de gagner un maximum de points et emporter les lots prévus à cet effet. Braveheart sera bien évidemment le premier extrait à être diffusé. Pas difficile de le trouver, il suffisait de regarder la tête d’Etienne, maquillé comme Mel Gibson dans le film ! La suite se complique.

Si certaines œuvres sont assez simples à trouver, comme par exemple Retour vers le futur II (catégorie Insultes), OSS 117 Rio ne répond plus (catégorie Racisme et xénophobie, forcément) ou encore Ce que veulent les femmes (catégorie Gay), d’autres en revanche vont être carrément hard, comme Le chagrin et la pitié – Chronique d’une ville française sous l’occupation (catégorie Racisme) ou encore les 15 extraits de la partie Pause pipi.

La soirée s’achève sur la remise des prix, dont ont pu profiter les huit meilleures équipes : des pass pour le festival, des places pour des projections, des bouteilles, des DVD ou encore des tee-shirts et des affiches du Cinéma est Mort.

Le Cinéma est Mort à écouter tous les mercredis de 13h à 14h sur Canal B (94 Mhz). Rediffusion le samedi de 15h à 16h.

Célian Ramis

Travelling : le kilt, le buffet et le Pub !

Posts section: 
Keywords: 
Related post: 
126
List image: 
Summary: 
Le festival Travelling a commencé. Nous étions à la cérémonie d'ouverture.
Main images: 
Text: 

L’étage du Liberté, à Rennes, a enfilé sa tenue écossaise depuis mardi 19 février, jour de lancement du festival Travelling Edimbourg & Glasgow. Dégustations de whisky, blind-test cinéma, ciné-concerts, ateliers, projections… les Rennais vont pouvoir plonger au coeur de l’Ecosse jusqu’au 26 février. Retour sur la cérémonie d’ouverture en trois temps.

Présentation, ce mardi soir, du festival Travelling 2013 consacré à l’Ecosse à travers les villes de Glasgow et Edimbourg par sa nouvelle présidente Véronique Godec et son directeur Éric Gouzannet, tous deux vêtus du kilt écossais.

La cérémonie s’est déroulée à l’étage du Liberté, à l’endroit même où le village du festival s’est installé. Un prologue dans les règles de ses responsables mais qui inviteront surtout les Rennais à découvrir les deux villes écossaises à travers une belle, riche et abondante cinématographie de la région du nord de l’Europe. Plus de 80 films dans la programmation qui ont inspiré les organisateurs du plus gros festival Breton de cinéma.

Saveurs et originalités d’Ecosse déclinées en buffet constitué de recettes et quelques découvertes gustatives de la région thématique de cette 24ème édition du festival. Au menu : quelques viandes, en brochettes, agrémentées de légumes, en sauce ou sur pain ; de nombreuses et variées verrines ainsi que d’autres préparations aux goûts et arômes doux, parfumés et pimentés. De quoi satisfaire les chanceux qui étaient présents à cette soirée d’ouverture.

La population rennaise qui a répondu à l’invitation par sa présence aura su apprécier la proposition décorative et ornementale de la salle de l’étage aux couleurs de l’Ecosse. Nappes, abat-jours, tables et banquettes façon Pub arborant les typiques carreaux écossais donnent le ton et nous plongent directement dans l’ambiance Scottish. Sans oublier le Haggis’ Pub avec ses lustres verts tombants et sa bordure de grands cadres dorés qui proposera aux amoureux du cinéma, durant toute la durée du festival, de se restaurer entre les films de la sélection.

Alors, cinéphiles, amateurs et nouveaux explorateurs bon voyage à tous !

Célian Ramis

Rennes, nouvelle capitale de l'amour

Posts section: 
Related post: 
222
List image: 
Summary: 
É-criez votre amour, l'événement festif de la Saint et Sans Valentin, organisée par le Criporteur à Rennes.
Main images: 
Text: 

Ce samedi 16 février, le Criporteur s’est emparé de la place Hoche pour clamer aux passants votre amour avec poésie et humour pour la quatrième édition d’É-criez votre amour à Rennes.

De  l’amour et des  »je t’aime » à n’en plus finir ont envahi la place Hoche, samedi après-midi. Des centaines de petits mots doux, d’amitié comme d’amour étaient dévoilés sur la place publique. Le Criporteur, une troupe de comédiens ambulante proposait aux passants d’écrire pour celui ou celle qu’ils aiment.

Deux semaines avant la Saint Valentin des boites avaient aussi été mises à la disposition des Rennais dans différents commerces pour se déclarer à son bien aimé. Les lettres d’amour étaient ensuite accrochées sur des rubans et mises au regard de tous.

De belles déclarations pour son Valentin, des messages affectueux pour sa Maman et même des numéros de portable de célibataire à la recherche de l’âme sœur, car “É-criez votre amour” s’adressait aussi aux “Sans Valentin”. Les plus drôles ou romanesques étaient criés par les acteurs du Criporteur.

Le public était au rendez-vous souvent par hasard, interpellés par ses drôles d’anges d’une autre époque qui venaient vous chuchoter des mots d’amour. L’un d’eux d’approche d’une spectatrice : « En amour, c’est le premier mot qui compte » et lui lit avec émotion des déclarations qui ne lui sont pas destinées. Un salon avec plusieurs canapés invitait les amoureux de la littérature à s’asseoir et à (re)découvrir les chefs d’œuvres littéraire sur l’amour, du grand Shakespeare à Isabel Wolff. Pour les moins inspirés un écrivain public pouvait vous aider à décrire votre amour.

Un des comédiens, fraichement débarqué dans l’aventure, est surpris par la réaction de ses clients qui le conduit soudain à se transformer en psychologue : «J’ai été pris de court, certains avaient besoin de parler. J’ai enlevé mes papiers, je suis sorti de mon rôle et nous avons très sérieusement parlé d’amour ». Un événement plus pertinent qu’il n’y paraît. Selon les réactions récoltées, la Saint Valentin, bien que considérée comme une tradition commerciale, continue d’être fêtée par les Rennais. « É-criez votre amour » devient aussi une belle occasion, selon un public unanime même célibataire, d’exprimer son amour qu’on ne dit « jamais assez ».

Des Rennais bien inspirés par l’amour…

Tous attendaient la Criée des six comédiens qui nous ont déclamé mots et maux d’amour avec intelligence, mêlant différents styles d’écriture, certains plus familiers que d’autres et plus touchants aussi.  Les crieurs costumés comme au début du XIX siècle venaient à tour de rôle au centre d’un public installé en cercle.

Et c’est parti :  « Tu dis que tu aimes le poisson et tu lui coupes la tête. Tu dis que tu aimes les fleurs et tu leurs coupes la queue. Tu dis que tu m’aimes et ça m’inquiète ». Pas très loin, déguisée en voyante avec un décolleté des plus provocateur, une comédienne s’esclaffe : « Mon amour, mets ta belle trompette dans mon étui et on fera la fanfare toute la nuit ». Enfin un aviateur habillé à la Charles Lindbergh nous explique que : « Mieux vaut un mariage gay que triste » !

Amusé et très réceptif, le public a beaucoup ri, dansé et même chanté. L’organisatrice de l’événement, Clothilde Guérineau nous a confié que c’était « la meilleure édition », au vu d’un public conquis et venu nombreux. Un événement enthousiasmant qu’on espère retrouver l’année prochaine.

Célian Ramis

Sylvie Jourdan, son accordéon et sa philosophie de l'ivresse

Posts section: 
Related post: 
116
List image: 
Summary: 
Rencontre avec Sylvie Jourdan, une accordéoniste à la gouaille de vieille rockeuse, qui nous reçoit pour partager autour de sa passion pour son instrument et autour de sa philosophie de l'ivresse.
Text: 

Le festival Le Grand soufflet est de retour pour sa 17e édition. Jusqu’à près de 33 communes mettent à l’honneur “l’outil qui a voyagé dans le monde entier” : l’accordéon. Et cette année, c’est la Louisiane qui sera la vedette avec Clifton Junior Chenier, les Magnolia Sisters ou encore Whiskey and women. En parallèle se déroulera le Petit soufflet. Les bars seront envahis par le blues, le jazz et le rock. Nous nous sommes intéressés à Sylvie Jourdan, l’accordéoniste de Fuckin’hell Orkestar, qui se produira ce soir au Oan’s pub. RDV à 21h ! 

 On fait ce qu’on veut et ce qu’on a envie”, déclarait Etienne Grandjean, directeur artistique du Grand soufflet, lors de la présentation du festival à la presse. Cette phrase pourrait correspondre à Sylvie Jourdan. On vous explique un peu. Cette accordéoniste de 45 ans nous accueille chez elle afin de nous faire découvrir son univers.

Assise sur une chaise, son accordéon sur les genoux, cette musicienne dévoile une personnalité envoûtante, pleine d’énergie, de poésie et de modestie. Ses premières expériences artistiques remontent à ses 7 ans : “J’accompagnais ma grand-mère qui chantait Fréhel. Elle était garde barrière et souvent les cheminots passaient et aimaient faire la fête. C’était très sympa”. Alors pourquoi l’accordéon ?

Aucune certitude à ce sujet. Mais il ne s’agirait pas forcément d’un hasard puisque son oncle et son grand-père en jouaient. D’ailleurs, des années plus tard, elle retrouvera un cousin, lui aussi devenu musicien et travaillera avec lui et Vincent Courtay. Et lui, pour info, c’est Steph Machin (à découvrir sur MySpace). Revenons à nos moutons et à Sylvie Jourdan. C’est à l’oreille qu’elle va apprendre à jouer, en essayant de retrouver les notes que chante sa mémé. Puis elle prendra des cours particuliers “en mode éducation musette” avant de monter à Paris en 1987. Elle est alors âgée de 18 ans et commence à goûter à la vie de bohème en jouant dans les bars et les rues de Montmartre, “mais surtout sur la place du Tertre” et fréquente  les bars près de la rue de Lappe (vers Bastille).

Elle y fait des rencontres, notamment celle de guitaristes manouche,  Maurice et Joseph, ce dernier étrangement surnommé Le roi de la pompe ! Sans oublier un super accordéoniste, Jo Privat et plein d’autres. L’été, elle vient jouer à Saint-Malo et en 1993, elle s’installe à Rennes.

Une carrière de folie

Au détour d’un pub irlandais, elle s’accoquine avec les Jack’O lanternes où chacun amène sa touche perso. Elle se met alors à composer et ne s’arrêtera pas de le faire : “C’est thérapeutique pour moi”. Nous sommes alors en 1996. Un an plus tard, une rencontre semble bouleverser sa vie. Avec Soazig Le Lay, elles montent le groupe Les Oisives. Ensemble, elles sortent deux albums : Salto arrière en 2003, L’intangible en 2005. Le duo partage la même philosophie de l’ivresse. Elles partagent “le fait de vivre l’instant présent. On appréciait de ne rien faire et on avait un vrai partage”.

Ce qui leur vaudra un joli succès sur scène. Les filles vont pourtant décider d’emprunter des chemins différents pour voguer vers un nouvel horizon. Et ce dernier prend la forme du groupe Carbel, une formation de 4 musiciens avec qui elle enregistrera deux albums dont un live à Chartres-de-Bretagne. En 2008, elle fait la connaissance d’Alan Corbel avec qui elle va s’embarquer dans l’aventure Fuckin’hell Orkestar. “A ce moment-là, avec lui et des amis que l’on avait en commun avec Soazic nous étions beaucoup chez moi. Une sorte de thérapie de groupe. On a alors voulu lancer ce groupe en hommage à Soaz’”, explique-t-elle. Pour le nom du groupe, l’histoire est fun.

En effet, un ex copain de Sylvie était irlandais “alors forcément ça y allait sur les “fuckin trucs” et les “fuckin machins”. Et Soaz le connaissait bien et on avait fini par le dire souvent aussi”. Le groupe va alors lancer le pari de Fuckin’hell Orkestar, “fait pour se détendre, s’amuser et faire ce qu’on ne pouvait pas faire”. Tiens, y  aurait-il une ressemblance avec la phrase d’Etienne Grandjean ? Et d’ailleurs, Sylvie est une habituée du Grand Soufflet puisqu’elle y a participé avec Les Oisives ainsi que Fuckin’hell orkestar l’an dernier. Depuis, elle a sorti un album intitulé Rochebonne, sur lequel elle a travaillé avec Emeline, la tubiste  du groupe. Un bel opus, vendu pendant les concerts, qu’elle qualifie “d’album transitoire”. Une manière de passer à autre chose par rapport à elle même.

Cette femme dynamique, pleine de projets en tête et pleine de douceurs nous émeut. Sensible et franche, elle avoue qu’après un break d’un an et demi dans la chanson, elle vit une période de renaissance : “Il faut que je chante mes chansons”. Et nous, on est ravis parce que sa voix rauque, nous on l’aime bien. Son style qui mêle jazz manouche, fanfares d’Europe de l’est et chanson française, on est fans. Ajoutez à cela sa gouaille de rockeuse absolument fascinée par David Bowie, rebutée par la musique bretonne et son regard à la fois pétillant et innocent et vous avez une accordéoniste de folie.

La fibre musicale jusqu’au bout des ongles

Et oui, c’est ça l’esprit Jourdan & cie comme elle dit. Parce que là, on vous a résumé les choses de manière un peu grossière mais Sylvie Jourdan, elle, ne s’arrête pas là. On a même envie de dire qu’elle ne s’arrête jamais de jouer, de pianoter, de tirer sur le soufflet qui entame des va-et-vient qui semblent si faciles à effectuer. Sylvie, elle, a l’air de faire ça sans se fatiguer. Alors vous me direz, c’est son métier. 

Mais cela n’empêche que nous restons collés au canapé lorsque la charismatique musicienne se met à jouer. Alors, nous, on essaye un peu de comprendre. “Avec la main droite, on fait la mélodie. Et avec la main gauche, on fait tous les accords, la rythmique. La partie du milieu, c’est le soufflet. Selon les mouvements du soufflet, on gagne en intensité. J’aime penser que c’est l’âme de l’accordéon”, explique Sylvie. Si elle n’avait pas joué de l’accordéon, elle aurait peut-être été tentée par la basse : “j’adore ça. J’aimerais jouer de la basse dans Fuckin’Hell qui est plus rock”. Ou alors de la scie musicale. “J’adore, c’est comme une voix humaine”. Bref, elle aime la musique et transmet cette passion à ses enfants qui jouent de la batterie, du violon, de la guitare, du piano ou encore de la basse. Joyeux bordel dans la baraque hein ?!

Et bien pas tant que ça apparemment : “On fait parfois des boeufs à la maison, tous ensemble. C’est de l’éveil !” Pas banal comme éveil. En tout cas, là dedans, l’ambiance semble joyeuse et tout cela nous donne envie de nous installer dans un bar style Bistrot de la Cité, Café des bricoles ou encore au Oan’s à l’heure de l’apéro pour assister à un petit concert improvisé de Sylvie Jourdan et Vincent Courtay… En attendant de saisir cet instant privilégié, on vous donne rendez-vous au Oan’s le 19 octobre pour faire la fête !
 

Célian Ramis

Le Grand Soufflet : L'esprit folk de Whiskey and Women

Posts section: 
Keywords: 
Related post: 
118
List image: 
Summary: 
Jeudi 18 octobre, les trois filles de Whiskey and Women sont venues faire un petit tour sous le chapiteau du Grand Soufflet. Elles en ont profité pour mettre le feu à la salle, à coup de musique cajun.
Text: 

En fin d’après midi, jeudi 18 octobre, les trois filles de Whiskey and Women sont venues faire un petit tour sous le chapiteau du Grand Soufflet. Elles en ont profité pour mettre le feu à la salle, à coup de musique cajun. Ça, ce n’est pas commun, hein ?!

Programme chargé cette semaine pour les trois californiennes. Des concerts dans la métropole rennaise en fin de semaine dernière, un stage de danse cajun, un passage au diapason mardi midi, un show hier soir sous le chapiteau et deux séances de rattrapage ce soir et demain à Pacé et à Domloup. On peut dire qu’elles ne sont pas venues pour rien. En effet, elles sont venues nous faire découvrir la musique cajun. La musique de Louisiane.

La musique cajun, aussi appelée la musique cadienne, vient de l’émigration des Acadiens (partie du Canada) en Louisiane en 1755 au moment du « Grand dérangement ». Expression employée pour désigner la déportation, par les britanniques, du peuple francophone d’Amérique, les Acadiens, en Louisiane.

Et ça tombe bien puisque la Louisiane, c’est le thème de cette 17e édition du Grand Soufflet (et petite digression, la musique cajun comprend aussi la musique Zydeco qui a été popularisée dans les années 50 par Clifton Chenier dont le fils jouera ce soir sous le Chapiteau à 20h30 : Clifton Junior Chenier & The Red Hot Louisiana Band). Un thème défendu aussi par Steve Riley et Mama Rosin entre autres, également présents durant le festival.

Du whiskey et de la folk

Bref pour revenir à nos trois musiciennes, elles étaient donc hier soir place du Parlement à Rennes pour un concert qui nous a fortement séduit. Trois nanas, un accordéon, deux violons, un tambourin, trois voix. Le whiskey qui coule à flot dans les textes de leurs chansons.

Des animaux en vedette : le poisson-chat (Catfish) qui représente métaphoriquement l’homme qui ne cesse de nous échapper, une vieille poule qui ne pond plus d’œuf et « qui va être… Couic… mais c’est bien aussi parce que ça a bon goût ». Des histoires de tromperie et un homme, Gérard, impitoyable dragueur…

Tout ça forme un délicieux mélange qui ravi le public du Chapiteau. Les trois filles ultra dynamiques invitent les spectateurs à danser « mais s’il n’y a pas de place, c’est dangereux ». En effet, danser est monnaie courante dans les soirées en Louisiane.

Et la musique cajun s’y prête véritablement grâce à son style traditionnel et folk qui nous entraine sur des rythmes celtiques, qui nous sont familiers. Ce genre musical se rapproche du Western swing (musique des années 20 dans le sud américain, Nouvelle-Orléans) et de la country. Ce qui explique la reprise de la fantastique chanson Folsom Prison Blues de Johnny Cash.

En tout cas, ne manquez pas les deux concerts de Whiskey and Women ce soir à Pacé (20h30 dans la salle de la Métairie, entre 4 et 6 euros) et demain soir à Domloup (20h30 dans la salle des fêtes, 6 euros). Bon concert et bonne découverte de la musique cajun si vous ne connaissez pas. Enjoy !

Célian Ramis

Le Grand Soufflet : La tête dans les étoiles avec Maïa Vidal

Posts section: 
Keywords: 
Related post: 
117
List image: 
Summary: 
Envoûtante et charismatique, Maïa Vidal insuffle un vent de douceur sous le chapiteau du Grand Soufflet.
Main images: 
Text: 

Sous le chapiteau, le public du Grand Soufflet est resté bouche-bée par l’incroyable prestation de Maïa Vidal. C’était hier en fin d’après-midi et c’était à couper le souffle(t).

Accordéon, xylophone, violon, petite lyre, trompette, batterie… Deux musiciens plein de talents, une chanteuse multi-instrumentiste munie d’une pédale à samples… Cela pourrait donner un joyeux bordel. Loin de là, Maïa Vidal nous propose un concert intimiste et chaleureux.

De sa voix douce, la demoiselle nous emmène dans son univers onirique, paisible et enivrant. Elle nous présente son album God is a bike, sorti en novembre 2011 et enchaine les ballades, au travers desquelles elle dévoile une fragile pudeur. Cette jeune américaine livre une vision de son monde harmonieux.

Maïa Vidal, c’est aussi la rencontre entre des genres différents. Que ce soit des ballades comme Poison, une reprise de Brassens (Je m’suis fait tout petit), une valse avec Waltz of the tick tock of time ou encore des musiques plus rock comme Follow me ou un tango (Le tango de la femme abandonnée), cette sensationnelle artiste sait mêler les styles et sait se les approprier.

Derrière son micro, Maïa affiche un sourire timide et touchant, créant ainsi une relation personnelle avec le public. Et quand elle perd les bijoux collés au dessus de ses sourcils, elle se met à rire et à penser qu’elle manque de chance lors de ses passages à Rennes : « La dernière fois (c’était le 3 juillet aux Tombées de la nuit, ndlr), je n’arrêtais pas de perdre ma couronne de fleurs ».

La charmante chanteuse, accordéoniste, violoniste et on en passe, n’a pas eu de mal à séduire les spectateurs du Grand Soufflet grâce à la puissance de sa voix, de ses mélodies, sa douceur et son univers enchanteur. On espère la revoir très vite à Rennes, et sans malheur au niveau bijoux !

Célian Ramis

Un succès pour le défilé Esmod

Posts section: 
Related post: 
205
List image: 
Summary: 
Le défilé de mode, présenté par l'école de stylisme Esmod, était aux couleurs de la Bretagne, ce 25 juin, place des Lices à Rennes.
Main images: 
Text: 

Le 25 juin dernier se déroulait le défilé de mode de l’école Esmod Rennes, dans la Halle Martenot, sur la place des Lices.

Lors du défilé, les élèves de première et de deuxième années ont présenté les créations réalisées pendant les cours. Mais certaines tenues créées par les troisièmes années (les anciens de Rennes actuellement à Paris pour leur 3e année) ont aussi été portées par les mannequins.

La Bretagne à tout print

Pour ce défilé, la Bretagne était à l’honneur. Les spectateurs avaient un dress code (à moitié respecté) : les rayures. Forcément ! Et on retrouvait cet esprit dans les créations et dans la coiffure des mannequins. En effet, ces dernières ont fièrement portées une petite coiffe en forme d’œuf, « un clin d’œil au peintre breton Mathurin Méheut », explique Caroline Guérin.

La Bretagne était aussi représentée dans le buffet, avec un cidre artisanal très agréable en bouche, dans les palets bretons distribués dans la file d’attente (sous la pluie et les parapluies) mais aussi dans les pinces à linge offertes à tous les spectateurs fabriquées par Ventina (www.20tina.com). Enfin, voilà pour la Bretagne ! Pour le print, c’est très simple aussi. Vous imaginez bien que les tenues réalisées n’étaient pas faites que d’une matière et d’une couleur unie. Non, les élèves sont allés beaucoup plus loin et ont cousu, brodé, stylisé les fringues avec des motifs.

Un boulot hallucinant

Que l’on accroche ou non avec les vêtements présentés, le travail est indéniable. Quand nous avions rencontré Caroline Guérin et Emilie Lapoirie, chargée de communication pour Esmod Rennes, les deux femmes insistaient sur la difficulté des études et le sérieux nécessaire à ce cursus. Que ce soit des tailleurs chics, décontract’, des robes de soirées, de la haute couture ou d’autres modèles, les créations étaient des plus hallucinantes.

Et si les hommes mannequins démontraient moins d’enthousiasme et d’énergie, ils ont arborés des tenues originales et osées qui ont fait forte impression dans le public. Mais pas autant que les collections portées par les enfants. Des enfants timides mais souriants (ou occupés à faire coucou à leur maman) qui ont touché la majorité du public qui lançait un « Oooooh » en chœur lors de leurs passages.

En tout cas, nous on a aimé le défilé et les créations. Sans oublier la musique qui a rythmé les pas des mannequins : les mix d’un des DJs du groupe rennais en vogue, The Popopopops !

Pages